Partagez|

i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 3/5/2015, 21:37



i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am.



Ce soir, c’était le soir où tu allais pouvoir voir ton chéri chanter sur scène dans l’un des bars de la ville. Tu dois bien avouer que tout le reste de l’après-midi t’avait paru passer hyper lentement tellement tu étais pressée de l’entendre chanter. Tu étais toujours telle une gamine de cinq ans lorsque tu savais que tu allais le voir sur scène. Tu savais qu’il était dans son élément dans ces moments là. Tu adorais l’admirer sur scène et entendre sa sublime voix résonner dans tout le bar. Les cours passaient bien trop longtemps à ton goût mais tu finissais tout de même par sortir de ton cours pour filer rejoindre Tybalt qui était venu te chercher. Tu adorais lorsqu’il pouvait venir te chercher à la sortie de tes cours. Tu disais au revoir à tes copines avant de le rejoindre avec un grand sourire sur le visage. Tu l’embrassais tendrement une fois que tu étais près de lui.  « Salut mon amour ! » Après l’avoir salué, tu montais avec lui dans la voiture pour prendre la direction du duplex où tu avais élu domicile depuis plusieurs jours maintenant. En fait, depuis que tu l’avais retrouvé tu vivais chez lui. La raison pour laquelle tu avais décidé de venir vivre avec lui un moment n’était pas des plus romantiques. Mais, tu adorais pouvoir le retrouver tous les soirs et aussi pouvoir te réveiller dans ses bras. Peu de temps après, vous arriviez à l’appartement et tu lui suivais le laissant ouvrir. Tu aurais très bien toi aussi ouvrir puisque tu avais maintenant les clés de chez lui. Tu avais été tellement touchée de ce geste, de voir qu’il te faisait assez confiance pour te donner les clés de chez lui. C’était réellement un peu chez toi maintenant. Tu le pensais encore plus même si tu t’étais toujours sentie chez toi lorsque tu étais chez lui. Tu entrais donc dans l’appartement avec lui et tu lui faisais un bisou avant de lui dire que tu filais sous la douche. Il fallait que tu te dépêches un petit peu si tu voulais avoir le temps de te faire assez jolie pour lui faire honneur ce soir. Tu te douchais rapidement et tu sortais de celle-ci afin de te préparer. Tu mettais un temps fou à choisir ta tenue. Tu avais envie d’être parfaite pour lui. Tu voulais lui faire honneur ce soir et être la plus jolie fille de la soirée. Mille fois tu changeais d’avis sur ce que tu allais porter. Un coup tu sortais une robe, puis un short, puis de nouveau une robe. Tu étais totalement incertaine. Le lit finissait recouvert de vêtements. Tu avais bien dû sortir plus de la moitié de tes tenues. Tu soupirais en pensant à quel point c’était compliqué d’être une fille. Tu étais certaine que Tybalt lui ne mettait pas autant de temps à se trouver une tenue. Mais, tu finissais par te fixer sur une tenue. Un short en cuir noir avec un assortit ferait bien l’affaire. Tu n’avais pas envie d’en fait trop non plus. Tu passais ta tenue avant de passer par l’étape salle de bain. Au bout d’une heure, tu étais fin prête. Il te restait juste à mettre des chaussures et tu optais pour des converses noires car tu savais que si tu mettais des talons, ça risquait d'être un peu trop provocant vu que ton short était plutôt court. Tu allais enfin pouvoir le rejoindre dans le salon.  « Ca y est bébé, je suis prête ! » Tu t’approchais de lui et tu allais l’embrasser tendrement. Tu te doutais qu’il devait être plutôt stressé. Même s’il ne te le disait pas, tu te doutais bien qu’il était stressé. En même temps, c’était totalement normal pour lui d’être stressé vu qu’il allait se produire devant plusieurs personnes. Tu savais que toi à sa place tu n’aurais jamais pu le faire. Aller, c’est partit. Tu montes en voiture direction le bar où tu allais écouter ton chéri chanter. Sur place, tu le laissais tranquille afin qu’il puisse se préparer sans être embêté.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 3/5/2015, 22:52


Just us against the world

Nous étions en fin d'après-midi, et je me trouvais actuellement appuyé sur le capot de ma voiture, en train de surveiller la sortie des étudiants de ton école. J'étais venu te chercher, j'avais le temps de le faire et surtout j'étais pressé de te revoir. Je n'avais pas pu venir manger avec toi à midi, j'avais du aller au bar dans lequel je jouerai ce soir pour régler un truc ou deux. Cela ne m'avait pas empêché de te passer un coup de fil, soit dit en passant. Mais tant pis. J'adresse un sourire à quelques personnes que je connais et qui font parti de tes amis, mais ce sourire est bien loin d'être celui que je t'adresse lorsque tu apparais enfin. Tu souris également, et je prends délicatement ton visage entre mes mains pour t'embrasser tendrement. « Salut mon amour ! » Je te souris doucement, prenant ton sac de sur ton épaule. « Bonjour belle blonde » Je te souris et te vole un nouveau baiser, avant de me glisser derrière le volant. Le trajet en voiture fut comme souvent utilisé pour qu'on s'échange nos dernières nouvelles et savoir comment s'était passé nos après-midis. Je suis stressé c'est vrai, et je te laisse aller te préparer avec un sourire amusé. Te connaissant, tu en auras pour un sacré moment. J'ai cependant prévu la chose et me suis douché juste avant de venir te chercher, ce qui explique que j'ai encore les cheveux humides. Je profite que tu sois à la salle de bain pour grimper sur la mezzanine et sortir les habits que je compte mettre ce soir. Un pantalon en toile beige, mes Converses rouges, un t-shirt uni blanc et une veste en cuir noire. Une tenue assez simple, mais qui me semble tout à fait aller avec les circonstances. Après un coup de gel ou deux, j'étais prêt et je redescendis au salon. Pour regarder la télévision en m'allumant une cigarette. Bah oui, tu étais actuellement occupée à te pomponner, il fallait bien que je trouve une manière de me détendre. Je te suis des yeux sans cacher mon amusement lorsque tu quittes la salle de bain pour monter à ton tour vers nos armoires.

Une bonne heure plus tard, tu étais de retour, et je manquai d'avaler mon chewing-gum que j'avais pris après ma cigarette. Je ne t'avais pas caché que j'avais repris la cigarette, mais ce n'était pas pour autant que je devais t'imposer une mauvaise haleine.« Ca y est bébé, je suis prête ! » Je laissai mon regard glisser sur toi avec un petit sourire en coin. « C'est le moins qu'on puisse dire » Je rigolai et puisque nous étions tous les deux prêts, il était temps de nous rendre au bar. Je dois me séparer de toi une fois qu'on est arrivés sur place, mais je prends le soin de t'installer confortablement sur un tabouret de bar. Et je demande au barman de céder à la moindre de tes exigences. J'ai toujours peur que tu t'ennuies ici, en attendant que je commence à chanter. « Je reviens dès que possible bébé » Je te souris et t'embrasse une fois, puis une deuxième, avant de devoir disparaître pendant quelques minutes. J'ai choisi mes titres cet après-midi et les ai transmis au patron, qui n'a émit aucune objection. De toute manière il me laisse assez libre de mes choix concernant mes morceaux. Puis vient le moment où je dois monter sur scène, ce que je fais armé de ma guitare et d'une bouteille d'eau. Assis sur un tabouret, je te cherche machinalement du regard, avant de te sourire lorsque je te repère. Ta présence me fait vraiment très plaisir. Je commence donc à chanter, aidé de ma guitare et de bandes sonores en fond. Je commence par Careless Whispers de George Michael, avant d'enchaîner par la chanson de Wiz Khalifa dont tu m'as parlé il y a quelques jours. Bref, j'enchaîne les chansons, jusqu'à ce que je vois un homme s'approcher de toi. En étant un également, je n'ai pas de grandes difficultés à comprendre les motivations de ce dernier. Et inutile de te dire que je sens mon sang bouillonner dans mes veines. Mais je termine ma chanson et en chante une autre, avant de faire une pause. J'approche ma bouche du micro, essayant de parler d'une voix aussi égale que possible. « Excusez-moi... Message personnel. Mais quelqu'un pourrait dire à l'abruti qui drague ma copine de dégager? Merci. » Je n'hésite pas à désigner l'endroit où vous vous trouvez, avant de reprendre ma musique. Mes mains tremblent de colère et je fini ma prestation.

© fiche créée par anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 4/5/2015, 00:26



i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am.



Tu avais passé un temps fou à essayer de te trouver la tenue parfaite pour ce soir. Tu voulais quelque chose de super joli, quelque chose de sexy et pas provocant à la fois. Ca avait été compliqué de trouver un truc qui te convenait. Tu avais l’impression que rien allait. Tu finissais tout de même par choisir une tenue parmi tout le bordel que tu avais dans la chambre. La troisième guerre mondiale avait éclaté là dedans. Il ne valait mieux pas que Tybalt monte dans la chambre tout de suite. Enfin avant, il fallait que tu bouges tes petites fesses jusque dans la salle de bain parce que tu n’en avais pas finit. Tu n’allais pas sortir avec les cheveux trempé et sans maquillage. Hop hop, au bout d’une heure tu étais fin prête -tu avais même rangé rapidement la chambre- et tu pouvais descendre rejoindre ton beau brun. Tu découvrais la tenue qu’il avait choisit de porter et tu le trouvais magnifique dedans. Il était tout le temps magnifique et ce soir, il ne faisait que confirmer ça. Tu étais à sa hauteur et, comme s’il ne pouvait pas le deviner, tu lui indiquais que tu étais prête.  « Ca te plait ? En tout cas, toi t’es magnifique mon amour » Tu ne pouvais pas t’empêcher de lui dire à quel point tu pouvais le trouver beau. Enfin, pas le temps de longs bavardages, vous vous mettiez en route pour le bar où le tatoué devait jouer. Vous arrivez au bar en quelques minutes et tu t’installais au bar. Tu savais qu’il devait te laisser afin de pouvoir se préparer et voir les derniers réglages avant de monter sur scène. Tu ne lui en voulais pas de devoir te laisser seule. Puis, tu avais ton téléphone pour te tenir compagnie en attendant qu’il se mette à chanter.  « D’accord bébé. Puis, tu déchires tout sur scène comme d’hab hein » Tu savais qu’il excellerait sur scène comme il en avait l’habitude. Un bisou, puis deux. Tu avais beaucoup de mal à le laisser partir loin de toi. Pourtant, il le fallait bien puisque tu ne pouvais pas monter sur scène avec lui. En attendant qu’il ne commence à chanter, tu jouais sur ton portable pour passer le temps. De temps en temps, tu relevais la tête et tu voyais que le bar s’était bien remplit depuis que vous étiez arrivés. Tu trouvais ça génial de voir qu’autant de monde allait pouvoir l’écouter. Bien sûr, tu repérais un groupe de filles plutôt jolies qui s’installait sur le bord de la scène ce qui t’agaçait pas mal. Mais, tu ne disais rien puisque toute façon, tu ne pouvais pas les virer du bar même si tu aurais bien aimé. Mais, ton chéri qui montait sur scène te détournait bien vite de tout ça. Il avait beau juste être en train de s’installer, tu ne pouvais déjà plus t’empêcher de le dévorer du regard. Puis, sa merveilleuse voix se met à résonner dans tout le bar et un immense sourire était scotché sur ton visage. Tu ne voyais que lui. Enfin, tu ne voyais que lui jusqu’à ce qu’un gars d’à peu près votre âge vienne t’accoster. Lorsque tu l’entends te sortir de ta bulle, tu ne peux t’empêcher de lever les yeux au ciel. Ca t’agace que l’on vienne te perturber alors que tu écoutes l’amour de ta vie. Mais, tu restes gentille en le regardant alors qu’il te tourne un peu trop autour. Tu as beau tenter de te débarrasser de lui en lui expliquant que c’est ton homme qui est en train de chanter, il ne semble rien vouloir entendre. Il a tendance à s’approcher un peu de trop de toi alors que tu te recules à chaque fois. Mais trop gentille, tu n’arrives pas à te débarrasser de lui. Tu tentes de te concentrer sur Tybalt en ignorant l’autre. Mais, le pot de colle ne lâche pas l’affaire. Un gros lourd comme lequel tu as toujours le don de tomber. A croire que dès qu’il y a un boulet dans le coin, il est pour toi. Tu es alors gênée quand Tybalt fait une annonce pour demander au boulet qui est à tes côtés de s’éloigner. Tu rougis d’ailleurs sans même t’en rendre compte lorsqu’un bon nombre de regard sont en train de suivre la main du chanteur qui vous désigne. Sauf que monsieur l’abruti ne semble pas comprendre que c’est de lui qu’on parle et il reste toujours à tes côtés. Tu soupires en levant une nouvelle fois les yeux au ciel. Tu décides alors de changer de place sans rien dire. Tu pensais qu’il comprendrait que sa présence te dérange. Mais non, il est en train de te suivre et vient s’installer à une table avec toi. Tu passes une main sur toi visage en réfléchissant à la façon dont tu vas pouvoir te débarrasser de lui sans être trop méchante parce que ça tu ne sais pas faire de toute façon. Tu sais d’ailleurs que Tybalt risque de péter un câble avec ce con qui te tourne autour et tu t’en veux déjà parce que tu sais qu’à cause de ça, il n’est pas à cent pour cent dans sa prestation.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 4/5/2015, 14:50


Just us against the world

Je ne peux que rester admiratif et charmé de la tenue que tu as choisis. Elle te va bien, elle est sexy sans être vulgaire... Bon si ça ne tenait qu'à moi tu serais habillée en vieux jogging tout le temps, mais je n'étais pas tout à fait sûr que tu acceptes. Enfin, tout le temps... Quand on sort, surtout. Quoique si je t'en proposais un des miens peut-être que tu accepterais? Mmh intéressant, il faudrait que j'essaye. « Ca te plait ? En tout cas, toi t’es magnifique mon amour » Je souris et me retiens de lever les yeux au ciel. Je ne t'ai pas fais de compliments pour en recevoir un en retour, même si cela me fait plaisir. « Merci » Je te souris et dépose un baiser sur tes lèvres. J'aime passer du temps tranquillement avec toi, mais ce soir nous n'avions malheureusement pas le temps. Nous devions nous rendre au bar, qui n'étais pas très loin de chez nous. Tu y étais déjà venue, mais je ne crois pas que tu avais déjà rencontré le barman qui avait changé il y a quelques jours. Je suis un peu mal de te laisser toute seule, livrée à toi même, mais je n'ai malheureusement pas le choix. Selon les patrons on a la possibilité d'emmener un proche avec nous en coulisses, mais ce n'est malheureusement pas le cas ce soir. Il y a des abus, et comme toujours le commun des mortels paye parce qu'il y a eu des cons. « D’accord bébé. Puis, tu déchires tout sur scène comme d’hab hein » Je te souris et prend appuie sur tes deux cuisses pour déposer un baiser sur tes lèvres. J'ai du mal à te quitter et c'est stupide puisqu'on ne sera qu'à quelques mètres, mais je m'inquiète vraiment que tu regrettes d'être venue ce soir. « Je vais voir ce que je peux faire » Je te souris une nouvelle fois, avant de devoir disparaître pour de bon.

Les premiers instants de mes prestations se passent plutôt bien, du moins jusqu'à ce qu'un gros lourdeau ne te tourne autour. D'une manière particulièrement pénible, et je vois bien que tu essayes de t'en débarrasser. Mais il ne semble pas comprendre, et de mon côté je me sens comme un volcan près à exploser à n'importe quel moment. Je fis une remarque directement adressée à ce pauvre mec, mais là non plus il ne sembla pas comprendre les choses. C'est pas possible d'être autant con. Je termine ma chanson, avant de m'octroyer une pause de quelques minutes. Comme c'est le cas habituellement, sauf que cette fois c'est différent. « Je vais le buter » Je marmonne entre mes dents, reposant ma guitare alors que je vois que vous êtes désormais attablés à une table. Au lieu d'aller me rafraîchir, je me dépêche de faire mon chemin jusqu'à vous. Les lumières se sont rallumées entièrement dans la pièce, ce qui fait que j'arrive à faire tout ce chemin sans qu'on ne me remarque vraiment. Je ne saurais pas dire si tu m'as vu arriver, mais c'est en tout cas clairement pas le cas de ce pauvre mec. Je suis d'une sale humeur, et cela doit se voir tout de suite. Me saisissant de son col, je le forçai à se lever, et à me faire face. « Eh connard, quand je dis qu'il faut laisser ma copine tranquille, tu le fais! » Il semble un peu surpris de se faire ainsi aborder par quelqu'un qui n'est peut-être pas aussi baraqué que lui, mais je le pousse violemment, le faisant reculer de quelques pas. Mais ce n'est pas parce que je ne pèse pas 120 kilos que je n'ai pas de force. Bien au contraire. « Tu dégages. Elle est avec moi » poursuivis-je d'une voix un peu plus maitrisée, mais aussi froide qu'un iceberg. Beaucoup plus menaçant sans aucun doute. Mais il fini par partir, comprenant que c'était sans doute mieux comme ça. J'avais pris sur moi jusqu'à maintenant parce que je savais que tu ne supportais pas lorsque je me battais, mais je n'étais absolument pas contre l'idée de lui coller une bonne droite. Prenant une grande aspiration qui me fit frissonner des pieds à la tête, censée me calmer un peu. « D'où il tombe ce type? » Je grommelle, serrant encore les dents. Bon peut-être que ma grande respiration n'a pas suffit à me calmer finalement.
© fiche créée par anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 4/5/2015, 16:54



i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am.



Tu étais vraiment mal chanceuse. Tu avais été obligée d’attirer le plus gros des boulets présent dans le bar. Il fallait vraiment que ce soit sur toi que ça tombe. Tu étais certaine qu’il y avait une tonne de filles célibataires dans ce bar. Gros lourd de service ne comprenait pas que tu n’étais pas disponible. Tu lui avais dit dans les premiers mots de votre conversation que le chanteur qui était sur scène était ton petit ami. Tu lui avais bien fait comprendre que c’était l’amour de ta vie qui était en train de chanter. Tu aurais pensé qu’il comprendrait le message. Surtout que tu n’étais pas des plus agréable là tout de suite. En général, même avec les gros lourds tu restais gentille. Là tout de suite, c’était la façon la plus méchante dont tu pouvais te comporter. Tu ne savais pas être méchante et cassante avec les autres. Pourtant, là tu étais réellement agacée par sa présence. Il t’empêchait d’écouter ton chéri qui était en train de se produire sur scène. D’ailleurs, tu te doutais bien qu’il devait être en de te regarder depuis son tabouret pendant qu’il était en train de chanter. Tu n’étais pas très à l’aise de savoir que tu devais sûrement être en train de le déconcentrer à cause de l’abruti qui était à tes côtés et qui voulait absolument en savoir plus sur toi. Tu ne lui avais même pas dit ton prénom et tu ne lui laissais pas l’occasion de croire qu’il pourrait y avoir un peu plus que toi voulant qu’il dégage de ta vue. Tybalt a beau faire une annonce micro et il ne réagit pas ne semblant pas comprendre qu’il s’agit de lui. Il devait vraiment être con, ce n’était pas possible autrement. Comme avec tes paroles tu n’arrivais pas à te montrer assez dure pour qu’il fiche le camp, tu décidais de changer de place sans un mot. Tu avais espérais pendant un millième de seconde que ça marcherait. Ce fut tout le contraire vu qu’il était venu s’asseoir avec toi à table. Ambre, il fallait vraiment que tu prennes des cours pour virer les gros lourds parce que là tu n’étais absolument pas douée. Il était à table avec toi en train de te parler et tu ne pouvais t’empêcher de soupirer d’agacement toutes les dix secondes en levant les yeux au soleil. Il te soule et en plus tu ne peux pas écouter ton homme chanter. Tu avais juste envie de lui hurler de dégager d’ici. Mais, tu étais bien trop polie pour lui dire ça alors tu supportais du mieux que tu pouvais sa présence. Sauf que Tybalt faisait une pause et tu te doutais bien qu’il allait débarquer ici pour faire dégager cet abruti. Quelques secondes après que la lumière ce soit rallumée, tu peux voir que ton chéri est déjà là et qu’il attrape l’autre gars par le col. Tu dois bien avouer que tu es surprise par le fait de voir ton brun aussi agressif. Pourtant, tu le savais puisqu’il avait déjà fait ça avec d’autres gars. Avant, il frappait même bien plus rapidement. Mais, il savait que tu détestais ça. Tu détestais le voir se battre avec un autre mec alors il se retenait, pour toi. Tu les regardes tous les deux, un regard inquiet posé sur Tybalt. C’est uniquement pour lui que tu t’inquiètes, juste pour lui. Tu n’as pas envie qu’il s’attire des problèmes. Tu as finis par te relever et te rapprocher du tatoué pour pouvoir le séparer de l’autre si c’était nécessaire. Mais, pot de colle semble avoir compris la leçon cette fois et il disparait de votre vue. Tu étais venue près de lui alors que tu sentais qu’il était loin d’être calmé. Tu sens dans ses paroles et dans ses gestes qu’il est tendu. L’une de tes mains vient caresser tendrement sa joue.  « Calmes toi bébé.. » Tu as juste envie qu’il se calme pour qu’il puisse remonter tranquillement sur scène et reprendre ce qu’il avait débuté. Tu ne voulais pas que votre soirée soit gâchée à cause de ça.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 4/5/2015, 17:49


Just us against the world

Je suis vraiment sur le point d'exploser, et je sens qu'il ne suffirait que d'une parole mal placée de ce type pour que ça pète. Mais heureusement, il semble bien trop surpris de me voir débarquer de cette manière pour réagir comme un vrai mâle. C'est à dire en se défendant et en présentant des excuses avant d'aller chercher une autre proie. Mais non, il reste juste planté encore quelques secondes comme le plus parfait de crétin, te regardant une nouvelle fois avant de décider de tourner les talons. Je n'ai donc pas à utiliser mes poings, même si c'est vrai que j'ai été particulièrement agressif en débarquant comme ça. Le soulever de cette banquette par le col au lieu de lui taper sur l'épaule pour avoir son attention, par exemple. Mais je n'étais pas tellement du genre à utiliser le tact, la diplomatie et ce genre de choses suivant les situations. Et ça, c'était exactement le genre de situations que je n'arrivais pas à gérer dans le calme. Surtout que j'avais du attendre de longues minutes avant de venir m'interposer. Parce que sérieusement, au train où ça allait, dans deux minutes il essayait de t'embrasser et dans cinq de t'emmener dans les toilettes pour... Bref. Ces pensées firent revenir de violentes vagues de rage, et finalement peut-être que lui coller une bonne droite m'aurait fait du bien. Mais je ne peux pas. Tu ne supportes pas, et malgré tout je n'ai pas envie de te décevoir ou de te faire honte. Je me contente donc de le pousser violemment, pas de toutes mes forces, mais assez pour qu'il s'éloigne de toi contre sa volonté. C'était le moment qu'il comprenne, ce gros con.

Je n'avais pas vu que tu t'étais levé, tout occupé que j'étais à essayer de faire redescendre la pression. Je sursaute lorsque tu déposes ta main sur ma joue, bien que je me relaxe instantanément, puisque je sais que ça ne peux être que toi. Je suis un nerveux, un mec instinctif qui réagit au quart de tour. Pour tout et n'importe quoi. Mais quand il s'agit de me calmer si mon niveau d'énervement est trop monté, cela peut prendre un certain temps. En général il est même fortement déconseillé de venir me parler ou même de me regarder. C'est mieux de me laisser gérer ce mélange de sentiments tout seul. Mais encore une fois, avec toi, c'est différent. Complètement et totalement différent. Tu es la seule à pouvoir approcher l'animal sauvage que je suis dans ces moments-là sans dommages. « Calmes toi bébé.. » Mon regard se tourne vers toi, et je t'observe pendant quelques secondes, plongeant mon regard dans le tien. Je déteste ce genre de moments, et je déteste voir et savoir que certains hommes pouvaient te désirer comme ça. Tu étais à moi, personne n'avait le droit de te regarder de cette manière. Je ne réponds rien, me contentant de te regarder dans les yeux. Cela me permet de m'apaiser, et j'espère que tu n'es pas trop effrayée parce que que tu peux lire dans les miens. Je pose ma main sur la tienne, sur celle qui se trouve sur ma joue. Quelques personnes ont vu notre dispute, mais ils ont fini par détourner et s'intéresser à autre chose. J'allais ouvrir la bouche pour te dire quelque chose - que j'avais besoin d'aller prendre un peu l'air et éventuellement fumer une cigarette, si possible en ta compagnie - mais c'était avant que le patron me rappelle. Je soupire et détourne les yeux, sachant ce que cela veut dire. Je dois remonter sur scène. Puis je te regarde à nouveau, avant de m'approcher de toi pour déposer mes lèvres sur les tiennes. Ce n'était pas un baiser tendre, c'est un baiser possessif, qui sert à la fois à me rassurer et à montrer que tu m'appartiens. Bien qu'il en reste très amoureux et respectueux, comme toujours. « Je reviens » Je murmure contre tes lèvres, avant de t'embrasser une nouvelle fois. Un peu plus délicatement qu'avant, cette fois. Je t'adresse également un petit sourire, avant de retourner dans les backstage. Le patron eu la gentillesse de ne faire aucun commentaire sur ce qui venait de se passer et c'était sans doute mieux. Lorsque je revins sur scène, mon premier réflexe fut de balayer la salle pour voir si ce crétin était toujours dans le coin, mais je ne le vis nulle part. Heureusement. Ce fut donc plus serein que je repris le fil de mes chansons, mon regard attiré par un groupe de filles que je n'avais pas encore remarqué, installées au premier rang. Non pas par un quelconque intérêt, mais bien parce qu'une d'entre elle s'était mise à siffler lors du dernier refrain que j'étais en train de chanter. J'arquai un sourcil surpris et lui fis un très vague sourire poli, avant de terminer ma chanson. Ils avaient quoi les gens aujourd'hui?

© fiche créée par anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 4/5/2015, 20:03



i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am.



Ca y est l’autre abruti était enfin partit de ton espace vital. Il avait été obligé de dégager rapidement s’il voulait rester entier. Tu savais que s’il avait émit la moindre résistance, ton chéri n’aurait pas hésité à le frapper histoire qu’il comprenne bien qu’il n’était pas le bienvenue dans ton espace vital. Tu aurais préféré que l’autre gars parte bien avant. Qu’il ne t’accoste même pas. Tu aurais préféré passer tout ton temps seule pendant qu’il était en train de chanter. Surtout que tu savais très bien que tu ne te serais pas ennuyée une seule seconde. Tu étais passionnée par ce qu’il faisait. Alors, tu aurais été là au bar à le dévorer de tes grands yeux bleus pendant qu’il serait en train de chanter. Tu aurais pu te perdre dans son regard et avoir alors l’impression qu’il ne chantait que pour toi. Tu aurais eût l’impression qu’il n’y avait rien ni personne d’autre dans ce bar. Tu en voulais à ce type d’avoir tout gâché surtout que ça faisait bien trop longtemps que tu n’avais pas pu le voir sur scène. Alors oui, tu le reverrais dans quelques jours puisque tu lui avais promis de l’accompagner pendant deux soirées. Tu aurais donc un autre moment pour te rattraper. Mais, cette soirée était spéciale vu que tu le retrouvais sur scène après plusieurs semaines sans avoir pu venir le soutenir. Tu avais été très occupée par tes révisions puis il y avait aussi eu votre séparation de trois semaines. Donc oui, en y repensant, ça faisait bien longtemps que tu n’étais pas venue le voir. Tu étais encore plus déçue et triste que l’on t’ai gâché ton début de soirée. Alors qu’il venait de réussir à faire déguerpir l’autre mec, tu te levais et tu allais à la hauteur de Tybalt. Tu sentais qu’il était encore énervé et tu voulais le calmer. Ou au moins essayer car tu n’avais pas la prétention de dire que tu pourrais forcément le faire aller mieux. Tu caressais sa joue en espérant qu’un geste tendre pourrait l’aider à passer à autre chose, à oublier toute cette histoire. Tu voulais qu’il arrête de penser à ça parce qu’il ne se serait jamais passer rien de plus que toi tentant d’ignorer ce boulet. Tu le regardes alors que vos regards se perdent l’un dans l’autre. Tu ne lâche pas ses yeux et tu peux alors voir dans les siens à quel point il est en colère, à quel point il est énervé. Voir ça dans ses yeux te fait frissonner. Pourtant, tu ne lâches pas son regard et tu le regardes le plus tendrement possible. Tu as beau voir à quel point il est furieux par ce qui vient de se passer, ça ne change rien au fait que tu l’aimes. Mais, tu dois bien avouer que de voir que tout ça l’a touché autant te fait du mal. Tu n’aimes pas le voir souffrir et tu sais que ce qui s’est passé l’a non seulement énervé mais probablement touché aussi. Ton pouce caressait sa joue alors que la main du brun était venue se poser sur la tienne. Tu n’hésitais d’ailleurs pas à lui sourire comme pour le rassurer. Tu n’avais pas le temps de passer un long moment avec Tybalt que son patron venait déjà vous séparer. Tu étais déçue que ce moment se termine si tôt. Tu aurais passer encore quelques minutes avec ton amoureux. Tu avais un peur au départ qu’il vienne pour vous mettre dehors, n’ayant pas apprécier ce qui s’était passé. Mais non, il était juste venu le rappeler pour qu’il reprenne. Tu es alors surprise par l’intensité de son baiser et tu t’accroches à lui. Au moins, avec un tel baiser tout les garçons vous voyant ne pourront que savoir que tu étais à lui. Rien qu’à lui. Tu hoches la tête lorsqu’il te dit qu’il va revenir.  « Essayes de plus penser à ce qu’il vient de se passer bébé.. » Tu n’avais pas envie qu’il gâche le reste de sa prestation à cause de ce qui venait se passer. Tu avais envie qu’il se concentre juste sur sa musique sans penser au reste. Il t’embrasse tendrement une dernière fois avant de disparaitre dans les coulisses. Tu décides donc de te rassoir en attendant qu’il monte une nouvelle fois sur scène. Tu n’avais pas à attendre bien longtemps pour qu’il remonte sur scène. Tu ne le lâchais pas du regard et tu souriais. Puis, tu remarquais qu’il était en train de regarder un groupe de filles au premier rang. Celles que tu avais repéré un peu plus tôt. Autant dire, que tu perdais immédiatement ton sourire en t’agaçant seule dans ton coin. Tu étais jalouse et tu l’étais encore plus en voyant qu’il souriait à l’une des filles. Ok, c’était juste un sourire poli mais ça t’énervait tout de même. D’ailleurs, on pouvait sentir ton agacement puisque tu t’étais mise à taper des doigts nerveusement sur la table. Tu avais finalement hâte qu’il descende de scène pour pouvoir partir loin de cette bande de filles qui avaient les yeux un peu trop baladeurs.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 4/5/2015, 21:12


Just us against the world

On peut le dire spécialement ce soir, heureusement que tu me connais. Peut-être que quelqu'un qui ne me connaissait pas n'aurait pas eu le courage de s'approcher de moi alors que je peux donner une impression aussi hostile à l'extérieur. Et ce n'est rien comparé à ce que je ressens à l'intérieur. Mais tu me connais, et depuis le tout début de notre relation tu sais comment faire pour me contrôler. Tu n'as jamais hésité à me dire ce que tu n'aimais pas dans mon comportement, ce n'était pas pour rien que je savais pertinemment que tu détestes quand j'en viens aux mains. Même si je ne garde ce genre de traitement que pour les hommes, naturellement. Je suis de ceux qui pensent qu'on devrait pendre les hommes qui lèvent la main sur une femme. Et en place publique. Mais tu es là, tu arrives à me calmer et m'apaiser rien qu'en un seul regard et quelques mots. Bon je n'en suis pas au point d'aller méditer pendant trois heures, mais au moins je sais que j'arriverai à me concentrer sur la suite de ce qui m'est demandé. Parce que je sais pertinemment que si je ne donne pas satisfaction à mon patron, ce dernier à des dizaines de musiciens sans doute autant voir plus doués que moi qui attendent de pouvoir venir jouer ici. Je t'embrasse, d'une manière assez inédite en public. Mais honnêtement, j'en ai besoin. « Essayes de plus penser à ce qu’il vient de se passer bébé.. » Je te fais un petit sourire pour toute réponse, avant de devoir retourner sur scène. Même si l'épisode est toujours présent dans mon esprit, chanter me fait du bien. Et puis je peux enfin te regarder, sans te voir harcelée par un autre homme que moi.

Mon attention est rapidement détourné cela dit, spécialement lorsqu'une fille au pied de la scène me siffle de manière particulièrement explicite. Je ne sais pas si tu l'as entendu, mais je n'ai cas croiser ton regard pour savoir que tu n'as pas apprécié cette petite scène. Je ne sais pas vraiment s'il s'agit du sifflet ou du léger sourire que je lui ai adressé juste après. Mais tes doigts tambourinent sur la table, et je te sens tendue à ton tour. Heureusement, je n'ai plus que quelques chansons à faire et ma prestation touche rapidement à sa fin. Tu sais très bien comment cela se passe à la fin des concerts, mais je me dépêche néanmoins d'aller rassembler mes affaires en coulisses pour te retrouver. A mon avis, un moment rien que tous les deux au loft ne peux que nous faire du bien. Histoire qu'on puisse se retrouver et parler de ce soir. Ma guitare sur le dos, je retourne dans le bar où je fais quelques pas avant de sentir une main sur mon bras. Pensant qu'il s'agit de toi, je me retourne avec un sourire, avant de froncer les sourcils. C'est vraiment loin d'être toi, à moins que tu te sois transformée en rousse incendiaire entre temps. « Heu... Salut » Je ne cache pas ma surprise, spécialement parce qu'au début sa conversation n'a rien de très particulier. Les gens se sont levés dans le bar, ce qui fait que j'ai extrêmement de mal à te situer. Je ne te vois pas, et je regarde discrètement mon téléphone pour m'assurer que tu ne m'as pas écris. J'espère juste que ce mec n'est pas revenu à la charge. J'ai un peu zappé ce que la rousse et sa copine me racontaient, et je reviens à la réalité en l'entendant rire à ce qu'elle dit, déposant une nouvelle fois sa main sur mon avant-bras. Machinalement, mon regard se dépose sur sa main, avant que je ne le relève sur elle. Bon sang ce que je déteste ce genre de moments. Autant j'apprécie ceux qui viennent me complimenter sur ma musique et avoir un vrai échange, autant s'il s'agit de conversation superficielle comme ça... Ça me gonfle.

© fiche créée par anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 4/5/2015, 22:31



i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am.



Tybalt est remonté sur scène depuis quelques secondes, trente ou quarante secondes pour être précise, et tu t’agace déjà du comportement de l’une des filles au premier rang. Enfin, tout ce petit groupe de pimbêche te soulait. Tu les avais repéré lorsqu’elles étaient arrivées et tu t’étais bien doutée qu’elles allaient te prendre la tête. Enfin, tu avais espéré que Tybalt ne soit pas à leur goût. Enfin ça, c’était un peu comme croire au père noel, un beau rêve. Ton chéri était super canon -le plus canon à tes yeux- et tu savais que beaucoup de filles avaient des vues sur lui. Autant dire que ça ne te plaisait pas de savoir que des filles pouvaient s’imaginer des choses, s’imaginer pouvoir te le piquer. En fait, tu étais aussi jalouse que lui pouvait être jaloux. C’était simple, il ne supportait pas qu’un homme s’approche, tu ne supportais pas voir une fille près de lui. Alors là, ça te donnait juste envie de piquer une crise de voir cette fille tenter d’attirer son attention. Ce qui t’énervait encore plus, c’était de voir que ton homme pouvait lui sourire. Franchement, comme s’il était réellement obligé de faire ça. Tu tapotais nerveusement sur la table en ne cachant pas à quel point ça pouvait t’énerver. Là, tu avais bien envie de sortir du bar pour prendre l’air et ne plus voir l’autre grognasse en train d’essayer de draguer ton chéri. Mais, tu ne sortais pas parce que tu savais que tu le perturberais s’il ne te voyait plus dans la salle. Alors, tu restais jusqu’à la fin en prenant sur toi pour éviter de tuer la fille. C’était limite d’ailleurs si elle n’était pas en train de baver devant lui et ça t’exaspérait. A présent, tu n’as plus qu’une hâte, qu’il termine de chanter. Tu as envie de te retrouver seule avec lui pour ne plus penser à l’abruti de tout à l’heure et l’allumeuse qui est au pied de la scène. Ton souhait est exaucé et le concert se termine. Hallelujah, tu vas enfin pouvoir aller le retrouver. Mais en fait non, tu ne pouvais pas aller le rejoindre puisque l’autre était déjà là. Tu lâchais un long soupire parce que tu commençais réellement à être énervée. Enervée par l’attitude de cette fille qui était en train de draguer ton homme. Il était à toi et tu avais juste envie de la frapper pour lui faire rentrer ça dans le crâne. Tu détestes voir que cette fille a une main poser sur son bras. Elle osait la toucher et tu étais bien obliger de faire les yeux quelques secondes pour éviter de lui arracher la tête tout de suite. Au final, tu comprenais pourquoi Tybalt avait envie de frapper lorsqu’il voyait un mec t’approcher. Peut être que tu pouvais bien faire un effort en supportant qu’il mette son poing dans le visage des plus lourds. Enfin non, tu ne voulais pas qu’il s’attire des problèmes en se battant. Tu étais un peu prise entre deux feux là tout de suite. Tu ne savais pas si tu devais le rejoindre et bien faire comprendre à cette fille qu’il était à toi ou si tu devais sortir histoire de ne pas piquer une crise de jalousie. Tu la vois rire et poser une nouvelle fois sa main sur son bras. Ton sang ne fait qu’un tour dans ta tête et tu ne comptes pas laisser la rouquine toute seule avec ton chéri, elle pourrait finir par lui sauter dessus. Tu t’approches alors d’eux et tu jettes un regard noir aux deux filles une fois que tu es à leur hauteur. Rien qu’avec ça, elles peuvent comprendre qu’elle ne sont pas les bienvenues aux côtés de ton chéri. Tu ne peux d’ailleurs pas t’empêcher de pousser violemment la main qu’elle a de poser sur le bras du brun.  « Tu seras gentille d’enlever tes sales pattes de mon copain merci. » Ton ton est très froid et même un peu cassant. Tu fais bien comprendre à cette fille que tu ne comptes pas la laisser approcher de trop. La gentille Ambre est partie. Tu laisses place à une personnalité un peu plus sombre et qui est rarement de sortie. Sauf que là, ta jalousie te change en véritable tigresse et si tu le pouvais tu la boufferais la rouquine. Filtre ce que tu vas dire Ambre, filtre. Et bah non, tu ne sais pas faire et tu lui dis ce qui te passe par la tête parce qu’elle t’énerve à être toujours là face à vous.  « D’ailleurs, t’es encore au courant que y a que les pétasses qui draguent les mecs déjà en couple ? Enfin tu dois en être une alors tout s’explique. » Tu lui fais un petit sourire ironique alors qu’elle et sa copine répliquent. Comme si elles n’étaient pas au courant que Tybalt était en couple. Il avait fait une annonce micro pour dire à un gars de ne pas s’approcher de sa copine alors non il n’était pas célibataire. Elle devait vraiment te prendre pour une conne en fait. En tout cas, elle ne niait pas le fait qu’elle l’avait dragué. Tu ne savais pas trop quoi en penser de ça. Enfin si, tu savais tu avais juste envie de les frapper toutes les deux.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 5/5/2015, 06:57


Just us against the world

Ce que j'aimais le plus quand je chantais, c'était pouvoir te regarder e voir ce que tu pensais de ce que je faisais. J'arrivais facilement à lire en toi, et j'aimais voir comment tu réagissais aux paroles des chansons ou à ce que je mettais au niveau de l'interprétation. Lorsqu'il s'agissait de chanson d'amour, ce n'était pas bien difficile à deviner. Toutes les paroles et toutes les chansons de ce calibre là étaient destinées à la femme de ma vie. Toi oui, même si tu te transformes en tomate quand je le dis. Ce qui est sans doute encore plus rare que mes je t'aime. Je ne suis pas doué pour les mots doux, mais j'y travaille. Je suis un homme d'action et donc bien plus à l'aise lorsqu'il s'agit de te montrer à quel point je t'aime et je tiens à toi. Quelques fois de manière douce, en étant tendre, prévenant et attentif avec toi. Et quelques fois de manière un peu plus brusque, comme je l'ai été avec ce pauvre type tout à l'heure. Mais cette soirée n'était pas du tout ce que j'avais imaginé. Déjà à cause de lui, et ensuite parce que je n'arrive pas à lire ce que j'arrive à lire dans tes yeux d'habitude. Tu sembles agacée à ton tour, et je devine rapidement qu'il s'agit des filles à mes pieds, sans mauvais jeu de mot. Vivement qu'on rentre, vraiment. Mais cela ne semble pas rapidement possible, puisqu'une rousse vient me parler, accompagnée de sa copine. Et m'empêche de te rejoindre, malgré le manque d'intérêt que je lui accorde. Quelle fille continue de parler à un garçon qui n'arrête pas de regarder autour de lui et qui vérifie son téléphone alors qu'elle lui raconte je ne sais quoi? Elle, apparemment. Mais je reviens rapidement à la réalité lorsque je sens sa main sur moi. Pour le coup, j'arrête mes recherches du regard pour le poser sur sa main. C'est à ce moment précis que tu apparais, et j'allais lâcher un "salut bébé" soulagé et souriant. Sauf que tu ouvres la bouche bien plus rapidement que moi, pour t'adresser à la rousse. Dont tu as rapidement retiré la main de mon bras. « Tu seras gentille d’enlever tes sales pattes de mon copain merci. » Je suis assez surpris de te voir agir comme ça, normalement quand tu es jalouse tu boudes et je dois me battre pendant des heures pour sortir une phrase entière avec sujet, verbe et complément de ta bouche.

Mais je sais, contrairement à la rousse qui semble sincèrement surprise elle aussi de te voir agir de cette manière, que quand tu es dans une colère froide comme ça, les mots ne passent pas par la case réflexion. Ce que je comprends, puisque je suis pareil. « D’ailleurs, t’es encore au courant que y a que les pétasses qui draguent les mecs déjà en couple ? Enfin tu dois en être une alors tout s’explique. » Tu leur lances un sourire ironique, et je dois bien avouer que tes mots m'amusent beaucoup. Mais je ne laisse rien paraître, en toute honnêteté je n'avais même pas réalisé qu'elles me draguaient. En tout cas, elles se dépêchent de démentir les choses, en ajoutant qu'elles ne savaient pas que j'étais en couple. Ce qui me fait froncer les sourcils. A la limite qu'elles n'aient pas vus les baisers qu'on s'est échangés tout à l'heure, je peux comprendre étant donné qu'on était un peu en retrait, je peux concevoir. Mais j'ai quand même fait une annonce devant tout le monde pour que tu arrêtes de te faire attaquer par ce gros lourd. « Pourtant l'annonce que j'ai passé au micro était clair tout à l'heure » Je fais la remarque d'une voix calme, en haussant les épaules. Je n'ai pas spécialement envie que cette dispute aille plus loin. Même si la rousse répond qu'elle croyait que c'était une plaisanterie. Je n'ai pas besoin de te regarder pour te voir fulminer, j'ai l'impression de ressentir ces vagues d'énergie provenir de toi. Je dépose donc ma main dans le creux de ton dos, espérant t'aider à te calmer un peu. « Et bien maintenant vous savez que ça ne l'était pas. Je suis très loin d'être célibataire » Je te regarde et te donne une petite pression dans le dos t'invitant à te blottir contre moi si le coeur t'en dit. Je n'ai pas envie de te forcer à le faire à la vue des circonstances. J'espère juste que tu n'es pas énervée contre moi également, même si dans le fond je n'ai pas fait grand chose. Mis à part chanter et être poli. Ce que ces demoiselles ne semblent pas vraiment être. Ma mâchoire se décroche presque, lorsque la rousse n'hésite pas à demander mon numéro de téléphone ou mon Facebook parce qu'elle aussi "adore la musique et aimerait percer dans ce milieu-là". Je ne sais pas comment tu vas réagir, je sais que c'est un peu quitte ou double. Mais, comme je n'ai pas envie que tu tournes simplement les talons en me laissant planté là avec elle, ma main se resserre contre toi. Comme si j'allais accepter, de toute manière. « Désolé, je ne donne pas mon numéro de téléphone et Facebook est gardé pour mes amis... Mais va parler avec le patron, je crois qu'il recherche quelqu'un pour les mardis soirs » Je lui adresse un sourire et tourne les talons en t'entraînant avec moi, ignorant prodigieusement sa remarque qui dit qu'on n'a cas apprendre à être amis. Je ne sais pas si tu y arriveras de ton côté, par contre.

© fiche créée par anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 5/5/2015, 13:03



i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am.



Cette fille qui était bien trop proche de lui te rendait hors de toi. Tu avais de lui foutre un coup de pelle derrière la tête et jeter son corps dans la Seine. Ok, c’était un petit peu radicale comme solution et tu n’avais pas assez de force pour pouvoir le faire. Mais, tu avais réellement envie de commettre un meurtre. C’était simple, tu n’avais pas envie que l’on s’approche de Tybalt, que l’on s’approche de TON Tybalt. Il avait quelques amies féminines bien sûr. Mais, tu connaissais ces filles et tu savais qu’elles n’envisageaient rien de plus que de l’amitié avec le brun. Tu avais déjà rencontré ces filles et tu avais pu discuter avec elles alors pas de soucis. Enfin moins. Parce que oui, tu restais toujours méfiante. Il était tellement facile de tomber amoureuse de Tybalt que tu n’avais pas envie que ça arrive à quelqu’un d’autre. Alors là, la rouquine qui avait la main posée sur le bras de ton homme, ça ne le faisait pas. Mais alors, pas du tout. D’ailleurs, tu ne saluais pas Tybalt lorsque tu arrivais à ses côtés. Non non, tu mettais directement les choses au point avec l’autre. Il fallait qu’elle entre dans sa petite cervelle qu’il était à toi, rien qu’à toi. Tu ne laisses le temps ni au brun ni à la fille de parler que tu retirais la main de cette dernière. Si tu avais été assez forte, lui briser le bras aurait été une solution qui aurait pu te plaire. Sauf que tu n’étais pas bien forte. Ta force était plutôt comparable à celle d’une mouche. En temps normal, tu serais partie en boudant en voyant ça. Sauf que cette soirée qui s’annonçait des plus belles avait été gâchés par un lot d’abrutis alors tu étais énervée. Tu n’avais pas envie de fuir en faisant la tête comme tu le faisais tout le temps. Pour le coup, Tybalt avait déteint sur toi ce soir. Tu transformes en une autre personne que tu n’as pas l’habitude d’être pour faire face à l’autre. Parce que ouais, tu n’as pas envie d’en chercher plus sur cette allumeuse. Tu veux qu’elle dégage du paysage et tu n’hésites pas à lui lancer une petite pique qui ne passe pas par la case réflexion. Depuis que tu es à ses côtés, tu ne regardes pas le brun. Tu es bien trop concentrée sur les deux filles qui semblent d’ailleurs être surprise par la façon dont tu leur parles. Surtout qu’elle était vraiment conne pour ne pas avoir compris qu’il n’était pas disponible. En plus de l’annonce micro, vous aviez partagé des baisers juste avant qu’il ne remonte sur scène. Il fallait quoi, que tu lui mettes une laisse pour montrer qu’il était à toi ? Ce n’était pas franchement ton genre de faire ça. Quoique, s’il pouvait se tatouer sur le front qu’il était à toi, ça pourrait être pas mal pour que les autres filles comprennent qu’il ne fallait pas s’approcher. C’est seulement au moment où il prend la parole que tu relèves les yeux sur ton tatoué. Tu fulmines et si tu étais dans un cartoon, de la fumée sortirait de ta tête. Tu as vraiment envie de la tuer sur place surtout lorsqu’elle dit qu’elle pensait qu’il s’agissait d’une plaisanterie. Tu lèves les yeux au ciel.  « C’est vrai que ça avait l’air de beaucoup l’amuser. » Zen Ambre, zen. Il ne faut pas que tu perdes ton calme devant de tel filles. Pourtant, ta voix te trahit et elle laisse transparaitre tout ton énervement. Tu es furieuse et la rouquine de par son comportement ne t’aide pas à te calmer. La main qu’il passe dans ton dos te calme un peu. Enfin, pas bien longtemps puisque dès que tes yeux croisent ceux de la rouquine ça t’énerve encore un peu plus. Qu’est-ce qu’elle fou encore là ? Ce n’est pas assez clair qu’il est en couple et amoureux ? Il est même obligé de se justifier et de lui dire qu’il n’est pas libre. Tu lèves une fois de plus les yeux au ciel en soupirant longuement d’agacement. Ta patience est mise à mal là tout de même. La pression qu’il effectue dans ton dos fait que tu te rapproches doucement de lui. Mais, tu ne viens pas te blottir dans ses bras comme tu en avais l’habitude. Tu ne voulais pas que l’autre croit que tu étais en train de te cacher derrière ton chéri. Tu restes sur le cul quelques secondes lorsque tu entends qu’elle demande à Tybalt son numéro de téléphone ou son Facebook. Tu prends vraiment sur toi pour ne pas la frapper. La moutarde est en train de te monter au nez et tu risques de perdre le peu de calme qu’il te reste très bientôt.  « Ouais ouais casses-toi. Tu vois bien qu’il s’en fou de toi. » Tu roules des yeux en la regardant. Il vaut mieux pour elle qu’elle parte en fait. Puis, Tybalt t’entraine et tu le laisses faire sans résistance. Enfin, ça c’est jusqu’au moment où les dernières paroles qu’elle prononce entre dans tes oreilles. Ca y est, tu as perdu ton calme et telle une furie tu lui fous une claque. Parce que tu comprends bien qu’en fait, elle en a rien foutre du fait que tu sois là ou non et elle continue de le draguer. Elle est en train de draguer ton homme devant toi et ça te rend complètement dingue. Comme tu t’y attends, la rouquine ne reste pas sans réagir et elle essaye de te rendre ton coup tout en hurlant que tu es dingue. Ce soir, ce n’est pas Tybalt qui se bat par jalousie mais toi.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 5/5/2015, 18:20


Just us against the world

J'ai bien réalisé que ton regard n'a pas croisé le mien depuis que tu es arrivée à notre hauteur. Mais encore une fois, je ne sais pas pourquoi. Il peut y avoir plusieurs raisons, et celle qui dit que tu es malgré tout énervée contre moi est toujours présente dans mon esprit. Cela me stress, pour tout avouer. Mais je m'efforce de ne pas le montrer, préférant mettre les choses au clair avec ces filles avant tout. Par respect pour toi, et également parce que je veux rentrer à la maison. Normalement, quand tu es là, on reste ici le temps de boire quelque chose, mais là j'ai juste envie de rentrer à la maison. Je lui explique donc que je suis avec toi, en pointant l'annonce que j'ai fais au micro pour que le lourdeau te laisse tranquille. Apparemment elle pensait que c'était une plaisanterie, ce qui me surprend un peu. Même si je suis là pour chanter et non pas faire un spectacle comique, on fait mieux comme blague quand même. Mais je n'ai pas le temps d'intervenir, que tu le fais toi-même. « C’est vrai que ça avait l’air de beaucoup l’amuser. » Tu fulmines, et j'ai l'impression d'entendre la fumée sortir de tes oreilles, selon le bruit d'une cocotte. J'essaye d'être tactile avec toi sans trop l'être pour autant, histoire de ne pas donner l'impression à ces filles que tout est calculé. Non, la seule chose que je cherche à faire c'est d'essayer de te calmer. J'ai vécu les choses il y a quelques minutes et je sais parfaitement ce que ça peut faire. A la différence certes que ledit garçon n'avait pas insisté une fois que je m'étais pointé vers vous. Je suis une nouvelle fois surpris lorsqu'elle me demande un moyen de contacter, mais je refuse, naturellement. Et pas uniquement parce que tu es là, j'aurais refusé si cela n'avait pas été le cas non plus. « Ouais ouais casses-toi. Tu vois bien qu’il s’en fou de toi. » Je te jette un nouveau regard surpris, mais me reprends vite avant de nous faire nous éloigner.

Même si tu n'es pas violente, je sens que tu es sur le point de la rupture. Malheureusement, cette fille ne semble pas comprendre qu'elle pousse les choses beaucoup trop loin. J'ai dis que je n'acceptais que mes amis sur Facebook - ainsi que ma famille et ma chérie ce qui est logique - et elle se saisit de cette phrase pour sortir le genre de trucs dragueurs qu'on entend dans les mauvaises séries américaines. Apprenons à être amis? Sérieusement? Je n'ai pas le temps de réagir que tu te retournes, et j'ai juste le temps de faire de même pour te voir lui administrer une claque magistrale. Qui me laisse bouche bée. « Ambre » Je murmure, et je ne suis pas sûr que qui que ce soit m'ait entendu. C'était plus sous le coup de la surprise que pour communiquer. Mais je reprends vite mes esprits, lorsque la rouquine essaye de t'en coller une en retour. Je me glisse entre vous, faisant face à la rousse. « Hey ne la touche pas toi » Je fronce les sourcils, complètement dépassé par la situation. J'étais vraiment loin de me douter que cette soirée allait se passer comme ça. Je te fais reculer de quelques pas tout en te tenant la main, histoire que tu ne partes pas ou que tu ne sautes pas sur elle pour l'égorger. « Je t'ai dis que j'étais pas intéressé, vraiment, et si ma copine n'avait pas été là ça n'aurait rien changé » Je ne savais pas vraiment ce qu'elle espérait en recueillant mon Facebook ou mon téléphone, mais passons. Je me retourne et me retrouve face à toi, déposant mes mains sur tes hanches. « Viens, on rentre » J'avance et te fais reculer de quelques pas, avant de t'attraper par la main pour nous avancer le plus rapidement possible vers la sortie.

© fiche créée par anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 5/5/2015, 19:44



i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am.



Tu étais en train de péter un câble sur cette fille. Cette fille qui avait osé s’approcher un petit trop de ton chéri. Tu avais déjà du mal à supporter qu’une fille soit à moins de deux mètres de lui. Alors là, l’autre pétasse -oui oui tu étais vulgaire mais c’est ce que tu pensais d’elle- qui le draguait devant toi ne pouvait que te rendre folle. Tu étais déjà en train d’imaginer toutes les manières possible et inimaginables sur la façon dont tu pouvais la tuer. Tu avais des envies de meurtre. En fait là, tu ne captes plus réellement Tybalt alors que tu sais pourtant très bien qu’il est là vu que sa main est posé sur toi. Tu t’es même un petit peu rapprochée de lui. Sa présence te calme un petit peu. Mais l’autre à le don pour te rendre encore plus furieuse. Elle doit vraiment vouloir te mettre hors de toi. Peut être qu’elle espérait que si Tybalt te voyait dans cet état, il te larguerait ? Tu n’en savais rien du tout. Sauf que si c’était son plan, c’était raté. Ton couple avec le brun était bien plus fort que ça et ce n’était pas une connasse de rouquine qui allait pouvoir vous séparer. Tu bouillonnes en faisant au max pour te retenir. Tu n’étais pas violente en temps normal alors tu voulais continuer comme ça même si c’était très difficile. En tout cas, une chose est sûre, tu n’es pas énervée contre Tybalt. Peut être que tu l’avais été un peu début quand tu l’avais pendant qu’il était sur scène en train de lui sourire. Mais maintenant, ce geste était bien loin et tu n’y pensais plus du tout. La seule chose que tu voyait c’était une rouquine qui faisait du rentre dedans à ton brun. Ton, TON brun, à toi rien qu’à toi. Tu n’as toujours pas croisé le regard de ce dernier. Ton attention est complètement orientée vers les deux autres. Enfin, Tybalt tente de t’éloigner d’elle et tu te dis que tu vas peut être enfin pouvoir passer un moment agréable en rentrant à l’appartement. Tu avais tellement hâte de rentrer. Tu avais juste envie de te poser chez vous et oublie toute cette bande de cons. Tiens d’ailleurs, ils pourraient peut être se rencontrer les deux boulets qui vous avaient dragués ce soir. Ils feraient un beau couple d’abruti. Aussi débile l’un que l’autre. Cette fois, tu étais prête à quitter ce bar même si tu étais toujours furieuse. Enfin, ça c’est ce qui se serait passé dans le meilleur des scénarios. Sauf miss jecomprendpasquilenarienàfoutreetquesacopinevafinirpartetuer avait décidé de te provoquer une fois de plus. Oui, là c’était de la provocation, rien d’autre. Elle semblait vouloir se prendre une gifle alors c’est ce que tu faisais en te détachant de l’emprise de Tybalt. Ta main venait claquer sur sa joue. Et, ce n’était pas une petite claque que tu lui avais mise. Non non, tu venait de lui décrocher une bonne grosse gifle qui montrait bien à quel point elle avait pu t’énerver. Toute la rage que tu ressentais était passée dans cette claque. Enfin, tu restais toujours furieuse même après ça. Ca ne t’avait pas détendu plus que ça de te défouler sur elle. Tu ne l’entend pas prononcer ton prénom, tu entends uniquement l’autre fille qui est en train de t’insulter avec l’aider de sa copine. Mais, la rouquine essaye de te retourner ta gifle qui ne t’atteint pas parce que Tybalt se met entre vous deux. Tu tentais de te calmer en étant derrière lui parce que tu avais toujours envie de lui ressauter à la gorge. Sauf que ce n’était probablement pas l’idée du siècle et ça ne te soulagerait pas. Tu le laissais te prendre la main sans te débattre pour retourner frapper l’autre. Il fallait que tu te montres civiliser. Tu hoches la tête et recule de quelques pas comme Tybalt le souhaite. Tu le laisses te prendre la main et tu sors avec lui du bar. Dans ta façon de lui tenir la main, on peut comprendre que la pression n’est pas redescendue et que tu es toujours aussi énervée.  « Heureusement que t’étais là parce que sinon je crois que je la tuais.. » Tu soupires longuement. Oui, s’il n’avait pas été là tu serais sûrement toujours en train de te battre dans ce bar. Ca ne te ressemblait pas du tout. Mais, elle avait réussit à te mettre complètement hors de toi ce soir et tu allais avoir besoin d’un peu de temps avant que la pression ne redescende.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 5/5/2015, 20:47


Just us against the world

J'étais clairement dépassé par les événements et les choses qui se passaient depuis quelques minutes, et je ne savais pas trop comment gérer tout ça, c'était vrai. Bon comme toujours mes attentions et ma concentration étaient tournées vers toi, et je cherchais avant tout le meilleur moyen de te soulager et de te faire aller mieux. La rouquine et sa pote, je m'en fichaient pas mal dans le fond. Ce n'est pas pour que tu ne l'étrangles pas que je t'empêche d'avancer, mais uniquement pour que tu ne te retrouves pas avec des problèmes. Surtout à cause d'elle et indirectement à cause de moi. Même si, encore une fois, je n'ai vraiment rien demandé du tout. Et c'est pour qu'elle ne te touche pas que je me suis interposé également. Si elle espère pouvoir lever la main sur toi, elle peut encore espérer pendant de nombreuses années. Je mets une dernière fois les choses au clair avec cette rouquine, dont les yeux lancent d'ailleurs des éclairs. Mais je m'en fiche comme de ma première couche. Sa joue est légèrement rougie d'ailleurs, tu n'y est vraiment pas allé de main morte. Et c'est le cas de le dire. Cela ressort sur sa peau, même si elle est rouge de colère de se faire traiter de cette manière. Elle ne doit pas avoir tellement l'habitude qu'on lui résiste, à mon avis. Mais voilà, moi je ne vois que toi.

Et je crois qu'il vaut mieux qu'on sorte d'ici rapidement. C'est donc pour cette raison que je t'entraîne avec moi jusqu'à l'extérieur, prenant une longue et profonde bouffée d'air frais. De ton côté, tu es encore folle de rage et je le sens parfaitement. « Heureusement que t’étais là parce que sinon je crois que je la tuais.. » Je t'adresse un petit sourire, passant mes bras autour de ta taille. Je tais la pensée que j'ai, à savoir que si je n'avais pas été dans ce bar tu ne te serais sans doute jamais disputé avec cette fille. « En tout cas elle va sentir sa joue pendant de bonnes heures » Je ne sais pas si tu es en état de supporter un peu d'humour, même si c'est pour te détendre. Je ne veux pas banaliser la situation, parce que je me rends bien compte d'à quel point ça t'a marquée. Des gens entrent et sortent du bar, mais on se trouve à quelques mètres de l'entrée, désormais hors de vue de ces gens-à. Je me mords brièvement la lèvre inférieure, avant de me plonger dans tes beaux yeux bleus. Ils sont sombres, et ce n'est pas uniquement dû à l'obscurité qui règne actuellement. « Ça va? » Je te questionne en te caressant très délicatement la joue. Comme si j'avais peur que tu exploses si je parle trop fort ou si je suis trop brusque. Ce qui est le cas, je dois bien l'avouer. « Je suis désolé que tu ais du à vivre ça bébé... Je pensais vraiment pas que ça se passerait comme ça » Je savais ce que c'était que d'être jaloux au point de vouloir faire la peau à l'autre personne, mais je ne t'avais jamais vu réagir aussi violemment. Envers la fille en question du moins, parce que j'avais personnellement déjà passé plusieurs mauvais quarts d'heure à cause de ta jalousie. Je me retrouvais quelques fois un peu désarmé, parce que même si la jalousie était une belle preuve d'amour, quelques fois je ne comprenais même pas que tu l'étais. Parce que je ne voyais que toi, et ce n'était pas parce qu'une fille prenait le temps de m'adresser la parole que cela changerait.

© fiche créée par anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 5/5/2015, 23:39



i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am.



Ce n’était absolument pas toi tout ce qui s’était passé ce soir. Ca ne te ressemblait tellement pas d’avoir réagit de cette façon. Tu étais plutôt du genre à fuir et à faire la tête dans ce genre de situations. Tu étais du genre à partir et le laisser en plan parce que tu étais énervée par la situation. Souvent, Tybalt avait du mal à te tenir les vers du nez dans ce cas-là. Tu te refermais sur toi même et tu ne disais rien. Tu ne prononçais pas un mot et ça pouvait durer plus d’une heure quand tu étais réellement énervée. Mais là, ton stade d’énervement avait dépassé tout ce que tu avais pu connait jusqu’à présent. Tu avais complètement péter un câble en voyant cette fille si proche de lui. C’était sûrement parce que cette fille était hyper joli et que tu avais peur qu’il ne craque pour cette dernière. Il avait beau te rassurer chaque fois sur ce qu’il ressentait, qu’il ne voyait que toi et qu’il te trouvait la plus belle, la plus parfaite, tu n’étais jamais rassurée. Tu avais toujours peur qu’un jour il ouvre les yeux et tombe amoureux d’une autre fille, une fille bien mieux que toi. Tu te sentais tellement banale et parfois tu te demandais même ce qu’il faisait avec toi. Tu n’avais pas du tout confiance en toi. Pourtant, Tybalt était des plus attentionné avec toi pour que tu essayes d’en avoir. Tu le trouvais d’ailleurs adorable à chaque fois qu’il te faisait des compliments même si tu étais gênée. Enfin là, il n’était pas du tout question de gêne ou quoique ce soit d’autre. Tu étais furieuse, furieuse que cette fille te provoque et qu’elle s’approche de cette façon de ton homme. Tu avais complètement pété les plombs en foutant cette gifle à la rouquine. Tu étais telle une hystérique ce soir. Tu n’étais pas comme ça en réalité. Tu n’étais pas la folle dingue que l’on avait vu à l’intérieur du bar. Maintenant que tu étais dehors et que tu pouvais prendre l’air, tu retrouvais tes esprits. Pourtant, tu restais furieuse parce qui venait de se passer. Tu n’étais pas beaucoup plus calme qu’à l’intérieur. Juste, tu te rendais compte de ta connerie à réagir de cette manière. Tu savais que tu n’aurais pas du réagir comme ça et pourtant, tu n’avais pas réussit à faire autrement. Tu comprenais totalement pourquoi Tybalt avait du mal à se retenir de frapper les mecs qui s’approchaient de toi. Tu crois qu’à partir de ce soir, tu ne râlerais pas s’il venait à exploser la tête d’un garçon s’étant approché un peu trop. Tu tentes de te concentrer sur ta respiration pour reprendre ton calme. Tu le regardes après lui avoir indiquer tes envies de meurtres. Sa réflexion te fait tout de même sourire. Même si tu es énervée, tu lui fais un petit sourire.  « Et encore, je l’ai pas giflé si fort que ça.. » Bon ok, si tu l’avais giflé quasiment de toutes tes forces. Tu avais mis toute la rage que tu ressentais dans cette gifle sans même t’en rendre compte. Enfin, tu regrettes maintenant de t’être comportée de cette manière. Tu aurais dû garder ton calme malgré tout. Tu regrettes d’avoir cédé à la violence. Pourtant, tu n’arrives pas à faire redescendre la pression. Tu sais que tu vas être énervée pour toute la soirée après ça. Tu t’en voulais déjà d’avoir gâché la soirée de Tybalt. Il te parle à voix basse en te demandant comment tu vas. Tu ne peux pas dire que tu pètes la forme. Pourtant, tu hoches la tête sans prononcer un mot pour lui dire que tu vas bien. Ca y est, comme d’habitude, tu te refermes sur toi-même. Tu retrouves tes mauvaises habitudes. Puis, il s’excuse alors que ce n’est pas de sa faute. Il n’y ai pour rien dans toute cette histoire. Ce n’est pas de sa faute s’il était tellement beau que toutes les filles lui tournait autour.  « Ce n’est pas de ta faute bébé.. C’est moi qui suis désolée de mettre comportée de cette manière.. » Tu baisses alors les yeux honteuse de ton comportement. Tu n’aurais vraiment pas dû te donner en spectacle comme ça dans le bar. Il devait avoir tellement honte de toi à l’heure qu’il est et ton coeur se serrait rien qu’à cette idée.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 6/5/2015, 08:07


Just us against the world

Sans la musique qui avaient été mises assez forte, le bruit des conversations des gens, les cris, les rires et la chaleur étouffante, j'avais un peu l'impression de mieux pouvoir respirer et avoir les idées plus claires. Ou alors, c'était parce que tu n'étais plus sous la possibilité d'étrangler ta rivale. Bien qu'il n'y avait aucune raison pour qu'elle soit une rivale à mes yeux, elle l'était sûrement aux tiens. Je te savais jalouse et je sais pertinemment combien tu peux manquer de confiance en toi. Ce que je ne comprends pas, vraiment. Tu es magnifique et parfaite, et c'est moi qui ai de la chance de t'avoir. J'aimerais pouvoir te faire ouvrir les yeux sur ça, mais tu es têtue comme jamais. Et puis dans le fond, je reste persuadé que j'arriverai à te faire réaliser combien tu es parfaite, un jour. Espérons que ce jour-là tu ne réaliseras pas que tu mérites mieux que moi. Un musicien slash chanteur au rabais, qui doit chanter dans des bars pour gagner sa vie. Parce que même si tu habites avec moi maintenant, je refuse que tu dépenses un centime dans le loyer ou ce genre de choses. Je ne t'ai pas acceptée chez moi pour que tu dépenses ton argent, d'autant plus que tu en as besoin toi aussi. Quoiqu'il en soit, la violence dans la jalousie est une grande première pour toi, ou du moins à ce que j'ai pu voir de toi jusqu'à maintenant. Je te fais remarquer que la rouquine va se souvenir de ta gifle pendant un sacré moment, ce qui te décroche un petit sourire. « Et encore, je l’ai pas giflé si fort que ça.. » Je rigole doucement, essayant de me souvenir si tu m'as giflé moi, une fois. Mais je ne crois pas, mis à part des petites tapes joueuses, ce n'est jamais arrivé. Et je pense honnêtement que je m'en souviendrais si j'avais reçu une telle mandale. Mais je te souris, prenant ta main pour déposer un baiser sur ta paume. Gifler c'est sûrement comme donner des coups de poing, on fini toujours par avoir mal aux mains par la suite. « Je vais troquer le bébé contre tigresse je crois » Je te souris en coin, cherchant toujours la meilleure solution pour t'apaiser.

Puis je fini par m'excuser, regrettant d'être la raison de ton énervement. Je doute fortement que la rousse vienne s'excuser, mais je m'en fiche, et de toute manière je ne pense pas que l'un des deux souhaite la revoir de si tôt. « Ce n’est pas de ta faute bébé.. C’est moi qui suis désolée de mettre comportée de cette manière.. » Oula. Tu baisses les yeux, et je reconnais très bien le ton que tu as utilisé pour t'exprimer. J'ai dis tout à l'heure que normalement quand tu es jalouse tu te renfermes sur toi-même, et c'est exactement ce que tu es en train de faire. Je soulève donc délicatement ton menton avec l'un de mes doigts, attendant que ton regard soit accroché au mien pour reprendre la parole. « Hé...Tu parles à celui qui nous à fait virer de boite parce qu'il a déclenché une bagarre, et à celui qui a du faire un travail sur soi-même pour ne pas casser la bouche à tous ceux qui te regardent trop longtemps. T'as pas à t'excuser Ambre, je comprends » Je te souris une nouvelle fois, déposant tendrement mes lèvres sur les tiennes. Oui je sais ce que c'est que d'être jaloux au point de devenir franc fou, et j'aurais préféré que tu ne ressentes jamais ça. La voiture n'est pas garée loin et on pourrait rentrer rapidement, pourtant je sens qu'un petit tour à pied ne pourra pas te faire de mal. Ce qu'on fera quand on sera arrivé à la maison, j'aime beaucoup le petit parc proche de chez nous, même s'il est sans doute un peu flippant en pleine nuit. J'aime ces sensations d'adrénaline cela dit, et si tu as peur aussi peut-être même que tu te blottiras contre moi. « Viens princesse, on rentre » Je t'attrape la main et t'entraîne avec moi jusqu'à la voiture. Je baisse un peu le son de la musique qui passe dans les enceintes du véhicule lorsqu'on rentre, et je laisse ma main déposée sur ta cuisse. « Au fait, j'ai confirmé à mon cousin, pour Bastia » Je change un peu de sujet, mais je me dis que cela ne peut pas faire de mal. Le but premier étant de te changer les idées, et je crois que tu te réjouis autant que moi de ce weekend en amoureux dans ma famille. Lorsqu'on arrive devant chez nous, je sors de la voiture et je t'intercepte, avant que tu n'ailles jusque devant la porte d'entrée. « Je te kidnappe pour un petit tour bébé » Toujours souriant, je t'entraîne de l'autre côté de la rue dans le petit parc, laissant ma guitare dans la voiture.

© fiche créée par anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 6/5/2015, 13:09



i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am.



L’air frais qui venait se frotter contre ton visage te faisait le plus grand bien. Tu étais en train de bouillir alors un peu de fraicheur ne pouvait qu’être des plus agréable. Tu pouvais tenter de faire redescendre la pression qui était bien trop monté à l’intérieur du bar à cause d’une rouquine. Tu ne comprenais vraiment pas le comportement de cette fille. Pourquoi continuer un mec qui en a rien à foutre et dont la copine a débarqué ? Franchement, tu ne savais pas si elle avait réellement un cerveau pour penser de cette manière. Ou alors, son cerveau n’était pas fait comme le tien. Toujours était-il qu’elle avait réussit à te mettre à bout et tu lui avais décroché une claque monumentale. C’était sans doute la première fois que tu levais la main sur quelqu’un aussi fort. Non, en fait c’était la première fois tout court que tu levais la main sur quelqu’un. Tu étais plutôt pacifiste comme fille en temps normal. Tu préférais discuter pour régler les problèmes plutôt que de frapper tout de suite. Pourtant, avec cette fille tu n’avais pas un seul instant chercher la discussion. Tu n’avais même pas d’excuse en disant que tu avais bu pour réagir de cette manière parce que tu n’avais pas bu une goutte d’alcool. Tu t’étais contenté seulement de boire un ou deux coca bien sagement. Donc non, l’alcool n’était pas responsable de ta crise de nerfs. C’était peut être une accumulation d’avec l’autre qui t’avait franchement soulé. Tu n’en savais rien du tout. Enfin, tu avais pété un câble donc c’était trop tard maintenant. Tu regrettais réellement ton geste. Tu te trouvais faible d’avoir cédé à ce genre de réaction. Tu étais toujours tendue et Tybalt était en train de tenter de te calmer. Il voulait t’aider à retrouver ton calme. Il réussit même avec sa réflexion à te faire sourire un petit peu. Celle d’après te fait arquer un sourcil alors que tu penches la tête un peu sur le côté pour le regarder.  « T’aimes bien la Ambre qui frappe les autres filles parce qu’elle est jalouse ? » Toi, tu ne l’aimes pas cette Ambre là. Tu as réellement du mal à t’apaiser et te détendre. D’ailleurs, tu commences à te renfermer sur toi même alors que tu t’excuses de ton comportement. Tes vieux démons reviennent bien vite. Tu le laisses soulever ton menton mais tu fuis toujours ses yeux. Mais, tu comprends bien vite qu’il faut que tu accroches son regard, qu’il a quelque chose à te dire. Alors, tu t’exécutes et tu plonges ton regard dans le sien. Sauf que tu restes toujours la même et tu ne lui réponds pas. Tu te contentes d’hausser les épaules pour approuver ce qu’il vient de dire. C’est vrai que lui aussi a déjà pété des plombs. Mais, ça ne changeait pas grand chose au fait que tu t’en voulais toujours. Tu partages son baiser ce qui a le don de te calmer un peu plus. Ses lèvres contre les tiennes sont comme un médicament pour toi. Tu hoches la tête lorsqu’il te propose de rentrer et tu le suis en restant toujours silencieuse. Tu montes dans la voiture et t’installes avant de poser tes yeux sur lui. Le fait qu’il change de sujet te fait du bien. Tu vas pouvoir penser à autre chose et ce voyage en Corse dans sa famille est un très bon sujet de discussion.  « Ah c’est génial ça ! Ca ne le dérange vraiment pas qu’on vienne chez lui ? Je voudrais pas gêner tu sais. » Ta main se pose sur la sienne alors que tu lui souris gentiment. Tu as très envie de rencontrer le reste de sa famille c’est une évidence. Mais, tu ne voudrais pas gênée en t’imposant chez son cousin. S’il fallait, vous pouviez prendre une chambre d’hôtel, tu avais quelques petites économies qui pouvaient payer ce petit séjour. En tout cas, tu as réellement hâte de partir là-bas. Tu sais qu’une fois en vacances, tu pourras totalement te vider la tête et profiter juste de sa présence à tes côtés. Une fois arrivés devant l’immeuble, tu descendais de la voiture t’apprêtant à monter dans ce dernier. Sauf qu’il te détourne de ton but en t’avouant qu’il te kidnappe pour aller faire un tour.  « Ah bon ? Tu veux aller où bébé ? » Tu n’arrives pas bien à comprendre où il veut aller ni pourquoi. Pourtant, tu le suis sans émettre la moindre résistance.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 6/5/2015, 19:31


Just us against the world

Je sentais que tu regrettais déjà de t'être comportée de cette manière et d'avoir perdu ton calme. C'est vrai que c'était inhabituel venant de toi, mais je me disais d'un autre côté qu'extérioriser les choses autrement qu'en boudant ne pouvait pas te faire beaucoup de mal. Et puis si tu subissais un choc post-traumatique, j'étais là pour toi. J'essayais de te changer au mieux les idées et de te faire sourire. Ou du moins t'empêcher de te refermer comme une huitre parce que tu t'en veux ou que tu es toujours un peu jalouse malgré tout. Bien que j'ai absolument tout fait pour que tu sois respectée par cette rousse. Je lui ai dis que je n'étais pas intéressé par elle ou par n'importe quelle autre fille et que j'étais vraiment très loin d'être célibataire. J'avais même refuser de lui donner un quelconque moyen de me contacter, espérons juste qu'elle n'est pas actuellement planquée sur une moto et qu'elle va nous suivre à la trace. Mais peut-être que je regardais un peu trop les séries américaines glauques pour avoir ce genre de pensées. « T’aimes bien la Ambre qui frappe les autres filles parce qu’elle est jalouse ? » Je hausse doucement les épaules, gardant un léger sourire sur mes lèvres. « Je t'aime toi, peu importe ce que tu fais » Oui la phrase est particulièrement mielleuse, mais c'était vrai. Je crois que tu pouvais te transformer en tueuse en série et je continuerais à t'aimer comme un fou.

Peu après, on se retrouve dans la voiture, et je décide de changer de sujet. Et la première chose qui me vient à l'esprit, c'est ce weekend en Corse dans ma famille. Je me réjouis vraiment, premièrement parce que tu viens avec moi, et deuxièmement parce que cela fait longtemps que je n'y suis plus retourné. C'est la terre de mes ancêtres après tout. Beaucoup des Lesca sont retournés là-bas quand mon grand-père est retourné sur ses terres. En vérité, il y a que mes parents qui sont restés sur le continent. Mon père ayant un rôle important à Paris, il ne pouvait pas prendre le risque de tout quitter. Mais donc, mon cousin a donné son acceptation pour qu'on dorme chez lui dans sa chambre d'amis. « Ah c’est génial ça ! Ca ne le dérange vraiment pas qu’on vienne chez lui ? Je voudrais pas gêner tu sais. » Je te souris et secoue la tête, passant mon pouce sur ta main lorsque tu la déposes sur la mienne. Depuis le temps, ma famille sait très bien que je suis en couple avec toi, et que tu sois une Castel ou pas, ils s'en fichent complètement. « Tu ne déranges pas bébé. T'es ma copine, pour eux tu fais parti de la famille aussi. Et ils seraient profondément vexés qu'on dorme à l'hôtel alors qu'ils ont tous de quoi nous accueillir » L'esprit familial corse était quelque chose de particulièrement tenace, et qui faisait qu'on se serrait les coudes. J'aimais bien cette manière de penser, et si un jour j'ai l'honneur d'avoir un enfant avec toi, je crois que c'est une tradition que j'aimerais bien perpétuer. A condition que ce soit quelque chose qui te touche également, mais vu comme tu es proche de ta famille malgré tout, j'imagine que cela te conviendrait également. Arrivés à la maison, je t'intercepte, pour t'emmener avec moi dans le petit parc tout près du loft. « Ah bon ? Tu veux aller où bébé ? » Tu as l'air un peu perdue, mais je resserre ma main autour de la tienne avant de te répondre. « Juste me promener un peu avec toi bébé, c'est tout. Prendre un peu l'air avant de rentrer, ça ne peut pas nous faire de mal » Je te souris une nouvelle fois, avant de déposer mes lèvres contre ta joue. J'espère que tu ne crois pas que je vais t'abandonner quelque part dans ce petit parc, parce que cette idée est vraiment très loin de mon esprit. Une fois que la rue est traversée, on entre dans le parc en question. Il est calme et paisible, et seul le vent qui fait bouger les feuilles semble vivant. On avance de quelques pas, durant lesquels je chantonne une mélodie quelconque. Il n'y a personne, du moins jusqu'à ce que quelque chose jaillisse du buisson juste devant nous. Me faisant sursauter brusquement au passage. J'eus un léger mouvement de recul, te repoussant derrière moi instinctivement pour te protéger du danger ... qui se révéla n'être rien d'autre qu'un chat. Un foutu chat. Roux et blanc, tout petit et tout maigre. « Joder » marmonnai-je en espagnol. « Ca doit ressembler à ça une crise cardiaque. »

© fiche créée par anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 6/5/2015, 20:09



i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am.



Te prendre la tête n’était même pas suffisant pour décrire ce que tu ressentais par rapport à ce qui s’était passé ce soir. Pourtant, tout avait si bien commencé que tu n’aurais jamais pu penser que le reste de la soirée se passe si mal. Ca avait commencé d’abord pour l’abruti qui était venu te draguer et qui avait insisté alors que tu avais bien tenté de t’en débarrasser. Tu étais d’ailleurs certaine que si Tybalt n’était pas intervenu, tu aurais toujours l’autre boulet à tes côtés. Enfin, s’il n’y avait eu que ça, ça aurait pu aller. Sauf que non, le pire était arrivé juste après. Tu avais totalement perdu le contrôle et maintenant tu t’en voulais. Tu regrettais ton geste. Tu regrettais d’avoir craqué pour une connasse de ce genre. En général, tu avais un bon self contrôle. Il te fallait bien plus pour craquer. Mais, ce soir non, tu avais décroché une claque à cette fille au lieu de bouder comme tu en avais l’habitude. Tybalt avait beau essayer de te détendre, tu commençais déjà à te faire tel une huitre. Enfin, il réussissait tout de même à te faire esquisser un sourire avant que tu lui demandes s’il aimait bien ce côté de personnalité que toi, par contre, tu n’appréciais pas du tout. Sa réponse te réchauffait le coeur. Comment pouvais-tu encore avoir peur qu’il aille voir ailleurs quand il te sortait des choses comme ça ? Tu ne doutais pas un seul instant de sa sincérité. Pourtant, tu gardais cette crainte en toi. Cette crainte de le perdre un jour. C’était d’ailleurs ton pire cauchemar. Tu ne voyais plus ta vie sans lui et tu mourrais probablement si ça devait se terminer entre vous. On ne pouvait pas vivre sans oxygène alors tu ne pouvais pas vivre sans lui. Il était ta bouffée d’air, ton oxygène.  « Je t’aime aussi. » Tu as alors ce besoin de venir poser tes lèvres contre les siennes. Tu as besoin de l’embrasser pour bien confirmer ce que tu ressens. Vous ne vous attardez pas devant ce bar qui vous as porté malheur ce soir. Vous montez dans la voiture afin de partir loin de ce dernier. Enfin, pas si loin que ça puisque c’est la direction de l’appartement qui est à juste quelques minutes dont Tybalt prend la route. D’ailleurs, le brun a décidé de ne pas s’attarder sur l’accident de ce soir. Enfin, tu ne sais pas vraiment si on peut dire qu’il s’agissait d’un accident parce que tu étais tout de même consciente de ce que tu avais fait et tu l’avais voulu. C’est toi qui avait choisit de mettre une gifle à la rouquine. Lorsqu’il te parle de partir chez son cousin, tu veux t’assurer que ça ne dérangera pas son cousin d’avoir un couple sous son toit. Tu savais que ça pouvait être lourd pour les célibataires de supporter les scènes d’amour entre deux amoureux. Enfin, tu te souvenais aussi qu’il n’était peut être pas célibataire vu que Tybalt suspectait qu’il y avait un peu plus entre lui et sa colocataire. Tu étais rassurée par ce qu’il venait de te dire. Tu n’allais pas déranger sa famille et ça te soulageait.  « D’accord bébé » Tu lui fais un petit sourire alors que vous arrivez à bon port. Tu descends de la voiture t’apprêtant à monter dans l’appartement. Tu as même déjà en tête un petit programme histoire de te détendre. En effet, tu envisages de proposer à Tybalt d’aller prendre un bain. Tu savais que prendre un bain te détendrait facilement et avec lui, encore plus. Mais, le brun ne semble pas du même avis et il t’entraine pour aller ailleurs. Tu ne comprends pas vraiment sur le coup. Tu te demandes bien où est-ce qu’il a prévu de t’emmener. D’ailleurs, tu prononces tes pensées à haute voix. Sa main qui se sert autour de la tienne et sa réponse te rassure immédiatement. Tu hoches la tête pour lui signifier que tu es d’accord avec cette promenade. Oui, prendre l’air encore un petit moment ne peut que te faire du bien et peut être que même toute la tension pourra s’évacuer de cette manière. Tu l’espères car tu es toujours très tendue. Un peu moins que lorsque vous étiez devant le bar mais tout de même. Tu étais encore un peu énervée par ce qui s’était passé et tu savais qu’il te faudrait peut être une heure ou deux pour ne plus y penser aussi fortement. Le calme du parc va faire du bien à tes nerfs. Tu observes tout autour de toi et tu remarques que tout est paisible. Et, le fait que le tatoué se mette à fredonner un chanson ne peut que t’apaiser un peu plus. D’ailleurs, tu viens te rapprocher de lui jusqu’à te mettre contre lui, te laissant bercer par sa mélodie. Vous êtes un comme seul au monde et tu peux oublier le reste. Enfin, tu pensais que vous étiez seuls jusqu’à ce qu’un chat jaillisse d’un buisson. Tu sursautes avant de sentir Tybalt qui te repousse derrière lui, prêt à te protéger en cas de danger. Tu restes derrière lui tout en décalant la tête de façon à voir votre agresseur qui n’est rien d’autre qu’un petit chaton roux et blanc. Sa réflexion te fait sourire. Tu ne parles pas spécialement espagnol (tu as juste un niveau scolaire quoi) mais tu comprends bien le mot qu’il prononce. C’est bien connu, c’est toujours les insultes que l’on apprend en premier dans les langues étrangères. Tu décides alors de t’éloigner de Tybalt pour te rapprocher du chat. Tu t’accroupis afin de ne pas lui faire peur. Tu vois dans ses grands yeux bleus qu’il a eu aussi peur que vous deux. Tu tends ta main afin de lui faire sentir et quand tu remarques qu’il n’est pas farouche, tu décides de l’attraper pour le prendre doucement dans tes bras. Tu peux d’ailleurs sentir à quel point il n’est pas épais. Il ne fait d’ailleurs aucuns doutes qu’il s’agit d’un chat errant et qu’il ne mange pas tous les jours à sa faim. Tu caresses doucement le chat alors que tu te rapproches de Tybalt avec un sourire.  « Alors bébé, ce chaton a faillit te faire faire une crise cardiaque ? » Tu poses tes yeux sur Tybalt alors que tu continues de caresser le chat. En bonne mère Teresa des animaux que tu es, tu as un peu de mal à lâcher ce chaton alors que tu sens qu’il est tout maigre. Si ce n’était que toi, tu l’embarquerais avec vous à l’appartement juste histoire de lui donner au moins à manger.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 6/5/2015, 20:48


Just us against the world

J'ai vraiment très hâte de ce weekend prolongé à Bastia, et je prévois déjà de te faire un planning de choses que je prévois de te faire faire. Heureusement qu'on part trois jours, sinon je crois que jamais on y serait arrivés. Entre les moments de détente, ceux où je voulais te montrer mes endroits préférés et les moments familiaux, on avait de quoi faire. J'espère que tu tiendras le rythme, surtout que tu seras sûrement très fatiguée par tes révisions. Parce que je te connais, même si tu maîtrises les choses à la perfection, je sais que tu ne t'arrêteras pas de réviser jusqu'à ce que tes examens soient terminés. Même si tu maîtrises les choses et que tes notes sont excellentes. J'aime d'ailleurs beaucoup te taquiner en te traitant d'intello et compagnie. Je ne l'étais pas moi, et si on était encore au lycée je crois qu'on répondrait parfaitement au cliché du couple l'intello et l'abruti. Genre la fille super gentille et intelligente qui sort avec le sportif à qui il manque des cases. Bon en vérité c'était surtout que je me fichais bien de mes résultats scolaires. Je ne comptais plus le nombre de fois où j'avais bossé sur mes travaux le soir d'avant. « D’accord bébé » Je te souris, alors que tu sembles autant enthousiasmée que moi à l'idée de ce voyage en Corse. Vraiment, ça va être super bien.

Je fais un peu moins le malin un peu plus tard, lorsqu'on se retrouve dans ce parc. Je ne m'attendais pas à être surpris par un chat de cette manière, ou par quoi que ce soit d'autre. Je ne peux m'empêcher de lâcher un juron en espagnol, langue maternelle de ma maman, mais je me détends assez vite lorsque je vois qu'il ne s'agit rien d'autre qu'un chaton. Et vu son gabarit, il ne doit pas faire plus que deux kilos. Et, en passionnée des animaux que tu es, tu ne peux t'empêcher d'aller prendre ce chaton dans tes bras. Tu arrives vraiment très bien à t'approcher de lui sans le faire fuir d'ailleurs. Mais cela ne m'étonne vraiment pas de toi. Tu ne veux pas devenir vétérinaire pour rien. Et tu te mets à le câliner, me faisant sourire. « Alors bébé, ce chaton a faillit te faire faire une crise cardiaque ? » Je croise ton regard, et je n'ai aucune peine à deviner que tu es déjà très attachée à cette boule de poils. Mais je te tire la langue pour la forme. « J'ai eu peur que tu te fasses attaquer moi, c'est tout » Je t'adresse un grand sourire innocent, avant de gratter l'oreille du chat. Il est super maigre cet animal, et n'est pas vraiment propre. Je ne dirais pas qu'il pue, c'est loin d'être la vérité, mais ce n'est pas un chat de salon à proprement dit. « On dirait bien que ça fait un moment qu'il n'a pas eu sa dose de croquettes » Je te fais la remarque, même si je sens que c'est inutile et que tu t'en doutes complètement. Après tout, c'est toi qui l'a soulevé de terre et qui arrive ainsi à savoir son poids avec un peu plus de facilité. Je me mords la lèvre inférieure, réfléchissant à la meilleure chose à faire pour cet animal. On n'a rien à la maison à lui donner, question nourriture animal en tout cas. « Tu veux le ramener à la maison? On pourra lui donner du lait ou comme ça » Je ne sais pas si c'est une bonne idée, après tout peut-être que ce chat n'a jamais connu un vrai foyer. Je ne veux pas le traumatiser non plus. Même s'il n'a vraiment rien à craindre avec nous. J'aime bien les chats personnellement, on en a toujours eu à la maison et je sais très bien ce que c'est que de s'en occuper.

© fiche créée par anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 6/5/2015, 23:16



i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am.



Vous veniez de subir une attaque. Enfin, une attaque était un très grand mot car le monstre qui venait de vous attaquer n’était rien d’autre qu’un pauvre petit chaton de même pas deux kilos. Ce n’était pas cette bête féroce qui allait pouvoir vous faire du mal. Seulement, le réflexe de Tybalt avait été de se mettre devant toi pour te protéger comme toujours. Il était tellement protecteur avec toi que ce geste était naturel. D’ailleurs, tu avais toi même pris l’habitude de te cacher derrière lui lorsque tu flippais pour quelque chose. De toute façon, ses bras étaient toujours ton refuge. Alors, quand tu ne te réfugiais pas dans son dos pour qu’il te protège, tu étais blottie dans ses bras. Mais, maintenant que tu avais pu voir qu’il n’y avait aucuns risques, tu décidais de t’approcher du chaton en douceur. Tu faisais attention de ne pas être trop brusque avec lui. Ton but n’était pas de lui faire peur. Tu avais envie de le voir d’un peu plus près. Du coup, tu t’étais accroupie, tendant la main vers lui en lui laissant le temps de te sentir. Tu aurais été capable de rester là des heures jusqu’à ce que le chat vienne s’approcher de lui même. Sauf que là, tu n’étais pas certaine que Tybalt veuille rester là pendant des heures jusqu’à ce que le chaton se décide. De toute façon, le chaton ne semblait pas spécialement farouche et tu pouvais le prendre dans tes bras sans trop de difficultés. Tu papouillais le chat alors que tu t’étais redressée pour t’approcher de nouveau de ton chéri. Tu as ce chat dans les bras depuis seulement quelques secondes mais pourtant, tu craques déjà pour lui. Tu sais que tu auras beaucoup de mal à le laisser repartir. Tu profites d’ailleurs de ce moment pour taquiner ton homme sur le fait que la bête féroce que tu avais dans les bras lui avait fait peur.  « Je pense que ça va, sur ce coup j’aurai pu m’en sortir. » Tu lui tires malicieusement la langue. Et là, au fond de toi tu remercies le chat d’avoir débarquer. Il te permet de sourire et de te détendre sans penser à cette dispute que tu as eu au bar. Là, tu n’y penses plus du tout. Comme à chaque fois qu’il y a une animal dans le coin, tu es focalisée dessus et tu ne penses plus au reste. Du coup, ta mauvaise humeur est partie un peu plus loin dans ton esprit. Il est fort probable qu’elle réapparaisse une fois que le chat aura été relaissé libre. Mais pour le moment, tout ça est loin. Le chat que tu tiens dans les bras n’a rien d’un chat de compagnie. Tu te doutes bien qu’il a du naitre dans la rue et qu’il n’a pas de foyer. Tu peux le voir au niveau de sa corpulence et aussi l’état de son poil. Ce pauvre bébé ne doit pas tous les jours manger à sa faim.  « Je pense qu’il n’a jamais eu de croquettes bébé.. » Tu fais alors une grimace et tu ne peux pas t’empêcher d’imaginer ce pauvre loulou a fouillé les poubelles pour pouvoir manger quelque chose. Cette image te tord le coeur et tu serres le chaton un peu plus contre toi. Tu détestes savoir qu’il y a des animaux errants. Tu préférerais les savoir heureux dans des foyers aimant. Enfin, comme toujours, tu étais trop sensible à ce sujet. D’ailleurs, Tybalt le sait et ça doit être pour ça qu’il te propose de le ramener à l’appartement. Tu hoches la tête.  « Oui j’aimerais bien si ça te dérange pas bébé. » Tu n’as pas envie de lui imposer la présence du chat. Donc, s’il n’était pas enchanté par cette idée, tu remettrais ce bébé dans la rue. Même si ça serrerait le coeur et que tu ne pourrais pas t’empêcher de t’angoisser pour lui. Beaucoup, beaucoup trop sensible à la cause animale. De toute façon, si ce n’était que toi, tu aurais une arche de Noé. Plein d’animaux partout.  « Oui, on pourrait lui donner du lait et un peu de viande. » Tu continues de caresser le chat qui se met à ronronner dans tes bras. Tu ne peux t’empêcher de sourire lorsque ce petit bruit te parvient aux oreilles. Au moins, tu sais qu’il est plutôtt bien dans tes bras.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 7/5/2015, 07:00


Just us against the world
Je ne sais pas exactement d'où tombe ce chat, mais je ne peux m'empêcher de me demander comment il a fait pour survivre jusqu'à maintenant. Je ne sais pas de combien de mois il est âgé exactement, mais nous étions en hiver jusqu'à maintenant. Il avait eu de la chance je crois, comme nous qui en avions eu. Bah oui, après tout on aurait très bien pu tomber sur un ours. Parfaitement, un ours dans les rues de Paris, un problème? Je suis légèrement de mauvaise foi, mais je suis secrètement heureux de voir que tu souris et que tu plaisantes à nouveau. Grâce à ce petit chat. Que tu as dompté d'un claquement de doigt, ce qui est assez impressionnant. A croire que tu as un sixième sens avec les animaux, même si je commence à le croire de plus en plus sérieusement, c'est vrai. Tu es tellement douée avec eux...« Je pense que ça va, sur ce coup j’aurai pu m’en sortir. » Je te regarde et te tire la langue, sans cacher mon air joueur et à quel point la situation m'amuse. Bon j'avoue que j'avais réagi un peu brusquement sur ce coup-là, et que cette pauvre bête avait du avoir au moins autant peur que moi. Alors que dans le fond, elle n'avait pas demandé grand chose. Mis à part des croquettes peut-être, étant donné à quel point elle était maigre. « Je pense qu’il n’a jamais eu de croquettes bébé.. » Je me mords la lèvre à ta réponse, sachant pertinemment qu'il y a de grandes chances pour que tu ai raison. Le problème étant que nous n'en n'avions pas, à la maison. Tu n'avais que deux chiens, et comme je venais de le dire, les seuls chats que j'avais se trouvaient chez mes parents. « Je crains qu'on ne puisse pas le fournir en croquettes non plus bébé » Je te fais doucement la remarque, avant de te proposer d'amener ce chat à la maison. Au moins pour lui donner un peu de lait, ça on a. Je sais qu'il y a vraiment que très peu de chance que tu refuses, au moment où mes mots passent mes lèvres. Mais je ne regrette pas, j'aime les animaux. Peut-être moins que toi, mais je les aime.

Comme il fallait s'y attendre, tu acquiesces d'un petit signe de tête à ma proposition. « Oui j’aimerais bien si ça te dérange pas bébé. » Je te souris et son ton visage à toi que je caresse brièvement avant de déposer mes lèvres sur les tiennes. Entre toi et ton regard tout triste, ainsi que le chaton en face de moi, je ne vois pas comment je pourrais refuser. A moins de ne pas avoir de coeur, mais ce n'était heureusement pas mon cas. Enfin, je crois. « Oui, on pourrait lui donner du lait et un peu de viande. » Je souris et gratte à nouveau le chaton derrière l'oreille, alors que de ton côté tu n'as pas arrêté de le caresser. Ce chaton s'est déjà fait une nouvelle amie, et une amie qui en vaut la peine. « T'as de la chance que ma chérie t'a à la bonne, voleur de steak » Je souris en parlant au chat, qui s'est mis à ronronner comme une machine à vapeur dans tes bras. C'est adorable, et moi je commence à gagater sévère. « Rentrons alors, avant qu'il ne décide de partir vers de nouveaux horizons » Je glisse ma main dans le creux de ton dos, avant de te ramener vers la sortie du parc, le chat toujours dans tes bras. Heureusement, nous ne nous étions pas enfoncés trop profondément, et en quelques minutes on se retrouvait devant la porte du loft. Après plusieurs minutes à fouiller dans mes poches, je finis par extraire la clé et nous ouvrir les portes de notre demeure. « C'est une fille ou un garçon au fait? » Je me tourne vers toi après avoir refermé la porte derrière nous, et prendre la direction de la cuisine.

© fiche créée par anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 7/5/2015, 12:54



i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am.



Tu as ton petit bébé chat qui était là pour vous faire peur à la base dans les bras. Tu le serres contre toi et tu sens déjà que tu es en train de t’attacher. Tu t’y attaches un peu plus que tu ne le devrais. Mais, tu ne peux pas t’empêcher de fondre devant ses grands yeux bleus qui te regarde avec curiosité et un peu d’incompréhension. Petit bébé ne doit pas franchement être habitué à autant d’attention. Mais, il est tout calme et se montre même assez câlin malgré sa timidité du début. Tu ne te fais pas prier pour le câliner et c’est même instinctivement que tu le caresses. En y pensant, il était assez surprenant qu’il soit aussi docile pour un chat ”sauvage”. Tu n’avais pas réfléchit en le prenant dans tes bras, mais il aurait très bien pu te griffer ou te mordre. Par chance, ce n’est pas le cas et tu ne peux t’empêcher de sourire maintenant avec ta petite boule de poils dans les bras. Tu es aussi de meilleur humeur depuis que tu as récupéré ce chat errant et qu’il se loge là, blottit dans tes bras. Tu grimaces par la suite en pensant à ce pauvre petit chat ne mangeant pas à sa faim. Avec son gabarit, tu n’es même pas certaine qu’il soit totalement sevré. Il est tout petit et tu lui donnerais grand max trois mois. Sauf que ton avis risque d’être biaisé par le fait qu’il soit très maigre. Si ça se trouvait, il était bien plus âgé et prenait donc un retard de croissance à cause de la sous-alimentation. Enfin, tu étais déjà en train de te faire tout un film sur ce qui pouvait se passer avec ce petit chat qui tu ne pourrais probablement jamais relâcher. Enfin pas ce soir dans la rue quoi.  « On pourrait peut être aller lui acheter des croquettes demain quand les magasins seront ouverts ? » Dans ta petite tête, tu envisages déjà de le prendre chez vous alors c’est avec plaisir que tu acceptes. Tu dormirais mieux ce soir en sachant le chaton avec vous. Tu savais qu’il n’y aurait aucuns soucis avec tes chiens qui étaient habitués aux chats vu qu’il y en avait trois chez toi. Tu étais madame je ramasse tout ce qui traine dans la rue alors forcément, l’appartement c’était transformé en ménagerie. Quoique, tu t’étais calmée car il y avait eu une période où il y avait eu chiens, chats, lapins, écureuils, tortue, cochon d’Inde, hamster et poisson à la maison. Autant dire que tes parents avaient pété un câble et qu’ils ne t’avaient plus jamais laissé faire. Et encore, tu aurais pu leur ramener plus si vous aviez habité une maison en campagne. Là, dans l’appartement parisien c’était plus compliqué. Tu ne pouvais par exemple pas ramener un mouton ou une chèvre.Tu lâches une de tes mains du chaton lorsque le brun vient poser ses lèvres contre les tiennes et tu la glisses dans sa nuque le retenant un peu pour prolonger ce baiser. Lorsque vos lèvres se séparent, tu proposes à Tybalt de lui donner du lait et de la viande. Après tout, c’était les seuls choses qu’il y avait de mangeable pour lui chez vous. Tu ne pouvais pas lui donner les croquettes de tes chiens. Tu savais qu’il ne mangerait pas ça. Tu souris en entendant le tatoué parler au chaton.  « Beaucoup de chance même parce que je suis prête à toucher de la viande pour lui » Tu ne mangeais pas de viande et tu avais beaucoup de mal à la toucher pour la cuisiner. Du coup, lorsque tu préparais à manger, tu laissais le soin à Tybalt de se préparer lui même son morceau de viande. Le poisson, tu pouvais encore le cuisiner même si tu ne le mangeais pas. Mais la viande, ça te dégoûtait et en plus tu avais l’image de l’animal lorsque tu regardais le morceau et ça te donnait envie de pleurer. Oui, tu étais grave. Mais, les conditions d’abattage des animaux te tordaient l’estomac et tu ne pouvais pas le supporter. C’était d’ailleurs pour ça que tu avais arrêté de manger de la viande il y a six ans. Tu hoches la tête alors qu’il te propose de rentrer. Tu le suis tout en serrant le chaton contre toi. Peu de temps après, vous arriviez et une fois dans l’appartement, tu allais pouvoir regarder si c’était une fille ou un garçon. Tu t’exécutais donc avant d’annoncer :  « C’est un mâle bébé. » Tu souris à Tybalt avant d’aller dans la cuisine. C’est d’ailleurs à ce moment là que tu décides de confier le chat à ton chéri. Tu lui donnes la petite boule de poil dans les bras.  « Fais attention à lui hein bébé. » Puis, tu te mets à fouiller dans les placards pour trouver un bol.  « Au fait amour, il restait pas du thon ? » Tu venais d’y penser, le chaton préférerait probablement du thon à de la viande.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 7/5/2015, 17:43


Just us against the world
On n'avait malheureusement pas de quoi nourrir un jeune chat errant à la maison, malgré ta grande passion pour les animaux et tout ce qui pouvait les concerner de près ou de loin. En même temps je ne m'étais pas imaginé recueillir un animal errant chez moi ce soir. Depuis que tu es là, on a déjà tes deux chiens, alors j'imagine qu'on n'est plus à un animal près. Même si je compte bien te mettre un stop après cette boule de poils. « On pourrait peut-être aller lui acheter des croquettes demain quand les magasins seront ouverts? » Je lève les yeux au ciel, à la fois amusé et résigné par ta demande. Je la voyais venir gros comme une maison et je n'étais aucunement surpris que tu me proposes la chose. Tu me laissais le choix, mais je crois que tu savais autant que moi que la réponse serait positive. J'avais un coeur, et si l'animal devait passer quelques temps chez nous, autant qu'il soit nourri correctement. Surtout qu'il devait manquer de pas mal de vitamines et compagnie. « Si tu veux oui » finis-je par répondre en regardant l'animal blotti dans tes bras. Il est difficile de lui donner un âge et de dire s'il est plutôt petit ou maigrichon. S'il n'a pas beaucoup mangé depuis sa naissance, il a sûrement un retard de croissance. « Je crois même qu'une visite chez le véto ne peut pas lui faire de mal » Je fronce légèrement les sourcils et vous regardant, essayant d'estimer la santé du chat. Mais ce n'est pas moi qui fait des études de vétérinaire. Et je compte sur toi pour nous trouver une bonne adresse pour lui. Finalement ce n'est pas si mal d'avoir une petite-amie qui travaille dans le monde de la médecine animale. Mais j'accepte naturellement de le ramener à la maison et de lui offrir un peu de viande de notre frigo. Bon qu'on se le dise bien, on n'a pas de steak tartare, mais on doit avoir deux-trois tranches de jambon qui feront tout à fait l'affaire. Et ce chat à de la chance. « Beaucoup de chance même parce que je suis prête à toucher de la viande pour lui » Je fais une moue boudeuse en entendant ses mots, naturellement plus pour jouer qu'autre chose. Je suis content que l'humeur se soit allégé au fil des minutes. « T'as jamais fait ça pour moi! S'il me pique ma copine en plus de ma viande, il va retrouver le buisson très rapidement hein! »

Je plaisante naturellement, et je ne compte pas le nombre de fois où je t'ai dis que cela ne me dérangeait absolument pas de cuisiner nos repas. Spécialement lorsque je mangeais de la viande. Je détestais le poisson - un comble vu mes origines - mais j'avais une nette préférence pour les fruits de mer. Crevettes, gambas, tout ça. Je sais que cuisiner du poisson te va mieux, mais on ne peut pas dire que je te laisse vraiment la possibilité de le faire pour moi. Arrivés à la maison, je te questionne sur le sexe du chat, et je souris en te voyant vérifier. Ce dernier ne semble pas émettre une quelconque résistance, apparemment un peu plus occupé à regarder autour de lui en se demandant ce qu'il fout là. « C'est un mâle bébé » Je te souris et acquiesce d'un signe de tête. Finalement mâle ou femelle cela m'importe peu, mais si on le garde plus que quelques jours, je te demanderai sûrement qu'on le castre. Les pipis de chat mâle en chaleur, très peu pour moi. Je te suis jusqu'à la cuisine, alors que tu tiens toujours le chaton dans tes bras, comme un mort de faim tient un morceau de pain. Tu me tends l'animal, et je le prends en souriant dans mes bras. « Fais attention à lui hein bébé. » Je ne peux m'empêcher de lever les yeux au ciel. « Promis, je ne vais pas essayer de le faire rentrer dans le micro-onde » répondis-je en te tirant la langue. « Hein Chat? » J'aime les chats. Même si je n'ai pas ta connaissance en la matière animale. Tu es en train de fouiller dans les placards ou le frigo, je ne sais pas trop. Moi, je suis occupé à faire connaissance avec Chat, le gratouillant derrière les oreilles alors que je sens ses griffes s'enfoncer dans le tissu de ma veste en cuir. « Au fait amour, il restait pas du thon? » Je décolle mon regard du chat pour faire quelques pas dans ta direction. Apparemment tu as décidé de lui donner du thon plutôt que de la viande, on va se coltiner un chat de luxe qui nous snobera. Ca promet. « Si, derrière la boite de Smacks choco trésor » Mes céréales favorites. Bon le rangement des armoires laisse à désirer, mais en principe on arrive à bien s'en sortir et à tout retrouver. Le chat commence à renifler avec attention lorsqu'il se retrouve tout proche du bol de lait que tu as déjà préparé, et je le laisse glisser délicatement sur le meuble de cuisine. Même si je ne suis pas tellement fan des animaux qui montent sur les meubles, mais une chose à la fois (a) En tout cas, il commence à laper le lait avec appétit. « Et bien, quelqu'un avait faim » Je souris et le caresse légèrement alors qu'il mange, histoire de ne pas trop le déranger non plus.

© fiche créée par anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt. 12/5/2015, 20:17



i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am.



Tu aimais déjà énormément ce chat qui tu venais tout juste de rencontrer. C’était d’ailleurs très inattendu comme rencontre. Tu n’aurais jamais pu penser que ta soirée ce terminerait de cette manière. D’ailleurs, jusqu’il y a quelques heures, tu n’aurais jamais dit que tout se passerait comme ça. Dans ce que tu aurais pu imaginer, tu te serais vue l’écouter, le regarder amoureusement pendant qu’il était en train de chanter. Par la suite, vous auriez pris un verre en amoureux avant de rentrer à l’appartement pour faire des câlins. Enfin, tu avais en tête la soirée idéale. Sauf qu’un connard et une rouquine ne vous avez pas laissé faire ça. Non non, ils étaient venus gâcher tes envies, gâcher votre soirée. Quoique, elle n’était pas aussi gâchée que ça au final. Maintenant que vous étiez là dans ce parc, ton humeur c’était largement améliorée. Tu te sentais bien mieux maintenant que tu avais la petite boule de poils rousse dans les bras. Ce pauvre petit malheureux devait mourir de faim. Tu proposais d’ailleurs à Tybalt d’aller lui acheter à manger dès le lendemain matin. Vous aviez à manger que pour tes chiens à l’appartement. Ce petit bébé ne pouvait pas manger des croquettes pour chien. Tu dois bien avouer que tu étais contente qu’il soit d’accord avec toi. Du coup, bébé chat allait pouvoir manger et en plus venir à la maison vu qu’il était d’accord pour que tu le prennes chez vous.  « Ah oui c’est une bonne idée ça bébé. Je l’emmènerais à l’école demain du coup. » Tu avais la chance de pouvoir emmener tes animaux dans la clinique vétérinaire de ton école. Tu savais que ce bébé chat serait très bien traité par les vétérinaires travaillant sur place. Vous aviez une équipe pédagogique au top et tu leur faisais confiance. Tu leur faisais assez confiance pour même leur emmener tes chiens. Du coup, tu ferais pareil avec bébé chaton. Tu comptais bien profiter de l’avantage de faire des études vétérinaires. D’ailleurs, tu comptais aussi en profiter pour être présente ce qui te permettre d’en connaitre un peu plus sur ce petit doudou. Mais en attendant, la propriété était de lui donner à manger parce qu’il devait être affamé ce bébé. Tu étais même prête à mettre les mains dans la viande pour ça, chose que tu ne faisais jamais.  « Bah oui, mais lui il peut pas le faire lui même.. » Tu fais une petite moue triste en prenant la défense du chaton. D’ailleurs, tu le frappais même doucement lorsqu’il parlait de remettre le chaton dans les buissons. Tu n’étais pas du tout d’accord avec ça même si tu savais qu’il plaisantait.  « T’as pas le droit de le remettre dans son buisson mon pauvre petit bébé. » Tu es déjà complètement sous le charme de chat et tu le serres un peu plus contre toi en prononçant ces mots. L’ambiance est beaucoup moins pesante et vous rentrez l’un près de l’autre. Ces paroles avaient bien été une plaisanterie vu que le chaton était maintenant dans l’appartement et tu avais même pu définir que c’était un garçon. Encore un de plus, vu que tes chiens étaient tous les deux des mâles. Tu allais finir par te sentir seule avec tout ces mâles au loft. Tu es la seule fille ici. Tu finissais par confier le chaton à Tybalt en lui rappelant qu’il devait faire attention. Tu étais une vraie maman poule avec les animaux et tu ne pouvais rien y faire. Tu étais bien trop sensible et tu t’attachais bien trop rapidement aux animaux. Malheureusement, tout ça t’étais préjudiciable à l’école lorsque tu devais bosser sur des tps impliquant des animaux malades. Tu lui jettes un regard noir en l’entendant te dire qu’il n’allait pas le mettre dans le micro-onde. Et, tu ris parce que tu n’es franchement pas sérieuse avec ce regard.  « Je t’aurai pas laissé faire toute façon bébé. Mais sinon, tu comptes le nommer Chat ? » Tu souriais en le regardant. Ca pourrait être drôle comme nom même si ce n’est pas très recherché. Puis, tu te mets alors à fouiller un peu partout. Tu préparais en priorité le bol de lait pour le chat que tu laissais sur le plan de travail. Puis, tu avais une illumination en te rappelant qu’il devait rester une boite de thon. Ca serait bien plus adapter pour le chat et tu savais que ça lui plairait aussi beaucoup plus. Sauf que tu ne te souviens plus où c’est rangé et tu le demandes à ton chéri qui te l’indique. Tu sors donc la boite de thon que tu ouvres. Tu ne peux cependant pas t’empêcher de grimacer en sautant l’odeur du poisson. Tu mets le thon dans une assiette que tu déposes près du chat. Voilà, petit bébé allait pouvoir se désaltérer et se nourrir. Pendant que tu le laisses manger tranquillement, tu vas près de Tybalt pour te glisser dans ses bras.  « Ouais, il meurt de faim. Je me demande bien depuis combien de temps il n’a pas pu manger ce pauvre bébé.. » Tu te mords la lèvre en pensant qu’il n’a pas dû mangé depuis un bon petit bon de temps. Tu vois alors tes deux furies de chiens qui débarquent dans la cuisine et qui commencent à aboyer sur le chat qui se trouve en sécurité sur le meuble.  « Ah non ! Loki, Smoothie ! Filez de là ! » Tu n’as pas franchement envie qu’ils fassent flipper le chat qui doit déjà être bien assez stressé comme ça. Du coup, tu les vires de la cuisine pour que le chat, qui n’a pas trop bougé préférant se concentrer sur la nourriture, puisse être tranquille.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt.

Revenir en haut Aller en bas

i fall in love with you every single day, i just wanna tell you i am ≈ tybalt.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» [TERMINÉ] I fall in love with you every single day. - EDWARD.
» Run, Jump, Fly fly away, Slide between planets, Sit on the moon, Fall in love with a star, Slide, Fall down on the eath, Die far from your love ♣ Confession du Colibri ♣ 29/03
» And they think we fall in love but that's not it, just want to get some + Baby
» (M) JESSE LEE SOFFER - don't fall in love because everything that falls gets broken.
» fall in love with people » niha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE :: saison 05 :: rps-