Partagez|

Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 21/8/2015, 00:17



Puisqu'on est jeunes et consCamille & Tybalt


Paris, aux alentours de cinq heures du matin. Je venais de revenir à la maison après avoir passé quelques heures à l'extérieur. Tu n'en savais rien naturellement, étant donné que tout cela était fait dans le but de te faire une surprise. On m'avait dit un jour que le train-train quotidien était ce qui tuait un couple, et j'espérais sincèrement que le notre allait durer vraiment très longtemps. J'étais amoureux de toi depuis des années maintenant, et j'étais désormais certain que rien ni personne ne pourrait altérer la force de mes sentiments pour toi. Et encore, ils continuaient de s’accroitre et de se multiplier au fil des jours. Je ne savais pas exactement quelle magie tu exerçais sur moi, mais j'étais heureux d'être ta victime, si on pouvait dire les choses comme ça. Tu me rendais heureux et je ne voyais tout simplement pas comment ma vie pourrait fonctionner si tu n'étais pas là. C'était simple, en vérité. Elle ne fonctionnerait pas. J'ai besoin de toi comme un coeur a besoin de battre pour être vivant. On pouvait donc dire que tu étais mon sang et mon oxygène, si on voulait rester dans le monde des métaphores. J'étais soulagé de voir que tu ne t'étais pas réveillée pendant mon absence. Cependant tu étais loin d'avoir le visage apaisé que tu avais lorsque je me réveillais et que tu étais blottie contre moi. Même si tu en restais très attendrissante.

M'asseyant dans notre lit, je caressai ta joue délicatement à l'aide de mon doigt, après avoir remis une mèche de tes longs cheveux blonds derrière ton oreille. J'aurais pu passer de longues heures à te contempler, mais il fallait que je te sorte du lit maintenant. Tu n'étais vêtue que l'un de mes t-shirt, que tu avais enfilé il y a quelques heures, après qu'on se soit montré la passion qu'on avait l'un pour l'autre en faisant des folies de nos corps. Tu étais frileuse, et je préférais largement te voir porter un de mes vêtement plutôt que de te sentir me coller tes pieds gelés contre mes mollets en pleine nuit. « Bébé? » fis-je d'une voix douce pour éviter de te flanquer une attaque cardiaque de si bon matin. Déjà que j'allais devoir t'emmener là-bas sans trop te donner d'explications, autant éviter un traumatise. Sauf que tu ne te réveillais pas. « Ambre, réveille-toi princesse » fis-je au bout de quelques secondes après avoir déposé un baiser sur ta joue. Je te souris en voyant le bleu si pur de tes yeux avant d'essayer de te sortir de sous la couette. « Bonjour belle au bois dormant. Viens, il faut que je te montre quelque chose. Enfile ça » Je te souris une nouvelle fois, te tendant des habits que j'avais préparé avant de te réveiller. Y compris un de mes sweat à capuche. J'espérais pouvoir t'adoucir un peu de cette manière, si le réveil était un peu trop difficile.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 21/8/2015, 01:16



tomber dans ses yeux.



Tu ne t’étais pas couchée trop tard aujourd’hui. Enfin, tu étais plutôt montée rapidement avec l’amour de ta vie dans votre chambre pour vous y montrer à quel point vous pouviez vous aimer comme vous aviez l’habitude de le faire. Malgré la journée épuisante que tu avais passé au zoo, tu n’étais jamais contre ces moments d’intimité que tu passais avec Tybalt. Tu étais tout simplement incapable de lui résister. Enfin, il n’avait pas fallu bien longtemps pour qu’après être montée au septième ciel, tu t’endormes. Tu avais enfilé un tee-shirt de ton chéri parce que tu aimais porter ses affaires. Tu lui prenais très régulièrement des vêtements que ce soit en pyjama, pour trainer à la maison et même pour sortir. Tu aimais avoir comme un bout de ton chéri toujours avec toi. Tu l’aimais avoir partout avec toi. Il était d’ailleurs ton fond d’écran et tu ne pouvais t’empêchais de ce fait d’avoir un immense sourire scotché sur le visage quand tu le voyais. Il t’était tout simplement nécessaire. Tu ne pouvais plus imaginer ta vie sans lui. Il était ton évidence, ta raison d’être. Il était le seul qui comptait plus que tout au mon de à tes yeux. Tu étais prête à tout pour lui. Il pouvait te demander n’importe quoi que tu accepterais. De toute façon, tu savais que si tu devais le perdre, tu serais totalement perdue, tu en mourrais. Il était tout pour toi. Il était ton amour, ton meilleur ami, ton confident. Il était celui avec qui tu passais les meilleurs moments de ta vie, il était celui qui te ramassait à la petite cuillère quand tu étais au plus bas. Il était là dans les bons comme dans les mauvais moments. Il était ton présent, il était ton avenir. Tu ne pouvais plus te passer de lui à présent. Il t’avait ensorcelé, il t’avait envoûté pour que tu sois autant accro à lui. Personne n’aurait parié sur votre couple au départ. Mais pourtant, malgré toutes vos différences, il marchait et vous étiez toujours ensemble après toutes ces années. Ton père finissait même par capituler petit à petit. Enfin, il n’acceptait toujours pas votre amour mais il semblait le tolérer un peu plus qu’avant vu que vous aviez fait des choses en compagnie de tes parents. Enfin, cela n’avait pas été sans que ton père tente de vous mettre des bâtons dans les roues. Mais, rien de tout ça n’avait fonctionné puisque tu restais toujours aussi amoureuse du tatoué qui partageait ta vie. Tu dormais paisiblement. Enfin, ça s’était jusqu’à ce qu’inconsciemment ton chéri quitte votre lit. A partir de ce moment là, ton sommeil devenait plus agité et tu bougeais dans tous les sens, tes rêves devenant bien plus mouvementés. Tu ne dormais jamais bien sans lui. Tes rêves s’agitaient et tu faisais souvent des cauchemars. A croire qu’il était comme un talisman ou un attrape rêve pour toi. Il devait repousser les mauvais rêves quand tu étais dans ses bras. De toute façon, ses bras étaient ton paradis, l’endroit où tu te sentais le mieux sur cette Terre. Tu te sentais à ta place quand tu étais contre lui. Tu te sentais tellement quand tu étais dans ses bras que tu oubliais tout le reste. Toutes les choses mauvaises s’éloignaient quand tu te trouvais contre lui. Et cette nuit, il avait quitté votre lit pour aller tu ne sais pas où. Mais, tu dormais mal sans pour autant te réveiller. Tu souriais inconsciemment dans ton sommeil lorsque quand il revenait, il venait caresser ta joue. Tes mauvais rêves étaient en train de quitter ton esprit et tu allais pouvoir à nouveau dormir paisiblement. Sauf que Monsieur Lesca ne semblait pas être de cet avis vu que tu l’entendais te parler. Toujours endormie, tu remontais la couette sur ton visage pour pouvoir continuer à dormir. Il faut bien avouer que les heures où il n’avait pas été là n’avaient pas été reposantes pour toi. Tu avais besoin de récupérer un peu de sommeil et tu ne comprenais pas pourquoi ton chéri voulait te réveiller maintenant. Surtout que tu n’avais pas vraiment l’impression d’avoir dormi excessivement. Tu avais l’impression d’avoir dormi six heures grand maximum. Tu ne voulais pas te réveiller, pas maintenant. Tu voulais qu’il te laisse encore quelques heures de sommeil surtout que tu n’avais pas besoin d’aller au zoo aujourd’hui vu que tu étais en repos. Tu te levais bien assez tôt comme ça le reste de la semaine pour avoir le droit de profiter d’une grasse matinée ce matin. Mais, le sublime brun qu’était ton chéri n’était pas de ton avis vu qu’il insistait pour que tu te réveilles. Tu finissais par faire redescendre la couverture que tu avais remontée sur toi et tu ouvrais tout doucement les yeux après qu’il ai déposé ses lèvres sur ta joue.  « Mh.. » Tu n’étais pas du tout motivée pour quoique ce soit ce matin. Tu essayais d’ailleurs doucement de tirer ton chéri vers toi pour qu’il vienne se recoucher lui aussi. Tu constatais d’ailleurs qu’il était habillé. Tu ne comprenais pas pourquoi et tu ne savais pas depuis quand il était réveillé. Tes yeux venaient de se poser sur l’heure et tu constatais qu’il était tôt. Très tôt. Trop tôt. Il fallait être fou pour se réveiller à cette heure là quand on pouvait dormir. Tu clignais plusieurs fois des yeux pour essayer d’émerger vu que ton chéri avait envie de te montrer quelque chose. Tu râlais un petit peu parce qu’il était bien trop tôt pour toi et que tu n’avais pas assez dormit. En plus, le peu que tu avais pu dormir, tu avais mal dormit. Tu regardais les vêtements sans réellement avoir envie de les mettre. Enfin, voir le sweat à capuche de ton chéri te faisait légèrement et c’était bien la seule chose que tu avais envie de mettre. Tu prenais donc bien cinq minutes avant de finir par te redresser et t’assoir sur le bord du lit pour enfiler les vêtements que ton chéri t’avait préparé. Tout en t’habillant, tu questionnais ton chéri du regard car tu étais bien trop endormie pour parler pour le moment. Tu terminais en enfilant le pull de ton chéri ce qui te faisait immédiatement sourire. Même si le pull était propre, tu avais l’impression de sentir son odeur à lui. Tout ça, c’était probablement dans ta tête mais tu n’avais pas la même sensation en mettant tes propres vêtements. Une fois habillée, tu te penchais sur lui pour l’embrasser tendrement alors que tu murmurais doucement contre ses lèvres :  « Bonjour bébé. »


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 21/8/2015, 02:58



Puisqu'on est jeunes et consCamille & Tybalt


Je ne savais pas vraiment comment tu arrivais à faire une chose pareil, mais il était clair que tu arrivais à être à la fois sexy et adorable. Tout le temps. A cet instant précis tu étais particulièrement adorable, profondément endormie puis entre deux eaux. Tu n'avais pas forcément envie de te réveiller, ce qui était compréhensible étant donné l'heure qu'il était. Cela ne faisait pas longtemps que tu dormais, et de mon côté je n'avais tout simplement pas fermé les yeux de la nuit. Mais c'était pour la bonne cause et j'espérais que tout cela n'était pas fait dans le vent. Mais pour cela il fallait que tu sortes du lit. Et ce n'était pas gagné étant donné la manière que tu avais eu de tirer le duvet sur toi. « Mh.. » Je souris malicieusement en te voyant, caressant les quelques mèches de cheveux blonds qui dépassaient. « Bébé allez » rigolai-je doucement. « Lève-toi marmotte » ajoutai-je en embrassant ton front. Bon on était larges, j'avais prévu ton manque d'envie de te lever à une heure pareille et j'avais bien fais. Un nouveau sourire s'afficha sur mon visage lorsque tu ouvris tant bien que mal les yeux. Adorable, c'était exactement ça.

J'eus un petit sourire victorieux lorsque je te vis finalement te glisser hors de la couverture pour prendre les habits que je venais de te donner. La deuxième phase de mon plan était en marche, et c'était sans doute la plus décisive. Cela te concernait directement, alors forcément j'avais besoin de toi. Tu étais en train d'enfiler mon sweat lorsque je me retournai vers toi, et je souris contre tes lèvres lorsque tu m'offris un baiser. « Bonjour bébé. » Je souris une nouvelle fois, caressant tendrement ton visage du bout de mes doigts. « Salut belle au bois dormant » fis-je malicieusement avant de te tendre la main et de t'entraîner avec moi. On s'arrêta devant la porte d'entrée le temps que tu enfiles tes chaussures, avant de sortir de l'appartement. Il faisait frais malgré le fait que nous étions en plein été, ce n'était pas pour rien que je t'avais fait enfiler l'un de mes gros pulls. Mais j'ouvris rapidement la voiture pour nous faire entrer à l'intérieur. J'enclenchai le chauffage une fois que je démarrai, préférant t'éviter une pneumonie. J'espérais que tu obtiendrais de meilleurs souvenirs de ce matin. On n'allait pas loin du tout puisqu'on se rendait dans l'immeuble luxueux où se trouvait l'appartement de mes parents. Mais ce n'était pas pour cela que je t'y emmenais. Coupant le moteur, je t'offris un sourire énigmatique avant de couper le moteur et de sortir de la voiture. « Viens bébé » souris-je en récupérant ma main dans la tienne pour entrer dans le bâtiment.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 21/8/2015, 16:27



tomber dans ses yeux.



Le réveil était compliqué pour toi. Tu avais envie de dormir encore un long moment, encore plusieurs heures. Tu avais envie de pouvoir trainer au lit, avec lui il va de soit, jusqu’à au moins dix heures voir même plus. Tu voulais profiter de ce moment de flemmardise au lit pour lui faire des câlins et des bisous une fois que tu aurais pu émerger un petit peu. Tu étais en mode feignante aujourd’hui à l’inverse de ton chéri qui semblait avoir envie de bouger tu ne sais où. Il insistait pour que tu te lèves alors que tu avais remonté la couette sur toi. C’était un peu comme si tu essayais de te cacher pour qu’il ne te voit pas. Mais, ça semblait peine perdue. Tu finissais par capituler en abaissant la couette et ouvrant petit à petit tes yeux embrumés par le sommeil. Tu finissais même par te redresser et enfiler les vêtements que ton chéri t’avait préparer. Bon ok, tu avais pas mal trainé avant de te décider à faire tout ça. Mais, on ne pouvait pas non plus trop t’en vouloir de ne pas réussir à émerger alors que tu avais dû dormir trois heures tout au plus. Tu étais crevée et on pouvait le voir sur ton visage. Il ne t’aurait d’ailleurs fallu pas longtemps pour te rendormir si tu étais restée dans le lit. Mais à présent vêtue, il était trop tard pour dormir de nouveau. Tant pis, tu dormirais mieux ce soir, ou pas. Tu avais terminé en enfilant le pull de ton chéri et tu faisais un grand sourire comme à chaque fois que tu portais quelque chose qui lui appartenait. Tu ne te lasserais jamais de lui piquer ses vêtements. Enfin, même si tu aimais les porter, tu les trouvais bien plus beau sur lui que sur toi. Bref, tu étais donc habillée et tu venais d’embrasser tendrement l’amour de ta vie pour lui dire bonjour. Tu souriais tendrement en le sentant te caresser le visage. C’était tellement agréable de sentir ses doigts sur ta peau. Une fois de plus, tu souriais en l’entendant te prononcer ces quelques mots. Mais, tu ne pouvais t’empêcher de lever les yeux au ciel pour lui montrer ton désaccord concernant le fait qu’il t’appelle belle au bois dormant. Non, tu n’étais pas la belle au bois dormant puisque TOI tu n’avais pas pu dormir autant. Tu n’avais pas pu dormir autant que tu en avais besoin aujourd’hui. Tybalt avait beaucoup de chance que ce soit lui qui vienne te réveiller parce que tu aurais été beaucoup moins agréable avec quelqu’un d’autre. Et puis, bien évidemment, tu aurais fait la gueule en étant grognon toute la journée. Tu avais un vrai sale petit caractère quand tu le voulais. Mais, avec ton chéri, tu étais bien plus douce qu’avec les autres. Après tout, tu n’avais pas envie de le faire fuir parce que tu étais trop désagréable. Tu n’hésitais pas un seul instant lorsque Tybalt te tendait la main. Tu saisissais sa main pour pouvoir le suivre hors de chez vous. Mais avant ça, un arrêt s’imposait pour que tu puisses mettre une paire de converse. Tu profitais aussi d’ailleurs de ce moment pour mettre la capuche du sweat sur ta tête. Tu savais très bien qu’il ne faisait pas chaud en ce moment dehors alors tu préférais éviter de tomber malade. Il n’y avait que quelques pas qui vous séparaient de la voiture de ton chéri dans laquelle tu te glissais rapidement avant que le froid ne te saisisse. D’ailleurs, le tatoué n’hésitait pas à mettre immédiatement le chauffage pour éviter que vous ne finissiez tous les deux votre mois d’août chez le médecin puis cloué au lit. Tu regardais tout autour de toi sans trop savoir où il t’emmenait. D’ailleurs, tu te rendais compte que tu ne lui avais pas posé la question. Tu lui faisais tellement confiance que tu l’avais suivit sans un mot. Mais, ta curiosité l’emportait et tu ne tardais pas à lui demander le lieu de votre destination.  « On va où bébé ? » Très vite, la solution à ta question se présentait devant toi car tu apercevais le luxueux immeuble dans lequel les parents de ton chéri vivait. Tu fronçais les sourcils en ne comprenant pas ce que vous faisiez là. Vous n’alliez quand même pas réveiller ses parents à cette heure là ? Si ? Tu n’en savais rien du tout et ton cerveau fonctionnait à cent à l’heure pour savoir la raison de votre venue à cinq heure du matin chez tes beaux-parents. Tu savais bien qu’ils t’adoraient mais tu ne penses pas qu’ils seraient ravis de te voir à cette heure là et tu les comprenaient vu que c’était une heure pour dormir et pas pour venir faire la causette. Ton chéri était tout mystérieux et tu ne comprenais rien du tout. Cependant, tu prenais sa main et tu le suivais en te posant dix milles questions.  « Bébé, pourquoi tu m’emmènes chez tes parents ? Tu sais, je ne suis pas sûre qu’ils soient ravis de nous voir à une heure où on est censé dormir tu sais. » Tu ne le lâchais pas du regard mais, tu le suivais toujours. De toute façon, tu étais bien trop curieuse de savoir ce qu’il mijotait pour ne pas le suivre. Et puis, tu avais aussi très envie de passer du temps avec ton chéri, peu importe l’endroit ou l’heure qu’il était.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 21/8/2015, 18:15



Puisqu'on est jeunes et consCamille & Tybalt


Tu avais accepté de me suivre et d'enfiler ces habits sans que je ne doive me lancer dans de grands discours ou de longues supplications pour que tu acceptes de me suivre. Et franchement, c'était vraiment mieux comme cela, parce que je ne savais pas vraiment ce que j'aurais pu te répondre. Mis à part que je voulais te faire une surprise peut-être, mais je n'étais pas tout à fait sûr que cela soit une bonne manière de te faire accepter un réveil à une telle heure de la journée. Enfin, de la nuit. La dernière fois que je t'avais tirée du lit de manière matinale, c'était pour aller voir le tag que j'avais fait et graver sur le pont des arts, à l'endroit précis où se trouvait notre cadenas. Je n'étais pas pour détruire les paysages parisiens, mais ils n'avaient pas à enlever une telle chose des rues de Paris. Certains couples avaient décidé de venir dans la capitale française pour venir mettre un cadenas avec leur prénom ici. Je trouvais cela vraiment déprimant qu'ils les aient enlevés. Si j'étais maire de Paris, cela se passerait autrement. Mais passons, ce n'était pas le cas et je doutais de toute manière de devenir maire de quoique ce soit. Dans cette vie-là, en tout cas. J'espérais seulement que dans mes prochaines vies mon âme retrouverait la tienne, et qu'on pourrait vivre de longues et nombreuses histoires d'amour. Aussi forte que celle qu'on vivait aujourd'hui, je souhaitais à tout le monde d'aimer quelqu'un comme je t'aimais. Oui c'était un peu flippant quelques fois, mais si on comparait les choses au bonheur que tu me faisais vivre, cela en valait largement la peine. Tu étais sans aucun doute la plus belle chose qu'il me soit arrivé.

Dans la voiture, j'avais allumé le chauffage rapidement, et je me contentai de fredonner l'air qui passait à la radio. Je voulais te laisser le temps de te réveiller et ne pas trop t'agresser au réveil. Je savais que tu n'étais pas forcément du matin, comme moi dans le fond. Ce qui n'était pas plus mal, on comprenait donc pourquoi l'autre avait besoin de calme, de silence et de câlins au réveil. « On va où bébé ? » Ta voix me fit reporter mon attention sur toi, et je t'offris un sourire avant de hausser les épaules. Je m'attendais à la question naturellement, mais je ne comptais pas te donner la moindre information. Tu apprendrais les choses au fur et à mesure qu'on les vivrait. « Tu verras » répondis-je donc simplement, tout en déposant un baiser sur ta joue. Je sais que la patience n'est pas ton fort, et je déposai une main sur ta cuisse. Sagement, malheureusement nous n'avions pas le temps de nous lancer dans un petit jeu de séduction maintenant. On arriva devant l'immeuble de l'appartement de mes parents, là où j'avais grandi finalement. « Bébé, pourquoi tu m’emmènes chez tes parents ? Tu sais, je ne suis pas sûre qu’ils soient ravis de nous voir à une heure où on est censé dormir tu sais. » Je ne pus m'empêcher de rigoler cette fois, attendri par ton innocence. Je déposai un baiser rapide sur tes lèvres en t'emmenant à l'intérieur. « T'es vraiment adorable bébé. Mais on ne va pas chez mes parents » te répondis-je en appuyant sur le bouton de l'ascenseur. Qui arriva assez rapidement, pour une fois. Je te souris malicieusement en enfonçant le bouton pour monter sur les toits.

C'était un endroit qu'on connaissait bien tous les deux, puisque c'était là qu'avait eu lieu notre deuxième rendez-vous, notre premier baiser et l’officialisation de notre couple. Sans compter que nous nous y étions retrouvés plusieurs fois depuis le début de notre relation. Un lieu chargé de souvenirs, qui pouvaient rendre un peu nostalgiques peut-être. Mais rien n'avait changé, si ce n'est que les arbres qui se trouvaient à portée de vue avaient un peu grandi depuis la dernière fois qu'on était venus. Il faisait encore sombre, mais on pouvait sans peine voir le soleil se lever à l'horizon. « Tu te souviens quand on venait ici? » te demandai-je avec un petit sourire en te regardant. Le but premier étant de faire en sorte que ton attention se porte sur moi et rien que sur moi pour le moment. « On venait souvent ici quand j'habitais encore chez mes parents » poursuivis-je en laissant quelques souvenirs arriver dans ma mémoire. Je surveillais le soleil du coin de l'oeil, espérant que tout ailles bien. Et sourire de soulagement s'afficha sur mes lèvres lorsque je vis les premiers rayons du soleil arriver sur les fleurs que j'avais disposé autour de nous. Des Gazanies, rouges, des fleurs qui ont pour habitude de s'ouvrir quand elles étaient en contact avec le soleil. Ce qui était le cas maintenant. Je les avais disposée de manière à former un coeur, dans lequel on se trouvait maintenant. « Regarde » fis-je avec un sourire en désignant les fleurs, essayant de te cacher combien j'étais nerveux. Mais je crois que c'était chose perdue. Et c'était le moment ou jamais. Je te retirai la capuche du sweat pour dégager ton beau visage et remit tes cheveux en ordre avant de te prendre la main. « Bébé... » commençai-je avant de mettre un genou à terre et de glisser une main dans la poche arrière de mon jeans. « J'avais préparé un discours et tout ça, mais je viens de l'oublier » fis-je avec un léger sourire. Je me désespères, quelques fois. « Ca fait cinq ans qu'on s'est embrassés ici, pour la toute première fois. Je sais que je ne suis pas parfait et que je t'ai faite pleurer un nombre incalculable de fois, je crois que tu ne sais pas combien je m'en veux. Tu es la plus belle chose qui me soit arrivé dans ma vie, et je ne sais pas ce que je ferais sans toi. Je sais aussi que je suis loin d'être parfait, mais je te promets que quoiqu'il arrive je ferai tout pour te rendre heureuse. Je suis tout simplement dingue de toi, de chaque parcelle de ton être et du moindre trait de ton caractère. Et sans vouloir jouer les mecs sur de lui, je sais que personne ne peut t'aimer comme je t'aime » J'avais plongé mes yeux dans les tiens. J'étais stressé, les mains tremblantes en ouvrant l'écrin pour te le présenter. « Alors... Ambre Amélia Rose Castel, veux-tu m'épouser? »

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 21/8/2015, 20:55



tomber dans ses yeux.



Tu étais à moitié endormie sur ton siège. Tu avais replié tes genoux contre ta poitrine, les pieds sur le siège de la voiture. Tes bras encerclaient tes jambes et tu avais la tête à moitié posé dessus. Pour tous les gens normaux, cette position aurait probablement été très inconfortable. Mais, tu étais la pro des positions étranges. A croire que tu ne pouvais jamais rien faire comme tout le monde. Tu ne pouvais t’empêcher, malgré ton esprit encore un peu au pays des rêves, de demander à ton chéri où vous alliez. Bien évidemment, sa réponse ne te satisfaisait pas puisqu’il ne t’en apprenais pas plus. Tu étais très curieuse et tu détestais qu’on assouvisse pas cette dernière. Tu étais un peu du genre à aimer tout savoir. Tu aurais voulu que Tybalt te donne au moins un indice même s’il ne voulait pas te dire avec exactitude où vous alliez. Tu avais envie d’en savoir un peu plus. Sauf que là, tu ne savais rien, rien du tout. Enfin, si tu voyais l’amour de ta vie se garer devant l’immeuble de chez ses parents. Tu ne comprenais pas. Tu ne comprenais pas pourquoi vous alliez aller embêter tes beaux-parents à une telle heure. Tu n’avais aucune idée de comment ils allaient réagir en vous voyant à la porte pour une raison que seul Tybalt connaissait. En tout cas, tu savais toi que si on venait te réveiller à cette heure là en sonnant chez vous, tu le prendrais probablement mal et tu enverrais bouler la personne. Et oui, ton sommeil était sacré et seul Tybalt pouvait te réveiller. Les autres, tu les envoyaient dans les roses. Tu n’hésitais d’ailleurs pas à faire part de ton interrogation à Tybalt concernant le fait que vous veniez chez ses parents en pleine nuit. Tu lui expliquais aussi que ce n’était pas forcément l’idée la plus brillante du monde. Pourtant, tu savais ton chéri très intelligent alors tu pensais qu’il devait savoir sans que tu le lui dises que ce n’était pas une bonne idée de réveiller les gens à cette heure là. Puis, sans prévenir tu te mettais à stresser. Si ça se trouve, il y avait quelque chose de grave et c’est pour ça qu’il t’emmenait ici à cette heure là. Ca y est, la panique t’envahissait et tu imaginais les pires des scénarios. Ton cerveau fonctionnait à mille à l’heure pour essayer de trouver quelque chose de cohérent qui expliquerait votre venue avant même que le soleil ne soit levé. Sauf que tu ne trouvais rien. Par chance, tu n’avais pas le temps de passer en revu tous les pires scénarios que ton chéri te rassurait en te disant que vous n’alliez pas chez ses parents. Comme d’habitude, tu étais bien naïve et tu avais crû la première chose qui t’avait sauté aux yeux. Sauf que maintenant, une autre question te brûlait les lèvres.  « On va où alors bébé ? » Tu réfléchissais et c’est qu’une fois à l’intérieur de l’ascenseur, juste avant que ton chéri n’appuie sur le bouton, que tu captais que vous alliez monter sur le toit que vous en aviez l’habitude il y a quelques années. C’est d’ailleurs sur ce fameux toit que tout avait commencé entre vous. C’est là qu’il t’avait embrassé pour la première fois et que vous vous étiez mis ensemble. Cette pensée te faisait immédiatement sourire. Tu aimais te rendre dans les endroits que vous aviez côtoyé au tout début de votre relation. Tu aimais pouvoir te remémorer tout ce que vous aviez vécu rien que tous les deux. Tu aimais tous les moments que tu avais passé avec l’amour de ta vie. Tu étais sûre de toi, c’était lui, rien que lui et pour toujours avec qui tu avais envie de vivre ta vie. Il était l’homme de ta vie et pour rien au monde tu ne l’échangerais. Tu te blottissais contre lui durant tout le trajet, le très court trajet, de l’ascenseur. Tu avais envie de faire un câlin à ton chéri mais tu n’avais pas beaucoup de temps pour ça. Tu avais à peine le temps de te mettre contre lui qu'il fallait déjà sortir. Tu le regardais et tu le faisais un grand sourire lorsqu’il te demandait si tu te souvenais lorsque vous veniez ici.  « Oui bien sûr bébé je me souviens. C’était vraiment bien les moments qu’on passait ici » Tu t’approchais doucement de lui pour déposer un baiser sur sa joue en souriant. Tu n’avais jeté qu’un bref coup d’oeil aux alentours depuis que vous étiez montés. Tu connaissais très bien l’endroit donc ton attention était plus captée par ton chéri qu’autre chose. Tu ne remarquais pas les fleurs qui étaient disposées sur le sol. Tu étais obnubilée par l’homme le plus beau du monde qui se trouvait face à toi. Tu te remémorais tous les moments joyeux que tu avais passé avec lui. Depuis que tu l’avais rencontré, tu avais passé les cinq plus belles années de ta vie. Tu lui souriais tendrement alors que tu avais glissé les mains dans tes poches parce que tu avais les mains gelées. Tu regardes ton chéri avec amour alors que le soleil était en train de se lever. Tu n’avais pas encore remarqué les fleurs que ton chéri avait disposé en coeur tout autour de vous. C’est lorsqu’il te le disait que tu regardais tout autour de vous et que tu voyais le soleil se lever. Tu découvrais avec admiration le coeur en fleurs qu’il t’avait fait. Tu étais émue par ce qu’il avait fait pour toi. Tu étais émue qu’il est pris le temps pour faire ça.  « Han bébé c’est vraiment magnifique. » Tu le regardais les yeux brillants plein d’amour. Tu te mordillais la lèvre en le voyant se mettre à genoux devant toi. Tu avais l’impression de rêver. Tu te doutais bien de ce qu’il allait te dire. Enfin, tu l’espérais à le voir à genoux devant toi, te prenant la main de cette manière. Tu étais toute émue en restant silencieuse. Tu lui faisais un sourire tendre lorsqu’il t’avouait qu’il avait préparé un discours qu’il avait finalement oublié. Ca ne t’étonnait pas de ton chéri et c’était ce genre de choses qui t’attendrissaient toujours avec lui. Tu l’écoutais avec attention en ayant l’impression de vivre un vrai rêve. Tu le vivais ton conte de fée. Tu le regardais les yeux pleins d’émotion. Tu étais au bord des larmes mais tu les retenaient pour le moment. Tu étais honorée qu’il te dise toutes ces jolies choses. Toutes ces choses qui étaient réciproques. Et, même si tu avais pleuré parfois, tu ne lui en tenait pas rigueur parce que votre amour avait toujours surpassé tout ça. Toujours surpassé les disputes et les prises de becs que vous aviez pu avoir. Cette demande en mariage était la plus belle du monde. Plus belle que celles de n’importe quel film, plus belle que celles des dessins animés. Plus belle même que celle de Raiponce (). Puis, il prononçait les mots fatidiques. Ceux qui te faisaient rêver. Les yeux étaient envahis de larmes de bonheur. Pas pleurer, pas pleurer, pas pleurer. Trop tard, les larmes roulaient sur tes joues alors que tu te jetais dans ses bras.  « Oui Tybalt. Oui bébé je veux être ta femme. » Tu te blottissais dans ses bras alors que tu l’embrassais avec amour. Tu l’embrassais de façon à lui montrer à quel point tu l’aimais, à quel point tu étais raide dingue de lui. Tu caressais sa joue alors que les larmes roulaient toujours sur tes joues de bonheur. Tu allais devenir Ambre Lesca et tu étais la femme la plus heureuse du monde.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 21/8/2015, 22:54



Puisqu'on est jeunes et consCamille & Tybalt



Le moment était fatidique, et si jamais j'en avais envie, je ne pouvais plus reculer. Cependant c'était clairement pas ce que je souhaitais, bien au contraire. Cela faisait quelques temps que j'y pensais maintenant, et j'avais eu envie de faire les choses bien. Je voulais que tout soit parfait pour toi, que tout soit à la hauteur de l'amour que j'avais pour toi. Et de toi, tout seulement. Tu étais tellement parfaite qu'il était hors de question que quelque chose ne fonctionne pas. J'aurais pu faire un truc un peu plus grandiose, genre une banderole dans le ciel pour te demander de m'épouser, mais ce n'était clairement pas mon genre. Ni le tien, je crois. Je voulais quelque chose d'intime et de romantique. D'ailleurs si j'avais pu j'aurais fait la chose au bord de la mer, mais nous habitions malheureusement à Paris. Cela ne m'avait cependant pas empêché de faire livrer du sable sur le toit de l'immeuble, mais chaque chose en son temps. Tu verras le sable et compagnie quand le soleil sera levé. Pour l'instant, je préférais te demander si tu te souvenais des moments que nous avions passés tous les deux ici. « Oui bien sûr bébé je me souviens. C’était vraiment bien les moments qu’on passait ici » Je te souris, acquiesçant d'un petit signe de tête. « J'ai l'impression que c'est à la fois tout proche mais à la fois extrêmement loin » Nous avions pour habitude de nous échapper dans des endroits rien qu'à nous à l'époque, habitude que nous avions perdu lorsque j'avais eu notre loft. Et le moins que l'on puisse dire, ce qu'on en avait vécu des choses depuis le début de notre relation. Des dizaines et des dizaines de rebondissements.

Maintenant que nous étions arrivés à destination, et que les fleurs commençaient à s'ouvrir au fur et à mesure que le soleil les caressaient, je fis mon maximum pour t'intéresser au décor autour de nous. Les fleurs rouges en forme de coeur, on avait le goût du détail ou non, et un peu plus loin la petite plage que j'avais créé, faisant référence aux nombreuses vacances d'été que nous avions passé ensemble. Je crois que c'était ça qui m'avait pris le plus de temps finalement. Installé tout ça. Mais encore une fois, c'était pour la bonne cause. « Han bébé c’est vraiment magnifique » Je te souris une nouvelle fois, heureux de voir que cela semblait te plaire. Pour l'instant rien ne semblait aller de travers, mais autant ne pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. J'avais préparé un long discours émouvant, dans lequel je t'expliquais par a plus b pourquoi je t'aimais et pourquoi tu devrais accepter de m'épouser, mais ma mémoire était particulièrement vide à cet instant précis. Il n'y avait que toi, tes yeux, ton sourire, nous et ce moment. Quoique comme cela, peut-être que ce que j'allais te dire était un peu plus spontané. Ce n'était pas plus mal. Je te demandais de m'épouser, de devenir ma femme et d'être mienne. Pour toujours. Et ta réponse allait changer ma vie, dans le positif ou dans le négatif. Je retins ma respiration en regardant des larmes rouler sur tes joues. J'avais envie de te les essuyer, mais ma position ne me le permettait malheureusement pas. « Oui Tybalt. Oui bébé je veux être ta femme. » Je te souris, me relevant pour te prendre dans mes bras et t'embrasser. Aucun mot ne pouvait traduire ce que je ressentais à cet instant, et mon coeur était tellement léger que j'avais l'impression qu'il s'était envolé. Je te souris le plus tendrement du monde, avant de prendre délicatement ta main dans la mienne. « Tu permets? » demandai-je sans me départir de mon sourire. Je pris délicatement la bague, que j'avais mis des heures et des heures à choisir, pour la glisser sur ton annulaire. « Je t'aime tellement » murmurai-je en caressant ton visage, et en passant mon pouce sur tes lèvres, avant de t'embrasser une nouvelle fois. Je n'étais pas du genre à pleurer non plus, mais j'avais clairement les yeux brillants à cet instant précis. Autant te les cacher en t'embrassant une nouvelle fois avant de te laisser regarder ta bague. Qui te plairait, c'était du moins ce que j'espérais.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 22/8/2015, 00:34



tomber dans ses yeux.



Ca faisait maintenant plusieurs longs mois que vous n’étiez pas venus sur le toit de l’immeuble des parents de ton chéri. En même temps, vous n’en ressentiez pas vraiment le besoin vous qu’avec le loft, vous aviez votre petit cocon rien qu’à vous. Quand vous aviez envie de vous retrouver rien que tous les deux à l’écart du monde, vous pouviez vous réfugier sous votre couverture. Tu pouvais venir te blottir dans ses bras dans votre lit sans que personne ne soit là pour vous embêter. Ce loft, c’était votre paradis, votre château où il n’y avait que votre amour qui y régnait. Les seuls témoins de cet amour était vos animaux. Le reste du monde ne pouvait pas avoir conscience d’à quel point vous étiez fous l’un de l’autre. Avant Tybalt, tu ne savais même pas qu’il était humainement possible d’aimer autant. Tu avais eu beau avoir croisé beaucoup de couples, aucuns d’eux ne s’aimaient autant que vous deux. C’est bien simple, vous étiez inséparables. Il était ton âme soeur, il était ta raison d’être. Et la lueur d’amour qui brillait dans vos yeux, tu ne l’avais jamais retrouvé chez quelqu’un d’autre. Peut être qu’en fait vous n’étiez pas normaux à vous aimer autant. Mais ça, tu t’en fichais bien. Tout ce qui comptait c’était ses sentiments et les tiens. Tu lui souriais tendrement en entendant ses paroles.  « Oui c’est vrai bébé. J’ai l’impression que c’était hier qu’on s’embrassait ici pour la première fois alors qu’en fait c’était il y a déjà cinq ans. » Le temps avait filé à une vitesse folle sans que tu t’en rendes compte. Les jours, les mois et même les années avaient défilé sans que tu ne le remarque. En même temps, tu étais tellement bien à ses côtés que le temps filait sans que tu le vois. D’ailleurs, tu avais l’impression de tomber toujours amoureuse un peu plus chaque jour de lui. Tes sentiments pour lui étaient tellement intense que tu ne savais pas si un jour tu n’allais pas finir par mourir à force de l’aimer autant. Tu savais que les gens, et ton père le premier, ne comprenait pas votre amour. Ils ne comprenaient que vous puissiez vous aimer autant et que la routine ne s’était pas encore installée entre vous au bout de cinq ans. Mais non, tu restais folle amoureuse de lui et il ne cessait de t’étonner chaque jours. Encore ce soir il t’étonnait avec ce qu’il avait organiser pour toi, pour te demander en mariage. Il avait sortit le grand jeu ce soir, tout en restant tout de même dans la simplicité comme tu l’aimais. Les choses tapent à l’oeil ou que tout le monde pouvait voir, ce n’était pas ton truc. Tu n’aurais par exemple pas aimé qu’il organise ça dans un restaurant où tout le monde vous scruterait. Tu n’aimais pas attirer le regard sur toi. Tu préférais être ici avec lui, comme dans un petit cocon. Avec le lever du soleil, tu pouvais remarquer de nombreux détails dans le décor. Tu pouvais voir le coeur que formait les fleurs, tu pouvais voir la petite plage que ton chéri avait installé un peu plus loin. Il s’était donné du mal pour que tout soit parfait. Et ça l’était. Le lieu était merveilleux et d’ailleurs tu luttais pour ne pas verser de larmes. Enfin, ça ne dura pas bien longtemps puisqu’après sa déclaration d’amour et sa demande en mariage, tu ne pouvais t’empêcher de fondre en larmes de bonheur. Tu ne pouvais pas être plus heureuse quand cet instant et c’était des larmes de joie qui roulaient sur tes joues. Tu ne tardais pas à lui donner ta réponse qui était bien évidemment positive. Tu avais envie de devenir Madame Ambre Lesca. Tu en avais envie plus que tout au monde. Tu voulais être sienne officiellement, enfin sur les papiers, pour toujours. Tu voulais qu’il n’y ai aucuns doutes concernant le fait que tu lui appartenais. On avait pourtant essayé de vous mettre des bâtons dans les roues, on avait essayé de te voler à lui, on avait essayé de te le voler. Mais, jamais rien ni personne n’y était parvenu et jamais rien n’y parviendrait. Tu étais sienne pour toujours. Tu t’étais jetée dans ses bras après lui avoir confirmé que tu voulais être sa femme et tu te serrais doucement contre lui. Tu avais pleurer toujours un peu, un immense sourire restait scotché sur ton visage. Tu étais heureuse, tout simplement. Heureuse et amoureuse. Tu le laissais prendre ta main avec toujours ce sourire niais sur le visage. Il n’était d’ailleurs pas près de te quitter, soit dit en passant. Tu le regardais avec amour passer l’anneau symbolique autour de ton annulaire gauche.  « Je t’aime aussi Tybalt Lesca. Plus que tout. » Tes mains venaient encadrer son visage alors que vos lèvres venaient à se rencontrer une nouvelle fois. Tu l’embrassais avec tout l’amour que tu ressentais pour lui. Tu voulais lui montrer qu’il ne faisait pas le mauvais choix en te demandant de l’épouser. Tu ne voulais aucunement qu’il regrette un jour de te l’avoir demander. Tu voulais qu’il sache à quel point tu l’aimais. Tu ne voulais pas le décevoir. Tu voulais être à la hauteur, à sa hauteur. Tu l’aimais tellement. Tu l’aimais à en crever. Vos lèvres se séparaient et tu allais enfin pouvoir admirer la bague que tu portais à présent à la main gauche. Tu souriais béatement alors que tu relevais la main à hauteur de tes yeux.  « Elle est merveilleuse bébé. » Tu n’étais pas le genre de fille à être matérielle. La bague était vraiment belle et tu l’adorais. Mais, ce que tu aimais par dessus tout, c’était la symbolique qu’elle représentait. Elle représentait votre amour en quelque sorte. D’ailleurs, s’il t’avait offert un bague en plastique, tu aurais été tout aussi heureuse du moment que cela signifié qu’il voulait t’épouser. Tu regardais toujours ta main en ayant un peu de mal à réaliser encore que tout cela est réel. Tu avais l’impression que très bientôt ton réveil allait sonner et que tu allais finir par te réveiller pour aller travailler. Tes yeux bleus se posaient alors sur Tybalt alors que tu lui demandais un peu inquiète :  « C’est pas un rêve tout ça hein ? C’est bien vrai, je vais devenir ta femme hein ? » Tu avais réellement peur que tout cela ne se produise que dans ta tête. Tu avais besoin que ton chéri te rassure et qu’il te confirme qu’il voulait bien t’épouser.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 22/8/2015, 14:34



Puisqu'on est jeunes et consCamille & Tybalt



Les choses n'avaient pas beaucoup changées ici, si ce n'est les arbres qui avaient grandi et dont les feuilles étaient un peu plus touffues. Mais la vue, elle, était la même. La même que lorsqu'on grimpait ici pour avoir des moments rien que nous deux. Je ne crois pas que j'en avais oublié le moindre, je me souviens de tous les instants qu'on a passé ici. Au début parce que malgré tout je me disais que tu allais finir par craquer sous la pression que tu finirais par partir. Je voulais donc que chaque instant passé à tes côtés soient gravés dans ma mémoire. Et par la suite, c'était tout simplement parce que je continuais de tomber un peu plus amoureux de toi à chaque instant, et que je ne voulais rien oublier de nous. Je crois donc qu'on pouvait dire que j'avais plutôt bien réussi. Je te demandai si tu te souvenais de quelques-uns de nos moments, à commencé par notre premier baiser que nous avions échangé ici. C'était évidemment le cas, et je ne pus m'empêcher de sourire doucement en t'entendant me répondre. « Oui c’est vrai bébé. J’ai l’impression que c’était hier qu’on s’embrassait ici pour la première fois alors qu’en fait c’était il y a déjà cinq ans. » C'est vrai que je n'avais pas vraiment l'impression que cela faisait cinq ans, finalement. Le temps passait vite à tes côtés.

Tu venais d'accepter de m'épouser, et je crois que je n'avais jamais été autant heureux de toute ma vie. Tu étais la seule à détenir mon bonheur finalement. Certains diraient que de dépendre de quelqu'un de cette manière était dangereux, et dans le fond ils avaient peut-être un peu raison. Dans le sens où si tu finissais par me quitter je ne serais plus rien, mais tant pis. J'avais décidé de te faire maîtresse de mon coeur et de mon âme et je ne le regrettais pas. On ne choisissait pas de qui on tombait amoureux, mais j'étais vraiment très heureux que Cupidon ai pris la décision de nous faire tomber amoureux l'un de l'autre. Tu étais la femme de ma vie, c'était certain. Je n'avais pas les mots pour te le dire, mais je le savais. C'était une certitude au fond de moi. Ton visage entre mes mains, je te répétai une nouvelle fois que je t'aimais avant de t'embrasser. Je te faisais confiance, naturellement, mais je n'avais pas spécialement envie que tu me vois avec les larmes aux yeux. Question de fierté masculine. « Je t’aime aussi Tybalt Lesca. Plus que tout » Je souris tendrement contre tes lèvres, approfondissant le baiser pendant quelques instants. Puis j'essuyai délicatement tes joues mouillées de tes larmes en souriant. « Je viens de te faire pleurer une nouvelle fois » fis-je avec un sourire en coin. Bon à la différence que c'était des larmes de joie. Enfin, j'espérais qu'elles le soient.

La bague n'avait pas été quelque chose de facile à choisir, même si je connaissais tes goûts. Je savais que tu aimais les jolies choses, sans que cela soit kitsch ou trop voyant. Et même si on avait plaisanté une fois avec ces bagues disponibles dans les distributeurs pour deux euros, je me voyais mal t'offrir de la mauvaise qualité. Sans parler de chiffre exact, le fait que j'ai reçu les premiers versements de la maison de disque avait beaucoup aidé. Celui qui disait que l'argent ne faisait pas le bonheur avait oublié de préciser qu'il y contribuait largement. « Elle est merveilleuse bébé » Je souris, embrassant tendrement ta joue. « Content qu'elle te plaise bébé. Ca a été dur de la choisir » te confiai-je avec un petit sourire. Je te laissai la regarder sous toutes ses coutures, te tenant toujours contre moi. Je souris lorsque ton regard croisa le mien, au bout de quelques instants. « C’est pas un rêve tout ça hein ? C’est bien vrai, je vais devenir ta femme hein ? » Je rigolai doucement avant d'embrasser ta joue, une nouvelle fois. Puis de finalement décider de t'embrasser sur les lèvres. « Si c'est le cas je te demanderai de nouveau de m'épouser demain » fis-je malicieusement. Avant de te prendre par la main pour t'emmener vers la partie plage du toit. J'avais dissimulé une piscine pour enfant dans le sable, histoire de donner l'impression que de l'eau était également présente. « Tu danses avec moi? » demandai-je avec un petit sourire, avant d'enclencher de la musique. Il y avait plusieurs morceaux, tous tirés de nos premières danses lors des bals au lycée. Il y en avait eu trois, et je me souvenais tout particulièrement de celui où tu avais été élue reine du bal. Rien d'étonnant, dans le fond.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 22/8/2015, 23:09



tomber dans ses yeux.



Tu allais devenir sa femme maintenant que tu lui avais dit oui. Tu étais la plus heureuse du monde, tu ne pouvais pas rêver mieux. Jamais tu n’aurais pu imaginer une aussi belle demande en mariage. Même dans tes rêves les plus fous, tu n’aurais pu penser qu’il se donne autant de mal pour te demander d’être sa femme. Tu avais un immense sourire accroché au visage alors que pourtant des larmes roulaient sur tes joues. Tu étais tellement heureuse à cet instant. Tu n’avais probablement jamais été aussi heureuse de ta vie. Tu avais un trop plein d’émotions qui s’échappait à travers tes larmes. Tu étais blottie dans ses bras. Vous vous déclariez votre amour encore une fois. Comme si quelqu’un pouvait douter de ça. Il n’y avait pas besoin de mots pour voir que vous étiez fous l’un de l’autre. Rien qu’avec votre façon de vous regarder on pouvait voir votre amour. Ca sautait aux yeux que vous étiez fait l’un pour l’autre. Il fallait être aveugle ou vraiment abruti pour ne rien voir. D’ailleurs, ton père et ton frère devaient faire partit de la deuxième catégorie de personne. Oui oui, tu avouais qu’ils étaient des abrutis à ne pas comprendre ton idylle avec l’homme qui venait de te demander en mariage. Enfin là, ils n’allaient pas avoir le choix. Tu comptais bien leur imposer le fait que tu allais être une Lesca, que tu allais être la femme de l’homme le plus merveilleux que cette Terre pouvait porter. Tu ne pouvais t’empêcher de rire légèrement en l’entendant te dire qu’il te faisait encore une fois pleurer. Tu secouais la tête en caressant tendrement sa joue.  « Tu me fais pleurer de bonheur bébé. Tu sais, je suis la femme la plus heureuse au monde là. » Tu le dévorais du regard alors qu’il était en train de passer la bague à ton doigt. La bague était sublime, elle était juste comme tu aimais. Elle n’était pas too much comme certaines choses que tu avais pu voir parfois. De toute façon, peu importe la bague qu’il aurait choisit, elle aurait été parfaite parce que justement c’était lui qu’il l’avait choisit. Tu admirais ton doigt en avouant tout de même que ça te faisait très étrange de voir la bague à ton doigt. Ca te faisait vraiment très étrange de te dire que tu allais te marier avec Tybalt, te marier avec ton âme soeur. Certains trouveraient probablement que vous étiez trop jeunes pour vous marier tout de suite. Certains diraient probablement que vous finiriez par vous séparer peu de temps après. Mais toi, tu savais très bien que vous deux c’était pour la vie. Tu savais que si un jour il venait à ne plus vouloir de toi, tu serais détruite. Tu savais que sans lui, tu n’étais rien. Rien du tout. Il était tout pour toi et tu voulais passer le reste de ta vie à ses côtés, à l’aimer. On ne pouvait pas vivre sans oxygène, tu ne pouvais pas vivre sans Tybalt. C’était aussi simple que ça. Puis, tu te mettais à paniquer sans raison apparente en regardant ta bague. Tu avais que tout ça ne se passe dans ta tête. Tu avais peur que tu sois en train de devenir folle et que tout ça ne soit qu’un très beau rêve et qu’il allait s’envoler dès que tu rouvrirais les yeux. Tu avais besoin de lui, besoin qu’il te rassure. Tes yeux bleus venaient se perdre dans ses yeux alors qu’on pouvait y lire une pointe d’inquiétude. De toute façon, Tybalt lisait en toi comme dans un livre ouvert. Il n’avait même pas besoin de plonger son regard dans le tien pour voir que tu t’inquiétais. Tout ton corps te trahissait là-dessus. Mais, tu avais besoin de le regarder, de te perdre dans ses yeux. Son rire te détendait immédiatement et tu te sentais bien mieux une fois que ses lèvres venaient embrasser sa joue. C’était le genre de gestes tendres qui confirmaient qu’il était vraiment l’homme idéal pour toi. Il savait immédiatement te faire te sentir, il savait immédiatement te détendre. Son baiser sur les lèvres était encore plus rassurant pour toi et tu ne pouvais t’empêcher de sourire contre ses lèvres alors que tes mains venaient caresser son visage pendant qu’il t’embrassait. Tu le regardais ensuite avec amour quand il te disait que si tu rêvais, il te redemanderait en mariage.  « Ouf tant mieux alors, je serais vraiment ta femme. » Même si tu prenais ça un peu sur le ton de la plaisanterie, tu étais rassurée de l’entendre dire. Tu voulais réellement devenir sa femme, pas juste le rêver et l’imaginer. D’ailleurs, il pouvait t’emmener à Las Vegas demain s’il le voulait pour t’épouser que ça ne te dérangerait pas. Toujours avec la distance minimum possible entre vous, tu le suivais jusqu’à la partie plage qu’il avait aménagé. Tu prenais d’ailleurs quelques secondes pour admirer la décoration qu’il s’était donné tant de mal à faire. Tu remarquais les petits détails comme la piscine pour enfant qu’il avait installé pour donner une touche d’eau à se décor en sable. Toutes ces petites touches qui rendaient le lieu unique et en rappel à tous les moments que vous aviez pu passer ensemble.  « Bébé, tu t’es vraiment donné beaucoup de mal pour faire tout ça. C’est vraiment merveilleux, merci. » Tu terminais ta phrase en posant tes lèvres contre les siennes alors que l’émotion remontait de nouveau. Tu luttais avec toi même en te répétant tout le temps cette phrase : ”ne pleure pas, ne pleure pas, ne pleure pas”. Mais, c’était sans succès puisque des perles salées roulaient sur tes joues pendant que tu l’embrassais. Ce matin, il allait être impossible pour toi de contenir ton émotion et tu risquais de pleurer assez régulièrement. Tu lui faisais un grand sourire lorsqu’il te proposait de danser.  « Avec plaisir mon amour. » Tu écoutais la musique que Tybalt venait de mettre et tu la reconnaissais immédiatement. Il s’agissait de votre chanson. Et, comme quelques minutes auparavant, des larmes de bonheur venaient envahir tes joues alors que tu t’étais mise contre lui pour danser sur le morceau.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 23/8/2015, 11:42



Puisqu'on est jeunes et consCamille & Tybalt



Tu allais devenir ma femme, et je crois que j'avais encore un peu de mal à réaliser. Toi et moi savions parfaitement qu'il était un peu trop tôt pour fonder une famille, et tu aurais très bien pu te trouver trop jeune pour te marier maintenant. Tu avais une année de moins que moi après tout, cela aurait donc tout à fait été compréhensible de ta part. J'aurais très mal vécu un non, dire le contraire serait un mensonge. Mais un peut-être, j'aurais pu le supporter pour autant que tes sentiments pour moi ne soient pas mis en cause. Mais je n'avais pas besoin de me poser mille questions sur le sujet puisque tu m'avais dis oui. Et apparemment tu étais profondément touchée d'une telle proposition. Ton sourire et tes larmes pouvaient largement en témoigner, même si je détestais te voir pleurer. Cette fois c'était différent cela dit, il y avait donc pas tellement de raisons que je sois triste de te voir pleurer. Même si je ne pus m'empêcher de plaisanter sur le sujet, essuyant tes larmes en même temps. J'avais toujours aimé te taquiner, ce n'était pas demain que j'allais arrêter de le faire, c'était complètement certain. « Tu me fais pleurer de bonheur bébé. Tu sais, je suis la femme la plus heureuse au monde là. » Je te souris tendrement, déposant un tendre baiser sur tes lèvres. Que tu sois heureuse était mon but ultime dans la vie, et je préférais largement que tu sois heureuse à mes côtés. Ce qui était peut-être un peu égoïste de ma part, mais passons. « Et moi je suis l'homme le plus heureux au monde » répondis-je avec un sourire en coin. Ce n'était pas une première, j'étais heureux depuis l'instant où nous nous étions mis en couple. Même si nous nous disputions de temps en temps, souvent à cause de nos jalousies maladives, je savais que tu étais la femme de ma vie.

Et tu allais devenir ma femme tout court. Je te regardai observer ta bague, et fronçai légèrement les sourcils lorsque je vis ton expression changer. Pendant un instant, j'eus peur que tu réalises ce que cela voulait dire et que les choses allaient changer officiellement, jusqu'à ce que tu relèves ton regard sur moi et que tu me dises le fond de ta pensée. Je ne pus que sourire doucement, avant de te promettre de te redemander en mariage demain si jamais tout cela n'était qu'un rêve. « Ouf tant mieux alors, je serais vraiment ta femme. » Je te souris malicieusement avant d'ajouter « Et si vraiment tu as peur, je peux toujours te pincer » Je plaisantais naturellement, hors de question que je te fasse le moindre mal. Même s'il m'arrivait de te pincer les fesses de temps en temps pour jouer, mais c'était clairement un autre sujet. Nous avions pas mal de choses à discuter, par exemple l'endroit de la cérémonie, la date et compagnie. Mais laissons le temps faire les choses et concentrons-nous sur l'instant présent. « Bébé, tu t’es vraiment donné beaucoup de mal pour faire tout ça. C’est vraiment merveilleux, merci. » J'eus le droit à un nouveau baiser, qui me fit sourire doucement. J'avais passé de longues heures à tout préparer sur papier, à chercher des idées avant de les mettre en place ce matin. « J'avais envie que tout soit parfait et que ça reste un de tes meilleurs souvenirs » répondis-je avec un sourire en haussant les épaules.

D'ailleurs j'avais envie que ce moment et la manière dont il avait été fait ne reste qu'entre nous deux. Peut-être qu'on le racontera à nos petits-enfants dans des dizaines d'années, mais avant tout il faudra qu'on mette nos familles au courant. Je ne me faisais pas trop de soucis concernant mes parents, ceux qui m'inquiétaient étaient plutôt ton père et ton frère. même si ton père semblait faire des efforts, contrairement à ton crétin de frère. Je crois qu'on ne se supportera jamais mutuellement. Mais je te proposai avant tout de danser, nous approchant du sable et de la petite piscine. « Avec plaisir mon amour. » Je souris doucement et enlevai mes baskets, rien de plus désagréable que d'avoir des grains de sable dans ses chaussures, c'était le genre de choses que je ne supportais pas quand j'étais en vacances. En tong cela ne me dérangeait pas, mais en basket c'était tout bonnement insupportable. Ce détail réglé, je te pris contre moi pour entamer notre première danse. Sur notre chanson, si on pouvait dire les choses comme cela. La première sur laquelle on avait dansé au premier bal où je t'avais emmenée. Mes bras autour de ta taille, je ne manquai pas les nouvelles larmes qui se mirent à rouler sur tes joues. Souriant tendrement, je déposai des baisers sur ces dernières, qui avaient un goût bien plus salé que d'habitude. « Tu vas avoir mal aux yeux à force de pleurer bébé » fis-je doucement en continuant de danser, te gardant tout contre moi. Ce qui était loin d'être notre position lorsque nous avions dansé pour la première fois sur cette chanson. A l'époque mes mains étaient sagement déposées sur tes hanches et je te tenais à bout de bras. Alors qu'actuellement, j'avais passé mes bras autour de ta taille et te tenait tout contre moi. Et je déposai par la suite un baiser sur ton front et dans tes cheveux. Nous avions toute la journée pour profiter l'un de l'autre, puisque j'avais choisi aujourd'hui spécialement pour qu'on puisse s'enfermer dans notre bulle sans être dérangés. D'ailleurs j'avais laissé mon téléphone à la maison.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 24/8/2015, 16:15



tomber dans ses yeux.



Tu allais devenir sa femme pour le restant de tes jours. Enfin, s’il voulait toujours de toi jusqu’au mariage. Il pouvait très bien changer d’avis puisque tu savais que ce mariage prendrait un long moment avant d’être organisé. Tu allais vouloir que tout soit absolument parfait pour que ça reste parmi les plus beaux jours de vos vies. Tu n’allais laisser aucuns détails au hasard. Tu avais toujours été une perfectionniste et ce n’était pas aujourd’hui que ça allait changer. Tu ne laisserais rien au hasard pour ce mariage. Heureusement, tu savais que tu allais pouvoir compter sur ta mère, ta soeur, ta belle-mère et tes belles-soeurs pour tout organiser. Tu savais qu’on ne vous laisserait pas tous seuls tous les deux à vous débrouiller. Déjà, il allait falloir définir en priorité le nombre de personnes que vous vouliez voir à votre mariage. Bon, déjà, tu savais que du côté de la famille de ton père, il n’y aurait pas grand monde. Si ton grand-père acceptait déjà de venir ça serait un miracle. Heureusement que du côté de ta mère, ils étaient moins chiants et se fichaient bien que Tybalt soit un Lesca. Enfin, vous aviez tout le temps pour songer à tout ça puisqu’il venait tout juste de te demander ta main et que tu étais la femme la plus heureuse sur cette planète à l’heure actuelle. Tu étais heureuse qu’il veuille de toi pour le reste de ses jours à ses côtés. Tu te demandais alors s’il avait demandé ta main à ton père avant de te poser la question. Ok, c’était un truc à l’ancienne qu’on ne faisait plus depuis longtemps et que ton père lui aurait probablement dit non s’il lui avait posé la question. Ton père, et ce n’était pas nouveau, ne pouvait pas voir Tybalt. Il aurait aimé que le fils Lesca se tienne loin de sa petite fille chérie. Il avait assez tenté de vous mettre des bâtons dans les roues pour que tu saches qu’il ne lui aurait probablement jamais laissé ta main. Mais, tu savais aussi que c’était le genre de petites choses que ton père appréciait. Il était toujours très vieux jeu alors ça aurait peut être apporté quelques points à Tybalt s’il l’avait fait. Surtout qu’en plus, ton papa commençait à faire des efforts et il tolérait un peu mieux ta relation avec le beau tatoué. Tu savais bien qu’il ne l’accepterait jamais entièrement. Tu savais que là dessus, tu devais le décevoir. Mais, jamais tu ne changerais d’avis. Tybalt était l’homme de ta vie et ça ne changerait jamais. Ton père pouvait penser ce qu’il voulait, tu resterais amoureuse jusqu’à la fin de tes jours et même encore après. Tu savais que s’il y avait une nouvelle vie après la mort, tu ferais en sorte de le retrouver pour passer une nouvelle vie à ses côtés. Et, tu renouvellerais cette opération jusqu’à la fin des temps pour être avec lui à l’infini. Il était le soleil qui permettait de t’épanouir si tu devais être une fleur. Jamais tu ne pourrais marcher sans lui à tes côtés. Il était tout pour toi, réellement tout. Tu savais que jamais personne ne comprendrais ça et tu savais que ton père le comprendrait encore moins. Mais, tant qu’il le tolérait et qu’il arrêtait ses manigances pour vous séparer, ça t’allait. Tu regardais ton chéri en te mordillant la lèvre. La question te brûlait les lèvres alors il fallait que tu lui en fasses part.  « Bébé, je peux te poser une question que tu vas probablement trouver débile ? » Mais tout cela était trop beau pour être vrai alors tu te mettais à paniquer en imaginant que tu étais peut être en de délirer et que tout ça se passait dans ta tête. Mais, ça ne durait pas plus de deux minutes puisqu’il te rassurait en te proposant de te redemander en mariage demain s’il s’agissait d’un rêve. Tu ne pouvais t’empêcher de sourire en lui confiant que tu étais rassurer concernant le fait de réellement devenir sa femme. Tu riais doucement, tes yeux plongés dans les siens quand il te proposait de te pincer aussi pour t’assurer que tu étais bien réveillée. Tu secouais toujours la tête en riant  « Non ça va bébé. Mais, tu peux peut être m’embrasser à la place ? » Ok, tu l’avouais, tu étais complètement accro à ses lèvres et tu ne pouvais pas te passer de l’embrasser. Tout était un bon prétexte pour que vos lèvres puissent se trouver contre celles de l’autre. Tu aimais cette sensation de douceur qu’il y avait toujours dans vos baisers même pour ceux qui étaient plus sauvages. Même dans les moments torrides, il y avait toujours cette pointe de douceur et d’attention caractéristique de votre couple. Tes yeux se baladaient sur le toit pour découvrir un peu mieux l’environnement. Tout était beau, tout était merveilleux. Tu ne pouvais t’empêcher de le lui dire d’ailleurs en le remerciant pour tout ça.  « C’est l’un des plus beaux jours de ma vie bébé. » Tu luttais tant bien que mal avec l’émotion qui t’envahissait sans cesse. Trop de bonheur d’un coup et tu pleurais une nouvelle fois. Les larmes dévalaient sur tes joues alors que tu le suivais pour aller danser sur votre chanson. La chanson de votre première danse au bal. Tu avais ces instants gravés à jamais dans ta mémoire comme tous les autres que tu avais passé avec Tybalt. Tu te rappelais des moindres détails des moments passés avec lui. Tu avais eut tellement peur de le perdre à de nombreuses reprises que tu t’étais toujours assurée de vivre chaque moment avec lui comme le dernier. Tu le savais, tu risquais de le perdre à chaque moment. Même s’il venait de te demander en mariage, la crainte de le perdre un jour ne disparaissait pas de ton esprit. Tu ne voulais aucunement le voir s’éloigner de toi, de voir une autre fille te le voler. C’était d’ailleurs pour ça que tu étais aussi jalouse. Voir une autre fille que toi te rendait malade. Tu n’arrivais pas à le supporter. Ton amoureux avait d’ailleurs déteins quelque peu sur toi car tu en étais venue aux mains plus d’une fois. Une rage intérieure t’animer quand tu voyais une fille le draguer, le toucher ou autre et tu avais juste envie de la détruire. C’était une autre partie de toi qui prenait le contrôle, ta jalousie était maîtresse ce qui faisait que tu n’hésitais pas à frapper. Tu comprenais maintenant très bien pourquoi il en était venu aux mains avec certains garçons un peu trop proches de toi. Pourtant, tu ne le cautionnait pas. Tu détestais la violence et tu t’en voulais toujours lorsque tu frappais une fille qui l’avait approché. Blottie dans ses bras pour danser, tu relevais tes yeux remplis de larmes de bonheur sur lui. Tu lui souriais tendrement en l’entendant te dire que tes yeux allaient te faire mal à force de pleurer. Tu haussais les épaules.  « Tu sais, j’y peux rien bébé. Tu me rends tellement heureuse. Tu n’imagines même pas à quel point. » Tu blottissais ta tête contre son torse alors que tes bras se serraient autour de lui et tu murmurais :  « Je t’aime. Depuis toujours et pour toujours. » Tes doigts caressaient doucement son dos alors que tu continuais de danser avec lui lentement sur la musique. Tu voulais que ce moment dure toujours. Tu voulais que chaque jour soit toujours aussi beau que celui-ci. Tu ne voulais pas que quelqu’un vienne un jour gâcher votre bonheur. Tout en restant blottie contre lui, tu lui demandais :  « Tu restes avec moi pour le reste de la journée hein ? » Tu n’avais pas envie de passer le reste de la journée loin de lui. Tu voulais pouvoir être dans ses bras à lui rappeler à quel point tu étais amoureuse et chanceuse qu’il veuille de toi comme future femme. Mais, tu savais aussi que depuis qu’il avait signé avec la maison de disque, il avait plus d’obligations. Il était plus souvent absent même si tu passais toujours énormément de temps avec lui. De toute façon, lorsqu’il te manquait trop, tu n’hésitais pas à te rendre au studio juste pour pouvoir le regarder travailler et être un peu avec lui. Tu n’avais pas besoin d’être tout le temps collée à lui. Juste le voir te rendait heureuse.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 24/8/2015, 20:41



Puisqu'on est jeunes et consCamille & Tybalt



Je restai silencieux quelques instants, te laissant ainsi le temps d'assimiler toutes les choses qui venaient de nous arriver. Et honnêtement, de mon côté, j'avais besoin de temps également pour réaliser que tu m'avais dis oui. D'un côté j'avais envie de le crier sur tous les toits parce que c'était sans doute la chose qui me rendait le plus heureux du monde, mais d'un autre côté j'avais envie que cela reste encore un peu notre petit secret. Une espèce de prolongement de ce moment, plein de tendresse, d'amour et de complicité. Ce qui faisait que nous étions nous, après tout. Parce que tu n'étais pas seulement ma copine, enfin ma fiancée maintenant, tu étais aussi ma confidente et ma meilleure amie. De loin la personne qui me connaissait le mieux au monde, quoiqu'il arrive. Je ne m'étais jamais confié à qui que ce soit comme je le faisais à toi. Pas même à Anna, c'était dire. Je me perdais un peu dans mes pensées, avant d'entendre ta voix et de croiser une nouvelle fois tes beaux yeux bleus. Ma couleur préférée depuis que je t'avais rencontrée. « Bébé, je peux te poser une question que tu vas probablement trouver débile ? » Je te souris doucement, caressant par la même occasion doucement ton visage. « Tu viens d'accepter de m'épouser, tu peux me demander tout ce que tu veux » plaisantai-je avec un sourire en coin. Sans compter que j'étais intrigué de voir ce que tu avais à me demander.

Tu semblais avoir du mal à réaliser que tout cela était bien réel, si bien que j'en vins à te proposer de te pincer. Aucune violence là-dedans, c'était naturellement pour jouer. « Non ça va bébé. Mais, tu peux peut être m’embrasser à la place ? » Je souris en coin. « Va savoir pourquoi, je préfère cette proposition me convient tout à fait aussi » fis-je malicieusement avant de déposer tendrement mes lèvres sur les tiennes. Pour un long et doux baiser, qui se prolongea de quelques secondes. Le temps que nous permettait nos souffles et nos poumons respectifs, dans le fond. J'avais envie que tu te souviennes de cette journée dans le moindre détail, et j'avais donc mis les petits plats dans les grands pour ce moment. Il fallait absolument que tout soit à ta hauteur, sinon jamais je ne me le pardonnerais. Il ne manquerait plus que cette demande en mariage soit passable, voir carrément médiocre. Je ne m'en remettrais pas, je crois. « C’est l’un des plus beaux jours de ma vie bébé. » Je te souris tendrement, avant de déposer une nouvelle fois mes lèvres sur les tiennes. Quelques instants plus tard nous nous trouvions en train de danser, collés l'un contre l'autre. Tu pleurais encore une fois, et même si ce n'était que des larmes de bonheur je n'aimais pas forcément te voir pleurer. « Tu sais, j’y peux rien bébé. Tu me rends tellement heureuse. Tu n’imagines même pas à quel point. » Je te souris une nouvelle fois, embrassant ton front cette fois. « Si tu es à moitié heureuse que ce que moi je le suis, c'est déjà ça bébé » fis-je, toujours en souriant. « Je t’aime. Depuis toujours et pour toujours. » Je souriais toujours, et mon sourire s'agrandit lorsque je sentis tes caresses et tes papouilles tendres, dans mon dos notamment. J'aimais ces câlins avec toi, même si je n'étais pas très démonstratif de manière générale. « Je t'aime aussi bébé » fis-je tendrement en caressant tes cheveux à l'aide de mes lèvres. « Tu restes avec moi pour le reste de la journée hein ? » Ta question faisait écho à mes pensées d'il y a à peine quelques secondes, et je ne pus m'empêcher de sourire en le réalisant. Comme quoi, nous étions complètement et définitivement connectés l'un à l'autre. Peu importe le sujet qu'on évoquait et celui qui était mis sur le tapis. C'était à mon avis la preuve ultime que nous étions fait l'un par l'autre. « Bien sûr bébé. J'ai pas prévu grand chose, mais je me disais qu'on pouvait rentrer quand on en aurait marre, commander chez le traiteur et passer la soirée que tous les deux. A moins que tu veuilles sortir pour aller fêter ça, mais au pire je peux nous faire des cocktails maison » proposai-je en souriant. Nous avions plein de possibilités, et je voulais te laisser le choix. C'était ta journée, je voulais te faire faire tout ce qui te faisait envie.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 26/8/2015, 16:53



tomber dans ses yeux.



Tu le regardais alors qu’une question que tu considérais comme stupide te brûlait les lèvres. Après tout, c’était vraiment débile de vouloir savoir s’il avait demandé ta main à ton père avant de te la demander à toi parce que de toute façon, même si ton père avait été contre tu aurais dit oui à ton chéri. Puis, tu savais bien que ton père n’allait pas être d’accord avec ce mariage mais tu ne lui laissais pas vraiment le choix. Il allait de devoir l’accepter ou alors prendre sur lui s’il voulait être présent à votre mariage. Quoique, tu dois bien avouer que s’il venait à ne pas être présent à ton mariage, tu serais fortement déçue et tu le vivrais très mal. Tu te voyais déjà en robe de princesse, ton père t’amenant aux côtés de Tybalt. Tu ne voyais pas d’autres possibilités. Tu voulais ton papa à tes côtés et c’était tout. Car, malgré son comportement ignoble avec Tybalt, tu ne pouvais pas t’empêcher d’aimer ton père. Il restait tout père malgré tout. Tu avais toujours été proche de lui. D’ailleurs, tu regretterais probablement tout le reste de ta vie qu’il n’ai pas été aussi présent que tu l’aurais voulu. Il avait toujours fait passer son travail en premier en pensant bien faire, en pensant que l’argent qu’il ramenait à la maison vous comblait de bonheur. Alors c’est sûr, tu ne pouvais pas dire que tu n’en avais pas profité. Mais, à choisir tu aurais préféré moins d’argent et plus voir ton père. Enfin bref, tu regardais toujours Tybalt et tu ne pouvais t’empêcher de rire doucement quand il te disait que vu que tu venais d’accepter de l’épouser, tu pouvais lui demander tout ce que tu voulais.  « Très bien, je le note bébé » Tu lui déposais un petit baiser sur la joue avant de te reconcentrer sur ta question de base. Tu venais jouer avec tes doigts dans tes cheveux alors que tu le regardais toujours.  « Euh.. tu as demandé à mon père ma main avant de me demander ? » Ok, tu trouvais que ça avait l’air encore plus stupide maintenant que c’était sortit d’entre tes lèvres et tu te mettais à rougir. Tu trouvais vraiment cruche d’avoir voulu lui demander ça. Tu aurais franchement pu t’abstenir de poser cette question. Il n’y avait que dans tes films à l’eau rose où le garçon allait demander la main de la fille à son père. Dans les films à l’eau de rose ou à l’époque de tes grands-parents. Autant dire que là ce n’était ni l’un, ni l’autre. Mais, tout cela semblait tellement irréel qu’il l’avait peut être bien fait. Tu avais du mal à réaliser que tu allais te marier avec lui, avec l’homme de ta vie. D’ailleurs, tu lui conseillais de te faire un bisou plutôt que de te pincer pour vérifier ça. Car, après tout, on disait bien que c’était le baiser du prince qui réveillait la princesse. Blanche neige et la belle au bois dormant pouvaient l’affirmer. Tu ne te réveillais pas après que ton chéri t’ai donné un baiser alors ce que tu ne vivais pas un rêve. Quoique si. Tu vivais un rêve éveillé en fait. Tout était tellement merveilleux et beau dans ce qu’il avait fait. Il s’était donné beaucoup de mal pour que tout soit parfait. A tes yeux, tout ça était même plus que parfait. Tu n’aurais jamais pu rêver mieux et tu savais que jamais personne au monde n’avait eu ou n’aurait jamais une aussi belle demande en mariage que la tienne. C’était l’un des plus beaux, si ce n’est le plus beau jour de ta vie. Ce moment resterait gravé dans les moindres détails dans ta mémoire à tout jamais. D’ailleurs, ce n’était pas parce que tu pleurais que tu n’étais pas heureuse. Au contraire, tu étais la personne la plus heureuse sur Terre à l’heure actuelle. D’ailleurs, tu avais bien envie d’hurler au monde entier à quel point tu étais heureuse, à quel point Tybalt Lesca était l’homme le plus merveilleux au monde. Tu souriais en le sentant déposer ses lèvres sur ton front.  « Je ne suis pas qu’à moitié heureuse bébé. Je suis la femme la plus heureuse au monde. » Tu ne pouvais t’empêcher de déposer une nouvelle fois tes lèvres contre les siennes. Tu aimais lui montrer tout l’amour que tu ressentais pour lui au travers de vos baisers. Tu aimais aussi utiliser les mots pour le lui dire et c’est d’ailleurs ce que tu faisais immédiatement alors que tu le câlinais doucement comme tu avais toujours aimé le faire. Tu te serrais doucement dans ses bras en ayant aucune envie de te séparer de lui. Tu avais envie de rester au creux de ses bras pour toujours. Tu voulais être là pour l’éternité. Si tu l’avais pu, tu aurais mis le temps sur pause histoire de pouvoir profiter encore toujours plus. Tu étais accro à lui et tu ne voulais te soigner de ça pour rien au monde. En tombant amoureuse de lui, tu avais attrapé la plus merveilleuse des maladies. Une maladie que tu ne soignerais jamais. De toute façon, c’était bien simple, elle était incurable. Toujours contre lui, tu lui demandais s’il t’avait réservé sa journée. Si ça n’était pas le cas, tu ne lui en voudrais pas même si tu serais probablement un peu déçue de devoir le quitter. Mais, en aucun cas tu ne pourrais lui en vouloir. Tu comprenais très bien que tu ne pourrais plus l’avoir autant qu’avant avec sa carrière de chanteur qui venait de démarrer. Même si ça ne t’enchantais pas plus que ça, tu allais devoir le partager avec ses fans. Cependant, tu étais tout de même heureuse que ça marche pour lui. Et de toute façon, tu restais sa première fan et personne ne pourrait jamais piquer ta place. Il pouvait avoir toutes les groupies du monde, tu savais que tu resterais la seule qu’il aimait et la seule à passer la nuit dans son lit. La bague que tu portais à présent autour du doigt en était la preuve officielle. Il allait être ton mari et peu importe les filles qui lui tournait autour, il était à toi et tu étais à lui. Enfin, devenir sa femme n’allait pas t’empêcher d’être jalouse. Ce n’est pas parce que vous alliez vous marier que tu laisserais d’autres filles s’approcher. Oh que non. Jamais de la vie ça n’arriverait. Tu ne pouvais t’empêcher d’avoir un grand sourire quand il t’annonçait qu’il n’avait pas prévu grand chose. Tu hochais la tête  « Tout ça me va bébé. Je veux juste être seule avec toi pour la journée. Je n’ai pas envie que l’on croise du monde. Je veux juste être égoïste et qu’on profite rien que nous deux de notre bonheur. » Tu déposais doucement tes lèvres sur les siennes alors que vous dansiez toujours au rythme de la musique. Tu voulais être juste avec lui. Tu voulais passer la journée avec ton fiancé et ne croiser personne d’autre. Les gens avaient bien le temps avant d’apprendre pour vous deux. Aujourd’hui, c’était juste lui et toi. Personne d’autre.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 27/8/2015, 19:11



Puisqu'on est jeunes et consCamille & Tybalt



Une question semblait trotter dans ton esprit et te brûler la langue, et comme toujours je te donnais la confirmation que tu pouvais me demander quoique ce soit. Même si je pris cette fois le soin de préciser que tu pouvais me demander tout ce que tu voulais, étant donné les circonstances. Tu venais d'accepter de m'épouser, et tu aurais pu me demander à peu près tout et n'importe quoi je crois. « Très bien, je le note bébé » Ma réponse sembla t'amuser et je t'offris un sourire en coin, fameuse pièce de collection de ma boutique à sourire. Dont je sais très bien tiré les avantages quand il s'agit de te faire craquer, soit dit en passant. Mais tu ne te privais pas pour le faire, et en plus tu avais de ton côté l'option yeux bleus incroyables qui me donnent envie de mourir. On ne luttait clairement pas à armes égales. Mais tant pis, tu pouvais faire de moi ce que tu voulais. Reportons notre attention sur la question que tu souhaites me poser. « Euh.. tu as demandé à mon père ma main avant de me demander ? » Alors là... J'avoue que j'étais très loin de m'attendre à ce que tu me poses cette question. Et la réponse est non, clairement. Je ne crois pas que ton père aurait accepté de me donner ta main de toute manière. « Oh... Non » fis-je en fronçant pensivement les sourcils. « J'aurais du tu crois? » ajoutai-je en me sentant me décomposer un peu. En vérité, je n'avais parlé à personne de cette demande en mariage. Pas parce que je ne voulais pas que les gens ne sachent pas, mais puisque tu étais la principale concernée je voulais que tu sois la première au courant. Moi mis à part, naturellement.

Honnêtement, j'étais sans doute l'homme le plus heureux de toute la terre. Non, de tout l'univers. La femme que j'aimais au-delà de tout venait d'accepter de se marier avec moi, je ne pouvais rien demander de plus. Et j'espérais que tu étais toi aussi heureuse de ton côté. « Je ne suis pas qu’à moitié heureuse bébé. Je suis la femme la plus heureuse au monde. » Je ne pus que sourire en entendant ces mots, avant d'échanger un baiser avec toi. « J'espère te rendre autant heureuse que je le suis » Nous étions en extérieur certes, mais il n'y avait que nous et les circonstances étaient différentes. Je voulais profiter au maximum de ces instants et ne rien oublier. Chaque seconde était importante, ou du moins c'était l'idée que je m'en faisais. On ne demandait qu'une seule fois à la femme de sa vie de l'épouser après tout. Bien qu'il y ait ces histoires de renouvellements de voeux, c'est vrai. Mais concentrons-nous sur le présent. Toi, moi, le haut de l'immeuble de mes parents, la musique et notre plage privée. Je n'avais pas fait de plan pour le reste de la journée, à la seule précision que je voulais la passer entièrement avec toi. Je n'avais pas envie qu'un pote collant ou quelqu'un d'autre vienne se greffer à nous. Je supportais de toute manière que très modérément quand quelqu'un débarquait à l'improviste et nous empêchait de passer des moments en amoureux. « Tout ça me va bébé. Je veux juste être seule avec toi pour la journée. Je n’ai pas envie que l’on croise du monde. Je veux juste être égoïste et qu’on profite rien que nous deux de notre bonheur. » Je te souris, heureux de savoir que tu étais sur la même longueur d'onde que moi. On était assez exclusif dans notre relation, mais je ne savais pas si tu étais comme moi dérangée par le fait d'être dérangés quand on était que tous les deux. Sauf quand on prévoyait de voir du monde, naturellement. « Ça me va parfaitement » souris-je en relevant ton visage vers moi pour déposer un nouveau baiser sur tes lèvres. « J'ai envie qu'on soit que tous les deux. Je n'ai pas envie de te partager aujourd'hui. Enfin, encore moins que d'habitude » ajoutai-je malicieusement, faisant malicieusement allusion à ma jalousie et ma possessivité chroniques.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 31/8/2015, 21:48



tomber dans ses yeux.



Voilà, tu avais posté la question débile qui te trottait dans la tête depuis quelques minutes à ton chéri. Tu le regardais en attente de sa réaction pour savoir s’il ne trouverait pas ça trop débile. Tu ne lâchais pas son visage du regard. T’avais même un peu honte de lui avoir demandé ça parce que c’était complètement passé de mode ce genre de trucs. Tu le voyais être surpris par la question que tu venais de lui poser.Tu venais mordiller nerveusement comme tu le faisais toujours lorsque quelque chose te stressait. Il n’avait pas demandé à ton père comme ile te l’apprenait à l’instant. Tu ne pouvais pas dire que tu étais surprise de ça. Tu te doutais bien qu’il n’y avait même pas pensé et que de toute façon ton père n’aurait jamais été d’accord. Tu haussais les épaules quand il te demandait s’il aurait du.  « Je sais pas bébé. Il t’aurait dit non mais je sais que c’est quand même le genre de choses qu’il aime. » Ton père était vieux jeux et ce n’était pas nouveau. Il aurait été parfait pour vivre au XIXe siècle. Tu étais du genre à bien imaginer ton père dans un roman de Maupassant ou de Flaubert. Tiens Bel Ami aurait pu très bien lui convenir avec les mariages imposés et tout ce genre de trucs. Enfin bref, vous n’étiez pas là pour parler de ton père mais là parce que ton chéri venait de te demander en mariage. D’ailleurs, vous étiez en train de danser sur la mini plage qu’il avait préparé cette nuit avant de venir te réveiller pour venir ici. D’ailleurs, tu ne regrettais pas qu’il t’ai réveillé si tôt. Toute la fatigue s’était d’ailleurs évaporée, tu étais bien en forme et tu pouvais passer la journée complète avec lui sans avoir besoin de faire une sieste. Enfin, une sieste avec lui tu ne serais pas contre non plus. Quoique, vous ne dormiriez pas forcément beaucoup. Vous étiez plus du genre à vous faire des câlins plutôt que dormir. Il fallait bien avouer que vous étiez des chauds lapins et heureusement que tu prenais la pilule car sinon tu aurais des enfants depuis un moment. Tu te souvenais d’ailleurs très bien de votre dernier séjour en Corse. Tu avais crû être enceinte et ça avait été la panique. Ni Tybalt, ni toi n’étiez encore prêts pour avoir un enfant. Le mariage était déjà une grande étape dans votre vie et les enfants vous y penseriez plus tard. Tu voulais profiter de lui tout seul. Tu voulais que ce soit lui et toi, juste vous deux. Tu voulais passer encore quelques années seule avec ton chéri. Tu voulais encore pouvoir passer des moments comme ce matin. Tu voulais pouvoir improviser des trucs totalement fous et insouciants sans avoir à réfléchir aux conséquences. Tu étais trop jeunes encore pour penser aux conséquences. Tu voulais profiter de la vie. Tu avais déjà bien assez de pression avec tes cours et ton boulot au zoo, tu n’avais pas du tout envie de rajouter un bébé là dedans. Et puis, Tybalt venait tout juste de lancer sa carrière alors tu voulais qu’il puisse profiter de sa célébrité. Tu n’avais pas envie qu’il ai de questions à se poser s’il venait à rentrer tard à cause d’une cérémonie de tu ne sais quoi ou parce qu’il était coincé au studio d’enregistrement. Et puis, sans môme, tu pouvais toujours l’accompagner alors qu’avec un bébé, tu ne pourrais pas y aller. Tu n’allais pas trimballer ton mioche jusque tard le soir dans des endroits où il n’avait rien à faire. Non non, juste vous deux c’était l’idéal pour le moment. Tu voulais rester comme ça et quand vous seriez assez matures vous en reparleriez. Tu allais d’ailleurs passer la journée toute seule avec l’amour de ta vie. Tu n’avais aucune envie que quelqu’un vienne s’incruster avec vous durant votre journée de fiançailles. Si tu l’avais pu, tu l’aurais emmené sur une île déserte pour être certaine de ne jamais être dérangée. D’ailleurs, ton chéri semblait être d’accord avec toi concernant le fait de vouloir passer du temps seul avec toi. Il semblait lui aussi vouloir te garder rien que pour lui. Vous étiez tous les deux très jaloux et très possessifs l’un envers l’autre. Il fallait bien avouer que vous auriez préféré être isolé du reste du monde. Mais, c’était impossible et il y avait très souvent des scènes de jalousies. C’est bien simple, tu ne supportais pas qu’une fille le regarde et lui ne supportait pas qu’un homme te regarde. Il aurait fallu que le reste du monde soit aveugle et déjà les choses auraient été bien plus simple. Quoique, tu étais certaines que ton chéri pouvait faire tomber une fille amoureuse rien qu’en lui parlant. En même temps, tu ne pouvais pas trop en vouloir aux autres filles vu que ton chéri était parfait. Mais, il était à toi, rien qu’à toi. C’était même officiel maintenant. Tu le regardais en souriant et prolongeant même son baiser quand ses lèvres venaient à la rencontre des tiennes. Tu l’embrassais une nouvelle fois à en perdre tout ton souffle. Tu aimais l’embrasser de cette manière. Tu aimais lui montrer à quel point tu l’aimais à travers tes baisers. Tu y mettais tout l’amour du monde. Tu étais d’ailleurs suspendue à son cou, sur la pointe des pieds.  « J’en ai envie aussi bébé. J’aimerais pouvoir t’emmener sur une île déserte pour t’avoir rien que pour moi pour aujourd’hui. » Tu souriais malicieusement avant de lui proposer.  « D’ailleurs, j’ai une idée. Si on trouvait un endroit où disparaitre pour la journée. Aller où quelqu’un ne nous trouvera pas. » Tu ne savais pas où vous pourriez aller mais tu avais envie de pouvoir partir et laisser derrière vous vos portables et tout le reste. Tu voulais en quelque sorte disparaitre sans laisser de traces, comme si vous n’aviez jamais existé. Vous auriez d’ailleurs bien le temps de retrouver votre train train quotidien dès demain. Aujourd’hui, tu voulais juste que la journée reste exceptionnelle. Tu voulais passer la meilleure journée de ta vie. Autant dire qu’elle avait plus que bien commencé avec la merveilleuse demande en mariage que l’amour de ta vie t’avait faîte.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 1/9/2015, 11:30



Puisqu'on est jeunes et consCamille & Tybalt



Pour tout avouer, je me sentais mal à l'aise tout d'un coup. L'idée d'en parler à tes parents ou à ton père avant de te faire cette demande ne m'avait traversé l'esprit à aucun moment. J'avais fais les choses tout seul de A à Z, un peu comme cela avait toujours été le cas lors de notre relation. Nos familles avaient réagi complètement différemment en apprenant notre mise en couple, mais mes parents avaient toujours été d'un grand soutien pour nous deux. Je n'avais jamais craché sur le dos de tes parents devant les miens, mais je n'avais pas besoin d'expliquer certaines choses lorsque je revenais à la maison en faisant la tronche. Notamment le jour où il m'avait mis à la porte de chez toi, alors que nous aurions du avoir la journée entière pour la passer ensemble. Et ils ne me forçaient jamais à dire ce que j'avais sur le coeur, au bout de passés 20 ans à vivre à mes côtés, ils savaient que cela ne fonctionnerait pas. Il n'y a qu'avec toi que cela fonctionnait. Je n'arrivait jamais rien à te cacher de toute manière. « Je sais pas bébé. Il t’aurait dit non mais je sais que c’est quand même le genre de choses qu’il aime. » Bon je ne te cachais vraiment rien, mais là je pris sur moi pour ne pas te montrer à quel point je me sentais nul. J'avais l'impression d'avoir tout gâché. « Je... J'y ai pas pensé » répondis-je après quelques secondes de silence. J'étais au supplice, vraiment. Limite j'avais envie de pleurer. Bien sûr il aurait dit non et il aurait refusé, mais au moins j'aurais respecté la vieille tradition. Finalement la piscine allait peut-être avoir un double intérêt et j'allais pouvoir tenter de m'y noyer à l'intérieur.

Le reste de la journée restait à programmer, et j'avais envie de faire ce que toi tu voulais faire. Glander à la maison avec les chiens, sortir faire la fête pour fêter nos fiançailles, aller à Disneyland... Peu importe, j'avais envie de te faire plaisir. Et nous avions une grande possibilité de choses possibles et imaginables à faire. L'argent n'était plus tellement un frein, à condition qu'on ne s'envole pas à Las Vegas pour descendre dans les plus grands hôtels pendant douze mois, certes. Mais tu n'étais pas vénale et à condition qu'on en dorme pas sous tente et parmi les petites bêtes, on ne devrait pas avoir trop de problème. « J’en ai envie aussi bébé. J’aimerais pouvoir t’emmener sur une île déserte pour t’avoir rien que pour moi pour aujourd’hui. » Je te souris en coin en me rappelant le nombre de fois où nous avions évoqué l'île déserte. Notamment pour apaiser notre jalousie mutuelle et s'assurer qu'aucun mâle ou aucune fille ne puisse porter son regard sur l'autre. A force j'allais vraiment me renseigner pour en acheter une. « Si on va sur une île déserte je risque de ne pas vouloir rentrer, tu sais? » fis-je malicieusement en te regardant. T'avoir que pour moi jusqu'à la fin de mes jours, je ne disais pas non. Clairement pas. « D’ailleurs, j’ai une idée. Si on trouvait un endroit où disparaitre pour la journée. Aller où quelqu’un ne nous trouvera pas. » Mon esprit se mit à fonctionner à cent à l'heure, cherchant un endroit dans lequel on pourrait se rendre et n'être que tous les deux. « Tu as une idée derrière la tête? » te demandai-je pensivement. Sinon il y avait plusieurs endroits où nous pourrions aller, très certainement. Il y avait le chalet de mes parents dans les Alpes suisses, celui de tes parents, une de leur maison dans le sud de la France... « Sinon on peut aller dans la maison de mes parents en Provence. Ou alors on prend leur bateau et on descend la Seine jusqu'où on veut » te proposai-je en souriant. Ce bateau nous avait déjà accueilli plusieurs fois sur son pont, et pas toujours pour faire des choses très catholiques. Mais je l'aimais bien, je crois que je savais très bien le piloter et puis j'avais toujours trouvé les étendues d'eau très apaisante. La petite piscine installée à nos pieds n'était pas là pour rien. « Ou on la remonte, si tu veux aller plus au nord » ajoutai-je en haussant les épaules. Le bateau n'était pas très grand, mais il y avait une cabine à l'intérieur, une salle de bain et une petite cuisine au cas où nous voulions nous faire à manger. Quoique ce serait peut-être mieux qu'on passe chez le traiteur ou dans un restaurant, qu'on prenne quelque chose à l'emporter et qu'on le réchauffe au four. Même si pour l'instant, nous étions à l'heure du petit-déjeuner. Si on prenait le bateau, on pourrait s'arrêter à un autre port pour manger.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 1/9/2015, 21:17



tomber dans ses yeux.



Tu n’en voulais pas à ton chéri de ne pas avoir demandé la permission à ton père. Tu te doutais bien qu’il n’y avait pas pensé. Ce n’était pas le genre de choses auxquelles on pensait facilement. Ca faisait bien longtemps que plus personne ne faisait ça. Sauf qu’avec ton père, c’était le genre de choses auxquelles il était bien de penser. Tu te mettais alors sur la pointe des pieds pour déposer un léger baiser sur ses lèvres. Tu ne lui en voulais aucunement de ne pas y avoir pensé.  « Ce n’est rien bébé. Il faut pas que tu t’en veuilles parce que toute façon on s’en fiche de ce qu’il pensera. » Tu voulais le rassurer et tu étais même venue caresser sa joue avec amour. Hors de question qu’il s’en veuille pour ça. Tu voyais bien qu’il ne se sentait pas bien à cause de ça et tu t’en voulais de lui avoir posé ça. Tu avais peur d’avoir gâché votre moment. Tu sentais bien que Tybalt était contrarié par tout ça. Tu venais déposer pleins de tendres baisers contre ses lèvres.  « Bébé, je veux pas que tu t’en veuilles de pas l’avoir fait. On s’en fou complètement de trucs de vieux que mon père aime bien » Tu lui faisais plein de baisers sur le visage pour qu’il comprenne réellement que ça n’avait pas d’importance à tes yeux. Tu voulais toujours être sa femme et ça ne changerait jamais. Jamais tu ne pourrais changer d’avis sur ce fait. Jamais, jamais de la vie tu ne changerais d’avis. Tu voulais être sa femme et c’est tout. Tu voulais aussi passer du temps seule avec lui. Tu ne voulais pas le partager aujourd’hui. Enfin, tu ne voulais jamais le partager mais aujourd’hui encore moins que d’habitude. Tu avais juste envie de l’avoir rien que pour toi pour que votre journée de fiançailles soit parfaite. D’ailleurs, l’idée de le kidnapper sur une île déserte te semblait être pas mal. Au moins, tu n’aurais pas à croiser d’autres gens et tu ne risquais pas de te prendre la tête avec une noix de coco qui regarderait ton chéri. Quoique, tu étais bien capable de râler parce qu’un oiseau ou un poisson s’approchait trop près de lui. Oui, tu pouvais parfois être un peu excessive comme fille. Mais, tu ne pouvais rien y faire si tu étais folle amoureuse de Tybalt et que tu n’avais aucune envie de le partager avec quelqu’un d’autre. Tu le voulais juste pour toi et c’est tout. C’était l’amour de ta vie après tout. Tu riais doucement lorsqu’il te disait que si vous partiez sur une île déserte, il y avait de fortes probabilités pour que vous ne rentriez pas.  « Moui c’est vrai que c’est tentant. Mais faut prendre nos bébés hein ? » Tu faisais une petite moue. Tu voulais bien disparaitre sur une île avec ton amoureux. Mais, tu ne voulais pas laisser vos animaux ici. Tu voulais tes chiens et ton chat avec vous. Tu les considéraient un peu comme ton bébé après tout. Ils faisaient partit de votre famille en quelque sorte. Ok, certains diraient que tu étais grave à te comporter comme ça avec tes animaux. Oui, tu l’avouais que tu étais grave et que tu faisais de l’anthropomorphisme avec eux. Tu étais allais un peu loin avec eux parfois en te rendant malade les fois où ils n’étaient pas bien. Tu n’arrivais pas à le supporter et tu savais que tu étais aussi excessive quand il arrivait quelque chose et tu réagirais de la même façon s’il arrivait un truc à votre futur bébé. Enfin là, pas question de te remémorer les pires choses, tu passais un bon moment avec ton chéri. Tu proposais alors à Tybalt de disparaitre pour la journée. Pouf, comme si vous n’aviez jamais existé. Tu voulais partir sans que personne ne sache où vous seriez. Tu voulais que ce juste lui et toi. Tu secouais la tête lorsqu’il te demandait si tu avais une idée derrière la tête. Non, tu n’avais pas réfléchis plus loin que le fait que tu veuilles partir rien qu’avec lui. Tu faisais un grand sourire en entendant les propositions de Tybalt.  « Han oui partir avec le bateau est une super idée ! » Tu aimais beaucoup cette idée. Tu adorais aller sur le bateau de tes beaux-parents et pas juste pour y faire des cochonneries. Tu aimais te poser de façon à pouvoir dévorer ton chéri des yeux pendant qu’il conduisait le bateau. Puis, tu dois bien avouer que tu avais bien aimé faire le cliché de Titanic sur le bateau. C’était en plus hyper apaisant de voguer sur l’eau. Le paysage défilait lentement et vous aviez le temps de vous poser pour le regarder d’un peu plus près. Puis, vous pourriez dormir dessus si jamais vous partiez trop loin.  « En plus, avec le bateau on sera rien que tous les deux. Pas de télé, d’ordinateur ou de téléphone portable pour nous distraire. Ca te dérange pas hein si on laisse les téléphones ici pour juste la journée ? » Tu n’avais pas envie qu’il y ai quelque chose pour vous distraire. Tu voulais être isolée avec lui. Tu savais bien que si vous aviez vos portables, il y aurait forcément quelqu’un pour venir vous distraire. Tu jouais tendrement avec ses doigts, déjà bien emballée à l’idée de faire une sortie en bateau à l’écart du reste du monde.  « Mais, on passe faire quelques courses avant d’y aller pour manger sur le bateau ? » Tu lui proposais ça car ton ventre venait de crier famine. Il était en train de se rappeler à toi et il fallait que tu avales quelques chose, ce que tu n’avais pas fait depuis la veille.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 1/9/2015, 22:09



Puisqu'on est jeunes et consCamille & Tybalt


J'ai du mal à te cacher que mon oubli me met mal à l'aise et me rend carrément triste. Enfin, je le cache, là n'est pas la question. Simplement à force d'être avec moi tu as appris à lire au-travers des lignes et à comprendre les choses plus facilement. Tu maitrisais le Tybalt, si on pouvait dire les choses comme cela. C'était à double tranchant quelques fois. Mais de manière générale cela me rendait bien service que tu arrives à lire dans mon esprit comme tu le faisais. Je n'avais pas toujours les bons mots pour expliquer ce que je ressentais et ce que je pensais suivant les situations. Mais tu n'avais cas me regarder quelques secondes pour tout comprendre. « Ce n’est rien bébé. Il faut pas que tu t’en veuilles parce que toute façon on s’en fiche de ce qu’il pensera. » J'acquiesçai vaguement d'un signe de tête, guère convaincu par ce que tu venais de dire. Malgré le fait que tu ai été en froid avec tes parents et ta famille pendant quelques temps, je savais que l'avis et l'opinion de ton père avaient de l'importance. Tu ne m'aurais pas posé la question si cela n'avait pas été le cas. « Bébé, je veux pas que tu t’en veuilles de pas l’avoir fait. On s’en fou complètement de trucs de vieux que mon père aime bien  » Je souris doucement, spécialement aidé par tes baisers, c'est vrai. « Je suis désolé de ne pas y avoir pensé. Pour tout t'avouer je n'en ai parlé à personne. Je voulais que tu sois la première à le savoir » avouai-je en haussant doucement les épaules. Encore une fois, tu étais la principale concernée. C'était donc normal, non?

Nous parlions de nous rendre sur une île déserte, et l'idée me paraissait séduisante. A toi aussi apparemment. T'avoir rien que pour moi, c'était particulièrement séduisant. « Moui c’est vrai que c’est tentant. Mais faut prendre nos bébés hein ? » Je souris et levai les yeux au ciel. Les chiens et Cobain, naturellement. Tu étais la seule de nous deux à les appeler "nos bébés", même si je les adorais tous autant qu'ils étaient, je les appelais nos animaux. Mais je ne te jugeais pas, et je trouvais cela adorable. Même si c'était assez dur à gérer quelques fois, je me souvenais encore parfaitement des fois où tu revenais complètement détruite de tes journées, lorsque tu travaillais au refuge. « En vrai tu veux être avec moi mais tu ne peux pas te passer d'eux hein? » fis-je malicieusement. Je te taquinais, parce que nous étions déjà partis en vacances que tous les deux. Sans les animaux, sans tes "bébés". D'ailleurs nous allions partir pour au moins un jour toi et moi. Je te proposai plusieurs solutions, et te laissai le choix par la suite. « Han oui partir avec le bateau est une super idée ! » Je souris et acquiesçai d'un signe de tête. Je savais que tu aimais le bateau autant que moi, cela nous faisait déjà un gros point commun. « En plus, avec le bateau on sera rien que tous les deux. Pas de télé, d’ordinateur ou de téléphone portable pour nous distraire. Ca te dérange pas hein si on laisse les téléphones ici pour juste la journée ? » Je te souris, repoussant une de tes mèches de cheveux derrière ton oreille. « Pas du tout. Le mien est sur la table de nuit à la maison actuellement » répondis-je avec un sourire. C'était peut-être un peu irresponsable, mais tu étais avec moi et tu avais ton téléphone. Du moins jusqu'à ce que tu l'éteignes toi également. Mais je l'utilisais surtout pour toi et pour mon travail ces derniers temps. Avec les membres de ma famille et mes amis, naturellement. D'ailleurs il faudrait que je passe voir Louis, un de ces quatre. Mais passons. « Mais, on passe faire quelques courses avant d’y aller pour manger sur le bateau ? » Je te souris une nouvelle fois avant de déposer un baiser sur tes lèvres.

« Je comptais passer nous chercher un petit-déjeuner pour le manger sur le bateau » fis-je en te souriant toujours. J'insistais toujours pour que tu manges quand tu n'avais rien dans le ventre ou quand tu sautais un repas, craignant que tu fasses un malaise ou quelque chose dans ce genre-là. Avec ton métier et ta passion, c'était particulièrement dangereux de ne rien manger. Alors ce n'était sûrement pas pour oublier de te nourrir quand tu passais la journée avec moi. « Et je me disais qu'on pouvait s'arrêter où on se trouvera quand on aura faim à déjeuner ou à dîner » ajoutai-je en souriant doucement. « On y va maintenant? » Maintenant que nous avions préparé nos projets, je mourrais d'envie de les mettre à exécution. Et si tu voulais encore danser, nous pourrions sans problème le faire sur le bateau. Il n'y avait pas Internet et compagnie, mais une radio avec plusieurs CD's à disposition. Des appartenant à mes parents, mais il y avait également des compiles que mes soeurs et moi avions fait.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 3/9/2015, 15:12



tomber dans ses yeux.



Ca fait bien longtemps que Tybalt n’arrivait plus à te cacher les choses. A force, tu avais finis par apprendre à lire en lui. Tu savais décrypter les expressions sur son visage. Tu pouvais voir quand il n’allait pas bien. Tu dois bien avouer que c’était quelque chose que tu appréciais car il était du genre à vouloir te ménager. Il ne voulait pas t’inquiéter et en général, il te disait rarement de lui même quand ça n’allait pas. Pourtant, tu voulais être là pour lui. Tu voulais qu’il puisse compter sur toi et se reposer sur tes épaules lorsqu’il en avait besoin. Il savait lui aussi très bien lire en toi. Tu n’arrivais jamais rien à lui cacher. Même pour les surprises pour son anniversaire tu n’y arrivais pas. Alors, en général, on ne te mettait pas toi non plus dans la confidence pour éviter que tu fasses une gaffe. Enfin là, tu pouvais voir que ton chéri n’était pas bien avec la question que tu lui avais posé parce qu’il n’avait pas pensé en parler à ton père. Il n’avait pas pensé à demander l’autorisation de t’épouser comme ça se faisais il y a de nombreuses années. Et voilà, ton côté gaffeuse avait refait surface. Toute personne normale ce serait tût et n’aurait pas pensé à ce genre de choses. Mais non, toi tu avais eu le besoin de le lui demander. Pour tout avouer, tu avais un peu peur d’avoir tout gâché alors tu faisais ton maximum pour essayer de le rassurer. Tu le rassurais encore une fois quand il t’avouait qu’il voulait que tu sois la première à être au courant. Tu ne voulais pas qu’il s’en veuille et tu étais heureuse d’être la seule pour le moment à savoir qu’il voulait t’épouser. Puis après tout, c’était bien toi la principale concernée dans cette histoire alors les autres n’avaient pas besoin de le savoir pour le moment. D’ailleurs, que tu finisses par ne le dire à personne parce que vous disparaîtriez sur une île déserte ne t’aurait pas dérangé. Tu avais bien envie de n’être plus qu’avec lui. Enfin, avec lui et vos ”bébés”. Tu considérais tes animaux comme tel. Tu les aimaient plus que tout, enfin pas plus que Tybalt quand même. Tu souriais malicieusement quand Tybalt te faisait remarquer que tu ne pouvais pas te passer d’eux.  « Non je peux pas bébé. Je peux pas me passer de toi non plus d’ailleurs. » Tu lui volais un baiser en souriant. Puis, vu que l’île déserte était impossible sans prendre le risque de ne plus jamais revenir sur Paris. Quoique, le bateau pouvait aussi bien vous emmener sur une île déserte. D’ailleurs, peut être que Tybalt avait prévu de te kidnapper pour t’emmener sur l’une d’elles en proposant ça. Tu ne serais d’ailleurs absolument pas contre qu’il te kidnappe. Après tout, quoi de mieux qu’être kidnappée par l’homme que tu aimes ? Tu ne connaissais rien de mieux parce que tu l’aimais plus que tout au monde. En plus, comme tu ne voulais pas de téléphone ou autre, personne n’aurait le loisir de te retrouver. Tu lui faisais toujours un grand sourire, heureuse d’être avec lui.  « Parfait bébé. Je vais éteindre le mien pour que l’on puisse être tranquilles. » Tu ne perdais pas une seconde pour sortir ton téléphone de ta poche et tu l’éteignais immédiatement. Ca ne servait pas à grand chose que tu l’ai avec toi mais au moins, s’il y avait un soucis quelconque, tu pourrais utiliser ton téléphone pour appeler quelqu’un. Oui, tu étais du genre à penser souvent au pire alors, avoir ton téléphone même éteint avec toi, ça te rassurait. Ton ventre se mettait à gargouiller parce que tu n’avais pas mangé depuis un moment. Tu n’avais pas mangé depuis votre dîner de la veille. Autant dire que tu commençais à être un peu affamée. C’était d’ailleurs pour ça que tu proposais à Tybalt d’aller faire des courses. Au moins, vous pourriez manger une fois que vous allez être sur le bateau. Ton chéri devait être devin ou au moins lire dans tes pensées vu qu’il pensait à vous chercher un petit-déjeuner pour le manger sur le bateau. [color=hotpink} « Arrêtes de lire dans ma tête bébé. J’étais en train de penser justement qu’on allait pouvoir manger notre petit-déjeuner sur le bateau. »[/color] Tu riais malicieusement alors que tu venais lui voler un nouveau baiser. Baiser que tu approfondissais un petit peu au final parce que tu n’arrivais jamais à te passer de ses lèvres. Mais bon, il fallait que tu relâches ses lèvres si vous vouliez partir sur le bateau pour passer le reste de votre journée.  « C’est une excellente idée ça bébé. » Vous pourriez naviguer tranquillement et vous arrêter uniquement lorsque vous auriez faim. De toute façon, il n’y avait pas de planning de prévu pour aujourd’hui. Vous pourriez tout faire au feeling, vous pourriez vous laisser porter tranquillement.  « Oui c’est partit bébé. » Tu avais hâte d’arriver sur le bateau pour profiter du reste de votre journée. Tu le prenais par la main pour l’emmener plus loin. Enfin, avant ça tu le laissais remettre ses baskets qu’il avait enlevé pour votre danse improvisée sur le sable. Une fois qu’il les avaient remises, tu reprenais sa main pour que vous puissiez descendre retourner à la voiture qui vous emmènerait ensuite jusqu’au bateau des parents de Tybalt. Tu commençais alors à te mordiller la lèvre.  « Bébé, tu crois pas qu’on devrait prévenir tes parents qu’on prend le bateau ? » Après tout, ils avaient peut être prévu de le prendre aujourd’hui et pour le coup, tous vos plans tomberaient à l’eau.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 5/9/2015, 14:01



Puisqu'on est jeunes et consCamille & Tybalt


Ton rapport avec les animaux était assez particulier, et j'avais un peu de mal à comprendre lorsque nous avions commencé à nous fréquenter. Ne te méprends pas, j'adore les animaux et j'adorais le chat de mes parents et celui de Manon. Ils venaient souvent dormir avec moi quand j'habitais encore chez mes parents, je m'en occupais et les câlinais avec grand plaisir. Mais de ton côté, je trouvais cela curieux au début. Puis j'avais fini par m'habituer à ce que tu considères tes animaux comme tes enfants. Peut-être que cela changerait quand on deviendrait parents tous les deux, même si ce n'était pas demain la veille. Si possible, naturellement. Après si tu tombais enceinte par accident je savais qu'on accueillerait ce bébé du mieux possible tous les deux. Mais ce n'était pas vraiment le moment, nous étions jeunes, nos carrières étaient loin d'être posée et tranquillement installées. Quoique, pouvait-on vraiment dire qu'un chanteur a une vie professionnelle posée? Je ne pense pas, après tout on dépend du public et de leur avis. Tout peut s'arrêter à n'importe quel moment, j'en restais bien conscient. « Non je peux pas bébé. Je peux pas me passer de toi non plus d’ailleurs. » Je levai les yeux au ciel avec un petit air blasé. Il n'y a pas à dire, tu savais me parler et me réconforter. « Content de voir que j'atteins le même niveau que les chiens » fis-je en arquant un sourcil amusé. C'était toujours bon à savoir. D'ailleurs c'était ces derniers qui pourraient répondre en premier à mon téléphone puisque je l'avais laissé à la maison en partant ici. Tu étais avec moi et je n'en n'avais donc pas besoin. « Parfait bébé. Je vais éteindre le mien pour que l’on puisse être tranquilles. » Je te souris doucement, acquiesçant d'un signe de tête.

Nous allions devoir nous nourrir pour survivre cette journée et celle de demain, si jamais nous décidions d'y passer la nuit. Tu semblais être du même avis que moi, et j'étais déjà content de t'offrir à manger. Tu avais un appétit d'oiseau, alors c'était toujours avec grand plaisir que je te nourrissais. Du coup on privilégiait la qualité à la place de la quantité. Quoique de mon côté je mangeais pour deux, définitivement. Heureusement ce que n'était pas moi qui risquait de tomber enceinte dans quelques années, sinon il faudrait me nourrir par camion de livraison. « C’est une excellente idée ça bébé. » Je te souris doucement, avant de te demander si on pouvait partir. « Oui c’est partit bébé. » Je te souris et te reprit par la main pour t'emmener à nouveau vers la voiture. Nous n'avions pas longtemps à conduire avant d'y arriver, mais nous devions donc passer par une boulangerie ou quelque part ailleurs. « Bébé, tu crois pas qu’on devrait prévenir tes parents qu’on prend le bateau ? » Je réfléchis quelques secondes alors que nous grimpions dans l'ascenseur. Je doutais que mes parents veuillent utiliser le bateau ce week-end, mais on ne savait jamais après tout. « Oui on ferait mieux de les prévenir, surtout si on garde nos téléphones éteints » fis-je avant de m'arrêter devant la porte de l'appartement. Je fouillai dans mes poches pour trouver un morceau de papier et un stylo, sur lequel j'écrivis rapidement un petit mot, avant de le glisser sous la porte. En espérant que Geisha ne le prendrait pas comme grattoir. « On s'arrête dans la boulangerie d'à côté? » te demandai-je alors que nous sortions de l'immeuble. La tenancière avait pour habitude de nous voir apparaître lorsqu'on rentrait de soirée tardivement. On s'arrêtait pour acheter un truc à grignoter avant de monter nous coucher. Encore une fois, avant que je ne quitte le domicile de mes parents pour aller m'installer dans le loft.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 14/9/2015, 21:32



tomber dans ses yeux.



Ton ventre te rappelait que tu n’étais pas faite pour vivre d’amour et d’eau fraiche. Il te fallait te nourrir un petit peu même si tu n’avais jamais eu un très gros appétit. Tu pouvais facilement sauter des repas même si tu savais très bien que ça ne plaisait pas à ton fiancé. Il t’étais arrivé de nombreuses fois le midi de ne pas manger tout simplement parce que tu oubliais. Parfois, tu étais tellement à fond dans tes cours ou au zoo que tu oubliais totalement de manger. Tu étais quelqu’un de passionnée et quand tu faisais quelque chose, tu ne le faisais pas à moitié. C’était toujours soit tu faisais les choses à fond ou alors tu ne les faisaient pas. Après tout, ça ne servait à rien du tout de faire juste les choses à moitié. Tu aimais te donner à fond quand tu faisais les choses même si par la suite ça pouvait un peu jouer sur ta santé. Mais, bien heureusement, Tybalt était là pour te retenir et pour te calmer. Il était aussi toujours là pour te rappeler que tu devais manger. Alors ça oui, il n’oubliait jamais de te le rappeler. C’était donc décidé, vous alliez passer par la boulangerie pour prendre votre petit-déjeuner et ensuite vous vous arrêteriez dans un restaurant pour le midi voir même pour le soir. Tu savais que vous trouveriez probablement plein de petit restaurants bien sympathique où manger. Vous n’auriez que l’embarras du choix pour ça. D’ailleurs, tu espérais que vous trouveriez une crêperie car tu avais envie de manger une galette. Mais avant ça, il fallait prendre le bateau comme vous l’aviez prévu. Mais, tu t’inquiétais de savoir si les parents de Tybalt comptaient prendre le bateau ou non aujourd’hui. Tu n’en avais aucune idée. Si ça se trouve, ils étaient déjà sur le bateau. Enfin non, sinon ton chéri te l’avait proposé c’est qu’il devait savoir que le bateau était disponible. Mais, il semblait être d’accord avec toi concernant le fait qu’il fallait prévenir ses parents.  « Oui ça sera plus prudent qu’ils sachent où on est. » Tu le regardais en te mordillant la lèvre parce que tu ne pouvais pas t’empêcher de penser à vos animaux dans le cas où vous ne rentreriez pas et que vous passiez la nuit sur le bateau. Oui oui, il fallait bien penser à tout. Du coup, tu entortillais une mèche blonde autour de ton doigt et et tu ne le lâchais pas du regard.  « On pourrait peut être mettre un petit mot pour Fanny ou Manon, que l’une des deux aille jeter un coup d’oeil aux animaux dans le cas où on passe la nuit sur le bateau ? » Tu espérais que ton chéri ne prendrait pas mal le fait que tu penses aux animaux alors que vous alliez vivre un moment romantique rien que tous les deux. Mais, tu n’arrivais pas à t’en empêcher. C’était tes bébés voilà tout. De toute façon, tu ne pouvais pas imaginer les laisser seuls vingt quatre heures. Tu savais que tu t’inquiéterais pour eux et tu ne ferais que gâcher le moment que tu allais vivre avec Tybalt. Au moins, là si l’une des soeurs de Tybalt s’occupait des chiens et du chat, tu n’y penserais plus pour le reste du temps parce que tu aurais l’esprit tranquille de savoir qu’on s’occupait d’eux. Tu suivais ton chéri pour descendre jusqu’à l’appartement de ses parents. Il ne fallait pas faire trop de bruit parce qu’il était encore tôt et tu doutais bien que toute la famille Lesca devait dormir. Ce n’était pas des Castel à être levé avant le soleil comme pouvait le faire tes parents. Tu laissais ton chéri écrire le mot à ses parents et il le glissait sous la porte. Il fallait juste croiser les doigts maintenant pour pas que le chat de Manon vienne détruire le mot. Si vous aviez été plus raisonnables, vous auriez plus tôt envoyé un sms à tes beaux-parents. Mais, tu n’avais aucune envie de rallumer ton téléphone et ton chéri n’avait pas le sien alors tout ça était bien vite expédié. Tu continuais de suivre sagement ton futur mari pour sortir de l’immeuble. Ca te faisait encore bien étrange de penser à ça, de penser que tu allais te marier avec l’amour de ta vie. Tu faisais un grand sourire à ton chéri lorsqu’il te proposait de passer à la boulangerie qui se situait à la sortie de l’immeuble.  « Oui avec plaisir bébé. » La boulangère avait l’habitude de vous voir vu que c’était à cet endroit que vous vous arrêtiez les fois où vous rentriez tard de soirée. Vous preniez un petit encas avant de monter vous coucher. Autant que la boulangère vous connaissait plus que bien à présent. Bien qu’elle ai pu vous oublier vu que vous n’étiez plus venus depuis un moment. Vous n’étiez plus venus depuis que Tybalt avait emménagé au loft. Vous aviez maintenant une nouvelle boulangerie de quartier avec une boulangère tout aussi adorable que celle-ci. Tu serrais tendrement la main de ton chéri, tu le serrais de ta main gauche, celle où tu portais la sublime bague que l’amour de ta vie venait de t’offrir. Tu entrais dans la boulangerie à ses côtés alors que la boulangère vous saluait. Il n’y avait personne dans la boulangerie vu l’heure matinale qu’il était. Tu saluais chaleureusement la boulangère en t’approchant du comptoir avec ton chéri. Rien ne pourrait entacher ta bonne humeur aujourd’hui. Tu réfléchissais quelques secondes quand la boulangère te demandait ce que vous vouliez.  « Tu veux qu’on prenne quoi bébé ? Des pains au chocolat, des croissants, du jus d’orange et du chocolat chaud ? » Ca te semblait plutôt pas mal comme petit déjeuner. Mais après, peut être que ton chéri aurait envie d’autre chose. D’ailleurs tes yeux parcouraient des étales remplies de plein de bonnes choses. Il y avait même une brioche aux pépites de chocolat qui te faisait de l’oeil. Tu regardais alors ton chéri avec ton regard enfantin pour lui demander :  « On pourrait peut être prendre aussi un peu de cette brioche ? » Tes yeux quittaient une nouvelle fois l'amour de ta vie pour regarder la brioche au chocolat qui te faisait tant envie.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 19/9/2015, 17:25



Puisqu'on est jeunes et consCamille & Tybalt


Tu n'avais pas faim très souvent, alors c'est vrai que quand tu me le disais, je sautais sur l'occasion. Avec ton appétit d'oiseau, j'avais tendance à privilégier la qualité par rapport à la quantité. Je n'avais pas envie que tu finisses par faire un malaise et compagnie. Déjà que j'avais peur que tu nous fasses un malaise puisque tu ne mangeais pas de viande, alors quand j'apprenais que tu passais une journée sans manger, je faisais clairement la tronche. Et tu savais que je détestais ça, ce n'était pas un scoop. On allait donc se chercher à déjeuner, et j'allais te laisser le choix des choses, très certainement. De mon côté je n'étais pas très compliqué de toute manière. Mais il fallait également mettre mes parents au courant concernant l'emprunt du bateau, histoire qu'ils ne lancent pas un avis de recherche concernant le véhicule. Même s'ils ne devaient pas en avoir l'utilité aujourd'hui. « Oui ça sera plus prudent qu’ils sachent où on est. » Tiens oui, je n'avais pas pensé à ça. « Oui aussi » répondis-je avec un sourire amusé. J'avais toujours été un peu indépendant, et j'oubliais quelques fois de prévenir mes proches de mes projets et des choses que je prévoyais de faire. Comme quand j'étais plus jeune et que mes parents devaient me demander de leur raconter ma journée, sinon je n'y pensais simplement pas. En même temps, j'avais toujours été bien plus mystérieux que du genre à m'ouvrir et à raconter le moindre détail de ma vie. Tu avais pu le voir au début de notre relation, et je crois que cela avait été un peu frustrant pour toi. Mais aujourd'hui c'était toi qui connaissais toute ma vie. Même mieux que moi quelques fois.

« On pourrait peut être mettre un petit mot pour Fanny ou Manon, que l’une des deux aille jeter un coup d’oeil aux animaux dans le cas où on passe la nuit sur le bateau ? » Je levai les yeux au ciel avec un léger sourire. Nos animaux étaient la prunelle de tes yeux, et j'avais la certitude qu'ils pouvaient te manquer plus que moi. Mais ce n'était pas le genre de pensées que je formulais à haute voix. Je savais que tu t'énerverais, même s'il y avait une part de vérité. La preuve, tu pensais à eux après tout ce que nous venions de vivre. « C'est déjà fait bébé » te répondis-je simplement. Le temps de laisser un mot à mes parents, et nous étions proche de la boulangerie où je venais souvent il y a quelques mois maintenant. Voir quelques années. Mais rien n'avait changé, et la boulangère nous connaissait très bien. Je te proposai donc qu'on s'y arrête, histoire de savoir si tu avais quelque chose d'autre en tête. « Oui avec plaisir bébé. » Je te souris, avant de te suivre à l'intérieur de l'établissement. Tenant ta main, je te laissai faire ton choix alors que mon regard glissait sur les nombreuses pâtisseries à notre disposition. J'avais l'impression que mon estomac se réveillait en voyant tout ça devant nous. « Tu veux qu’on prenne quoi bébé ? Des pains au chocolat, des croissants, du jus d’orange et du chocolat chaud ? » Je réfléchis quelques secondes avant de hausser les épaules, un sourire en coin sur mes lèvres. « Un peu de tout? Comme ça on aura le choix » te répondis-je en haussant les épaules. De toute manière mon appétit n'était plus à refaire. « On pourrait peut être prendre aussi un peu de cette brioche ? » Mon regard glissa jusqu'à la brioche aux pépites de chocolat, qui n'attendait que d'être mangée. « Elle a l'air bonne oui » fis-je pensivement en grattant machinalement ma mâchoire et la barbe de trois jours qui s'y trouvait.

Puis je reportai mon attention sur la boulangère qui attendait patiemment qu'on fasse notre choix. En lui adressant un grand sourire, je finis par passer commande. Croissants, pains au chocolat, brioche, boules de berlin, jus d'orange et chocolat chaud. On avait de quoi faire, et la boulangère nous tendit un sac en papier assez énorme contre quelques euros. Après l'avoir saluée, je te repris la main pour sortir de la boulangerie et récupérer la voiture, direction le port. « Tiens bébé » fis-je en déposant le sac de la boulangerie dans tes mains alors que je démarrais la voiture. Le trafic était fluide et agréable, chose assez rare à Paris pour être relevé. On arriva sur place au bout d'une quinzaine de minutes, et je parvins à me garer tout près de là où se situait le bateau. Reprenant une nouvelle fois ta main dans la mienne, je te pris le sac des mains avec un sourire en coin. « C'est moi le garçon, c'est moi qui porte les choses » fis-je en te souriant malicieusement. Sautant sur le bateau, je déposai le fameux sac sur la banquette avant de te tendre la main pour t'aider à grimper. « Si miss Castel veut bien se donner la peine... »

[/size]
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 26/9/2015, 19:03



tomber dans ses yeux.



Comme toujours, tu pensais à tes animaux et tu voulais être sûre qu’eux aussi allaient être bien alors que tu allais partir à l’aventure avec ton chéri. Tu ne te rendais pas compte qu’en pensant à tes animaux à ce moment là, ça pourrait blesser Tybalt. Ce n’était pas le moment idéal pour penser à eux, c’était sûr. Tu n’avais aucune envie qu’il pense que tes animaux passaient avant lui. Ils avaient une place très importante pour toi mais ton futur mari en avait une encore plus importante. D’ailleurs, si un jour il venait à te demander de faire un choix entre lui et eux, ton choix serait vite fait même s’il te déchirerait le coeur. C’était lui et juste lui que tu choisirais. Tu ne pouvais pas vivre sans lui c’était aussi simple que ça. Mais, il te connaissait très bien et savait que les animaux faisaient partis de ta vie et que tu ne pouvais pas vivre sans. Il avait d’ailleurs accepté tous les animaux que tu lui avais un peu imposé, il acceptait aussi toutes les fois où tu rentrais du zoo alors que tu puais les animaux. Jamais il ne t’avait fait un quelconque reproche là dessus. Ton chéri était parfait. D’ailleurs, il avait pensé de lui même à laisser une petite note concernant les animaux et tu faisais un grand sourire avant de lui sauter dans les bras pour l’embrasser.  « Merci mon bébé. T’es vraiment parfait. » Tu caressais tendrement sa joue avant de finir par le relâcher afin qu’il puisse déposer le mot et que vous puissiez partir de là pour aller faire votre tour de bateau. Ce ne prenait pas longtemps pour que vous vous rendiez dans la boulangerie puisque vous aviez décidé de faire une halte dans la boulangerie qui vous avez accueillie pendant des années lorsque vous rentriez de soirée. Tu souriais en sentant les bonnes odeurs qui venaient te chatouiller le nez. Tout te donnait envie et ton ventre se mettait à gargouiller alors que tu observais toutes les bonnes choses dans la boulangerie. D’ailleurs, l’une des brioches te faisait de l’oeil. Elle te donnait bien envie et ton ventre se mettait à gargouiller signe que tu étais en train de mourir de faim. C’était vraiment rare que ton ventre te rappelle autant son existence et il fallait qu’on te nourrisse rapidement. Là, tu aurais pu manger n’importe quoi ou presque. Bien sûr, jamais on ne te ferait manger de la viande. Ca faisait longtemps que tu avais décidé de ne plus manger de viande et ça ne changerait jamais. Tu savais pourtant que ce n’était pas l’idéal pour t’en organisme mais il avait finit par s’en accommoder. De toute façon, il n’avait pas tellement le choix puisque la viande te dégoûtait. Enfin bref, là il n’y avait pas d’animaux morts à manger mais quand des choses que tu aimais. D’ailleurs, tu proposais à ton chéri de prendre de la brioche qui t’aguichait depuis tout à l’heure. En fait, ta proposition n’en était pas vraiment une puisque tu prendrais de cette brioche même si ton chéri n’en voulait pas. Tu jouais tendrement avec ses doigts en le laissant annoncer vos choix à la boulangère. Tu regardais la boulangère remplir différents sachets en souriant. Vous aviez pris de quoi nourrir tout un régime. Quoique non, Tybalt était un ogre alors ça risquait d’être juste suffisant vu que pour une fois tu avais faim toi aussi. Tu laissais ton chéri payer puis prendre le sac avant de saluer la boulangère et prendre la route qui vous mènerait jusqu’à la voiture. Tu grimpais dans cette dernière et tu laissais ton chéri installer sur tes genoux le sac remplit de gourmandises. Tu calais le tout bien surtout genoux pour éviter que tout se casse la figure. Tu te retrouverais bien maligne si les chocolats chauds devaient se vider sur tes genoux. Et vu ta maladresse, il valait mieux prévenir que guérir. Alors, comme si tu tenais quelque chose de précieux, tu gardais le sac contre toi. Par chance, tous les automobilistes semblaient avoir décidé de ne pas prendre la voiture aujourd’hui. Tybalt pouvait conduire sans difficultés et il n’avait pas à s’arrêter toutes les deux minutes à cause des bouchons. C’est donc en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire que le brun se garait à quelques mètres du bateau de ses parents. Tu le laissais reprendre le sac avant de rouler des yeux en souriant.  « Dis que j’ai une force de mouche pendant que t’y es. » Tu lui tirais la langue malicieusement en étant d’humeur taquine. Tu voulais juste l’embêter un peu. Puis, les taquineries de ce genre était un peu la marque de fabrique de votre couple. Tu le laissais passer devant toi avec votre sac de courses avant de saisir sa main pour pouvoir te ici avec souplesse sur le bateau. Tu venais déposer un baiser sur sa joue en souriant une fois que tu avais les deux pieds sur le bateau.  « Merci monsieur Lesca » Tu allais t’installer sur la banquette et tu ne pouvais t’empêcher de piquer un bout de la brioche qui t’avait fait rêver et tu le mangeais avant de dire la bouche pleine à ton chéri.  « Décholé je mourrais faim » Tu avalais ton morceau et tu lui souriais.  « Tu veux prendre le petit déjeuner maintenant tant qu’on est à quai ou après bébé ? » Tu reprenais un petit bout de brioche avant de te lever pour aller le faire goûter délicatement à ton chéri.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt 27/9/2015, 18:39



Puisqu'on est jeunes et consCamille & Tybalt


Evidemment tu pensais à nos animaux, mais dans le fond je ne pouvais pas te le reprocher. Difficile de les oublier quand on en avait huit à la maison. Heureusement que j'avais pris la décision d'acheter l'appartement d'à côté et le jardin, afin de pouvoir augmenter la taille que nous avions à disposition. Peut-être que dans quelques années on sera propriétaires de l'immeuble en entier, on ne savait jamais. Après tout, qui pouvait savoir ce que le futur nous réservait? Tu étais persuadée que je finirais par avoir une notoriété quasi mondiale et compagnie, mais j'en doutais très fortement de mon côté. J'espérais cependant que tu avais raison, parce que vivre de sa passion était clairement grisant. Et je ne savais pas trop ce que je pourrais faire d'autre. Mais donc, j'avais moi aussi pensé à nos animaux puisqu'ils auraient leur babysitter attitré pendant notre absence. C'est vrai que j'étais tête en l'air, mais il m'arrivait néanmoins de penser à certaines choses. « Merci mon bébé. T’es vraiment parfait. » Je te souris et levai les yeux au ciel sans masquer mon amusement. Je n'irais pas jusque là, mais évitons de nous relancer dans ce genre de conversation maintenant, sinon on n'avait pas terminé. Chacun était aussi têtu que l'autre.

Après un passage plus ou moins rapide par la boulangerie, on reprit la voiture pour nous rendre au port. Et pendant le trajet à pieds je me fis un plaisir de te prendre le cornet rempli de la boulangerie. Par galanterie naturellement, même si cela te semblait apparemment un peu trop. « Dis que j’ai une force de mouche pendant que t’y es. » Je te souris en coin pour toute réponse alors que tu me tirais la langue. « Je n'oserais pas voyons » fis-je tout aussi malicieusement que toi. Après tout il n'y avait pas de raisons pour que tu sois la seule à taquiner l'autre, pas vrai? Mais cela ne m'empêcha pas de faire une nouvelle fois attention à toi lorsque tu te retrouva sur le bateau. Si on pouvait éviter que tu te fasses une fracture sur le bateau, autant faire le maximum pas vrai? « Merci monsieur Lesca » Je te souris une nouvelle fois, embrassant délicatement ta joue. « A votre service miss Castel » répondis-je malicieusement. Je me mis à la manoeuvre du bateau pour partir le plus rapidement possible, alors que tu t'installais sur la banquette. « Décholé je mourrais faim » J'éclatai de rire en te voyant croquer avec un appétit non dissimulé dans la brioche, mais secouai la tête doucement. Il était tellement rare que tu ais faim que je n'allais clairement pas t'empêcher de manger. « Fais-toi plaisir bébé » répondis-je simplement. « Tu veux prendre le petit déjeuner maintenant tant qu’on est à quai ou après bébé ? » Je secouai doucement la tête, tout en lançant le bateau tranquillement sur la Seine. L'eau avait toujours eu un effet appaisant sur moi, et je ne m'en lassais pas. « Non ça va, je mangerai en conduisant. Mange si tu as faim bébé par contre hein, regarde pas sur moi. »

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt

Revenir en haut Aller en bas

Tomber dans ses yeux ☆ Ambre & Tybalt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!
» >>. J'ai cru voir une flamme dans tes yeux... [PV Nuage de Citron et Nuage d'Ecureuil]
» me noyer ? plutôt dans tes yeux qu'ici... [ A ]
» Tomber dans le panneau [Quête solo]
» Des flammes dans les yeux [PV : Darth Mortuus]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE :: saison 08 :: rps-