Partagez|

(victor) all i want

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
l'elixir de nina ricci

JE RESSEMBLE À : jeon jeongguk

CRÉDITS : saturnienne. (avatar) jecn (gifs signature) anaelle (code signature)

PSEUDO : fantasy.


MessageSujet: (victor) all i want 2/11/2016, 18:39


all i want
So you brought out the best of me,
A part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean.
Our love was made for movie screens. (by anaëlle)

Depuis la tentative de suicide de Victor, Jaesun campait chez lui le plus souvent possible. Le canapé était devenu son lit favori. Il pouvait bien avoir mal au dos ou au cou à chaque fois qu’il se réveillait, tout ce qui comptait pour lui était d’être près de Victor en cas de besoin. Bien sûr, il était terrifié à l’idée qu’il recommence, mais il lui faisait confiance. Ce qu’il voulait surtout en faisant ça, c’était que Victor se sente rassuré, qu’il sache que quelqu’un était là pour lui à chaque instant. Ses nuits étaient plus que courtes mais il voulait absolument veiller sur cet homme qui bouleversait sa vie. Les yeux rivés sur l’écran de son téléphone, il souffla en constatant qu’il était à peine six heures du matin. Il ne réussirait pas à se rendormir alors il se redressa doucement et scruta le salon dans lequel il avait élu domicile. C’était petit mais il adorait y passer du temps. Un frisson secoua son corps alors que la couverture glissa de son dos nu. L’automne était bel et bien là mais Jaesun n’était toujours pas résolu à dormir en tshirt. Il n’était pas à l’aise, point barre.

Réfléchissant à toute allure, Jaesun se mit à sourire bêtement en songeant à effectuer une sortie en compagnie de Victor. Peut-être était-ce trop tôt ? Au fond, le jeune homme n’en savait rien, tout ce qu’il voulait était que Victor se change les idées. Il n’avait pas quitté son appartement depuis son retour de l’hôpital et Jaesun devait absolument y remédier. Bien sûr, il savait d’avance que Victor rechignerait et refuserait vivement. Peu importait, ils sortiraient même si Jaesun devait l’attacher de force à son fauteuil.

Tenue en main, l’aide à domicile se faufila jusqu’à la partie nuit de l’appartement se fichant d’être torse nu. Victor devait sûrement dormir encore et ne le verrait pas. Et s’il le surprenait, Jaesun était prêt à se faire engueuler. Après tout, il avait déjà subi bien pire de la part du plus âgé. Délicatement, il ouvrit la porte de la chambre et sans se contrôler, inspira longuement. L’odeur imprégnant la pièce le fit frissonner. Il avait l’impression d’avoir niché son visage tout contre le cou du propriétaire de l’appartement. Ça sentait tellement bon, le parfum de Victor était devenu son odeur favorite depuis quelques temps. Habitué à la pénombre, il s’approcha tout doucement du lit et vérifia que Victor respirait toujours. Sa peur ne le quittait pas, elle était là, toujours présente, un peu trop pesante. Même s’il avait confiance, toutes les nuits il avait envie de vérifier sa respiration. Si Victor le surprenait il risquait de lui passer un savon mais Jaesun s’en fichait. Il préférait rassurer son pauvre cœur qui craignait de revivre l’enfer de cette fameuse journée. Apaisé, il quitta la chambre sans un bruit et se prépara rapidement.

Une fois dans le salon, le jeune homme rangea la cuisine sans faire de petit déjeuner. Il aurait dû mais il voulait casser la routine de Victor et pour ça il commencerait dès le réveil. Il trépignait déjà et ne put se retenir de retourner dans la chambre de Victor quelques minutes plus tard pour le réveiller. Il allait le mettre de mauvais poil mais il était tellement excité à l’idée de sortir que rien ne pourrait gâcher ses projets. Il était persuadé qu’il réussirait à rendre le sourire à Victor alors il allait s’acharner. Doucement, il entreprit d’ouvrir les volets et tomba sur un ciel encore un peu sombre. Jaesun avait toujours été matinal. Il adorait se préparer tôt et prendre un bon déjeuner à l’extérieur et il voulait transmettre ce goût à Victor. « Victor… réveille-toi… » chuchota-t-il doucement après s’être agenouillé devant le lit. Si près de son visage endormi, Jaesun sentit son ventre se tordre lorsque l’envie de se blottir contre lui le prit par surprise. Il devait être tout chaud là sous sa couette et Jaesun s’imaginait parfaitement dans son dos, le nez contre sa nuque à respirer son odeur tout en enserrant son corps fin de ses bras. « T’es foutu mon pauvre, c’est officiel » pensa-t-il. « Je sais que tu as envie de m'étriper là tout de suite mais… s’il te plait j’aimerais que tu te prépares et que tu me fasses confiance » dit-il tout bas tout en dégageant ses cheveux de ses yeux. Il ne lui dirait pas de suite qu’il voulait sortir. Il risquait de voir Victor se rouler un peu plus dans sa couette et ne jamais s’en séparer. Se relevant doucement, il entreprit de choisir des vêtements pour son protégé et les déposa sur le lit. Quelque chose de confortable mais avec du style. Il voulait que Victor se sente bien s’ils devaient être à la vue de tous. Bonnet et écharpe assortis, il se tourna vers Victor et tenta un sourire. « On se réveille marmotte… J’entends ton ventre qui crie famine. » Le sien aussi était au bord de la rébellion. Il fallait qu’il mange et vite mais ce qu’il avait prévu lui permettait de patienter. Il avait tellement hâte.




⊹ Paris m’étouffe. Paris me bouffe. Paris se pâme. Paris se moque de moi quand je rame et je suffoque dans les tunnels du RER. Mais je m’en moque... car j’ai ta main qui me conduit au paradis, dans le plus beau de ce Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Min Yoongi

CRÉDITS : (c)queen shady

PSEUDO : billpazuzu


MessageSujet: Re: (victor) all i want 10/11/2016, 03:07


all i want
So you brought out the best of me,
A part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean.
Our love was made for movie screens. (by anaëlle)

Depuis... « l'incident »... Jaesun s'était installé chez Victor. Et malgré toute la volonté qu'il avait mis en œuvre pour lui faire comprendre qu'il n'était pas d'accord avec l'idée, pour lui faire comprendre qu'il n'avait pas besoin d'une protection rapprochée... Ca n'avait pas payé. Ses ronchonnements ne trouvaient plus de public. Jaesun n'en avait plus rien à faire car au fond, il devait avoir compris. Compris que ça n'était que du vent, qu'un masque. Ca avait perdu toute valeur, tout impact. Et même si Victor insistait pour garder cette carapace intacte, elle s'était fortement détériorée. Car si auparavant il aurait exigé et voulu foncièrement être seul, aujourd'hui, ça n'était que des paroles en l'air. La présence de Jae le rassurait, sans qu'il ne comprenne exactement pourquoi. Jaesun était devenu important sans que Victor aie le temps de s'en rendre compte. Etait-ce cet événement qui avait changé la donne ? Non... ça avait été progressif. Autrement, il en aurait pris conscience tout à coup. Encore aujourd'hui, il n'arrivait pas réellement à réaliser ce que Jaesun pouvait représenter pour lui. Un ami ? Ce mot sonnait étrangement dans son esprit. Jaesun n'était son ami. Il était son auxiliaire de vie. Non... non pas que ça. Il était spécial. Mais à quel point ? Ca, il n'en savait trop rien encore.

Même si le processus d'endormissement était encore perturbé par ses réflexions multiples et foisonnantes, Victor dormait mieux depuis son séjour à l'hôpital. Ca avait à voir avec la présence de Jaesun dans le même appartement que lui. Au début, il avait voulu se persuader que non, que ça n'avait rien à voir. Que tout ça l'avait fatigué. Ou qu'il était plus apaisé maintenant qu'il s'était rendu compte qu'il ne voulait pas mettre fin à ses jours. Mais au fond, savoir qu'à quelques mètres, dans le salon, se trouvait le plus jeune... c'était ça qui l'apaisait. A présent, le trouver là tous les matins, à préparer le café, n'était plus aussi dérangeant qu'avant. C'était même agréable, même s'il s'efforçait de n'en rien montrer. Avoir son sourire pour illuminer la cuisine valait bien le ciel ensoleillé qu'on apercevait par les fenêtres. A présent, les volets étaient toujours ouverts avant son réveil. Parfois même, Jae venait ouvrir les volets de sa chambre pour le réveiller en douceur, lorsqu'il roupillait exagérément. Et ce simple geste changeait les choses. Il s'était cloîtré dans son appartement, s'était renfermé sur lui-même. Et symboliquement, le fait qu'il s'ouvrait quelque peu à nouveau allait avec le fait que les fenêtres donnaient enfin sur l'extérieur après de longs mois de pénombre. Alors qu'il recherchait cette sensation d'enfermement, à présent il aimait d'être délester de ce sentiment d'oppression. Les choses... allaient mieux. Petit à petit. Pas à pas. Sans se précipiter. Mais ça ne le mettait pas à l'abri d'une rechute. Un rien pourrait le faire retomber à terre, et il le savait. C'est pourquoi il continuait à se préserver avec son caractère de cochon. Pour ne pas souffrir. Pour s'isoler encore un peu des contacts extérieurs, des émotions et des tentations pour son pauvre cœur de s'enticher de quelque chose ou de quelqu'un.

Il avait chaud... Il sentait ces grandes mains sur son ventre, sur son aine, sur ses cuisses. Des mains blanches, des mains fermes, à peine sèches, mais qui lui brûlaient la peau délicieusement. Il voulait plus mais il était incapable de bouger. Il se laissait totalement faire. Il aimait les caresses du sans-visage perché au-dessus de lui. Les seules choses qu'il distinguait étaient ses mains et ses cheveux, bruns, brillants. Le sans-visage se pencha, il se rapprochait si près de lui. Il sentît son souffle lécher ses lèvres et entrouvrît la bouche, attendait le moment où leurs lèvres entreraient en contact. « Victor… » la voix était lointaine et pourtant si proche en même temps. Comme dans un monde parallèle. Il voulait son baiser, juste ça et après il répondrait peut-être. « réveille-toi… » La voix était juste là, tout près. L'anonyme disparût. Il fronça le nez doucement alors que les bribes de rêves commençaient à se dissiper. Bientôt, il ne se souviendrait de rien. Pourtant, il s'efforçait de ne pas bouger comme si ça pouvait le raccrocher encore un peu à ses chimères quelques peu... érotiques. Il n'avait plus fait de rêve de ce type depuis trop longtemps. Ca lui manquait, autant l'avouer. Mais bientôt, ce fût trop flou pour être mémorisé. « Je sais que tu as envie de m'étriper là tout de suite mais… s’il te plait j’aimerais que tu te prépares et que tu me fasses confiance » Alors qu'il sentît ses cheveux se faire repousser légèrement vers l'arrière il prît conscience de la voix qui s'adressait à lui. C'était Jaesun. Evidemment... c'était la première voix qu'il entendait le matin depuis quelques temps. Puis il prît conscience des mots du brun. Oui, il voulait l'étriper. Il était trop tôt. Non il ne voulait pas se préparer. Mais... oui, il lui faisait confiance. Fronçant d'autant plus le nez pourtant il enfouit son visage dans son édredon et grogna assez bruyamment pour confirmer au jeune homme son mécontentement. Pourquoi l'avait-il réveillé bon sang ? Il dormait si bien. Et de ce qu'il pouvait sentir au niveau de son bas ventre, c'était un rêve plus qu'agréable. Ouvrant un œil en s'en rendant plus franchement compte, il fît en sorte de s'emmitoufler plus encore dans le couette afin de cacher une quelconque bosse à ce niveau là. Heureusement, Jaesun s'était déjà éloigné et farfouillait dans son placard. Il le suivît de sa pupille la moins paresseuse, son autre paupière toujours close. Il était en train de lui composer une tenue. Mais pourquoi ? Pourquoi fallait-il qu'il se lève maintenant ? Et pourquoi devait-il déjà s'habiller ? En plus il avait faim ! Il gargouillait avec un tel niveau sonore qu'il aurait pu en faire pâlir les plus grands félins ronronnant sur cette planète. « On se réveille marmotte… J’entends ton ventre qui crie famine. » Il ne pouvait évidemment pas nier après ce qu'il avait lui même entendu de ses propres oreilles. Pour autant, il répondît par un nouveau grognement, se cachant à nouveau sous sa couette. Mais seulement quelques secondes. Il faisait trop chaud. On étouffait là-dessus. Il se redressa, assis dans son lit, les paupières à peine entrouvertes, les cheveux électrisés par le frottement de la couette sur ces derniers, attirés vers le ciel et en pagaille totale. Il fronça à nouveau le nez, passa sa langue sur ses lèvres sèches d'avoir peut-être bien dormi la bouche ouverte puis il marmonna entre ses dents. « Café... » Serrant entre ses doigts le duvet, il laissa sa tête pencher sous le poids de la fatigue encore partout dans son petit corps frileux du réveil. « Ca sent pas le café... » continua-t-il et il ouvrît enfin les yeux, les fixant sévèrement sur son aide à domicile. « Pourquoi ça sent pas le café ? » Sans une tasse de caféine dès le début de la journée, il était incapable d'être de bonne humeur. Et déjà qu'il n'était pas un modèle d'enthousiasme et de joie... Il lui fallait une explication et vite. « Et pourquoi j'dois m'habiller ? » Peut-être quelqu'un devait-il passer ? Ah non ! « J'veux voir personne. » râla-t-il en croisant ses petits bras dans une attitude bougonne. Ou peut-être Jaesun voulait-il sortir. Relevant à nouveau la tête il tonna, plus fort. « Je veux pas sortir !! » Ah non ! Non non non, hors de question ! Où voulait-il l'emmener ? C'était hors de question ! Et s'il le forçait il hurlerait à l'aide dans la rue et plaiderait à la prise d'otage. Il souleva vivement sa couette et la fît passer par-dessus sa tête pour se cacher en dessous, restant malgré tout assis. Il ressemblait à un enfant refusant catégoriquement d'aller à l'école un lundi matin. Mais en réalité, il était paniqué à l'idée de sortir. Il l'avait déjà fait, bien sûr. Pour accompagner sa mère faire des courses... et cette fois-là pour aller à l'école de danse. Mais c'était encore à la période où il était fermé à tout et où il se persuadait que le regard des autres n'importaient pas. Qu'il se persuadait que les autres n'en valaient pas la peine, qu'il dédaignait les passants et toute la pitié qu'il lisait dans leurs yeux. Mais aujourd'hui, c'était différent. Tout était différent. Pourquoi fallait-il qu'il soit vulnérable ? Pourquoi fallait-il qu'il soit humain ? « Je sors pas. » lâcha-t-il, fermement, voulant ainsi clore la conversation. « Et je veux mon café. » ajouta-t-il cependant après quelques secondes.




perfect body, perfect soul
You're just like an angel. Your skin makes me cry. You float like a feather in a beautiful world. I wish I was special. You're so fucking special. But I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here ? I don't belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
l'elixir de nina ricci

JE RESSEMBLE À : jeon jeongguk

CRÉDITS : saturnienne. (avatar) jecn (gifs signature) anaelle (code signature)

PSEUDO : fantasy.


MessageSujet: Re: (victor) all i want 20/11/2016, 11:25


all i want
So you brought out the best of me,
A part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean.
Our love was made for movie screens. (by anaëlle)

Malgré lui, Jaesun ne put retenir un petit rire de s’échapper en voyant la réaction de Victor. Celui-ci venait de se couvrir un peu plus de sa couette et ronchonnait comme à son habitude. Si auparavant ça faisait mal à Jaesun d’être rejeté de la sorte, aujourd’hui il trouvait ça plutôt drôle. Il avait bien compris que toute cette attitude détestable n’était pas uniquement dirigée sur lui et surtout qu’elle n’était qu’une carapace. Victor se protégeait en râlant exagérément mais ça ne prenait plus. En se tournant de nouveau vers le lit, son sourire s’étira un peu plus en le voyant assis là l’air endormi. Il était adorable même si son visage était déformé par une grimace lui signalement de nouveau son mécontentement. « Café... » Jaesun s’affaira à sortir des vêtements tout en écoutant les plaintes de son petit malade imaginaire. « Ca sent pas le café... » Ça n’avait pas loupé. Le nez de Victor s’était un peu trop habitué à ce que le café soit prêt avant qu’il ne se réveille et aujourd’hui, seule l'odeur du parfum de Jaesun régnait dans la pièce. Pas de café. Pas de breuvage si précieux. Victor allait faire la tête. « Pourquoi ça sent pas le café ? » « Parce que c’est comme ça ! » répondit Jaesun sans se démonter. Peu importait la mauvaise humeur de Victor, il continuerait son petit manège et il réussirait à le sortir de son appartement. Il était sûr que Victor finirait par apprécier sa démarche. Il avait besoin d’avancer. Non, ils avaient besoin d’avancer. Tous les deux. Ensemble.

« Et pourquoi j'dois m'habiller ? » D’un œil amusé, Jaesun scruta l’homme encore à moitié endormi. « Tu peux rester en pyjama si tu veux mais tu vas avoir froid ! »  Son attitude était vraiment adorable. Jaesun avait l’impression de discuter avec un adolescent en crise. C’était drôle et mignon à la fois. « J'veux voir personne. » « Si, tu me vois moi là » le coupa-t-il en se tortillant devant lui d’une façon presque ridicule. Le jeune homme ne voulait voir personne d’autre que lui et au fond, cette idée lui réchauffait le cœur. Victor s’était habitué à sa présence et il l’acceptait. Il était fier d’avoir réussi à l’apaiser au moins un peu. « Je veux pas sortir !! » Et voilà. Il avait enfin compris ce que voulait le plus jeune et l’entendre râler un peu plus ne découragea absolument pas Jaesun. Il s’était attendu à une telle réaction alors il n’était pas surpris. Si Victor avait répondu « SUPER ON SORT » là, Jaesun aurait été choqué. Rien de bien étonnant donc à ce qu’il ne soit pas d’accord. « Victor… » sa phrase fut coupée par un rire en le voyant se cacher sous sa couette. Mais quel âge avait-il bon sang ? « Je sors pas. Et je veux mon café. » Fermement, Jaesun vint tirer sur la couette pour découvrir à nouveau le râleur qui lui servait d’hôte. Ses cheveux déjà bien ébouriffés l’étaient encore plus à présent ajoutant une pointe de tendresse à l’image qu’il renvoyait. Il pouvait râler tant qu’il voulait Jaesun ne changerait pas d’avis. « Tu vas avoir ton café… t’inquiète pas » commença-t-il doucement avant de l’attraper sous les bras et les jambes pour le soulever aisément du lit. « Mais pour ça il va falloir t’habiller et sortir ! » Ses sourcils se levèrent de façon suggestive pour accompagner ses mots. « Tu n’as pas le choix. Tu peux râler et hurler, on va sortir quand même. » Doucement, il déposa Victor sur un petit fauteuil qui se trouvait dans sa chambre et commença à le déshabiller lui-même. Il s’était douché la veille au soir, il était inutile de le faire de nouveau. Ça arrangeait Jaesun moins d’obstacles avant le moment fatidique de la sortie.

Il avait déjà vu Victor nu plusieurs fois mais c’était toujours aussi troublant. Son ventre se tordait agréablement à chaque fois qu'il voyait et touchait sa jolie peau et il s’en voulait terriblement de penser à ça alors qu’il était censé s’occuper de lui et l’aider. Non, il n’avait pas le droit d’éprouver ce genre de sentiment, ce désir était déplacé. Ça n’empêcha pas le rouge de lui monter aux joues alors qu’il lui enfilait son sous vêtement. Il ne le regarda pas vraiment ne voulant pas le gêner. Ça devait être désagréable pour Victor. « Et ne me râle pas dessus parce que je t’habille. Si je ne le fais pas tu vas rester dans ton lit toute la journée rien que pour me faire chier. » Ça il en était parfaitement capable. Victor avait l’âme rebelle et quand il avait décidé quelque chose il était dur de le faire changer d’avis. Mais Jaesun ne se démontait pas. T-shirt, pull et pantalon souple, Victor était presque prêt. En souriant Jaesun lui enfonça le bonnet sur ses cheveux indisciplinés et entoura son joli cou d’une grosse écharpe. « Voilà monsieur est prêt pour son café ! » Amusé, Jaesun le reprit dans ses bras. Il adorait ça et remerciait son idée lumineuse d’avoir ramené le fauteuil dans le salon la veille. Sentir Victor contre lui le rassurait. Il était toujours vivant. Ça faisait du bien de sentir sa chaleur tout contre lui. Rien de pervers dans cette idée, ça apaisait juste Jaesun. « Hop, manque plus que le manteau ! T’es ravi hein ?! » dit-il en souriant de toutes ses dents une fois dans l’entrée, Victor sur son fauteuil, prêts à sortir. Leurs manteaux chauds sur les épaules, l’aide à domicile ouvrit la porte et ne laissa pas le temps à Victor de reculer. Non, ils allaient sortir, qu’il le veuille ou non. « Allez on sourit, on est heureux, youpi. Le café arrive. » Jaesun n’était pas non plus un mec horrible, il n’irait pas dans un endroit bondé de monde. Il avait repéré un petit café sympa et s’il y avait vraiment foule, ils auraient la possibilité de prendre des cafés et viennoiseries à emporter pour aller les manger tranquillement dans un parc. Il avait tout prévu. Il voulait que Victor apprécie quand même un petit peu. Le but de la manœuvre n’était pas qu’il râle toute la matinée mais qu’il finisse par se détendre.

Une fois devant la porte de l’immeuble, prêts à sortir, Jaesun se mit face à Victor et murmura tendrement. « Tu veux voir personne et ça je le sais, alors concentre-toi sur moi. Okay ? » Doucement, il posa sa main sur celle crispée de Victor et reprit. « On va prendre un petit déjeuner juste tous les deux, toi et moi. Pense pas aux autres. Oublie les, ils n’existent pas. » Sans lâcher la main de Victor, il ouvrit la porte de l’autre lui laissant tout de même le choix d’aller dans la rue ou non. Oui, il culpabilisait quelque peu. Il savait que Victor était terrifié, il le sentait. Ses doigts se glissèrent alors entre ceux fins du plus âgé et il les serra doucement pour lui donner du courage. « Ai confiance en moi… Mais surtout ai confiance en toi. Tu peux le faire. Moi j’ai confiance en toi. » Et il ne mentait pas. S’il avait décidé de cette matinée à l’extérieur c’était parce qu’il estimait que Victor était prêt. Il allait y arriver c’était certain. Bien sûr, il ne le jugerait pas s’il ne passait pas la porte. « Si vraiment… vraiment tu sens que c’est impossible, je ne te forcerai pas… J’suis pas un monstre… J’veux juste que tu sois bien et je sais que ça te plaira… S’il te plait… » Mordillant sa lèvre, Jaesun tenta de calmer son cœur qui battait la chamade. Il se détestait de faire subir ça à Victor mais il voulait qu’il réussisse alors il se tourna vers la porte ouverte sur la rue calme. Elle n’attendait plus qu’eux.





⊹ Paris m’étouffe. Paris me bouffe. Paris se pâme. Paris se moque de moi quand je rame et je suffoque dans les tunnels du RER. Mais je m’en moque... car j’ai ta main qui me conduit au paradis, dans le plus beau de ce Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Min Yoongi

CRÉDITS : (c)queen shady

PSEUDO : billpazuzu


MessageSujet: Re: (victor) all i want 12/12/2016, 03:04


all i want
So you brought out the best of me,
A part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean.
Our love was made for movie screens. (by anaëlle)

Si une version de Victor avant son accident se présentait à Jaesun aujourd'hui, il ne le reconnaîtrait certainement. Tant de choses avaient changées depuis cet instant T. Tout avait été bouleversé et dès lors, Victor n'avait plus été le même. Non, vraiment. S'il venait à recroiser des connaissances passées, aucune d'entre elles ne comprendraient. Comment cet individu, avec les mêmes traits que Victor pouvait il pourtant être si différent dans son comportement ? Il était différent parce que tout avait changé. Plus rien ne serait jamais plus comme avant. Jamais il ne pourrait revenir en arrière, à sa vie d'avant. Comme sa mère pouvait le lui dire, ou même Jaesun, il devait avancer.

Mais à chaque pas qu'il faisait en avant, il aurait voulu en faire quatre en arrière. Chaque évolution lui faisait peur à présent. Même si parfois il avait une petite pointe de courage, cette dernière se dissipait aussi vite qu'elle était arrivée. Et il n'arrivait juste pas à faire face au monde. Il faisait déjà face à Jaesun dans sa vie, sa morne existence, ce qui était un bouleversement énorme. Mais faire plus... ça lui paraissait inconcevable. Insurmontable. Il s'habituait à peine à la présence du jeune homme chez lui... plus... non ça n'était pas possible. Il ne voulait pas y penser. Autrement, il paniquerait sûrement et se braquerait tout autant. Pourtant Jaesun semblait en avoir décidé autrement. Mais il ne le comprît pas tout de suite. Il se contenta d'abord de marquer sa surprise quant au manque d'odeur de café. Sa surprise ou plutôt... son désagrément. Jaesun avait répondu à ses pourquoi par un : « Parce que c’est comme ça ! » qui en disait à la fois long et peu. Victor voulait des réponses. Réellement. Pourquoi n'y avait-il pas le droit ? Il se contenta de continuer à râler, demandant notamment pourquoi il devait s'habiller si tôt de bon matin. « Tu peux rester en pyjama si tu veux mais tu vas avoir froid ! » lui avait alors répliqué Jaesun. Mais que voulait-il dire par là ? Avait-il décidé qu'il allait couper tous les radiateurs de l'appartement ? Ou bien voulait-qu'ils... Il finît par saisir. Jaesun voulait qu'il sorte. Il refusa, catégoriquement, se cachant à nouveau sous sa couette. Il se montrait râleur, comme un enfant refusant d'aller à l'école un lundi matin mais en réalité, son cœur tambourinait à vive allure dans sa poitrine. Il ne voulait pas sortir. Il ne voulait pas affronter le regard des autres. Non. Il l'avait fait. Deux fois en tout. A chaque fois avec sa mère. Mais ça avait été horrible. Tellement horrible qu'il en était devenu plus agressif encore et s'en était pris à Jaesun. Il avait manqué de lui péter le genou avec son fauteuil. Et c'était grave ! Comment allait-il réagir cette fois ? Non. Non il n'était pas prêt. D'ailleurs il ne le serait jamais. Il refusa à nouveau, voulant bien signifier qu'il n'y avait pas d'autre option possible que celle de rester à la maison. Mais sa protection improvisée fût rapidement écrasée par le jeune homme qui veillait sur lui. Victor aurait voulu disparaître. « Tu vas avoir ton café… t’inquiète pas » tenta son interlocuteur, dans l'espoir de l'apaiser peut-être. Mais ça ne fonctionnait pas. Si justement ! Il s'inquiétait beaucoup ! Mais il n'eût même pas le temps de répliquer que Jae le soulevait déjà, le portant en direction d'un siège installé là. « Mais pour ça il va falloir t’habiller et sortir ! » Cette phrase lui arracha un froncement de sourcil et il commença à gesticuler dans l'idée de se débattre mais abandonna vite à la suite de la phrase. « Tu n’as pas le choix. Tu peux râler et hurler, on va sortir quand même. » Il avait l'impression d'être un gamin que l'on sermonnait. Il détestait cette idée. Pourtant il ne s'en défendît même pas. Décidément, il s'était ramolli, complètement. Il se laissa habiller en détournant le regard. Là encore, il était encore gêné lorsqu'il se retrouvait nu devant son auxiliaire de vie. Il avait l'impression d'être amoindri, infantilisé. Et il détestait cette situation. « Je veux pas sortir... Jae... » siffla-t-il entre ses dents, l'air râleur, mais suppliant en réalité. Il commençait à se crisper, agrippant les bras du siège alors que l'angoisse le prenait à la gorge. Par défense, il s'apprêta à râler à nouveau, pour la forme, contre le fait de se faire habiller comme un bébé. Mais il n'en eût même pas le temps. Jaesun le connaissait trop bien à présent et devinait ses intentions trop aisément. « Et ne me râle pas dessus parce que je t’habille. Si je ne le fais pas tu vas rester dans ton lit toute la journée rien que pour me faire chier. » Il avait on ne pouvait plus raison. C'était clairement ce que Victor aurait fait. Au fond, c'était son intention de chaque jour, rester au lit sans bouger, se laisser vivre sans but réel. C'était suffisant. Il n'avait aucune autre motivation que de survivre. Il n'avait plus de plaisir. A l'exception du café. Et des attentions de Jae mais ça... jamais il ne l'avouerait. Oh non jamais.

Réalisant alors la tristesse des faits, Victor regarda un instant dans le vide. Décidément, il n'y avait réellement aucun intérêt à cette vie qu'il vivait. C'était vraiment déprimant... Il avait beau réfléchir, il ne savait pas. Il n'arrivait pas à trouver. Il s'apprêtait à soupirer. Mais ses yeux croisèrent un instant Jaesun et son cœur se serra. Et l'évidence lui apparût. Et il tût le souffle qui remontait sa gorge, le regardant un moment sans trop savoir ce qu'il ressentait exactement. « Voilà monsieur est prêt pour son café ! » Et il se retrouva à nouveau dans les bras de Jaesun. Il ne dît rien, se contentant d'agripper légèrement son épaule. Sa joue vînt doucement tomber sur l'épaule du jeune homme. Quelques secondes seulement. Mais il en profita pour respirer son parfum. Il sentait... le sucre. Non. Non ! La vanille. Oui, il sentait la vanille. Il sentait toujours la vanille. Quelques semaines plus tôt il lui aurait sorti que son parfum n'était pas viril. Mais là, il n'en fît rien. Parce que ça lui mettait du baume au cœur. Son cœur qui battait la chamade au fur et à mesure qu'il se rapprochait de la porte d'entrée. Il la fixa. Il déglutît et leva les yeux vers lui, essayant de se montrer dur. « Jae... » mais il fût coupé avant de pouvoir en placer une. « Hop, manque plus que le manteau ! T’es ravi hein ?! » Non... Non il n'était clairement pas ravi. Il aurait voulu se lever et partir en courant. Mais ha ! Il en était incapable. « Jaesun, putain... » ronchonna-t-il alors que le nommé poussait déjà le fauteuil en direction de l'entrée. Il s'enfonça dans le dossier, comme si ça pouvait le faire reculer. Mais évidemment, ça ne retardait l'échéance en rien. « Allez on sourit, on est heureux, youpi. Le café arrive. » Qu'il arrête de plaisanter ! Ca n'avait rien de drôle. Victor se tortilla dans sa chaise roulante, essayant, en les poussant vers l'arrière de faire tourner les roues dans ce sens. Il voulait fuir. Il ne voulait pas sortir. « Jae... » lâcha-t-il plaintivement, dans un souffle alors que sa gorge se nouait à l'idée de foutre les pieds dehors. La porte s'ouvrît et alors, il n'eût plus le choix. Jaesun le poussait vers l'ascenseur. Il haleta et ferma fort les yeux comme pour ne pas assister à son propre destin qui était de pénétrer dans l'ascenseur et de descendre. Mais Jaesun le guida jusqu'en bas. Et une fois devant la porte du hall, il le vît s'accroupir devant lui et sentît ses doigts enlacer les siens. Il baissa alors les yeux vers lui. « S'il-te-plaît.. j'veux pas y aller. » dît-il presque en chuchotant. Il le suppliait sans même s'en rendre compte de ses prunelles sombres. « Tu veux voir personne et ça je le sais, alors concentre-toi sur moi. Okay ? » lui intima le garçon aux cheveux de jais. C'était plus facile à dire qu'à faire ! Il voulût s'insurger mais rien ne sortît. « On va prendre un petit déjeuner juste tous les deux, toi et moi. Pense pas aux autres. Oublie les, ils n’existent pas. » Comment pourrait-il faire abstraction ? C'était impossible ! Il y avait des gens partout ! On était à Paris, pas perdu dans la campagne ! Ils allaient le fixer, il allait voir leur pitié, ils allaient scruter ses jambes, son fauteuil, ils allaient penser que c'était triste, ou que c'était dégoûtant. Ils allaient le juger, ils allaient... Leurs doigts s'emmêlèrent et la respiration de Victor qui s'était accélérée sans même qu'il s'en rende compte se stoppa net. Il baissa ses iris en direction des doigts virils de Jaesun qui enlaçait les siens, osseux. Il souffla, ses poumons n'en pouvant plus de rester en apnée sous le choc que cette vague d'émotion lui avait donné. Non, pas la peur panique qui l'avait pris aux tripes juste avant. Mais bien le tumulte au creux de son estomac. Comme des milliards de papillons piégés dans son abdomen, voletant à s'en faire péter les ailes. Il resta fixé sur ces doigts là, frôlant du bout de son pouce les premières jointures des phalanges de celui qui lui sauvait la vie un peu tous les jours. Il déglutît, entendît à peine sa nouvelle phrase, trop focalisé sur leurs articulations entremêlées. « Ai confiance en moi… Mais surtout ai confiance en toi. Tu peux le faire. Moi j’ai confiance en toi. » Confiance... hm ? Il n'avait plus confiance en personne. Sauf en lui. Jaesun. Rien que lui. « Si vraiment… vraiment tu sens que c’est impossible, je ne te forcerai pas… J’suis pas un monstre… J’veux juste que tu sois bien et je sais que ça te plaira… S’il te plait… » Victor n'était pas dupe et sentait bien la culpabilité dans le tremblement de la voix de son benjamin. Il n'osa pas pourtant lever les yeux vers lui. Il aurait forcément alors remarqué son trouble. Il resta donc silencieux, sans bouge, sans esquisser le moindre rictus, le moindre battement de cil. Il réfléchissait, à toute allure. Il était si sûr, quelques instants plus tôt de ne pas vouloir sortir. C'était hors de question. Et maintenant... comme un déclic, il n'était plus certain de rien. Finalement, il releva lentement ses yeux bridés vers Jae. Il le regarda, droit dans les yeux. Il ne dît rien mais hocha légèrement la tête. Puis il lâcha les doigts du brun, empoignant les roues de son fauteuil et le poussant alors vers l'avant une fois que son aide à domicile ce fût écarté. Il se concentrait, pour ne pas céder à la terreur, à l'appréhension excessive qui lui obstruait la gorge. La porte s'ouvrît. Et alors la panique revînt, vive, lancinante, étouffante. Il chercha alors Jaesun du regard et vînt agripper son poignet dès qu'il fût à portée. « J... je peux pas... je peux pas... » il déglutît, ferma les yeux, soupira. « Je peux pas... tout seul. Tu dois... pousser mon fauteuil. » lui dît-il essayant de se détendre dans la chaise plus ou moins confortable qui lui servait de moyen de transport. Soufflant, il tâcha d'apaiser ses émotions encore un peu, laissant glisser la main de Jae hors de la sienne devenue moite alors que ce dernier se plaçait derrière lui pour le faire avancer.

Puis ils passèrent enfin l'énorme entrée de l'immeuble. Le soleil vînt baigner immédiatement son visage et le froid de ce début d'hiver alla picoter ses joues blafardes. Il remonta lentement ses doigts sur ces dernières, fermant un instant les yeux. C'était... étrangement agréable. Et ils commencèrent à avancer. Il avait réussi. Il avait réussi mais... il n'y était pas parvenu tout seul. Jaesun était là. Et sans lui, jamais il ne l'aurait fait. Et encore... il n'en était qu'au début de leur péripétie à l'extérieur que déjà des gens les croisaient. Ils étaient peu. Deux à tout casser. Et ils ne le regardèrent même pas. Mais l'agitation faisait palpiter son cœur. Bon sang, il allait faire une syncope avant même d'avoir pu trembler ses lèvres en cœur dans une tasse de café, à ce rythme là. « T'éloigne pas ! » lui ordonna-t-il sans même se rendre compte de la portée que pourraient avoir ses mots.





perfect body, perfect soul
You're just like an angel. Your skin makes me cry. You float like a feather in a beautiful world. I wish I was special. You're so fucking special. But I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here ? I don't belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
l'elixir de nina ricci

JE RESSEMBLE À : jeon jeongguk

CRÉDITS : saturnienne. (avatar) jecn (gifs signature) anaelle (code signature)

PSEUDO : fantasy.


MessageSujet: Re: (victor) all i want 28/12/2016, 18:07


all i want
So you brought out the best of me,
A part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean.
Our love was made for movie screens. (by anaëlle)


« Je veux pas sortir... Jae... » Entendre et voir Victor aussi apeuré fit mal à Jaesun. Mais il voulait rester fort. Il avait confiance en ses propres choix et il voulait le transmettre à Victor mais c'était extrêmement difficile, il prenait sur lui au maximum espérant ne pas faire d'erreur. Il savait parfaitement que si leur sortie se passait mal, tous les efforts de Victor risquaient d'être anéantis. Le plus jeune ne voulait pas penser à cette possibilité alors il continua à préparer l'homme qu'il rêverait pouvoir appeler « ami » voire « amant ». Son cœur ne cessait de lui jouer de mauvais tours depuis que Victor se laissait aller à accepter son aide. Il ne se débattait plus entre ses bras et jaesun se perdait a s'imaginer le serrer un peu plus dans ses bras. À chaque fois, il se frappait mentalement pour ne pas partir trop loin dans ses pensées et manquer de respect à Victor. Il avait tellement honte d'avoir ce genre d'envie pour celui qui aurait dû rester un patient à ses yeux mais c'était tellement difficile de lui résister. Beaucoup trop. Mais il prenait sur lui et souffrait en silence, encaissant chaque journée à ses côtés, se forçant à rester à sa place. Quand Victor posa sa tête sur son épaule, jaesun sentit son ventre se tordre, il avait beau serrer fortement les dents et penser à tout autre chose, l'envie de tourner le visage et embrasser sa joue ne le lâchait pas. Il crevait un peu plus chaque jour mais jamais il ne repousserait Victor, il savait que pour lui ce genre de geste était difficile. « Jae... » Jamais il n'avait autant apprécié ce surnom pourtant banal à ses yeux. Tout le monde l'appelait ainsi mais entre les lèvres de Victor ça sonnait différemment. Ou alors était-ce encore son cœur qui s'amusait à le torturer ? « Jaesun, putain... » Il était fâché, il le savait, le voyait dans son regard, mais jaesun continua sans se démonter. Il fallait qu'il réussisse à le sortir de l'appartement. S'il faisait la sourde oreille, ça marcherait peut-être. Tout ce qu'il avait trouvé pour détendre l'atmosphère était son humour douteux. Ça marchait sur tout le monde, il était le soleil de sa bande de copain mais sur Victor, jaesun n'avait aucun pouvoir. Et ça le tuait. Il aurait aimé pouvoir le faire sourire comme tous les autres. Le jeune homme se sentait tellement impuissant avec lui, mais il s'acharnait, certain que leurs efforts allaient payer.

Les plaintes continuaient mais jaesun se forçait à ne pas écouter. Victor tenta même de faire marche arrière mais le plus jeune força sur le fauteuil. Il détestait l'idée de montrer à Victor qu'il n'avait pas la poigne nécessaire pour se défendre mais il devait continuer, à tout prix. « S'il-te-plaît.. j'veux pas y aller. » Jamais il n'avait entendu Victor parler ainsi et ces quelques mots eurent l'effet d'un poignard en plein cœur pour le plus jeune. Tant bien que mal, il tenta de rassurer Victor même s'il savait que tout ça était peine perdue. Il fallait qu'il décide de lui-même de m'être ses peurs de côté, jae ne pouvait que l'épauler, l'apaiser. Ému en serrant ses doigts entre les sien, Jaesun en oublia presque de respirer tant il avait peur de voir Victor abandonner sans même avoir essayé.

En voyant le hochement de tête de Victor, Jaesun sentit son cœur exploser. Il avait réussi ce premier pas. Ils allaient sortir, ensemble. S'il avait pu, le plus jeune aurait sauté partout en hurlant mais là il se contenta de sourire presque tendrement à Victor le laissant se détacher de lui pour se diriger seul vers la sortie. Emu et tellement fier de son aîné Jaesun sentit ses yeux s'humidifier mais ne laissa pas les larmes s'échapper. Non, Victor ne pouvait pas être témoin de son émotion, elle était tellement déplacée. Alors sans attendre, il s'approcha du fauteuil déjà stoppé. « J... je peux pas... je peux pas... » Les doigts de Victor sur son poignet lui firent presque mal. Pas par la force mais par la terreur qu'il pouvait ressentir dans ce simple geste. Ils n'avaient fait que quelques mètres, il ne pouvait pas déjà abandonner... « Je peux pas... tout seul. Tu dois... pousser mon fauteuil. » Soulagé, Jaesun retint un soupir en se plaçant derrière le fauteuil. Il avait eu tellement peur que Victor renonce. Ils se trouvaient dans un équilibre précaire et Jaesun était terrifié à l'idee que tout s'écroule autour d'eux. « Je suis là... » dit-il doucement tentant à nouveau de rassurer Victor de sa voix calme.

Malgré le stress, Jaesun ne put empêcher un sourire d'illuminer son visage une fois qu'il se retrouva dehors en compagnie de Victor. Il en avait rêvé et aujourd'hui, ils étaient tous les deux dans la rue prêts à aller boire un café ensemble. Il était fier d'être en sa compagnie, tellement fier. « T'éloigne pas ! » Son cœur se serra à nouveau à l'entente de ses mots lourds de sens. « Jamais. Je te l'ai déjà dit Victor, je pars pas. Ni maintenant ni après. » Il n'avait aucune honte de lui avouer ça, il lui avait déjà promis de ne jamais l'abandonner et il était ravi que Victor lui demande explicitement de ne jamais le laisser.

Poussant doucement le fauteuil, dans les rues peu remplies, Jaesun scrutait leur chemin, cherchant à éviter à Victor de croiser trop de gens. « Ça va, tu n'as pas trop froid ? » Dos à Victor, Jaesun pouvait quand même voir ses petites joues rouges alors sans attendre, il dénoua sa propre écharpe et l'enroula autour du cou déjà couvert de Victor. Il ne voulait pas qu'il attrape froid, tout devait être positif dans cette sortie. « Oh attends, j'connais un raccourci ! » Ce n'était pas vraiment un raccourci mais en tournant à droite Jaesun s'engouffra dans une rue presque déserte. Celle-ci les conduisit dans un petit parc tranquille, ils n'auraient qu'à le traverser pour atteindre l'endroit où jaesun voulait prendre le café. Malicieusement, le plus jeune poussa un peu plus fort le fauteuil et gloussa en sentant le vent froid sur son visage et dans son cou. « Ça pelle sa race ! Oups pardon pour la vulgarité. » Il ne se laissait pas souvent aller à être lui-même avec Victor, cachant son côté complètement dingue et boutentrain mais là il ne put résister à l'envie de rire et continuer ses bêtises. « Oh regarde des écureuils ! On fait la course avec eux ! » Courant dans l'herbe à côté du chemin sur lequel ils se trouvaient, les petites bêtes semblaient s'amuser alors Jaesun voulut faire pareil. Sans hésiter, il courut un peu en poussant Victor et grimpa à l'arrière du fauteuil les faisant aller plus vite qu'ils n'auraient dû. « On va les fumer les bouffeurs de glands ! » dit-il en ricanant avant de reprendre « heureusement qu'on n'est pas dans le marais, cette phrase n'aurait pas visé que les écureuils ! » pouffa-t-il comme s'il avait été en compagnie de ses meilleurs amis. Il ne connaissait pas les penchants de Victor mais il espérait de tout cœur qu'il n'était pas homophobe. Parce que s'il pouvait accepter que Victor soit hétérosexuel et n'avoir donc aucune chance avec lui, il ne tolérerait pas qu'il soit anti-gay.




⊹ Paris m’étouffe. Paris me bouffe. Paris se pâme. Paris se moque de moi quand je rame et je suffoque dans les tunnels du RER. Mais je m’en moque... car j’ai ta main qui me conduit au paradis, dans le plus beau de ce Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Min Yoongi

CRÉDITS : (c)queen shady

PSEUDO : billpazuzu


MessageSujet: Re: (victor) all i want 16/1/2017, 01:11


all i want
So you brought out the best of me,
A part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean.
Our love was made for movie screens. (by anaëlle)


La peur l'avait tétanisé jusqu'alors. Il n'avait été capable de mettre un pied dehors qu'en de rares occasions, avec sa mère et c'était tout. Mais il s'était forcé. Il y avait mis toute la volonté du monde, même si ses expressions n'en avaient absolument pas témoigné. Il avait détesté se retrouver dehors, confronté au monde, au regard des inconnus dans les magasins ou juste dans la rue. N'avaient-ils rien d'autre à faire que de fixer un pauvre mec dans un fauteuil roulant ? Sincèrement quoi ! C'était ce qu'il n'avait cessé de se répéter, pour se rassurer. Râler pour exister, pour se forcer une carapace contre la déprime, voire pire. Il avait préféré être infecte que de s'écouter. Aujourd'hui... c'était différent. Il n'était pas avec sa mère. Il était avec Jaesun. Et Jaesun... avait un impact incroyable sur lui. Il se voyait déjà couler des jours malheureux, seul, dans son appartement pourri. Mais son auxiliaire de vie en avait décidé autrement. Il n'avait fait que travailler à ce qu'il soit capable de s'ouvrir à nouveau. Il avait fait du forcing. Aucun de ses amis n'en avaient eu le courage. Tous des lâches. Tous des danseurs aussi... ils n'avaient pas su comment appréhender ça. Jaesun connaissait la souffrance. Il la voyait auprès d'autres patients. Il connaissait les blessures, la maladie. Alors il avait pu supporter cette vue de Victor, amoindri. Il était allé au delà, était passé outre. Et aujourd'hui, il était le seul à être capable de tirer quelque chose du nouveau Victor. Le Victor ruiné, détruit. Il était le seul capable de l'aider à se reconstruire.

Les supplications de Victor étaient réelles, spontanées. Il ne les contrôlait pas. Il ne contrôlait plus grand chose depuis quelques temps en sa présence. Et il avait besoin de cette dernière, de le savoir tout près. Même s'il continuait à grogner, à exiger d'être seul, son cœur ne le voulait pas. C'était une question de survie à ce point-là. Dépendant... Ce qu'il s'était efforcé de ne pas devenir, il l'était devenu. Dépendant. Mais pas forcément physiquement. C'était plus profond que ça. Il était dépendant affectivement. Et c'était bien là le pire. Et il s'évertuait à ne pas y faire face, à le nier en bloc. Il pouvait se passer de lui. Il pouvait se passer de Jaesun. Il n'avait pas besoin de lui. Mensonge. « Je suis là... » lui dît-il en venant prendre possession de son fauteuil pour le pousser vers l'extérieur. Et cette simple phrase réussît à le rassurer un bref instant. Car là encore, crise de panique. Intense, fulgurante mais de quelques secondes seulement. Les mots de Jaesun étaient simples mais suffisaient amplement à le calmer. « Jamais. Je te l'ai déjà dit Victor, je pars pas. Ni maintenant ni après. » Ni jamais... aurait-il presque voulu entendre. Mais il secoua la tête. Non. Certainement pas. Il n'était pas comme ça. Ils n'étaient pas si proches que ça. Pourtant, quelque chose lui pinça le coeur à ce moment là.

Le froid sur son nez était appréciable. Lui qui se serait habituellement plaint n'en fît rien. Il ferma même les yeux un instant pour savourer la piqûre du vent sur sa peau. Clore les paupières lui permettait aussi de ne pas les voir, les passants, les hypocrites aux regards plein de pitié. « Ça va, tu n'as pas trop froid ? » lui demanda le brun dans son dos. Il haussa les épaules. Pour la forme. Non, il n'avait pas froid. Et quand bien même ça picotait légèrement, ça n'était vraiment dérangeant. « Oh attends, j'connais un raccourci ! » Il rouvrît les yeux à son enthousiasme et s'agrippa au fauteuil alors que ce dernier tournait, un peu trop vite. Il était excité comme une puce. Il se demandait bien pourquoi. Qu'y avait-il d'exceptionnel pour lui dans le fait de sortir dans la rue ? Ou peut-être était-il réjoui... pour tout autre chose ? Il mordilla sa lèvre à l'idée que Jaesun tenait assez à lui pour être simplement heureux de son effort. Il croisa alors ses doigts gantés sur ses cuisses, les tordant dans tous les sens, tête basse. Un sourire presque invisible chatouilla le coin de ses lèvres. Ca le touchait. Il n'y pouvait rien. Il n'y pouvait plus rien. Les murs étaient tombés, éboulés, écroulés. Et les faux semblants n'allaient rien y changer.

Lorsqu'il releva finalement les yeux, un parc s'étendait autour d'eux. Il l'explora de ses pupilles noirs. Il le connaissait ce parc. Il s'y rendait de temps en temps pour pique-niquer entre ami à l'époque... à l'époque où il était encore lui même. Une pointe de mélancolie lui serra le cœur mais elle disparût quand il entendît les mots de Jaesun. « Ça pelle sa race ! Oups pardon pour la vulgarité. » Victor retînt un rire. Il ne voulait pas faire transparaître son humeur de trop. « Oh regarde des écureuils ! On fait la course avec eux ! » De toutes manières il n'aurait même pas pu en placer une que Jaesun se mît à courir suite à cette phrase. Ouvrant grand les yeux sous la stupeur, Victor s'agrippa de toutes ses forces sur les bras du fauteuil, fermant fort les yeux. « JAESUN ! » cria-t-il en guise de remontrance, en proie à la crainte de voir le fauteuil dérailler et de se retrouver éjecter sur le sol. « On va les fumer les bouffeurs de glands ! » continua le plus jeune des deux, complètement hilare. CA N'AVAIT RIEN DE DROLE NOM DE DIEU ! C'ETAIT DANGEREUX ! Mais Victor resta trop scotché par la suite pour pouvoir seulement exprimer son désaccord. « Heureusement qu'on n'est pas dans le marais, cette phrase n'aurait pas visé que les écureuils ! » venait de lâcher le garçon apparemment d'humeur à plaisanter. Il ouvrît la bouche, surpris par ses propos. Depuis quand se sentait-il assez libre pour faire ce genre de blague impunément, comme ça, sans crier gare ? Mais ses réflexions s'emmêlèrent, la vitesse venant faire vibrer ses joues le perturbant trop pour qu'il soit capable de réfléchir à ses mots. La sensation l'interloqua avant de le faire légèrement rire. Il plaqua ses mains sur son visage et hurla. Mais ça n'était pas un cri d'indignation ou de terreur. C'était un cri d'excitation. Ils filaient à toute allure. Son ventre s'en tordait délicieusement, et bien que le fauteuil tremblait dangereusement, il n'avait plus peur. Il avait confiance. Il avait une confiance aveugle en Jaesun. Tant et si bien qu'il ferma les yeux et leva les bras en l'air en criant de plus belle de sa voix éraillée. Il n'y avait personne, il se sentait libre. Et lorsqu'au final le fauteuil ralentît jusqu'à s'arrêter il laissa échapper un rire. Il plaqua immédiatement alors sa main sur sa bouche. Il ne voulait pas que son euphorie passagère soit démaquée. Mais il était certainement trop tard.

Ne s'attardant pas sur les événements, il lâcha un simple. « T'es malade ! » avant de se réinstaller aussi bien que possible dans le fauteuil, lâchant un soupir comme si cet événement l'avait dérangé, agacé. C'était faux mais il ne voulait pas qu'il le sache. Il jeta un bref coup d'oeil à Jae par dessus son épaule et pinça les lèvres. « Bon on repart ? C'est où ton satané café, là ? » râla-t-il, à peine convaincant. Puis il repensa alors à la plaisanterie de Jaesun qu'il avait balancé quelques instants plus tôt. Bouffeur de gland hm ? Le marais... hm ? C'était des allusions à l'homosexualité. C'était un 'domaine' qu'il ne maîtrisait pas du tout. Il ne se souvenait pas avoir jamais discuté de ce sujet avec qui que ce soit. Il ne se souvenait pas avoir jamais fréquenté quelqu'un avec ce genre de penchants. Etait-ce une blague lancée de façon hasardeuse, dans le feu de l'action ou y'avait-il une information cachée là-derrière ? Jaesun... était-il gay ? A cette pensée, il rougît, incontrôlablement et se racla la gorge de gêne, bien que Jae ne fusse pas en mesure de voir le rosissement de ses joues. D'ailleurs, il aurait très bien pu prendre ça pour une conséquence du froid. La question... la question lui brûlait les lèvres. Mais alors qu'il ouvrait la bouche, cherchant ses mots, pour en savoir plus, il s'interrompît en levant le nez vers le ciel. Des flocons venaient de tomber sur son écharpe. Il neigeait. « Oh... » lâcha-t-il simplement avant de tendre les mains et de regarder tomber sur la laine sombre les quelques points blancs venus du ciel gris. Et à cet instant, quelque chose au fond de son cerveau lui dît qu'il n'allait pas regretter cette sortie.




perfect body, perfect soul
You're just like an angel. Your skin makes me cry. You float like a feather in a beautiful world. I wish I was special. You're so fucking special. But I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here ? I don't belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
l'elixir de nina ricci

JE RESSEMBLE À : jeon jeongguk

CRÉDITS : saturnienne. (avatar) jecn (gifs signature) anaelle (code signature)

PSEUDO : fantasy.


MessageSujet: Re: (victor) all i want 23/1/2017, 18:29


all i want
So you brought out the best of me,
A part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean.
Our love was made for movie screens. (by anaëlle)


Etre dehors en compagnie de Victor, Jaesun l’avait tellement imaginé mais il ne pensait jamais pouvoir goûter à ce bonheur. Aujourd’hui, pourtant, son ainé avait finalement accepté de lui suivre, non sans grogner mais il ét ait là, avec lui et ça, Jaesun en était fier. Il était fier de Victor, fier de ses efforts, de son courage. Ça lui réchauffait tellement le cœur après de nombreux mois de tristesse. Peut-être que des jours meilleurs se profilaient enfin. Jaesun allait tout faire pour pousser Victor à continuer, encore et encore. Il serait à ses côtés chaque jour, pour l’épauler, le soutenir et surtout, l’aimer. Que ça soit amical ou bien plus, Jaesun était terriblement attaché à son patient et même s’il culpabilisait, il espérait que Victor se sentait bien avec lui.

Jaesun voyait bien au visage de Victor qu’il n’était pas tout à fait à l’aise alors il décida de faire ce qu’il aurait fait en compagnie de ses amis : le con. Il était le soleil de leur bande et même s’il paraissait un peu plus éteint aujourd’hui, il voulait essayer de redevenir lui-même pour faire sourire Victor. Son ainé ne l’avait jamais vu au naturel, toujours sérieux pour son travail, Jaesun ne plaisantait pas mais aujourd’hui, il pensait que c’était le bon moment. Puis au fond, il en avait autant besoin que Victor. « JAESUN ! » Il aurait beau crier, le plus jeune ne s’arrêterait que s’il entendait une énorme détresse chez son patient. Ce n’était absolument pas le cas alors il continua de courir. Ils étaient seuls sur les allées du par cet Jaesun en profita pour accélérer un peu. Amusé, il ne parvint pas à retenir ses rires. Il avait l’impression de lâcher prise et ça faisait un bien fou. Plus encore lorsqu’il crut entendre un rire s’échapper de la bouche de Victor. Etait-ce réel ? Avait-il réellement ri ? Mieux encore, il criait. Le sourire de Jaesun s’élargit à ce son qui était sans doute désagréable pour la plupart des gens autour d’eux. Victor criait comme lui le faisait lorsqu’il était dans un manège à sensations fortes et ça lui fit extrêmement plaisir. Il était fier d’avoir déclenché cette réaction chez son patient. S’il avait pu, il aurait immortalisé ce moment sur vidéo. Victor, hurlant les bras levés sous l’excitation de la course. C’était beau et le ventre de Jaesun s’en tordit. Emu, il finit par ralentir la cadence se jurant de ne jamais oublier ce premier moment de joie avec Victor. Ils n‘avaient connu que des instants dramatiques, aujourd’hui, ils pouvaient enfin profiter.

« T'es malade ! »Malicieusement, Jaesun lui fit un clin d’œil. Il râlait mais ça ne prenait pas. Victor avait adoré et le petit rire qui l’avait trahi n’avait pas échappé au plus jeune. « Complètement taré en effet ! Et encore tu n’as rien vu » dit-il fièrement. Si faire le con faisait rire Victor alors il continuerait encore et encore, sans honte. « Bon on repart ? C'est où ton satané café, là ? » A cette réflexion, Jaesun rigola de nouveau. Victor était grognon et ça l’amusait. « le satané café est juste à la sortie du parc. » Une petite centaine de mètres les séparait du breuvage favori de Victor. « Un peu de patience Victor » demanda-t-il réjoui tout en reprenant la route à une allure normale cette fois-ci. Le paysage était beau et surtout calme. C’était plaisant à voir. Jaesun respira à plein poumons avant de réaliser qu’il neigeait « Oh... » «  Oh… » dirent-ils tous les deux en même temps. La vue des flocons était magnifique mais en glissant son regard sur Victor, Jaesun décida que non, c’était ça qui était encore plus beau : Victor, les bras tendus observant la neige. C’était sûrement cliché mais ça lui tordit le ventre. De nouveau à l’arrêt, il sortit discrètement son téléphone et prit quelques photos de celui qui faisait battre un peu trop fort son cœur. « C’est beau… » dit-il tout doucement de peur de briser quelque chose. A ses côtés, Jaesun se sentit étrange, il aurait voulu se confier à lui. Avouer qu’il avait sûrement des sentiments plus qu’amicaux à son égard mais ça aurait été tellement égoïste alors ses mots s’échouèrent au fond de sa gorge. Il se contenta de sourire timidement à son ainé avant de se replacer derrière le fauteuil pour reprendre leur route. Les flocons les accompagnaient donnant l’impression à Jaesun d’être dans un rêve. Il se sentait débile d’être aussi romantique. Ça n’était pas son genre mais l’instant et juste magnifique à ses yeux. Il espérait que Victor appréciait lui aussi.

Sortant finalement du parc, Jaesun se dirigea vers le petit café. « C’est là-bas, tu vois ? » L’enseigne s’approchait petit à petit et il ne put retenir un rire en entendant son propre ventre gargouiller. « Il était temps qu’on arrive je crois. » Sans attendre, il se plaça dans la file et scruta les menus au dessus du comptoir. « Il y a des formules avec le café et la viennoiserie si tu veux. Ou alors juste la boisson. Prends ce qui te fait plaisir, c’est moi qui régale. »  Alors qu’il détournait le visage pour observer les alentours, Jaesun croisa le regard d’un homme qu’il connaissait parfaitement bien. Mâchoire serrée, il eut envie d’aller gâcher la matinée de celui qui lui avait brisé le cœur. En le voyant approcher, Jaesun attrapa les doigts gantés de Victor et les serra dans les siens sans lui laisser le choix. « Bonjour Jaesun… » Etait-il sérieux ? Venir lui parler comme si de rien n’était ? Pour qui se prenait-il ? « Salut » dit-il  d’un ton plat. Il ne voulait pas lui donner la satisfaction de le voir énervé. Non il n’était plus amoureux mais voir son visage lui rappelait à quel point il avait été naïf de croire qu’il était peut-être l’homme de sa vie. « Je vois que tu es passé à autre chose. C’est bien… » Sourcil levé, le plus jeune toisa son ex petit ami. « Et tu peux me dire en quoi ça te concerne ? » « Okay… okay désolé, je te laisse, au revoir  Jaesun. » Avant de s’éclipser, il salua Victor d’un signe de tête. Bon nombre de réflexions cinglantes s’étaient présentées à lui mais Jaesun avait préféré se taire. Ce con ne méritait pas qu’il s’énerve. Il n’avait plus aucune importance. « Désolé… » dit-il tout en lâchant doucement la main de Victor. Il allait devoir s’expliquer mais il craignait que Victor le rejette. Il assumait sa sexualité mais il redoutait de perdre tout ce qu’il avait créé en compagnie de son patient. Bien sûr, s’il n’acceptait pas c’était qu’il ne méritait pas qu’on soit tolérant avec lui mais Jaesun ne pouvait s’empêcher de craindre sa réaction. « Je t’explique après, avant on commande ? » Leur tour était finalement arrivé alors Jaesun passa leur commande à tous les deux avant de payer. « On s’installe en salle ou tu préfères retourner dehors ? » Parler d’autre chose lui laissait quelques minutes pour réfléchir à ce qu’il pourrait bien lui dire. La vérité ou un mensonge couvrant sa bisexualité ?




⊹ Paris m’étouffe. Paris me bouffe. Paris se pâme. Paris se moque de moi quand je rame et je suffoque dans les tunnels du RER. Mais je m’en moque... car j’ai ta main qui me conduit au paradis, dans le plus beau de ce Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Min Yoongi

CRÉDITS : (c)queen shady

PSEUDO : billpazuzu


MessageSujet: Re: (victor) all i want 22/2/2017, 15:08


all i want
So you brought out the best of me,
A part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean.
Our love was made for movie screens. (by anaëlle)


Victor ne s'était pas senti aussi heureux depuis des mois... La dernière fois qu'il avait sourit sincèrement, il ne s'en rappelait même pas. Pour lui, tout était devenu terne, fade, déprimant. Mais aujourd'hui, alors qu'ils roulaient à toute vitesse, il lui échappa une chose qu'il n'aurait lui-même pas cru réentendre un jour. Un rire. Le sien. Il avait ri aux éclats sans même pouvoir le contrôler, euphorique. Il s'amusait, il se sentait bien. Les sensations dans son ventre en étaient presque troublantes, il les avait oublié, avait fait une croix dessus. Mais Jaesun parvenait par de simples attentions à raviver chez lui toute l'énergie qui avait rythmé sa vie auparavant. C'était des instants brefs. Mais ils comptaient plus que tout. Et bien que Victor aurait voulu s'en défaire, ne pas s'y accrocher, oublier et revenir à son état dépressif, à sa vie terne, fade, déprimante, il ne parvenait pas à combler les brèches dans sa carapace en la présence du plus jeune. Le garçon avait un effet presque magique sur lui. Et il ignorait s'il lui en était reconnaissant pour le moment. Il préférait ne pas y penser et détourner l'attention en râlant à nouveau. Comme à son habitude. Il le traita de malade, ce que Jaesun semblait assumer totalement. « Complètement taré en effet ! Et encore tu n’as rien vu » avait-il ainsi répliqué et Victor retînt un sourire, s'efforçant de ne pas le regarder. Il avait envie d'en voir plus. Il aurait voulu être comme lui. Sur plusieurs plans. Mais avant son accident... ils se ressemblaient. Mais rien ne serait plus comme avant. Rien.

Il râla une nouvelle fois, exigeant de reprendre la route et de rejoindre le café qui était leur objectif de base. « le satané café est juste à la sortie du parc. Un peu de patience Victor » lui répondît Jaesun. Mais la patience n'était plus son fort. Il n'avait plus la patience de rien. Aigri. Du moins c'est ce qu'il croyait car au premier flocon de neige, il s'émerveilla, ouvrant ses yeux pétillants d'enthousiasme vers le ciel. L'exclamation qu'il avait laissé passer s'était même à celle de Jaesun et ce diapason lui mît du baume au cœur. Il y avait quelque chose entre eux. Ils étaient comme... connectés en cet instant. Et c'était un effet des plus agréable. Il aurait voulu y être perméable mais impossible. Plutôt que de rebondir là dessus, il se focalisa sur la neige qui venait parsemer ses gants noirs de quelques touches de blanc immaculé. C'était.... « C’est beau… » prononça son cadet et il pinça légèrement les lèvres. Il tenta un regard, discret, dans sa direction, juste pour voir son expression. Et son cœur loupa un battement. Pourquoi remarquait-il seulement aujourd'hui à quel point le jeune homme était d'une beauté à couper le souffle ? Il avait des yeux expressifs pour lesquels n'importe qui se damnerait. Sa jolie bouche portai un léger sourire qui répondait aux paillettes émerveillées de ses prunelles. Son nez rond se profilait sur le gris du ciel à la perfection. Chaque détail de son visage était source de battements fébriles pour le pauvre cœur de Victor. C'était encore plus beau que la neige virevoltant autour d'eux dans ce parc vide de monde. Il finît par détourner les yeux, ne voulant pas être surpris dans son état contemplatif et il fixa ses genoux, perturbé par les émotions qui balbutiaient dans son esprit des choses comme « beau », « magnifique », « sublime »... et même une pointe de « tendresse »... Ou plus ?

Secouant la tête alors qu'ils reprenaient la route, il resta silencieux sur le reste du trajet qu'il constata de courte durée, comme lui avait promis Jaesun. Le brun le lui avait indiqué du doigt. Il avait hâte de se réfugier dans l'établissement et de pouvoir se cacher derrière une énorme tasse de café. Il sursauta presque en entendant le ventre de Jaesun gronder. Son oreille était presque au même niveau que son estomac. Il se retourna presque choqué et fixa son ventre. « T'as quoi là-dedans, un yéti ?! » Le garçon s'esclaffa joyeusement. « Il était temps qu’on arrive je crois. » Il était d'accord. Il était vraiment temps. Alors qu'ils s'installaient dans la file d'attente, il vînt retirer son bonnet, secouant la tête pour se débarrasser des quelques flocons qu'ils restaient. « Il y a des formules avec le café et la viennoiserie si tu veux. Ou alors juste la boisson. Prends ce qui te fait plaisir, c’est moi qui régale. » lui annonça le garçon et comme à son habitude, Victor voulût répliquer de façon cinglante qu'il savait lire un menu et qu'il n'avait pas besoin d'être entretenu mais il fût coupé avant même d'entamer sa phrase par les doigts de Jaesun venant agripper les siens. Il le regarda estomaqué avant qu'ils ne soit une fois de plus coupé dans son élan par l'intervention d'un inconnu. Pas si inconnu que ça pour Jaesun vu comme il le toisait. « Bonjour Jaesun… » commença l'homme charismatique près d'eux. Qui était-il ? Comment s'étaient-ils connu ? Victor ne dît rien, se contentant d'observer la scène en silence. « Salut » répliqua le plus jeune sur un ton impassible qu'il ne lui connaissait pas. Il y avait quelque chose d'électrique entre les deux hommes, il le sentait. « Je vois que tu es passé à autre chose. C’est bien… » L'homme venait de prononcer cette remarque après avoir jeté un coup d'oeil à Victor, provoquant chez lui un haussement de sourcil surpris. A autre chose ? De quoi parlait-il ? Etait-il un ancien patient de Jae ? Non, ça ne paraissait pas être ce genre de relation qu'ils entretenaient. Avaient entretenu tout du moins. La tension était palpable. « Et tu peux me dire en quoi ça te concerne ? » répondît Jaesun avec une teinte d'agressivité dans la voix. « Okay… okay désolé, je te laisse, au revoir  Jaesun. » finît par dire l'inconnu avant d'enfin adresser une salutation à Victor. Il s'en alla, sans que Victor ne daigne seulement répondre à son hochement de tête. Il ne le sentait pas, ce type. Vraiment pas. Relevant les yeux vers Jaesun, il fronça les sourcils, le fixant en attendant que ce dernier ne parle. « Désolé… » se contenta-t-il de lui dire tout en relâchant sa main. Victor regarda un instant cette dernière, se demandant pourquoi un geste si possessif. Qu'avait-il voulu signifier par là ? Et de quoi s'excusait-il ? Trop de questions. « Je t’explique après, avant on commande ? » Et en plus il osait lui demander d'être encore patient. Ne le connaissait-il pas après tout ce temps ? Victor fronça les sourcils, mécontent et refît face au comptoir en croisant les bras. « J'veux un latte caramel. » lâcha-t-il, bougon, presque boudeur. Un garçon de son âge avec ce genre de réactions, c'était presque ridicule. « Et un muffin aux myrtilles. » ajouta-t-il en grognant.

Quand vînt leur tour, Jaesun commanda simplement et s'empara du plateau. Il lui proposa simplement de choisir leur place. Se dégageant de l'emprise qu'il avait sur son fauteuil, Victor ne répondît rien et se dirigea de lui-même vers une table accessible, évitant comme il pouvait les chaises au milieu de son chemin, les repoussant un peu rudement pour bien faire comprendre aux clients présents et qu'il aurait préféré ne pas voir, comme aux staff du café qu'il serait judicieux de revoir l'agencement de la salle. Plaçant enfin son fauteuil devant une table, il entreprît de déganter ses mains avec des gestes vifs qui témoignaient de son agacement. Il les lança sur la table avant de venir ouvrir sa veste avec la même agressivité. S'en débarrassant aussi comme il pût il la plaça à l'arrière de son fauteuil et s'empara de son café lorsque Jaesun posa le plateau avec leur commande. Il ne bût pas tout de suite, c'était trop chaud. Mais tenir le mug énorme entre ses doigts fins lui donnait de la contenance. Sourcils toujours froncés il vînt scruter Jaesun, dans l'attente d'explication qui ne vinrent pas assez vite à son goût. Alors pour montrer son impatience, il lui lança « Bon tu vas me dire ou j'dois deviner ? ». Il était redevenu le Victor infecte qu'il avait été à leur rencontre. Il n'aimait pas cette situation. Et il n'aimait pas la jalousie qui s’immisçait étrangement dans ses entrailles à l'idée que Jae et cet homme puissent avoir été... proches. « C'était qui cette tête de nœud ? » poursuivît-il sur le même ton. « Il avait une bonne grosse tête de connard fini. » Il se défoulait. Il crachait sur l'inconnu sans même connaître le fond de l'histoire. « Tu devrais revoir tes fréquentations. Franchement, ça se sent à trois kilomètres qu'il est puant ce gars. » C'était faux. Totalement faux. Il pouvait reconnaître à cet homme le fait qu'il avait un certain charme, de la prestance. Pour beaucoup, ils seraient qualifiés de séduisant. Mais c'était plus facile à encaisser pour lui de se dire qu'il n'avait rien pour plaire. « Et donc ? Tu vas cracher le morceau ? J'ai pas que ça à foutre d'attendre que tu l'ouvres. » C'était faux. Il n'avait littéralement que ça à faire de sa journée. Et si Jaesun ne lui apportait pas les explications attendues, il continuerait à lui envoyer des piques pour qu'il lui raconte enfin.




perfect body, perfect soul
You're just like an angel. Your skin makes me cry. You float like a feather in a beautiful world. I wish I was special. You're so fucking special. But I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here ? I don't belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
l'elixir de nina ricci

JE RESSEMBLE À : jeon jeongguk

CRÉDITS : saturnienne. (avatar) jecn (gifs signature) anaelle (code signature)

PSEUDO : fantasy.


MessageSujet: Re: (victor) all i want 2/4/2017, 11:17


all i want
So you brought out the best of me,
A part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean.
Our love was made for movie screens. (by anaëlle)


Ce moment, Jae aurait voulu le vivre éternellement. Ça lui faisait du bien après des mois de noirceur. Victor remontait la pente, petit à petit et ça lui réchauffait le cœur de savoir qu’il pouvait être à ses côtés pour voir ses progrès. Peut-être même était-il un des facteurs qui l’aidait à se sentir mieux ? Jaesun s’en sentirait flatté mais il ne voulait pas prendre tout le crédit d’une telle réussite, il était l’épaule sur laquelle Victor pouvait se reposer et rien de plus, tout venait de lui. De ses propres efforts, de ses progrès.

Bien vite coupé dans ses pensées par un ventre affamé, Jaesun ne put que rire à la réflexion de son compagnon de route. Il adorait entendre ce dernier se laisser aller à faire des petites blagues. Il devenait plus libre, plus spontané. Ça irait mieux, Jaesun en était persuadé. Pourtant, dans le café, le plus jeune croisa quelqu’un qu’il aurait préféré ne jamais revoir. Ça faisait plusieurs mois, aujourd’hui ses sentiments s’étaient effacés mais pas la rancœur. Il avait souffert, il lui en voulait de l’avoir si mal traité, de s’être joué de lui. Jaesun pensait vraiment que son ainé l’aimait mais aujourd’hui, il doutait de ses sentiments. Une passade, un jeu peut-être, il n’avait rien été de plus. Il se fichait d’être dans le faux, il voulait juste l’oublier et douter de son amour l’aidait à ne pas regretter, à ne pas se jeter la faute sur lui-même. Au début, il s’était demandé s’il n’était pas le seul responsable. Etait-il trop fade, trop bête, pas assez drôle ? Ses amis l’avaient contredit et aidé à oublier ce genre d’idée. Jaesun n’était pas parfait mais cette rupture n’était pas de sa faute, il avait été un petit ami arrangeant alors que beaucoup auraient été infectes. Le plus âgé l’avait souvent délaissé, rabaissé et caché, Jaesun s’était contenté d’accepter en pensant qu’il lui devait ça par amour. Aujourd’hui, le jeune homme comprenait qu’il ne fallait pas tout faire par amour. Ce sentiment faisait souffrir, c’était évident mais tout accepter ne changeait rien.

Utiliser Victor pour faire fuir son ex petit ami n’était pas une bonne idée, Jaesun le savait au fond de lui mais il n’avait pu s’en empêcher. Sa main dans la sienne l’avait rassuré, il se sentait épaulé à son tour. Si Jaesun était là pour aider Victor au quotidien, l’inverse était aussi réel. Victor était devenu important pour Jaesun, peut-être même trop. Il lui devait une explication. Le plus jeune avait bien compris que Victor était énervé. Redevenu bougon, il devait sûrement se retenir de s’énerver contre lui. Commande en main, Jaesun comptait les secondes qui le séparaient de l’explication fatidique. Victor allait connaître son passé amoureux et ses préférences sexuelles et Jaesun craignait qu’il ne prenne peur ou se fâche. A leur table, le plus jeune observa les gestes vifs de Victor qui trahissait son agacement. Allait-il se faire engueuler comme un enfant ? Au moins, Victor n’avait pas fui. Un instant, il avait eu peur de le voir se diriger vers la porte et rentrer. « Bon tu vas me dire ou j'dois deviner ? » Tête basse, Jaesun réfléchissait aux mots à employer. Son cœur battait tellement fort. C’était la seconde fois qu’il ressentait cette crainte du rejet quant à sa bisexualité. La première avait été le jour de son aveu à ses parents. Ceux-ci avaient été surpris, un peu choqués même mais ils ne l’avaient pas rejeté. Leur amour était si fort qu’ils n’en viendraient jamais à une telle chose et ça avait rendu Jaesun encore plus fier. Chaque jour, il se rendait un peu plus compte de la chance qu’il avait eu lorsque les Chesnais l’avaient adopté lui. Ils débordaient d’amour et feraient tout pour lui. ‘que tu aimes les filles, les garçons ou bien les deux, t’es notre enfant et tu restes le même, on te soutiendra quoi qu’il arrive’ avait confié son papa tout en le serrant. Sa mère trop émue avait pleuré et embrassé son visage partout. Madame Chesnais s’était sentie triste que son fils ait pu avoir peur de leur avouer ses préférences mais ça n’avait fait que les rapprocher encore. Il espérait que Victor réagirait bien. Il se doutait que son ainé n’aurait pas la même réaction que ses parents, il priait juste pour qu’il ne le rejette pas totalement.

« C'était qui cette tête de nœud ? » Relevant ses yeux ronds vers Victor, Jaesun le regarda surpris. Il ne semblait pas énervé contre lui à proprement parlé mais plutôt contre l’attitude de son ex. C’était rassurant. « Il avait une bonne grosse tête de connard fini. » A ses mots, Jaesun ne put retenir un petit rire, bref certes, mais ça le détendait un peu. « Tu devrais revoir tes fréquentations. Franchement, ça se sent à trois kilomètres qu'il est puant ce gars. » Victor et ses réactions excessives. Il commençait à le connaître mais entendre ces quelques critiques amusait Jaesun. « Et donc ? Tu vas cracher le morceau ? J'ai pas que ça à foutre d'attendre que tu l'ouvres. » Levant les yeux au ciel devant l’impatience de Victor, le plus jeune mordit ensuite sa lèvre. Il fallait qu’il se dépêche sinon Victor lui ferait une crise. Il le sentait. « Je vais t’expliquer mais c’est difficile alors… ne me coupe pas… » Touillant son café pour s’occuper les mains, Jaesun finit par soupirer et se lancer. « Cet homme que tu as vu est mon ex petit ami » confia-t-il le regard baissé sur sa tasse. Il craignait la réaction de Victor alors il ne leva pas les yeux vers lui. « on s’est séparé il y a presque un an et on était ensemble depuis tout autant de temps avant… » un an… Il avait presque oublié que ça avait duré aussi longtemps, aujourd’hui il se rendait compte qu’ils n’avaient presque rien partagé. « Un matin, il s’est levé et il m’a dit qu’il allait se marier. En fait… je n’étais qu’un amant dans l’ombre. J’ai rien vu… » Débile et aveugle, c’était ce qu’il avait été et il en avait presque honte. « Aujourd’hui, je me sens juste bête d’avoir été aussi naïf. Il m’a sorti qu’il n’était pas gay et blablabla. Moi non plus j’le suis pas. J’suis bi. Enfin, il s’est juste foutu de ma tronche pendant des mois et on s’était pas revu depuis. Je l’ai encore mauvaise parce que je ne supporte pas qu’on me prenne pour un demeuré. » Au fond, Jaesun était furieux contre lui-même. Tout lui paraissait évident maintenant. Il aurait du le comprendre bien plus tôt. « Voilà. Tu sais maintenant que je suis naïf, bisexuel et que mon seul et unique ex est un crétin marié qui s’envoyait un jeune pour découvrir de nouvelles choses. Ça a du le lasser de sauter un mec » dit-il regrettant ses mots peut-être trop crus pour Victor. Il avait laissé  parler sa colère contre son ex copain. « Pardon je… » doucement il releva les yeux et fixa Victor. L’avait-il perdu de nouveau ?




⊹ Paris m’étouffe. Paris me bouffe. Paris se pâme. Paris se moque de moi quand je rame et je suffoque dans les tunnels du RER. Mais je m’en moque... car j’ai ta main qui me conduit au paradis, dans le plus beau de ce Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Min Yoongi

CRÉDITS : (c)queen shady

PSEUDO : billpazuzu


MessageSujet: Re: (victor) all i want 29/4/2017, 05:14


all i want
So you brought out the best of me,
A part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean.
Our love was made for movie screens. (by anaëlle)


Il n'aimait pas ça. Il n'aimait définitivement pas ça. Il sentait que quelque chose clochait. Que cet homme ne faisait pas partie du cercle d'amis de Jaesun. Tel qu'il le connaissait, il n'aurait pas réagi de la sorte si ça avait été le cas. Et il ne supportait pas l'idée de ne pas savoir ce qu'il se tramait. D'autant que ce type l'avait presque pointé du doigt comme la définition de « passer à autre chose ». Autre chose ? Quoi exactement ? Non, définitivement il n'aimait pas ça. Et au delà de ça, Jaesun le faisait attendre. Et la patience n'était clairement pas son fort. Plus depuis un moment. Alors il était redevenu le Victor qu'il s'était efforcé d'être ces derniers mois et exigea des réponses, avec toute la mauvaise foi qui le caractérisait, toute l'agressivité injustifiée dont il savait faire preuve. Mais en réalité, son agacement avait une raison plus poussée que juste l'impatience. Ce type... il sentait bien qu'il était spécial. Ou bien qu'il l'avait été. Et c'est ça qui ne lui plaisait définitivement pas. Que quelqu'un puisse être spécial aux yeux de Jaesun. Et lui alors ? Etait-il spécial ?

Mais ce genre de réflexion, il n'osait pas se les avouer. Alors il n'y réfléchît pas. Il se contenta de râler, de presque taper du poing sur la table pour obtenir les réponses qu'il attendait. Et finalement, le plus jeune prît la parole, daignant enfin lui répondre. « Je vais t’expliquer mais c’est difficile alors… ne me coupe pas… » demanda-t-il non sans paraître nerveux. Victor aurait voulu lui dire que c'était pas trop tôt, qu'il commençait à s'impatienter... Il décida de se taire et de respecter la demande de Jaesun. Il s'empara lui aussi de son café et agrippa sa tasse, tout simplement, en le fixant. Alors que pour sa part, l'aide à domicile ne regardait plus que son mug. Si ça pouvait lui donner du courage après tout... « Cet homme que tu as vu est mon ex petit ami » lâcha-t-il finalement. Et Victor ne pût empêcher sa mâchoire de se décrocher. Devant une telle révélation, il était pantois. Littéralement. Etait-il vraiment choqué par le fait que Jaesun soit gay ? N'y avait-il jamais réfléchi avant ? Si, peut-être bien. Mais l'entendre de sa bouche prenait une ampleur tout à fait différente. Il était homosexuel. Et il aimait apparemment les hommes plus vieux... Il surprît son cœur en plein galop et vînt doucement agripper son sweat au niveau de sa poitrine, comme pour calmer les martèlements qui y résonnaient. Il ferma finalement la bouche. Pourquoi est-ce que lui faisait un tel effet ? Etait-il choqué ? Dégoûté ? Ou bien... Ca n'était pas le moment de penser à lui. Jaesun était en train de se confier. Il devait l'écouter. Pour une fois, il ne pouvait pas être égoïste. Alors il tendît l'oreille et écouta la suite. « on s’est séparé il y a presque un an et on était ensemble depuis tout autant de temps avant… » Un an... waw. Victor ne se souvenait plus de la dernière fois qu'il avait eu une relation amoureuse. Avant son accident... il était trop occupé avec la danse. Depuis son accident... il n'en voulait plus. Et quand bien même, il n'avait jamais réussi à être en couple très longtemps. Il leur avait souvent préféré la danse. Mais il ne s'agissait pas de lui, encore une fois. Mais de Jaesun. Un an. Un an avec ce type. Que lui avait-il trouvé ? Il n'était même pas beau ! Bon... si peut-être quand même un peu. « Un matin, il s’est levé et il m’a dit qu’il allait se marier. En fait… je n’étais qu’un amant dans l’ombre. J’ai rien vu… » continua son cadet. Son récit fît froncer les sourcils de Victor. Ce genre de mec existait donc vraiment ? Comment pouvait-on être aussi con ? Et aussi cruel ? Comment pouvait-on se jouer de quelqu'un à ce point ? Hm... Il n'était pas bien placé pour en juger. Car même s'il n'avait jamais fait ce genre de chose là, il n'était pas un ange. Lui avait été infecte avec Jaesun. Evidemment, les deux relations n'étaient pas comparables mais... D'ailleurs pourquoi comparait-il ? Pourquoi est-ce que ça le mettait tellement hors de lui ? Pourquoi se sentait-il tellement concerné au point de lâcher un « Quel enfoiré ! » incontrôlable entre ses dents ? Bonne question... « Aujourd’hui, je me sens juste bête d’avoir été aussi naïf. Il m’a sorti qu’il n’était pas gay et blablabla. Moi non plus j’le suis pas. J’suis bi. » Bi... Bisexuel. Donc il aimait aussi les femmes. Ce cas de figure existait donc réellement... Etait-ce possible d'être bi, sans même s'en apercevoir ? Hm... « Enfin, il s’est juste foutu de ma tronche pendant des mois et on s’était pas revu depuis. Je l’ai encore mauvaise parce que je ne supporte pas qu’on me prenne pour un demeuré. » ajouta le brun. Il l'avait mauvaise et pourtant, il était d'un optimisme à toute épreuve, la plupart du temps. Comment faisait-il ? Beaucoup de gens, après ce genre d'histoire, s'effondraient et devenaient aigris. Mais pas Jaesun. Il était impressionnant... « Voilà. Tu sais maintenant que je suis naïf, bisexuel et que mon seul et unique ex est un crétin marié qui s’envoyait un jeune pour découvrir de nouvelles choses. Ça a du le lasser de sauter un mec » Il était de retour avec ses mots un peu cru. Mais alors que la dernière fois, il s'était agi d'humour, à présent ça n'avait plus rien à voir. Il était amer. Ce que Victor pouvait comprendre. Aussi, ne dît-il rien. Ca n'était pas grave. Et ça prouvait que Jaesun n'était pas infaillible. Ca le rassurait. Ca le rassurait de savoir qu'il pouvait parfois, lui aussi, laissé parler la part de noirceur qui lui grignotait le coeur. Et ça n'enlevait rien à son courage. Peut-être devrait-il prendre exemple sur lui, laisser parfois éclater sa colère contre la vie, contre le chauffard qui avait ruiné son avenir mais essayer, le reste du temps, de garder la tête haute et d'avancer ? Hm... Il n'était pas aussi fort. Et sa carapace était trop confortable et rassurante.

Lorsque Jaesun releva ses yeux vers lui en s'excusant, il se contenta de hausser les épaules. Il avait encore les sourcils froncés. Mais il n'était pas énervé contre lui. Il était... consterné de la bêtise et de la méchanceté dont ce type avait fait preuve. « T'es pas débile. Ou naïf. C'est lui le trou du cul. » lâcha-t-il, vulgairement. Peut-être pour rassurer Jaesun sur le fait que ses mots familiers ne l'avaient pas troublé plus que ça. A présent, c'est lui qui baissait les yeux vers sa tasse. Il porta cette dernière à ses lèvres et y bût une gorgée encore chaude de la boisson qui s'y trouvait. Le regard dans le vague, la ride du lion toujours marquée par son expression renfrognée, il maudissait le fait de ne pas avoir su cette histoire avant. « T'aurais dû m'en parler. J'lui aurais rabattu son caquet à cette enflure. J'lui aurais roulé sur les pieds ! "Tiens, prends donc une fracture du gros orteils ! Tu mérites cent fois pire pour te servir des gens pour ton petit plaisir ! Pour avoir utiliser un type aussi génial que Jaesun ! Tu ne le méritais pas ! Il est trop bien pour toi !" » s'exclama-t-il avec de grands gestes de sa main libre, comme si le mec en question s'était encore trouvé devant lui. Mais en réalisant ses propres mots, son visage changea littéralement. De la colère il passa à la panique et à la gêne. Il devînt rouge pivoine. Venait-il vraiment de dire ce qu'il avait dit ? C'était gênant. Mon dieu que c'était gênant. Il se cacha derrière sa tasse, y buvant de nouvelles gorgées en jetant des coups d'oeil très brefs vers Jaesun et autour d'eux. Complimenter ainsi le jeune homme n'était pas dans ses habitudes. Il venait tout de même de dire qu'il était génial, entre autre. Il regrettait tellement... Se renfrognant finalement, pour se protéger du malaise, il secoua la main devant son visage. « Enfin c'est ce que j'aurais dit à ce type pour le faire taire et pour qu'il parte sans la ramener ! » conclût-il, cherchant à se justifier. « Vas pas prendre la grosse tête. » insista-t-il en le fixant, l'air autoritaire. Mais au fond, à quoi jouait-il ? Tout ce qu'il venait de dire, il le pensait. Et son cœur se serra à cette pensée. Et il se dît aussi que la bisexualité de Jaesun n'était pas aussi choquante que ça. Même sans penser à ce que ça signifiait pour eux – si un eux existait seulement – il était... content de le savoir. D'en apprendre plus sur lui. Car au final, ils n'avaient jamais trop parlé de lui. D'eux-mêmes. Parce que Victor avait toujours été fermé à ce genre d'échange. Mais s'y ouvrir... lui faisait à la fois peur et plaisir.




perfect body, perfect soul
You're just like an angel. Your skin makes me cry. You float like a feather in a beautiful world. I wish I was special. You're so fucking special. But I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here ? I don't belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
l'elixir de nina ricci

JE RESSEMBLE À : jeon jeongguk

CRÉDITS : saturnienne. (avatar) jecn (gifs signature) anaelle (code signature)

PSEUDO : fantasy.


MessageSujet: Re: (victor) all i want 3/6/2017, 16:03


all i want
So you brought out the best of me,
A part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean.
Our love was made for movie screens. (by anaëlle)


Aujourd’hui était le jour J. Victor était au courant qu’il était bisexuel et qu’il avait eu une histoire avec un homme. Jaesun craignait sa réaction plus que tout. Certes, Victor allait mieux, les efforts étaient là mais la routine qu’ils avaient créée risquait de s’effondrer d’un moment à l’autre. Leur équilibre était si précaire que Jaesun regrettait presque d’avoir lâché le morceau. Au fond, il n’avait pas eu d’autre choix. Bien sûr, il aurait pu inventer quelque chose et se sortir de cet embarras mais non. ‘A quoi bon mentir’ avait-il pensé. Il fallait bien que Victor le sache un jour. Maintenant, c’était fait et tout ce que Jaesun pouvait faire était attendre impatiemment la réaction violente de Victor. « Quel enfoiré ! » A vrai dire, ce n’était pas ce qu’il avait imaginé. Connaissant Victor, il le voyait déjà hurler au scandale, s’acharner sur lui et son mensonge, mais surtout il avait craint les insultes et le dégout dans son regard. Mais rien. L’expression de Victor était presque indéchiffrable mais il ne semblait pas embêté par les aveux sur sa sexualité. « T'es pas débile. Ou naïf. C'est lui le trou du cul. » Timidement, Jaesun étouffa un rire. Bon sang que ses paroles lui faisaient du bien. La peur de perdre Victor le rongeait à chaque instant et il avait cru que cette journée serait la dernière qu’ils partageraient. Pourtant, Victor était toujours là, face à lui et il le défendait. Le cœur du plus jeune battait si fort dans sa poitrine, un mélange de sentiments y éclatant. « T'aurais dû m'en parler. J'lui aurais rabattu son caquet à cette enflure. J'lui aurais roulé sur les pieds ! "Tiens, prends donc une fracture du gros orteils ! Tu mérites cent fois pire pour te servir des gens pour ton petit plaisir ! Pour avoir utiliser un type aussi génial que Jaesun ! Tu ne le méritais pas ! Il est trop bien pour toi !" » Les yeux ronds comme des soucoupes, Jaesun imprima chaque mot de Victor, chaque geste. C’était précipité, presque vulgaire mais c’était sûrement la plus belle chose qu’il lui ait jamais dite. Le rouge sur les joues de Jaesun se propagea sur celles de Victor comme si sa gêne était contagieuse. Pourtant, le plus jeune ne put s’empêcher de sourire tendrement. Victor, lui qui d’habitude était si dur, si froid, se cachait derrière a tasse après ces quelques mots qui en dévoilaient beaucoup sur ce qu’il pensait de son aide à domicile.

Jaesun ne s’était certainement pas attendu à un tel monologue. Lui qui avait toujours douté de l’affection que Victor pouvait lui porter se trouvait un peu plus rassuré. Ça lui fit du bien d’entre tout ça. Il n’était pas vraiment romantique et préférait les paroles spontanées et franches. « Enfin c'est ce que j'aurais dit à ce type pour le faire taire et pour qu'il parte sans la ramener ! » Vraiment ? Victor s’était laissé aller à parler, les mots coulant entre ses lèvres sans qu’il ne se contrôle et ça, c’était précieux pour Jaesun. Victor avait été sincère, il en était certain. peut-être se trompait-il et son côté optimiste s jouait-il de nouveau de sa naïveté mais Jaesun voulait y croire. « Vas pas prendre la grosse tête. » Son petit côté bougon n’arrivait pas à décourager Jaesun. Non, il ne prenait pas la grosse tête mais il était heureux. Heureux que Victor pense des choses positives à son sujet, heureux, qu’il le trouve ‘génial’. Bon, tout ça était peut-être trop mais Jaesun n’oublierait jamais ces paroles. Jamais. « Attends, tu viens de me faire des compliments, c’est dur de ne pas s’extasier ! » tenta-t-il malicieusement. En effet, Victor ne s’était jamais laissé aller aux éloges préférant de loin insulter Jaesun. Même si le plus jeune n’avait jamais pris les choses pour lui, ça le blessait. Aujourd’hui, les quelques mots de Victor épongeaient tout le mal qu’il avait pu lui faire. Naïf ? Certainement. Mais tout ça était tellement inattendu, Jaesun aurait sûrement beaucoup de difficultésà s’en remettre.

La plaisanterie était une bonne chose mais il fallait qu’ils discutent plus sérieusement. Jaesun ne pouvait changer de sujet ainsi et retrouver son air jovial comme s’il ne s’était rien passé. Maintenant qu’ils étaient lancés dans ce sujet, il ne fallait pas faire marche arrière. « Plus sérieusement Victor, merci beaucoup… ça me touche ce que tu dis… » avoua-t-il, un petit sourire presque timide sur ses lèvres fines. Triturant la serviette en papier, Jaesun cherchait ses mots. Peut-être aurait-il dû rester sur la lancée de la spontanéité de Victor mais il en était incapable. Pas aujourd’hui. Ce moment était bien trop important pour laisser son cœur parler sans filtre. Trop risqué. « Je suis soulagé que tu le prennes comme ça, tu sais, que je sois bisexuel. » La France avait fait d’énormes progrès à ce sujet mais d’invincibles cons demeuraient encore et même s’il n’avait jamais voulu mettre Victor dans le même panier qu’eux, il avait eu peur de le déranger lui qui était déjà mal dans sa peau. Et inconsciemment, Jaesun était terrorisé que Victor ait pu sentir son affection pour lui. C’était une chose de ne rien avoir contre les préférences de Jaesun mais il en était une autre d’être SA préférence. Comment Victor pouvait-il accepter les sentiments du plus jeune alors qu’il ne s’aimait pas lui-même ? Sa convalescence était physique mais aussi mentale et morale. « J’espère que ça n’aura pas d’impact entre nous, je ne veux pas que tu sois gêné en ma présence… » Victor avait déjà eu des difficultés à se laisser aider alors s’il craignait aujourd’hui que Jaesun ait un comportement déplacé, ils régresseraient dans leurs progrès. « Sache que tout ce que je veux c’est ton bonheur à toi. Je t’ai promis de t’aider quoi qu’il arrive, tu peux me faire confiance. » Puis, malicieusement, il tenta un sourire pour apaiser les tensions entre eux. « Je pense en tout cas que ça l’a bien emmerdé ce con. Te voir avec moi… » Faiblement, Jaesun haussa les épaules. « En un an de relation, j’étais jamais sorti en public avec lui, enfin si mais on passait pour deux amis et il se tenait loin de moi. Tu comprends au cas où je déciderais de lui sauter dessus et révéler son petit secret. » Café terminé, Jaesun mordilla sa lèvre. « Enfin, c’était pas vraiment comme ça que je voyais notre première sortie. J’espère que t’es pas trop déçu… »




⊹ Paris m’étouffe. Paris me bouffe. Paris se pâme. Paris se moque de moi quand je rame et je suffoque dans les tunnels du RER. Mais je m’en moque... car j’ai ta main qui me conduit au paradis, dans le plus beau de ce Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Min Yoongi

CRÉDITS : (c)queen shady

PSEUDO : billpazuzu


MessageSujet: Re: (victor) all i want 28/6/2017, 00:04


all i want
So you brought out the best of me,
A part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean.
Our love was made for movie screens. (by anaëlle)


La malhonnêteté était quelque chose qu'il avait toujours détesté. Haï. Même avant son accident. C'était quelque chose qui semblait lui être resté aujourd'hui. Apprendre que ce type, dont il avait senti la puanteur dès leur première entrevue, avait pu se servir de Jaesun l'avait mis en colère. Qu'il lui ai caché son mariage et qu'il l'ai quitté pour la seule raison qu'il s'était lassé... Non il ne comprenait pas qu'on puisse faire une telle chose. Certes, lui même n'était pas un ange. Il était cruel avec Jae mais... ça n'avait rien à voir. Il ne lui avait jamais menti. Jamais jusqu'à aujourd'hui. En s'évertuant à cacher ses véritables sentiments pour lui. Mais sur ce point, il se mentait à lui-même aussi. Assumer son affection n'allait pas être une tache facile. Car ça signifierait se livrer, s'ouvrir. Et ça... Il le craignait. S'il ouvrait un peu plus la brèche, alors toute la souffrance s'engouffrerait aussi, emportait par ce qu'il croyait être une brève vague de tendresse. Mais si seulement il ouvrait les yeux...

Il se renfrogna, comme à son habitude. Scella sa carapace. Minimisa comme il pût les propos qui lui avaient échappé et qui encensait Jaesun, le mettant sur un piédestal. Merde. Il n'avait rien contrôlé. La honte. « Attends, tu viens de me faire des compliments, c’est dur de ne pas s’extasier ! » plaisanta le concerné. Victor ne s'en cacha que plus derrière son muffin cette fois-ci, grognant en le grignotant, regardant partout sauf en direction de Jaesun. Il n'avait même pas l'intelligence de lui dire de se taire. Non, vraiment. Il était ridicule. Mais Jaesun décida d'arrêter les blagues. Ce qu'il dît n'en gêna que plus Victor. Il n'arrivait pas à assumer ce qui lui avait échappé. « Plus sérieusement Victor, merci beaucoup… ça me touche ce que tu dis… » Il ne voulait pas de ses remerciements. C'était gênant. Pourtant, il lui jeta un coup d'oeil, constatant son sourire. Il le trouvait beau ce sourire, même s'il était fin, un peu timide. Il le trouvait beau. Le sourire, ou bien Jae ? Il déglutît à cette idée. Non... Pas ça. Il n'était pas attiré par les hommes. Enfin... c'était arrivé une fois, si. Il y a longtemps. Depuis il n'était sorti qu'avec des filles. Il n'aimait pas les hommes, non. Il... Jaesun ne l'attirait pas. Impossible.

« Je suis soulagé que tu le prennes comme ça, tu sais, que je sois bisexuel. » continua Jaesun, ne se rendant apparemment pas compte du trouble de son interlocuteur. Victor tenta de reprendre ses esprits mais continua à fixer autre chose que son vis à vis, les yeux baissés sur ses doigts. Il ne savait même pas ce qu'il en pensait, de cette nouvelle. Il se pencherait peut-être sur la question. « J’espère que ça n’aura pas d’impact entre nous, je ne veux pas que tu sois gêné en ma présence… » Oh pour ça, il était trop tard. Mais ça n'avait pas vraiment à voir avec le fait que Jaesun était bisexuel. Quoi que... est-ce que la révélation de son attirance pour les hommes « aussi » n'avait pas éveillé quelque chose que Victor avait voulu enfouir pendant tant de temps ? N'était-il pas en partie responsable de ses doutes ? Non. Non il ne pouvait pas l'accuser d'une telle chose. Il ne pouvait pas être con à ce point. « Tu fais bien ce que tu veux de ton cul. » maugréa-t-il avant que le plus jeune enchaîne. « Sache que tout ce que je veux c’est ton bonheur à toi. Je t’ai promis de t’aider quoi qu’il arrive, tu peux me faire confiance. » Voilà. Il ne pouvait juste pas lui faire porter le chapeau. Il était trop gentil. Trop plein de bonnes intentions. A croire qu'il n'y avait pas une once de méchanceté chez Jaesun. Pas une seule petite dose. Il était impressionnant, dans un sens. Dans la même situation que Victor, il aurait sûrement été exemplaire aussi. C'en était presque agaçant, tant de perfection. « Hm... » se contenta-t-il de lâcher en guise de réponse en mâchant le dernier morceau de son muffin.

« Je pense en tout cas que ça l’a bien emmerdé ce con. Te voir avec moi… » Il releva les yeux vers lui et haussa un sourcil, attendant la suite. « Ah... ? » Dans un sens, si ça avait pu servir qu'il soit là, ça lui faisait plaisir. « En un an de relation, j’étais jamais sorti en public avec lui, enfin si mais on passait pour deux amis et il se tenait loin de moi. Tu comprends au cas où je déciderais de lui sauter dessus et révéler son petit secret. » Quel con. Non, réellement. Il ne voyait pas d'autre définition à ce type. Si, peut-être « connard ». C'était plus cru. Plus violent. Plus adéquat encore. N'avait-il pas conscience d'avoir un type merveilleux à son bras ? Si même Victor était capable de s'en rendre compte, sérieusement, il aurait pu ouvrir les yeux ! Ou alors c'est qu'il lui manquait une sacrée case. Ca ne l'étonnait pas, vu sa gueule de crétin. « Heureusement que tu n'es plus avec cette enflure. » lâcha-t-il, une fois de plus sans même pouvoir contrôler sa bouche. Bon sang, mais il allait s'acheter du scotch et se clouer le bec ! Il s'accouda à la table en soupirant, dépité par son comportement. Ne pouvait-il pas gérer ses mots et se retenir un peu ? Apparemment non. Cette situation le rendait un peu trop honnête. « 'fin... j'veux dire... » qu'essayait-il de justifier ? Il n'y avait rien à ajouter. Alors il se contenta de grogner une fois encore et regarder vers l'extérieur. La neige ne tombait plus. Dommage... La rue n'avait plus aucun intérêt.

« Enfin, c’était pas vraiment comme ça que je voyais notre première sortie. J’espère que t’es pas trop déçu… » reprît Jaesun et Victor pinça légèrement les lèvres. Lui non plus. Lui non plus n'avait pas imaginé une chose pareille, une telle rencontre, un tel malaise. Mais à vrai dire, il n'avait même jamais imaginé sortir de son appartement miteux en la compagnie de Jaesun. Non, il se voyait finir ses jours, terré entre quatre murs. Peinard. Loin du monde. Loin de tout. Avec juste... l'aide à domicile à ses côtés. Juste ça... Il baissa les yeux, ne prenant pas la peine de répondre, laissant planer le doute sur sa possible déception. Mais à vrai dire, il n'y pensait pas, à cette partie de la phrase, aux inquiétudes probables de Jae. Trop perturbé. Toutes ces pensées étranges... il ne savait plus quoi en faire. Il n'arrivait plus à les mettre en arrière plan. Quand est-ce que Jaesun était devenu aussi important pour lui ? Devait-il s'inquiéter des réactions de son cerveau, des palpitations de son cœur ? Hm... Peut-être. Non, sûrement. Ca n'annonçait rien de bon.

Il finît par reculer, s'éloignant de la table pour pouvoir circuler. « Je veux rentrer. » conclût-il. Il mettait froidement fin à la conversation. Mais toutes ces émotions l'avaient épuisé. Frustré. Il voulait de nouveau s'enfermer pour pouvoir se libérer de tout ça. Dormir peut-être. Ou regarder une série débile à la télé. Mais juste arrêter de penser. « Ramène-moi. » lui ordonna-t-il en daignant plonger ses yeux dans les siens. « J'en ai marre du monde. J'en ai marre de l'extérieur. J'veux rentrer. » Son ton était malgré sa requête beaucoup moins sec et froid qu'il n'en avait l'habitude. Jaesun le rendait malgré lui... plus doux. Et ça, c'était mauvais signe. Le vrai Victor, celui enfouit sous les décombres de son traumatisme était en train de se réveiller. Mais ce Victor apporterait son lot de souffrance. C'était mauvais signe. Vraiment mauvais signe.




perfect body, perfect soul
You're just like an angel. Your skin makes me cry. You float like a feather in a beautiful world. I wish I was special. You're so fucking special. But I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here ? I don't belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
l'elixir de nina ricci

JE RESSEMBLE À : jeon jeongguk

CRÉDITS : saturnienne. (avatar) jecn (gifs signature) anaelle (code signature)

PSEUDO : fantasy.


MessageSujet: Re: (victor) all i want Aujourd'hui à 10:32


all i want
So you brought out the best of me,
A part of me I've never seen.
You took my soul and wiped it clean.
Our love was made for movie screens. (by anaëlle)


Les paroles de Victor tournaient dans sa tête. Son esprit cherchait sûrement à les imprimer pour ne jamais oublier. Entendre ce genre de mots faisaient un bien fou mais ce qui réchauffait un peu plus le cœur de Jaesun était qu’ils venait de Victor. C’était sûrement idiot mais il ne put s’empêcher de sourire bêtement. Ses amis l’avaient soutenu, lui avaient fait tout plein de compliments mais ça ne l’avait pas autant touché. Là, Victor venait de s’ouvrir sans réellement réfléchir. Ses mots s’étaient échappés sans aucun contrôle de sa part et c’était plaisant pour Jae qui doutait encore beaucoup de l’état de leur relation. Qu’elle soit professionnelle, amicale ou plus encore. Y avait-il de l’espoir ? Victor ne semblait pas dégouté de sa bisexualité, mieux, il venait d’avouer qu’il le trouvait génial et même « trop bien ». « Tu fais bien ce que tu veux de ton cul. » Cette phrase peu aimable rappela à Jaesun qu’il ne devait pas trop s’extasier. ‘Non, Jae, calme-toi’ pensa-t-il pour se recadrer lui-même. Ses espoirs, il devait les étouffer un peu pour ne pas tomber de haut lorsque Victor déciderait que, finalement, non, il n’appréciait pas Jaesun tant que ça. Seulement, il garderait son sourire encore un petit moment. Ça faisait tellement de bien. Tout ce qu’il devait faire à présent était de préserver cette progression entre eux. Ne pas forcer les choses. Peut-être s’en sortiraient-ils mieux qu’ils ne l’imaginaient.

Avoir joué ce petit jeu devant son ex petit ami avait presque créé une nouvelle complicité entre eux. Jaesun savait que son ancien amant était agacé de le voir avec quelqu’un d’autre. Pas qu’il était encore amoureux de Jaesun – d’ailleurs l’avait-il été ? – mais le plus jeune le savait frustré. Cet homme n’avait jamais pu céder pleinement à un de ses désirs. Oui il était sorti avec un homme, avait eu une pseudo relation avec lui mais jamais il ne saurait ce que c’était d’être avec lui réellement. Ce bisexuel non assumé s’en mordrait certainement les doigts plus tard et cette idée plaisait à Jaesun. Lui qui avait partagé un peu de sa vie savait qu’il aimait trop ça pour s’en priver bien longtemps. Mais au fond, ça n’était plus son problème. Jaesun, tout ce qu’il voyait, était qu’il avait tourné la page et que seul ses sentiments pour Victor comptaient aujourd’hui. « Heureusement que tu n'es plus avec cette enflure. 'fin... j'veux dire... » Doucement, les lèvres de Jaesun se courbèrent en un petit sourire satisfait. « Oui.. comme tu dis, heureusement. » Il ne savait pas ce que cette phrase voulait dire pour Victor. Peut-être lisait-il trop loin entre les lignes mais c’était difficile pour son petit cœur de ne pas s’extasier au moindre signe positif. Chaque attention de Victor gonflait son cœur, comme une piqure d’espoir.

« Je veux rentrer. » Dire qu’il ne s’était pas attendu à ce renversement de situation serait mentir. Habitué au comportement de Victor, ses compliments avaient été bien plus surprenants que la dureté réapparue dans sa voix. « Ramène-moi. J'en ai marre du monde. J'en ai marre de l'extérieur. J'veux rentrer. » Seulement cette habitude n’empêcha pas le cœur du jeune homme de se serrer. C’était plus douloureux qu’il ne l’aurait pensé. « Okay Victor… On rentre » accepta Jaesun à contrecœur. Bien sûr, il aurait aimé rester encore un peu, mais il n’était pas égoïste et ne forcerait pas Victor. Ses efforts avaient été immenses et Jaesun était fier de lui.

Sa veste enfilée, il se retrouva rapidement auprès de Victor qui se frayait déjà un chemin vers la sortie. Cette escapade allait-elle compter, les choses s’amélioreraient-elles entre eux ? Jaesun l’espérait de tout cœur. Auparavant, chacun effort de Victor était suivi d’un pas en arrière. Le plus jeune voulait que cette fois-ci soit la bonne. Qu’à partir de ce jour hivernal, leur vie à tous les deux soit enfin plus ensoleillée. Le printemps était encore loin mais il y croyait dur comme fer.

Alors c’est rêveusement mais silencieusement qu’il marcha près de Victor. Inconsciemment, sa main frôlait la poignée du fauteuil. Il aurait aimé accrocher ses doigts aux siens. Difficile dans ces conditions. Il patienterait. Peut-être cela n’arriverait-il jamais mais Jaesun gardait un infime espoir en lui. C’était risqué mais il ne pouvait s’en empêcher.

fin.




⊹ Paris m’étouffe. Paris me bouffe. Paris se pâme. Paris se moque de moi quand je rame et je suffoque dans les tunnels du RER. Mais je m’en moque... car j’ai ta main qui me conduit au paradis, dans le plus beau de ce Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (victor) all i want

Revenir en haut Aller en bas

(victor) all i want

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Constitution; La Fusion de Victor Benoit prend le devant.
» «La Reine Nègre» Victor-Lévy Beaulieu s'explique
» Le 28 juin... Paul Emile Victor...
» [Insolite] Victor Valdes se prend un but par...
» Mikhail Victor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 14ème arrondissement, observatoire-