Partagez|

laisse tomber les filles (nine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: laisse tomber les filles (nine) 4/6/2015, 23:37

Elle est partie. Si ça étonne Alexandre ? Pas du tout, pas même un peu. En fait, plus il y réfléchit, plus il se dit que c’était prévisible. Ça devait être trop dur à gérer. Emre, pour commencer. Ce crétin qui l’a frappé, qui a osé abimer ce visage qu’Alexandre chérit tant. Et puis il y a, lui, Alexandre. Il doit lui compliquer la vie également. Sûrement qu’elle a voulu se soustraire à toutes ces difficultés, peut-être même qu’elle a du se dire qu’elle réglerait mieux ses problèmes en prenant de la distance. Alors, oui, c’est une réaction logique de la part de Nine. Et la réaction logique de la part d’Alexandre serait de continuer sa vie en prétendant qu’il s’en moque. Il grognerait plus que d’habitude et puis voilà. C’est ce qu’il a fait, au départ. Et c’est ce qu’il a cru qu’il continuerait à faire jusqu’à ce que Nine rentre enfin. En cours de route, pourtant, il a changé d’avis. Il n’est pas obligé d’attendre en boudant comme un enfant de six ans. Encore une fois, il peut prouver à Nine qu’il en a dans le ventre et qu’elle n’est pas qu’un passage pour lui. Il n’a pas mis longtemps à savoir où elle se trouvait. C’est peut-être bien le seul avantage à bientôt faire parti de la même famille que Nine, il n’a pas à faire des pieds et des mains pour savoir où elle est. Il a demandé à son père. Comme ça, qu’il a dit, juste pour savoir. Il ne lui a évidemment pas expliqué ce qu’il comptait vraiment faire. Il a conduit toute la nuit, il faut dire qu’il est parti tard et sur un coup de tête. Il ne s’est arrêté qu’une petite heure au total, juste le temps d’aller aux toilettes et de boire quelque chose. La veille, il a rapidement laissé un message à son patron pour lui expliquer qu’il ne pourra pas venir au garage aujourd’hui. Il ne sait pas encore quel motif il va lui donner… Mais ça viendra, il trouvera une jolie excuse pour justifier cette escapade. Après des heures de route, Alexandre arrive à Montpellier. La ville de la grand-mère de Nine, apparemment. L’endroit où Nine est venue se terrer surtout. Il est à peine neuf heures du matin et après s’être paumé deux fois à travers les rues de la ville parce qu’Alexandre n’a pas daigné écouter ce foutu GPS, il est enfin arrivé à bon port. C’est là qu’il s’est mis à stresser. L’appréhension, l’adrénaline… Un mauvais cocktail. Il fume une dernière clope dans sa voiture et prend finalement son courage à deux mains pour sonner. Ce n’est pas Nine qui lui ouvre mais une vieille dame qu’il devine être sa grand-mère. « Bonjour » qu’elle lui dit en lui lançant un regard interrogateur. Super. Il fait quoi maintenant lui ? Il se racle la gorge, arbore un sourire poli. « Bonjour, vous êtes euh… La grand-mère de Nine ? On m’a dit qu’elle était ici et comme j’avais huit heures à perdre sur l’autoroute, bah… Je suis venu lui faire une petite surprise. » Il se pince les lèvres en se rendant compte qu’il ne s’est même pas présente. Bravo, il doit donner une super bonne première impression de lui là. Il tend la main. « Je suis Alexandre… Le fils de la future femme du père de Nine. » Pas question qu’il dise qu’il est son demi-frère. « Je suis un ami. » Et il faut croire que ça suffit à la petite vieille puisqu’elle le fait entrer. Il reste dans l’entrée, elle part chercher Nine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: laisse tomber les filles (nine) 5/6/2015, 16:20

red dress, red heart.  ☆   Ses yeux s'ouvrent, timidement. Elle bat des cils rapidement pour s'acclimater à la lumière, avant que ses prunelles restent bien ouvertes. L'espace d'un instant, elle ne reconnaît pas l'endroit, se pensant encore à Paris, mais cela ne dure pas bien longtemps. Elle épie la pièce, pleine de souvenirs d'enfance. Des photos, des peluches, une couverture qui n'est plus de première fraîcheur. Nana a tout gardé, espérant certainement de la même façon garder précieusement ce pan de vie qui lui rappelle sa propre-fille. Nine se lève doucement puis s'approche des photos accrochées au mur; son regarde s'attarde sur l'une d'entre elle. Jules, Oscar et Nine sont assis les uns à côté des autres, ne dépassant pas la dizaine d'années. Sourire aux lèvres, leur mère se tient tendrement derrière eux. Les lèvres de Nine s'étirent. Elle donnerait tout ce qu'elle peux pour revenir à cet époque. Ses frère la prenant pour la plus précieuse des choses, se perdre dans les bras de sa mère. Un voile triste se pose sur son visage et elle quitte la pièce pour rejoindre la cuisine. Elle a l'impression de n'être jamais partie. Elle se sent bien ici, loin de Paris et des problèmes engendrés là-bas. Un court moment, elle a songé s'installer ici mais cette idée s'est vite évaporée. Cela gâcherait la magie de l'endroit et de ses retrouvailles avec sa grand-mère. Elle est sans doutes l'être qu'elle aime le plus sur cette Terre, celle à qui elle ne cache absolument rien. La nuit dernière, elle lui a tout raconté : le mariage de son père, sa rencontre avec Alexandre, les dégâts que cela a occasionné, Emre, la raison de tout ces bleus sur sa peau. Tout, sans qu'elle ne la juge. Et puis, en plus de tout ça, sa vie est à Paris maintenant. Elle ne pourra pas éviter les problèmes éternellement. Il va falloir rentrer un jour ou l'autre et leur faire face. Elle est seulement ici pour se recentrer sur elle-même et faire le point. Cela fait maintenant quelques jours qu'elle est ici et qu'elle essaye de trouver des réponses à ses questions. Alors que certaines sont résolues, d'autres restent un mystère. Passant dans le salon, elle remarque quelque chose emballé posé sur le canapé. Elle s'approche, la regarde. « c'est ton père qui a envoyé ça. c'est pour le mariage. » dit alors sa grand-mère qui la regarde de la cuisine. Le mariage. Avec toute ces histoires, elle a presque oublié son existence. Elle n'a même pas cherché à se trouver une robe adéquate. Heureusement que son père et sa belle-mère sont là pour penser à elle. « je vais aller l'essayer. » lance-t-elle, l'attrapant et faisant chemin inverse. Une fois dans sa chambre, elle ouvre le colis et y découvre une longue robe à bustier de couleur rouge. Elle ne peut s'empêcher de sourire, savant pertinemment qu'elle se sentirait mal à l'aise dans ce genre de robe. Elle retire ses vêtements puis enfile cette dernière. Nine se poste devant le miroir, relève légèrement ses cheveux. Cette robe est magnifique, tranche affreusement avec sa peau couverte d'hématome. Elle cache ses poignets, tourne sur elle-même pour voir ce qu'elle donne de dos. La porte s'ouvre et Nana reste un moment là, la regardant d'un oeil bienveillant. « il est là. » se contente-t-elle de dire. Elle fronce les sourcils, ne voyant visiblement pas où elle veut en venir. « qui ça? le livreur de chaussures? » dit-elle d'un air moqueur. Sa grand-mère reste un instant interdite. Bon sang, ce que Nine peut détester cela. « viens, tu verras. » finit-elle par dire. Nine a à peine le temps d'ouvrir la bouche qu'elle est déjà partie. Elle essaye d'enlever la fermeture éclair de sa robe, mais sans succès. Elle lâche un profond soupir et se résigne à aller dans le salon avec la robe. La personne qui est ici va sûrement la prendre pour une folle mais elle n'a pas vraiment le choix. La jeune femme attrape le bas de sa robe pour ne pas l'abîmer. « qui que vous soyez, sachez que je ne m'habille pas comme ça d'habitude et... » commence-t-elle à dire alors qu'elle se fige complètement à la vue de "l'invité". De toute les personnes susceptibles de venir la voir, c'est sans doute celle qu'elle attendait le moins. Elle reste un moment droite comme la justice. « alex. » lâche-t-elle. Elle se demande si elle n'est pas en train de rêver tant elle est étonnée qu'il soit ici devant elle. Elle baisse le regard sur elle, se sentant ridicule. « je... j'm'attendais pas à te voir. » déclare-t-elle, ne bougeant pas d'un cil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: laisse tomber les filles (nine) 7/6/2015, 07:49

Alexandre a cessé de lutter, il a compris que c’était vain. Quoi qu’il fasse, quoi qu’il dise, la seule vérité est qu’il est épris de Nine depuis bien longtemps. Peut-être même depuis la première fois que leurs regards se sont croisés. Ça passera. Sûrement. Il n’a qu’à l’espérer. Ou alors, un jour, peut-être, Nine envisagera les choses autrement et ils pourront exister. Pour le moment, il ne peut qu’essayer de lui montrer, de lui ouvrir les yeux sur ce qu’ils pourraient être ensemble. Son arrivée à Montpellier en est une belle preuve, non ? Ou, en tout cas, c’est sa manière à lui de montrer qu’il tient à elle. Voir la grand-mère de Nine lui fait un drôle d’effet, la pression monte d’un coup et Alexandre se demande s’il a vraiment bien fait de venir jusqu’ici. Mais, oui, il a bien fait. Il n’est plus question qu’il fasse marche arrière maintenant. Surtout qu’il s’est déjà mis à parler, qu’il s’est déjà présenté. Comme un ami, pas comme un demi-frère. Et puis quoi encore ? On peut associer leurs deux familles de tous les côtés, dans tous les sens, ils n’auront jamais le même sang. Nine ne sera jamais sa sœur. Dieu merci. Alexandre est planté dans l’entrée, à attendre l’arrivée de Nine. Timidement, il s’avance dans la maisonnée et finit par faire les cent pas dans le salon. Il n’arrive pas à croire qu’il ait fait ça. Ça ne lui ressemble tellement pas. Non pas que ce soit une mauvaise chose. Loin de là. C’est juste tellement étonnant de sa part, Alexandre a pour habitude de se terrer dans un coin au moindre problème. Il n’aime pas en parler, il ne cherche pas à arranger les choses. Et pourtant, on dirait bien que c’est ce qu’il essaye de faire en venant ici. Une voix s’élève dans son dos, Alexandre reconnaît tout de suite Nine. Il se retourne un peu vivement, presque surpris, pour tomber sur une ravissante Nine en robe rouge. Contemplateur et un peu rêveur même, Alexandre met un moment avant de réagir. Il se sent con. En même temps, il est tout à fait probable qu’il ait l’air d’un parfait idiot à la regarder comme si c’était la huitième merveille du monde. Il a presque envie de se donner une baffe. « Moi non plus. » Il secoue la tête, essaye de se concentrer pour arrêter de la fixer comme un illuminé. « Enfin, je veux dire, si… Je m’attendais à te voir. » Forcément puisqu’il est venu ici. Il est allé la chercher. Littéralement. Il a fait des heures et des heures de route rien que pour ça. « Mais pas comme ça. » Il fait un vague signe de la main pour désigner la robe. Pour le coup, Alexandre se met à douter. Peut-être qu’elle avait de bonnes raisons de venir ici. Oublier Emre, par exemple, en allant à des rendez-vous galants à l’autre bout de la France ? Pourquoi pas. Quoi que. Cette robe est ravissante et lui va à merveille, on en oublie même les bleus présents un peu partout sur le corps de Nine. Il n’empêche qu’elle est un peu trop habillée pour aller à un simple rendez-vous. C’est le genre de robes qu’on sort pour les grandes occasions. Un silence, Alexandre cherche quoi dire. Il y a beaucoup pensé tout au long du trajet mais maintenant qu’il se retrouve en face de Nine, il ne sait plus par où commencer. « Ça va ? » qu’il demande après s’être raclé la gorge. Oui, c’est le mieux qu’il ait trouvé pour l’instant et c’est déjà bien. Alexandre se félicite même de ne pas être resté débout comme un piquet, totalement interdit devant Nine. « Tu allais quelque part peut-être ? » Avec sa veine, il est bien possible qu’il tombe au mauvais moment. Mais bon. Après avoir roulé toute la nuit, il peut bien attendre Nine quelques heures de plus si jamais. Ça lui laissera le temps de faire une sieste. A condition qu’il arrive à dormir.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: laisse tomber les filles (nine) 10/6/2015, 21:39

red dress, red heart.  ☆   Les sentiments que ressent Nine à ce moment précis sont plutôt confus. A vrai dire, elle ne sait pas pourquoi il est ici. Des milliers de scénarios se trament dans sa tête : son père qui a eu un soucis de santé et qui se retrouve à l'hôpital, un de ses frères qui aurait eu un accident de voiture, une dispute qui éclate entre leurs parents et le mariage est annulé. La seule chose dont elle ne doute pas, c'est qu'ils ne sont pas au courant de leur baiser. Sinon Alexandre aurait autant d'hématomes qu'elle sur le visage, c'est certains. Et puis, il y a une pointe de stress qui apparaît. Il est là, à Montpellier. Le berceau de son enfance, son jardin secret. C'est ici qu'elle vient dès qu'elle a besoin de se ressourcer, c'est ici qu'elle passera la fin de sa vie, c'est ici qu'elle a laissé son coeur. Il a éclaté sa bulle à elle, et il n'y a rien qui fait plus peur que cela. Finalement, elle n'arrive pas très bien à savoir si elle est contente de le voir ou non. Mais son coeur bat plus que de raison, alors sûrement que oui. De toute façon, dès qu'il est dans les parages, son coeur bat toujours plus fort qu'il ne faudrait. Elle le regarde la détailler du regard de ses prunelles azures. N'importe qui le ferait. Non pas qu'elle soit plus attirante qu'une autre, mais surtout parce qu'elle a l'air maligne avec cette robe. D'un pur réflexe, elle essaye de se cacher de ses bras. Bien sûr qu'il ne s'attendait pas à la voir comme ça. On dirait qu'elle revient d'un dîner mondain, une horreur. « c'est la robe que les parents ont choisi pour le mariage. j'me sens un peu ridicule comme ça, mais j'vais faire un effort pour eux. » lance-t-elle, haussant les épaules. De son propre choix, elle aurait choisit une petite robe noire, quelque chose de passe-partout. Nine n'est pas du genre à vouloir tout les regards braqués sur elle. Mais elle fera avec, après tout elle pourra se changer. Elle secoue la tête, toujours plantée là comme une idiote. Puis elle la secoue soudainement dans l'autre sens. Il doit vraiment la prendre pour une folle. « à vrai dire je viens de me réveiller. » répond-elle, avant de jeter un coup d'oeil vers la cuisine. Sa grand-mère doit être là en train de les écouter. De toute façon, elle a toujours eu les oreilles qui trainaient, ce n'est pas aujourd'hui que cela va changer. Elle l'imagine très bien la tête collée à la porte et elle en rigole intérieurement. « tu dois être fatigué, j'vais te prêter ma chambre. viens, je t'y emmène. » lui dit-elle, avant de se retourner et de se diriger vers celle-ci. Évidemment elle ne l'emmène pas là-bas seulement pour qu'il se repose. Ils seront beaucoup plus tranquille pour discuter. Elle referme la porte derrière lui et reste un moment dans la même position, cherchant ce qu'elle allait bien pouvoir dire. « j'ai quitté emre. » lance-t-elle, toujours face à la porte. Elle grimace, ce n'est pas vraiment ce qu'elle voulait dire en premier. Elle se décide à lui faire face, puis s'installe au bord de son lit. « c'est arrivé après que je sois partie comme une voleuse de chez toi. il y a eu beaucoup de cris, des menaces aussi, mais je l'ai fais. » avoue-t-elle. Elle se rappelle exactement de ce qu'ils se sont dit. De la façon dont elle le lui a dit, d'Emre qui lui a bien fait comprendre qu'il allait la faire virer du cabinet, du dialogue de sourds qui s'est installé entre eux. De tout. « j'aurais pas dû partir comme ça, mais tu dormais tellement bien que j'ai pas voulu te réveiller. » finit-elle par dire, ses yeux rencontrant les siens. Il aurait toute les raisons du monde de lui en vouloir, après le pseudo-scandale qu'elle a créé chez lui. Et il aurait bien raison.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: laisse tomber les filles (nine) 18/6/2015, 09:43

Alexandre a un sourire amusé quand Nine essaye de camoufler sa tenue. Pour quoi faire ? C’est trop tard maintenant, l’image est déjà profondément ancrée en lui. Il ne sait pas où elle compte aller comme ça mais elle fera assurément tourner les têtes de tous les hommes qui seront là pour admirer cette robe. A cette pensée, Alexandre s’en mord presque les doigts. Nine n’est pas à lui. Et pourtant, si Alex devait l’accompagner quelque part dans cette tenue, il passerait son temps à fusiller du regard le moindre type qui oserait la regarder un peu trop longtemps. Mais ça ne risque pas d’arriver puisqu’ils n’iront nulle part ensemble. La gorge d’Alex se coince quand Nine évoque le mariage. C’est donc ça, la robe pour le mariage. Il sera là. Les frères de Nine également. Alex ne s’en fait pas, ils seront largement assez de deux pour surveiller les regards baladeurs qu’on pourrait glisser sur leur sœur. Les frères Marciano, on ne peut pas dire qu’ils soient très commodes. Alex ne les connaît que très peu, c’est vrai. Mais il en sait assez pour savoir qu’ils n’ont aucune envie de lier des liens et de former une parfaite petite famille recomposée. Tant mieux. Alex n’en a pas envie non plus. Et il ose espérer que Nine souhaite autre chose aussi. Quoi que la demoiselle soit un brin plus compliqué à ce sujet. Pour le bien-être de son père, elle serait capable de faire n’importe quel compromis. Y compris celui de renoncer à Alexandre. Et de porter cette robe alors qu’elle ne sait déjà plus où se mettre. « T’es pas ridicule. » qu’il s’efforce d’énoncer d’une voix claire alors que le mariage qui s’approche à grands pas est venu parasiter ses pensées. Son regard part s’enfuir entre les quatre coins du mur, Alex n’a pas fini de dire ce qu’il pense. « Ça te va très bien. En fait, t’es très jolie. » Ça le gêne, on dirait. Alex n’est pas à l’aise avec les compliments. Il n’est pas au bar en train de la baratiner avec des belles paroles : il le pense vraiment. Et c’est bien là que ça devient gênant. Nine secoue la tête dans un sens. Puis dans l’autre. Alexandre en oublie vite sa gêne alors qu’un nouveau sourire se dessine sur ses lèvres. Ça l’amuse de la voir si surprise, presque désemparée. Et il aime bien savoir que, même à Montpellier, il arrive à lui faire cet effet-là. A son tour, Alexandre secoue la tête de haut en bas. Elle vient de se réveiller et elle essaye la robe que les parents lui ont envoyée. Pour le moment, tout va bien, ça ressemble presque à des vacances ce départ précipité de Paris. Sauf qu’Alexandre n’y croit pas. « Ok. » Alexandre doit bien se rendre compte que, maintenant qu’il est là, il ne trouve plus grand chose à dire. Pourtant il en a préparé des choses pendant le trajet mais plus rien n’a l’air de vouloir sortir correctement maintenant. Il entre dans une pièce, Nine referme la porte derrière eux. C’est la chambre de Nine alors. Alex jette un coup d’œil rapide à l’endroit avant de venir s’asseoir sur le lit. Elle a quitté Emre, c’est la première chose qu’elle lui dit. Alex est content, évidemment. Avant il l’aurait été simplement parce qu’il crevait de jalousie. Aujourd’hui il l’est parce qu’elle était avec un tortionnaire. Il ne rajoute rien. Il hoche gravement la tête, Nine vient se poser sur le bord de son lit. Elle explique grossièrement ce qu’il s’est passé. Les lèvres pincées, Alex continue de hocher la tête.  « T’as peur ? » qu’il demande simplement en essayant de comprendre les préoccupations de Nine. « Tu n’es pas tout à fait partie comme une voleuse. » Il sourit. « Tu m’as laissé un mot. C’était peut-être un peu trop subtil pour un mec comme moi, je suis pas sûr d’avoir compris… » Alexandre fait mine d’en rire mais il n’est pas loin de la vérité. « C’est pour te dire, je suis d’abord allé à Vegas mais t’y étais pas. Ça m’a brisé le cœur. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: laisse tomber les filles (nine) 29/6/2015, 22:59

red dress, red heart.  ☆   Une nouvelle fois, elle se sent bête et gênée lorsque Alexandre la complimente. C'est peut-être parce que, même si elle montre un côté sûre d'elle voire impitoyable dans son travail ou dans la vie de tout les jours, elle n'a absolument pas confiance en elle. Pour Nine, elle est ni plus ni moins qu'une femme qui se noient dans la foule de Parisiennes. Elle n'a rien de plus que les autres. Elle n'est pas plus jolie, elle n'est pas plus intelligente, elle n'a pas plus la tête sur les épaules qu'une autre. Alors bien qu'il est toujours flatteur de recevoir des compliments de la part d'un homme, elle est toujours mal à l'aise après. C'est peut-être aussi parce que c'est de la bouche d'Alexandre que cette phrase est sortie. D'ailleurs, elle n'arrive toujours pas à comprendre comment un homme comme lui peut s'attacher à une fille comme elle, la maniaco-hystérique. Si elle était un homme, elle aurait pris les jambes à son cou et se serait barré en courant. Mais ce n'est pas son cas. Il vient même de faire tout ce chemin juste pour la voir, chose inexplicable pour elle. Cependant, les choses n'ont pas forcément besoin d'une constante explication. Elle s'en veut d'ailleurs d'être autant stoïque et de ne pas montrer la moindre chaleur humaine. Et pourtant, Dieu sait à quel point elle est contente qu'il soit à Montpellier. Elle se baffe intérieurement d'avoir balancé la fin de sa relation. Bien sûr, elle sait qu'il est content il n'a pas besoin de lui dire. Il a prouvé son désaccord avec des regards, des gestes et même des mots. C'est sûrement une manière bien à elle de lui dire que tout est rentré dans l'ordre. Assise sur ce lit, ses mains se posent sur ses genoux et, après un moment de réflexion, hausse les épaules. « il a porté la main sur moi une fois, alors pourquoi il ne recommencerait pas, hein? » lance-t-elle alors, un sourire pas vraiment joyeux sur ses lèvres. Évidemment qu'elle a peur. Elle essaye juste de pas trop le montrer. Après tout, qui n'aurait pas peur d'un homme violent? Qui plus est, en plus d'être un homme violent, Emre est un homme intelligent et pleins d'influence. Sinon, Nine ne se retrouverait pas avec le statut de sans emploi. « et puis, il a réussi à me faire virer, alors il est capable de bien pire. » continue-t-elle. Elle se fait pitié d'avoir pu donner sa confiance à un homme au point de faire tomber ses barrières. Un léger rire s'échappe de ses lèvres lorsqu'il évoque le petit mot qu'elle a laissé chez lui avant de s'en aller. Puis son regard s'attarde sur lui. Elle aura beau dire ce qu'elle veut, mentir à tout le monde, il lui a manqué, un peu. Beaucoup même. Beaucoup trop.  « Las Vegas, vraiment? et alors, tu as trouvé la blonde de tes rêves pour te marier? » dit-elle, haussant un sourcil. Elle se rappelle de leur première conversation comme si c'était hier. La blonde au vin rouge, sa brune qu'il voulait au fond de son lit, le mariage à Las Vegas, et toute cette discussion à demi-mot. Aujourd'hui, il y a la brune, il y a le lit, alors parler de Las Vegas parait logique. C'est un peu comme une nouvelle première rencontre. « j'ai beaucoup réfléchi en étant ici et j'ai tellement de choses à te dire que je ne sais pas par où commencer. » murmure-t-elle, presque comme un aveu. « et qu'est-ce qui t'amène ici? je suis contente de te voir. » finit-elle par dire, un sourire sur les lèvres. Elle a sa petite idée, mais elle veut juste l'entendre de sa bouche, comme pour se rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: laisse tomber les filles (nine)

Revenir en haut Aller en bas

laisse tomber les filles (nine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Laisse tomber les filles | Kendra & Wendy
» Laisse tomber le travail un peu ! ♬ Hee Rang Bia
» Starsky & Hutch : la version pirate et complêtement déjantée [ Pv Easton Sharp]
» Raphäelle laisse tomber son masque [U.C]
» Tabula rasa et… Oh puis laisse tomber ! -Feat Ryuu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE :: saison 08 :: rps-