Partagez|

j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 17/1/2015, 18:47



valentin rousseau featuring alex pettyfer

« Je suis Rousseau, non pas le philosophe, mais un tout autre avec une intelligence aussi grande que lui. »

NOM : mon nom est Rousseau et non je ne suis pas un descendant de l’écrivain et à la fois philosophe, même si je dès fois je dis oui pour que l’on arrête de m’embêter avec ça. PRÉNOM : je suis né le jour des amoureux et c’est tout bonnement la raison pour laquelle mes parents m’ont donné le prénom de Valentin. Heureusement que je ne suis pas né un jour avant ou après, sinon j’aurai eu droit à Béatrice ou Claude. Non pas que je trouve ces prénoms ridicules, mais surtout parce que je suis un homme et non une femme.  SURNOM : depuis que je suis petit, mes proches m’appellent Tintin. J’étais un grand fan de ces BD. Après à l'école on m’appelle tout autrement. Même si les étudiants essayent de le dire discrètement, tout l'enseignement est au courant, monsieur bombalatino.  ÂGE : je vais sur mes vingt-huit ans. Je commence  à me faire vieux, mais je n’ai pas encore de cheveux blancs, n’ayez crainte. DATE ET LIEU DE NAISSANCE : c’est très simple à retenir, je suis né le jour des amoureux, le 14 février 1986 dans la ville de l’amour, Paris. ORIGINES : mon père est un pur français qui c’est marié il y a déjà trente ans à une femme, ma mère, norvégienne. ORIENTATION SEXUELLE : j’aime bien trop les femmes pour être attiré par les hommes, désolé pour eux mais je suis certain d’être à cent pour cent hétérosexuel.  STATUT CIVIL : je suis actuellement fiancé à une jolie femme prénommée Agathe, mais les choses ne sont pas toujours aussi simple, surtout quand il est question d’une ancienne élève. ÉTUDES/MÉTIER : je suis professeur à l'ISC Business School à Paris et plus particulièrement, j’enseigne plus particulièrement le marketing international. Seulement, je suis aussi enseignant de l'histoire de l'art contemporain et de l'histoire du patrimoine à la Sorbonne. PASSION(S) : dessiner, les arts, la littérature, photographier, voyager, enseigner, apprendre. GROUPE : eden de cacharel. SCENARIO OU PERSONNAGE INVENTÉ : magnifique scénario d’Anaïs Humbert, merci d’avoir créé ce scénario qui est juste parfait à mes yeux.

CARACTÈRE : aimant – ambitieux – amusant – arrogant – artiste – attentionné – charismatique – confient – courageux – cultivé – curieux – digne – distingué – doux – énergique – énigmatique – fêtard – fier – flatteur – fougueux – fourbe – franc – galant – impatient – impulsif – indépendant – intelligent – jaloux – joueur – lunatique – malicieux – optimiste – passionné – protecteur – rancunier – réaliste – rebelle – sociable – spontané – taquin – tendre – têtu – vaniteux – viril TICS ET TOCS : j'ai la mauvaise manie de toujours commencer la journée avec une bonne cigarette, cependant je déteste l'idée d'avoir cette alaine repoussante qui donne juste envie de tourner la tête et d'aller le plus loin possible, c'est pour cette raison que j'enchaine avec une pastille à la menthe – contrairement à beaucoup de grands fumeurs, je n'aime pas le goût du café, puis je ne vois pas l'intérêt de remplir cette substance de sucre pour dire que j'en bois, je prends donc tout le temps du thé, pour certains ça fait très femmes, je les emmerde, il n'y a pas écrit pigeon sur mon CV – je porte des lunettes de repos que je porte quand je fatigue, je les mets souvent quand je suis en cours, où quand je mets à lire un livre ou tout simplement un dossier, j'espère ne jamais les porter à longueur de journée, je ne le supporterai pas – je suis un grand fan de tout ce qui est à deux roues, moto, vélo, scooter tout y passe, je ne vois que par ça et ne me déplace que comme ça, sauf bien évidemment quand il se met à faire un temps de chien, là, je prends ma voiture ce qui rassure nettement ma fiancée – je suis quelqu'un qui aime énormément prendre soin de moi, je ne supporte pas sortir de chez moi sans m'être coiffé pendant dix minutes, avoir choisi minutieusement une tenue, m'être parfumé avec du hugo boss et m'être légèrement aspergé d'un déo sans odeur pour ne pas couvrir mon parfum – j'ai toujours voulu être professeur, pour encore plus me cultiver, j'ai longuement hésité à travailler dans les arts ou dans le marketing, je n'ai jamais pu me décider, c'est pour cette raison que j'enseigne les deux, à la Sorbonne et à l'ISC, étrange comme orientation, mais je m'y plais – petit, j'ai passé toutes mes vacances à Olso, en Norvège, chez mes grands-parents maternels, je pense y avoir vécu les plus beaux moments de ma vie, c'est pour cette raison que j'ai fait mes études supérieures là-bas – je cours tous les soir pour me vider la tête, je trouve que c'est un bon moyen pour décompresser d'une longue et dure journée – l'art a toujours été l'une de mes plus grandes ambitions, ce qui est tout à fait normal quand on a vécu dedans, le commerce j'en fais aussi m'en affaire même si mon père aurait bien aimé que je vienne travailler à ses côtés dans l'entreprise de famille – je suis un grand jaloux, je ne supporte pas que l'on s'approche de trop près de ceux que j'aime, surtout quand on quand il est question d'Anaïs, je ne l'avouerai jamais, je suis bien trop fier pour le dire – j'ai une façon de réfléchir et de faire qui bien différente des autre, je suis ce qu'on appelle un surdoué, c'est pour cette raison que j'ai sauté quatre classe, je n'ai jamais voulu aller dans un école spécialisée pour les enfants comme moi, j'aimais bien me mélanger aux autres, même s'il y avait une grande différence d'âge


j'envoie des bons baisers de paris

QUEL EST L'ENDROIT QUE TU PRÉFÈRES A PARIS ? j’ai toujours aimé aller dans la galerie d’art de ma mère, contrairement à mes frères. Je trouvais ça passionnant, et distrayant. A chaque fois, quand je sortais de l’école j’allais rejoindre ma mère dans sa galerie, je regardais les œuvres qu’elle exposait et que les passionnés s’arrachaient pour des prix exorbitants. J’aimais les écouter parler d’une toile qui à mon sens ne semblait pas dire grand-chose, mais qui pour eux voulaient dire tout un tas de chose, elles avaient une histoire personnelle. Avec les années, j’ai muri une grande passion pour toutes les formes d’art, et je n’ai jamais cessé de me rendre dans cet endroit. Ça me rappelle tout un tas de joyeux souvenirs aux quels je tiens énormément. QU'EST-CE QUI TE PLAÎT LE PLUS DANS LE FAIT DE VIVRE ICI ? j’ai une chance inouïe de vivre à Paris, c’est une ville si magnifique qui offre tellement de choses. Je ne suis pas certain qu’il y ait en France une autre ville qui propose autant de choses sur le plan artistique : architecture, tableaux, musiques, sculptures, vues … Il y a tellement de musées que je ne sais jamais où aller, puis il y a tous ces monuments, tous aussi magnifiques les uns que les autres. Je ne sais pas où donner de la tête, mon calepin est rempli de notes en tout genre et mon appareil photo demande seulement à être vidé de toutes ces photos. ET CE QUI TE PLAÎT LE MOINS ? c’est simple, le prix qu’il faut payer pour vivre ici, franchement entre nous c’est exorbitant. Rien que pour ça j’envoie les campagnards. J’aime la bonne nourriture, sortir, me vêtir, mais ici il faut y laisser son compte bancaire. Je travaille dure, et j’ai dû prendre deux emplois –bon ce n’est pas la raison première – pour pouvoir me payer tout ça sans pour autant me retrouver sur la paille. J’aimerai bien aller dans un bar, me payer une bonne bière sans pour autant avoir cette impression d’être dépouillé et arnaqué.  POUR FINIR, DÉCRIS LA CAPITALE EN TROIS ADJECTIFS : artistique - charismatique - ouverte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 17/1/2015, 18:48



être parisien, ce n’est pas être né à Paris, c’est y renaître

« Je suis Adam et tu es la pomme, le fruit défendu. »



Le jeune prodige

C'était le jour de la Saint-Valentin, et le couple Rousseau avait fait garder leurs deux enfants : Louis et Martin, leurs deux petits garçons d'un et deux ans. Ils avaient prévu une belle petite soirée sans prise de tête autour d'une table de l'un des plus beaux restaurants de Paris. Ils s'étaient tous les deux très joliment habillés, et avaient entamé l'entrée quand l'évènement tant attendu avait commencé à pointer son bout du nez. Les choses étaient allées plus vite que prévu, ce n'était pas marqué sur le planning que la famille devait avoir leur troisième enfant ce jour-là. De plus, rien n'avait indiqué que ça allait se dérouler lors de cette fête. Ils n'avaient pas eu le temps de finir leur assiette, et étaient même parti sans payer, les propriétaires n'avaient pas envie que du sang se retrouve sur son sol, en plus d'un liquide amniotique. Le couple s'était alors précipité hors du restaurant pour retrouver leur voiture et filer le plus vite possible à l'hôpital le plus proche : la salpêtrière. Ce jour-là était donc né un petit garçon. La famille avait trouvé originale de donner le prénom de leurs enfants en fonction des jours des fêtes qu'ils étaient nés. Ainsi, ce petit homme avait tout simplement eu droit au prénom Valentin. Quoi de plus romantique : il était à Paris, la capitale de l'amour, et en plus de ça le jour des amoureux pendant un repas en couple. Si tout ça ne voulait pas dire qu'il allait être un tombeur plus tard, alors je ne sais plus quoi vous dire.

Valentin était un enfant pas vraiment comme les autres, son cerveau ne fonctionnait pas tout à fait comme celui d’un enfant de son âge, ni même comme celui d’un adulte. Tout était simple pour lui, tout passait à la vitesse de la lumière. Valentin était l’un de ces enfants qui avaient tant de facilité à tout faire sans se prendre la tête et en un rien de temps. Contrairement à beaucoup, il n’avait pas besoin de faire des calculs à l’aide d’une petite ardoise, il n’avait pas besoin de réciter pendant des heures et des heures ses poésies pour pouvoir les retenir. Il avait su lire et écrire avant l’âge de quatre ans. Ça l’avait toujours passionné, et sans vraiment savoir comment il avait très vite su dépasser ses frères. Au début, ses parents ne voulaient pas qu’il se mette à sauter des classes, mais Valentin l’avait demandé : il voulait apprendre encore plus. Tout était bien trop facile pour lui, mais il n’avait pas voulu quitter le système scolaire général, il voulait avoir des études comme les autres. Il avait donc quatre ans d’avance par rapport aux autres, et il se fichait bien d’être différent ou plus jeune que les autres, ça lui convenait. Ce n’était pas vraiment le cas de Louis, son frère ainé, qui avait beaucoup de difficultés avec l’apprentissage et le fait que son frère cadet soit plus intelligent que lui jusqu’au point d’être plus avancé que lui sur le plan scolaire. Valentin, n’a jamais été populaire, on l’appelait Rousseau pour son intelligence, mais il s’’en fichait pas mal. Il n’était pas non plus le souffre-douleur des autres, il était simplement vu comme une machine qui essayait tant bien que mal de s’intégrer.

Il avait eu son bac littéraire à l'âge de quatorze ans, et se fichait bien de ce que ses professeurs lui avaient conseillé. Ils disaient qu'il aurait dû faire un bas scientifique, qu'il en avait largement les capacités. Il savait qu'il en avait les moyens, mais il se fichait bien des matières scientifiques, lui tout ce qu'il voulait faire, c'était de la littérature avec comme option des mathématiques. Il avait tout comme sa mère une folle passion pour les arts, il savait qu'il voulait travailler dans cette branche plus tard, mais il avait aussi un intérêt pour le marketing. Il aimait tant de choses, il aurait voulu tout faire, mais il n'en était tout simplement impossible. Il était donc partir dans la ville natale de sa mère pour y étudier dans l'une des plus prestigieuses écoles d'art. Il aimait passionnément ce qu'il y apprenait même la compétition était rude. Il n'était pas là pour être le meilleur, il était là pour apprendre des meilleurs. Après avoir eu son master, il ne peut s'empêcher de continuer dans cette filière et d'en même temps faire des études dans le marketing. Il ne voulait pas décevoir son père, et puis il aimait aussi le côté du commerce, surtout tout ce qui touchait le marketing. Il était en double cursus dans deux écoles différentes. Ses journées étaient remplies de cours, et ne lui offraient aucun moment de répit. Il était devenu une machine, il était infatigable, il en voulait toujours plus. Contrairement à ce que l'on pouvait penser, il n'était pas ce garçon qui se cachait à longueur de temps derrière des tonnes de bouquins, ils aimaient énormément son côté d'intelligent, mais il aimait aussi beaucoup faire la fête. C'était un bel homme, un Français en plus de ça, ce qui faisait beaucoup craquer les filles. Tous ces week-ends étaient composés de soirées en tous genre ou il pouvait décompresser d'une semaine bien chargée. Il aimait beaucoup sortir pour aller boire un verre, puis en prendre un deuxième, un troisième ... jusqu'à se rendre en boîte de nuit et ne plus vraiment se rappeler qui était cette jolie femme qui dormait dans son lit.
.

C'était la fille du bar

Après, toutes ces années d'études, il était finalement devenu professeur à l'âge de vingt-cinq ans. Il aurait bien aimé continuer à faire des études, pourquoi pas dans la philosophie, mais il était temps qu'il gagne sa vie par lui-même. Il n'avait pas eu besoin de remuer ciel et terre pour rentrer enseigner dans de somptueuses écoles. Son parcours et la renommée de sa famille avaient eu des grandes répercussions sur son avenir professionnel, il en était conscient, et ça lui convenait. Il avait toujours voulu être professeur à l'université de la Sorbonne. Il trouvait que cette école avait un charme fou, et il en était tombé amoureux. Après il se fichait bien où il allait atterrir pour enseigner le marketing. Il savait que Paris était remplie d'écoles de commerce et qu'il allait bien y trouver un post. C'est ainsi qu'il est parti pour être professeur à l'ISC. À seulement vingt-cinq, il avait comme premier véritable emploi eu droit à deux postes dans deux écoles réputées. Il était fier d'avoir ce privilège, et il le faisait savoir. Valentin, était et est toujours, l'un de ces professeurs que l'on regarde attentivement et avec qui on ne raterait pour rien l'un de ces cours. Après tout, c'est un bel homme, il le sait et il en joue. C'est aussi le bon collègue, celui avec qui on pourrait parler pendant des heures, à en boire ses paroles. Peut-être qu'il était devenu professeur, mais ça ne l'empêchait pas pour autant de sortir prendre un voir plusieurs verres dans les bars et d'en sortir à côté d'une jolie fille. Il devait tout simplement faire attention, il ne devait pas se mettre minable jusqu'au point qu'on le remarque et que ça arrive aux oreilles de ses patrons. Malgré tout, il allait souvent dans le même bar, et parfois, c'était simplement pour travailler sur ses cours ou sur les affreuses copies qu'on lui avait rendues.

Lors d'une soirée, alors qu'il était assis à une table de ce bar où il se rendait régulièrement, et qu'il était là en train de boire une bonne bière en compagnie de ses frères, il avait remarqué une jolie rousse. Elle était-là assise seule dans son coin, il pensait qu'une si jolie femme ne méritait pas d'être seule. Il s'était alors dirigé vers elle, et avait engagé la conversation en lui donnant pour seule information son prénom, et elle le sien. Il se fichait bien de ce qu'elle pouvait faire dans la vie, il voulait juste être en bonne compagnie et parler de tout de rien à la fois. Elle semblait intéressée par lui, mais ne le lui montrait pas tant que ça, au contraire, elle lui rendait les choses plus compliquées que prévues. Elle n'était pas comme les autres, elle ne buvait pas ses paroles. Malgré tout, visiblement le courant était bien passé entre eux, il la trouvait très à goût et avait envie de tout autre chose qu'une simple conversation. En fin de soirée, alors que le bar était en train de se vider, ils s'étaient dirigés dans les toilettes, non pas pour se rafraichir mais coller son corps au sien. Il voulait sentir sa peau contre la sienne, presser ses lèvres pulpeuses contre ses lèvres douces, sentir que son corps frisonne sous ses mains. Il voulait en finir avec le bavardage et passer à quelque chose de supérieur. C'était réciproque, elle n'avait pas refusé ses baisers et n'avait rien dit quand il avait fermé la porte à clé. Il y avait entre eux quelque chose de fort, et Valentin ne serait pas parti sans avoir eu droit de goûter à son corps. Il n'y avait en cela rien de romantique, après tout y a rien de magnifique quand il est question de toilettes, mais il avait aimé ça. Il aimé le fait qu'elle ne se soit pas offerte directement à lui, il avait aimé sa façon de le séduire. Il avait eu l'impression que les choses n'avaient pas été aussi faciles que d'habitude.

C'est un jour, alors qu'il donnait un cours de Marketing qu'il se rendu compte qu'une de ses élèves avait un visage très familier, une voix pas inconnue, une chevelure peu commune. C'était là qu'il s'était rendu compte qu'il avait déjà vu cette jeune femme en dehors de sa classe de cours. Non, il ne l'avait pas croisé dans les couloirs, ni à l'entrée de l'école, c'était encore bien plus loin que ça, c'était un endroit tout autre que dans le cadre du professionnel. Il n'avait pas oublié son si doux visage, il y avait longuement repensé, il avait voulu la revoir, mais l'on sait très bien que c'est toujours dans les moments que l'on ne s'attend pas qu'on revoit ces personnes. Alors que tout le monde prenait place, lui, il était là debout, dos au tableau, les yeux grands ouverts, il avait eu le réflexe de directement mettre ses lunettes pour être méconnaissable. Il avait fait son cours comme si rien n'était, il ne voulait pas que quelqu'un se rende compte qu'il était perturbé. Cette fille qu'il avec qui il avait passé un si bon moment dans ces toilettes n'était qu'une de ces élèves, le fruit défendu. Quelque chose d'interdit, quelque chose qui lui donnait encore plus envie de venir vers elle. Le danger, il aimait ça, il avait trop été sage par le passé, il voulait rajouter un peu de piment dans sa vie, son piment allait être elle. À la fin de sa journée, il était retourné dans ce bar où il l'avait rencontré la première fois, il espérait qu'elle soit là, il voulait la voir, il voulait qu'elle soit à lui, qu'elle s'offre à nouveau. Elle était venue, comme toutes les autres fois. C'était devenu une drogue, il ne pouvait plus s'en passer, leur relation lui suffisait. Il ne voulait et c'était juste impossible qu'il y ait plus entre eux deux. C'était son professeur, mais aussi un homme déjà pris. Ça, il ne s'en était pas vanté, il se l'était gardé pour lui. Il voulait profiter de la vie, mais il tenait aussi à cette femme avec qui il vivait depuis maintenant quelques mois, six à tout casser, je dirais. Elle était douce, mais trop sage à ses yeux. Dans leur couple, il manquait quelque chose, quelque chose qu'il avait Anaïs, cette jolie rousse.
.

Puis vient enfin le désespoir

Valentin vivait une ''belle'' romance aux yeux de tous, mais au fond il voulait en finir avec Agathe, c'était une gentille femme, elle méritait mieux qu'un homme qui ne s'intéresse pas à elle à sa juste valeur, c'était une femme trop sage, trop dans le cadre, il voulait quelque chose d'autre. Il cherchait la relation impossible, il savait qu'avec Anaïs, c'était tout ce qu'il recherchait, mais si les choses s'officialisaient alors le piment serait devenu un simplement aliment banal. Il ne voulait pas, mais il était prêt à plus la voir, pourquoi pas chez lui, quand il aurait déménagé de l'appart qu'il avait avec Agathe. Il voulait que ça soit plus torride, mais le fait qu'il est quelqu'un d'autre dans sa vie rendait les choses encore plus existent, ça lui plaisait, ça le rendait fou. Il aimait son petit jeu, mais Anaïs voulait plus. Pourquoi vouloir plus quand tout était parfait ? Ils ne voyaient pas les choses de la même façon. Puis Agathe était tombée enceinte. Ce n'était pas ce qu'il voulait, il se voyait trop jeune, et il savait que ce n'était pas la femme de sa vie, mais comment abandonner une femme par simple raison qu'elle attend un enfant, c'était inconcevable pour lui. Il n'avait jamais voulu d'elle en tant que femme, c'était juste une amourette, si l'on pouvait dire ça. Il n'éprouvait rien pour elle, mais il s'était toujours fait une promesse : se marier avec la mère de ses enfants. Il ne voulait pas être l'un de ses pères qui a quitté sa femme pour aller voir un autre, avoir encore des enfants ... Il l'avait alors demandé en mariage. Ensemble, ils allaient former ce couple qui ''s'aime'' tant. Il allait devoir jouer le rôle du mari aimant, tout ça parce qu'un enfant était en cause. L'idée ne lui plaisait pas, mais il savait qu'il devait le faire. Il se raccrochait à l'idée que sur la peau luisante d'Anaïs, il allait pouvoir oublier tout ça, et garder cette fougue qui le hantait.

Effectivement, les choses ne se passent jamais comme on le souhaite, et Valentin l'a très bien remarqué. Lui qui pensait qu'il aurait la famille en plus du fruit interdit, c'était bien trompé. Anaïs, qui ne savait rien de la vie privée de son amant, appris qu'il était fiancé à une jolie infirmière. Elle qui avait voulu mettre fin à tout ça depuis le début, eu enfin l'occasion et véritablement envie d'en finir. Valentin n'avait pas joué franc jeu, il savait qu'il courrait un risque, mais il aimait ça, et il ne pensait pas qu'un jour, elle l'apprendrait. Son parfait équilibre était devenu poussière, pris au piège comme un rat mort. Beaucoup l'enviés, mais lui, il voulait juste prendre ses jambes à son cou. Dans cinq mois, il allait devenir père, les responsabilités allaient pointer le bout de leurs nez, ça le terrifiait. Il voulait plus que tout au monde revoir Anaïs, il voulait reprendre là où ils s'étaient arrêtés. Elle n'était plus son élève, mais elle restait si jeune, si inatteignable. Le fait qu'elle ne voulait plus revoir, l'excitait encore plus davantage, mais elle était restée invisible. Cela fait plus d'un an qu'il ne l'a pas revu. Il se dit être passé à autre chose, mais au fond, il sait que s'il la revoit, il craquerait.

Agathe n'avait pas eu le bébé, Valentin était aux anges, alors qu'elle semblait au fond du gouffre. Il était resté avec elle par peine, il était quand même responsable de son malheur, puis ils étaient déjà fiancés, et le mariage avait lieu dans quelques mois, exactement le premier avril, il espérait que c'était un poisson. Il avait continué à avoir des relations avec d'autres femmes, mais elles étaient toutes différentes, et sans véritable intérêt, à vrai dire, ils les trouvaient tous plus chiantes les unes que les autres. Il était piégé dans une vie qu'il n'avait nullement envie d'avoir, il voulait partir, prendre ses valises, et vivre dans une tente, tant que c'était tout sauf dans cet appartement qui puait le désespoir. Il allait finir sa vie avec femme qu'il n'aimait pas, dans une vie qu'il n'aimait pas, mais ce qu'il ne savait pas, c'était que cette femme a qui il avait fait sa demande en fiançailles seulement parce qu'elle attendait un enfant, était au courant de ce que Valentin faisait de soirées nocturnes. Elle avait découvert qu'il voyait une jeune fille, qu'il la voyait assez souvent. Elle l'aimait, elle savait que c'était l'homme de sa vie, elle ne voulait pas qu'il parte. Elle savait aussi qu'il ne l'aurait jamais quitté si elle attendait un enfant, et qu'il allait se marier avec elle. Elle tenait trop à lui pour le laisser partir. Elle était prête à tout pour qu'il reste à ses côtés, elle le considérait comme sien.


de paris à chez moi, il n'y a qu'un pas

PSEUDO/PRÉNOM : je n’ai toujours pas changé de prénom –ce qui est fort étrange-, Mathilde ou Australia. sur les forums. ÂGE : toujours la vingtaine et si je pouvais les garder ça m’irait très bien. SEXE : toujours une jolie jeune femm aux longs cheveux. VILLE : encore et j’espère à jamais, Toulouse, la ville rose. RAISON(S) DE L'INSCRIPTION : je nem trop ce petit forum, malgré une longue absente à cause des exams. IMPRESSIONS :hiihii je le déteste, mais je reste quand même, non c’est une petite boutade, je le trouve toujours aussi magnifique et le staff ainsi que l’équipe sont vraiment des amours.     FRÉQUENCE DE CONNEXION : je peux pas vous dire, ça dépend de beaucoup de choses, mais je passerai au moins toutes les semaines, c’est une certitude. UN DERNIER MOT ? merci à Anaïs d’avoir créé cette petite perle          


Code:
[color=#D04040]● [/color][b]alex pettyfer[/b] aka [i]valentin rousseau[/i].
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 17/1/2015, 19:01

Héhé Alex Pettyfer, ça faisait longtemps que j'avais pas vu sa bouille tient !
Et ce prénom que tu as choisi lui va à merveille je trouve !
Bienvenue ici et bonne continuation pour ta fiche, hâte de connaître le personnage !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 17/1/2015, 19:13

Mon p'ti Valentin *-* (je kiff tellement se prénom *-*)
Re-bienvenue parmi nous et encore merci d'avoir choisit mon scénario :)
Allons faire plein de bébés sur une île cachée
Revenir en haut Aller en bas
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : alex.

CRÉDITS : (ava) valtersen. (sign) uc.

PSEUDO : FREAKSHOW (laurine).


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 17/1/2015, 19:23

pettyfer ce dieu vivant
re-bienvenue chez toi, je te refais pas le couplet, tu sais où me trouver en cas de besoin


qu'importe que reviennent ces pensées qui m'aliènent. je saignerais mes veines pour soigner mes peines,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : tommo, mon bb.

CRÉDITS : scarlett glasses (avatar).

PSEUDO : anaëlle, la fabulance-même.


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 17/1/2015, 20:58

re-bienvenue parmi nouuuuuuuus !
bon courage pour ta fiche, et tu sais où trouver le staff en cas de besoin.



Tu te demandes si tu es une bête féroce ou bien un saint mais tu es infiniment nombreux, celui qui méprise, celui qui blesse, celui qui cherche, et tous les autres ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 17/1/2015, 22:47

bienvenue parmi nous et trop trop bon choix
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 17/1/2015, 22:58

Gwenaël: c'est anaïs qui a choisi ce petit nom, merci à elle car, c'est vrai que ça lui colle parfaitement à la peau. Merci beaucouup

Anaïs: hiihiii tu sais comme je t'aime toi, ton scénario est juste p-a-r-f-a-i-t!!!  Tu vas voir on va faire plein plein plein plein ... -fois trente six milles- petits bébés sexy mimi!!!!!

Eve: merci, ne t'en fais pas je viendrai toquet à ta boite mp au cas où

Isac: mici beaucoup, je viendrai t'embêter au cas de petit pépins

Neala: merci Nana
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 18/1/2015, 00:03

bienvenue et trèèèès bon choix :baisey2:

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 18/1/2015, 02:00

Merci Louise
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 18/1/2015, 17:13

REBIENVENUUUUUUUUUUE
j'ai kifouillé lire ta fiche (ouais, j'invente des mots, yakoi ?)
il me manque l'avis d'Anaïs et hopla j'te valide
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 18/1/2015, 17:16

Aaaahaah j'aime bien ce nouveau mot, j'adhère complètement.
Hiihhi merci bien pour ce nouvel accueil
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 18/1/2015, 17:29

Ah Ah ! Et bah je valide, j'ai adoré lire ta fiche ! Ça me va :D
Encore merci de vouloir essayer de me supporter (a)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 18/1/2015, 17:32

Mais y a pas de soucis, je vais te supporter tu vas voir
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 18/1/2015, 17:50




Tu es officiellement validé(e)

bravo, bravo, tu es venu(e) à bout de ta fichounette et tu as été accepté(e) à Paris. maintenant tu es libre de faire tes premiers pas en toute tranquillité - mais pas trop quand même. tu débarques peut-être en solitaire alors vas vite te faire de nouveaux amis qui n'ont qu'une envie : t'avoir dans leur agenda. ne sois pas triste s'il te manque quelqu'un dans ta vie, file créer son scénario pour le voir débarquer près de toi et te redonner le sourire. non, non, c'est interdit de dormir sur un banc ! l'agence immobilière est encore ouverte alors on se dépêche ! t'as vu comme tout le monde est mignon ici ? alors n'hésite pas à débarquer sur le flood et/ou la chatbox pour devenir le number one du délire. et puis si tu nous aimes, tu peux même voter pour nous, on te fera des crêpes pour te remercier ! on est un club de folie nous, et on a hâte de partager des tas de choses avec toi ! en attendant, amuse-toi bien parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA 18/1/2015, 17:52

Merci capitaine, je file faire tout ça madame!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA

Revenir en haut Aller en bas

j'aimemangédesbrocolis ¤ TINLENVA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE :: saison 05 :: gestion-
LES RPS LIBRES

then a hero comes along / zafira beaumont.
(voir le sujet)