Partagez|

santa claus is coming to town, billie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : mads.

CRÉDITS : (ava) lempika. (sign) anaëlle.

PSEUDO : FREAKSHOW (laurine).


MessageSujet: santa claus is coming to town, billie. Dim 11 Déc - 21:06



santa claus is coming to town

billie carpentier FT. lana verdier
Les feuilles de toutes les couleurs tombant des arbres ont laissé place au froid glacial et aux flocons de neige qui ne sont jamais loin. L'hiver est là. Et même s'il ne fait pas bon traîner dehors par cette température, ce serait mentir que de dire que tout le monde n'aime pas un minimum cette saison. Entre les chocolats chauds au coin de la cheminée, les paysages enneigés à couper le souffle et les fêtes de fin d'année, le mois de décembre apporte incontestablement son lot de magie. Et Lana s'y sent encore plus princesse que le reste du temps, c'est dire. Cette période rime aussi avec marchés de Noël. Et la demoiselle avait bien l'intention d'en visiter quelques-uns. Pour ce faire, elle y avait convié son amie de toujours, Billie. Toutes deux avec leur bonnet de Noël visé sur la tête, elles déambulaient dans les allées du marché des Champs-Élysées. « Tu trouves pas qu'on ferait des mères Nöël super sexy ? » qu'elle dit en riant. Lana le pense quand même un peu, elle ne se permettrait pas de le dire sinon. Ici, tout était joli, tout sentait bon. La demoiselle avait l'impression de retrouver son âme d'enfant. C'était un évènement qui n'arrivait pas souvent. Elle avait de tester toutes les attractions, de manger toutes les confiseries qui remplissaient les stands. Lana ne se priverait de faire part de ses plans à Billie très rapidement. « J'ai l'impression d'être une gamine qui attend le Père Noël. C'est ça la magie de cette fête, tu retombes toujours en enfance » Ça lui plaisait cette petite balade avec Billie. Elle savait pertinemment qu'elle ne s'ennuierait pas le moins du monde. Bras dessus, bras dessous, elles étaient parties pour de grandes aventures.


chanel n°5, de l'or entre mes seins. la nuit tout est plus simple, j'emmerde tes voisins. mais quand vient la nuit, et que sonne l'heure de faire un tour. j'ai comme des envies, d'aller voir ailleurs mon amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : taylor marie hill.

CRÉDITS : moi (ava) + moi (sign).

PSEUDO : anaëlle (ou isamongus, cf. alana et cam - nan j'balance pas, salut). sinon les intimes m'appellent bilal - même si j'm'appelle pas bilal (svp cherchez pas).


MessageSujet: Re: santa claus is coming to town, billie. Mer 14 Déc - 19:13


SANTA CLAUS IS COMING TO TOWN
(bilana) lana verdier ft. billie carpentier
Le temps passe si vite. Tu te demandes sincèrement par quel étrange miracle le mois de décembre est déjà là. T'as l'impression qu'il y a encore quelques jours tu te baladais en short sous le beau soleil parisien. Aujourd'hui pourtant, il n'y a rien qui s'y rapproche, même de peu. Le ciel est gris ; il fait sombre toute la journée ; les nez, les doigts, les orteils et tout le reste sont congelés dès deux minutes dehors... bref, ce n'est vraiment rien de ce que tu adores. A cela près que dans dix jours, c'est Noël. Et ça par contre t'es bien loin de détester. On te le reproche assez souvent, t'es restée une grande enfant au fond de toi. Alors forcément, lorsque cette jolie fête pointe le bout de son nez, t'es toute excitée et tu ne t'en caches même pas. Après tout, tu aimes à penser que la magie de Noël touche tout le monde d'une certaine manière. Ok, peut-être qu'elle te touche un peu plus fort, toi. T'avais déjà décoré ton appartement tout entier pour l'occasion à la fin novembre. Guirlandes, bibelots, stickers, sapin... tu n'as rien oublié. Tes parents et tes amis vont sûrement se moquer de toi en voyant l'état de ton intérieur, comme toujours. Mais au fond, ça te fais plus rire que ça ne te vexe. Tu aimes bien trop Noël pour pouvoir te passer de tout ça. Là où t'as fait une erreur cette année, c'est que tu n'as encore pris le temps de mettre les pieds au sein d'un seul marché de Noël. Quand tu dis que le temps passe trop vite, c'en est bien la preuve. Aussi loin que tu t'en souviennes, c'est la première fois que tu ne visites pas de jolis marchés, ne serait-ce que pour admirer les sublimes illuminations. Celles des Champs-Elysées faisaient partie des plus exceptionnelles.
Comme si Lana avait su lire dans tes pensées, elle avait répondu à tes prières en t'invitant à partager ce moment avec elle. C'était encore mieux. Lana, tu la connais depuis belle lurette alors forcément, lorsque tu te retrouves en sa présence, tu as toujours la sensation de retomber en enfance – un peu plus profond que là où t'en es déjà personnellement, tu veux dire. Pour preuve, vous vous êtes retrouvées toutes les deux avec un bonnet de Père-Noël sur la tête. Vous n'avez pas pu résister, l'occasion était bien trop belle. « Tu trouves pas qu'on ferait des mères Nöël super sexy ? » Tu lui adresses une moue entendue pour lui signifier que t'es plutôt d'accord. « Et encore, c'est un euphémisme », tu ajoutes, non sans ponctuer ta phrase d'un large sourire. « Je crois même que le Père-Noël va perdre la tête ! Et qui est-ce qui va récolter tout un tas de cadeaux cette année ? C'est nouuus ! » que tu clames en levant les bras au ciel. D'ailleurs, le Père-Noël en toi a déjà repéré une très jolie robe il y a deux-trois jours, une robe qui plairait sans aucun doute à la jolie rousse à tes côtés. Tu croises intérieurement les doigts pour qu'il en reste en stock demain lorsque tu y retourneras pour l'acheter. Mais pour l'heure, ce n'était pas la question. Lana avait bien autre chose en tête. « J'ai l'impression d'être une gamine qui attend le Père Noël. C'est ça la magie de cette fête, tu retombes toujours en enfance » De toute évidence, tu partages ce sentiment. « La magie de cette fête à tes côtés », tu rectifies. « C'est encore pire ! Ou mieux... ça dépend sous quel angle on voit les choses », tu poursuis en riant. La vérité c'est que c'était mieux pour vous, mais très certainement pire pour les autres. Quoi qu'il en soit, aujourd'hui, tu préfères penser à toi. « Alors... si nous redevenons des petites filles le temps de cette journée, que dis-tu que l'on commence notre petite virée en conséquence ? Je viens juste de repérer un stand de barbe à papa juste là-bas », tu proposes en indiquant du doigt le fameux stand. Se goinfrer de sucre, il n'y avait que ça de vrai.
© fiche créée par anaëlle.



we have calcium in our bones, iron in our veins, carbon in our souls, nitrogen in our brains, 93 percent stardust with souls made of flames. we are all just stars that have people names.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : mads.

CRÉDITS : (ava) lempika. (sign) anaëlle.

PSEUDO : FREAKSHOW (laurine).


MessageSujet: Re: santa claus is coming to town, billie. Jeu 27 Avr - 0:40



santa claus is coming to town

billie carpentier FT. lana verdier
Le froid, ça ne lui fait pas peur à Lana. Il y a toujours moyen de se réchauffer. Mais sûrement pas de la manière dont elle comptait passer l'après-midi. Tant pis. Ça lui faisait du bien de retrouver Billie. Sans doute celle qui la connaît le mieux, après sa soeur. Avec elle, il n'y avait jamais de jugement, que de l'amusement. Le bonnet de Père Noël placé sur la tête de chacune des filles en témoignait aisément. Et Lana se voyait déjà bien plus sexy que le bonhomme en rouge et blanc. « Et encore, c'est un euphémisme. Je crois même que le Père-Noël va perdre la tête ! Et qui est-ce qui va récolter tout un tas de cadeaux cette année ? C'est nouuus ! » Et ce n'était pas la jeune rousse, toujours assez sûre de son charme, qui allait lui dire le contraire. « Dans l'éventualité où on peut choisir nos cadeaux, je dis pas non » L'exigence à la Lana, toujours. Et pour l'instant, c'était son regard qui s'illuminait à la vue de tout ce qui les entourait. Il n'y avait rien de plus beau que les fêtes de Noël. Se balader dans les rues à la nuit tombée pour n'observer que ces lumières dorées avait le don de la faire rêver. Comme une petite fille, qu'elle n'était pourtant plus. Mais la magie opérait toujours. « La magie de cette fête à tes côtés. C'est encore pire ! Ou mieux... ça dépend sous quel angle on voit les choses » Impossible de ne pas rire à sa remarque. Il était évident qu'à elles deux, c'était toujours mieux. Plus on est de fous, plus on rit. C'est ce qu'on dit. « Alors... si nous redevenons des petites filles le temps de cette journée, que dis-tu que l'on commence notre petite virée en conséquence ? Je viens juste de repérer un stand de barbe à papa juste là-bas » Lana, on ne lui dit jamais deux fois les choses. Surtout quand il s'agit de ce genre d'idées. Elle n'était pas venu là pour se priver et elle n'était pas en plein régime. Tout allait bien. Et c'est en attendant leur gourmandise favorite que la rousse annonça la suite des évènements. « Et tu sais ce que j'veux faire après ? Allez prendre une photo avec le Père Noël, pour qu'il me fasse sauter sur ses genoux » Pire qu'une gamine de trois ans. Ses idées tordues la faisaient rire, c'était déjà ça de gagné. En plus de la barbe à papa qu'elle n'avait pas tardé à entamer. Certaines personnes ne grandissent jamais. Elles y ressemblaient un peu.


chanel n°5, de l'or entre mes seins. la nuit tout est plus simple, j'emmerde tes voisins. mais quand vient la nuit, et que sonne l'heure de faire un tour. j'ai comme des envies, d'aller voir ailleurs mon amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : taylor marie hill.

CRÉDITS : moi (ava) + moi (sign).

PSEUDO : anaëlle (ou isamongus, cf. alana et cam - nan j'balance pas, salut). sinon les intimes m'appellent bilal - même si j'm'appelle pas bilal (svp cherchez pas).


MessageSujet: Re: santa claus is coming to town, billie. Mar 16 Mai - 16:12

SANTA CLAUS IS COMING TO TOWN
(bilana) lana verdier ft. billie carpentier
Elle te réchauffe le coeur Lana. Plus que n'importe quelle paire de gants molletonnés pourraient réchauffer le bout de tes doigts gelés. Plus encore que tes bons vieux pullovers en tricots, que la cheminée familiale le soir de Noël ou que le chocolat chaud qui va avec après les goinfrades de cookies. T'as jamais froid avec elle, en dépit des températures glacées que revêt Paris les mois d'hiver. Parce que Lana, c'est l'onde de chaleur dont t'auras toujours besoin dans ta vie. Preuve à l'appui, t'oublies le froid de décembre avec une facilité déconcertante tandis que tu te perds dans l'élan chaleureux de vos éternels fous rires. La princesse capricieuse ne perdait pas le nord, et ses innombrables exigences si éloignées de ton sempiternelle sens de l'accommodement avaient toujours eu le don de t'amuser. « Dans l'éventualité où on peut choisir nos cadeaux, je dis pas non » Un large sourire étire tes lèvres ; tu ne t'attendais pas à moins d'elle. D'une princesse, Lana n'avait clairement pas que les grands airs. Elle avait aussi et surtout le goût du caprice et de la grandeur. « Loin de moi l'idée de te reprocher ton manque d'humanisme et d'empathie, mais pense un peu à tous ces pauvres lutins qui vont devoir se décarcasser jour et nuit et faire des heures supplémentaires non-payées juste pour confectionner tous les cadeaux de ta liste de Duchesse jamais rassasiée. » A l'instar de la douce Lana, tu en fais des tonnes. Tes mains virevoltent dans les airs pour accentuer tes propos dans une vague théâtrale à la Verdier. Tes lèvres rougies par le froid se déforment dans une grimace inqualifiable, à mi-chemin entre une moue franche et significative de ce pseudo sentiment de déception et un rire étouffé, mordu de justesse par une volonté certaine de garder un minimum de sérieux. Le son de ta voix laisse échapper une once de moquerie mais un flot d'amour pour la compenser, comme toujours. Tu imagines déjà la crinière flamboyante de Lana s'agiter comme jamais au grès d'une fausse révolte grandiloquente dont elle seule avait le secret. La douce hystérie d'une princesse incapable de se modérer. Parce que Lana, elle se fiche bien du sort de ces pauvres lutins, aussi fictifs puissent-ils être. Tu ris intérieurement ; ça part toujours en n'importe quoi dès que la rouquine est dans les parages. Du coup, y'avait pas franchement de débat à avoir là-dessus. Elle et toi ensemble, c'était toujours mieux. En réalité, c'est pour les autres que c'était pire. C'est toujours pour les autres que c'est pire quand un enfant se met à se rouler par terre dans un magasin en hurlant au ciel qu'il sera capable de pleurer toute sa vie si sa mère ne lui achète pas ce jouet. C'est toujours pour les autres que c'est pire quand la musique des voisins retentit encore contre les carreaux à deux heures du matin. C'est toujours pour les autres que c'est pire quand l'vieux Michel décide de passer la tondeuse dans le jardin un dimanche matin. Bah Lana et toi, c'est pareil.
Tu fais la queue aux côtés de Lana, impatiente de brandir fièrement ce nuage de sucre que tu regretteras déjà d'avoir ingurgité demain. Tu laisses toutefois les remords à demain, et demain n'est pas aujourd'hui. Pour l'heure, t'as bien l'intention de profiter de chaque instant avec ton amie qui semble déjà avoir planifié la suite de vos aventures. « Et tu sais ce que j'veux faire après ? Allez prendre une photo avec le Père Noël, pour qu'il me fasse sauter sur ses genoux » Dans l'impossibilité de te retenir plus longtemps, tu éclates de rire. « Tant que ça reste chaste, je suis plutôt partante », tu commences avant de te mordre la lippe inférieure pour ne pas rire à nouveau. « Par contre, la prochaine fois, évite de clamer ce genre d'idées aussi fort, je crois que tu as choqué la mère de famille juste devant. » D'une oeillade discrète, tu désigne la femme en question qui ne se gêne pas pour adresser un regard outré et empli de reproches à ta princesse. « N'oublie pas que le Père-Noël est un personnage sacré et qu'apparemment, il ne trompe pas la Mère-Noël avec de jeunes rouquines, qu'importe leur physique délicieux. » La femme secoue la tête avant de se détourner de votre duo infernal, et, quelques minutes plus tard, c'est à votre tour de recevoir la douceur sucrée que tu attendais depuis trop longtemps maintenant. Du bout des doigts, tu détaches un morceau de barbe à papa et le brandit en l'air dans l'intention de trinquer à ta manière. « A ce retour en enfance d'un jour ! »
© fiche créée par anaëlle.



we have calcium in our bones, iron in our veins, carbon in our souls, nitrogen in our brains, 93 percent stardust with souls made of flames. we are all just stars that have people names.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : mads.

CRÉDITS : (ava) lempika. (sign) anaëlle.

PSEUDO : FREAKSHOW (laurine).


MessageSujet: Re: santa claus is coming to town, billie. Ven 2 Juin - 10:22



santa claus is coming to town

billie carpentier ft. lana verdier
billie, elle faisait partie de son quotidien. et ça faisait des années que ça durait. des années de souvenirs que la brune avait perdu dans un tiroir retiré de sa mémoire. et que la rousse, elle, s'efforçait de collectionner pour entretenir cette si belle amitié qu'elles partageaient. billie, elle n'avait pas tout oublié. elle avait simplement occulté des morceaux de sa vie pour des raisons obscures. mais force était de constater que leurs moments partagés n'étaient en rien entachés. quand lana retrouvait son amie pour des sorties telles que celle-ci, elle avait l'agréable sensation de ne l'avoir jamais quitté. comme si cette voiture n'avait jamais provoqué ce foutu accident. comme si ce malheureux accident n'avait jamais eu d'impact sur la mémoire de billie. lana, elle ne croit pas tellement au destin. elle répète sans cesse que ce ne sont que des élucubrations qui servent à justifier des actes non assumés. pourtant, quand elle regarde autour d'elle parfois, elle se dit que la vie lui en veut peut-être un peu. parce qu'il y a eu sa soeur. parce qu'il y a eu sa meilleure amie. et parce que c'est déjà trop pour une seule personne. même pour elle.
lana, elle pourrait tout affronter avec billie. elles en avaient déjà tellement vu toutes les deux. le froid de l'hiver n'était qu'un détail. et faire tourner la tête du père noël était un art qu'elles maitrisaient déjà. à tel point que lana se voyait déjà repartir, les bras plein, de tout ce qu'elle avait secrètement espéré récolter pour les fêtes. loin de moi l'idée de te reprocher ton manque d'humanisme et d'empathie, mais pense un peu à tous ces pauvres lutins qui vont devoir se décarcasser jour et nuit et faire des heures supplémentaires non-payées juste pour confectionner tous les cadeaux de ta liste de duchesse jamais rassasiée. elle roule des yeux lana, parce que son amie aime beaucoup en rajouter par moment. non, la rouquine n'était pas comme ça. enfin, peut-être que si, mais jamais elle ne l'avouerait. ou du moins pas à une autre personne qu'elle-même. question de principe. c'est leur boulot. qu'elle dit en haussant les épaules. et eux, ils y pensent à toutes mes envies jamais rassasiées ? parce que c'est bien connu, les princesses n'en ont jamais assez. lana ne déroge pas à la règle. mais qu'est-ce qu'elle y peut au fond si elle a été modelée dans un moule doré ? et ça la fait sourire, lana, quand elle voit la brune prendre ses grands airs. c'est fou comme on dirait elle. et elle est fière la rouquine, de son amie qu'elle aimerait pouvoir calquer sur elle-même. prends-en de la graine bibi, tu devrais apprendre à être un peu plus exigeante. l'amnésique, elle est bien trop simple à satisfaire. tout est bien trop facile avec elle. sur tous les points. elle n'essaie même pas de mesurer ce qu'elle pourrait réellement mériter. à trop souvent tout accepter, elle en perdait la qualité.
puis, les deux filles se laissèrent happer par la douce odeur de la barde-à-papa. tendre parfum qui était remonté jusqu'à leurs narines comme par enchantement. l'appel était trop fort, le souvenir de l'enfance aussi. elle se rappelait lana de ce qu'elles avaient pu en raffoler de ces cochonneries étant gamines. s'il faut, elles en avaient gavé leur organisme pour une vie entière. ou peut-être pas complètement finalement puisqu'elles remettaient le couvert. et c'est dans cette attente semblant interminable que lana avait exposé à billie la suite du programme. parce que oui, la rouquine avait envie de se la jouer gamine jusqu'au bout. et un noël sans photo avec le père-noël, n'en était pas vraiment un. sauf que la verdier avait ajouté le détail de trop. sauter sur les genoux du monsieur en rouge et blanc, qui avait-il de mal à ça ? c'était évident que chacun le prenait dans le sens qui lui convenait le mieux et lana s'en fichait pas mal. tant que ça reste chaste, je suis plutôt partante. par contre, la prochaine fois, évite de clamer ce genre d'idées aussi fort, je crois que tu as choqué la mère de famille juste devant. pas discrète le moins du monde, elle regarde la femme en question et elle lève les yeux au ciel. quand c'est un gamin qui saute sur les genoux du père noël, ça dérange personne. pourquoi ça devient un problème sous prétexte que j'ai vingt ans ? ça se soigne la perversité. elle est clairement agacée, lana. elle ne pouvait pas dire qu'elle n'avait pas songé à ce double sens. mais si les parisiens étaient choqués pour si peu, ils n'avaient qu'à pas laisser trainer leurs oreilles dans les discussions des autres. n'oublie pas que le père-noël est un personnage sacré et qu'apparemment, il ne trompe pas la mère-noël avec de jeunes rouquines, qu'importe leur physique délicieux. elle a un petit sourire, la rouquine en question. ou alors personne ne le sait. après tout. il s'y connaissait peut-être pas mal en adultère. ce personnage sacré n'était peut-être pas au-dessus du commun des mortels, même si on se plaisait à lui donner ce statut. et puis j'te signale que c'est un peu tout ce qu'on peut s'offrir ici, alors on va se contenter. clairement. à part des gamins qui gambadaient dans tous les sens. et des pères de famille pas franchement attirants pour la plupart, il n'y avait rien pour faire pétiller les yeux de la verdier. se rabattant alors sur la barbe-à-papa qu'elles commencent à déguster, les deux filles s'éloignèrent du stand. pour rejoindre celui des photos. comment va ta soeur ? qu'elle demande. et toi, as-tu fait des retrouvailles inattendues ? c'était en quelque sorte la question récurrente. les souvenirs décidaient de revenir vers billie comme ils l'entendaient. ce pourquoi, chaque jour, nous n'étions pas à l'abri d'un éclaircissement dans l'esprit flou de la petite carpentier.


chanel n°5, de l'or entre mes seins. la nuit tout est plus simple, j'emmerde tes voisins. mais quand vient la nuit, et que sonne l'heure de faire un tour. j'ai comme des envies, d'aller voir ailleurs mon amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : taylor marie hill.

CRÉDITS : moi (ava) + moi (sign).

PSEUDO : anaëlle (ou isamongus, cf. alana et cam - nan j'balance pas, salut). sinon les intimes m'appellent bilal - même si j'm'appelle pas bilal (svp cherchez pas).


MessageSujet: Re: santa claus is coming to town, billie. Dim 15 Oct - 2:57

SANTA CLAUS IS COMING TO TOWN
(bilana) lana verdier ft. billie carpentier
Lana. La grande Lana. Lana extrême. Lana princesse. Elle était ce qu'elle était Lana, elle ne changerait probablement jamais. Mais c'était tant mieux, parce que tu l'aimais comme ça. Dans ses délires, dans ses excès. Dans la recherche perpétuelle d'une attention qu'elle ne déméritait pas, et qu'elle parvenait toujours à avoir. Même ses croyances d'enfant n'y échappaient pas. « Et eux, ils y pensent à toutes mes envies jamais rassasiées ? » Tu étouffes un rire qui menace de se faire la malle en un éclat. Elle ne doutait vraiment de rien et n'avait véritablement aucun scrupule. Mais elle était drôle dans son honnêteté, alors ça passait toujours comme une lettre à la poste. « A vrai dire, oui. Je pense qu'ils bûchent sur le sujet depuis au moins six mois afin de te satisfaire un minimum pour le Noël à venir. Dure mission. » Tu te moques ouvertement de la jeune femme avec tout l'amour du monde. Tu n'a jamais cherché à comprendre son point de vue. D'abord, il est bien trop loin du tien a priori. Ensuite, tu as toujours accepté Lana avec celui-ci. Son exigence ne faisait pas d'elle une personne égoïste, tu avais su en prendre conscience au fil des années. D'ailleurs, tu te surprends parfois à penser que sa manière de voir les choses pouvait bien t'être bénéfique un jour ou l'autre, parce que toi Billie, tu ne penses pas suffisamment à toi. Et ça, tu n'es manifestement pas la seule à t'en rendre compte. « Prends-en de la graine Bibi, tu devrais apprendre à être un peu plus exigeante. » Tu souris discrètement. Tu sais pertinemment qu'elle a raison – au moins un petit peu. Néanmoins, tu n'as jamais été capable de faire autrement jusqu'à maintenant. T'es comme ça, tu n'y peux pas grand chose. Mais parfois, tu te promets à toi-même d'essayer de faire des efforts. D'être un peu plus personnelle, de prendre un peu plus soin de toi. D'être un peu moins Billie et un peu plus Lana. Même le temps de quelques heures, juste pour ton bien. Mais de toute évidence, ce n'est pas encore pour tout de suite. « Pourquoi être plus exigeante quand on a déjà tout ce qu'il faut à portée de main ? », tu la questionnes rhétoriquement avant d'enrouler l'un de tes bras autour de son cou pour lui signifier qu'elle faisait partie de ces choses que tu avais déjà ; ces choses dont la préciosité te suffisait au point de n'avoir besoin de rien d'autre. Rien, pas même un zeste d'amour. Lana, elle remplaçait tous les hommes. La rouquine, elle, n'avait toutefois pas les yeux dans les poches. Le mode chasse activé, elle avait déjà tenté de repérer le meilleur dans les environs, ce qui ne semblait néanmoins pas très probant. « J'te signale que c'est un peu tout ce qu'on peut s'offrir ici, alors on va se contenter. » Tu secoues la tête, faussement dépitée par ses propos qui, pourtant, ne t'étonnent pas pour un sou. « Laisse-moi me contenter de toi, ça me suffit. Les mecs, c'est accessoire. » Un rictus taquin étire tes lèvres. Tu n'as rien contre la gent masculine et encore moins contre les potentielles histoires d'amour qui vont avec. Mais en ce qui te concerne, tu n'as pas franchement la tête à ça actuellement. T'as la tête à tes amis, la tête à ta famille, et c'est déjà bien suffisant compte tenu du fait que cette fameuse tête était totalement inefficace il y a encore quelques mois de ça. Tu essaies toutefois de ne pas te focaliser sur le passé oublié parce que cette journée avec Lana vaut bien plus que ça. Ton regard se pose aléatoirement sur vos pieds qui avancent à l'unisson. Tes doigts se recroquevillent un peu à cause du froid, mais n'y prêtes que trop peu d'attention. Parce que la vérité c'est que lorsque la rouquine est là, elle prend toute la place, au sens propre comme au figuré. Preuve à l'appui, même les personnes autour de vous dans la file d'attente n'entendaient qu'elle. Elle et ses propos à double-sens qui ne faisaient pas rire tout le monde visiblement. « Quand c'est un gamin qui saute sur les genoux du Père Noël, ça dérange personne. Pourquoi ça devient un problème sous prétexte que j'ai vingt ans ? Ça se soigne la perversité. » Là, elle marque un point, tu es bien obligée de l'admettre. C'est pour cette raison que tu adresses à la femme en question un regard empli de sous-entendus. Honnêtement, tu lui aurais balancé un "elle a raison, pauvre conne", ça aurait fait ni plus ni moins le même effet. Fort heureusement, tu es bien trop polie pour le faire. A la place, tu te contente de pivoter de quelques degrès pour faire à nouveau face à la rouquine et ainsi éviter au maximum tout risque de retour de la part de la dame concernée. De toute façon, il est déjà trop tard. Elle est passé à autre chose Lana, aussi vive et rapide qu'une bourrasque. Et c'est Victoire qui est alors mise sur le tapis. « Comment va ta soeur ? » « Ma soeur ? », tu répètes sans trop réfléchir avant d'engloutir un morceau de barbe-à-papa. « Elle va bien. Enfin, pour te dire la vérité, je crois qu'elle ne s'en rendrait même pas compte si ça n'allait pas. Elle travaille d'arrache-pied, tu la connais. Et quand elle ne travaille pas, elle s'occupe de son fils. Crois-moi, les ados, c'est pas rien. » Un sourire incontrôlé étire discrètement tes lèvres alors que tu penses à ta grande soeur et à la vie qu'elle menait tout les jours. Son quotidien était sans doute aussi chargé que celui du ministre, mais elle ne bronchait jamais. Mieux encore, elle avait presque toujours le sourire, et tu l'admirais pour ça. Tu fais de ton mieux toi pour être comme elle ; pour rester optimiste même dans les moments les plus difficiles, pour toujours avoir un petit brin de positivité dans un coin de la tête en cas de coup dur. Mais au fond, tu sais qu'elle sera là pour le faire à ta place le jour où tu n'y arriveras pas. Parce que Victoire, elle trouvait toujours le temps d'être présente pour toi, encore plus depuis ton accident. Le sourire encore présent, tu ne peux t'empêcher de faire le pont entre Victoire et Lana. Certes, la rouquine n'était pas l'aînée de la fratrie Verdier, mais dernièrement, elle faisait de son mieux pour s'occuper de sa soeur avec ses propres moyens. Là où les gens croyaient à tort que ta meilleure amie n'était qu'une gamine capricieuse, égoïste et personnelle, toi tu savais qu'elle avait toujours su prendre soin des personnes qui lui étaient chères. Et Maribelle en faisait partie. « Et la tienne, comment elle va ? Elle tient le coup ? » Tu jettes un coup d'oeil en sa direction. Une simple oeillade qui se transforme rapidement en un regard compatissant et beaucoup plus significatif. « Tu tiens le coup ? » La vie n'était pas tendre avec la jolie rouquine qui n'avait de cesse de naviguer entre toi et Maribelle, vous qui aviez toutes deux frôlé les pires tragédies. Et toi Billie, tu penses à Lana. Tu penses à elle parce que sa situation n'était pas forcément meilleure. Parce qu'elle avait beau se montrer forte pour tout le monde, ce n'était sans doute pas si facile de l'être réellement psychologiquement parlant. Alors, tandis que tu attends sa réponse, tu espères en ton for intérieur qu'elle sera honnête et qu'elle ne tentera pas de te ménager sous prétexte que tu avais déjà trop souffert. Depuis toujours, tu veux être là pour elle autant qu'elle l'est pour toi, et il était hors de question que cela change pour un accident, un coma ou une amnésie. C'est d'ailleurs de cette dernière qu'il est finalement question lorsque la rouquine t'interroge à nouveau. « Et toi, as-tu fait des retrouvailles inattendues ? » Tu fais la moue un instant, comme si cette simple grimace pouvait accroître ta concentration et te permettre d'y voir plus clair dans une tête déjà trop brouillée. Des rencontres, tu en as faites quelques unes, mais pas énormément en dehors du travail. Du moins, aucune ne semble valoir le coup que tu en parles à Lana. « Pas vraiment. », tu lâches en haussant timidement les épaules. « Tu sais, je ne vois plus grand monde depuis l'accident. J'ai oublié pas mal de gens et je crois que certains m'ont oubliée aussi. » Tu regardes le sol, attristée par ces propos qui étaient pourtant véridiques. Rares sont les personnes qui ont repris contact avec toi, et à cause de cette fichue amnésie, tu n'es clairement plus en mesure de le faire en retour. Aussi, tu te contentes de refaire ta vie avec le petit cercle qui t'a entouré durant la période la plus compliquée de ta vie. Finalement, c'est bien comme ça. Au fond, tu n'es pas certaine d'être tout à fait prête pour retrouver tout ce que tu as perdu, bien que tu le souhaites plus que tout. Pour l'heure, tu préfères profiter de ta meilleure amie et ces petits moments à la saveur d'antan que vous aviez l'habitude de partager avant. Comme quoi, il y a certaines choses qui ne peuvent s'effacer. Ce que tu espères, c'est que cette journée en fera partie. Vous aurez au moins un souvenir sur papier glacé puisque voilà votre tour. Le célèbre monsieur au costume rouge vous adresse un large sourire, manifestement ravi de votre passage. Tu jettes un oeil amusé à la jeune femme à tes côtés, et, alors qu'elle avance d'un pas, tu l'arrêtes un instant. « Chiche de mettre cette photo en profil sur tous tes réseaux sociaux ? Jusqu'à Noël au minimum. » Tu sais à quel point Lana soigne son image qu'il s'agisse du virtuel ou de la vraie vie. Aujourd'hui, tu as envie qu'elle assume son côté tendre et enfantin aux yeux de tous ces gens qui ne voyaient en elle qu'une princesse à l'image parfaitement travaillée et calculée au millimètre pour renvoyer uniquement ce qu'elle souhaitait que les gens voient. Au fond, ce n'était pas bien méchant, et nul doute que ta meilleure amie saurait relever le défi et même le tourner à son avantage en définitive. Elle était pleine de ressources la demoiselle. Elle pouvait tout faire. C'était Lana. Ta Lana.
(c) fiche créée par anaëlle.



we have calcium in our bones, iron in our veins, carbon in our souls, nitrogen in our brains, 93 percent stardust with souls made of flames. we are all just stars that have people names.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: santa claus is coming to town, billie.

Revenir en haut Aller en bas

santa claus is coming to town, billie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Edmond Bronson - I do not believe in Santa Claus
» Présentation de Santa Claus ! [Validé par les Lutins !]
» Noëlle ✦ Santa Claus isn't a legend
» North, Santa Claus (Les 5 légendes) [LIBRE]
» OMG! Two Santa Claus for one hospital? Hell yeah! | ft. Min Jae

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: flashback-