Partagez|

I never thought I'd see you again (Raphaël)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: I never thought I'd see you again (Raphaël) 30/1/2016, 21:01

I never thought I'd see you again
Never thought I had to tell you how I lost my mind again
J
anvier terminait, ce qui me rappelait que ça faisait déjà un mois que j’avais quitté mon pays natal pour de nouvelles aventures, pour un nouveau départ. Un mois que je n’avais pas vu ma famille. Bien sûr en habitant à Londres j’avais pris l’habitude de les voir moins régulièrement, mais là c’était un record et je n’en étais pas très fière. Encore une chance que je pouvais encore entendre leurs rires au téléphone, je me sentais ainsi bien moins seule le soir en me retrouvant dans mon petit appartement du vingtième arrondissement. J’avais commencé les cours dès mon arrivée, une nouvelle session commençant. Je les adorais et surtout, je pouvais pleinement me concentrer là-dessus, n’ayant que peu de distraction extérieure. Certes j’avais rencontré des gens, mais pas encore à sortir avec eux tous les soirs. Il y avait mon boulot dans petit café, le Lou Pascalou, qui prenait un peu de mon temps. J’aimais bien l’ambiance simpliste qui s’y trouvait. Je commençais tranquillement à découvrir la ville. J’avais tout mon temps devant moi, alors je ne brusquais rien. Habitant à l’est, je devais faire un bon chemin en bus afin de me rendre à l’École des beaux-arts dans le sud. J’en profitais généralement pour observer les alentours ou même dessiner, lorsque je décidais de mettre mes écouteurs dans mes oreilles et ainsi me créer une bulle. J’aimais bien ce mode de vie. J’étais plutôt occupée, choisissant moi-même de me consacrer sûrement plus que la majorité dans mes cours. Au moins, cela me faisait oublier mes problèmes d’avant. Le vide que j’ai en moi. Aujourd’hui était une journée comme toutes les autres. J’avais rapidement développé une routine qui me sécurisait, puisque même si j’avais eu tellement d’arriver dans un nouvel univers, cela pouvait aussi être effrayant. Le matin, je me préparais puis sortais, marchant jusqu’à l’autobus en m’arrêtant dans le café où je travaillais pour m’acheter croissant et café. Ensuite, je pouvais déguster cela en route jusqu’à l’école. Le midi, j’en profitais généralement pour avancer mes travaux. Je ne pouvais pas tout faire de chez moi, n’ayant pas tout le matériel et le soir, je devais retourner chez moi. J’avais le temps de me faire à manger avant d’aller travailler. Ce soir, après mon shift bien sûr, j’avais prévu de rejoindre des amis dans un pub proche d’ici. En effet, un garçon de mes cours s’y produisait et nous avait tous invité. L’idée me plaisait bien, mais encore, je devais cacher mon impatience pour être pleinement présente pour les clients. Ceux-ci étaient généralement jeunes, mais très exigeants. J’aimais bien ce boulot, même s’il ne touchait aucunement ce que je voulais faire. Malheureusement, je n’avais rien pu trouver ici comme je l’avais fais à Londres dans une galerie. Je supposais toutefois que je finirais par trouver les bons endroits. Plus que dix minutes avant que je termine et puisse courir à mon appartement pour enfiler autre chose. J’avais mes derniers clients à servir, je sortais de la cuisine, deux assiettes dans les mains, quand je m’arrêtai brusquement. Mon regard c’était posé sur une tête blonde que je connaissais que trop bien, Raphaël. Je ne m’attendais aucunement à le voir ici et soudainement, toutes mes peines des derniers mois réapparurent. J’en échappai mes assiettes au sol, ce qui créa bien sûr un vacarme et je me penchai rapidement pour tenter de tout ramasser. J’allais sûrement me faire gueuler pour cela, mais pour l’instant, ce n’était pas ce qui me préoccupait. Que faisait-il là? M’avait-il retrouvé? Sûrement pas, je lui avais clairement dis que je ne voulais plus le revoir. Tant de choses me venaient en tête et je devais vraiment m’éloigner de lui avant que tout cela explose.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'd see you again (Raphaël) 31/1/2016, 13:30



❝ I never thought I'd see you again❞
June & Raphaël


6h00- La rue Rivoli était vide; les parisiens encore endormis profitaient de leur dernière minute de repos. Seul le camion de nettoyage de voirie faisait office de présence. L'aube approchait avec lenteur et les couleurs crépusculaires ne tardèrent pas à faire leur apparition dans ce ciel sombre et nuageux.
Raphaël arpentait l'avenue se dirigeant vers les pyramides du Louvre. À cette heure-ci le spectacle était magnifique; la lumière chassait les démons avec tant de facilité.
Le musicien prit place au bord d'une des fontaines entourant les pyramides de verre. Il se munit d'une cigarette qu'il coinça entre ses lèvres. Le feu de son briquet ne tarda pas à embraser le tabac. Un soupir s'échappa d'entre ses lèvres, laissant alors flotter la fumée autour de sa personne.
Avait-il rêvé cette nuit? Cela ne lui était pas arrivé depuis plusieurs années. Il ne pouvait aspirer qu'à quelques heures de sommeil.
Néanmoins durant ces seules heures d'asthénie, cette nuit , il avait eut cette étrange impression. Comme s'il avait entre aperçu un visage, une silhouette.
Imaginait-il encore le visage de sa mère?. Cette question resta sans réponse.
Ces instants privilégiés prirent fin et la vie reprit son cours. Il était temps pour lui d'en faire de même. Était-cela finalement, être adulte? .

Le Conservatoire était un lieu des plus vivants: musique, danse, chant. Les élèves étaient ici chez eux et leur talent prenait toute sorte de forme. Ils étaient heureux, fiers et croyaient pouvoir décrocher les étoiles et la lune.
Raphaël les observait, sourire au coin, riant presque d'enthousiasme à leurs projets d'avenir. " Que feras-tu une fois l'année terminée?", cette question revenait sans cesse. Le temps était passé à un telle vitesse, qu'il n'avait pas pris conscience que tout cela prenait fin à son tour.
Alors, dans un haussement d'épaules, il répondait: "Je verrai où le vent me porte". Encore une fois, il ne prenait pas en compte l'ampleur de ce qui l'attendait; les propositions de contrats attendaient des réponses, ses projets musicaux se concrétisaient. Impossible de faire de véritable choix.

Le jeune homme écrivait dans un de ses calepins; ce n'était que des phrases, des mots qui n'avaient pas réellement de sens. Quelques dessins ornaient les coins de pages. D'horribles dessins, il fallait l'avouer.
"Raphaël?", il releva le regard en direction de la source. Ethan basse sur le dos l'attendait devant la porte de la salle. " Dude, t'as l'air complètement out aujourd'hui".  Il ferma avec vigueur son calepin, un sourire ornait ses lèvres fines en entendant son compère parler en anglais. "J'arrive.". L'étudiant quitta la salle et Raphaël en fit de même, récupérant sa guitare acoustique.

La journée était passée à une vitesse impressionnante, pourtant tout semblait au ralentit. Était-ce le retard dans ses heures de sommeil? Certainement.
Les musiciens se posèrent chez un de leur ami dans le XXe arrondissement, enchaînant les Jam. Il était alors temps pour ce groupe de garçons de manger.
"Il y a un restaurant-bar à côté de chez moi les gars. C'est abordable et la serveuse est vraiment pas mal..." avança Maël le batteur. Les rirent s'élevèrent. Unanimité. La serveuse avait fait le poids dans la balance.

Les jeunes hommes prirent place; ils étaient un groupe de cinq, riant et chahutant. La plupart des clients avaient déguerpis plus tôt- c'était donc une chance pour eux de ne pas les avoir croisé La serveuse, tant appréciée, ne vint malheureusement pas les installer ou prendre leur commande. Au plus grand désespoir de Maël.
" Cinq bières s'il vous plaît" demanda Ethan. "Non, quatre" l'interrompit Raphaël. Le serveur prit note et partit. Il n'avait aucune envie de boire ce soir.. Les étudiants du conservatoire haussèrent un sourcil de surprise. "Tu décuves encore?" se moqua l'un deux.
" Je n'ai pas dormi de la nuit, je préfère être sobre ce soir." se justifia-t-il. Bien évidemment, ses collègues le huèrent en rigolant. Certains, pains en main lui lancèrent des boules de mie. De vrais enfants.

Le sérieux revînt bien vite quand Maël les interrompit: "Les mecs, les mecs c'est elle là-bas. Assiettes en mains" . Quelques uns se retournèrent, lâchant "Ouais bon c'est la serveuse quoi. Pas besoin de préciser qu'elle tient des assiettes, on aurait su que c'était elle". " C'est vrai qu'elle est canon" rajouta un autre.
Raphaël fixait son verre et effectuait des cercles avec son poignet, faisant tourner l'eau. Il s'intéressait peu à la conversation, plongé dans ses songes... La jeune femme fit tomber soudainement les plats créant un vacarme impressionnant dans le restaurant. Le blond releva enfin la tête, qui était appuyée négligemment sur son autre main.

Elle était accroupie au sol, se hâtant de réparer les dégâts. Ses mèches empêchaient le londonien d'apercevoir son visage. Il avait pourtant la sensation de la connaître . Les boucles brunes de l'employée venaient chatouiller délicatement sa peau, d'une teinte porcelaine.
Ses yeux azurs cherchaient son regard avec désespoir, avidité. Lorsqu'elle releva enfin le visage, le temps fut suspendu. Leurs pupilles se croisèrent une fraction de seconde. Bouche entre-ouverte, aucun mot ne parvenait à sortir. Il était encore plus muet qu'à son habitude. Ses mains devinrent moites et il déglutit avec peine. Ses membres étaient sclérosés.
"June.." murmura-t-il d'une voix à peine audible.
Les joues de la jeune femme se tintèrent d'un léger rose, adorable et tant apprécié du guitariste. Il se souvint de la douceur de ses lèvres, puis de l'amertume de leur séparation.
Il se leva spontanément de sa chaise, créant la surprise chez ses amis. Une autre serveuse venait alors aider June à ramasser la vaisselle cassée.
Que faisait-elle ici?. "Raphaël?" prononça la voix d'Ethan.
"Je vais... je vais fumer." déclara-t-il abandonnant enfin la jeune Dunne du regard.

Il plaça sa main dans sa nuque, y exerçant une pression, mal à l'aise. Il s'arrêta un moment devant la porte du restaurant, observant une nouvelle fois June.
C'était comme si une chanson des années 70 se jouait dans sa tête: Alone Again de Gilbert O'Sullivan précisément.
Secouant rapidement la tête il sortit prendre l'air.









© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'd see you again (Raphaël) 31/1/2016, 21:14

I never thought I'd see you again
Never thought I had to tell you how I lost my mind again
L
e revoir ici me rappelait exactement pourquoi j’avais quitté Londres, pourquoi j’étais venue à Paris. J’avais cherché à combler un vide suite à son départ et le décès de mon père. Toutefois, je réalisais que celui-ci ne pouvait pas être comblé par une nouvelle ville, un nouvel emploi, de nouveaux cours, c’était bien plus que cela. On ne pouvait pas remplacer la perte de personnes par quelque chose de physique, de matériel. Je ne me sentais cependant pas prête à remplacer Ben ni même Raphaël dans ma vie. J’aimais ce sentiment d’amour c’est certain, mais pour l’instant, je désirais être stable et savoir exactement ce que je veux avant de m’embarquer dans une autre relation dans ce genre. Je ne voulais pas faire une erreur comme avec Ben. Certes j’avais cru au départ que c’est ce genre d’homme que j’avais besoin. Je n’avais pas beaucoup d’expérience et il m’avait fais découvert tant. C’est sûrement cela que j’aimais le plus; le monde dans lequel il m’a embarqué. Toutefois, niveau relationnel, ce n’était absolument pas comme un conte de fée. En fait, ce n’est pas ainsi que j’imaginais. J’aurais cru qu’une personne qu’on aime réellement, sincèrement, on y pense constamment et quand on la voit, on devient nerveux, on a des papillons dans le ventre, on a envie d’être proche de cette personne. On peut parler pendant des heures de n’importe quoi, on partage plusieurs choses, que ce soit dans confidences ou des activités puis, on peut être proche sans être dans un lit, on peut se toucher sans arrière pensée à chaque fois. Étrangement, quand je pensais à tout cela, j’avais justement Raphaël en tête. Même si tout le temps qu’on s’est fréquenté, j’étais alors fiancée, j’avais l’impression d’avoir été plus à lui qu’à n’importe qui d’autre dans ma vie. J’avais l’impression que je m’étais entièrement donnée, livrée à lui, mais au final, cela n’a rien donné. Je m’attendais mieux de sa part après tout ce qu’il voulait faire, mais j’avais été stupide. Comment un garçon, un peu vagabond, musicien pourrait amener du mieux dans vie? Il m’a certes ouvert les yeux sur certaines choses, mais ce qui me marque le plus, c’est la façon qu’il a brisé mon cœur… Voilà tout ce qui me revenait tandis que je l’avais eu devant moi. Mon regard n’avait croisé le sien peut-être que quelques secondes, mais mon corps avait réagi très rapidement. J’avoue que j’aimerais disparaitre à l’instant, m’effacer complètement. En plus de tout cela, je me fais honte devant tous les clients à casser ainsi les assiettes, mes joues rouges et mon mal de ventre ne fait qu’augmenter. Heureusement qu’une de mes collègues vint m’aider puisque je commençais à trembler et je m’étais d’ailleurs coupée avec un morceau de céramique. C’était vraiment le temps que je parte d’ici. Elle me dit d’aller derrière qu’elle allait tout ramasser et c’était ce que je fis d’un pas rapide. Je sentais les larmes monter dans mes yeux. Comment la vision de ce garçon pouvait me ramener autant d’émotions ainsi? Jamais personne ne m’avait rendu comme ça et j’aimerais à vrai dire l’éviter. Toutefois, d’un autre côté, j’avais aussi envie de lui poser des questions. Que faisait-il ici? Depuis combien de temps? Même si la dernière fois qu’on c’était vu, suite à son silence, je lui avais dis que je ne voulais plus le voir, j’aimerais savoir ce qu’il avait en tête à ce moment là. Probablement que ça me blesserait encore plus de le savoir, mais au moins, je serais réglée sur la question. J’étais à présent assise sur un banc, attendant que mon amie revienne, ce qui prit quelques minutes. J’avais eu le temps de sécher mes yeux et je fixais le sol lorsqu’elle vint me faire un petit bandage pour mon doigt. Je la remercie et elle me dit que je pouvais retourner chez moi maintenant, que je n’avais pas l’air bien. Un rire manqua franchir mes lèvres. Bien sûr que je ne suis pas bien, comment pourrais-je l’être? J’étais tout de même heureuse de pouvoir rentrer, je ne voulais pas le revoir, le recroiser. Je n’avais plus envie de sortir dans un pub plus tard, je retournerais chez moi et coulerais un bain chaud en prenant un livre. Voilà le plan parfait. Je pris donc mon sac et sorti comme une balle du petit café. Il devait toujours être à la même place et je cherchais clairement à l’éviter. Une fois à l’extérieur, je sursautai et lâchai sans le vouloir un petit cri strident en le voyant là, juste devant moi. Mon cœur loupa un battement et mes membres n’écoutaient plus mes commandes. Je ne pouvais me sauver à présent. Mes mains se portèrent à ma bouche. Je ne voulais surtout pas dire de connerie, je ne voulais pas faire une folle de moi en lui disant comment je l’aimais, comment j’aurais aimé qu’il me le dise, comment j’aurais aimé être à ses côtés. Il n’avait pas voulu de moi et je devais m’y faire à l’idée. Je reste alors ainsi, sans un mot, mais je ne le quitte pas du regard. Finalement, j’ai certainement l’air folle ainsi.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'd see you again (Raphaël) 31/1/2016, 22:05



❝ I never thought I'd see you again❞
June & Raphaël


Une fois à l'extérieur, ses mains se perdirent dans ses cheveux, les ébouriffant avec négligence. Le vent hivernal vînt l'asséner. Il espérait, vainement, que cette fraîcheur le fasse revenir à la réalité.
Raphaël planait, littéralement. Il soupira fortement; que pouvait-il lui dire? Il se frotta le front, réfléchissant, songeant à cette rencontre inopinée.
" June, je..." commença-t-il à dire pour lui-même, comme répétant un discours. "Fais chier. C'est quoi ce bordel" s'énerva-t-il alors. Tournant en rond, il dégaina une cigarette.
Ses yeux azurs se posèrent sur les bâtiments parisiens. La nuit, noire et épaisse, avait recouverte la capitale une fois encore. Les lumières des phares de signalisation dansaient et les faisceaux de lumière des lampadaires de la voie publique étaient d'un trouble fascinant.
"Putain..." jura-t-il encore, levant la tête au ciel. Aucune étoile. la pollution les rendait invisible à l'oeil nu.

◊◊◊

"Qu'est-ce que tu veux que je fasse Raphaël? avait-elle hurlé dans les rues de Londres bruyantes et grouillantes de monde. Pourtant, June avait brisé un silence pensant... Bras croisés, le guitariste l'observait avec une distance effroyable, une distance qu'il n'avait jamais mis entre eux.
Elle était donc fiancée, pensa-t-il. Pourquoi n'arrivait-il pas à la détester?
" C'est une mascarade tout ça, tu le sais autant que moi" lui répondit-il. Les yeux embrumés de larmes elle l'avait bousculé avec forces mais à bout, elle tangua légèrement et fit bouger à peine son interlocuteur. Était-elle en colère? . Sa mâchoire se serra à l'entente des sanglots de la londonienne.
Pourquoi est-ce que ça fait si mal? , se demanda-t-il. La chaleur de son corps le réconfortait. Sa tête était posé contre son torse, il ressentait chaque soubresauts de son corps. Ils restèrent un moment ainsi, priant que cela ne s'arrête pas mais au fond, ils le savaient. "Tu ne l'aimes, pas" avait-il dit.

Quand elle eut reprit ses esprits, se redressant et reculant de quelques pas, Raphaël était face à une réalité douloureuse. Il l'aimait, l'aimait à en crever.
Il aimait la sensation de sa peau contre la sienne, l'entendre respirer le matin au réveil, sentir son coeur battre. Il aimait son rire, ses yeux verts qui le miroitaient avec interrogation quand il soupirait de lassitude. Il aimait le goût de ses lèvres. Il adorait son air contrit et la teinte de ses pommettes quand elle se sentait gênée. Il aimait par dessus tout sa vivacité, sa joie de vivre; il se sentait vivant avec elle et n'était plus forcer de distinguer le rêve de la réalité.
Lui avait-il déjà parler de sa mère? Non, mais pour la première fois de sa vie il en avait trouvé l'envie.
Alors, pourquoi n'y arrivait-il pas? "Toi m'aimes-tu? . Rien. Il se contentait de la regarder, plus silencieux que jamais. Pourtant, il aurait voulu lui dire, lui avouer tant de choses. Eux deux c'était bien plus.

◊◊◊

Le tintement de la clochette du restaurant le fit sortir de ses songes. La fumée s'échappa de ses lèvres et il posa le regard sur la personne sortant de l'enseigne, June. Il en avait presque oublié ses traits graciles. Tout semblait loin désormais. Un an s'était écoulé sans aucun retour de sa part; son image s'était craquelée.
"Bonsoir" lui dit-il alors. Son mégot finit au sol et il s'avança de trois pas en sa direction. Les yeux bleus de Raphaël détaillèrent les mains de la jeune femme, elle les avait posé contre sa bouche, certainement aussi choquée que lui de le retrouver ici. Aucune alliance.
Il ne savait pas par où commencer. " Il fait froid ce soir." dit-il simplement, de manière spontané et presque insouciant.  









© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'd see you again (Raphaël) 31/1/2016, 22:34

I never thought I'd see you again
Never thought I had to tell you how I lost my mind again
J
e répondis plutôt nerveusement à sa salutation. « Bonsoir. » Alors on allait parler maintenant, vraiment? Mes bras retombèrent le long de mon corps, tandis que je ne bougeais toujours pas. Je le vis se rapprocher de moi et sincèrement, j’eus envie de faire autant de pas vers l’arrière pour m’éloigner de lui. Qu’est-ce qu’on avait à se dire maintenant? Bien que je ne veuille que son bonheur, je n’avais pas réellement envie qu’il me raconte comme sa vie est merveilleuse, avec qui il traine, son travail ou quoi que ce soit. Ça me blessait bien trop de ne pas en faire partie comme j’en aurais envie. Puis c’est certain qu’il n’est pas comme moi, il a du rapidement remplir ce vide, ou il n’en avait tout simplement en fait. J’étais celle qui est tombée amoureuse de lui. Peut-être avait-il joué avec moi. Peut-être que ça l’amusait que de briser des couples fiancés, même si sûrement un jour j’aurais fini par voir la réalité en face et laisser Ben. Raphaël était quelqu’un d’intelligent, d’intéressant. Tout le monde devait vouloir être proche de lui, et je n’avais qu’à le voir à l’intérieur du café avec sa bande de potes pour que cela soit confirmé. Je le détaille rapidement. Il n’a pas changé, même si l’endroit qu’on se rencontre est si différent. Il est parfait pour cette ville. Non, il est tout simplement parfait. Bien que différent de moi, je m’étais tellement plu dans ses bras. Je n’avais pas l’impression que ça faisait un an qu’il était parti, je le sentais plutôt comme si c’était hier. La blessure dans mon cœur ne c’était pas refermé, ou celle-ci était très fragile et se rouvrait si facilement. Je ne peux retenir un petit rire nerveux lorsqu’il me dit qu’il fait froid. Maintenant on parle de météo? On parle de météo alors que la dernière fois qu’on s’est vu, il a laissé une femme amoureuse de lui en pleurs dans les rues de Londres. Cela me semble absurde et presque irrespectueux, mais je ne dirai rien. Je ne sais pas ce qu’il veut réellement, alors je vais attendre de voir cela avant de m’énerver. Je finis donc par hocher de la tête et je m’approche de lui en croisant mes bras sur ma poitrine, c’est vrai qu’il fait froid tout de même, mais ce n’est pas la première chose que j’aurais pensé à lui dire. Il devait être tout autant mal à l’aise que moi, et ça se comprenait. « Tu veux qu’on rentre? Je t’invite. » Je n’habitais qu’à quelques minutes à pieds d’ici et surtout, je n’avais pas envie de causer de drame dans la rue, encore moins devant le café où je travaillais. Je pourrais également me préparer une tisane, ce qui me détendrait un peu. Adieu le bain le chaud. Je commence donc à marcher en direction de mon appartement, n’attendant pas sa réponse. Je le vois toutefois qui me suit. Je ne suis pas si c’est une bonne idée, mais si cela se déroule mal, il pourra repartir aussi vite de ma vie. Il connaissait cela, il est bon pour cela. Je fixais le sol, mais détestais ce silence. Qu’est-ce que je venais de faire? Si on se retrouverait seul chez moi, il y en aurait plusieurs et cela ne faisait que me rendre plus mal à l’aise que je ne l’étais déjà. Il ne me connaissait pas ainsi et je détestais également qu’il se fasse à l’idée que j’ai changée, que je suis à présent ici. Oui dans un sens, j’aimerais toujours lui plaire, même si cela ne mène à rien. « Que fais-tu ici? » Question simple, mais qui le ferait au moins parler. C’était un début, déjà mieux que la météo selon moi, mais toujours pas ce que je désirais profondément savoir. Cela irait pour plus tard, si tout va bien.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'd see you again (Raphaël) 31/1/2016, 22:56



❝ I never thought I'd see you again❞
June & Raphaël


Oui parler météo semblait absurde vu la situation et il se mortifiait d'avoir poser une telle question; quel con. Raphaël observa l'air qu'elle affichait alors et se rendit compte de l'ampleur de ses dires. Aucune insulte pouvait lui convenir à ce instant. Lorsqu'elle lui proposa de venir chez elle, il ne savait quoi répondre. Il allaient donc réellement avoir une discussion. Comme à son habitude, assurée, elle n'attendit pas le jeune homme et prit le chemin de son logement.
Raphaël allait lui demander d'attendre mais il n'avait pas le choix. Soit il récupérait maintenant son instrument et son blouson en cuir et la rejoignait en vitesse, soit il loupait encore une chance. Une fois pas deux.

Le guitariste entra en coup de vent dans l'établissement, à la stupeur de ses amis. Maël dépité n'en revenait toujours pas. Il n'avait pas le temps d'expliquer la situation, il devait simplement rejoindre June.
Il trottina dans la rue parisienne, atteignant la jeune femme, guitare sur le dos et mains dans les poches. Ils ne se regardèrent pas, se contentant de fixer le sol des yeux. Cela changeait terriblement de leur entrevues datant d'un an déjà
"Mon grand-père est mort il y a trois mois. Je suis le seul légataire vivant" lui répondit-il sans plus de détails. June ignorait tout de son contexte familial; c'était un de ses terribles défauts. Edgar, était en vérité son meilleur ami, son père, son grand-père, son modèle. Il regrettait presque qu'elle ne l'ait pas rencontrer.. "C'est l'homme qui m'a élevé" précisa-t-il.

Raphaël n'avait grandi que très peu près de son père. Il était né à Paris, avait grandi à Paris et Londres, n'était que source de problèmes et d'oppression pour lui. "Et toi que fais-tu ici?" lui demanda-t-il soupirant. "Tu découvres la vie de jeune mariée" demanda-t-il rire aux lèvres. Le musicien se doutait que la réponse était négative, mais il ne pouvait s'en empêcher. La jalousie le rongeait. Pendant tous ces mois passés avec elle, il n'avait pas non plus été au courant de sa situation. C'était un juste retour des choses.
"Il n'apprécie pas les manières françaises peut-être..." dit-il avec véhémence. L'anglais se pinça les lèvres. Il était peut-être tant d'arrêter ce genre de remarque à présent. "Excuse moi." dit-il en s'arrêtant en chemin.

"Dis moi simplement s'il est encore dans ta vie. Je ne supporterai pas d'être encore une fois devant le fait accompli." lui expliqua-t-il.




© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'd see you again (Raphaël) 1/2/2016, 04:04

I never thought I'd see you again
Never thought I had to tell you how I lost my mind again
J
’aurais eu très honte s’il ne m’avait pas suivi. Je l’ai d’ailleurs cru pendant quelques secondes, mais du coin de l’œil, je l’avais vu revenir avec sa guitare sur le dos, il n’avait pas changé. J’aimais bien l’entendre d’ailleurs, cela me manquait également chez lui, tant de choses me manquaient et je ne sais pas s’il réalise à quel point. Je lui avais posé une simple question afin de me renseigner en plus de combler le silence qui c’était installé entre nous deux. Autant commencer la discussion, sinon cela allait être très lourd une fois rendu chez moi. Je m’attendais à ce qu’il me dise qu’il avait eu une offre dans la musique ou pour ses études. Enfin, je savais qu’il avait des origines ici, donc ça pouvait aussi être à cause de sa famille. Bref, plusieurs suppositions me venaient en tête et je ferais mieux de l’écouter simplement. Je suis surprise de sa réponse, de son aveu. Jamais il ne m’avait parlé de sa famille ou restait toujours vague. J’avais supposé que c’état parce qu’il n’était pas très proche d’eux. Je ne savais quoi trop lui répondre, je comprenais exactement sa situation, je vivais un peu la même. J’avais étrangement envie de le serrer dans mes bras, mais je la tue rapidement. « Oh je suis vraiment désolée pour toi Raphaël… » Et je l’étais sincèrement. J’avais l’impression qu’il avait été très important pour lui. « Mon père est mort peu de temps après que tu sois parti… » Tant qu’à être dans les confidences, autant lui dire. J’aurais tellement aimé qu’il soit à mes côtés à ce moment, pour me réconforter, me changer les idées, puisqu’avec Ben, cela n’avait aucunement fonctionné. C’est suite à cela que je l’ai quitté. Il me demanda ensuite ce que moi je faisais ici. Un peu normal, il me renvoyait simplement la question. Je ne savais par où commencer, et comment ne pas avoir l’air ridicule, mais je n’eus le temps de répondre qu’il en rajouta et je fronçais alors les sourcils en tournant ma tête vers lui. je n’avais pas envie de parler de ça, et je sentais que ça le faisait rire, je le voyais sur son expression. Je ne portais plus ma bague, je l’avais redonné à Ben. Il n’était pas con et je commençais pour ma part à m’énerver. Enfin, j’étais énervée et triste en même temps, puisque c’est de sa faute si ma vie à changée du tout au tout. « La ferme merde, la ferme! » Il s’arrête à mes côtés et je viens le pousser sans grand succès. À quoi jouait-il? Il ne m’avait pas déjà assez fait de mal? Mes mains restent agrippées à ses bras tandis que je le fixe. « Je l’ai quitté, j’ai tout quitté! C’est pour ça que je suis ici aujourd’hui… » Certes je n’avais pas été très sincère auparavant de lui cacher cela. Je ne lui avais pas menti, mais pas dis non plus. Je n’avais pas cru que je pourrais aller aussi loin avec quelqu’un à ce moment. « Après ce que tu m’as fais, ce que tu supportes ou non est bien le dernier de mes soucis. » J’étais toujours en colère, je lui en voulais beaucoup et finalement, je n’allais pas me gêner pour lui dire.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'd see you again (Raphaël) 1/2/2016, 21:09



❝ I never thought I'd see you again❞
June & Raphaël


"Je suis désolée", "Toutes mes condoléances", "Nous sommes de tout coeur avec vous". Ces phrases étaient redondantes. C'était comme si, tout était préparé; des phrases de circonstances vides de sens, sans de réelle compassion finalement. Il haussa simplement les épaules. Il n'y avait rien à ajouter à cela.

Lorsqu'elle évoqua à son tour la perte d'une personne chère à ses yeux, il eut un pincement au coeur. Son père était son modèle sur terre. Il savait peu de choses sur June, il ne connaissait rien de sa vie privée mis à part peut-être cela: son paternel était un être exceptionnel. Raphaël l'avait deviner à la simple tonalité de sa voie lorsqu'elle l'avait évoqué dans une de leur conversation.
Était-ce à propos d'art ou bien de transmission de vinyles?
Il n'était pas doué pour tout cela. Réconforter les gens, leur apporter du soutient... " J'aurai aimé avoir un père comme le tient"dit-il simplement.
Il ne l'avait jamais rencontré mais en rencontrant June, l'on comprenait immédiatement que ses parents étaient d'une bonté, générosité incroyables.

Au moment où il s'arrête en chemin, elle le bouscule, crie de toutes ses forces. Elle le supplie de se taire; la réalité était-elle trop difficile à supporter?
June l'avait donc quitté, enfin. Les muscles du musicien se détendirent, ses épaules légères s'affaissèrent de fatigue.
Lorsque l'artiste évoqua la souffrance qu'elle avait enduré suite au comportement de Raphaël, ce dernier l'observa attentivement de ses yeux bleus. "Ce que tu supportes ou non est bien le dernier de mes soucis. ". "Je vois" répondit-il simplement en s'écartant à son tour d'elle.
Les mains délicates de June quittèrent ses avants-bras.
"Ce que je t'ai fait?" lui demanda-t-il en riant avec animosité. Sa main gauche passa nerveusement sur sa bouche. Il n'osait désormais plus la regarder. Il n'y parvenait pas.
" Tu sais, il y a un an June, lorsqu'on a tenu notre dernière conversation, jamais je me suis senti aussi con de ma vie. Je croyais, je croyais...", il rit encore puis soupira avant d'abaisser le regard au sol. " J'ai cru que nous ça fonctionnait. Pour la première fois, je pensais que quelque chose fonctionnait dans ma chienne de vie!" Sa voix s'éleva un peu plus à ses derniers mots.
"Ouais, j'ai été trop con." dit-il sourire aux lèvres la regardant droit dans les yeux. "Après ce que je t'ai fait? Vraiment. Tu sais quoi, Ben était le prototype parfait pour toi. Ta vie était toute tracée, c'était... euphorique"

Il laissa un léger silence amer s'installer puis reprit. "Belle maison, belle voiture. Une bague de fiançailles à un prix tellement dérisoire que cela en devient complètement absurde. Un mariage splendide, une lune de miel aux Bahamas. Des enfants de prévus et puis une exposition organisée par les soins de ton époux. Des oeuvres qui ne te ressemblent pas et un public aussi idiot que Ben...
Si tu veux des excuses, tu peux attendre. La fille que j'ai rencontré dans ce pub était exceptionnelle comme son père. Ce que je désirais? C'était elle, personne d'autre. Malheureusement, elle était factice. Créée par tes soins. Au final, il valait mieux que nos chemins se séparent et c'est mieux que cela reste ainsi."



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'd see you again (Raphaël) 1/2/2016, 21:50

I never thought I'd see you again
Never thought I had to tell you how I lost my mind again
Q
uoi dire dans ses moments? J’avais plutôt l’habitude d’être tactile, d’être tout simplement présente pour la personne, puisque rien ne pouvait totalement arrêter notre peine. Toutefois, je ne pouvais l’être avec lui. Cela serait étrange de se rapprocher, alors que même en se retrouvant, il n’y a rien eu. Pas de sourire, pas d’accolade, pas de bise. Nous étions comme deux inconnus, cela était désolant à voir. Du coin de l’œil, je pus voir son expression changer lorsque je me confiai à mon tour. Bien sûr, je n’avais jamais présenté Raphaël à mon père. Comment expliquer son rôle dans ma vie sur le moment, sans évoquer le fait que je pense à annuler mes fiançailles? Penser à l’amour et mon père ne me rendait que des plus tristes, puisque cela me faisait penser qu’au fait qu’il ne serait pas présent à mon mariage, qu’il ne m’amènerait pas à l’autel. C’était peut-être idiot, mais cela comptait beaucoup pour moi. Bien que j’aie annulé mon premier mariage, je ne baissais pas totalement les bras là-dessus. J’avais confiance qu’un jour, je trouverai l’homme qui me convient réellement, simplement je sais que ça ne sera pas de si tôt. Je tourne ma tête vers lui en l’entendant et pince mes lèvres. Ses paroles sont tristes et me font un pincement au cœur. Je ne connaissais sa relation avec son père, mais c’est certain qu’elle n’était pas des meilleures. « J’aurais aimé que tu le rencontres, il t’aurait beaucoup aimé c’est certain… » Mon père était quelqu’un de simple et il l’aurait probablement préféré à Ben. Il voulait que je sois heureuse, que je vive mes rêves et non ceux d’un autre. Je regrette en effet, mais je regrette tellement de choses que cela est absurde. Cela ne mène à rien. Suite à ses paroles, il s’était arrêté et j’avais fais de même. Je commençais à m’énerver et il ne faisait rien pour que cela diminue. Je n’aurais pas cru que notre discussion allait tourner ainsi. Le sourire sur ses lèvres, le rire qui s’en échappait parfois. Il faisait tout pour que je sorte de gonds, comme si je n’avais pas déjà assez d’émotions qu’à le revoir. Il se recula et je savais bien que ce n’était pas peur de moi. J’aimerais tellement le blesser comme il l’a fait, comme il le fait toujours, mais j’en suis incapable. « Cesse de rire Raphaël, il n’y a rien d’amusant là-dedans! » Certes ses paroles étaient blessantes, mais son attitude l’était encore plus. Comment pouvait-il agir ainsi? Était-il autant de marbre fasse à la situation? « Si tu le croyais, il ne fallait que le dire! C’est tout ce que je te demandais… Je l’aurais quitté… » C’était la première fois que je l’admettais et ça faisait mal. Je baisse le regard, regrettant un peu de lui donner ce plaisir. Le résultat avait été au final le même; je l’avais quitté, mais je m’étais retrouvé seul. Plus de fiancé, plus de père, pas même lui. Je secoue la tête lorsqu’il énumère la vie parfaite. Peut-être que sur le moment, c’est cela que je croyais, mais aujourd’hui, en le rencontrant plutôt, j’ai rapidement compris que j’avais besoin de bien plus. « Ce n’est pas ce que je veux… Tu m’as montré ou… tu m’as fais réalisé plutôt que j’avais besoin de bien plus que tout cela. Bien sûr que je me suis perdu dans ce rêve, qui ne le ferait pas? Mais au final, j’avais toujours un vide… » Que lui seul avait réussi à remplir. Je me rapproche de lui et le regarde à nouveau. Que cherche-t-il à faire en me disant tout cela? Et pourquoi, s’il avait cru que nous deux, ça pourrait fonctionner, il ne me l’avait pas dit? Il n’y avait aucune logique dans ce qu’il disait. « Alors vas y, repars. Cela doit bien être ton seul talent. » J’étais méchante à mon tour et cela était faux, mais c’est lui qui amenait le fait que ça serait mieux qu’on se sépare, c’était lui qui désirait cela.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'd see you again (Raphaël) 2/2/2016, 21:27



❝ I never thought I'd see you again❞
June & Raphaël


Il ne fallait que le dire, cela semblait si simple en effet... Il soupira à nouveau, ses mâchoires se contractèrent. " Te le dire? La personne que j'avais sous les yeux à ce moment là était une inconnue." . June se lança alors dans discours ou plutôt une explication de ses ressentis... À l'entendre, la situation était d'une simplicité.
"Comble ce vide autrement dans ce cas June. Je ne suis pas un faire valoir"lui répondit-il sèchement. Raphaël l'avait clairement en travers de la gorge.
La question qui pouvait se poser était: pourquoi? Le jeune homme n'était pas de nature rancunière- ou alors, fallait-il vraiment le vouloir. Il prônait plutôt l'indifférence.

Les sentiments qu'il avait pu ressentir, étaient certainement trop forts, trop incompréhensibles. Le musicien avait tendance à vouloir s'échapper des réalités, éviter les responsabilités. C'était un monde d'adulte. Raphaël était en vérité un Peter Pan des temps modernes.
La déception, la brutalité de ces émotions et finalement la prise de conscience. Qu'avait-il à lui offrir? Lui, le guitariste sauvage et volage à la réputation plus que faite. Elle était sur le point de se marier, merde.

"Tu as raison. C'est mon seul talent, June" lâcha-t-il avec distance en se reculant à nouveau comme voulant éviter la dangerosité de la jeune femme, la facilité qu'elle avait de rompre ses inhibitions. "Il vaut mieux que l'on en reste là." Son ton était cette fois-ci plus sérieux.
Le guitariste en le disait pas avec légèreté comme il avait pu le faire il y a un an. Non, pour une fois il avait pris conscience de l'ampleur de la situation.
June Dunne était une jeune femme joviale, pleine de vie. Sous ses yeux, face à ses mots, elle ne l'était plus.
June Dunne était une jeune femme prête à s'engager, désireuse de fonder sa famille... Raphaël, évitait à tout prix ces perspectives d'avenir.
June Dunne était tout ce qu'il n'était pas. Cette relation serait simplement destructrice pour elle.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'd see you again (Raphaël) 4/2/2016, 06:06

I never thought I'd see you again
Never thought I had to tell you how I lost my mind again
J
e n’aurais pas cru le revoir un jour et encore moins que cela se passe ainsi. Je détestais présentement son attitude et pour la première fois de ma vie je crois, je le déteste lui, je me déteste de m’être attachée à lui. Je ne sais peut-être pas exactement ce que j’ai besoin dans ma vie, mais ce n’est certainement pas un garçon comme lui, qui me reprochait d’entrer dans le moule, d’être factice. Cette idée était totalement ridicule. Si j’étais tout cela, jamais je n’aurais osé mettre fin à mes fiançailles, quitter mon emploi, mes études, ma vie. Jamais je n’aurais fais tout cela en même temps. Mais connaissait-il de moi finalement? Apparemment, on n’avait jamais été sur la même longueur d’onde. Voilà j’étais rassurée, jamais ça n’aurait fonctionné entre nous. Enfin, j’essaie de m’en convaincre, c’est plus facile ainsi. « Je ne demandais qu’à l’entendre, tu l’aurais vite retrouvé… » En effet, à la fête pour mes fiançailles, je devais dans un sens jouer un rôle, mais je savais déjà que celui-ci n’aurait pas durer longtemps, pas l’éternité. D’ailleurs, il se serait sûrement terminé très rapidement si Raphaël c’était enfin ouvert à moi. Malheureusement, cela n’a pas été le cas. « Ce n’est pas dans ce sens que je voulais dire Raphaël… » Je soupire, le voilà qui prend tout ce que je dis d’une manière négative, alors que ce ne l’était pas à la base. Je ne le voyais aucunement comme un faire valoir, au contraire, il était bien plus assumé que moi, il devait savoir exactement qui il était, ce qu’il voulait. Pour ma part, j’étais toujours dans ce cheminement, même si depuis que je suis ici, j’ai beaucoup évolué, mais ça, il ne le sait. Je ne sais même pas s’il connait ce sentiment d’amour et de vide lorsqu’on le perd. Probablement pas, voilà pourquoi il ne peut me comprendre. Je lui avais ensuite dis de partir, même si ce n’était pas ce que je désirais bien sûr. Je l’avais invité à venir chez moi un peu plus tôt, ce n’était pas pour m’engueuler avec lui quelques minutes et qu’il disparaisse à nouveau ensuite merde. Pour ma part, je ne bouge pas et le regard. Je ne sais quoi dire, je ne vais certainement pas me mettre à genoux pour le supplier de rester. Je suis tout de même indépendante et j’ai une certaine fierté. Je réussissais bien sans lui, je serai capable encore par la suite. Un rire s’échappe de ses lèvres quand il affirme mon commentaire. Il n’en a réellement rien à faire apparemment. Qu’est-ce que je peux être idiote. « Jamais on n’a été plus de toute façon… » En effet, jamais nous n’avions eu une relation claire, jamais on ne c’était parlé de ce qu’on ressentait. Au final, ce n’était qu’une passe, qui m’a aidé à réaliser que je partais vers le mauvais chemin. J’aurais cru qu’il allait rester avec moi pour poursuivre cela, mais nous n’avions vraisemblablement pas la même vision.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'd see you again (Raphaël) 5/2/2016, 20:21



❝ I never thought I'd see you again❞
June & Raphaël


Les mots de June résonnaient de manière incessante dans sa tête. La colère montait petit à petit. Ce n'était pas aussi simple, merde. Raphaël passa une main nerveuse dans ses cheveux blonds, tentant vainement de se ressaisir.
Pourquoi perdait-il aussi facilement ses moyens en sa présence? Ses airs impassibles avaient pris les voiles à une vitesse fulgurante.

"Je ne demandais qu'à l'entendre", "C'est tout ce que je demandais...", "Je l'aurais quitté". Avait-il tout fait foirer? Non, tout cela n'était que des regrets formés en promesses. Il serra un peu plus les mâchoires... La perte de contrôle était imminente.

L'air désolé qu'elle affichait l'accablait, le mettait hors de lui. Essayait-elle de le faire culpabiliser et le faire revenir avec plus d'aisance? Tout se mélangeait horriblement dans sa tête. La confiance qu'il avait éprouvé pour elle, s'était-elle volatilisée?

"Mais putain c'est pas aussi simple June!" lâcha-t-il hurlant, la coupant dans toute réplique. Un silence de mort s'installa entre les deux jeunes anglais. C'était la première fois que June pouvait voir Raphaël aussi nerveux et instable. Ce dernier déposa une main sur sa bouche pour y passer avec échauffement. Son pied tapait du sol, il ne trouvait ses mots mais il le fallait. Cette fois-ci il ne pouvait pas se défiler.
"J'étais amoureux. Je t'aimais, oui. Je t'aimais à un point inenvisageable". Il ne pu s'empêcher de rire. "En fait, t'aimer c'était inconcevable. " Son rire était en vérité sardonique. Il se tint les cheveux par les deux mains, comme soulignant la folie qui l'animait à l'instant. " Tu peux pas imaginer combien ça faisait mal de te voir à ses bras.", avoua-t-il en soupirant.
"C'est bien plus compliqué que tu le penses. Je suis instable...". Le guitariste pointa sa personne de son index. " J'ai rien à voir avec Ben. Je suis loin d'être parfait et je suis....si dérangé que...". Il serra les mâchoires, n'arrivant pas à trouver les mots. Il laissa échapper un juron.

Il se rapprocha de la jeune artiste, en maintenant néanmoins cette distance entre eux. " Tu as tes problèmes je peux comprendre. J'ai aussi les miens et le souci c'est que je pourrai jamais les régler. Ce sont des casseroles que je traine chaque jour de ma vie. Alors c'était trop pour moi." Un léger sourire prit place sur ses lèvres.

"Il y a un an, je supportais pas l'idée de t'aimer à un tel point que... j'en étais malade. Aujourd'hui, je me rends compte que jamais je pourrai t'offrir la vie que tu rêves. Tu comprends?" Le jeune homme lui fit signe de garder le silence et de le laisser terminer. " Je ne te parle pas de la vie que tu pouvais avoir avant. Je te parle d'une vie banale, où tu fais des projets.
Je... je peux pas. Je dors pas la nuit, je tourne en rond. Alors je me mets la tête à l'envers en espérant tout simplement...Dormir! Je vais bien, je suis heureux en quelque sorte et je veux pas que tu t'inquiètes ou autre. Je te dis pas ça pour que tu..."
Il se gratte la tête et soupire.
" Je vais bien. C'est juste que c'est le bordel et que je veux pas te mêler à ça."finit-il enfin.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I never thought I'd see you again (Raphaël)

Revenir en haut Aller en bas

I never thought I'd see you again (Raphaël)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» no, i don't like you, i just thought you were cool enough to kick it ✝ la pyro
» 03. I thought i lost you...
» Ω I thought I saw the devil, this morning looking in the mirror,
» I thought that you would always have been for me.
» Jessica Randfield - The world is a thought that does not think

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE :: rps-