Partagez|

and they lived happily ever after... ☆ maxizée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: and they lived happily ever after... ☆ maxizée. 23/4/2015, 23:22


maxence & alizée ☆

i ain't tryin' to say it's right
'cause you can make a lotta plans
but you can't plan life

Ma pause déjeuner venait de prendre fin et j'allais devoir reprendre le boulot même si cela ne m'enchantait guère. Je restais persuadée que plus vite j'y retournerais et plus vite la journée se terminerait. On se motive comme on peut après tout. Ces derniers jours, nous avions encore reçu plusieurs modèles de bagues de fiançailles qui étaient resté en réserve. Et puisque personne ne semblait se présenter, j'allais en profiter pour les mettre en place. Tout le monde ne passe pas forcément son temps dans une bijouterie de luxe, il faut croire que les parisiens n'ont pas forcément les moyens de s'offrir des bijoux haut de gamme de manière quotidienne. Ça me laisse le temps de traîner et de discuter avec ma collègue surtout. Mais en attendant, ces foutues bagues me donnent vraiment le cafard. Elles ne font que me rappeler que je ne suis pas prête d'épouser quelqu'un. C'est la dure loi de la vie quand on fréquente un homme déjà marié à une autre. Pourquoi est-ce qu'il avait fallu que mon existence soit si compliquée ? Et le pire était encore quand il fallait conseiller des futurs mariés sur le choix de leurs alliances, l'horreur. Et voilà que je recommençais à penser à Rudy que je n'avais pas vu depuis quelques jours déjà. Sa femme restant un obstacle conséquent à notre histoire. J'attendais impatiemment qu'il me dise que enfin, il avait décidé de demander le divorce. Chose qui n'arrivait malheureusement pas aussi vite que je le voudrais. Trop plongée dans mes pensées pour faire attention à ce qui se passait autour de moi, je ne remarquais même pas le client qui venait de rentrer à l'intérieur de la boutique. « Alizée ! » s'écriait Clémence pour la troisième fois consécutive. « Hein ? Quoi ? » lui répondis-je, reprenant difficilement mes esprits. « Tu ne m'écoutais pas, à quoi tu pensais encore ? » s'outrageait-elle. « Ouais... Peu importe, qu'est-ce que tu disais ? » la questionnais-je, en revenant vers la caisse, maintenant que j'avais déposé toutes les bagues. « Y'a quelqu'un qui vient de rentrer, c'est pour toi » exigeait-elle presque. Je levais les yeux au ciel prenant conscience du fait que quand un homme vient dans une bijouterie, c'est souvent pour offrir un cadeau à une femme. Encore un qui allait me cracher son bonheur au visage, ce qui n'allait que me faire déprimer encore davantage. Ce que je pouvais aimer mon métier dans des moments comme celui-ci... « Bonjour, est-ce que je peux vous conseiller ? » adressais-je simplement à l'unique client dans les parages. Parée de mon plus beau sourire, j'allais donner l'illusion d'être contente d'être là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: and they lived happily ever after... ☆ maxizée. 24/4/2015, 13:23


Paris n'avait plus de secret pour moi, ou presque plus. Évidemment mes habitudes, mon quotidien avaient changées, je m'habituais peu à peu a tous ces changements. Si j'avais débarqué à Paris, c'était pour ma mère son pays natale, sa ville natale elle voulait retrouver tout ça après la disparition de mon père. Ne voulant pas la laisser toute seule j'avais pris la décision de la suivre. Par chance, en arrivant à Paris j'ai trouvé rapidement une caserne pour m'accueillir ainsi qu'un petit appartement où je pouvais vivre seul non loin de ma mère. Mes débuts à Paris n'était pas très joyeux, je jonglais entre la caserne et l'appartement, rien de très excitant pour un jeune homme, puis petit a petit j'ai commencé à me faire des connaissances, des amis et très vite j'ai commencé a fréquenter les bars, les boites de nuit .... C'est d'ailleurs lors d'une soirée que j'ai rencontré ma future femme, Emily. Une jeune et jolie demoiselle interne en médecine, le coup de foudre, quelque chose d'inexplicable. Très vite avec Émilie nous nous sommes installé ensemble et après plus qu'un an de relation j'ai décidé de la demander en mariage, pour le plus grand bonheur de ma mère d'ailleurs qui adore sa belle-fille. Aujourd'hui j'avais en tête de faire cette surprise à Émilie, mais il me manquait un élément plutôt important dans ce genre de demande, une bague. Après mon service, qui s'était terminé en début d'après-midi, je décidai de prendre le chemin d'une bijouterie que j'avais repérée il y-a quelque semaine de cela, une bague avait particulièrement attiré mon attention. Après quelques minutes de marche, je me retrouvais dans le magasin « Bonjour » M'adressant aux deux jeunes femmes de la bijouterie. J'effectuais un rapide tour d'horizon pour voir si des nouveautés étaient apparu. L'une des vendeuses c'était approché de moi afin de me venir en aide. « Je cherche une bague pour une demande. Quelque chose de pas trop gros, mais pas trop petit non plus » Je ne savais pas réellement ce que je voulais, mais je connaissais bien Émilie maintenant et je savais que son travail il ne fallait pas quelque chose de trop gros et trop voyant.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: and they lived happily ever after... ☆ maxizée. 8/5/2015, 13:51


maxence & alizée ☆

i ain't tryin' to say it's right
'cause you can make a lotta plans
but you can't plan life

Il y a des jours avec et des jours sans. Aujourd'hui était clairement un jour sans. Ma pause déjeuner qui m'avait permis de faire une coupure entre la matinée et l'après-midi m'avait ôté toute motivation pour la fin de la journée. C'est bien connu qu'il est toujours difficile de s'y remettre quand on s'arrête. Pourtant, il allait bien falloir que je prenne sur moi et que j'aille aider ma collègue. Histoire de reprendre doucement le rythme, je décidais d'aller chercher les nouveaux modèles de bagues pour les installer dans les vitrines. C'était simple et pas trop stressant. Sauf que c'est Clémence qui me sortit de mes pensées un peu trop accaparées par Rudy. Effectivement, un client venait de pénétrer à l'intérieur de la bijouterie et il semblait intéressé par les bagues de fiançailles. J'avais encore touché le gros lot puisque je devais aller l'aider à faire son choix. Pourquoi est-ce que ma collègue ressentait toujours le besoin de me refiler les mecs complètement in love de leur copine. Elle devait m'en vouloir, c'était forcément un coup monté. Je ne voyais aucune autre explication plausible. J'avais fini par prendre sur moi en soupirant, puis avais débarqué près du client en question. Qu'est-ce que j'y connaissais en bague de fiançailles moi ? Je n'étais pas prête d'en porter une, vu le train où allaient les choses. Cela dit, le boulot passait avant tout et je me devais d'être irréprochable. Je m'approchais donc finalement du jeune homme et lui demandait si je pouvais l'aider à faire son choix ou le conseiller. « Alors, une bague de fiançailles, on est du bon côté » commençais-je, en avançant pour me retrouver plus près de la vitrine. « Vous recherchez plus un anneau simple ou travaillé ? Après, est-ce que vous voulez un diamant ? » le questionnais-je. Il y avait énormément de choix au niveau de ses bagues, et on pouvait trouver un tas de styles. Pour l'aider, il allait donc falloir que je sache exactement ce qu'il espérait trouver pour sa bien-aimée. Chaque personne a des attentes différentes et je ne connaissais pas sa fiancée, ce pourquoi je ne pouvais pas faire grand chose. J'espérais cependant qu'il ferait le bon choix, et que la bague choisie plairait à la demoiselle. C'est quand même mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: and they lived happily ever after... ☆ maxizée. 9/5/2015, 14:08


Mon après-midi était consacré à ma recherche de bague, j'allais demander Émilie en mariage et même si l'événement n'était pas prévue pour de suite je me devais de faire ma demande. Pour certains de mes amis et ma famille, ce choix était un peu précipité et pour d'autre il ne me voyait pas du tout passer ma vie avec elle. Selon ces personnes nous étions bien trop différents l'un de l'autre, Émilie passait le plus clair de son temps au travail me laissant parfois quelques jours tout seul, mais après tout je n'avais pas à lui en vouloir je savais que le boulot était quelque chose d'important pour elle. J'espérais toutefois que ma demande la ferait réagir et surtout lui ferais plaisir. J'entrais dans une bijouterie qui me paraissait plutôt bien a première vue. Une charmante demoiselle s'était approcher de moi pour m'aider dans mon choix. Je ne m'y connaissais absolument pas dans ce rayon et je misais beaucoup sur cette jeune femme pour m'aider à choisir. « A vrai dire je ne sais pas du tout. » Je me sentais gêner vis-à-vis de la vendeuse et je ne voulais pas qu'elle pense que je lui faisais perdre son temps. « Elle travaille dans un hôpital et la bague ne doit pas être trop voyante. » J'espérais qu'avec cette indication la jolie brune pouvait m'aider a trouver quelque chose qui pouvait correspondre. Émilie n'était pas très compliqué alors je savais d'avance qu'une bague sans gros diamant pouvais tout aussi bien lui plaire. « Je suis désolé vous devez penser que je vous fais perdre votre temps » J'adressais un sourire à la vendeuse avant de me remettre a regarder les bagues. « Je sais au moins une chose. Plutôt argent que or. » C'était le choix d'Émilie, elle n'était pas au courant de cette demande, de cette surprise, mais je savais qu'elle préférait les bijoux en argent plutôt qu'en or.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: and they lived happily ever after... ☆ maxizée. 3/8/2015, 16:11


maxence & alizée ☆

i ain't tryin' to say it's right
'cause you can make a lotta plans
but you can't plan life

Conseiller les clients faisait partie de mon métier. Travaillant dans une bijouterie, je me devais d'être capable d'aider ces derniers à faire leur choix quand celui-ci n'était pas encore arrêté. Contrairement à eux, j'étais assez câlée sur les différents types et styles de bagues que l'on pouvait trouver ici. C'était donc tout naturellement qu'ils se tournaient vers nous quand ils en ressentaient le besoin. Seulement, c'était un détail qui ne s'appliquait peut-être qu'à moi, mais je détestais conseiller les gens sur les bagues de fiançailles. Peut-être parce que je rêvais un peu trop d'être à leur place et d'en porter une moi aussi. Chose qui ne m'arrivait pas bien vite. C'était sûrement la jalousie qui me jouait de vilains tours. Et avec la poisse que je me traînais toujours, c'est un futur marié qui se présenta à moi dans le magasin. Je n'avais alors pas d'autres choix que de rejoindre le rayons des bagues de fiançailles avec lui. Pour couronner le tout, il ne semblait pas du tout inspiré et ne savait donc pas ce qu'il voulait. Ce qui engendrait que j'allais passer encore plus de temps ici et que j'allais devoir examiner un peu tout pour l'aider du mieux possible. Ma conscience professionnelle me perdra un jour. Ne sentant le client vraiment pas à son aise, j'essayais de détendre l'atmosphère. « J'ai l'habitude. Si vous avez du temps devant vous, on peut en prendre et faire un choix qui conviendra vraiment à votre fiancée ». Je m'étonnais à longueur de journée. C'était épatant à quel point je pouvais être jalouse et désespérée au fond de moi, mais finalement rassurante et chaleureuse en apparence. Je commençais à ouvrir quelques vitrines quand le jeune homme me prévint qu'il fallait plutôt miser une bague discrète, étant donné que la future mariée travaillait dans un hôpital. « Effectivement, c'est un détail important qu'il est bon de connaître » lui répondis-je aussitôt. Il était clair que l'on pouvait déjà oublier les gros diamants, mais aussi les bagues de diamètre assez gros et qui se remarquaient donc beaucoup trop. De mon côté, je fis une première petite sélection. J'avais gardé près de moi quelques anneaux qui correspondaient à ce que demandait le client. Et c'est ce moment que ce dernier choisi pour s'excuser encore une fois du manque de détails qu'il avait pu m'apporter dans sa recherche. Inutile de dialoguer là-dessus pendant des lustres, nous allions faire le tour des bagues disponibles en vitrines et il finirait bien par trouver son bonheur. Peu importe le temps que cela prendrait. Je lui adressais alors un sourire plein de compréhension pour lui faire comprendre qu'il n'y avait aucun problème. Il ajouta aussitôt que sa fiancée préférait l'argent à l'or. « Par chance, j'avais pré-sélectionné des bagues en argent. L'instinct féminin sans doute » plaisantais-je. Puis, je lui mis les anneaux en question sous les yeux pour voir si l'une ou l'autre attirait son attention. Prise d'un élan de curiosité soudain, je me décidais à poser quelques questions. Quitte à l'aider, autant le faire au maximum et pour cela, je devais le connaître. « Vous avez rencontré votre fiancée comment ? » commençais-je. « Ça fait longtemps ? » poursuivis-je immédiatement. « Enfin, si ce n'est pas indiscret » ajoutais-je tout de même, me rendant finalement compte que nous n'étions sûrement pas assez intimes pour qu'il puisse aborder ces points en ma présence, sans se sentir gêné. Mes questions touchaient à sa vie privée et même si je ne pensais pas à mal en les lui posant, j'aurais sans doute dû tourner ma langue dans ma bouche sept fois avant de parler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: and they lived happily ever after... ☆ maxizée. 5/8/2015, 21:39



Je n'étais vraiment pas dans mon élément en ce qui concernait les bagues et tout ce qu'une femme pouvait porter. A vrai dire je m'étais en quelque sorte mon avenir entre les mains de la vendeuse je comptais énormément sur elle et sur ces compétences pour faire plaisir à ma future fiancée. Je lui avouais clairement que j'étais perdu dans le choix des bagues qu'elle pouvait me présenté, pour moi toutes étaient jolies. « J'ai l'habitude. Si vous avez du temps devant vous, on peut en prendre et faire un choix qui conviendra vraiment à votre fiancée ». Finalement, elle me comprenait bien. Je lui adressais un sourire avant de lui répondre « J'ai tout mon temps. » La vendeuse commençais donc à sélectionner quelques bagues, la seule chose que je savais et que je lui indiquais aussi tôt c'était que je cherchais quelque chose de jolie mais plutôt discret puisqu'elle travaillait dans un hôpital. Je lui indiquais ensuite que l'option argent était préférable « Par chance, j'avais pré-sélectionné des bagues en argent. L'instinct féminin sans doute » Je sourie alors à la vendeuse « Effectivement. » Heureusement finalement car elle m'aidait déjà beaucoup dans mon choix, au final ce n'était pas rien comme cadeau, et comme demande. Après quelques minutes de recherche la voilà avec de nouvelle bague qu'elle disposait face à moi. De très jolies pièces évidemment. « Vous avez rencontré votre fiancée comment ? Ça fait longtemps ? Enfin, si ce n'est pas indiscret » Je relevais alors ma tête pour la regarder dans les yeux et finir par lui répondre. « Oh non ne vous inquiétez pas. Une rencontre plutôt banale a vrai dire, dans un bar lors d'une soirée étudiante pour elle et moi j'étais en vacances ici en quelque sorte. Nous sommes ensemble depuis quatre ans maintenant. » Quatre ans oui, mais quatre ans de hauts et beaucoup de bas.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: and they lived happily ever after... ☆ maxizée. 11/9/2015, 11:08


maxence & alizée ☆

i ain't tryin' to say it's right
'cause you can make a lotta plans
but you can't plan life

Cela faisait plusieurs minutes maintenant que j'étais en compagnie de ce client et que je l'aidais à trouver la bage de fiançailles qui conviendrait à sa bien-aimée. Ce n'était pas chose facile étant donné qu'il ne savait pas exactement ce qu'il voulait. Il suffirait que je me renseigne sur différents détails pouvant différencier les anneaux des uns et des autres. Savoir qu'elle préférait l'argent à l'or était déjà un grand pas mais aussi que la discrétion devait être de mise. Tout le monde sait que dans le milieu médical, les bijoux sont presque à proscrir pour des raisons d'hygiène. En tout cas, ce que j'essayais de faire, c'était de le mettre à l'aise. Il semblait le plus gêné de la situation mais il n'y en avait aucune raison. Puisqu'il avait tout son temps, nous allions pouvoir admirer un tas de bagues différentes. Je n'avais aucun doute quant au fait qu'il finirait par trouver la perle rare. Et puis j'étais intimement persuadé que peu importe la bague, sa fiancée serait la plus heureuse du monde. Une femme est toujours sur un petit nuage quand son homme lui propose de terminer sa vie à ses cotés, non ? Les premiers choix que j'avais fait avait de l'air de plutôt plaire au client, c'était bon signe, j'étais donc parti dans la bonne direction. Nous pouvions alors continuer sans problèmes. Voulant en savoir un peu plus sur lui afin de l'aider davantage, je me décidais à lui poser quelques questions. Ce n'est que quand ce fût fait que je me rendis compte que c'était personnel et qu'il pourrait ne pas avoir envie d'en parler avec une inconnue après tout. A mon plus grand soulagement, il ne parut pas offusqué le moins du monde par mes questions. J'avais eu de la chance parce que n'importe qui d'autre aurait pu me remettre en place, ce que j'aurais amplement mérité. Je n'étais pas là pour faire de la psychologie ou autre, je me contentais de conseiller les clients. « Vous n'êtes pas né à Paris ? » m'enquis-je alors. Il avait parlé de vacances pour lui donc j'en déduisais qu'il ne vivait pas dans la capitale à ce moment-là. « C'est une histoire qui dure, je vous souhaite que ça continue. Vous pensiez au mariage depuis longtemps ? Vous en aviez discuter tous les deux ? » poursuivis-je. Quand j'étais parti, on ne pouvait plus m'arrêter. J'étais légèrement curieuse dans le fond, mais les histoires d'amour m'avaient toujours passionnée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: and they lived happily ever after... ☆ maxizée. 26/9/2015, 20:53



Demander Louise en fiançailles était un grand pas pour moi, est-ce que j'étais sûr de moi ? Non pas du tout. Il faut dire qu'en ce moment nous étions souvent en conflit tous les deux, elle se devait de faire passer sa vie d'étudiante en priorité, quitte a me délaisser un peu alors que je venais tout juste de traverser le monde pour elle, quitté mon pays natal, mes amis, mes reperds, toute ma vie finalement, pour être avec elle. Plus les choses se précisait, plus mon stress augmentait, je m'apprêtais ou ; A commencé a construire mon avenir puis peut-être un futur a trois, ou alors complètement me tromper et faire la plus grosse erreur de ma vie, évidemment la deuxième option me faisait très peur. J'étais là, dans ce magasin cette bijouterie, devant cette vendeuse que je n'aidais pas beaucoup. Par chance elle était patiente avec moi et très compréhensible. J'appréciais. « Vous n'êtes pas né à Paris ? » J'affichais un léger sourire avant de lui répondre. « Non je viens des États Unis. » Je décide ensuite de me présenter à elle, « Maxence Harper, enchanté » je lui tends alors ma main, pourquoi je faisais ça ? Sincèrement je ne savais pas trop, mais au moins maintenant elle savait qui j'étais. « C'est une histoire qui dure, je vous souhaite que ça continue. Vous pensiez au mariage depuis longtemps ? Vous en aviez discuté tous les deux ? » J'affiche un léger sourire alors qu'elle me souhaite une longue route pour mon couple, je ne savais pas si ce sera le cas, j'en doutais même car son manque d'affection envers moi me blessais énormément. « Oh … Nous verrons bien ou tout ça nous mène » Malgré tout j'essayais de prendre les choses du bon côté. « A vrai dire c'est mon initiative, elle est très … énormément prise par ses études … Je me dis que peut-être une demande en mariage peut changer les choses. » Ou pas au final. D'un coup, j'effaçais mon sourire de mes lèvres.
lumos maxima


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: and they lived happily ever after... ☆ maxizée. 2/11/2015, 10:25


maxence & alizée ☆

i ain't tryin' to say it's right
'cause you can make a lotta plans
but you can't plan life

Un mariage, c'est toujours une grande décision à prendre. Engénéral, les deux futurs mariés en parlent beaucoup avant de sauter le pas. Il faut vraiment être sur la même longueur d'ondes, savoir ce que ça signifie, dans quoi on s'embarque et surtout si ils en ont autant envie l'un que l'autre. Ce n'est pas une cérémonie qui se fait à la va-vite, histoire de. C'est un réel engagement devant la famille et les amis les plus proches. Mais pour le coup, il semblait que mon client voulait surprendre sa fiancée. A ce que j'avais pu comprendre suite à notre échange qui durait depuis une bonne demie-heure, il espérait pouvoir renforcer son couple avec ces fiançailles. Cela pouvait expliquer qu'il tatonait quelque peut sur le choix de la bague, il n'était pas forcément sûr du goût de sa petite-amie et il n'avait certainement pas eu le temps de feuilleter les magazines de bijouterie avant de venir ici. C'était une situation qui arrivait régulièrement. De plus, les hommes ne sont jamais très inspirés quand il s'agit de bijoux. Ils n'aiment pas perdre de temps et se contentent souvent de la première qui leur passe sous le nez et qui leur plaît. Les femmes sont plus exigeantes. Mais ça fait partie de la personnalité de chacun après, on ne peut pas toujours faire de généralité. J'essayais donc de le conseiller au mieux en évoquant l'or ou l'argent pour commencer. On a toutes un métal préféré la plu part du temps. Certaines ont tendance à ne porter que de l'argenté alors que d'autres auront une préférence pour l'or. Les goûts et les couleurs comme on dit... Après, il fallait réfléchir au diamant ou non, à la taille de l'anneau, plus épais ou plus fin. Et puis un avis féminin est toujours utile quand on fait un tel choix. Alors que je continuais de sélectionner mentalement et de sortir certains modèles à montrer à mon client, je m'étais mise à lui poser des questions sur sa future fiancée, sur leur couple. Ma curiosité avait pris le dessus, bien que je tentais de me maîtriser un peu pour éviter de perdre tout professionnalisme. Cependant, je trouvais ce moyen pas si mal pour capter un peu mieux la personnalité de la demoiselle. Quand il m'avoua avoir rencontré sa fiancée en vacances, je comprenais bien vite qu'il ne vivait pas dans la capitale à ce moment-là. Je le lui fis confirmé et appris qu'il était américain. « Ah ! Si loin ! Et pourquoi un changement si radical ? Vous avez tout quitté là-bas ? » rajoutais-je. Les Etats-Unis, ça fait toujours rêver. Difficile de se dire qu'un américain ait envie de venir dans notre petite capitale française. Ce n'est pas du tout la même vie. Puis, il me tend une main que je serre, tout en se présentant à moi. « Alizée Vernet, de même » dis-je, à mon tour. Après tout, on pouvait bien partager nos prénoms, on ne se reverrait probablement jamais quand il aurait quitté ce magasin. Par la suite, je sus qu'ils formaient un couple depuis quatre ans. Ça commençait à faire, c'était bon signe. Peu de couple tiennent aussi longtemps de nos jours et encore moins de couples attendent aussi longtemps avant de franchir le cap du mariage. Peut-être que ça explique le nombre de divorces aussi important. Pourtant, à l'écouter, sa petite-amie ne lui portait pas assez d'attention et était plus concentrée sur ses études. Cela pouvait se comprendre mais concilier les deux n'était pas mission impossible autant que je sache. « C'est sûr que la médecine, ça ne plaisante pas. Mais ça ira sûrement mieux quand tout cela sera terminé » le rassurais-je. « Une demande en mariage, ça renforce les liens en général » ajoutais-je, dans un grand sourire. Ou alors, ça les casse complètement. Mais je n'étais pas là pour lui saper le moral. Ce pourquoi je préférais me taire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: and they lived happily ever after... ☆ maxizée. 6/11/2015, 15:35



Je faisais peut-être la plus grosse bêtise de ma vie, au final Louise ne voulait peut-être pas se marier avec moi, je savais très bien que les études lui prenant tout son temps et que même son boulot passait avant moi. En organisant une demande en mariage j'espérais que la jeune femme comprenne mon amour et essaie de concilier les deux, l'amour et le travail. Je me retrouvais dans cette bijouterie, face à cette femme qui prenait le temps de m'aider une demoiselle passionner par son métier aussi et à l'écoute de ses clients. Le temps passait et je me sentais à l'aise face à la demoiselle avec qui d'ailleurs, je commençais a parlé a répondre a ses questions. « Ah ! Si loin ! Et pourquoi un changement si radical ? Vous avez tout quitté là-bas ? » Je sourie tendrement en la regardant dans les yeux, je pouvais comprendre ses questions après tout c'est vrai pourquoi quitté un si grand pays pour venir ici ? « Disons que … J'ai fait des sacrifices, si on peut dire ça comme ça. J'ai quitté mes amis et un bout de ma famille oui, ma mère est Française. » il est vrai que ma vie là-bas me manquais, surtout en ce moment ou j'avais bien besoin de retrouver mes amis pour me changer les idées. Par la suite je venais à me présenter et elle fît de même à son tour. « Alizée Vernet, de même » Mon sourire venait a s'elargire, cette jeune femme avait l'air pétillante, pleine de vie, une femme classe et assez simple en même temps, une jolie demoiselle en tout cas qui me donnait le sourire même si je ne la connaissais pas. Puis son nom de famille je le connaissais déjà. « Très joli prénom. Vernet ? Vous n'avez pas un frère par hasard ? » Je pensais évidemment à mon collègue de travail il pouvait ne pas être de sa famille ou alors être un simple cousin, mais je pensais tout d'abord à un lien de fraternité entre les deux. Je lui avouais ensuite que la demande en mariage était mon initiative, qu'à cause de ses études Louise était plutôt absente, peut-être qu'avec cette demande je cherchais à me rassurer. « C'est sûr que la médecine, ça ne plaisante pas. Mais ça ira sûrement mieux quand tout cela sera terminé » Elle avait sûrement raison, c'était le genre d'études sérieuses qui demandaient énormément de temps, Louise se donnait a fond dans les tous les cas. « Oui peut-être. » Lui dis-je en souriant avant qu'elle ne rajoute. « Une demande en mariage, ça renforce les liens en général » Je soupirais, pas vraiment sûr, mais maintenant j'étais lancé et je me devais d'aller jusqu'au bout. « En général » répétais-je, vraiment pas sûr de moi.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: and they lived happily ever after... ☆ maxizée. 7/12/2015, 10:44


maxence & alizée ☆

i ain't tryin' to say it's right
'cause you can make a lotta plans
but you can't plan life

Finalement, j'en avais quelque peu délaissé les bagues pour partir dans une conversation avec mon client. Je ne savais pas si c'était bien professionnel, mais je n'avais pas l'air de le gêner particulièrement. C'était donc le plus important à mes yeux. De temps à autres, je voyais bien ma collègue qui me surveillait du coin de l'oeil. Elle devait vraiment s'ennuyer pour toujours s'occuper de ma vie comme elle le faisait, je ne savais pas vraiment ce qu'elle avait encore comme idée derrière la tête. Mais peu importe. J'avais appris que le jeune homme avait quitté les USA pour venir s'installer à Paris. Ce qui n'était pas banal en soi. En général, c'est plutôt l'inverse qui se produit. Ce sont plutôt les USA qui font rêver les parisiens, même si je n'échangerais ma ville lumière pour rien au monde. Cela m'avait intrigué, ce pourquoi je lui en avais demandé les raisons. Ma curiosité n'avait décidément pas de limites, et j'espérais ne pas finir par le froisser parce que notre échange allait mal se terminer si ça continuait. Je ne pouvais qu'approuver ses dires, il avait forcément fait des sacrifices s'il avait quitté la plus grosse partie de ses proches en venant s'installer en France. S'il avait fait cela pour sa fiancée, j'espérais au moins qu'elle le méritait et qu'elle se rendait compte qu'il l'aimait vraiment. Je ne suis pas certaine que beaucoup d'hommes aurait fait ce choix pour faire plaisir à une femme. Le romantisme se perd tellement de nos jours. « Ça peut être dans votre intérêt aussi alors. Une envie de découvrir vos racines françaises peut-être ? » répondis-je, dans un sourire. Il connaissait l'Amérique, quoi de plus normal que de vouloir connaître l'autre terre responsable de ses origines. Et puis, Paris est quand même la plus belle ville du monde. Finalement, peut-être que sa fiancée allait être bénéfique à tout ça, peut-être qu'il recontrerait d'autres membres de sa famille ici. Par la suite, il se présenta à moi, et je fis de même. Il me complimenta sur mon prénom avant de tiquer sur mon nom de famille. « Effectivement. J'ai même deux frères, Aymeric et Benoît. Comment est-ce possible que vous me connaissiez si bien alors que je viens seulement de découvrir quelques aspects de votre vie personnelle ? » le questionnais-je, en riant. C'était assez bizarre en fait, je ne savais même pas d'où il pouvait tenir ses informations. Il semblerait que ld'idée de la demande en mariage venait uniquement de lui. Il n'en avait pas préalablement parlé avec sa future fiancée. Parfois, c'était une bonne chose car cela prouvait l'attachement et les demoiselles en étaient profondément heureuse. Mais parfois, ne pas en parler peut vouloir dire que ce n'est pas un cap que la personne souhaite passer et cela peut-être une mauvaise surprise. J'espérais en tout cas pour lui que la première solution serait la bonne. Il avait l'air d'être plein de bonnes intentions et ce serait vraiment dommage qu'il se plante autant. Je tenais à le rassurer voyant qu'il vivait mal le fait que sa petite-amie passe beaucoup trop de temps concentrée sur ses études de médecine, plutôt qu'à faire attention à lui. Les deux points de vue étaient défendables en soi. Elle ne voulait pas rater ses études, ce qui était tout à son honneur. Et lui avait besoin de plus d'attention de la part de celle qui l'aime, une réaction tout à fait normal et qui prouvait encore une fois qu'il l'aimait réellement. D'ailleurs, il ne semblait pas convaincu quand je lui promettais que les demandes en mariage ont toujours tendance à rapprocher les couples. Je décidais donc de ne pas m'attarder sur le sujet, et reprenais les bagues qui se trouvaient devant moi. « Et pourquoi pas celle-ci ? Vous en pensez quoi ? » m'enquis-je, en lui présentant un anneau qui m'avait finalement sauté aux yeux, après avoir passé quelques instants à penser à autre chose. Il était fin, en argent, incrusté de trois petits diamants de la taille de l'anneau. Rien ne dépassait et ça me semblait discret, parfait pour une demoiselle travaillant dans la médecine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: and they lived happily ever after... ☆ maxizée. 8/12/2015, 15:24



Je me retrouvais pour la première fois de ma vie dans une bijouterie a choisir une bague de fiançailles. Je ne sais pas vraiment si cette demande va changer ma vie, va changer notre vie, mais je tente le tout pour le tout et lui demande dès ce soir si j'arrive a trouver la bague qui me plaît, une bague coup de cœur. J'entre dans la première bijouterie que je trouve et je tombe sur une vendeuse qui m'a l'air fort sympathique et assez rapidement je viens a me présenté à elle et a presque lui étaler ma vie. Bizarre d'ailleurs, moi qui ne suis pas vraiment du genre a raconté ma vie à des inconnus, là pour le coup c'est ce que je faisais, bizarrement je me sentais comme en confiance avec elle et je ressentais cette envie de lui parler de ma fiancée et de ces études qui prenaient tout son temps et par conséquent qui nous séparait légèrement. Tout en discutant je lui avoue aussi que je viens des USA et que j'ai tout quitté pour la retrouver ici, un pays, une ville totalement différente de la mienne, un mode de vie complètement différent. « Ça peut être dans votre intérêt aussi alors. Une envie de découvrir vos racines françaises peut-être ? » effectivement se pouvais être aussi un bon moyen de connaître quelques personnes de ma famille ici, du côté de ma mère donc, mais pour le moment ce n'est pas spécialement ma priorité. « Oui aussi, pour le moment disons que j'ai encore du mal a réalisé tous les changements mais … Je sais que ça va le faire. » l'assurais-je avec un de mes plus beaux sourire. Elle se présente à son tour et son nom de famille ne m'est pas complètement inconnu puisque mon collègue de travail porte le même nom qu'elle, j'en déduis donc qu'ils ont un lien tous les deux. « Effectivement. J'ai même deux frères, Aymeric et Benoît. Comment est-ce possible que vous me connaissiez si bien alors que je viens seulement de découvrir quelques aspects de votre vie personnelle ? » Et voilà, elle est donc la sœur de mon collègue et ami Benoît, je lui sourie de nouveau. « Je suis pompier, je travaille avec votre frère. » j'espère après ça qu'elle ne va pas me prendre pour un fou qui l'espionne ou quelque chose du genre alors qu'avant ce jour j'ignorais complètement son existence. Assez vite elle se reconcentre sur l'objet de ma visite et me propose de nouveau une bague qui se trouve devant elle. « Et pourquoi pas celle-ci ? Vous en pensez quoi ? » J'observe la bague qu'elle me tent puis la prends ensuite en main pour l'observer un peu mieux sous toutes les coutures, effectivement elle est plutôt jolie. « Oh oui, je la trouve très jolie. »
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: and they lived happily ever after... ☆ maxizée. 16/12/2015, 01:08


maxence & alizée ☆

i ain't tryin' to say it's right
'cause you can make a lotta plans
but you can't plan life

J'avais fait mon job avec ce client. Mais je crois que j'avais aussi fait un peu plus que mon job. J'avais échangé avec lui sur l'endroit d'où il venait, son couple, sa petite-amie, ce qu'il attendait de ses fiançailles... Un tas de choses qui m'avaient permis de le connaître un peu mieux finalement. Quand j'en apprenais davantage sur sa future fiancée, cela m'aiguillait également dans le choix de la bague. Il n'avait pas été très inspiré dès le départ, il avait donc fallut que je prenne les choses en main assez rapidement. Le jeune homme était américain mais il m'apprit qu'il avait quand même de la famille française. Finalement, il ne quittait pas tout dans un sens. Il quittait une partie de sa famille américaine certes, mais il en retrouvait une autre partie d'une toute autre nationalité. Ça peut aussi être vraiment bien de découvrir deux univers différents. Sa future fiancée lui apporterait peut être ce bonheur-là du coup. J'avais sauté sur l'occasion pour lui demander si il avait envie de découvrir ses racines françaises. Visiblement, ce n'était pas le but premier mais ça pouvait clairement en devenir un à long terme. Le temps nous le dirait bien assez vite. « Vous savez, on vit bien à Paris. Et puis, quand on devient parisien, on le reste toute sa vie » lui répondis-je, quand il m'assurait que même s'il avait un peu de mal avec tous ces changements, ça finirait par se faire. Je m'étais toujours sentie bien à Paris, et j'avais le sentiment que tout le monde ressentait les choses comme moi. Paris est belle, Paris est accueillante. Je pourrais vanter les mérites de ma capitale des heures durant, mais ce n'était pas mon métier malheureusement. Ça n'en était pas un tout court d'ailleurs. Par la suite, nous nous étions tous deux présentés, et instantanément, il avait tiqué sur mon nom de famille. Il connaissait mon frère ou du moins un de mes deux frères. Je ne savais pas encore exactement lequel, ce pourquoi je lui posais la question. Et c'est en apprenant qu'il était pompier que je comprenais bien vite qu'il travaillait avec Benoït. Comme le monde pouvait être petite parfois. Mon grand frère ne m'avait pourtant jamais parlé de lui, de ce que je me souvienne. Mais je ne lui parlais pas franchement de mes collègues non plus me direz-vous. « Plutôt marrant comme situation je dois l'avouer » dis-je, dans un léger rire. Quand j'allais raconter ça à mon frère, il n'allait jamais le croire, j'en avais déjà la certitude. Finalement, j'en revenais à l'objectif premier de la visite de Maxence à la bijouterie. Il lui fallait une bague de fiançailles. Ce serait quand même un comble qu'il reparte sans. On pourrait appeler cela une illumination, mais un anneau m'avait interpellé. Je lui en avais fait part. Parfois il suffit de ne plus penser quelques instants à quelque chose pour avoir une illumination juste après. Ce que le cerveau peut être bizarre. Je le laissais s'emparer de la bague pour l'examiner de plus près. Je n'avais pas envie qu'il fasse son choix à la va-vite non plus. « Adjugé vendu alors ! » m'exclamais-je, quand il m'affirmait qu'il la trouvait à son goût. Direction la caisse où il paya son achat. Je lui souhaitais tout de même bonne chance pour sa demande, en lui assurant que je croiserais les doigts pour que tout s'arrange dans son couple. Cette bague de fiançailles était une belle preuve d'amour et j'espérais que sa future fiancée la mesurerait à sa juste valeur.

rp terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: and they lived happily ever after... ☆ maxizée.

Revenir en haut Aller en bas

and they lived happily ever after... ☆ maxizée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» SUMMER • Living happily ever after
» You're still the one pool where I'd happily drown
» Happily Ever After
» The theban thief | I didn't become a puppet to other peoples desires, I lived and created my life as I intended it to be.
» Stefan Salvatore - For over a century I lived in secret

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE :: saison 08 :: rps-