Partagez|

Jean Belmonte - Finite ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Jean Belmonte - Finite ~ 22/10/2015, 22:40



Jean Belmonte featuring Ash Stymest

NOM : Belmonte. PRÉNOM : Jean-François, en théorie. Mais parce qu’il déteste foncièrement son prénom à rallonge, il se présente comme "Jean" tout court. SURNOM : Le premier qui l’appel Jean Valjeant se fait crever les yeux à la petite cuillère rouillée, infecté par un virus mortelle, merci bien. Sinon, il n’a pas de réel surnom. Peut-être “branleur” ou “casse-couille”, à l’occasion. Sa mère le surnomme aussi “chaton”, mais vous pouvez bien aller crever avant d’essayer de faire pareil . ÂGE : 27 ans. DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Le 11 juillet à Rumengol, dans le Finistère. ORIGINES : Bretonne. Comment ça, c'est pas une origine ? Ok, ok. Française dans ce cas. ORIENTATION SEXUELLE : Homosexuel assumé. Cela n’a jamais dérangé sa famille, et il se contrefou des stéréotypes que vous pouvez lui coller sur le dos. Franchement... Regardez sa gueule, quoi. Ça se voit que ça lui en touche une sans faire bouger l'autre. STATUT CIVIL : Célibataire, bien qu’il ait été pacsé durant deux ans. Il ne cherche pas à se caser pour le moment, préférant les one nights sans lendemain aux prises de têtes qu'une vie de couple impose. ÉTUDES/MÉTIER : Tailleur de verre. Il a également était formé en tant que souffleur. Il est aussi graffeur à l’occasion, mais il s’agit plus d’un passe-temps qu’autre chose. Il n’a été payé pour ça qu’une ou deux fois. PASSION(S) : Il dessine beaucoup et passe un temps considérable à enrichir sa culture pop-art. Contrairement aux apparences qui le font passer pour le petit con de base, Jean est quelqu’un qui aime apprendre et qui, par le fait-même, adore lire sur des sujets qu’il ne maîtrise pas.  GROUPE : L’élixir. SCENARIO OU PERSONNAGE INVENTÉ : Personnage inventé.

CARACTÈRE : Ne vous fiez jamais aux apparences avec lui. Jean a beau avoir l’air d’un type bravache et vulgaire au premier abord - ce qu’il est quand même un peu -, c’est surtout un putain de romantique doux et affectueux. Apprenez à le caresser dans le sens du poil, et vous aurez un chien fidèle et docile à vos côtés. En fait, il n’a rien du branleur égoïste qu’il paraît. Il est charitable, doté d’une grande empathie et sociable. C’est aussi quelqu’un de très curieux, toujours avare d’apprendre de nouvelle chose et de les partager avec autrui. Grand passionné dans tout ce qu’il entreprend, il ne laisse jamais tomber quelque chose ou quelqu’un. Têtu ? Carrément. Quand il a une idée en tête, il ne l’a pas ailleurs, comme on dit. Mais c’est une bonne chose, c’est ce qui l’aide à tenir sa vie dans le droit chemin. Car même s’il n’est pas très ambitieux, il aspire à une vie tranquille et, pourquoi pas, une famille lambda avec une maison, des gosses et un chat prénommé Biscotte. Quoiqu'il l’a déjà, le chat qui s’appelle Biscotte. Jean est une force tranquille, toujours sûr de lui en apparence, jamais hésitant. C’est quelqu’un sur qui l’on peut compter dans l’adversité comme dans la joie. Toujours prêt à prêter main-forte à quelqu’un dans le besoin, sa générosité peut être, à tort, confondu avec de la naïveté. Pourtant, il est loin d’être con, il est même plutôt perspicace. Il ne se fit jamais à sa première impression - qu’il sait un peu foireuse -, et donne toujours une seconde chance aux gens qui l’ont blessé, surtout si ce n’était pas volontaire. Il ne faut tout de même pas trop tirer sur la corde, puisque même s’il n’est pas rancunier de nature, il a bonne mémoire et n’apprécie pas trop de se faire mener en bateau. Calme et pondéré dans sa vulgarité, c’est un peu un paradoxe à lui tout seul. Et bordel, qu’est-ce qu’il adore ça. Paraître complexe alors qu’au fond, il n’y a rien de plus simple que lui, c’est un truc qui le fait bien rire.

Bon. C’est clair qu’avec autant de qualité, il pourrait bien s’agir de l’homme parfait. Et bien non. Pas du tout, même. Parce qu’il ne faut pas abuser, Jean possède quand même quelque vice très insistant. Notamment sa propension à picoler comme un trou dès que quelque chose ne tourne pas rond dans sa vie. Il est défaitiste, le petit Jean Valjean. C'est "son âme d'artiste qui parle", qu'il dit. Alors quand tout va mal, il essaie d’ironiser la situation comme il peut, histoire de mettre en veilleuse sa propension à déprimer pour un rien. Trop contemplatif pour la cause, il se perd à regarder des oeuvres artistiques déprimantes pendant des heures, ou à lorgner sur les films romantiques à la con comme Pretty Woman - et n’essayez pas de lui faire avouer ça, c’est mort, il n’y a bien que sa famille pour être au courant. Il s’isole, devient acariâtre et chiant. Bref, il devient ce qu’il paraît, et non plus ce qu’il est, un petit con. Paradoxalement, c’est aussi quelqu’un de très secret et de très franc. Secret sur sa personne, mais franc avec les autres. Couplez tout cela à une peur de l'abandon chronique qui le pousse à être jaloux, à un humour carrément douteux et machiste, ainsi qu'à une drôle de mauvaise foi, et vous obtenez un homme relativement normal, avec ses défauts et ses qualités.

TICS ET TOCS : Jean a besoin de s’occuper les mains lorsqu’il parle ou qu’il réfléchit. Résultat, c’est devenu un pro de l’origami. ☡ Il fume comme un pompier. ☡  Il boit aussi beaucoup d’alcool, mais ne finit complètement ivre qu’en présence de sa famille et donc, uniquement lorsqu’il se sent pleinement en sécurité. ☡ Il joue beaucoup avec la bague qui orne son pouce, un cadeau de sa mère pour ses vingt ans. ☡ Il possède un visage très expressif et fronce souvent le nez, par amusement ou par agacement.  


j'envoie des bons baisers de paris

QUEL EST L'ENDROIT QUE TU PRÉFÈRES A PARIS ? Le bois de boulogne de nuit, qu’il dit. Parait qu’il y a beaucoup de gens qui y traine en sous-vêtement, un vrai spectacle à voir au moins une fois dans sa vie. C’t’abrutit... QU'EST-CE QUI TE PLAÎT LE PLUS DANS LE FAIT DE VIVRE ICI ? Le boulot et la présence de sa famille. Il y est pour ça, de toute façon. Sinon, Jean n’aime pas vraiment Paris, en fait. Bon, il faut bien avouer que les musées, il les surkiffs. ET CE QUI TE PLAÎT LE MOINS ? Les gens, les bouchons, le métro, les gens, la pollution, le manque de politesse, les gens… Tsé, quand on a grandit dans un trou paumé où tout le monde se dit bonjour en souriant dès qu’on se croise, vivre à Paris est un réel challenge. POUR FINIR, DÉCRIS LA CAPITALE EN TROIS ADJECTIFS : Chiant ; Grouillant ; Magnifique..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 22/10/2015, 22:42



être parisien, ce n’est pas être né à Paris, c’est y renaître

Tu attends le messie, ou quoi ? Bouge ton cul, Jean !

Une voix agaçante perce les trombes d’eaux qui se déversent sur moi. Paris est une ville désagréable, pour qui n’y est pas habituée. Moi, ça fait bien dix ans que j’y suis et pourtant, je la déteste toujours autant pour la froideur de ses habitants. La mine bougonne, Ayem me lance un regard sévère depuis le perron de l’immeuble. La patience ne fait clairement pas partie de ses qualités, et à son grand désarroi, jouer avec ses nerfs lorsque l’occasion se présente est un vrai passe-temps. Si le sang qui coule dans nos veines n’a rien de ressemblant, nos coeurs ont toujours battu à l’unisson, et cela, depuis notre plus tendre enfance. Ayem est cette petite soeur de coeur que j’ai pris le temps de découvrir, cette part de moi indissociable de ma personnalité. Une épaule sur laquelle j’ai pleuré des heures, lorsque les choses allaient mal. Une petite voisine curieuse qui n’avait pas la langue dans sa poche, et qui ne se privait jamais pour me faire des reproches lorsque le besoin s’en faisait ressentir. En dehors de notre amitié solide, elle reste pour moi la femme la plus proche sur laquelle je peux compter. J’active ma démarche pressée pour délimiter les quelques pas qui nous séparent du hall d’entrée. Une chaleur étouffante me saute au visage, mais je n’ai guère le temps de m’y habituer puisqu’elle commence déjà à gravir les marches quatre à quatre. Vivre au cinquième étage apporte son lot de fatigue.

J’suis breton, j’aime la flotte. Elle affiche une moue circonspecte, penchant un instant la tête sur le côté.
- T’es surtout très con. Ou masochiste. Ou un peu des deux.
Le sourire agrippé férocement au coin des lèvres, je remonte le col de ma veste en cuir d’un geste vif pour me donner un air plus persuasif. Mes sourcils se froncent, ma voix se fait plus grave, alors que je prends une pause dans notre ascension.
- J’ai des goûts très particulier mademoiselle Steel. Vous ne pourriez pas comprendre.
Silence d’incertitude qui précède ma répartie foireuse. Ayem semble hésiter entre hurler de rire face à ma piètre imitation de Christian Grey, ou soupirer devant mes références désastreuses. Sa main percute bruyamment son front, mais son rire discret résonne joliment dans mes oreilles.
- Ok, t’es juste con, en fait. Tu peux me rappeler pourquoi je continue à te supporter ?
- Parce que nos parents s’envoient joyeusement en l’air ?
- Ah oui. C’est vrai.


J’esquisse un sourire attendri devant son soupire faussement blasé. Je n’ai jamais eu de père, mais le sien a toujours plus ou moins joué ce rôle. Lorsque j’étais gosse, ma mère m’a sans cesse raconté la même histoire sur celui qui m’avait donné la vie. Il était marin, elle était jeune. Il était beau, elle, hésitante et naïve. Une jeune fille banale, qui rêvait de faire sa première fois avec un homme qui la chérirait et l’aimerait jusqu’à la fin de ses jours. Seize ans, à peine. Une soirée avec des amis, un échange un peu tendancieux, certes, mais rien de bien significatif. Elle n'était pas prête, encore moins avec un inconnu. Lui, il en avait envie. Alors il l’a prise de force, dans une chambre d’amie. Elle n’a pas osé crier, elle n’a pas osé se débattre. L’alcool imbibait ses sens et la force qu’il lui imposait l’a obligé à être docile. Le lendemain, il est repartie sans un mot, ne laissant derrière lui qu’une adolescente dévastée et un coeur brisé. Il ne lui a même pas donné son nom. Tout ce qu’elle savait de lui, c’est qu’il était marié, et déjà père de deux enfants. Alors, lorsqu’elle comprit que cet accident désastreux l’avait mise enceinte de moi… Son monde s'est écroulé. À nouveau.

Elle a pensé avorter. Elle a songé mettre un terme à sa vie, aussi. Plus d’une fois, l’hésitation lui a fait perdre la carte, mais jamais elle n’a cédé devant celle-ci. Heureusement pour moi, dans un sens. Le soutien que mes grands-parents lui ont offert a sûrement beaucoup pesé dans la balance. Elle m’a détesté, au début. L'instinct maternel n’a pas vraiment fait son oeuvre. Et puis elle a fini par m’apprivoiser, doucement, avec le temps et le décompte des années. Elle a fini par me voir comme son fils, et non plus comme celui de son bourreau. Comme sa propriété, sa moitié, son âme, son chiard emmerdant qui prenait un malin plaisir à pigner pour que dalle. Ça, je le tiens d’elle, qu’elle dit. Pas comme ma grande gueule sale et mon penchant pour la répartie foireuse. Parait que c'est l'humour de mon beau-père qui a déteint sur moi. Je me souviens des fois où elle me racontait cette histoire en pleurant, en priant Dieu pour que je ne lui en veuille pas, en espérant de tout son coeur que les ressentiments qu’elle avait eus pour moi n’avaient pas totalement gâché notre relation. Ce ne fut jamais vraiment le cas. Au fond, j’étais sans doute trop jeune pour m’en rendre pleinement compte. Et, si je me rappelle vaguement des quelques fois où elle m’avait craché sa haine au visage, nos souvenirs heureux sont bien plus puissant que tout le reste. Quant à mon vrai père, mon géniteur, je n'ai jamais cherché à le retrouver. Je n'ai jamais voulu rencontrer un connard pareil, faut dire. Je ne partage que ses gênes, après tout, rien de plus.

Hop là !

Mes pensées parasites s’envolent lorsque je réceptionne ma petite soeur, Hadjiba, en ouvrant grand les portes de l'appartement. Du haut de ses dix ans, elle n’en reste pas moins une enfant très vive d’esprit. Elle dépose un baiser bruyant sur ma joue, devant le regard attendri d’Ayem. Cette dernière bifurque d’ailleurs très vite vers le salon, pour aller saluer ma mère. J’entends leur voix s’élever, des rires, puis des pas qui se dirigent vers moi. Grande, les cheveux noirs lâchés sur ses petites épaules, le corps amaigrit par la fatigue et les problèmes alimentaires. Ma mère, dans toute sa splendeur. Son regard d’ocre me percute lorsque je l'aperçois au détour du couloir, mais son large sourire est bien plus merveilleux à regarder. C'est une battante. Une guerrière féroce contre la vie qui n'a jamais été tendre avec elle. Je sais qu'elle arrivera à garder la tête hors de l'eau, quoi qu'il en coûte.

Ah, enfin ! Tu es en retard, chaton.
- Sans déconner, m’man, tu pourrais pas arrêter de m’appeler comme ça ? J’sais pas si t’es au courant, mais j’ai un peu vingt-sept piges quand même.
- Comme tu veux, mon canari des îles.
- Mon cana…
Je pousse un soupire blasé, la mine désespérée pour la cause. Pfff, ok, chaton, c’est cool en fait.

Le temps nous a offert le luxe d’une complicité merveilleuse. Peut-être aussi parce que je n’ai pas été un gamin trop difficile à gérer. J’étais même plutôt calme, en fait. Souriant, sociable. Un peu chiant par moments. Normal, quoi. Mon éducation n’a jamais été un problème. Je n’étais pas spécialement bon à l’école, mais j’étais assez doué pour ne pas me créer de problème, même si mon look atypique en étonnait plus d'un. Une main volage passe dans mes cheveux. Je sursaute, me retourne, puis aperçois le teint basané de Djahil me faire face.

C’est ta mère.
- C’est ta femme. Tu pourrais au moins faire dans la solidarité masculine. On est en sous-effectif, par ici !
- Et dormir sur le canapé ce soir ? Certainement pas.


Il hausse habilement des épaules, alors que le rire clair de ma mère résonne entre nos quatre murs. Lui ? C’est mon beau-père. Le père d’Ayem. Un algérien de naissance, mais un français de coeur. Un type bien, avec de bonnes valeurs encrées. Il est musulman, mais la religion n’a jamais été un problème. Il a même toujours laissé le choix a ses enfants de croire ou non à ses préceptes, si bien qu’Hadjiba y a renoncé depuis quelques années. Ayem, elle, reste encore pratiquante. De ce que j’en sais, il était amoureux de ma mère depuis le collège et ils ont arrêté de se tourner bêtement autour lorsque j’ai eu huit ans. Il a toujours fait office de père de substitution pour moi, et je n’ai jamais eu grand mal à l’appeler “papa”. Quoique ça l’a bien chamboulé, la première fois. Et puis ils ont eu une fille ensemble, cette petite peste de dix piges qui est en train d'agripper sauvagement ma jambe pour avoir un câlin. Je crois que Djahil était cet homme doux et aimant qu’attendait si patiemment ma mère. Ils se sont bien trouvé.

C’est aussi lui qui m’a appris mon métier. Travailler le verre, c’est quelque chose de très complexe, et d’en même temps très prenant. Quand j’étais gosse, il s'est évertué à m’initier à l’art sous toutes ses formes. De la musique à la peinture, de l’action à l’inaction, de la beauté à l’étrangeté. Il a toujours été très cultivé et a forgé inconsciemment en moi ce même désire d’apprendre. Aujourd’hui encore, c’est avec plaisir que je travaille dans son atelier. Une complicité vive et agaçante, une ambiance chaleureuse et un boulot passionnant. Notre départ sur Paris, on le doit à ma mère. J’ignore si ce sont les souvenirs amers qu’elle avait de la Bretagne ou une quelconque autre raison, mais elle n’y tenait plus dans notre petit village. Elle ne supportait plus d’essuyer ces mêmes regards compatissants des commères du coin, ces remarques sarcastiques des garces avec lesquelles elle bossait à l’usine. Parce que son mari était croyant, portait la barde et, qui sait, il était p t'être bien un futur terroriste en puissance, hein, on ne sait jamais, faut se méfier des gens de couleur, pauvre petite, j'suis sûre qu'il l'oblige à porter le voile à la maison. Bande de connasses. Dans les petits villages, la connerie peut faire des ravages. Alors on est partie. Tous ensemble, parce qu’on est une famille unie malgré tout, malgré l’adversité et le malheur de chacun. On est arrivé sur Paris en grande pompe, et je suis intimement persuadé que la ville a été choisi un peu au petit bonheur la chance. Ma mère a repris son boulot dans une autre usine, Djahil a rouvert un atelier. Les années ont coulé en douceur, et mes premiers émois amoureux avec.

Quand j’ai eu dix-neuf ans, je me suis mis à fréquenter un garçon du lycée professionnel dans lequel j'étudiais. Parler de mes tendances à ma famille ne fut pas vraiment compliqué. J’ai un peu tâté le terrain, j’ai essayé d’aborder le thème de l’homosexualité au cours d’un repas de famille. Les réactions ont été un peu diversifié, mais unanimes sur l’acceptation qui en découlerait. Alors je me suis lancé. Ma mère m’a pris dans ses bras, m’a répété qu’elle m’aimait pendant des heures, et que rien ne changera jamais. Djahil a passé sa main dans mes cheveux, comme il le fait toujours, et m’a souhaité tout le bonheur du monde avec ce type que je fréquentais. Ayem a hurlé de rire, et m’a harcelé de questions connes pendant trois mois. Tsé, le genre de question auxquelles t'as pas envie de répondre du genre : " et la sodo', ça fait si mal que ça ? " ou encore " qui fait la fille ? Toi ou lui ? ". Il m'a bien fallu un an avant de réussir à briser toutes les idées préconçues qu'elle se faisait de ça. Hadjiba était bien trop jeune pour réagir concrètement à la chose, à l’époque. Aujourd'hui, c'est quelque chose de parfaitement naturel pour elle. Ma relation avec ce type de mon âge s'est solidifiée. On s'est même pacsé, lorsque mes vingt-et-un ans sont arrivé. Mais la vie est une chienne parfois, et ça c’est un peu gâté. Il est parti voir ailleurs, je l’ai quitté. Point à la ligne. Il y a rien d’autre à dire.

La vie continue, quoi.

" Ayem, sors moi une bière !
- Va chier. "


Une belle vie de famille heureuse, j'vous dis.


de paris à chez moi, il n'y a qu'un pas

PSEUDO/PRÉNOM : Eri'. ÂGE : 24 ans. SEXE : *reluque son entrejambe* Je crois que je suis une fille. Pas sûre... VILLE : Dans la province de Loulitude. RAISON(S) DE L'INSCRIPTION : Ça faisait, genre... Une PLOMBE que je cherchais un forum rpg se situant en France. Je suis conquise. IMPRESSIONS : À l'encre noir, généralement. Les couleurs, ça coûte plus cher. FRÉQUENCE DE CONNEXION : Présence très régulière, mais pas nécessairement pour rp'. UN DERNIER MOT ? J'peux pas, j'ai aqua-poney.


Code:
[color=#D04040]● [/color][b]ash stymest[/b] aka [i]jean belmonte[/i].
Revenir en haut Aller en bas
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : mads.

CRÉDITS : (ava) balaclava. (sign) anaëlle.

PSEUDO : FREAKSHOW (laurine).


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 22/10/2015, 22:44

un grand bienvenue parmi nous et bonne chance pour ta fiche
si tu as besoin de quoique ce soit, le staff est là pour toi donc n'hésite pas à nous harceler, on adore ça


chanel n°5, de l'or entre mes seins. la nuit tout est plus simple, j'emmerde tes voisins. mais quand vient la nuit, et que sonne l'heure de faire un tour. j'ai comme des envies, d'aller voir ailleurs mon amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 22/10/2015, 22:53

Oh bah dite donc, vous êtes rapides, ici

Merci beaucoup en tout cas ! Promis je viendrais embêter le staff à la moindre petite question, huhu ~ *aime emmerder les gens* Je m'occuperais de l'histoire demain ! ^.^ Donc la fiche complète ne tardera pas trop ~

Merci encore =D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : mads.

CRÉDITS : (ava) balaclava. (sign) anaëlle.

PSEUDO : FREAKSHOW (laurine).


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 22/10/2015, 22:53

on est toujours au taquet, il va falloir t'y faire haha


chanel n°5, de l'or entre mes seins. la nuit tout est plus simple, j'emmerde tes voisins. mais quand vient la nuit, et que sonne l'heure de faire un tour. j'ai comme des envies, d'aller voir ailleurs mon amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 22/10/2015, 22:56

Bienvenue ici.
Comme l'a dit Laurine, n'hésites pas à harceler le staff en cas de question.
J'ai hâte de lire ta petite histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 22/10/2015, 23:01

Huhu, pas de soucis, j'hésiterais pas

Merci pour l'accueil en tout cas ! =D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 22/10/2015, 23:11

Citation :
IMPRESSIONS : À l'encre noir, généralement. Les couleurs, ça coûte plus cher.
J'ai ri.

Bienvenue, Monsieur Belmonte
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 22/10/2015, 23:12

J'me sens l'âme d'une wineuze pour avoir réussi cette blague vaseuse sur au moins une pauvre petite âme

Merciiii =D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
eau de toilette

JE RESSEMBLE À : magda zalejksa.

CRÉDITS : hedgekey (ava), tumblr (gif), quiet riot (sign), alcaline (icon).

PSEUDO : flingueur. (mais on m'appelle lily dans le stème-sy)


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 22/10/2015, 23:27

Stymest

Bienvenue par ici !
Je viendrais te quémander un lien


mais notre histoire est un trésor
renfermant la vérité
symbole d'espoir laissé dans les cieux
deux âmes sœurs les yeux dans les yeux
deux miroirs en face l'un de l'autre
reflétant l'éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 23/10/2015, 07:59

Huhu, pas de soucis pour le lien, je suis totalement open

Merciii =D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : jenna.

CRÉDITS : (ava) skairipa. (sign) tumblr.

PSEUDO : FREAKSHOW (laurine).


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 23/10/2015, 10:36

Alice Demoulin a écrit:
Citation :
IMPRESSIONS : À l'encre noir, généralement. Les couleurs, ça coûte plus cher.
J'ai ri.

Jean Belmonte a écrit:
J'me sens l'âme d'une wineuze pour avoir réussi cette blague vaseuse sur au moins une pauvre petite âme

j'avais même pas fait gaffe



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 23/10/2015, 16:39

Huhuhu, j'ai le même humour naze que mon personnage, va falloir vous y faire

Et vouala ! Je crois bien que j'ai fini ~ *va poster dans le sujet correspondant, du coup*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 23/10/2015, 18:57

Bienvenue Jean!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 23/10/2015, 18:58

Merci Amir
Revenir en haut Aller en bas
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : evan peters mon amr.

CRÉDITS : oim (avatar) + oim (signature).

PSEUDO : anaëlle da queen.


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 23/10/2015, 19:23

biiiiiienvenue parmi nous !



t'as dû t'gourer de planète, tu sais même plus où t'es. alors t'attends que ton coeur lâche, qu'ce soit bien trop brutal. et la peur s'abat quand même sur les ébats du mauvais ange qui se dérange pour crucifier tes libertés. au fond tu l'sais, t'es pas si loin d'l'enfer. et toi, ça t'fait rire. ça t'fait rire et pas pleurer. c'est qu'tu dois vraiment rien piger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : evan peters mon amr.

CRÉDITS : oim (avatar) + oim (signature).

PSEUDO : anaëlle da queen.


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 23/10/2015, 19:24

biiiiiienvenue parmi nous !



t'as dû t'gourer de planète, tu sais même plus où t'es. alors t'attends que ton coeur lâche, qu'ce soit bien trop brutal. et la peur s'abat quand même sur les ébats du mauvais ange qui se dérange pour crucifier tes libertés. au fond tu l'sais, t'es pas si loin d'l'enfer. et toi, ça t'fait rire. ça t'fait rire et pas pleurer. c'est qu'tu dois vraiment rien piger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 23/10/2015, 19:24

T'es tellement content de ma présence que tu me souhaites la bienvenue deux fois ? Bah dite donc ! J'dois faire forte impression. ( ou pas /sbaf/ )

Merciiii
Revenir en haut Aller en bas
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : evan peters mon amr.

CRÉDITS : oim (avatar) + oim (signature).

PSEUDO : anaëlle da queen.


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 23/10/2015, 19:39

ouais c'est l'émotion je crois !



t'as dû t'gourer de planète, tu sais même plus où t'es. alors t'attends que ton coeur lâche, qu'ce soit bien trop brutal. et la peur s'abat quand même sur les ébats du mauvais ange qui se dérange pour crucifier tes libertés. au fond tu l'sais, t'es pas si loin d'l'enfer. et toi, ça t'fait rire. ça t'fait rire et pas pleurer. c'est qu'tu dois vraiment rien piger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 23/10/2015, 21:12

ASHHHHHHHHH MON AMOUR
Il nous faudra un lien c'est obligé !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 23/10/2015, 21:15

... J'vais être franche.

J'avais grave tilté sur la personnalité de Jao de toute façon, donc t'y réchappera pas pour le lien =D ( Ouais, j'ai fureté sur pas mal de fiche cette aprèm ~ )

Merciiiiiiiii
Revenir en haut Aller en bas
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : blanca.

CRÉDITS : (ava) outlines. (sign) uc.

PSEUDO : FREAKSHOW (laurine).


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 23/10/2015, 21:19

alors mon chat s'appelle biscotte aussi donc tu gères
ensuite, je kiffe trop ce petit jean. et la relation qu'il a avec ayem franchement, ça détonne, ça déchire. j'adooooooore tellement
je ne peux que te valider et j'espère que tu t'éclateras parmi nous


Tu es officiellement validé(e)

bravo, bravo, tu es venu(e) à bout de ta fichounette et tu as été accepté(e) à Paris. maintenant tu es libre de faire tes premiers pas en toute tranquillité - mais pas trop quand même. tu débarques peut-être en solitaire alors vas vite te faire de nouveaux amis qui n'ont qu'une envie : t'avoir dans leur agenda. ne sois pas triste s'il te manque quelqu'un dans ta vie, file créer son scénario pour le voir débarquer près de toi et te redonner le sourire. en plus, tu as la possibilité de demander des liens pour ce fameux scénario aux autres petits membres, et même de te proposer pour combler le vide de quelqu'un d'autre en te rendant par-là. en attendant, si tu es un fou/une folle de rp, accro jusqu'à la moelle - oui oui, on comprend ça très bien - tu peux aller rechercher un partenaire, le staff se chargera de vous concocter une petite scène juste pour toi et tes nouveaux amis. t'as vu comme tout le monde est mignon ici ? alors n'hésite pas à débarquer sur le flood et/ou la chatbox pour devenir le number one du délire. ne t'en fais pas si tu as un peu peur de faire le premier pas : les petits timides, on leur fait de gros câlin, et on les aide à s'intégrer grâce au parrainage. et puis si tu nous aimes, tu peux même voter pour nous, on te fera des crêpes pour te remercier ! on est un club de folie nous, et on a hâte de partager des tas de choses avec toi ! en attendant, amuse-toi bien parmi nous !



elle a l'ivresse de la vodka,
la folie de la tequila.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 23/10/2015, 21:26

Muahahaha, je gère toujours, voyons /sbaf/

Merciiiii pour la validatioooooon ! J'm'en vais squatter des fiches de liens pour fêter ça, tiens. o/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 24/10/2015, 10:51

nan mais ta blague sur l'impression

En tout cas bienvenue ici si besoin siffle le staff il accourt, normalement
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~ 24/10/2015, 11:01

Muahahaha, elle a l'air de faire son effet, celle là ! Au moins, mon humour pourrit fonctionne, huhu ~

Merciii =D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Jean Belmonte - Finite ~

Revenir en haut Aller en bas

Jean Belmonte - Finite ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une interview de Jean Raspail
» Une bourgeoisie déracinée ! Par Jean Erich René
» Attaque de fourmis folles/jean Erich Riche
» Les Paroles de Jean Dominique:
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE :: saison 07 :: gestion-
LES RPS LIBRES

then a hero comes along / zafira beaumont.
(voir le sujet)