Partagez|

All of the times we spent late at night | Ulrich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: All of the times we spent late at night | Ulrich 9/2/2016, 01:24

.All of the times we spent late at night.

ulrich
&
elsa
« Apporte la bouffe ce midi, on mange ensemble dans mon bureau. » Tu as beau relire le message que Victoria t'a envoyé ce matin, tu te rends compte que contrairement à d'habitude, elle n'est pas dans son bureau. Il est midi trente passé et ça fait presque vingt minutes que tu poireautes comme une conne sans qu'elle ne se pointe. Tu vas la tuer. C'est que tu as faim toi et tout ce que tu as apporté te fait saliver. En plus, les gargouillements de ton ventre ce font de plus en plus bruyant. A ce rythme, tu vas rameuter la totalité du bâtiment avec les bruits que ton estomac fait. Maudit sois-tu Vic. J'te jure, je vais te faire regretter de m'avoir fait attendre. Tu souffles et te diriges vers l'accueil. Là, la jeune femme t'informe que Victoria est en réunion de dernière minute. Tu fulmines encore plus, parce qu'elle aurait pu t'envoyer un petit sms pour te prévenir. C'est pas comme si ça prenait trente ans. Tu veux savoir combien de temps elle va rester coincée dans cette assemblée et la réceptionniste ne semble pas savoir. Tu remercies l'employée, après avoir haussé les épaules de désespoir. Franchement, t'as mieux à faire que de rester à attendre ta meilleure amie devant son bureau. Tu pourrais utiliser ce temps à chercher un défaut à Romain et a essayé de briser l'emprise qu'il a sur toi. Le pire en plus, c'est qu'il te plaît. Il ne te plairait pas, tu mettrais plus d'ardeur à chercher un point faible chez lui. A croire que ça te plaît d'être sa petite marionnette qu'il trimballe au fil de ses envies. Personne n'est au courant dans ton entourage, pas même Vic à qui tu dis pourtant tout. Seulement, cette fois, c'est différent. C'est humiliant cette situation pour toi et tu ne veux pas que quelqu'un d'autre l'apprenne. Alors tu te tais, tu encaisses tout parce que tu sais que si Victoria est au courant, elle fera tout pour que Romain arrête et tu ne veux pas impliquer la jeune femme dans tout ça. Tu sors alors ton téléphone et commence à checker tes réseaux sociaux. Ouais t'es accroc à ce genre de chose et tu ne le caches pas. Tu passes d'abord sur skype pour répondre aux messages de tes amis éparpillés un peu partout en France mais aussi de ta mère. Elle veut savoir si tu vas bien et si tout se passe bien avec « ton nouveau frère » comme elle l'appelle. Tu es tentée de lui dire la vérité, mais ça changerait quoi ? Absolument rien, parce qu'elle voudrait savoir pourquoi il est comme ça avec toi et il est hors de question que tu lui dises que tu as abandonné ton école de marketing. Elle ne s'en remettrait jamais. Alors, comme d'habitude, tu mens. Tu dis que tout va bien, que tu es heureuse et que tu as hâte qu'elle rentre pour te montrer les photos qu'elle a prise. Pour la dernière partie, ce n'est pas un mensonge. Ta mère te manque vraiment. C'est la première fois que vous êtes séparées aussi longtemps et ça commence à te peser cette distance. Surtout qu'en plus là, elle est au Japon et que t'as toujours rêvé d'y aller. Tu soupires parce que ça t'énerve avant de passer à Snapchat, Instagram puis Facebook. Rien de nouveau depuis la dernière fois que tu as actualisé... Enfin, rien qui ne te tape à l’œil. Encore une fois, tu souffles. T'as rien à faire et t'es coincée ici à attendre que ta rouquine pointe le bout de son nez. T'aurais du amener ton ordi ou du moins ta tablette pour continuer d'écrire ton roman. T'aurais assez eu de temps pour au moins avancer la moitié d'un chapitre. Mais bon, maintenant, tu ne peux rien y faire. Alors, tu décides de te promener dans les couloirs et si quelqu'un t'intercepte, tu n'auras qu'à dire que tu attends Victoria. Les couloirs se suivent et se ressemblent tellement que tu as l'impression d'être perdue dans un immense labyrinthe. Heureusement tu arrives un peu à te repérer. Et tu vas pour revenir sur tes pas quand tu bouscules quelqu'un. « Pardon. » C'est le seul mot qui sors de ta bouche avant de relever la tête pour rencontrer le regard de ce jeune homme avec qui tu as passé la nuit il y a quelques jours déjà. Tu ne pensais pas du tout le revoir là et comme une idiote tu lui souris. « Bonjour... » le salues-tu en marquant un temps parce que tu as oublié son prénom. Dans ta tête, ton toi intérieur agite ses bras en te gueulant dessus parce que tu es une incapable. C'est méchant ça ! Tais toi, j'essaie de me concentrer. Quand tu te parles à toi-même t'as vraiment l'impression d'être dans un manga. Tu retrouves alors son prénom. « Ulrich ! Désolée j'ai complètement oublié ton prénom... D'ailleurs, tu fais quoi ici ? » T'es loin de te douter qu'il travaille ici. Pour toi, il est plutôt du genre à ne pas avoir d'emploi et à exprimer son art, qui est d'ailleurs tout simplement magnifique, sur les murs des bâtiments dela capitale.


camo©015
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: All of the times we spent late at night | Ulrich 14/2/2016, 18:52

Il y avait fort à parier qu'Ulrich deviendrait une espèce d'obèse morbide qui passe dans cette super émission qui passe tard le soir "Relooking de l'extrême" où un type le ferait sauter en parachute en hurlant qu'il était capable de perdre du poids. Et si vous vous demandez pourquoi je parle de cela, sachez que Maub avait tendance à manger pour canaliser sa colère. Ou fumer. Mais ça faisait déjà la 4e pause clope de la matinée et chaque fois qu'il disparaissait sur la terrasse, il se prenait un petit regard mesquin de la part de Lucie Carreau, de la rubrique style-list, genre "tu es vraiment un fucking branleur Ulrich Maubert et je vais le dire à Madame Delorme." Et puis en plus il faisait froid, et puis le distributeur distribuait des dragibus et puis c'est tout !

Bref, il n'y avait même pas à s'attarder sur le fait que sa patronne était un dragon et que clairement il avait envie de tout plaquer et devenir une superstar du milieu des comics, c'était tout de même assez habituel. Mais aujourd'hui, au lieu de pouvoir aller se plaindre chez sa copine de bureau Candice, cette dernière n'était pas à son poste, il devait donc évacuer sa colère en... mangeant tout un tas de bonbons colorés. Si bien qu'il avait décidé de zapper la pause dej'. Parce que oui, c'est bien connu, zappé un repas pour rattraper une matinée à se goinfré, c'était absolument la chose à faire. N'en déplaise à ce coach de vie de l'émission dont je vous parlais un peu plus tôt. Au pire, Ulrich avait toujours voulu faire du saut à l'élastique.

Pour en revenir à ce qui nous intéresse, nous retrouvons notre protagoniste, casque high-tech sans fil sur les oreilles, en train de voguer sur les réseaux sociaux, également en train de mettre à jour son book électronique pro tout en buvant un énième café. Une fois les dernières gouttes avalées (et après avoir su de source sûre que Lucie Carreau était en pause dej à la cafet), Ulrich se décida donc à retourner fumer une cigarette. Et ça se passe comme dans un film, il la bouscule, fait tomber la clope qu'il avait entre ses lèvres. Oups, pardon, désolé, trois formules de politesse et une clope ramassée plus tard, il tombe nez à nez avec elle. Son coeur loupa un battement. Bonjour... Sa phrase resta en suspend. Et pourtant, Ulrich avait tout de suite fait le lien dans sa tête. Elsa, cette nuit, dans le 11e. Il se souvenait de tout et pourtant Dieu sait combien il était attaqué ce soir-là. Mais elle avait été, une sorte de muse éphémère venu lui remettre les idées en place, du baume au coeur, l'inspiration dans la tête... Vous voyez le tableau. Elle avait été là, elle et son visage d'enfant, ses yeux un peu rouges d'avoir fait coulé quelques larmes et pourtant, aucun n'avait parlé de ce qui les travaillaient en ce moment. Ca avait juste été des discussions banales, un peu bêtes peut-être, et pourtant... Putain ça avait été une nuit perdue dans le temps. Un moment après la nuit, avant le jour. Un truc unique. Cette fille, il n'avait pas sensé la revoir. Jamais. Ils n'avaient rien fait pour garder le contact et pourtant la voilà, en train de faire semblant de ne plus se souvenir de son prénom. Ulrich ! Désolée j'ai complètement oublié ton prénom... D'ailleurs, tu fais quoi ici ? Ulrich arqua un sourcil. Non mais... PSYCHOPATHE ALERT ! Cette meuf l'avait stalké pendant des jours, des semaines même, pour ensuite le suivre jusqu'à son travail ? Mais c'était quoi ce bordel, elle avait l'air d'être une fille tellement cool, super cool, ultra cool. Ca faisait un cool de trop là non ? Oui bon, Ulrich était fleur bleue, un grand sentimental vous savez, cette fille, cette nuit ça restait un souvenir qu'il chérissait... Et maintenant entaché par la triste vérité : cette nana était une stalkeuse psychopathe. Avec un sourire tordu, il répondit donc, tout en restant sur ses gardes : Hmmhmm.. Je bosse ici mais... J'imagine que t'es déjà au courant... Vu que t'es là. Il la regardait profondément, putain elle jouait bien la comédie ! Il se racla la gorge, mal à l'aise. Je... Elsa, c'est cool de te revoir hein mais... Comment tu m'as retrouvé ? Je... pensais pas t'avoir dit où je bossais c'est un peu... Flippant. Merde, il allait froisser la psycho et allait se retrouver traîné dans sa cave... Flippant sympa. Flippant mignon même ! Ca va toi ? Ok, c'est lui qui avait l'air d'un demeuré maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: All of the times we spent late at night | Ulrich 22/2/2016, 15:15

.All of the times we spent late at night.

ulrich
&
elsa
Tu notes dans un coin de ta tête que Victoria n’est pas là parce qu’elle est en réunion. Tu vas la tuer une fois que tu auras pu mettre la main sur elle. Sérieux, tu vas la tuer quand tu la verras. Elle aurait quand même pu t’envoyer un message pour te prévenir, surtout que c’est elle qui a demandé à ce que tu viennes avec la bouffe. ça m’apprendra à être trop gentille avec les gens. Tu soupires tout en contemplant la porte du bureau de ta meilleure amie. Même si elle n’avait pas eu le temps de t’envoyer un petit sms, elle aurait pu mettre un mot sur sa porte. Ça ne coûtait rien, et t’aurai pas eu à poireauter pendant vingt minutes toute seule. Tu passes d’ailleurs pour une folle, puisque la plupart des gens te regardent bizarrement, se demandant ce que tu comptes faire là. Peut être pensent-ils que tu es venue poser une bombe ou attaquer quelqu’un à l’arme blanche. Ils doivent quand même se douter que ce n’est pas le cas, parce que tu n’as clairement pas le visage pour l’emploi. Ce n’est pas comme si tu les regardais méchamment ou quoique ce soit de ce genre. Tu es aussi douce qu’un agneau… du moins en apparence. Janelle a déjà eu à subir ta mauvaise humeur et ça ne s’est pas bien passé. De même pour ton « nouveau frère » comme ta mère l’appelle. Allez j’en ai marre d’attendre, je vais me promener ! Et si jamais je vois Vic, je l’étrangle avec mes cheveux. Un sourire malsain s’affiche sur ton visage, que tu enlèves bien vite parce qu’il ne faudrait pas qu’ils croient que tu es là pour les tuer. Bref, tu te balades au gré de tes envies sans vraiment faire attention à ce qui t’entoure. C’est là que tu bouscules quelqu’un. Non mais quelle maladroite tu fais ! Faudrait que tu fasses plus attention parce que ce n’est pas la première fois que tu es dans les nuages et que tu te retrouves à rentrer dans une personne. C’est une technique comme une autre pour faire du rentre-dedans ! Oh ta gueule toi ! Tu t’insultes toi-même alors que tu lèves les yeux pour tomber sur le taggueur de la dernière fois, celui qui t’a vu pleurer mais qui n’a pas demandé pourquoi, celui que t’as observé pendant quelques minutes parce que t’es tombée amoureuse de son art. Celui-là même que tu ne pensais pas revoir un jour et encore moins ici. Pour toi, il n’a pas de travail et il passe son temps à tagger les murs de Paris. Tu t’es fait un fantasme sur lui et c’est la raison pour laquelle tu lui demandes ce qu’il fait là. Ce n’est absolument pas le genre d’endroit où tu t’attendais à le voir. T’es surprise et en même temps heureuse de le revoir parce que tu avais apprécié sa compagnie. Sa réponse te fait hausser un sourcil interrogateur. Comment ça, tu le sais déjà ? bah non sinon tu lui aurais pas demander la raison de sa présence ici. Oh putain, mais je me souviens pas de lui comme ça. Il était pas aussi con cette nuit-là… Sérieux, pourquoi je tombe toujours sur les cas… Si t’as quelque chose contre moi Monsieur là-haut, dis le moi clairement que j’arrête de rencontrer du monde hein ! La suite ne fait qu’empirer les choses… COMMENT CA JE SUIS FLIPPANTE !!! JE VAIS T’EN DONNER MOI DU FLIPPANTE !!! S’il voulait t’énerver, c’est réussi. Tu fronces les sourcils en croisant les bras sur ta poitrine. Non mais il a cru quoi, que tu l’avais stalké pour savoir où il travaillait. Désolée, mais c’est pas dans tes habitudes de faire ce genre de chose. Tu ouvres la bouche pour te défendre mais il reprend vite en disant que c’était flippant mais d’une façon mignonne. Aussitôt tu rougis comme une vierge effarouchée. C’est fou cette habilité que tu as à changer de comportement en quelques secondes, digne d’une héroïne de manga. Cependant, c’est pas ta faute, t’as pas vraiment l’habitude qu’on dise que tu es mignonne. Tu te reprends alors et tu t’empresses de le détromper. « T’as beau être vraiment charmant, faut dire la vérité, j’suis pas là pour toi mon beau. » Tu souris et lèves le sachet de nourriture qui te fait envie depuis que tu l’as acheté. Tu t’es retenu jusqu’à maintenant de le manger parce que tu voulais le faire avec Vic, mais maintenant c’est trop tard. « Ma meilleure amie travaille ici et je suis venue parce qu’elle m’a dit de ramener la bouffe. Je sais pas si tu la connais. Elle s’appelle Victoria, c’est une rousse assez canon. » C’est le moment que choisit ton estomac pour faire un bruit à remuer les entrailles de la terre. Presque on t’aurait annoncé qu’il y avait un tremblement de terre que t’aurai même pas été étonné tellement il a fait du bruit. Tu baisses la tête honteuse en rougissant encore un peu plus si c’était possible… « Elle est en réunion actuellement et je sais pas quand elle va sortir… T’as déjà mangé ? Je t’invite. » Bon c’est vrai que ton but était de manger avec Victoria, mais finalement, t’as pas perdu au change… parce qu’il faut l’avouer Ulrich est totalement ton genre. Et puis, il a l’air plus équilibré que Romain surtout…


camo©015
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: All of the times we spent late at night | Ulrich

Revenir en haut Aller en bas

All of the times we spent late at night | Ulrich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Help seems to always come late when it comes at all. We are in deep trouble
» PA GEN DYOL -NEW YORK TIMES LAN BOUNDA MARTELLY
» is it too late now to say sorry ?
» Is it too late now to say sorry? [Cecil & Ian]
» Yon ATIK ENTERESAN NEW YORK TIMES sou GUY PHILIPPE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE :: rps-