Partagez|

Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux w/ William&Zola

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux w/ William&Zola 5/10/2015, 09:29

     

william ♦ zola
Zola chérie, ne me dis pas que tu vas passer ta journée à jouer à tes jeux bizarres d'Internet, si ? Je suis levée depuis même pas dix minutes, je n'ai pas déjeuné, je n'ai pas encore pris de douche et, voilà que ma mère me prends déjà la tête ? Non, non, j'ai prévu d'aller faire les boutiques. Sérieusement, je viens à peine de me lever et tu me bombardes de questions ! Oui, je ne suis pas du matin. Et temps que je n'ai pas bu mon café et mangé mes céréales, je ne suis pas la plus sympa des adolescentes. Et pourtant, elle le sait mais elle vient quand même me prendre la tête. Je me lève de ma chaise et me dirige vers ma salle de bains pour prendre une bonne douche. Ma mère est de plus en plus souvent sur mon dos, je n'aime pas spécialement ça et surtout, je ne comprends pas pourquoi. M'enfin bon, ce n'est pas grave. Je sors enfin de la douche et me sèche comme il faut avant de regagner ma chambre. Je me plante devant mon dressing et fixe les vêtements. J'opte pour un pantacourt en jean, déchiré par endroit, la base quand je n'ai pas cours. Pour le haut ce sera un débardeur près du corps et un haut plus amples à manches longues, dévoilant mes épaules. J'attache négligemment mes cheveux et descends à la cuisine. Salut... Je m'installe à la table alors que mon petit déjeuner est prêt et me restaure. Je te laisse ma Gold ou tu préfères utiliser la tienne Zola ? Encore des questions, c'est fatigant. Je vais prendre la mienne papa, merci... N'importe qui à ma place aurait sauté sur l'occasion mais je n'ai pas envie qu'ils me payent les vêtements que je veux. Pourquoi ? Parce qu'à chaque fois que j'accepte sa carte, il critique ce que j'achète. Ce n'est pas assez bien, ou c'est de la seconde main. Bref, il me prend la tête.

Je suis de retour dans ma chambre pour récupérer mes affaires et me chausser avant de quitter la maison. Il ne fait ni trop chaud, ni trop froid malgré que le ciel soit gris. Je monte dans le bus et me laisse transporter je ne sais où. Un avantage d'être née ici, c'est que je connais Paris très bien, du coup, je ne suis jamais perdue. Mon casque sur mes oreilles, je laisse la musique s’imprégner en moi. Des notes sombres et violentes de Nirvana, en passant par la légèreté de Kyo et se terminant avec le rock symphonique d’Evanescence. Je suis éclectique alors même si de l’Opéra passait sur mon iPod, cela ne me dérangerait pas le moins du monde. Le but se stoppe et je regarde les alentours, reconnaissant rapidement le 12ème. Je descends du bus et me dirige vers les quelques boutiques présentes. J’irais chercher ma commande Abercrombie et Fitch avant de rentrer chez moi. En attendant, j’achète deux-trois bricoles qui me plaisent avant d’aller du côté de la Promenade Plantée pour faire quelques photos. J’aime bien cet arrondissement parce qu’il y a pas mal de verdure comparé aux autres. Je laisse le temps passer tranquillement avant d’aller au Jardin Yitzhak Rabin puis à d’autres endroits cultes du coin. Lorsque je regarde mon portable, je remarque qu’il est onze heures et demie et que mon estomac semble réclamer de quoi le remplir. Ainsi soit-il, je vais aller au Subway du coin. Un Subway bien spécial puisque c’est là que travaille William. J’entre dans le restaurant après avoir vérifié que j’étais présentable et me place dans la file d’attente. Il doit y avoir deux personnes avant moi et, avec ma petite taille, j’ai bien du mal à voir qui se trouve en caisse. Et puis sa voix retentit. Je me sens bêtement rougir alors qu’il ne s’adresse pas à moi et qu’il ne me connait pas. Faudrait peut-être que je lui parle en-dehors d’une commande de sandwich ? Je me retrouve devant le guichet mais aucune trace de William, je l’avoue, je suis déçue, surtout que je l’ai entendu un peu avant. Je commande mon sandwich habituel avec tristesse, et m’installe à une table à l’écart après avoir réglé le menu. Quel dommage, moi qui voulais le voir, je n’ai même plus faim...

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux w/ William&Zola 5/10/2015, 22:23

Cela fait déjà près de trois heures que je travaille. Il faut dire qu'en tant que manager, je me dois de montrer l'exemple aux autres employés, gérer tout ce que mes supérieurs ne peuvent faire, m'assurer que les stocks sont pleins. Je soupire doucement en regardant l'horloge. On va arriver sur le début du rush du midi. Il y a une dizaine de personnes. J'aide Mélodie et Vincent à préparer les menus des clients. Les gestes, les ingrédients, la cuisson. Tout est répétitif depuis des années. La seule chose qui change, c'est la composition de chaque sandwich - et les serveurs(es) qui changent tous les quatre matin parce que le boss est un gros chieur. Mais j'aime ce métier malgré sa répétition. De un, parce que j'ai le droit à mon sandwich gratos par jour, point super important quand on aime la nourriture simple. Ensuite, on voit défiler du monde. Comme la moche à lunette qui se pointe en demandant à Vince un sandwich sans viande blanche tout en lui postillonnant dessus - paix à ton âme mec. Ou encore comme le papi d'hier qui ne connaissait pas le concept - je le rappelle, on est le premier Subway en france depuis 2001, mais c'est pas grave, il doit avoir louper quelques années celui-là... Enfin bref, la diversité des clients est parfois drôle. Je regarde derrière le comptoir et constate qu'il n'y a plus que trois personnes.  

- Hey les gars, je vais à ma pause avant le rush
- Je suis une fille Will...
- Même s'il y avait cent filles ici, Vincent étant là, le masculin l'emporte toujours.


Je lui fais mon plus grand sourire avant de m'éclipser à l'arrière. J'aime bien l'embêter celle-là. Elle démarre au quart de tour, c'est assez drôle. Enfin, c'est une fille quoi. Je chope la laisse posée sur le bureau, au bruit du mousqueton qui tape contre, mon chien lève la tête. Je le fixe, il me fixe. Okay, si je ne dis rien, on peut rester longtemps comme ça... Si si, j'ai déjà testé. Mon chien a gagné la partie du combat d'yeux. C'est un warrior celui-là. Je lui dis donc de venir, attache la laisse au harnais, puis je repasse par devant. Je remarque que sur une des tables du restaurant, il y a encore cette fille. Elle vient souvent. Je reconnais les fidèles. Mais ça étonne quand même qu'une fille bien foutue vienne manger souvent dans des fast-food. Souvent, j'entend par là, presque tous les jours. Mais je ne juge pas hein, chacun son mode de vie. Je suis pas contre un bon sandwich au jambon beurre !

En passant à côté d'elle, je lui lance un "bonjour mademoiselle" puis sors avec mon chien, qui lève la patte aussitôt arrivé près d'un arbre. Je commence à marcher doucement, le temps que mon chien s'amuse à sniffer des messages codès d'autres clebs. Qu'il leur réponde. Qu'il fasse sa vie de chien quoi. Je sors mon paquet de cigarettes et m'en grille une.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux w/ William&Zola 5/10/2015, 22:51


william ♦ zola
Je me suis perdue dans mes pensées. Je l’ai raté et je me sens horriblement frustrée. Je fixe mon sandwich d’un œil morne, je n’ai vraiment plus faim et je crois que je vais rentrer. Je soupire pour la énième fois et commence à ranger mes affaires alors qu’une voix s’élève juste à côté de moi : Bonjour Mademoiselle. Je me fige sur ma chaise et tourne la tête pour tomber sur William. Mes joues prennent une jolie couleur rouge alors que je bafouille un bonjour, le cœur battant. Oh mon dieu ! Je n’ai pas rêvé, il vient juste de me parler ! Oh mon dieu il est tellement parfait… et son chien est tellement adorable. Je me ratatine sur ma chaise, la scène est digne des plus niais de tous les mangas. Le genre de mangas où la fille amoureuse se ratatine avec les yeux en forme de cœur. Ouais, c’est plus que stupide mais je n’en n’ai rien à faire. Reste à savoir si je vais lui parler ou si je m’enfuis. Une partie de moi me dit qu’il faut que je fonce parce que c’est l’occasion rêvée, tandis que l’autre me dit de rester sagement dans mon coin parce qu’il a vingt-sept ans et moi je n’en n’ai que dix-sept. Bon sang, c’est compliqué ! Pourquoi je ne suis pas née avant ?! C’est vraiment injuste. Mais après une courte délibération, je me lève et me dirige vers la sortie, oubliant mon sandwich. J’avance sur le trottoir et comme si c’était fait exprès, je lui fonce dessus sans le vouloir, manquant tomber à la renverse alors que les aboiements de son chien me réprimandent. Pardon ! Je ne re…gardais pas où je vais… Je crois que j’ai fait une faute d’orthographe mais, je perds tous mes moyens quand il n’est pas loin. Je reste un petit moment à le dévisager alors que mes joues s’empourprent de plus en plus. Par chance, son chien s’approche de moi, me faisant m’agenouiller devant lui. Je souris et le caresse avec douceur. Salut toi. Tu es beau dis donc comme ton maî… Euh, adorable ! Oh la putain de gaffe, je me suis vendue à son chien. Ouais bon, ma phrase sonne assez bizarrement, j’espère juste que William ne m’a pas entendu, il va se moquer de moi. Je continue de dorloter son chien qui me grimpe dessus pour me refaire gentiment le portrait. Eh bien dis donc, qu’est-ce que tu es affectueux toi ! Il ne faut pas me mettre un chien devant parce que je les adore et j’agis un peu connement quand j’en ai un à portée de bras. Je le libère de mon étreinte et me relève avant de reporter mon attention sur William. Je me sens défaillir, il faut que j’engage la conversation : Il est vraiment gentil votre chien… comment s’appelle-t-il ? Oui voilà, il faut se concentrer sur l’animal comme ça, il n’y a aucun risque de dérapage linguistique. Je vais en avoir des choses à écrire dans mon journal finalement. Moi qui pensais que la journée serait foutue parce que je ne l’avais pas vu, je me suis trompée. Quel renversement de situation ! Je suis mal élevée, je ne me suis même pas présentée… Je m’appelle Zola… Ne pas lui dire que je connais son prénom, il risquerait de se poser des questions et il aurait bien raison.

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux w/ William&Zola 7/10/2015, 20:44

Je n'ai même pas eu le temps de finir ma cigarette que celle-ci fait un vol plané sur la route. Je la regarde s'élancer et atterrir sur le sol, rouler et ... Se faire rouler dessus par un taxi. Bon, c'est peut-être un signe qu'il faut arrêter de fumer... LOL. Je me tourne et fixe la cause de la perte de ma clope. C'est la jeune fille fana du Subway. Et Cappie qui aboie après elle pour avoir des caresses. Ce chien n'aboie que pour ça. Autrement, même après un autre chien, c'est rare qu'il s'exprime. La jolie brune s'excuse en bafouillant avant de marquer un temps d'arrêt. J'ai l'impression qu'elle bugue un peu. Elle a pensé à faire une mise à jour ? Je ne sais pas ce qu'elle attend, j'esquisse simplement un léger sourire.

Okay. J'ai perdu mon chien. La demoiselle vient de s'agenouiller et le caresse. J'hausse un sourcil à sa phrase. C'est moi ou elle a tenté de faire un compliment ? Genre je suis beau comme mon chien ? J'ai une gueule écrasée ? J'aime mon chien hein, mais... J'ai pas sa tronche de cake, voilà. Enfin bon, je ne peux lui en vouloir. On dit souvent tel maitre tel chien. Et puis, c'est plutôt flatteur au final, qu'on me trouve beau. Je ris légèrement quand mon chien tente de lui rouler une pelle. Je la laisse le caresser encore, pendant ce temps je me sors une nouvelle cigarette. Je la finirais celle-là ! Elle va mourir entre mes lèvres, et pas par un taxi comme sa soeur... Le brunette se relève, me fixe un quart de seconde avant de réussir à parler.

- Enchanté Zola. Lui c'est Cappie.

Je me rappelle le jour où j'ai été le chercher. La première fois que je l'ai vu, il avait 19 jours. Je l'ai tenu dans mes mains. Il chouinait comme une meuf - faut dire avec six soeurs, il était servi. Chaque semaine, je retournais à Reims pour aller le voir. Je passais une après-midi entière avec la famille. Je l'ai vu grandir. J'étais vraiment impatient que le jour J arrive. Et aujourd'hui, je ne regrette absolu pas... Même si ce bouffon est un hotspot vivant. Maladie de peau fréquente. M'enfin, je l'aime quand même.

- Et moi, c'est William.

Je lui tend la main.

- Tu viens souvent au Subway, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux w/ William&Zola 8/10/2015, 13:31


william ♦ zola
Ce chien est absolument awesome. Il est tellement mignon avec son visage aplatit. Il doit sentir l’odeur de Saphir sur mes vêtements puisqu’il fait une fixette sur mon mollet alors que je suis de nouveau sur mes pieds à fixer William. Enchanté Zola. Lui c’est Cappie. Et moi, c’est William. Tu viens souvent au Subway, non ? Je me sens rougir et pour cacher ma gêne, je glisse une de mes mèches de cheveux derrière mon oreille en fixant Cappie. J’ai bien failli lui répondre du tac-o-tac que je savais qui il était, heureusement que j’ai tenu ma langue. Cappie, c’est sympa comme prénom et ça lui va bien… Euh… oui je viens souvent, j’aime bien la… le…euh… le concept de faire son propre sandwich. C’est toujours mieux de manger ce que l’on aime plutôt que de se contenter de prendre une bête jambon-beurre… Avouons-le, les sandwiches dans le commerce sont juste dégueulasses. Rien ne vaut du bon pain et des ingrédients frais que l’on choisit soi-même. Et euh… vous travaillez ici depuis longtemps… ? Je vous avais déjà vu mais vous n’êtes pas tout le temps-là… Logique ma pauvre fille, il est manager ou je ne sais quoi dans ce Subway, il doit donc aller voir les autres de temps en temps. Ouais bon, j’ai bien lu les messages de mon cousin mais je ne les retiens pas tous. Je regarde mon sac et remarque enfin que j’ai oublié mon menu. Oh crap ! Je crois que j’ai oublié mon repas sur la table… Et je pense qu’il y a très peu de chances pour que je le retrouve. Les gens ne se gêneront probablement pas de me le prendre. Un menu gratuit, c’est fichtrement intéressant. …ce n’est pas grave, je m’achèterais un truc en rentrant… Je relève la tête et remarque que William me fixe : J’ai parlé tout haut c’est ça… ? Okay, et si j’allais m’enterrer dans un coin moi ? La honte. Exprimer ses pensées et être persuadée que l’on ne l’a pas fait. Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive mais là, c’est devant mon crush, il y a mieux pour une première vraie rencontre que de se faire surprendre à penser tout haut, non ? Je sens des grattements au bas de mon pantalon, je baisse de nouveau la tête, remarquant que le chien me grimpe dessus. Je ris doucement et m’accroupie de nouveau. Seulement, ce n’était sans compter que ce petit chien débordant d’amour, me saute dessus, me faisant tomber à la renverse. Wow ben dis-donc… tu m’aime bien on dirait… Ou alors peut-être qu’il aime bien l’odeur de Saphir et qu’il aimerait faire sa connaissance ? Toujours est-il que je suis par terre… Tu t’entendrais bien avec mon chien Saphir… Je me relève enfin et essuie mes fesses, retirant la poussière présente sur mon pantalon. Si je reviens avec mon chien, vous croyez que ça va bien se passer… ? ; dis-je en regardant William dans les yeux. Bon sang, il a des yeux magnifiques, j’en suis toute retournée…

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux w/ William&Zola 8/10/2015, 20:22

Okay. Elle vient complétement de me mettre un vent. Mais au vue de sa couleur pourpre, je pense qu’elle n’a même pas fait attention. Alors sans qu’elle ne le remarque, je glisse ma main dans la poche de ma veste. Je continue de sourire alors qu’elle parle. Je n’ai pas le temps de répondre pour le prénom du chien ni pour le jambon-beurre, à peine la bouche entre-ouverte qu’elle continue sur sa lancée. Je l’observe d’un air amusé. Et lorsqu’elle se rend compte que je suis encore là, elle a vraiment l’air embêté. Je la trouve mignonne au final, avec son petit air innocent. Mais te fais pas de film, mec. Elle doit avoir à tout péter quinze-seize ans. Ca m’étonnerait vraiment qu’elle soit majeure. Puis même si elle l’était, tu t’es promis de ne plus craquer sur une fille comme ça. Et encore moins une cliente. S’attacher, c’est pas pour moi. Ca finit par faire mal. Ca finit toujours mal. J’ai mon chien, mon Cappie beybey d’amour. Le seul en qui je peux avoir confiance et qui ne me trahira jamais. Quoi que… Il gratte la jambe de Zola. Bon… Je l’autorise à me trahir quand c’est pour avoir des câlins !

- A vrai dire, les animaux ne sont pas autorisés dans le restau. J’ai juste un pass’droit pour lui. Mais rien n’empêche de venir avec lui à la fin de mon service pour qu’on aille dans un parc. Cappie est plutôt cool avec les autres chiens, c’est un grand joueur.

Ce cleb’s est même trop sociable avec les autres espèces. Que ce soit humain, chat, furet, chinchilla. C’est un cœur tendre. Mais qui ne se laisse pas faire quand la situation ne lui convient pas. Lui, c’est vraiment mon meilleur ami. Et je le comprend beaucoup mieux depuis que j’ai contacté un cynologiste. J’en avais pas spécialement besoin, mais j’avais envie de voir ce que ça donnait avec un professionnel. Juste pour être sur que j’étais sur la même longueur d’onde que lui. Je finis ma clope et regarde ma montre.

- Par contre, je dois y retourner. Je finis vers 16h. Tu viendras avec Saphir ? Tu permets qu’on se tutoie ?

Ca pourrait être sympa pour une fois, de pas rentrer directement et de m’étaler sur mon lit en compagnon du ronfleur. Et puis il pourra s’éclater et je serais tranquille ce soir. Pas qu’on ne sorte jamais lui et moi. Mais souvent, quand je bosse, c’est notre routine. Quand je suis en repos, on vagabonde dans la ville, à la recherche de ses potes, pour qu’il joue. J’ai rencontré des tas de gens sympas comme ça. Un chien, ça t’enlève la solitude et ça te fait sortir. Ca te fait voir du monde, du jour. Mon chien, c’est ma bouffée d’oxygène. Et non, j’ne suis pas un fou. Mais il a toujours été là pour moi, alors que d’autres personnes qui se disaient mes amis m’ont lâchement tourné le dos parce que telle ou telle raison.

- On se voit tout à l’heure alors ? Lançais-je en commençant à partir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux w/ William&Zola 11/10/2015, 13:02


william ♦ zola
Je suis une idiote finie, je fais tout de travers depuis qu’il m’a adressé la parole, c’est franchement pathétique. Bon sang, pourquoi je suis comme ça devant lui ? Pourquoi faut-il que je perdre autant mes moyens ? Il est tout à fait abordable et puis il est souriant, je devrais vraiment relâcher la pression. A vrai dire, les animaux ne sont pas autorisés dans le restau. J’ai juste un pass’droit pour lui. Mais rien n’empêche de venir avec lui à la fin de mon service pour qu’on aille dans un parc. Cappie est plutôt cool avec les autres chiens, c’est un grand joueur. Par contre, je dois y retourner. Je finis vers 16h. Tu viendras avec Saphir ? Tu permets qu’on se tutoie ? Mes joues sont si rouges que l’on pourrait croire que j’ai mis du fond de teint rouge. Alors que mon cerveau ne semble plus répondre, je le vois s’éloigner et j’ai ce putain de sourire niais en suivant ses mouvements. On se voit tout à l’heure alors ? J’acquiesce au ralenti avant de réagir enfin. Oui je viendrais te chercher avec le chien ! ; dis-je en lui faisant un grand signe de la main. Je me retourne et saute comme une conne en disant un yes ! sonore. Un homme s’est arrêté net et il me fixe en jouant les poissons hors de l’eau. Je ris d’une façon pitoyable avant de filer en courant vers le métro pour rentrer chez moi. Si je devais mourir demain, je serais probablement la plus heureuse jusqu’à mon dernier souffle. Je sais que cela peut paraître ridicule…. Ouais bon okay, c’est ridicule. On ne peut pas m’en vouloir ! Le garçon qui me plaît depuis des mois et des mois, voire même des années, vient enfin de me parler et il m’invite à revenir avec mon chien pour une balade ! Ce n’est pas rien ! Tout du moins, pour moi c’est énorme. C’est même plus que je ne l’espérais. J’arrive enfin chez moi et me précipite à l’intérieur faisant sursauter mes parents, qui étaient en pleine discussion au salon. Tu nous as fichu une de ces trouilles ! On a cru que c’était un cambrioleur ou je ne sais quoi ! Je n’ai pas le temps de discuter avec eux mais, je viens les embrasser avant de filer dans ma chambre. Saphir ! On va se balader ! Viens me voir que je te mette ton harnais ! Il ne se fait pas prier et m’apporte même le dit harnais, que je lui enfile sans attendre. J’arrange son bandana et le papouille un peu puis file sous la douche. J’ai encore du temps, je le sais mais bon. Je sais aussi que je vais mettre trois plombes à choisir ma tenue. Ce n’est pas un rencard, j’en ai bien conscience mais je vais quand même m’habiller un peu mieux. Devant l’armoire je suis plantée, Saphir à mes côtés qui doit probablement se demander ce que je fais. Après de longues minutes, je sors un jean noir ainsi qu’un double haut de la même couleur, avec une pointe de rouge. Pour les chaussures, ce sera des baskets. Il ne fait pas froid alors autant en profiter. Je regarde mon portable et remarque qu’il est déjà trois heures moins le quart. Je lisse rapidement mes cheveux et me mets seulement du mascara. Je ne veux pas ressembler à un pot de peinture et je préfère jouer sur le naturel, donc pas vraiment de maquillage. Je quitte la maison avec Saphir et file prendre le bus. Mon cœur bat la chamade, je me sens vraiment bête. […] J’arrive au lieu de rendez-vous vers quatre heures moins le quart et en profite pour faire un peu de dressage avec mon chien. Il est obéissant mais c’est toujours important de le solliciter, enfin je suppose…

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux w/ William&Zola 5/11/2015, 20:34

Après avoir donné les dernières instructions aux employés, je retourne derrière pour enlever ma blouse du Subway et dépose toutes mes affaires dans mon casier. On a encore fait une bonne journée. Il faut dire que l’idée de composer son sandwich est tellement simple qu’au final, ça fonctionne plutôt pas mal - même avec les autres fast-food à côté. On peut croire qu’on se concurrence, ce qui en soit est vrai, mais il arrive qu’entre employés - Subway et les autres fast-food confondus, on se fasse des petites soirées sympas. Genre bowling. C’est plutôt cool. On se prend pas vraiment la tête, sauf quand t’as un grand con dans le groupe... Mais bon, ce sont des choses qui arrivent. Je reviens devant et leur souhaite un bon courage pour cette après-midi déjà entamé. Et leur signale que je repasserais avant la fermeture. Demain, je suis en repos et donc je compte bien leur laisser toutes les instructions nécessaires. Ils les connaissent par coeur mais savent que je suis assez à cheval dessus. Et savent également que si problème il y a, un coup de fil et je débarque dans le quart d’heure qui suit. J’appelle ensuite mon chien qui se trouve encore à l’arrière entrain de ronfler comme un porc. J’ai l’expression magique pour qu’il arrive comme une fusée. Un simple ‘on y va’ et le voilà déjà à côté de moi, comme s’il était réveillé depuis deux bonnes heures et qu’il avait pris du LSD. Je ris doucement et sors du restaurant. Je vois que la miss est déjà là avec son chien. A peine sortie, que Cappie le voit aussi et court vers lui pour jouer. Ah ce chien... Il et trop sociable. Quand il était petit, j’étais obligé de l’avoir constamment en laisse attachée, parce que dès que quelqu’un l’appelait, il y allait. Je suis persuadé que si je me ferai agresser dans la rue ou que je me ferai cambrioler mon appart’, il irait faire la fête au gars...

- Et bah j’ai l’impression qu’ils s’entendent bien... Du coup, on baise ?

Je souris. Et éclate de rire quand je vois sa tête. Ah non mais le pire, c’est que j’avais déjà sorti cette vanne à une fille que j’avais croisé... Et je m’étais fait prendre à mon propre jeu. Mais super moment quand même !

- Je plaisante évidemment. Désolé, j’ai un humour un peu... Direct.


C’est à dire qu’avec mon passé, j’ai décidé de prendre la vie comme un jeu. Enfin plutôt d’éviter de me prendre la tête pour rien. Je sors de mon sac une cannette de coca et lui tend. J’ai l’impression de l’avoir perdu là...

- Zola... ? T’es morte ?

Je passe ma main devant ses yeux. Ouep... Il va falloir que j’y aille molo sur les vannes pourries avec elle. J’ai bien peur de l’avoir complétement choquée là. Je plisse les yeux et la fixe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux w/ William&Zola 5/11/2015, 21:42


william ♦ zola
Saphir a encore fait des progrès et je suis ravie. Bien sûr, j’essaye aussi de varier les plaisirs et les jeux mais, il est très demandeur ce qui est plutôt étonnant pour un jeune chien, je trouve. C’est bien mon bébé, tu as fait des progrès, je suis fière de toi ! Je le prends dans mes bras quelques instants puis le repose au sol. Au moment précis où ses pattes touchent le bitume, un petit bouledogue débarque pour le saluer. Je me retourne pour tomber sur le beau William. Un immense sourire s’affiche sur mon visage. Je suis niaise c’est de plus en plus ridicule et pathétique, enfin bon. Et bah j’ai l’impression qu’ils s’entendent bien… Du coup, on baise ? Je me fige et perds mon sourire. Il a bien dit ce que je crois qu’il a dit ? Le mythe du garçon bien, s’effondre peu à peu et je suis tellement soufflée par ses mots que, j’en reste muette. Je plaisante évidemment. Désolé, j’ai un humour un peu… Direct. Ah parce que c’était de l’humour ? L’information a un peu de mal à monter jusqu’à mon cerveau. Zola… ? T’es morte ? J’ouvre et referme la bouche avant de me ressaisir. Euh non, non, je ne suis pas morte je euh… Cherche mes mots ? Oui, voilà, je cherche mes mots et comme mon cerveau a bugué, ils ont du mal à sortir. Je prends la canette qu’il me tend et l’ouvre d’une main tremblante, manquant de m’en renverser partout. Merci pour la boisson. Je te dois combien ? Je le vois hausser un sourcil avant de rire. Euh… j’ai dit une bêtise… ? En fait, je me rends compte qu’effectivement, j’ai dit une énorme connerie. Il m’offre une canette ce n’est pas pour que je la lui rembourse. Je bois quelques gorgées en le fixant, les joues rougissantes. Je me sens toute petite à côté de lui. Ouais bon, je ne fais qu’un mètre cinquante-cinq et lui il doit bien faire un mètre soixante-dix ou soixante-quinze par-là, voire plus. Tu as passé une bonne journée sinon… ? Le silence qu’il y avait, n’était pas gênant tout au contraire mais, parler c’est bien aussi non ? Et puis on est là pour faire connaissance et, pourquoi pas, devenir ami après. J’aimerais bien en tout cas. On marche un peu… ? Rester sur le trottoir comme ça, ce n’est pas génial… Bien que sa compagnie m’intimide et me plait plus qu’elle ne le devrait. J’ai vraiment envie de passer du temps avec lui et peut-être qu’un jour, je serais suffisamment confiante pour lui dire qu’il me plait énormément et que j’aimerais composer quelques mélodies avec lui. Voire plus…

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux w/ William&Zola 6/12/2015, 17:53

Okay. La nana, j'lui offre une boisson et … Elle veut me rembourser. Et après on s'étonne qu'il n'y ait plus de galanterie. Tsss. Bpn okay, va falloir que j'arrête de parler à mon cerveau. Parce que je suis à peu près sûr, même à dix mille pour cent que si je parlais à haute voix, que les gens me prendraient pour un fou... Non, juste un psychopathe en fait. Et que l'on me ferait interner sur le champs. Maiiiis c'est pas grave. Après tout, si une jeune fille comme Zola est capable de rester à mes côtés même avec mon humour spécial, c'est que je ne dois pas faire si peur que ça. Alors je souris doucement et elle comprend que la canette, c'est tout bénéf' pour elle.

Et puis, elle me pose une question. A vrai dire, je ne me suis jamais posé cette question. Est-ce que j'ai passé une bonne journée ? Je n'en sais foutrement rien. C'est la routine. Je me lève, j'enfile un jogging, je prend mon chien et on part courir, ensuite je prend ma douche pour pas sentir le blaireau. Je pars au travail, je rentre, je joue un peu de guitare et puis... Et puis les journées s’enchaînent et sont toutes à peu près pareil. La dernière fois que j'ai passé une bonne journée, où j'me suis vraiment bien senti... C'était... Je ne me souviens plus. Je suis tellement long à répondre que Zola enchaîne sur le silence que j'avais imposé. Je rétorque d'un signe de tête et l'on se met à marcher. Côte à côte. Sans gêne. Et là, je me rend compte que je me sens bien. Je ne pense à rien. Mon chien s'éclate avec celui de la blondinette. Cette même blondinette qui me fait sentir bien. Ouais, voilà c'est ça. Pour une fois, je me sens bien.

- Merci Zola.

Un peu étonnée de ma réponse. Je l'avoue, personne n'entend rarement un merci dans un moment comme ça. Ou même dans un autre, c'est devenu assez rare de nos jours. Mais moi, je sais saisir l'occasion. Si je peux remercier une personne, pour une quelconque raison, je le fais. Je soupire doucement d'aise.

- Ne me regarde pas comme un fou, je ris doucement, il est rare que je me sente bien. C'est vrai, j'ai un bon job, j'ai un chien en or. Il m'arrive d'aller voir des amis, d'aller à des concerts, de prendre du bon temps en allant dans un parc d'attraction, ou bien juste d'aller courir le matin... Alors oui, avec tout ça, j'me sens bien, j'veux dire, j'ai une bonne situation même si parfois je galère, c'est normal. Mais depuis ce midi, je me sens bien. Je ne pense à rien et ta compagnie me repose. Il y a des personnes que je rencontre qui vont me stresser, ou me stimuler. Mais là, on se promène, on est bien, tu ne trouves pas ?

Ca y'est, je me rappelle. La dernière fois que je me suis senti comme ça, c'était quand ma mère était encore là. Notre dernier Noël ensemble.Rien qu'à deux. Plateau télé et crème glacé Ben&Jerry's, installés dans le vieux canapé pourri mais confortable de ma grand mère. Dans le noir avec pour seule luminosité celle de la télévision. Ma mère était fan des Frères Scott. Je m'en souviens encore. C'était le tout premier épisode. Elle voulait reprendre toutes les saisons. Episode par épisode, juste pour qu'on les regarde ensemble. Et j'était bien, assis à côté d'elle, quand elle éclatait de rire à la moindre blague stupide, quand les larmes lui coulaient sur les joues. Son odeur enivrante du parfum que je lui offrais chaque année me manque. Et en me perdant dans mes pensées, j'en oublie que je ne suis pas seul. J'essuie furtivement mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux w/ William&Zola

Revenir en haut Aller en bas

Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux w/ William&Zola

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux w/ William&Zola
» « Tout passe en ce monde, sauf le café dans les mauvais filtres.» .free.
» [Bordeaux] Je résiste à tout, sauf à la tentation [Cédric]
» TOUT LE MONDE EST COUPABLE SAUF ELLE LA PETITE INNOSANGTE !
» Tout le monde part un jour ... sauf toi || Lucas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE :: saison 08 :: rps-