Partagez|

l'enfer c'est les autres. (alex)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: l'enfer c'est les autres. (alex) 23/5/2015, 01:35

bleus au corps.  ☆   Ses pieds tapent rapidement contre l'asphalte, sa tête ne cesse de se tourner pour voir si personne ne la suit. La simple vue de sa voiture est comme une délivrance. Une fois devant, elle fouille rapidement dans son sac afin de trouver son trousseau de clés. Elle s'arrête un instant, une vive douleur se manifestant au niveau de ses côtes. Nine grimace et pose sa main dessus, avant d'attraper l'objet convoité puis ouvre la portière. Tout ça est arrivé en une fraction de secondes. Ce fut tellement rapide qu'elle n'eut pas eu le temps de comprendre. Rien ne la prédestinait à cette fin de soirée. Du moins, elle le pensait. Nine se voit repasser la porte de chez elle. Il est vingt-et-une heure trente, elle est fatiguée mais heureuse de rentrer chez elle. Depuis la fameuse histoire de la voiture qui ne démarre plus, son patron est plus exigeant avec elle. Histoire de se faire pardonner et de rentrer dans les bonnes grâces, elle accepte toute les heures supplémentaires qui lui donnent. Tard le soir, son travail consiste seulement à classer des documents, à faire des copies de certains dossiers, enfin le travail ingrat. Mais si c'est le prix à payer pour ne plus avoir d'ennuis, elle accepte sans broncher. Comme la plupart des vendredis, Emre est chez elle. Cela fait quelques mois qu'ils sont ensemble, et en gage de bonne foie et de confiance et aussi pour qu'il se sente à l'aise avec elle, elle lui a fait faire un double des clés. Tout sourire, elle s'approche et s'assoit sur ses genoux, ce dernier étant déjà sur le canapé. « désolée d'avoir été aussi longue. mais pour me faire pardonner, j'ai commandé des sushis. » lance-t-elle. Cependant, Emre n'a pas l'air ravie. Il a même l'air carrément en colère. Pour détendre l'atmosphère, Nine dépose quelques baisers dans son cou. « arrête nine. » dit-il alors, détournant la tête. Elle continue son chemin vers sa machoire, ses joues, puis ses lèvres. Il ne semble toujours pas réceptif. « j't'ai dis d'arrêter putain! » s'exclame-t-il alors qu'il la pousse. Le coup est si vif qu'elle perd l'équilibre et tombe sur la table en verre en face d'elle. Une table qui se brise par la même occasion. Elle reste un moment à terre, sonnée par la chute pas si involontaire que cela. Après quelques minutes, elle lâche un aïe et se tourne légèrement. Elle regarde sa main, où des morceaux de verre se sont logés sans pour autant s'incruster. Sa pommette lui fait mal, sa lèvre la brûle et elle ne sait plus vraiment où elle est. Elle se relève cependant, faisant face à son compagnon. « t'es un grand malade mon pauvre, va te faire soigner. » balance-t-elle, s'élançant vers la salle de bain pour soigner ses coupures. C'est sans compter sur le jeune homme qui est bien décidé à continuer la conversation. Il attrape son poignet, qu'il serre plus que de raison, puis le deuxième afin qu'elle lui fasse face. « tu comptais me le dire quand, hein? » lui demande-t-il, la secouant comme un prunier. Tellement qu'à chaque allés son dos percute la coiffeuse juste derrière et la fait souffrir. Il est au courant. Elle le voit, dans son regard. L'espace d'un instant, elle se dit qu'elle le mérite, tout ça. Elle n'aurait pas dû lui faire une chose pareille, c'est mal. Un flot de mots jaillisse, elle ne les écoute pas. Parce que dans le fond, elle sait qu'il a raison. Et puis il s'arrête. Nine n'a même pas envie de répondre. Elle se contente de prendre ses affaires de s'en aller. Elle vient d'être victime de violences et pourtant c'est bien elle qui est prise de remords et de culpabilités.
Sa voiture s'arrête devant un immeuble. Elle ne devrait même pas être ici, mais elle ne savait pas qui aller voir. Elle monte les escaliers rapidement. C'est une fois qu'elle est devant la porte qu'elle se rend compte qu'elle doit faire peur, avec ses cheveux en batailles et ses coupures. Elle tambourine à la porte mais n'entend personne. Alors elle réitère, plusieurs fois. « alex, ouvre-moi s'il te plait. » s'exclame-t-elle, en continuant de taper. Toujours aucune réponse. Finalement, elle s'arrête, collant son front contre le mur. Et comme si elle venait de prendre conscience de ce qui venait d'arriver, elle se met à pleurer. Doucement d'abord, avant d'exploser littéralement. De chagrin, de rage, de tout. Une porte s'ouvre, mais ce n'est pas la bonne. La voisine d'en face la regarde, stupéfaite. Elle doit avoir peur vu sa tête. Elle la voit prendre son téléphone, elle secoue la tête par la négative. « n'appelez pas la police, je vous en supplie... » lui dit-elle, se demandant si elle devrait pas finalement s'enfuir également d'ici.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 23/5/2015, 11:03

Ce soir, Alexandre ne sort pas. Il a décidé de se faire un peu plus discret en ce moment, il ralentit sur les sorties. S’il s’assagit ? Il y a peut-être un peu de ça. Mais pas que. Alexandre n’a surtout pas envie de le faire. Il préfère rester chez lui. Et seul qui plus est. Ce n’est pas qu’il déprime, il a juste un peu le moral dans les chaussettes. Depuis l’incident au garage, il n’a pas eu de nouvelles de Nine et ça le travaille. Visiblement, elle a du retourner dans les bras d’Emre. Evidemment, ça ne lui plait pas. Mais il ne lui en veut pas pour ça. Elle a même sûrement bien fait, elle a probablement fait le bon choix pour eux deux. Il aura essayé. Plus de regret maintenant. Pour ce qui est du reste, il se dit que ça passera. Ce n’est pas comme s’il avait le choix de toute façon, il doit rebondir à un moment ou à un autre. Une bière devant la télé, sa vie en solitaire est des plus pathétiques. Il regarde un bêtisier, ça le fait même pas rire ces conneries. Enfin, pas trop. Il n’empêche qu’il ne tarde pas à s’endormir, certainement fatigué de sa journée au garage. Il ne prend même pas la peine de rejoindre son lit, il reste sur le canapé. Qu’est-ce ça peut faire ? Il peut bien dormir où il veut, ce n’est pas comme s’il allait déranger quelqu’un. C’est même le contraire qui se produit, c’est quelqu’un qui vient déranger Alexandre dans son sommeil. Il a du mal à ouvrir un œil mais il est certain d’avoir entendu quelqu’un tambouriner à sa porte. Il se lève péniblement, incapable de savoir si ça fait longtemps qu’on l’attend. Qui que ce soit, ça doit être vachement important pour qu’on s’acharne comme ça sur sa porte d’entrée. La scène à laquelle Alex assiste quand il ouvre la porte n’est pas banale. Nine et la voisine. Nine qui a l’air de vouloir pleurer toutes les larmes de son corps et la voisine qui a l’air totalement inquiète. Il est temps d’agir. Un peu ralenti par le sommeil, Alexandre finit par venir attraper Nine par les épaules pour la faire rentrer chez lui en faisant un petit signe de la tête à sa voisine. Il ne voit pas tout de suite. Il referme la porte, la serre doucement dans ses bras. « Eh, doucement… Ça va aller, hein. C’est bon, tout va bien. » Et bien qu’il n’ait aucune idée de ce qu’il se passe, Alexandre sait d’avance qu’il fera tout pour que ça s’arrange. Il s’écarte, découvre enfin le visage de Nine. « Qui t’a fait ça ? » Il gronde, Alexandre, il n’est pas content du tout. Doucement, il commence à comprendre la raison des pleurs de Nine. Il lui est arrivé quelque chose de mauvais. Terriblement mal. C’est déjà le bordel dans sa tête. L’idée que quelqu’un ait pu toucher à Nine l’insupporte. Il se voit déjà arracher la tête de quelqu’un. « C’est pas ton mec, hein ? C’est pas Emre j’espère ? » Parce que sinon… Alexandre a déjà du mal à digérer la relation que Nine entretient avec lui mais s’il apprend qu’en plus il est capable d’être violent avec elle, ça risque de faire des étincelles. Il s’énerve. Il en oublie presque l’état de Nine. Il la reprend dans ses bras, essaye tant bien que mal de la rassurer. « Va t’asseoir, je reviens. » Il file dans la salle de bain, revient avec de quoi réparer sa pauvre Nine. Il a mal au cœur en la voyant comme ça. Il sait ce que ça fait d’avoir la gueule de travers et sur lui, les blessures en tout genre paraissent presque naturelles. Sur Nine, c’est juste triste. Il sent qu’elle n’a pas juste été tabassée à la sortie d’un bar comme ça lui arrive souvent. C’est sérieux, beaucoup plus grave que ça. Avec la plus grande des délicatesses, il nettoie les plaies du visage de Nine. Sa colère est redescendue, il a juste un drôle de pincement au cœur. Il a mal. En fait, il a mal pour elle. « Oh, Nine… » Il soupire. Il attrape une de ses mains, la nettoie aussi. Il aimerait que ce soit un mauvais rêve mais Nine est bien là, toute abimée, toute pleurnichante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 23/5/2015, 16:26

bleus au corps.  ☆   Les minutes paraissent des heures. Elles sont longues, interminables. Nine finit par croire qu'il ne viendra jamais lui ouvrir. Pourquoi tant d'acharnement sur elle? Elle a toujours fait en sorte d'être la personne la plus droite possible. Elle déteste le mensonge, est de bon conseil, boit peu et ne fume pas. Idem du côté professionnel, elle reste le plus honnête possible. Elle n'a fauté qu'une seule fois. Une fois où elle a préféré faire usage de l'instinct plutôt que de la raison. Une fois de trop. Bien qu'elle ne regrette pas ce geste, elle en vient à penser qu'il n'était peut-être pas nécessaire. Emre était quelqu'un de bien. Il prenait soin d'elle, la faisait rire, l'épaulait. Peut-être a-t-elle fait ressortir son mauvais côté. Cette femme l'observe depuis un petit moment, son téléphone dans le creux de sa main, alors qu'elle pleure à chaudes larmes. Nine espère au plus profond d'elle qu'elle n’appellera pas les flics. Emre n'est pas un mauvais garçon. Il a juste été un peu trop virulent dans ses gestes, et elle s'est trouvé là au mauvais moment. Elle sent des mains se loger sur ses épaules. Elle sursaute sur le moment avant de se retrouver à l'intérieur de l'appartement d'Alexandre. Ce dernier la prend contre lui. La jeune femme se laisser couler dans ses bras. Elle a l'impression qu'ici, rien ne peut lui arriver. Avec lui, elle est en sécurité. D'ailleurs, elle n'écoute même pas ce qu'il lui dit. Elle est bien trop occupée à essayer de remettre de l'ordre dans ses idées. Il recule et la scrute quelques secondes. Son visage se crispe, il a l'air de comprendre la raison de sa venue. Elle passe rapidement sa main sous ses paupières afin d'enlever les larmes qui se sont logées. En faisant cela, elle se rend compte que sa paupière est gonflée. Elle ne pensait pas qu'une simple chute pouvait faire autant de dégâts. Lorsqu'il lui demande des explications, elle est incapable de prononcer le moindre mot. Du moins, elle essaye, mais quand sa bouche s'ouvre elle se referme automatiquement. Ce n'est que lorsqu'il prononce le nom de Emre qu'elle revient à la raison. Elle baisse instantanément les yeux, comme honteuse de ce qui est arrivé. « je... j'voulais pas alarmer mon père. ni mes frère. je savais pas où aller, je... il avait l'air énervé. je suis rentrée plus tard que prévue. je pensais que c'était à cause de ça. il m'ignorait. j'ai juste voulu me faire pardonner... j'suis tombée sur la table en verre. j'crois qu'il m'a poussé, je sais pas... ça a été trop vite pour que je puisse comprendre quoique ce soit. je le revois me secouer, encore et encore, j'revois juste ses yeux... il sait qu'il s'est passé quelque chose entre toi et moi, il a disjoncté. j'voulais pas lui faire de la peine. je... » tente-t-elle de se faire comprendre. C'est tellement confus dans sa tête qu'elle n'y arrive pas. Elle passe sa main sur son visage et soupire. Elle aurait aimé qu'il puisse être là afin qu'il comprenne exactement ce qu'il s'est passé. En fait, non. Connaissant le tempérament impulsif d'Alexandre, cette histoire aurait sûrement mal terminé. Ils en seraient venus aux mains, se seraient gravement amochés, auraient terminé aux urgences. Elle préfère que cela se soit passé comme cela. Elle s'assoit dans le canapé, complètement stoïque malgré la douleur. Elle n'arrive tout simplement pas à avoir la moindre réaction, mis à part les pleurs de tout à l'heure. Elle se serait voulu combattive, énervée, prêt à en découdre, mais impossible d'avoir un sentiment. Alors elle reste là, choquée à fixer le mur d'en face, le visage fermé. Ce n'est que lorsque Alexandre commence à panser ses plaies qu'elle s'autorise à poser les yeux sur lui. La première pensée qu'elle a n'est nettement pas en adéquation avec la situation. Elle le trouve plus attirant avec son bleu de travail et du cambouis partout. Cela le rend encore plus sauvage qu'il ne l'est. Mais il est beau, même quand il est soucieux. Elle observe un moment, soigner ses coupures une à une. Il prend soin d'elle, comme un mari avec sa femme. C'est stupide de penser comme cela, alors que leur relation s'est arrêté avant même d'avoir commencé. Elle ferme les yeux et secoue la tête de gauche à droite alors qu'il prononce son nom. Sa main vient se poser sur son poignet pour l'arrêter. Un poignet où prône plusieurs bleus. « arrête, ne fais pas ça... » murmure-t-elle. Elle fait un faux mouvement, ses côtes lui tire une grimace. Elle place son autre main dessus. « j'veux pas que tu ais pitié de moi. » lui demande-t-elle, son regard se posant à nouveau sur lui. Non, elle ne veut pas qu'il ait de la peine pour elle. Elle doit encaisser tout ça toute seule. Ce qu'elle veut, c'est juste un endroit où elle ne se sentira pas agressée. « c'est de ma faute tout ça. toute les personnes qui m'approchent deviennent malheureuses alors... » en conclut-elle, haussant les épaules et détournant le regard. Alors quoi? Elle n'a que ce qu'elle mérite finalement. C'est sans doutes tout cela qui lui fera prendre conscience des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 23/5/2015, 17:27

Alexandre a envie de revenir loger Nine contre lui. Un peu plus fort cette fois, il aimerait pouvoir la serrer dans ses bras jusqu’à être bien sûr et certain qu’elle est en vie. La voir dans cet état-là, ça le retourne de l’intérieur. Elle est bien loin la Nine forte et indépendante qui lui tient tête quand Alex joue au con. Elle a l’air si vulnérable… Tellement fragile. Son visage est inondé de larmes, de coupures. Alexandre ne sait pas encore comment il va s’arranger pour que ce soit possible mais il se jure à cet instant précis que c’est la dernière fois qu’il verra Nine en si mauvais état. Il la protégera. Pourquoi pas ? Il va devenir sous peu officiellement son demi-frère. Assurer les arrières des un et des autres, ça se fait. Personne ne se posera de questions s’il se montre un peu trop protecteur avec sa demi-sœur donc. Enfin, surtout, personne ne sera obligé de savoir qu’il ne la protège que parce qu’il éprouve des sentiments à l’égard de Nine. Il n’en a plus grand chose à foutre qu’elle soit sa demi-sœur ou pas. Pour ce que ça change. Tout ce qu’il sait c’est qu’elle n’est pas sienne et ça suffit largement à l’accabler. Elle s’explique, baisse les yeux. Rien de ce qu’elle raconte ne semble plaire à Alexandre qui grimace un peu plus à chaque mot. Il n’est pas dégouté, il essaye juste de réprimer la colère qu’il a envie de laisser exploser à ce moment précis. Il devient rouge, il sent son cœur accélérer dans sa cage thoracique. Il serre les poings, Alexandre met vraiment tout en œuvre pour rester calme. Il ne va pas se mettre à hurler sur Nine, ça n’aurait aucun intérêt. Il a envie pourtant. Il aimerait lui dire que peu importe ce qu’elle a à se reprocher, Emre n’avait pas le droit de faire ce qu’il a fait. Sauf que sur le coup, il ne trouve rien à dire. Il hoche la tête, il s’éclipse dans la salle de bain pour revenir au salon soigner Nine. Il est doux et appliqué. Se concentrer sur ce qu’il a à faire, ça l’aide drôlement à ne plus trop penser à cette histoire sordide. Mais ça reste là, Alexandre réfléchit et retourne encore et encore l’histoire de Nine dans sa tête. Il payerait cher pour avoir cet abruti d’Emre en face, pour lui faire exactement la même chose qu’il a fait à Nine. Ou peut-être bien pire, ce serait légitime. Nine cherche à l’interrompre, Alexandre s’arrête net sans pour autant comprendre ce qu’elle lui reproche. Et puis il comprend. Même toute cassée, elle continue de vouloir jouer la dure. Un sourire timide mais tendre s’installe sur les lèvres d’Alexandre. Il voit qu’elle grimace, il voit les bleus sur son poignet et il devine qu’elle a mal. Mais il se force à continuer de sourire. S’il continue de tirer une tête d’enterrement, il sait très bien qu’il n’arrivera pas à la consoler. « J’ai pas pitié. » Il hausse les épaules, l’air faussement désinvolte. « J’ai fait une formation une fois sur les gestes de premier secours… Mais j’ai jamais pu m’entrainer en vrai. T’es un peu comme un cobaye, tu vois. » Bien sûr qu’il ment et Nine le comprendra certainement sans problème. Il veut juste l’aider et il espère que sous ce motif, elle le laissera faire quand même. Il tend la main vers elle, il ne la forcera pas. « Dis pas des choses comme ça… T’es pas une malédiction, Nine. » Elle doit être sous le coup de l’émotion, Alexandre ne la prend pas spécialement au sérieux. Pourtant, il lui semble important tout de même de relever un point. « C’est pas ta faute. » Cette fois, Alexandre est sérieux. Il ne la laissera pas penser qu’Emre avait le droit de faire ce qu’il a fait. « Il aurait jamais du faire ça, peu importe ce qu’il sait… Ou ce qu’il ne sait pas. » Il recommence même à s’énerver pour le coup. « S’il avait vraiment des couilles ce type, il aurait pu venir me voir. J’aurais été ravi de me faire cogner à ta place. » Il se pince les lèvres, il aimerait pouvoir maitriser ce qu’il dit mais n’y parvient pas. « C’est pas juste, putain Nine, c’est qui l’avocate ici ? Tu devrais le savoir. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 23/5/2015, 20:55

bleus au corps.  ☆   Nine n'est qu'un être humain, avec son lot de failles. Un être humains qui fait des erreurs et qui se remet perpétuellement en question. Pourtant, tout le monde la voit comme la fille impassible, la fille qui a des solutions pour chacun de ses problèmes se posant sur son chemin, la fille capable de déplacer des montagnes. Elle n'est pas comme cela. Tout ça, c'est de l'imposture. C'est juste une vitrine qu'elle montre à la face du monde et derrière laquelle elle se cache. Les personnes autour d'elle ne comprennent pas à quel point c'est frustrant de ne pas pouvoir mettre des mots sur des émotions. Elle, elle aimerait juste retrouver la petite fille qu'elle était. Celle qui n'avait pas peur de pleurer lorsqu'elle avait mal, et celle qui riait aux éclats lorsque quelque chose la faisait rire. Peut-être la retrouvera-t-elle, avec le temps. Elle a eu l'impression de la retrouver, ces derniers temps. Quand elle était avec Alexandre, à certains moments. Tout parait tellement simple avec lui, même avec la complexité de leur relation. Il a cette aura qui fait tomber ses barrières et qui la fait agir naturellement. La preuve, elle est ici devant lui à pleurer, et il ne la juge pas bien au contraire. Mais le naturel reprend rapidement le dessus et pour elle, il est hors de question qu'il la considère comme une petite chose fragile. Elle a la tête dure et elle s'en remettra. Cela prendra sûrement du temps, mais ça ira avec le temps. Cependant, Alexandre n'est pas du même avis. Cela part d'une bonne intention, alors elle finit tout de même par poser sa main sur la sienne. « un cobaye hein? super, décidément cette soirée est pleine de surprises. » dit-elle. Elle se mord l'intérieur des joues en se rendant compte de sa bêtise. Elle n'arrive même pas à faire de l'humour, chaque mot qui sorte de sa bouche est maladroit. Finalement, elle en vient à une seule et même conclusion et c'est Alexandre qui emploie le mot adéquate : elle est une malédiction. Et une calamité. Si elle n'avait pas déjà tout ces coupures sur son visage, elle se taperait la tête contre un mur. Et Alexandre aura beau dire le contraire, impossible de se déloger cette idée de la tête. C'est sans doute pour cela que l'atmosphère s'assombrit. Il s'énerve et crie à l'injustice et ça l'agace. Elle aimerait tellement qu'il puisse lire dans ses pensée, il comprendrait beaucoup mieux. « mais tu comprends rien, putain. c'est moi qui a provoqué toute cette merde. j'ai été tellement égoïste que j'ai pas vu les dommages que ça a pu causer. personne n'est heureux dans cette histoire. emre avait des projets pour nous, toi tu t'es coupé de ta famille à cause de moi. et mon père ne voudra certainement plus m'adresser la parole parce qu'il aura honte et il aura raison. tout ça pourquoi? parce que je suis tombée amoureuse d'un mec que je ne connaissait même pas et qui du jour au lendemain se retrouve être mon demi-frère et que j'ai préféré me mettre avec le premier type bien venu plutôt que de voir la vérité en face et d'assumer! » s'exclame-t-elle. Elle reste par la suite silencieuse. Seul son souffle se fait entendre, comme si elle venait d'accomplir un exploit sportif. C'est un peu le cas. C'est la première fois depuis très longtemps qu'elle perd totalement le contrôle d'elle-même et qu'elle dit enfin tout ce qu'elle a sur le coeur. Alors pour elle, cela revient à courir un marathon. Plutôt que de renchérir, elle préfère se rendre dans la salle de bain, ouvre le robinet afin de passer de l'eau sur son visage. Elle a l'impression d'être en feu. En se relevant, elle aperçoit son reflet pour la première fois. Elle ne peut s'empêcher de toucher ses plaies du bout des doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 24/5/2015, 01:46

Il a envie de la secouer comme un prunier jusqu’à ce qu’elle comprenne que les choses n’auraient jamais du mal tourner. Enfin, pas comme ça. Emre aurait eu tous les droits d’avoir une conversation avec Nine en admettant qu’il sache vraiment ce qu’il s’est passé entre Nine et Alexandre. Mais en venir aux mains ? Non. Jamais. Sous aucun prétexte. Alexandre a beau être un mec connu pour être bagarreur, il sait où sont les limites. Cogner un mec de temps en temps pour un mot de trop ou parce que l’alcool les échauffe, ça va. S’en prendre à une femme, un être qu’on aime ? Jamais. Dieu sait pourtant qu’Alexandre a déjà rêvé d’en coller une à sa jeune sœur. Mais il ne l’a jamais fait. Parce que si jamais il se montrait violent un jour envers elle, il s’en voudrait toute sa vie. Il préfère taper dans un mur. Il ne sait pas faire ça, le Emre ? Ce n’est pourtant pas compliqué. Alexandre se demande ce qu’il aurait fait à sa place. On parle de Nine, là, ce n’est pas n’importe quelle fille. Il comprend bien à quel point il a du se sentir désorienté, perdu. S’ils avaient du échanger les rôles, Alexandre ne peut pas promettre qu’il aurait gardé son sang froid. Il aurait crié sur Nine mais il ne lui aurait pas fait toutes ces vilaines coupures, tous ces bleus. Non, il se serait contenté de retourner l’appartement. C’est déjà mieux. Nine est maladroite. Elle tente un peu d’humour mais se rétame. Plein d’empathie, Alexandre lui offre un sourire encourageant. Bien sûr qu’elle n’arrive pas à plaisanter. Pas maintenant. Et il ne lui demande pas de le faire. D’ailleurs, il ne lui demande rien d’autre que de se laisser faire alors qu’il tente de réparer les dégâts que son charmant petit ami lui a causé. Elle lui redonne sa main, Alexandre essaye de se décrisper un peu. Mais c’est trop dur. Chaque bleu qu’il découvre lui donne un peu plus envie d’aller massacrer Emre. De toute façon, ça arrivera. Alex sait qu’il vengera Nine. Ce sera probablement le début d’un beau bordel mais il s’en moque pas mal. Alexandre a le poing facile, il ne lui en faut pas beaucoup pour se mettre à taper. Imaginez donc ce que c’est quand il a une vraie raison de s’énerver. Pas de cadeau. « Mais oui, t’as raison ! Et puis tant qu’à faire, Emre peut se mettre à te taper sur le coin de la gueule, tu l’auras bien cherché hein ! » Nine se relève, file en vitesse en direction de la salle de bain. Super. Alexandre grogne, son poing vient frapper sa table basse. Ça ne change rien du tout, ça ne le détend même pas un peu. Cette table basse ne ressemble probablement pas assez à Emre pour que ce soit efficace. Toujours passablement énervé, Alexandre prend le chemin de la salle de bain à son tour. Il reste derrière la porte, il ne veut pas s’aventurer à rentrer. Mais il tient quand même à parler. « Regarde-toi dans le miroir, Nine. Ose me dire que c’est normal, dis seulement que tu l’as mérité ! » Et puis, tout d’un coup, il se souvient de ses mots. Ils ont fait beaucoup de chemin avant d’avoir du sens dans la tête d’Alex. Elle l’aime. C’est ce qu’elle a dit. Pire que ça. Elle est amoureuse. Alexandre reste abasourdi un moment, adossé à la porte. L’espace d’un instant, il se demande s’il ne ferait pas mieux de partir en courant. Et puis il se souvient qu’il habite ici. De plus, Nine n’est pas vraiment en mesure d’être seule. Il pose son front contre la porte, soupire. Ça va être dur, il est déjà éprouvé. « C’est pas de ta faute, c’est pas la mienne non plus. On a pas choisit. » Sa voix a repris une intonation normale, Alexandre s’est radoucit. « Mais on peut faire un choix maintenant, on peut choisir. » C’est insensé. Vraiment. Tant pis. « Je peux te choisir toi… Et tu peux me choisir moi. » Il rigole doucement, comme s’il se rendait compte de la naïveté de ses propos. « Nos parents s’y feront. Forcément. Ton père t’aime trop pour s’entêter. » Le sourire niais qui était apparu sur ses lèvres il y a quelques secondes s’efface. « Et Emre peut aller se faire foutre. » Il s’écarte de la porte. Est-ce qu’elle va seulement oser sortir à nouveau ?  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 25/5/2015, 19:43

bleus au corps.  ☆   Se voir dans ce miroir est comme un électrochoc. Elle dévisage tout ces bleus, toute ces coupures. Elle relève même son t-shirt pour y découvrir un énième bleu sous sa poitrine. Pourquoi a-t-elle laissé faire tout ce carnage? Ce n'est pas son genre. La Nine de d'habitude aurait sûrement répliqué, même s'ils ne se battaient pas à armes égales. Elle aurait tapé tout de même. Là, elle s'est carrément laissé faire, comme si le fait de se faire cogner était la suite logique des choses. Pourtant, Alexandre a raison. Non, ce n'est pas normal. Ils auraient pu discuter, Nine lui aurait expliqué comment tout ceci était arrivé, que l'histoire entre Alex et Nine ne date pas d'aujourd'hui. Elle l'aurait laissé crier, même casser quelque truc, il aurait été dans son droit. Mais là, cette histoire a été beaucoup trop loin. Elle pourrait aller voir la police, porter plaindre et demander une ordonnance d'éloignement. Malgré tout, elle n'en a même pas envie. Elle sait qu'Emre n'est pas un mauvais garçon. Peut-être s'est-il laissé emporter même dépasser par tout ce qu'il a appris. Peut-être était-il fatigué. Et peut-être qu'elle lui trouve des excuses pour ne pas l’accabler. Même si elle cherche à le défendre, elle est sûre d'une chose : non, elle n'a pas mériter tout cela. Mais elle préfère se taire plutôt que de donner raison à Alexandre. Et puis, plus aucuns bruits provenant de l'extérieur. Alexandre a sûrement capitulé et il doit être en train de pestiférer contre elle sur le canapé. Elle s'approche de la porte, prêt à sortir afin de s'excuser. Non. Il se manifeste nouveau avec un ton beaucoup plus calme et posé que lors de sa précédente prise de parole. Elle s'arrête, l'écoute. Ce qu'elle a balancé dans la conversation a visiblement provoqué quelque chose chez lui. Il est réceptif et elle ne s'attendait pas à cela. Bien sûr, elle sait pertinemment qu'il y a une attirance physique entre eux depuis la première fois qu'ils se sont vu. Et puis il lui a dit qu'il l'aimait bien au garage. Il lui a même prouvé. Pourtant, Nine a toujours pensé qu'il faisait ça uniquement pour toucher au fruit défendu, par simple rébellion envers sa mère. Il faut croire que non. Son coeur palpite, elle se met à avoir peur. Cette histoire prend beaucoup trop d'ampleur. Elle finit par ouvrir la porte, mais ne sort pas. Elle fixe, fait pencher sa tête sur le côté. « t'as raison. » commence-t-elle à dire, haussant les épaules. « tu préfère baiser où, le canapé ou ton lit? autant le faire maintenant, comme tout est tellement simple pour toi je suis sûre que tu sais comment on va faire une fois qu'on aura sauté le pas. » balance-t-elle, grimaçant rapidement. Elle lâche un soupir, croise ses bras contre sa poitrine. « décidément on arrivera jamais à se comprendre toi et moi. si je t'ai dis tout ça, ce n'est pas pour trouver des solutions, c'est juste pour te faire comprendre que c'est impossible. » essaye-t-elle de lui faire, une moue un peu triste sur son visage. « peut-être que t'en a rien à faire de ce que les parents peuvent penser mais moi... j'ai plus que mon père, et si il y a bien quelque chose qui doit passer avant mon bonheur, c'est le sien. j'préfère être malheureuse pour le voir sourire. » finit-elle par dire, plongeant ses yeux dans le sien, pour qu'il la comprenne enfin. Tout ces dîners de famille, ces anniversaires, les simples rencontres... Nine sait qu'elle arrivera à regarder Alexandre sans avoir de regrets parce qu'elle aura fait tout ça pour son père. Entre faire une croix sur l'amour ou sur son père, le choix est fait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 25/5/2015, 23:04

Les aveux quant aux sentiments que Nine éprouve à l’égard d’Alexandre ne sont pas tombés dans les oreilles d’un sourd. Il aurait pu faire comme si de rien n’était. Il y a pensé, d’ailleurs. Mais il n’a plus envie de se défiler. Si Nine n’a pas la force d’assumer alors il peut le faire pour deux. Il en a envie. Plus que tout. Il veut la savoir loin de cet abruti d’Emre, loin de n’importe quel autre mec. Il veut être son privilégié, le seul homme de sa vie. Ça peut paraître fou mais, à ce stade-là, Alexandre n’en a plus rien à faire. A son tour, il se confie. Il parle. Beaucoup plus que d’habitude. Beaucoup trop, aussi, mais il ne le comprendra que plus tard. Alexandre a l’impression que Nine met une éternité avant d’ouvrir la porte de la salle de bain. Il appréhende. Il a la sensation d’être un funambule, il marche en équilibre sur un fil. Et il tombe. Il le voit tout de suite quand Nine ouvre enfin la porte. Il le lit sur son visage. Il n’y a pas de sourire, pas de regard comblé. Il se pince les lèvres, il est prêt à encaisser. Au moins, cette fois, elle ne pourra pas lui reprocher d’avoir été lâche. Il a essayé, il a voulu lui montrer qu’il y croyait et qu’il aurait fait en sorte que ça marche. Qu’est-ce qu’il peut faire de plus maintenant ? Il ne peut pas la contraindre. « C’est pas drôle. » qu’il en secouant la tête. Il soupire, il a envie de revenir sur tout ce qu’il a dit et qu’ils oublient chacun ce qu’ils ont entendu de la bouche l’un de l’autre. « T’es une véritable héroïne, Nine, je savais pas. » Oh oui, il l’a mauvaise. Et ça le rend plutôt piquant. Il ne devrait peut-être pas réagir comme ça. Pas maintenant en tout cas, pas alors qu’elle est blessée. Mais elle l’a cherché, elle a initié ce petit jeu. « T’as raison, hein. » L’espace d’un instant, il se perd dans son regard et en oublie presque ce qu’il s’apprêtait à dire. Il secoue une nouvelle fois la tête, rompt le contact visuel. Ça revient et il reprend : « Il va être content, ton père, de voir à quel point tu choisis bien tes mecs. Je suis pas certain qu’il va sourire en voyant ta gueule tu vois. » Il hausse les épaules et commence à s’éloigner. Il a besoin d’une clope. Il soulève deux coussins avant de retrouver son paquet de cigarettes, attrape une clope ensuite. Il l’allume sans plus attendre, tire une taffe dessus. Il se gratte la tête puis la nuque. Il est nerveux. Ça fait beaucoup à encaisser, il ne sait même plus quoi penser. « Tu dors ici cette nuit. » qu’il dit un peu plus fort pour être sûr que Nine l’entende. Ce n’est pas un ordre. Mais ce n’est pas une question non plus. Il est hors de question qu’elle retourne chez elle tout de suite alors que l’autre taré y est encore. Nine va rester. Et si Alexandre doit la menotter à son lit pour ça, il le fera. « Je prends le canapé. » Elle va vouloir en discuter, essayer de l’en dissuader. Alexandre le voit arriver gros comme une maison. Mais ce n’est pas négociable. Toujours la clope au bec, il s’éclipse dans sa chambre. Il en ressort avec des vieilles fringues à lui, des vêtements parfaits pour faire un pyjama de filles. Il rejoint Nine et les lui tend sans un regard. « Enfile ça, ce sera plus confortable pour aller te pieuter. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 26/5/2015, 15:37

bleus au corps.  ☆   C'est en voyant la tournure de cette conversation que Nine se rend compte qu'elle n'aurait peut-être pas dû venir ici. Bien sûr, elle savait qu'ils auraient un jour ou l'autre cette discussion. Elle savait aussi qu'ils arriveraient à un point de discordance et que ça finirait forcément en dispute. Mais là, ce n'est clairement pas le moment. Nine est juste fatiguée et choquée de par la réaction d'Emre, alors une autre dispute ne fera que mettre ses nerfs encore plus à vifs. Elle aurait dû aller chez une amie. Cette dernière aurait certainement paniqué, Nine lui aurait expliqué et elle aurait pleuré toute les larmes de son corps. Un peu comme ici. Mais la différence est qu'il n'y aurait pas eu toute cette tension. Cette tension qui les entoure à chaque fois qu'ils se retrouvent sous le même toit. Et cela en devient encore plus fatiguant que tout le reste. En venant ici, Nine pensait qu'en se retrouvant ici, Alexandre trouverait sûrement les mots justes afin de la réconforter et lui montrer qu'elle est en sécurité. Au lieu de cela, elle s'énerve tellement qu'elle a envie de casser un truc. Mais vu son état, c'est même pas sûr qu'elle y arrive. Elle se fait carrément de la peine. Et puis, en voyant la réaction d'Alexandre, elle se dit qu'elle aurait mieux fait de se taire, comme elle le fait d'habitude. C'est ce qu'elle fait de mieux, après tout. Mais non, au lieu de cela, il a fallu qu'elle l'ouvre, qu'elle crache son trop-plein d'émotion sur lui. Maintenant, elle en paye les conséquences. Alors elle l'écoute, baisse la tête et se contente de se taire. A sa place, elle aurait réagit exactement de la même manière. Elle lui dit qu'elle l'aime mais qu'ils ne seront jamais ensemble. Il est normal qu'il ne le prenne pas bien. Mais Alexandre joue plus qu'il ne doit et sort la phrase de trop. Son visage se relève vers lui et plus vite qu'elle ne l'aurait voulu, sa main vient s'abattre sur la joue du jeune homme. « là tu vas trop loin Alex. » lance-t-elle, secouant la tête de gauche à droite. Bien que son père soit au centre de leur relation -voir non-relation- sans le vouloir, il est hors de question qu'il se serve de lui afin de la blesser. Elle perçoit un instant une menace dans cette phrase. Alexandre pourrait très bien aller balancer qu'Emre lui tape dessus à son père afin de se venger. Ou de la protéger, peut importe. Si jamais il fait ça, elle se promet qu'elle tapera encore plus fort et touchera son point sensible. Elle le regarde s'éloigner et n'a qu'une seule envie : crier un bon coup pour évacuer toute cette tension malsaine. Sérieusement, cette soirée ne se terminera-t-elle jamais? Elle aimerait juste s'endormir et se réveiller le lendemain pour faire comme si rien ne s'était passé. Au lieu de ça, elle est adossée contre le porte et ne bouge même pas. Elle n'a même pas envie de le rejoindre. Pourquoi faire, engranger une énième dispute? C'est pas la peine. Elle lâche un rire nerveux lorsqu'il lui déclare qu'elle dort ici. Ce n'est clairement pas une bonne idée. Elle a juste envie d'être ailleurs. Pas ici. Et surtout pas avec lui, même s'il est sur le canapé. Pourtant il s'entête, va même cherche des vêtements pour qu'il puisse dormir. Il est là, devant elle, à lui tendre ses vêtements sans même la regarder, comme un idiot. Vêtements qu'elle ne prendra pas.  « quand je vois la façon dont tu réagis, j'commence à regretter ce qu'il s'est passé. et pas seulement ce que je t'ai dis tout à l'heure. » lui dit-elle, faisant référence à leur baiser échangé au garage. Tout aurait été plus simple s'ils avaient su se taire. Si elle n'avait pas insisté lors de leur première rencontre, s'il ne s'était pas montré jaloux au garage, si elle n'était pas venue ici et balancer ce qu'il avait sur le coeur ce soir, s'il n'avait pas été réactif à ce message. Ils sont réellement stupides, aussi bien l'un que l'autre. Elle finit par tendre le bras pour rabattre les vêtements vers lui. « tu peux les garder. j'm'en vais. j'veux pas rester ici avec toi. » finit-elle par dire en passant devant lui. Elle s'élance vers la porte d'entrée d'un pas décidé. Elle a accumulé trop de choses en une seule soirée. Elle va aller à l'hôtel, prendre une douche et se coucher en espérant que demain ça ira mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 26/5/2015, 20:13

C’est encore allé trop loin, Alexandre le comprend bien assez vite. Il sait qu’il a exagéré. Mais Nine est dure à suivre ou alors c’est simplement qu’il ne la comprend pas. Un coup elle semble attendre quelque chose de lui, l’autre elle se défile. Comme s’ils ne faisaient que changer d’avis l’un sur l’autre, encore et encore. Il aimerait que ce soit simple, que Nine soit simplement sa demi-sœur et rien d’autre. Mais ce n’est pas faut d’essayer, c’est quasiment impossible. Il n’arrive pas à ignorer ce qu’il ressent, ce qu’il meurt d’envie de lui dire et de lui faire. C’est frustrant. Est-ce que ça l’est aussi pour elle ? Les mots sortent trop vite de la bouche d’Alexandre, il ne les contrôle pas. C’est là qu’il se mange une baffe. Il l’a mérité. Sûrement. Il n’en sait trop rien. Il tourne la tête vers le côté, grimace. Et puis il reprend un air naturel en reposant les yeux sur Nine. Il a envie de lui balancer une autre saloperie à la gueule, de lui demander pourquoi elle a été capable de le taper lui et pas Emre. Mais il ne le fait pas. Il se tait. A la place, il va chercher des affaires pour Nine et les lui ramène. Il fume sa clope, avec l’énervement il a probablement du cendrer deux ou trois fois dans l’appartement. Tant pis. Elle ne prend pas les vêtements qu’il lui tend et ça l’énerve. Elle parle à nouveau et ça l’énerve encore plus. Il en a marre, il veut juste qu’ils aillent se coucher chacun dans leur coin. Peut-être qu’ils arriveront à être civilisés demain matin. « Tu t’attendais à quoi ? » Il tire sur sa clope, soupire. « Tu dis que t’es amoureuse, que tu aurais mieux fait d’assumer. » Ce règlement de compte continuel, ça l’épuise. Alexandre se dit qu’il a peut-être eu raison quand il a pris ses distances avec Nine. C’était peut-être la meilleure chose à faire puisqu’ils n’arrivent de toute façon jamais à s’entendre. Ou pas durablement. Justement parce qu’ils s’apprécient un peu trop et pas de manière appropriée. « Et la minute d’après tu me remballes comme la pire des merdes. T’as pas été odieuse en insinuant que je voulais te tringler ? Putain, Nine, je m’ouvre souvent aux autres tu crois ? Non. Mais je l’ai fait, là. T’aurais pu être plus tendre aussi. » Il a l’impression qu’il n’a jamais autant parlé de sa vie, il est presque à bout de souffle et sa clope a fini par se consumer toute seule. Nine repousse les fringues contre lui, il lâche un soupir agacé. Elle s’en va. Alexandre lâche les fringues sur le premier meuble qu’il trouve et la rattrape par le poignet. Un peu trop fort, il ne s’en rend compte qu’après. Il desserre un peu la pression sur son bras, la maintient à l’intérieur malgré tout. Hors de question. Il n’arriverait pas à dormir en la sachant dehors dans cet état. Et si elle retournait chez elle ? Plutôt mourir, plutôt la séquestrer ici. « Non. Je suis désolé si t’arrives plus à voir ma gueule mais je peux pas te laisser partir. Pas dans cet état. » Il la lâche définitivement, il fait tout son possible pour se montrer calme et posé. Ça se voit qu’il est inquiet, qu’il n’est pas question d’eux à ce moment précis mais d’elle. « Tu m’entendras même pas s’il le faut. » qu’il murmure presque. « Reste. » Il ne peut pas l’obliger, il le sait. « S’il te plait. » Et ça ressemble presque à des supplications.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 26/5/2015, 22:51

bleus au corps.  ☆   Cette dispute n'a ni queue, ni tête. Une personne extérieur n'arriverait même pas à savoir qui est le fautif de l'histoire. Ca part tellement dans tout les sens que ça en devient ridicule. Nine en vient à la conclusion qu'Alexandre avait prit la meilleure décision en s'éloignant d'elle. Cela aurait évité un tas d'ennuis et de disputes. Mais non. Comme à son habitude, Nine n'a voulu en faire qu'à sa tête et obtenir ce qu'elle voulait. Le résultat n'en est pas plus concluant, au contraire. Si elle ne lui avait pas tendu la perche pour l'embrasser, il ne l'aurait pas fait et ils n'en seraient pas là aujourd'hui, à se tourner autour comme un chien qui essaye de se mordre la queue. Et donc par conséquence, pas de problèmes de conscience. Au fil de la conversation, Nine entreprend une sérieuse remise en question. Elle le sait, tout ce bordel est de sa faute. Cependant, elle n'est pas prête de l'avouer. En bonne personne entêtée qu'elle est, elle le garde pour elle et clame le contraire, se braque et lance des piques. Il va falloir sérieusement penser à consulter. Qui pourrait supporter un caractère pareil? Personne. Pas même Alexandre.  La preuve, lui aussi perd patience. Avec cette baffe, elle aussi va trop loin. Ce n'est plus elle qui parle, mais ses nerfs. C'est quand même incroyablement frustrant d'avoir autant d'égo et de ne pas pouvoir admettre ses propres erreurs. Pourtant, Alexandre est là, à quelques centimètres d'elle, elle pourrait le faire. Mais non. Au lieu de cela, elle préfère se taire et l'écouter pestiférer contre elle. Et ce qui est encore plus agaçant que de se rendre compte qu'elle a tord, c'est de se rendre compte qu'il a raison. « j'ai pas été odieuse, c'est juste la réalité. ose me dire que c'est pas ce que t'avais envie de faire quand on était tout les deux dans la cuisine l'autre fois. toi comme moi on en avait envie. alors me sors pas le refrain du mec choqué. » avoue-t-elle. Cela peut paraître totalement malsain, mais c'est la vérité : la base même de cette relation est leur attirance physique. Il y a toujours eu cette atmosphère électrique entre eux, qu'ils le veuillent ou non. Alors ce n'est pas aujourd'hui qu'il faut renier cette évidence et faire les hypocrites. C'est là, et ils auront beau faire tout les efforts du monde, ça restera là, dans un coin de leur tête. C'est comme ça. Même sur ce genre de chose ils n'arrivent pas à se mettre d'accord. Alors autant partir plutôt que de continuer leur dispute. Elle s'apprête à ouvrir la porte alors que la main d'Alexandre encercle son poignet, exactement au même endroit où Emre l'avait blessé un peu plus tôt dans la soirée. Elle fronce les sourcils. « tu me fais mal. » lui fait-elle remarquer. Malgré ce qu'il s'est passé, il tient à ce qu'elle reste ici. Il paraît soucieux, comme si tout ce qu'ils se sont dit il y a encore quelques minutes n'avaient jamais existé. « sinon, tu vas faire quoi? me taper, comme Emre? » dit-elle. Et voilà, ça recommence. Elle ne peut pas s'empêcher d'être désagréable. Elle soupire, puis capitule. Elle fait chemin inverse, attrape les vêtements au passage puis claque la porte derrière elle. Elle est colère. Pas contre Alexandre, contre elle-même. Elle shoote dans le premier truc qui vient. Elle enlève son chemisier, puis s'assoit sur le lit. Alors qu'elle s'apprête à mettre le tee-shirt, son regard s'arrête sur sa main. Alexandre n'a pas eu le temps de nettoyer cette main. Nine s'arrête et commence à ôter les petits bouts de verres qui se sont incrustés dans celle-ci. Elle tremble et n'y arrive pas. Énervée, elle se met à pleurer, encore. Elle se sent pathétique à en mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 27/5/2015, 00:08

Ces deux-là, on dirait deux enfants qui au lieu de se dire je t’aime préfèrent se tirer les cheveux pour le montrer. Leurs jeux sont nettement moins enfantins, beaucoup plus malsains, mais l’idée est là. Ce n’est pas humain de se faire autant de mal. Nine a raison, personne n’est heureux dans cette histoire. Surtout pas eux deux qui vivent avec le secret, avec leurs consciences. Encore moins Nine avec tous ses bleus. Alexandre finit presque par l’oublier dans l’énervement. Mais Nine doit être six pieds sous terre, elle doit se sentir extrêmement mal. Peu importe ce qu’il s’est passé au final, elle doit être meurtrie. Alexandre a beau détester Emre, il a beau rêver de le voir faire une gaffe irréparable qui pousserait Nine à le virer, il ne voulait pas de ça. « Je suis pas choqué. » Juste agacé et profondément désolé de voir que leur relation n’est réduite qu’à ça : de l’attirance physique. C’est sûrement vrai, pourtant. Tout part de là en tout cas. Tout s’est fait en un regard, ou presque. Mais ils ont appris à se connaître depuis. Leur complicité est devenue évidente au fil de leurs rendez-vous. Et leur capacité à se détruire mutuellement l’est encore plus. Ils sont infernaux. « Mais y’a un peu plus que ça, non ? C’est pas qu’une question de baise, on pourrait coucher ensemble que ça ne réglerait rien. » Parce qu’il y a plus que de l’attirance physique maintenant et si Nine venait à dire le contraire, Alexandre pendrait un sacré coup. Pas dans son estime, ni dans son égo. Encore moins dans son amour propre. Ce serait juste un crève-cœur de savoir que Nine n’a jamais envisagé plus qu’une histoire de jambes en l’air entre eux. Elle essaye de partir, il l’en empêche en l’attrapant par le poignet. Evidemment, il lui fait mal. « Pardon, je voulais pas. » qu’il s’excuse presque automatiquement. Il avait oublié. Comment il a pu ? Il se mord la lèvre, Nine se fait plus piquante que jamais. Pourquoi est-ce que c’est lui qui trinque pour les conneries qu’a fait ce pauvre type ? C’est clairement injuste et même Nine doit s’en rendre compte puisqu’elle finit par prendre les fringues que lui avait préparé Alexandre pour s’engouffrer dans sa chambre. C’est bien. Alexandre a dit qu’elle ne l’entendra pas et, au début, il a vraiment cru qu’il pouvait s’y tenir. Seulement les bruits qui émanent de sa chambre commencent vraiment à l’inquiéter. On aurait dit qu’elle avait cogné dans quelque chose. Ça, à la rigueur, ce n’est pas bien grave. L’appartement a l’habitude d’être martelé de coups. Mais là ? On dirait qu’elle pleure et c’est déchirant pour Alexandre qui est à fleur de peau. Il soupire et bien qu’il ne soit pas d’accord avec ce qu’il fait, il entre. C’est bête, il aurait peut-être du toquer. Elle n’est pas vraiment dans une tenue adéquate. Tant pis, c’est un peu trop tard maintenant pour faire demi-tour et, au final, Alexandre ne fait même pas gaffe. Il hésite quand même un peu. Quelques secondes, à peine, avant qu’il ne vienne s’asseoir sur son lit pour ramener la tête de Nine contre lui. « Je suis désolé. Vraiment. Pour tout. Je déteste te voir comme ça et l’idée que ce soit un peu ma faute… Ça me tue. » C’est le cas de le dire. « Je me suis emporté. Pardon. » Et il s’excuse encore. En fait, il ne sait même plus quoi dire tellement ça devient confus dans sa tête toute cette histoire. « Arrête de pleurer maintenant… Ok ? On peut… Je sais pas, on peut faire ce que tu veux. Je peux te laisser seule. Ou on peut regarder un film. Ou chanter du Taylor Swift en se faisant des tresses en fait, tout ce que tu veux. » Il est doux, il se met à caresser ses cheveux. A ce stade-là, il raconterait et ferait n’importe quelle connerie pour se rattraper. Il ne peut pas la laisser seule dans cet état. Toute la colère qu’il a pu ressentir avant s’est évanouie, il a besoin d’être là pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 27/5/2015, 15:23

bleus au corps.  ☆   Il a raison, leur relation va bien au-delà d'un quelconque rapport charnel. Ca a toujours été là, au fond d'elle, mais elle ne s'en ait pas rendu compte tout de suite. Du moins, elle a préféré le garder enfoui. Car ce qui est bien pire que de pouvoir avouer ses faiblesses à quelqu'un, c'est de se l'avouer à soi-même. Au fil de leurs entretiens, elle a réussi à faire tomber ses propres barrières et à prendre conscience de ce qu'elle pouvait ressentir. En y pensant, Alexandre a opéré une petite révolution dans la vie de Nine. D'abord dans son emploi du temps. Cela peut paraître idiot mais la personne acharnée de travail qu'est Nine aurait refusé de prendre la moindre liberté dans son planning. Pourtant, pour lui elle l'a fait. Pas seulement pour le mariage non, il l'intriguait d'avantage à chaque rendez-vous et elle avait envie de le revoir, vraiment. Et puis il y a le reste. Comme le fait de se sentir spécial à ses yeux, chose qui lui est pas arrivé depuis longtemps ou encore le fait de se sentir complètement hors de contrôle en sa présence. Alors oui, bien sûr qu'il y a plus qu'une histoire de sexe. D'ailleurs, elle est surprise qu'il soit le premier à l'avouer, lui qui d'habitude n'est pas du genre à se dévoiler aux autres. Cela prouve d'une certaine manière qu'elle aussi a chambouler sa vie à lui. Ce n'est pas ce que font deux personnes qui s'aiment? Etre assez fous pour changer leur manière d'être? Peut-être. Elle n'est pas vraiment experte en la matière. « on ne serait pas ici à se regarder en chien de faïence s'il n'y avait pas plus. » lui dit-elle. S'il n'était pas question de ça, cela aurait été beaucoup plus simple : elle aurait ouverte la porte, l'aurait attiré à elle et l'aurait embrassé. Ça aurait duré quelques minutes et puis l'aurait traîné dans la chambre. Ils en seraient ressortis apaisés et l'histoire se serait arrêté là. La c'est différent. Il y a beaucoup plus en jeux. Quelque chose d'intense, sinon elle ne serait pas là, à pleurer et à regrette son comportement envers Alex. Elle se morfond tellement qu'elle ne l'entend pas ouvrir la porte. Elle ne se rend compte de sa présence qu'une fois sa tête posée sur lui. Voilà ce dont elle a besoin. Pas de grandes déclarations, ni de remontrances ou de "je te l'avais dis". Juste une épaule sur laquelle pleurer. Elle ne sait même pas comment elle a fait pour tenir aussi longtemps sans verser une larme. On ne parle pas d'un chagrin d'amour là, mais bien d'une agression. Alexandre se confond en excuses, essaye de l'apaiser tant bien que mal. Ça marche, du moins un peu. Elle relève la tête un instant et secoue celle-ci. « c'est pas à toi de t'excuser. » lui dit-elle, reniflant d'une manière pas très glamour. « j'débarque comme ça chez toi et je t'agresse alors que tu n'y ais pour rien dans tout ça. c'est moi qui est désolée. » continue-t-elle, lâchant un soupir. Les excuses, ce n'est vraiment pas son fort. « et je ne regrette absolument pas ce qui s'est passé. si j'ai dis tout ça c'est juste que... j'me dis que si nous n'étions dans ce contexte là, on aurait peut-être pu construire quelque chose de bien tout les deux. » avoue-t-elle, haussant les épaules. C'est vrai. Il n'y a qu'à les voir tout les deux en ce moment même. Elle est prête à parier qu'ils auraient vécu quelque chose de beau. Peut-être trop passionnel mais beau quand même. Elle se détend petit à petit. La main d'Alexandre dans ses cheveux y est sûrement pour quelque chose. Elle rigole même, en l'écoutant parler de Taylor Swift. « j'aimerai d'abord que tu m'aides avec ma main. » lui dit-elle, lui montrant les petits bouts de verres encore présent. Avec l'autre main, elle cache tant bien que mal l’hématome plutôt imposant se trouvant sur ses côtes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 27/5/2015, 23:15

Alexandre croit au grand amour. L’amour fou, celui qui est censé vous donner des ailes et vous combler de joie chaque heure de chaque jour. Seulement il ne l’a jamais connu. Ce n’est pas faute de s’y être intéressé, Alexandre a essayé. Ses histoires d’amour n’ont seulement jamais duré. Il n’y arrive pas. Si une étincelle s’allume, elle ne tarde jamais à s’éteindre. Il est comme ça, vite lassé. Il aimerait aimer pourtant, il souhaiterait plus que tout partager quelque chose de sincère avec une femme. Sauf que la seule fois qu’il ressent quelque chose de trépidant pour une personne, il faut qu’elle soit aussi inaccessible. Nine est le fruit défendu, l’interdit même. Elle est tout ce qu’il désire et il devrait en rougir, en avoir honte. Mais il en a eu assez de se culpabiliser pour ça. Qu’est-ce qu’il y peut, vraiment ? Il n’a rien demandé. C’est arrivé, c’est tout. Tous les efforts qu’il a fait pour essayer de maitriser ses sentiments ont été vains. D’autant plus que, quoi qu’il fasse ou quoi qu’il dise, Nine fera toujours partie de sa vie. A moins que ses parents aient la bonne idée de divorcer un jour. Mais ça ne risque pas. Déjà parce qu’on ne refait pas sa vie aussi simplement que ça à leur âge… Ensuite parce qu’ils s’aiment. Alexandre l’a vu et ça l’a désolé au moins autant que ça l’a attendri. Sa mère mérite ça, elle a le droit d’être amoureuse et d’être aimée en retour. Il ne l’a pas dit. Il aurait du, sûrement. En attendant, on dirait juste qu’il se fiche complétement de ce mariage. C’est clair qu’il trouve ça un peu bizarre comme idée et que ça ne l’arrange pas du tout. Mais dans le fond, il est content pour sa mère. Il l’est juste un peu moins pour lui-même. Alexandre ne tarde pas à rejoindre Nine dans sa chambre. Il ne devrait pas vu la tournure des choses mais il n’a pas pu s’en empêcher. Il ne peut pas la laisser pleurer toutes les larmes de son corps sans bouger le petit doigt. Ce n’est pas son genre. Alexandre a toujours eu du cœur. Et peut-être qu’il en a même un peu plus quand il est question de Nine. Du mieux qu’il peut, il la rassure. Il essaye de s’excuser, aussi. Il est allé trop loin et le regrette sincèrement en voyant les dégâts. Elle renifle, c’est mignon. En fait, non, ce n’est pas très charmant. Mais Alexandre, lui, trouve ça mignon. « Disons qu’on a tous les deux des raisons de s’excuser… D’accord ? » Comme ça, le débat est clos. Surtout qu’Alexandre n’a plus vraiment envie de revenir sur cette histoire. Il tient juste à chasser les larmes du visage de Nine, il veut la voir sourire à nouveau. « De vraiment bien, oui… Je sais. » qu’il dit en laissant échapper un soupir. Il sourit ensuite un peu tristement. Il continue de caresser ses cheveux, il  berce doucement Nine. Alexandre prend soin de Nine. Ça marche, on dirait. Il l’entend même rire. Il rigole aussi, ça fait du bien. Ça doit les détendre un peu et ce n’est pas plus mal. Nine lui demande de l’aide pour sa main, Alexandre hoche la tête. « Je reviens, bouge pas. » Comme si elle allait disparaître. Sait-on jamais. Alexandre se relève et retourne au pas de course dans le salon récupérer son petit matériel d’infirmier amateur. Quand il revient dans la chambre, il est presque soulagé d’y retrouver Nine. Elle n’a pas changé d’avis, elle reste. Il s’approche alors, attrape le plus doucement possible sa main. Il en enlève quelques bouts de verre, panse les plaies. « Je vois même pas comment ça a pu arriver. » Ils ont cassé des verres ou quoi ? Ça le désole. Il a envie d’aller assassiner Emre et ça, il n’arrivera jamais plus à le cacher. Il vengera Nine. Et, quelque part, il se vengera aussi. Mieux vaut ne pas le dire à Nine néanmoins. Elle cherchera à l’en empêcher, ça fera encore des histoires. « Je te fais pas mal ? » Alexandre est plein de précautions mais il a quand même peur de mal faire. « T’as mangé ce soir du coup ? » Une vraie petite mère poule ce Alexandre. Il se doute que Nine lui répondre qu’elle n’a de toute façon pas faim mais il s’en voudrait de ne pas avoir essayé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 28/5/2015, 17:37

bleus au corps.  ☆   Si le contexte familiale avait été différent, qu'en serait-il d'eux deux aujourd'hui? Où en seraient-ils? Et où seraient-ils en ce moment-même? Ce sont des questions que se posent souvent Nine ces derniers temps, surtout depuis l'épisode du garage. Ils seraient ensemble, cela ne fait aucuns doutes. Une relation avec son lot de dispute aussi. C'est une certitude avec deux caractères forts et différents comme les leur. Ils passeraient leur temps libre chez l'un et chez l'autre, à discuter jusqu'à pas d'heure. Puis, avec le temps, ils auraient fait toit commun. Nine l'aurait à Las Vegas afin qu'il l'épouse, clin d'oeil à leur première discussion. Alexandre l'aurait tanné pour avoir des gosses, et bien que réticente, elle aurait abdiqué et ils auraient leur famille à eux. Le pire dans tout ça, c'est qu'ils auraient été heureux. Mais tout ça, ce n'est que des songes. Cela n'arrivera jamais, car le contexte est bel et bien présent et qu'elle est confronté à lui tout les jours. L'hypothétique amour de sa vie est là, assis à côté d'elle et elle ne peut rien faire. C'est aussi frustrant que de ne pas pouvoir toucher l'air qui nous permet d'exister. Est-ce vraiment la seule chose qui l'empêche de faire quoique ce soit? Non. Il y a la peur aussi. La peur du saut dans le vide, la peur de l'inconnu, la peur d'être rejetée, la peur du regard des autres, et la plus effrayante, la peur d'être déçue. Avoir chamboulé plusieurs vies pour se rendre finalement qu'ils ne sont pas fait pour être ensemble. Tout ces facteurs entrent en compte et quand il y a trop de facteurs, on doute. Et si on doute, on ne plonge pas la tête la première. Finalement, chacun fait son mea culpa d'une manière qui peut prêter à sourire. Ils sont tellement maladroits l'un envers l'autre qu'on dirait deux adolescents qui ont leur première relation. Nine secoue la tête. Il a raison, il est grand temps de mettre fin à cette dispute stupide, bien que le fond l'est moins. A quoi sert-elle, mis à part les éloigner un peu plus? A pas grand chose. Elle ne veut pas s'éloigner de lui. Cela peut paraître égoïste de sa part, oui. Elle ne veut pas qu'ils soient ensemble mais ne veut pas qu'il soit loin d'elle non plus. Nine comprend qu'Alexandre puisse être dérouté avec un comportement pareil. Elle pose sa main sur sa joue et la caresse douce, en lui offrant un sourire désolé. Elle est désolée de ne pas pouvoir lui donner ce qu'il veut. Tout ça, ça part d'elle et elle seule. Lui se fiche bien du regard de ses parents et des autres. Il est l'instinct, elle la raison. Dans sa tête, tout à l'air beaucoup plus simple que dans la sienne. Alexandre sort chercher de quoi soigner sa main, elle en profite pour enfiler le tee-shirt qu'il lui a prêté. Au moins elle est un peu plus décente. Une fois revenu, il attrape sa main et reproduit le même schéma que pour la première. Elle le regarde faire, hausse les épaules. « je suis passé à travers la table en verre. c'est de ma faute, j'ai trébuché. » dit-elle. Non, elle n'a pas trébuché. Mais elle n'a pas envie qu'Alexandre s'énerve une fois de plus. Pourtant, elle sait qu'en mentant, il va s'agacer quand même. Dans le fond, elle ne peut pas s'empêcher de penser que c'est de sa faute. Elle secoue la tête par la négative quand il lui demande si elle a mal. Elle est tellement énervée qu'elle ne sent rien. Cela risque d'être différent demain matin. « j'ai mangé un petit truc, au cabinet. » déclare-t-elle. Encore faux. Elle sait très bien que si elle lui dit qu'elle n'a pas mangé, il va faire des pieds et des mains pour qu'elle avale quelque chose. Elle n'en a pas envie. Son estomac est noué, et rien ne passera. Elle s'installe en tailleur puis l'observe un moment, avant qu'un rire ne s'échappe de ses lèvres. « la première fois que je suis venue ici, tu m'as parlé de cette fille que tu voulais au fond de ton lit... » commence-t-elle à dire. Cette fille, c'est elle.  « maintenant qu'elle est là, t'as envie de faire quoi? » lui demande-t-elle. Bon, okay, c'est dit d'une façon complètement maladroite. C'était juste pour faire référence à la première fois où ils ont parlé tout les deux. Car finalement quand on y pense, il a eu ce qu'il voulait. Il va sûrement la prendre pour une perverse, une fille qui ne sait pas ce qu'il veut. Bien que dans le fond oui, elle ne sait pas ce qu'elle veut.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 1/6/2015, 21:36

Alexandre se demande s’il serait judicieux d’en parler au père de Nine. Ou même à ses frères. Et puis il pense à ce qu’il ferait si jamais il apprenait que sa petite sœur se faisait cogner par un abruti comme Emre qui se croit tout permis. Il le démolirait. Vraiment, ce serait sanglant. D’ailleurs, c’est ce qu’il a envie de faire pour Nine. Il a envie d’aller tabasser ce pauvre type. Mais il ne le fera probablement pas. Pas plus que les frères de Nine ou son père le fera. Parce qu’elle ne le veut pas. Nine continue de le défendre. Si jamais Alexandre touche à un de ses cheveux, il sait très bien comment ça va finir. Elle va lui faire la gueule, elle va le lui reprocher. Peut-être qu’un jour elle réalisera et là, il passera à l’action. Pour l’instant, ça ne ferait probablement que aggraver la situation de Nine. Alors, oui, Alexandre déteste déjà la voir repartir dans les bras d’Emre. Mais est-ce qu’il a le choix ? Pas vraiment. Il ne peut que croiser les doigts et surtout espérer que rien de grave ne lui arrive. Enfin, pas à nouveau. Nine peut minimiser les dégâts comme elle veut : ce qui lui arrive n’est pas anodin. Elle mieux que personne devrait savoir qu’elle peut porter plainte, qu’elle doit se défendre. Seulement elle n’en fera rien. Quand Alexandre revient dans sa chambre, Nine s’est habillée. Tant mieux. Il sera sûrement un peu moins tenté. Il n’y a pas fait spécialement attention, il a tenté d’être gentleman. Mais Nine ne passe pas inaperçue, surtout en soutien-gorge. Il a forcément regardé. Un peu. Quelques secondes seulement, en fait. Nine se justifie, Alexandre lui lance un regard lourd de sens. Il ne la croit pas. Mais il ne lui en tient pas rigueur, il n’arrive plus à lui en vouloir de défendre l’indéfendable. Il veut juste qu’elle sache qu’elle ne dupe personne. Ou pas lui en tout cas. « Je ne te savais pas si maladroite. » Il ne dit rien de plus, reste simplement plongé dans ses yeux avant de se remettre à nettoyer sa main. Il est certain qu’elle a compris. C’est ce qui est beau avec Nine, c’est ce qui rend leur relation bien plus importante et dure à gérer qu’une simple attirance physique. Ils se comprennent en étant parfaitement différents, ils sont complices. « D’accord,  Nine… D’accord. » qu’il déclare d’une voix douce, presque éteinte. Elle ment. A nouveau. Mais qu’est-ce qu’il peut faire ? Il ne veut pas plus la contrarier. S’il insiste, il sait très bien comment ça va finir. Ils ont assez crié pour ce soir. Un peu de calme ne leur fera pas de mal. Elle rigole. Il hausse un sourcil sans comprendre ce qu’il se passe. Elle ne tarde pas à s’expliquer, Alexandre se fige. Elle est sérieuse quand elle fait ça ? Il n’arrive décidément pas à la comprendre. Il met un moment avant de réagir, un sourire vient finalement s’installer sur ses lèvres. Doucement, il rapproche la main de Nine de sa bouche et vient l’embrasser. « Est-ce que cette fille ne connaît pas déjà la réponse ? » qu’il dit en se relevant, lâchant la main de Nine par la même occasion. Cette soirée a été forte en émotions, il ne tentera pas une deuxième fois sa chance. Surtout si c’est pour se prendre un deuxième râteau en pleine tronche. Nine est grande. Jusque-là, elle a toujours su où le trouver. Alexandre, quant à lui, ne voit pas comment il pourrait faire plus que ce qu’il a déjà fait pour convaincre Nine de faire le grand saut avec lui. « Tu veux faire quelque chose alors ? » Changer de sujet, il vaut peut-être mieux. Ils s’aventurent à nouveau sur une pente glissante et Alexandre a peur des ravages que ça risque encore de causer. « Ou te reposer un peu ? Sans vouloir te vexer, t’en aurais bien besoin aussi. » qu’il lâche en se permettant de rire à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex) 3/6/2015, 18:55

bleus au corps.  ☆   Nine a un instant une pensée pour son père. Que penserait-il s'il la voyait dans un état pareil, avec tout ces hématomes et ces coupures sur son corps? Il serait en colère, sûrement comme tout père qui apprend qu'un homme ait osé toucher sa fille. A cet instant précis, c'est tout son éducation qu'elle remet en cause. Son père ne l'a pas élevé comme ça. Il la voulait forte et indépendante, et elle a montré le contraire ce soir. Il serait déçue de la voir ainsi, tellement vulnérable et s'étant littéralement fait bouffé par cet homme. Mais ce qui le mettrait le plus en rogne, c'est de voir qu'elle ne lui en tient pas rigueur et pire, qu'elle le défend. Comment peut-on défendre un homme qui se permet de lever la main sur une femme? C'est inconcevable. Pourtant c'est bien ce que Nine fait. Elle a passé un nombre incalculable d'heures avec lui, elle a rit avec lui, elle a eu des moments de tendresse avec lui, elle s'est disputé avec lui, elle s'est réconcilié avec lui. Elle le connait et sait que ce n'est pas seulement son propre comportement qui l'a poussé à commettre une bêtise pareille. Un autre facteur doit entrer en compte, c'est forcément ça. Alexandre ne le comprend pas et c'est bien de là que vient le conflit. Elle le voit une nouvelle fois lorsqu'elle tente de lui expliquer la façon dont elle est tombée. Son regard insistant lui fait bien comprendre qu'il ne la croit absolument pas. Elle rompt le contact en fuyant ses prunelles lourdes de reproches. Cette connexion qu'ils ont est fascinante à proportion d'être énervante. Parfois, Nine aimerait y échapper, mais cela semble mission impossible. Idem lorsqu'elle tente de lui faire croire qu'elle a mangé. Dans le fond, elle sait qu'il sait. Mais il n'y prête pas attention, se rendant certainement compte que de relancer une dispute rendront les choses encore plus difficiles qu'elles ne le sont. Oh oui, elles le sont. C'est encore plus flagrant lorsqu'elle regarde Alexandre porte sa main à ses lèvres pour y déposer un baiser. Son coeur palpite un peu trop. Ce n'est pas bien, elle n'aurait pas dû dire ce genre de chose. C'est complètement déplacé après ce qu'elle lui a déclaré il y a quelques minutes. Et puis son coeur ne devrait pas s'emballer de la sorte. Bien sûr qu'elle la connaît, la réponse. Elle préfèrerait ne pas la connaître d'ailleurs. Cela serait sans doutes plus simple à gérer. Un rire s'échappe de ses lèvres alors qu'il tente de blaguer. Elle doit avoir une tête horrible, avec les litres de larmes qu'elle a versé. Elle acquiesce ses dires. C'est sans doutes les paroles les plus sensées qu'il ait eu depuis le début de la soirée. « ouais, je vais tenter de dormir. » lui dit-elle, accompagné d'un léger sourire. Doucement, elle se glisse sous les draps avant de s'allonger sur le côté. Accoudée, la tête dans la paume de la main, elle le regarde un instant. « merci. pour tout. » finit-elle par dire alors que sa tête se repose sur l'oreiller. Ses yeux se ferment et pourtant, elle ne trouve pas le sommeil. Les heures défilent et les questions reviennent, encore et encore. Pourquoi a-t-elle agit de la sorte avec Emre? Pourquoi a-t-elle agit de la sorte avec Alexandre? Pourquoi se referme-t-elle lorsqu'il parle de leur relation? Est-ce normale d'être attirée par quelqu'un que l'on ne peut pas avoir? De quoi sera fait demain? Autant de questions pour si peu de réponses. Elle ne peut pas rester comme ça, pas après tout ce qui a pu se passer ces derniers mois. Finalement, elle se lève, renfile ses vêtements et se faufile à pas de loup dans le salon. Ses prunelles se posent un instant sur Alexandre, endormie sur le canapé. Un sourire se dessine sur ses lèvres. Silencieusement, elle attrape un papier et un stylo dans son sac, réfléchit un instant avant d'inscrire quelque chose dessus. Elle le dépose à côté de lui, l'observe une dernière fois avant de s'avancer vers la sortie et de fermer la porte derrière elle. "Parce qu'il faut bien que ça commence quelque part, un bar, un mariage à Las Vegas... Mais pas à Paris. Prend soin de toi, Nine.". Voilà ce qu'il lira lorsqu'il se réveillera. Nine sera déjà loin. C'est sans doute la meilleure solution pour réussir à gérer le tsunami qu'est sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: l'enfer c'est les autres. (alex)

Revenir en haut Aller en bas

l'enfer c'est les autres. (alex)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» " L'enfer, c'est les autres" Sartre (Dhaaarc ! DDF ? :3)
» L'enfer, c'est les autres. ❖ Mathou
» C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres
» PRIAM; « l'enfer, c'est les autres. »
» L'enfer, c'est les autres, enfin surtout ceux d'en bas ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE :: saison 05 :: rps-