Partagez|

La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 20/1/2017, 10:36

❝ La première fois que j’ai posé les yeux sur toi ❞
Meghan & Fabian


La concentration ne tarde pas à venir, il me faut juste une bulle, loin de chez moi où tout me rappelle ma femme. Juliette. J’ai encore besoin de pouvoir poser mon regard sur certaines photos, de garder l’appartement comme il était, en l’état. Et puis il faut dire que chaque recoin est une tentation, je ne sais pas rester en place, de peur de trop penser. Et bosser au label est juste impossible, trop de vas et viens et de sollicitations. C’est ça d’être le boss. J’en suis fier, je n’étais simplement pas préparé à toutes les conditions de travail. Beaucoup de paperasse et moins de contact avec les artistes, mais c’est à moi de rectifier le tir et de définir mes priorités.
Je préfère donc descendre au café à l’angle de la rue, tout près de chez moi. J’ai le loisir de rentrer quand bon me semble, et aussi celui de me dépayser, de changer de décors pour trouver une inspiration nouvelle. Le groupe dont je m’occupe mérite une promotion digne de ce nom et je dois leur trouver un programme qui collera à leurs attentes. Enregistrement studios, promos, séances photos, graphiste, passage radio… tout ça me revient. Je me souviens que Juliette était fière de ça, fière de voir que je pouvais m’investir autant dans quelque-chose en lequel je croyais, comme un nouvel artiste. Ma mission est de convaincre le monde entier de croire en lui avec moi, c’est en ça que j’étais différent, paraît-il. Que je suis…

Voilà des heures que je travaille, sans remarquer que les aguilles tournent, sans remarquer que tous les clients défilent. J’ai déjà vu tout le budget prévisionnel pour l’enregistrement de l’album, à savoir les photos, le graphisme, les places en studio et les arrangements avec les ingénieurs son. Je dois en être à mon 12ème café et à mon troisième croissant. La nourriture saine, c’était son histoire à elle. Moi, sorti des pâtes et des pizzas…
La serveuse vient débarrasser ma tasse et c’est alors que je l’interpelle, levant les yeux de mon ordinateur. « Excusez-moi, ce serait possible d’avoir un autre café s’il vous plaît ? Allongé. Merci. » Je lui adresse un sourire délicat et replonge dans mon écran et ses composantes. Je sens que la caféine commence à faire trembler mes mains, ce n’est pas une première mais il arrive que j’ai des journées boulimiques de boulot, comme celles-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 20/1/2017, 10:54

La première fois que j'ai posé les yeux sur toi

Fabian & Amber


« Quand j'ai croisé ton regard la toute première fois, Je te connaissais déjà, Je ne saurais dire pourquoi, Ni comment les rêves se réalisent parfois... »
Le boulot que faisait Amber ne la passionnait pas, mais elle faisait avec. Il y avait pire… Et puis, au fond, que cela lui plaise ou pas, ça n’avait aucune importance. L’essentiel, c’était qu’elle puisse ainsi approcher Fabian. Si elle bossait ici, c’était uniquement pour lui. Et pour se fondre dans la masse… Pourtant, depuis qu’elle était serveuse dans cet établissement, elle n’avait vu l’italien que quelques fois. Rarement seul. Accompagné d’amis ou relations professionnelles, semblait-il. Bref, rien qui ne lui avait permis de l’aborder. Tout ce qu’elle en avait tiré, c’était quelques informations sur ces goûts et préférences en matière de boissons et repas. Ce n’était pas avec cela qu’elle réussirait à le mettre dans sa poche… Mais pour l’heure, il n’était pas question du jeune homme.
Amber travaillait toute la soirée et devait faire la fermeture du bar. Ce qu’elle détestait le plus. Il y avait toujours un client ayant un peu pénible, qui ne veut pas partir et redemande un énième verre d’alcool. Heureusement, l’américaine avait son caractère et savait remettre les personnes à leur place si besoin…

La soirée venait de démarrer et Amber était seule avec son patron pour s’occuper des clients. Autant dire qu’elle n’avait pas le temps de souffler. Et le patron des lieux n’était pas ce qu’il y avait de plus commode… La jeune femme devait donc être irréprochable en sa présence si elle voulait garder sa place. Malgré l’agitation et le nombre de clients à servir, elle remarqua immédiatement l’homme qui venait de rentrer dans l’établissement. Fabian. SON Fabian. Un maigre sourire s’installa sur ses lèvres. Il semblait être seul. Pour une fois ! L’occasion idéale ? Peut-être bien… Si son patron lui laissait un peu de répit ! Si elle avait le malheur de ralentir un peu le rythme, il la rappelait aussitôt à l’ordre. Ils étaient seuls pour assurer le service et les clients étaient assez nombreux en fin de journée. Elle ne pouvait donc pas se permettre de perdre du temps. Encore moins d’aller draguer l’un des clients. La jolie brune prit sur elle et resta professionnelle tout au long de son service, s’occupant de Fabian comme de n’importe quel autre client. Oui, bon, d’accord, elle était tout particulièrement souriante et agréable envers lui, et ne le quittait que rarement du regard. Mais elle ne pouvait rien faire de plus tant que son patron était dans les environs… Gardant un oeil sur l’italien, elle continua à travailler. Les heures passaient, les clients défilaient. Et lui était toujours là. Une chance ! Puis l’heure de fermeture approcha… Lorsque les clients commencèrent à déserter les lieux, le patron fit de même, laissant la jeune femme débarrasser les dernières tables et fermer le bar. En quelques minutes, les derniers clients quittèrent l’établissement. Il n’en restait qu’un, et pas n’importe lequel. Les yeux rivés sur son ordinateur, il ne semblait pas avoir réalisé qu’il était si tard, ni qu’il était le seul client encore présent. Amber se faufila jusqu’à sa table, débarrassa la tasse et, alors qu’elle s’apprêtait à le ramener à la réalité, il la devança. « Excusez-moi, ce serait possible d’avoir un autre café s’il vous plaît ? Allongé. Merci. » La serveuse planta son regard dans celui du jeune homme, esquissant un sourire demi-amusé. Elle ne comptait même plus le nombre de cafés qu’il demandait… « Très bien mais, ce sera le dernier alors… On devrait déjà être fermé, vous savez… » déclara-t-elle avec un léger sourire en coin. En quelques pas, elle rejoint le bar où elle prépara le café commandé. Discrètement, elle arrangea rapidement sa tenue. La réputation de l’établissement l’obligeait à porter tous les jours la même tenue, à la fois élégante et mettant en avant sa silhouette. Elle s’empara de la boisson puis retourna vers l’unique table encore occupée. Evidemment, elle prit soin, en déposant la tasse, d’effleurer innocemment la main du beau brun. « Longue journée ? Du travail à terminer ? » questionna-t-elle avec un doux sourire aux lèvres. Il n’était pas le seul homme à venir ici pour travailler. Certains préféraient cela à leur domicile…

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 20/1/2017, 12:30

❝ La première fois que j’ai posé les yeux sur toi ❞
Meghan & Fabian


Il m’arrive de me mettre dans une bulle et de ne pas en sortir durant des heures. Déjà petit, selon ma mère, mais elle raconte souvent que c’était plus par esprit de contradiction, comme tout italien buté qui ne veut pas obéir à sa mère parce qu’il est un homme en devenir. Si vous voulez mon humble avis, j’étais simplement trop dans les nuages pour entendre tout ce qu’elle pouvait bien me dire. Soyons clairs, ma mère est la première femme de ma vie et le restera, mais quand on parle autant qu’elle, il faut s’attendre à ce que le cerveau fasse un tri sélectif pour ne s’arrêter que sur l’essentiel, comment vous pensez qu’il fonctionne, mon père ? Je les entends parfois encore, quand ils retournent au pays, l’été, quand ils s’évertuent à se disputer le combiné du téléphone pour m’avoir au bout du fil. Je les entends se disputer comme s’ils étaient juste à mes côtés, et je crois même que ça me fait du bien. Certains se souviennent de certaines odeurs de leur enfance, moi je me souviens de mes parents, et de leurs chamailleries. C’est de ce genre de mariage dont j’aurais rêvé. Quelque-chose de pas forcément rose tous les jours, l’amour parfait n’existe sans doute pas, mais quelque-chose qui dure, parce que l’amour qu’on se porte est plus fort que toutes les petites différences qui nous séparent.

Je ne saurais dire depuis combien de temps je bosse ici mais les heures défilent et le paysage change autour de moi sans que je n’y accorde la même importance. Je ne crois même pas m’être nourrit ce midi, c’est pour dire. Autrement que par des viennoiseries, ce qui finira par me porter préjudice, tôt ou tard. Je commande alors un autre café à la serveuse, qui me fait remarquer à quel point je peux abuser, je suis impardonnable sur ce coup-là… « Très bien mais, ce sera le dernier alors… On devrait déjà être fermé, vous savez… » « Quoi ? Mais quelle… » Un coup d’œil rapide à l’heure qu’il est sur l’écran de mon ordinateur et tout prend enfin sa place dans ma tête. « Merde, toutes mes excuses, je n’imaginais pas qu’il puisse être si tard. Pour le café, vous… » Trop tard, la voilà déjà partie pour me le préparer. Elle n’était pas tenue de le faire, je devrais déjà être dehors. Je me lève alors et cherche à rassembler toute la paperasse que j’ai pu étaler, quand elle revient avec mon sésame, frôlant ma main. « Longue journée ? Du travail à terminer ? » «Une montagne de travail à terminer vous voulez dire. Combien je vous dois ? » J’attends sa réponse, avalant une gorgée de mon café sans la quitter des yeux, reposant par la suite ma tasse de façon assez maladroite pour le renverser et le faire goutter au milieu des papiers, sous mon ordinateur et même sur son tablier, quel abruti ! «Merde ! » Mes réflexes sont tels que je tente d’écarter tout danger, soulevant mes feuilles de papiers et mon ordinateur mais me rend compte trop tard de la tâche sur son vêtement. « Super… Je suis confus, vraiment. Comment je peux me faire pardonner ? » En dehors des frais de pressing, bien entendu. Maladroit… Elle me l’avait dit ça, ma mère, aussi…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 20/1/2017, 17:40

La première fois que j'ai posé les yeux sur toi

Fabian & Amber


« Quand j'ai croisé ton regard la toute première fois, Je te connaissais déjà, Je ne saurais dire pourquoi, Ni comment les rêves se réalisent parfois... »
P armi tous les hommes que Meghan avait eu à séduire dans le cadre de ses « activités », Fabian était de loin de plus différent. Et pourtant, à première vue, il n’était pas si original ou différent que cela. Non. Mais Meghan était habituée à des types un peu plus âgés, du genre bedonnant et plutôt beauf. Clairement, lorsqu’Ezeckyel lui avait parlé de Fabian Antonelli, jeune trentenaire, tristement devenu plein aux as, cela avait interpellé la jeune femme. Il était une cible peut être un peu plus difficile à atteindre, certes, mais beaucoup plus intéressante que ce dont avait l’habitude l’américaine. Rien que par son histoire, il était déjà touchant. Et puis, elle s’était beaucoup renseigné sur lui, l’avait observé… Ce n’était ni le genre d’homme à profiter de son argent, ni du pouvoir que cela pouvait avoir sur une certaine partie de la gent féminine. Il semblait être un chic type, en fait. Mais soit. Cela n’avait que peu d’importance… Meghan aurait juste un peu plus de plaisir à lui tourner autour, le faire tomber dans ses filer puis jouer la compagne parfaite. Enfin, pour l’heure, elle devait déjà attirer son attention. Et à priori, ce n’était pas gagné ! Heureusement pour elle, il semblait avoir perdu toute notion du temps… et les voilà donc seul à seule dans le bar, au moment de la fermeture. Avec toute la gentillesse et douceur possible, elle lui fit remarquer qu’il était tard et que l’établissement devait fermer. « Quoi ? Mais quelle… » La serveuse secoua vaguement la tête en souriant, comme pour signifier que cela n’était pas grave. Au contraire, cela l’arrangeait même…« Merde, toutes mes excuses, je n’imaginais pas qu’il puisse être si tard. Pour le café, vous… » Stratégiquement, Meghan n’avait pas perdu de temps et avait rejoint le comptoir pour préparer le café commandé. Il fallait qu’il reste au moins quelques minutes de plus, pour qu’elle puisse enfin lui parler…

« Ne vous inquiétez pas, ce n’est rien ! Et puis, on n’est pas à quelques minutes près… » déclara-t-elle depuis le bar en levant les yeux vers l’italien. Elle le détailla rapidement. Clairement, c’était beaucoup mieux que les « cibles » précédentes… Une fois le café prêt, elle lui apporta et tenta d’engager innocemment la conversation. «Une montagne de travail à terminer vous voulez dire. Combien je vous dois ? » « Rien, c’est offert par la maison… Après tous les cafés et viennoiseries que vous nous avez commandé aujourd’hui, on peut bien vous offrir celui-ci ! » La serveuse afficha alors un large sourire, légèrement taquin. Son regard se perdit quelques secondes dans celui du client. Elle n’eut pas le temps de reprendre la parole qu’il renversa sa tasse de café, le liquide venant touché quelques papiers… et le tablier de la jeune femme. «Merde ! » Habituée à ce genre de situation, elle s’empara presqu’aussitôt d’un torchon avec lequel elle essuya la table, essayant de limiter les dégâts. Une fois l’essentiel du café nettoyé, elle se recula d’un pas et, réalisant que son tablier était tâché aussi, tenta vaguement d’essuyer le café. « Super… Je suis confus, vraiment. Comment je peux me faire pardonner ? » Les idées ne lui manquèrent pas… Mais c’était tôt. Bien trop tôt. Il ne fallait pas le faire fuir… « Oh, ne vous inquiétez pas, ce n’est rien… Et puis, on est habitués à ça, ici… » déclara-t-elle avec un léger haussement d’épaule, sans quitter un doux sourire. « Votre ordinateur n’a rien eu j’espère ? Pour vos papiers, ça ira ? Depuis le temps que vous êtes là, à travailler, ça serait vraiment dommage… D’ailleurs, vous travaillez dans quoi, si c’est pas indiscret ? » Comme si elle ne le savait pas…

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 20/1/2017, 20:27

❝ La première fois que j’ai posé les yeux sur toi ❞
Meghan & Fabian


« Ne vous inquiétez pas, ce n’est rien ! Et puis, on n’est pas à quelques minutes près… » Elle est encore super aimable pour quelqu’un que je fais finir plus tard que prévu. Nous sommes à Paris, pas vraiment la ville la plus détendue en ce qui concerne l’art de vivre. Les italiens, savent vivre, eux ! Je ne devrais pas la ramener, je ne suis pas en terrain conquis ici, je le sais. Mais j’aime l’ambiance de cette brasserie et la proximité de mon domicile, assez tête en l’air pour oublier quelque-chose, je n’ai plus grand trajet à faire pour aller récupérer mon oublie. Si j’aime autant le quartier de Montmartre, c’est sans doute pour sa douceur de vivre justement, tout près de ces artistes qui se laissent vivre, comme à l’époque où les écrivains n’étaient considérés que comme des idéalistes sans avenir, mais ici, ils croyaient en leur avenir et se battaient quitte à vivre de maigres revenus, pour la liberté de leur art. Des paresseux aux yeux de la société, voilà ce qu’ils étaient, mais je n’y crois pas, ils étaient au contraire détenteur d’une chose que les autres n’avaient pas.

« Rien, c’est offert par la maison… Après tous les cafés et viennoiseries que vous nous avez commandé aujourd’hui, on peut bien vous offrir celui-ci ! » « Oh… merci. » A voir son regard, je n’ai aucun intérêt à revenir dessus ou à insister, je perdrais, de toute façon. Ma mère disait toujours qu’on lisait beaucoup de choses dans le regard d’une femme. Et qu’un homme qui apprenait à lire entre les lignes serait plus heureux que n’importe lequel qui n’essayerait même pas.
Maladroitement, je renverse ma tasse sur toute la table, mais surtout sur elle. Je ne sais pas me tenir, vraiment, aucun savoir vivre ! Je ne suis donc pas capable de passer une journée sans une gaffe ? Je ne crois pas. « Oh, ne vous inquiétez pas, ce n’est rien… Et puis, on est habitués à ça, ici… » [/color] « Ca me gêne, je suis vraiment désolé. » Et je suis bien avancé moi, avec mes dossiers pleins de cafés ! « Votre ordinateur n’a rien eu j’espère ? Pour vos papiers, ça ira ? Depuis le temps que vous êtes là, à travailler, ça serait vraiment dommage… D’ailleurs, vous travaillez dans quoi, si c’est pas indiscret ? » Je jette alors un rapide coup d’œil à mon ordinateur que je retourne pour évaluer les dégâts. Un peu de café sur les supports en caoutchouc mais rien de trop méchant. J’essuie le tout d’une serviette et le repose avant de constater que j’ai tout de même bien gaffé. « Je suis dans la musique. Producteur. Je dirige ma maison de disques, dans le 5ème. » Je ne sais pas pourquoi je lui dis tout ça, je n’aime pas paraître vaniteux, sans doute un élan de fierté d’en être propriétaire, d’être à la place que je convoitais mais à laquelle je me voyais d’ici 10 ou 15 ans. « Ecoutez, je suis vraiment confus, est-ce-que je peux vous inviter à boire un verre pour réparer tout ça ? » C’est bien Fab, tu deviens pressant maintenant… « En… en tout bien tout honneur, bien entendu. C’est juste pour me faire pardonner, ne vous inquiétez pas. Rien ne vous oblige à accepter, vous avez sans doute autre chose à faire à la fin de votre service. » J’ose un petit rire pour détendre l’atmosphère, j’ignore si ce sera bien pris.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 20/1/2017, 22:28

La première fois que j'ai posé les yeux sur toi

Fabian & Amber


« Quand j'ai croisé ton regard la toute première fois, Je te connaissais déjà, Je ne saurais dire pourquoi, Ni comment les rêves se réalisent parfois... »
Heureusement pour Fabian, ce soir là, Meg était seule. Son patron ou certains de ses collègues auraient fait la fermeture à sa place ou avec elle, l’italien aurait été mis dehors et l’établissement aurait déjà fermé. Evidemment, cela n’était pas du tout dans l’intérêt de la jeune femme. Cette fois, le hasard avait très bien fait les choses. Elle se montrait donc aussi douce, sympathique et avenante que possible… Elle avait besoin de gagner son attention et sa confiance. Sans se poser de questions, elle lui offrit donc son dernier café. L’établissement se portait assez bien et ce n’était pas pour le prix d’un café… « Oh… merci. » Elle lui rendit un vague sourire. Après tout, il avait suffisamment consommé aujourd’hui… C’était aussi la politique de la maison que d’avoir un geste particulier envers les clients fidèles. Lorsqu’il renversa sa tasse, tâchant la tenue de la serveuse, celle-ci le rassura presqu’immédiatement. Cela arrivait assez fréquemment… Et puis, si justement elle avait une tenue professionnelle, c’était en partie pour cela, non ? « Ca me gêne, je suis vraiment désolé. » Elle esquissa presque malgré elle un maigre sourire, réalisant qu’elle aurait tout à fait été capable de jouer les maladroites pour lui renverser une boisson dessus et créer un premier contact. Cela aurait été cliché, mais ça aurait pu fonctionner…

L’air de rien, elle commença a le questionner sur son travail. Bien sûr, elle savait déjà ce qu’il faisait dans la vie. Elle savait où il vivait, où il travaillait. Quels étaient ses hobbies et passions. D’où il venait, ce qu’il avait fait par le passé. Mais évidemment, à ses yeux, elle ne devait être qu’Amber, une jeune femme totalement inconnue. « Je suis dans la musique. Producteur. Je dirige ma maison de disques, dans le 5ème. » Lorsque sa femme était décédée, cela avait fait quelques vagues. Des journaux locaux en avaient parlé. Il était devenu tristement célèbre. Mais Meghan préférait faire semblant de ne rien en savoir. Il pourrait croire que, ayant appris cela, elle ne l’approche que par intérêt. Et il valait mieux éviter cela ! « Oh, vraiment ? Ca doit être très intéressant et plaisant ! C’est un milieu qui m’aurait plu, je pense… » Cela a tendance à faire rêver, non ? On imagine aussitôt strass et paillettes. « Ecoutez, je suis vraiment confus, est-ce-que je peux vous inviter à boire un verre pour réparer tout ça ? » Oh, tiens donc ? Déjà ? Cela devenait tout à coup très intéressant…  « En… en tout bien tout honneur, bien entendu. C’est juste pour me faire pardonner, ne vous inquiétez pas. Rien ne vous oblige à accepter, vous avez sans doute autre chose à faire à la fin de votre service. » Pour une fois, Ezeckyel attendra. C’était pour la bonne cause. Meghan se passa rapidement la main dans les cheveux en relevant le regard vers Fabian. « Oh, et bien.. Oui, ça serait avec plaisir ! Je vous remercie… » Déjà une première victoire. « Au fait, moi c’est Amber, ravie de faire votre connaissance ! » lâcha-t-elle d’un ton plus qu’enthousiaste. « J’ai terminé mon service, je n’ai plus qu’à aller me changer et je suis à vous… Vous m’attendez ici ? » Quelques minutes après, la jeune femme était repartie dans les espaces privés. Une fois au vestiaire, elle se changea rapidement puis attrapa son portable pour envoyer un message à son cher et tendre. « Je suis avec lui, premier contact initié, on va prendre un verre, ne m’attends pas. » Elle le glissa dans sa poche puis, une fois fin prête, regagna la salle où Fabian l’attendait.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 21/1/2017, 20:24

❝ La première fois que j’ai posé les yeux sur toi ❞
Meghan & Fabian


Mon problème est d’être intarissable quand il s’agit de mon métier. Je pourrais parler musique durant des heures. Une passion que je nourrissais déjà petit sans mettre de mots dessus, pour moi c’était naturel de faire du bruit et d’aimer ça. La musicalité vient très tôt, et je crois que je n’en n’ai jamais vraiment eu besoin, du fait de le formuler, c’était inné, et ça se voyait, mes parents n’ont jamais tenté de brimer de quelconque façon cet élan artistique. Ma mère étant elle-même artiste, peintre, certes, mais dans l’art elle aussi, ne pouvait que comprendre ce côté décalé plutôt prononcé chez moi. « Oh, vraiment ? Ca doit être très intéressant et plaisant ! C’est un milieu qui m’aurait plu, je pense… » «Vous chantez ? » Piètre homme évolué. Pourquoi me vient-il toujours à l’esprit qu’une femme est forcément derrière un micro ? Certes, c’est la meilleure place pour briller, mais tout de même.

« Oh, et bien.. Oui, ça serait avec plaisir ! Je vous remercie… » Elle accepte mon invitation et j’en suis ravi. Je n’aime pas rester sur un malentendu. « Au fait, moi c’est Amber, ravie de faire votre connaissance ! » «Fabian. Je crois que vu le temps que je passe ici, je ne suis presque plus un inconnu pour vous. » J’ai remarqué qu’elle travaillait ici depuis quelques mois déjà. Je ne suis pas d’un naturel bavard, pas pour rien en tout cas, plus maintenant. Mais j’observe beaucoup le monde qui m’entoure. « J’ai terminé mon service, je n’ai plus qu’à aller me changer et je suis à vous… Vous m’attendez ici ? » « Je… oui. Je vous attends. » Je suis surpris de sa rapidité. Elle aurait tout aussi bien me dire qu’un autre soir serait le plus adapté ou de passer la prendre devant chez elle pour qu’elle puisse aller se changer et prendre une pause pour elle, mais non. Je m’atèle à ranger mes dossiers et mon ordinateur dans sa house et la jette sur mon épaule, ma veste en cuir sur le dos.

Je ne l’attends pas plus de quelques minutes. Rapide pour une femme. Encore un propos d’italien, mince alors. Je la laisse fermer la brasserie et récupérer les clés. Emmitouflés dans nos blousons respectifs, nous bravons le vent frais à la recherche d’un bar un peu plus tranquille que ceux qui se font dans certains quartiers. Une musique moins forte, une ambiance un peu cosy. C’est bien pour faire connaissance. Nous prenons une table. « Qu’est-ce-que vous prenez ? » Je prends sa commande et vais commander moi-même au bar, pour revenir avec le tout. « Cette fois-ci, c’est moi qui suis à votre service. » Je lui souris légèrement et dépose les deux verres sur la table, sans doute plus maladroitement qu’elle dans son boulot. Nous trinquons et j’engage la conversation. «J’ai cru déceler un accent américain chez vous… Je me trompe ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 21/1/2017, 22:17

La première fois que j'ai posé les yeux sur toi

Fabian & Amber


« Quand j'ai croisé ton regard la toute première fois, Je te connaissais déjà, Je ne saurais dire pourquoi, Ni comment les rêves se réalisent parfois... »
S ouvent, pour se rapprocher et séduire l’homme tant convoité, Meghan avait du s’inventer une passion pour les sports, la course automobile, la science ou tout un tas de sujets qui, au fond, ne l’intéressaient pas tant que ça. Pourtant, l’intérêt que manifesta la jeune femme, lorsque Fabian lui parla de son métier, n’était pas feint. Elle appréciait l’art sous toutes ses formes, mais surtout la musique… Et, comme beaucoup de filles, elle avait eu sa période où les musiciens l’attiraient un peu plus que les autres hommes. C’était un milieu qui la faisait en quelques sortes rêver… Lorsqu’elle avait commencé à travailler, c’était principalement en tant que serveuse dans des bars qui invitaient régulièrement des groupes et artistes locaux. De quoi ravir la jeune femme, qui avait un peu pu approcher ce milieu qui lui plaisait. «Vous chantez ? » Surprise, elle ne put retenir un bref rire. « Non, enfin si… sous la douche et très mal ! Plus sérieusement, je ne suis pas une artiste, je n’ai pas de talent particulier… » Meghan n’était pas le genre de femme à vouloir être sous le feu des projecteurs. Même si sa vie n’avait pas prit cette tournure là, elle ne se serait jamais vu sur une scène. Non, si le milieu musical l’intéressait, elle s’imaginait surtout travailler dans l’ombre des artistes.

Bien évidemment, lorsque l’italien lui proposa de boire un verre, elle ne se fit pas prier pour accepter. Elle accepta aussitôt, avec une rapidité pouvait peut-être paraître suspecte.  «Fabian. Je crois que vu le temps que je passe ici, je ne suis presque plus un inconnu pour vous. »  Meghan hésita quelques secondes : faire mine de ne pas spécialement l’avoir remarqué, pour ne pas donner l’impression d’avoir des vues sur lui, ou au contraire, lui laisser comprendre qu’elle l’avait remarqué ? « Enchantée Fabian ! Certains clients sont bien plus présents que vous, on les voit ici tous les jours… Mais effectivement, cela ne fait pas très longtemps que je travaille ici et votre visage commence à m’être familier. Enfin, cela veut dire que vous vous plaisez ici, c’est plutôt une bonne chose… » Son service étant terminé, l’américaine était donc entièrement disponible et prête à poursuivre la soirée avec le beau brun. « Je… oui. Je vous attends. » Il semblait surpris, ce qui interpella la serveuse. Elle aurait peut-être dû sembler plus hésitante avant d’accepter.. Mais soit. Ce qui était fait était fait. Et puis, l’essentiel était qu’ils puissent passer un moment ensemble.

Pressée de retrouver l’italien, elle s’empressa de se changer, prenant malgré tout le soin d’envoyer un message à son compagnon afin de le prévenir qu’elle rentrerait plus tard, et qu’elle avait enfin pu se rapprocher de leur « cible ». Une fois prête, elle rejoint Fabian et ils se dirigèrent vers un autre établissement où ils pourraient tranquillement faire connaissance. . « Qu’est-ce-que vous prenez ? » «  Un café, s’il vous plaît. » C’était sobre, mais la jeune femme avait surtout besoin d’un peu de caféine pour rester éveillée ! Et puis, elle devait ensuite rentrer chez elle et préférait donc éviter les boissons alcoolisées… Puis, elle devait garder les idées claires en présence de Fabian. « Cette fois-ci, c’est moi qui suis à votre service. » Meghan lui adressa un doux sourire. « Merci beaucoup ! » Elle avait été assez surprise qu’il l’invite aussi rapidement… Tout était allé très vite en une soirée. Et cela pour le plus grand bonheur de l’américaine. «J’ai cru déceler un accent américain chez vous… Je me trompe ? » Elle confirma ces propos d’un vague hochement de tête et d’un sourire amusé. « Non, vous avez vu juste… Je suis originaire de New-York. Et vous ? A votre prénom, j’imagine des origines italiennes… »

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 22/1/2017, 00:57

❝ La première fois que j’ai posé les yeux sur toi ❞
Meghan & Fabian


« Non, enfin si… sous la douche et très mal ! Plus sérieusement, je ne suis pas une artiste, je n’ai pas de talent particulier… » «Je ne peux pas vous laisser dire ça, tout le monde a du talent à sa façon. » J’aime croire à cet adage. Que chacun a un petit quelque-chose en lui qui fait qu’il est unique et respecté pour ça. C’est quelque-chose que j’ai appris de Juliette. Elle voulait toujours tout voir du bon côté, jamais en noir, toujours en blanc, le verre à moitié plein. Bien plus fort qu’elle. Et petit à petit, elle a fini par me faire voir les choses de sa façon à elle. Incroyable comme on peut partager et imbriquer sa vie dans celle de l’autre quand on est amoureux.

« Enchantée Fabian ! Certains clients sont bien plus présents que vous, on les voit ici tous les jours… Mais effectivement, cela ne fait pas très longtemps que je travaille ici et votre visage commence à m’être familier. Enfin, cela veut dire que vous vous plaisez ici, c’est plutôt une bonne chose… » « On y travaille très bien, pour ce que ça vaut. Et les croissants sont meilleurs qu’ailleurs ! » Je passe mon temps à grignoter. J’ai toujours quelque-chose à portée de main quand je travaille, c’est comme un toc, une habitude.
Nous trouvons finalement un petit bar tranquille dans le quartier, où elle commande un café. Je vais me calmer sur le café, je pense que j’en ai assez bu pour les trois jours à venir, même s’il est mon premier carburant. « Un café, s’il vous plaît. » Je reviens avec le tout, ainsi qu’une bière pour moi et quelques tapas. C’est la fin de sa journée, j’ai toujours faim quand je rentre. J’use d’un peu d’humour pour la servir, et elle m’adresse un doux sourire, que je remarque, malgré moi. « Merci beaucoup ! »

Nous nous installons l’un à côté de l’autre et une fois devant nos boissons, dont ma bière que je porte à ma bouche, j’engage la conversation sur le petit accent que j’ai cru déceler. Ça lui donne un charme, c’est indéniable. « Non, vous avez vu juste… Je suis originaire de New-York. Et vous ? A votre prénom, j’imagine des origines italiennes… » « S’il y avait que le prénom… » Je lui souris à mon tour, de la même façon qu’elle précédemment. « Je suis originaire de Venise. J’y suis né et y ait grandit, jusqu’à mes 8 ans. » J’ai conservé un petit accent, rien de bien marqué, disons qu’à entendre mes parents parler l’italien à la maison, il m’eut fallu conserver cette langue aussi. Mais ce sont surtout mes traits qui me trahissent. « Votre famille vit là-bas ? Ça doit vous faire bizarre, ici… » Paris, New-York, deux grandes villes, qui n’ont pour autant rien à voir. Ni dans la mentalité, ni dans la façon de vivre. Deux cultures pour le moins différentes, même si pas tant que ça. « Pourquoi Paris ? Pardon, je suis indiscret… » Portant une nouvelle fois ma bière à la bouche pour étouffer ce sentiment de trop en dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 22/1/2017, 11:15

La première fois que j'ai posé les yeux sur toi

Fabian & Amber


« Quand j'ai croisé ton regard la toute première fois, Je te connaissais déjà, Je ne saurais dire pourquoi, Ni comment les rêves se réalisent parfois... »
«Je ne peux pas vous laisser dire ça, tout le monde a du talent à sa façon. » Oui, arnaquer et voler les gens. Sauf que, de toute évidence, elle ne pouvait pas répondre cela. Elle se contenta d’hausse vaguement les épaules. « Peut-être bien… » Puis la conversation dériva vers l’établissement et la venue assez régulière de l’italien dans celui-ci. « On y travaille très bien, pour ce que ça vaut. Et les croissants sont meilleurs qu’ailleurs ! » Il fallait dire que le patron des lieux ne laissait rien passer et chaque employé devait être sacrément efficace, professionnel et agréable avec les clients. Ils avaient une image, une réputation à défendre et devaient donc être parfaits et offrir un service de qualité. Et visiblement, cela n’était pas pour rien… « Je vous remercie ! Je transmettrai au reste de l’équipe, qui sera ravie de ces compliments ! » Avec le mal qu’ils se donnaient quotidiennement, des retours positifs étaient plus que bienvenus. Surtout qu’ici, ce n’était pas fréquent. Le bar était essentiellement fréquenté par des personnes assez aisées, pensant généralement que tout leur est dû et oubliant parfois la politesse. A l’inverse, Fabian semblait loin de tout cela… Beaucoup plus humain et sympathique. Meghan le suivit donc jusqu’à un autre établissement, quelques rues plus loin, où ils s’installèrent. Après une longue journée de travail, elle n’était pas contre une petite coupure, un moment de détente. C’était appréciable, pour une fois, de se poser et se laisser servir.

Rapidement, il engagea la conversation sur les origines de la brune. Son accent, assez prononcé, la trahissait. Heureusement, elle parlait assez bien le français… Elle en avait appris les bases quelques années auparavant, puis était déjà venue dans la capitale lors de vacances, etc. Et depuis qu’elle était là, elle continuait à se former. Ce n’était pas une langue facile à maîtriser et elle avait encore du travail pour la parler parfaitement. « S’il y avait que le prénom… » Elle avait bien remarqué son léger accent aussi, mais celui-ci s’était déjà bien atténué.  « Je suis originaire de Venise. J’y suis né et y ait grandit, jusqu’à mes 8 ans. » C’était sans surprise pour la jeune femme, qui connaissait déjà de nombreux détails de la vie du producteur de musique. Et pourtant, il fallait qu’elle passe par cette étape pour accéder à la suite et arriver à ses fins. « Cela semble être une ville magnifique… Je n’ai encore jamais eu l’occasion d’y aller, mais j’aimerais beaucoup ! » Si ses véritables activités l’avaient amené à voyager et découvrir de nouveaux pays, Meghan n’avait effectivement jamais mis les pieds en Italie. « Votre famille vit là-bas ? Ça doit vous faire bizarre, ici… » Ah, la famille ! C’était un sujet un peu sensible pour l’américaine. Enfin, disons qu’elle n’en avait pas vraiment… Ou qu’elle l’avait perdue de vue. « Hum… Oui, mes parents vivent à New-York mais, cela fait très longtemps que je n’ai plus vraiment de contact avec eux. » Elle avait quitté le domicile familial si jeune… Et depuis, elle avait repris contact avec ses parents, mais il était difficile de retrouver une relation normale. Ils s’appelaient de temps en temps, pour prendre des nouvelles. Mais Meghan restait souvent évasive sur sa vie… Elle ne voulait surtout pas les mêler à ses histoires.  « Pas si bizarre que ça en fait… J’ai beaucoup voyagé, vécu dans des pays différents… Je me suis habituée à cela ! » Et après Paris, ce serait une autre ville, un autre pays. C’était toujours la même rengaine. « Pourquoi Paris ? Pardon, je suis indiscret… » « Non, aucun souci… C’est une ville qui me plaît beaucoup et j’avais envie d’un nouveau départ. De changer de décor, m’installer ailleurs pour tout reprendre à zéro. » Se faire passer pour une jeune femme récemment séparée de son compagnon, qui vient ici pour démarrer une nouvelle vie. Voilà son plan. Elle se doutait qu’avec lui, étant donné ce qu’il avait vécu avec sa femme, elle allait devoir y aller en douceur. Et le mieux pour cela était de lui faire croire que, tout comme lui, elle venait de se retrouver seule et avait du mal à reprendre une vie normale, à tourner la page. « Et vous alors ? Qu’est-ce qui vous a amené ici ? Venise ne vous manque pas trop ? »

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 22/1/2017, 12:06

❝ La première fois que j’ai posé les yeux sur toi ❞
Meghan & Fabian


« Je vous remercie ! Je transmettrai au reste de l’équipe, qui sera ravie de ces compliments ! » Trouver un job à Paris était déjà suffisamment compliqué comme ça pour subir aussi le patron et ses remontrances par rapport au retour des clients. J’ai eu à servir moi aussi, dans un restaurant de quartier, un peu huppé, dans mes jeunes années, durant les saisons, rien de très glorieux, et surtout rien de valorisant. Ensuite, j’ai pu faire ce qui me plaisait, commencer à rentrer dans la musique et son milieu et tout a été différent. Rien à voir avec le milieu touristique et ses déboires, ils ont un courage sans bornes, il faut le souligner.

« Cela semble être une ville magnifique… Je n’ai encore jamais eu l’occasion d’y aller, mais j’aimerais beaucoup ! » « C’est magnifique, je ne peux pas vous contredire. Mais il y a deux Venise, celui que les touristes voient, et celui dans lequel on vit. » Je suis intarissable sur mes origines, pas que j’aime parler de moi, j’aime plutôt parler de là où je viens. La vie est différente ici, un peu plus personnelle et surtout moins orientée du côté de la Dolce Vita. L’Italie c’est plus qu’un pays, c’est un mode de vie, un état d’esprit, en tout cas de là où je viens. Mon monde est sans doute plus paresseux que celui dans lequel je vis actuellement, mais tellement plus agréable. Seulement ici, il y avait Juliette, et son souvenir est encore là, je ne peux pas l’abandonner, pas maintenant, et même jamais. Je dois perpétrer le souvenir pour deux, c’est l’objectif que je me suis fixé. Nous parlons ensuite de la famille. « Hum… Oui, mes parents vivent à New-York mais, cela fait très longtemps que je n’ai plus vraiment de contact avec eux. » «Oh, je suis indiscret, excusez-moi. » Je ne voulais pas remuer le couteau dans la plaie. La notion de famille est importante pour moi. Une mère très présente, une mama italienne, tu parles, tout le monde connait le cliché, moi je le vis ! Mais j’aime ça, les hommes aiment qu’on s’occupe d’eux, et j’avais deux femmes pour le faire… je n’en n’ai plus qu’une, et la première me manque. « Pas si bizarre que ça en fait… J’ai beaucoup voyagé, vécu dans des pays différents… Je me suis habituée à cela ! » « Vraiment ? Racontez-moi ! » J’aime les voyages, j’aime les gens en entendre parler avec une passion qui leur est propre, ce n’est pas donné à tout le monde et puis il faut souligner que nous sommes deux expatriés. Elle a l’air d’avoir surtout vu plus de pays que moi, une partie du monde que j’ignore encore.

« Non, aucun souci… C’est une ville qui me plaît beaucoup et j’avais envie d’un nouveau départ. De changer de décor, m’installer ailleurs pour tout reprendre à zéro. » « Mauvaise expérience ? Arrêtez-moi si je commence à être trop curieux. » Je ne saurais dire pourquoi elle m’intrigue, pourquoi j’aurais envie de connaître certains de ses secrets, des petits bouts de sa vie, tout ça pour dire qu’elle a ce petit truc en plus qui change de tous les autres, c’est très étrange à expliquer. « Et vous alors ? Qu’est-ce qui vous a amené ici ? Venise ne vous manque pas trop ? » «Oh, c’est pas vraiment moi, ce serait plutôt mes parents. Mon père avait du boulot ici, ma mère et moi on a suivi. Je me suis fait des amis, une vie, et quand ils ont eu l’âge de partir à la retraite, ils sont repartis dans leur Italie natale, ma mère avait le mal du pays. Quant à moi, j’étais marié et avait déjà des projets. J’y retourne de temps en temps, quand mon emploi du temps me le permet. » Je fini ma bière et remarque qu’elle ne porte pas d’alliance, c’est bizarre ce besoin de se comparer au reste du monde, à savoir si elle aussi a vécu le même genre d’expérience, mais je ne vois rien à son annulaire gauche. « Personne ne vous attend chez vous ? Il commence à se faire tard. Un autre café ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 22/1/2017, 12:55

La première fois que j'ai posé les yeux sur toi

Fabian & Amber


« Quand j'ai croisé ton regard la toute première fois, Je te connaissais déjà, Je ne saurais dire pourquoi, Ni comment les rêves se réalisent parfois... »
Confortablement installés dans un bar, les deux jeunes gens avaient désormais tout le loisir d’apprendre à se connaître. Meghan savait que si elle voulait s’attirer la sympathie de l’italien et espérer le revoir dans un contexte plus intimiste, elle devait lui faire bonne impression. Ne pas en faire trop, ni pas assez. Et en même temps, il était très tentant de jouer les proies fragiles… Si elle se montrait trop sûre d’elle ou déterminée, elle craignait de le faire fuir. Peut-être que s’il retrouvait en elle la fragilité qui a pu également naître en lui avec le décès de sa femme, il se sentirait plus proche d’elle ? Pour le moment, il était simplement question de leurs origines et de Venise. « C’est magnifique, je ne peux pas vous contredire. Mais il y a deux Venise, celui que les touristes voient, et celui dans lequel on vit. » L’américaine acquiesça avec un léger sourire. Oui, elle voyait très bien ce qu’il voulait dire… Les apparences sont parfois trompeuses, elle était très bien placer pour le savoir. Et elle avait pu constater cela dans les différents pays où elle était allée, même si ce n’était que pour quelques mois. « Oui, je vois tout à fait… Malheureusement, c’est souvent comme ça ! » Puis la conversation se recentra sur la jeune femme et sa famille. Même si elle n’utilisait pas son vrai prénom et mentait sur quelques autres détails de sa vie, cette fois, elle était sincère. «Oh, je suis indiscret, excusez-moi. » Cela faisait plus de 15 ans qu’elle était partie de chez elle. Elle était restée plusieurs années sans contact avec ses parents et même à l’heure actuelle, cela se résumait à quelques coups de fil dans l’année. Elle était habituée à cela et n’en souffrait pas vraiment. Au contraire, partir de chez elle lui avait fait du bien, même si cela l’avait mené à cette vie étrange qu’elle menait aujourd’hui. « Oh, non, ne vous inquiétez pas ! Cela a toujours été un peu compliqué sur ce plan là, mais j’y suis habituée… » Elle expliqua ensuite que Paris n’était que l’une des nombreuses destinations qu’elle avait pu découvrir. Bon, évidemment, elle ne pouvait pas lui dire la raison exacte qui l’avait poussé à voyager autant, ni ce qu’elle faisait exactement ici. « Vraiment ? Racontez-moi ! » En fait, j’arnaque et vole des types au portefeuille bien rempli, et je change de ville ou pays à chaque fois pour ne pas me faire choper. Et t’es le prochain sur la liste. Non, elle ne pouvait pas lui répondre ça ! « Et bien, mon compagnon… enfin, ex compagnon, était passionné de voyages. Au début, on bougeait essentiellement aux Etats-Unis, d’une ville à l’autre, pour son boulot. Et puis, on a ensuite décidé de partir vivre quelques mois dans des pays et villes variés, pour découvrir de nouveaux lieux et cultures… Après les Etats-Unis, on a été au Canada, Angleterre, au Japon, en Inde… Juste pour quelques semaines, voire mois… C’était vraiment une belle expérience ! » Meghan avait réellement apprécié de découvrir ces pays, leur culture et mode de vie. C’était vraiment intéressant et plaisant, même si leur objectif premier n’était pas de faire du tourisme…

Puis il lui demanda pourquoi Paris. Là encore, elle devait trouver quelque chose. Elle lui répondit cependant immédiatement, sans la moindre hésitation. « Mauvaise expérience ? Arrêtez-moi si je commence à être trop curieux. » La brune avait déjà longuement réfléchi à ce qu’elle pourrait lui dire si un jour, il la questionnait à ce sujet. Il fallait que cela semble naturel ! « Une rupture… C’est quelqu’un qui a beaucoup compté pour moi, ça n’a pas été très évident à vivre… J’avais besoin de prendre un nouveau départ. » L’air de rien, elle lui laissait entendre qu’elle était donc célibataire. Sans passer pour celle qui lui tourne autour… Non, il fallait que cela vienne de lui, qu’il ne se doute pas une seconde qu’elle n’attendait que ça. Elle lui retourna ensuite la question, curieuse d’en apprendre plus. Car évidemment, il y avait malgré tout certains choses qu’elle ne savait pas sur l’italien. «Oh, c’est pas vraiment moi, ce serait plutôt mes parents. Mon père avait du boulot ici, ma mère et moi on a suivi. Je me suis fait des amis, une vie, et quand ils ont eu l’âge de partir à la retraite, ils sont repartis dans leur Italie natale, ma mère avait le mal du pays. Quant à moi, j’étais marié et avait déjà des projets. J’y retourne de temps en temps, quand mon emploi du temps me le permet. » « D’accord, je vois… Et vous n’avez pas d’autre famille ici ? Frère ou soeur, peut-être ? » Elle remarqua alors le regard de Fabian se porter sur sa main. Elle masqua alors un léger sourire… Commençait-il à s’intéresser à sa situation amoureuse ? « Personne ne vous attend chez vous ? Il commence à se faire tard. Un autre café ? » « Non, je vis seule… Et pour le café, je veux bien, si cela ne vous retarde pas. Vous êtes peut-être attendu, vous… Je ne voudrais pas abuser… » Meghan s’en voulait un peu de faire cela, se doutant que cela amènerait l’italien à repenser à sa défunte épouse. Voire, à lui en parler. Elle n’aimait pas retourner le couteau dans la plaie, mais après tout, elle n’était pas censée savoir…

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 22/1/2017, 15:03

❝ La première fois que j’ai posé les yeux sur toi ❞
Meghan & Fabian


« Oh, non, ne vous inquiétez pas ! Cela a toujours été un peu compliqué sur ce plan là, mais j’y suis habituée… » Je ne voulais pas lui faire de peine et encore moins raviver un souvenir douloureux. Elle dit bien le vivre, je la crois, mais je n’aurais sans doute aucunement sa force. Je ne suis pas grand-chose sans mes racines, sans doute ais-je été élevé comme ça, mais le retour aux sources est un vrai besoin, quelque-chose d’important pour moi. D’important aussi pour mes parents. Essayez de filtrer les appels d’une italienne, vous allez voir ce que veut dire entendre parler du pays ! Je l’ai tenté, une fois, étant ado, et j’ai vite compris où était mon intérêt. Ma mère avant tout le reste, et on voit ensuite. C’est une façon d’être élevé, de voir les choses, d’autres sont indépendants et ont besoin de se réaliser seuls, loin de tout. Je le comprends très bien.

« Et bien, mon compagnon… enfin, ex compagnon, était passionné de voyages. Au début, on bougeait essentiellement aux Etats-Unis, d’une ville à l’autre, pour son boulot. Et puis, on a ensuite décidé de partir vivre quelques mois dans des pays et villes variés, pour découvrir de nouveaux lieux et cultures… Après les Etats-Unis, on a été au Canada, Angleterre, au Japon, en Inde… Juste pour quelques semaines, voire mois… C’était vraiment une belle expérience ! » « Vous avez fait le tour du monde ?! Je suis très impressionné. » Mon sourire est franc et admiratif, mais je m’en veux maintenant d’avoir rappelé un autre souvenir peu confortable. « Une rupture… C’est quelqu’un qui a beaucoup compté pour moi, ça n’a pas été très évident à vivre… J’avais besoin de prendre un nouveau départ. » «Je suis désolé. Pour votre compagnon et vous, je veux dire. » Qu’ils se soient séparés après avoir vécu tout ça. Visiblement, nous ne sommes pas les mêmes personnes, nous n’avons pas besoin de prendre le même nouveau départ, mais je comprends le sien, le mien a été de racheter la maison de disque dans laquelle je travaillais, le propriétaire rêvait de partir en retraite et moi de devenir mon propre patron, que demander de plus ? C’était sans doute l’évolution la plus logique des choses, allez savoir.

« D’accord, je vois… Et vous n’avez pas d’autre famille ici ? Frère ou soeur, peut-être ? » « Non, je suis fils unique. Mais j’aurais rêvé d’une tribu. J’aurais surtout rêvé d’en avoir une. » Mais je fini par me rendre compte que Juliette n’est plus là et que ce n’est plus envisageable. Comme si la seule femme à pouvoir me rendre heureux était elle et qu’elle était la seule personne à pouvoir me faire des enfants. Seulement je pense que c’était surtout la seule dont j’en voulais. A peine adulte, tout juste sorti de l’adolescence, c’est la vérité, j’ai beaucoup vécu ma jeunesse, pleinement, en soirées, en histoires d’un soir, grâce à la musique et puis j’ai fini par comprendre que la vie ce n’était pas ça. C’était trouver LA personne et s’épanouir à ses côtés. « Non, je vis seule… Et pour le café, je veux bien, si cela ne vous retarde pas. Vous êtes peut-être attendu, vous… Je ne voudrais pas abuser… » « Attendu ? Oh… non. Pas exactement. » Je remarque sur son regard vient de se poser sur mon alliance, alliance que je ne parviens pas à retirer, pour le souvenir, parce que c’est le symbole le plus fort qu’il me reste encore d’elle, parce que je ne suis pas prêt, tout simplement. «En fait… Je suis veuf. Depuis quelques mois… » Je suis son regard et lève la main pour commander un second café pour elle, mais j’en reste à ma première bière, je pense que j’ai assez bu pour la soirée. Elle commence à se confondre en excuses mais je la retiens. « Vous ne pouviez pas savoir. » Je lui adresse un léger sourire rassurant, tout ce dont je suis capable, mais le souvenir de Juliette me rend coupable d’inviter une femme à boire un verre, alors qu’elle aurait aimé que je reprenne ma vie en main, mais tout de même… Je suis un peu perdu. « Pardon, j’ai plombé l’ambiance là. » Je tente de m’en sortir avec un peu d’humour et un rictus forcé mais ce n’est pas gagné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 22/1/2017, 16:02

La première fois que j'ai posé les yeux sur toi

Fabian & Amber


« Quand j'ai croisé ton regard la toute première fois, Je te connaissais déjà, Je ne saurais dire pourquoi, Ni comment les rêves se réalisent parfois... »
Plus jeune, Meghan avait du mal à être heureuse et à s’épanouir auprès des siens. Elle était partie pour prendre un peu de recul… Mais sans doute aurait-elle fini par revenir, ou du moins, retrouver une relation que l’on pourrait qualifier de normale avec sa famille, si elle n’avait pas rencontré Ezeckyel. Ses parents étaient tellement exigeants et stricts qu’ils n’auraient jamais pu accepter sa relation avec lui. Encore moins lorsqu’il commença à l’entraîner dans des plans et histoires pas très nets. Les choses s’étaient finalement faites naturellement, et aujourd’hui, elle avait appris à vivre ainsi. Elle enviait parfois les familles unies, où tout se passe bien. Mais elle n’avait jamais été habituée à cela, alors ça ne lui manquait pas vraiment. La vie qu’elle menait ne lui déplaisait pas… Ainsi, elle vient à mentionner quelques pays où elle avait pu mettre les pieds. Bien sûr, elle inventa quelques raisons pour justifier cela. La vérité, elle ne pouvait absolument pas la dire ! « Vous avez fait le tour du monde ?! Je suis très impressionné. » Elle pencha légèrement la tête, moins convaincue. Une partie d’elle aurait préféré découvrir ces pays dans d’autres circonstances. Pas uniquement pour aller piquer dans le portefeuille de certains hommes… « Non, loin de là ! Quelques pays, mais il y a encore énormément d’endroits que je n’ai jamais pu visiter. Un jour, peut-être… » Une fois leurs sales coups terminés, Meghan se voyait bien prendre vraiment le temps de voyager avec Ezeckyel, avant de se poser définitivement quelque part. Sauf qu’il ne semblait pas l’entendre ainsi. Lui, rentrer dans le droit chemin, trouver un job classique et rentrer dans une certaine routine ? Jamais de la vie.

«Je suis désolé. Pour votre compagnon et vous, je veux dire. »
Evidemment, il fallait qu’aux yeux de Fabian, Amber soit célibataire. C’était absolument nécessaire pour que la suite puisse fonctionner… Et cela justifiait plutôt bien le fait qu’elle soit venue ici, à Paris. « Cela fait partie de la vie ! Il y a pire… Je m’en remettrais ! » Meghan n’était pas du genre à se lamenter sur son sort. Et elle ne voulait pas passer pour quelqu’un de négatif, qui voit tout en noir. Puis, il fallait que malgré tout, il la sente prête à refaire sa vie… Et qu’il finisse par l’envisager lui aussi, avec elle ! Mais chaque chose en son temps. « Non, je suis fils unique. Mais j’aurais rêvé d’une tribu. J’aurais surtout rêvé d’en avoir une. » Ah. Meghan n’était pas forcément très maternelle et n’avait pas réellement songé au fait de devenir mère. Pour le moment, cela n’était pas dans les priorités du couple… Et puis, cela n’attirait pas vraiment l’italien. Mais qui sait de quoi la vie est faite ? En tout cas, elle allait devoir passer pour la future mère idéale. « Oh, oui, je comprends totalement ! C’est triste une vie sans enfant… J’espère aussi en avoir un jour. » Un vague sourire, un ton rêveur… Quelle bonne comédienne ! On y croirait…

Puis, l’air de rien, il s’assura qu’elle n’était pas attendue ce soir. Après lui avoir confié que non, elle lui retourna indirectement la question, connaissant déjà la réponse. « Attendu ? Oh… non. Pas exactement. » Meghan fronça légèrement les sourcils, espérant qu’il lui en dirait dirait plus. Son regard se posa ensuite sur l’alliance de l’italien. Elle était sur le point de le questionner sur son mariage quand il reprit la parole. «En fait… Je suis veuf. Depuis quelques mois… » Elle baissa le regard, comme gênée par cette découverte. A vrai dire, sur le coup, Meghan s’en voulait un peu de remuer le couteau dans la plaie. D’autant plus qu’il semblait être quelqu’un de bien, encore très attaché à son épouse. « Oh, je suis sincèrement navrée, je ne voulais pas… »  « Vous ne pouviez pas savoir. » Si. Mais son rôle l’obligeait à aborder le sujet à un moment ou à un autre. Même si elle n’était pas ravie de le faire… Elle commençait à sincèrement l’apprécier et s’en voulait de faire ressurgir ce genre de souvenirs. « Pardon, j’ai plombé l’ambiance là. » « Non, c’est de ma faute, j’ai été trop indiscrète… Je suis désolée, vraiment. Je sais qu’on ne se connait pas plus que ça, mais si un jour vous avez envie de parler, d’une oreille attentive, vous savez où me trouver. » Un sourire rassurant accompagna ses propos. Demander plus d’informations serait probablement déplacé. Il valait mieux changer de sujet, maintenant qu’elle était officiellement au courant. « Revenons-en à votre travail… Ca a l’air de vous passionner. Vous êtes également un artiste ? Vous jouez d’un ou plusieurs instruments, peut-être ? »

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 22/1/2017, 23:25

❝ La première fois que j’ai posé les yeux sur toi ❞
Meghan & Fabian


« Non, loin de là ! Quelques pays, mais il y a encore énormément d’endroits que je n’ai jamais pu visiter. Un jour, peut-être… » « Ne jamais dire jamais. » Lui assurant avec un sourire complice. Juliette avait pour habitude de faire des listes, des listes de ce qu’elle aurait voulu faire, voir, accomplir. Très altruiste, il lui était impensable de ne pas penser à son prochain ou de ne rien faire en leur sens. Je l’aimais aussi comme ça, très différente de moi. Elle a fait de moi cet homme différent, cet homme bien, ce n’était pas gagné au départ. Sans doute que ma belle gueule me montait à la tête, ainsi que les privilèges que ça pouvait compter. « Cela fait partie de la vie ! Il y a pire… Je m’en remettrais ! » Je souris à la façon dont elle le prend, elle ne semble plus souffrir, c’est bien réjouissant. C’est aussi une lueur d’espoir. Je me dis que certaines personnes s’en remettent, apprennent à vivre sans leur moitié à côté d’eux… Nous parlons maintenant enfants, nous sommes encore jeunes, j’imagine que la vie décide de ce qu’elle nous permet ou nous fait subir. C’est une grande loterie, et je n’ai jamais eu vraiment de chances au jeu. « Oh, oui, je comprends totalement ! C’est triste une vie sans enfant… J’espère aussi en avoir un jour. » « Dans votre cas, il est encore largement temps… » Je lui adresse un nouveau sourire rassurant, cette fois. Elle a tout ce qu’il faut pour rencontrer quelqu’un de bien et envisager de fonder une famille. En tout cas je le crois. J’aurais pu la trouver magnifique, si mes pensées étaient libres.

Sans le vouloir, nous revenons sur le cas de Juliette, sur le fait que je sois seul et que je ne sache pas trop comment l’exprimer ou encore le vivre, c’est tout nouveau pour moi et je commence à croire que jamais je ne pourrais m’habituer à ce statut. C’est comme si je l’attendais encore et que j’espérais la voir franchir la porte de l’appartement, chaque jour que Dieu fait. Si je rationnalise, je sais que ça ne se produira jamais. Je suis pourtant adulte à présent, les choses de la vie devraient être plus faciles à accepter, mais pas celles-ci. Jamais. « Revenons-en à votre travail… Ca a l’air de vous passionner. Vous êtes également un artiste ? Vous jouez d’un ou plusieurs instruments, peut-être ? » J’apprécie sa façon de vouloir combler le vide et s’excuser. Je sais qu’elle ne pensait pas à mal, comment elle aurait pu le savoir ? Je porte toujours une alliance, elle aurait même pu m’envoyer balader en me disant que je ne suis qu’un enfoiré, et elle aurait eu raison. «Oui, de la guitare principalement. De la batterie, et un peu de basse et de piano. » Je lui assure d’un demi sourire tout ce que je viens de dire et je me reprends, Juliette n’aurait jamais voulu que je me laisse abattre à sa simple évocation. « Je faisais pas mal de scène étant gamin. Enfin gamin… Etant en âge de draguer avec une guitare. Je compose encore un peu, mais c’est pour le plaisir. » Cette fois-ci, je suis plus assuré, ma voix ne tremble plus et mon regard est moins embrumé. « Et vous, des passions ? » J’aimerais savoir quel genre de femme peut être amenée à parcourir le monde, à servir dans un café et à garder le sourire quoi qu’il se passe. Je ne l’ai jamais vue râler au café.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 23/1/2017, 17:08

La première fois que j'ai posé les yeux sur toi

Fabian & Amber


« Quand j'ai croisé ton regard la toute première fois, Je te connaissais déjà, Je ne saurais dire pourquoi, Ni comment les rêves se réalisent parfois... »
Famille, voyage, rupture… En peu de temps, Fabian et Meghan avaient abordé de nombreux sujets de conversation. Et cette dernière veillait à ce qu’au fil de leur échange, des points communs apparaissent. L’air de rien. « Ne jamais dire jamais. » Alors, après avoir parlé de sa vie passée, elle évoqua son célibat. Puis, lorsqu’il mentionna son désir de fonder une famille, elle fit de même. Si elle voulait qu’il finisse par s’intéresser sérieusement à elle, il lui semblait nécessaire de lui montrer qu’ils étaient sur la même longueur d’ondes et partageaient les mêmes désirs et projets. « Dans votre cas, il est encore largement temps… » Elle avait envie de lui répondre que, dans le sien aussi, mais ne voulait pas raviver de vieux et douloureux souvenirs. Il semblait logique que, si peu de temps après la disparition de sa femme, il ne s’imagine pas encore refaire sa vie avec une autre, et encore moins lui donner des enfants. Elle se contenta donc de sourire en acquiesçant vaguement. Durant quelques petites secondes, elle tenta de les imaginer, elle et Ezeckyel, fonder une famille. Il n’en avait jamais été question jusqu’à présent, et elle ne les imaginait pas parents. Par contre, elle commençait à avoir sérieusement envie d’arrêter tout cela et de se poser pour mener une vie normale. Avec l’argent qu’ils avaient pu mettre de côté, ils avaient largement de quoi se payer une jolie petite maison et vivre tranquillement, sans avoir à passer leur journée dans des boulots minables. Mais ça non plus, cela ne semblait pas prévu pour le moment…

La conversation dévia ensuite sur Fabian et sa situation. Lorsqu’il avoua être veuf, l’américaine se confondit en excuses, feignant de ne pas être au courant. Si elle avait emménagé ici plus tôt, elle aurait peut-être pu l’apprendre par la presse. Quelques journaux locaux avaient relayé le tragique accident qui avait coûté la vie à Juliette Antonelli. Ces mêmes journaux qui parlaient, quelques jours après, du rachat d’une maison de disques par le jeune veuf. Evidemment, elle avait prit connaissance de tout cela avant d’arriver sur Paris… Mais elle préférait le laisser penser qu’elle n’en savait rien. Cela éviterait à l’italien de penser qu’elle l’approche peut-être par intérêt. 
Ne voulant pas rester sur cette ambiance un peu étrange et pesante, elle tenta de relancer la conversation sur un sujet qui semblait fortement intéresser Fabian; la musique. «Oui, de la guitare principalement. De la batterie, et un peu de basse et de piano. » Peu à peu, il semblait reprendre de l’assurance et retrouver un peu ses esprits. Meghan fut tentée par un geste de réconfort, tel que poser sa main sur son avant-bras, mais craint que cela ne le fasse reculer. Elle préféra donc rester prudente et à sa place. « Je faisais pas mal de scène étant gamin. Enfin gamin… Etant en âge de draguer avec une guitare. Je compose encore un peu, mais c’est pour le plaisir. » Elle eut un léger sourire amusé lorsqu’il mentionna la guitare comme aide à la drague. C’était bien connu ! « Oui, je vois… C’est déjà bien, vous touchez un peu à tout et avez pu faire de votre passion, votre métier. C’est important ! »

« Et vous, des passions ? » Là encore, il fallait la jouer stratégique. Choisir avec soin les passions évoquées, pour viser là où il faut, mais ne pas en faire trop. Prendre un peu du vrai, et s’inventer quelques passions… pour faire quelques points communs supplémentaires, ou lui rappeler sa femme. « J’aime beaucoup l’art, sous toutes ses formes… Une petite préférence pour le spectacle vivant, peut-être ! La photographie m’intéresse aussi… J’aime bien en faire, mais j’ai encore beaucoup à apprendre à ce sujet ! » Son intérêt pour l’art n’était pas feint. Celui pour la photo non plus… Elle aimait bien faire quelques clichés de chaque lieu qu’elle découvrait. Mais ses compétences techniques étaient limitées… Elle avait cru comprendre que Fabian appréciait aussi la photo. Peut-être pourrait-il devenir, en quelques sortes, son professeur particulier ? « Sinon, j’aime cuisiner, tester de nouvelles recettes… Et dans un style totalement différent, l’humanitaire me tient fortement à coeur. Il y a certaines associations ou fondations qui me touchent vraiment et que j’essaie d’aider dès que je le peux... » Bon, pour le coup de l’humanitaire, c’était simplement pour faire bien. Et parce que l’ex-femme de Fabian semblait très intéressée par le sujet aussi… Si elle pouvait marquer quelques points supplémentaires…

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 25/1/2017, 22:13

❝ La première fois que j’ai posé les yeux sur toi ❞
Meghan & Fabian


Je n’imaginais aucunement passer une fin de soirée comme celle-ci, inviter la serveuse du bar où j’ai pu trouver refuge pour la journée. Travailler au studio m’est impossible vu tout ce qui se prépare en ce moment, je suis trop sollicité pour me concentrer sur mon dossier, alors j’ai préféré prendre le large et je me retrouve dans un autre bar, plus conventionnel celui-ci, et discute de tout et de rien avec une femme que je ne connais que pour être allé prendre quelques cafés sur son lieu de travail. Elle est de plus on ne peut plus agréable et jolie à regarder. Je me surprends à aimer discuter avec elle, en tant que femme, en tant que personne adulte, ça me change de négocier des contrats à tout bout de champ comme je me l’autorise ces derniers temps. Mes clients et mes collègues sont mes seuls échanges sociaux.

« Oui, je vois… C’est déjà bien, vous touchez un peu à tout et avez pu faire de votre passion, votre métier. C’est important ! » «Je ne l’ai pas fait tout seul… » C’est à ma femme que je pense et au petit coup de pouce qu’elle a pu me donner pour tout ça. Je sais qu’elle croyait en moi et qu’elle me voyait très bien diriger une entreprise du genre, elle croyait en ce que je pourrais faire, elle y croyait même plus que moi… « J’aime beaucoup l’art, sous toutes ses formes… Une petite préférence pour le spectacle vivant, peut-être ! La photographie m’intéresse aussi… J’aime bien en faire, mais j’ai encore beaucoup à apprendre à ce sujet ! » « C’est un domaine passionnant, j’en ai appris pas mal avec ma femme… Elle était photographe. » Et j’en ai beaucoup appris. Des après-midi entiers à parcourir les routes pour faire des photos, parce qu’un paysage ou un lieu l’inspirait plus qu’un autre. On en a fait des kilomètres pour l’art, et j’adorais ça. Les plus beaux clichés que je peux avoir de mes concerts, c’est elle qui les a pris.

« Sinon, j’aime cuisiner, tester de nouvelles recettes… Et dans un style totalement différent, l’humanitaire me tient fortement à coeur. Il y a certaines associations ou fondations qui me touchent vraiment et que j’essaie d’aider dès que je le peux... » «Vous faites du caritatif ? Pour quelles causes ? » Je m’intéresse à ce qu’elle peut défendre, elle est au moins engagée pour ses idées, quelles qu’elles soient. On en apprend beaucoup en prenant le temps de s’intéresser aux personnes que l’on croise. On vit à une époque où la communication n’est pas forcément légion, alors on privilégie le rendement et on voit pour le reste. « Vous cuisinez vraiment ? » Moi qui ne suis pas foutu de me faire des pâtes correctement, je trouve ça admirable d’avoir une passion pour la cuisine. Ma mère me rappelle encore que je ne suis qu’un enfant quand je passe par la cuisine pour goûter ses plats plutôt que pour lui filer un coup de main. «Vous servez, si vous cuisinez, vous pouvez sans doute prétendre à un autre patron que celui qui passe son temps à vous mettre la pression à la brasserie, non ? » Lui adressant un sourire complice en finissant ma bière. Je l’ai vu le patron mettre le stress à ses employés !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 26/1/2017, 15:22

La première fois que j'ai posé les yeux sur toi

Fabian & Amber


« Quand j'ai croisé ton regard la toute première fois, Je te connaissais déjà, Je ne saurais dire pourquoi, Ni comment les rêves se réalisent parfois... »
Si pendant plusieurs semaines, Meghan était passée inaperçue auprès de Fabian, elle venait de faire un grand pas en avant. Elle était passée d’une parfaite inconnue, avec qui il n’avait jamais échangé, à la femme qu’il venait d’inviter prendre un verre. Ce n’était pas fou, mais c’était plutôt un bon début ! Et pour une fois, l’américaine se plaisait à échanger avec lui… Il était plutôt bel homme et semblait intelligent et intéressant. Sa situation ne faisait pas de lui quelqu’un d’imbus, désagréable ou hautain… Bien au contraire ! «Je ne l’ai pas fait tout seul… » Il avait tout de même le mérité d’avoir entreprit et réussi cela, et ce, même après le décès de sa femme. Beaucoup d’hommes auraient pu se laisser sombrer, perdre pied et ne plus s’investir dans quoi que ce soit. Lui semblait, au contraire, s’être plongé dans le travail pour oublier. Lorsqu’ils évoquèrent leurs passions et centres d’intérêt, Meghan évoqua plusieurs choses. Parfois vraies, parfois totalement inventées, pour marquer des points auprès de l’italien. Elle mentionna notamment la photographie… Elle aimait bien en faire de temps en temps, mais était loin d’exceller dans le domaine non plus. « C’est un domaine passionnant, j’en ai appris pas mal avec ma femme… Elle était photographe. » Meghan s’en voulut légèrement… Elle savait que sa femme était photographe et cela ne l’avait pas empêché de mettre les pieds dans le plat. Et pour le coup, ce n’était pas volontaire… « Oh… Je vois. Cela devait être très intéressant… D’ailleurs, cela fait partie des mes projets que de mieux me former à la photo ! » Peut-être pourrait-il lui donner quelques conseils, en temps voulu… Cela pourrait être un excellent moyen de se rapprocher encore de lui.

Puis Meghan parla de son intérêt pour le caritatif. Bon, ça, c’était un peu du pipeau… Elle n’avait rien contre, évidemment mais, lorsque l’on passe son temps à essayer d’escroquer ou dérober de l’argent à des types blindés pour s’assurer une petite vie confortable, on n’est pas forcément très sensibles à la pauvreté dans le monde… «Vous faites du caritatif ? Pour quelles causes ? » Là, il fallait inventer. Mais que ça reste naturel… Bon, ça, elle savait faire. Elle avait l’habitude… « Il y a beaucoup de sujets et associations pour lesquels j’aimerais m’investir, mais je manque parfois de temps. Je suis assez engagée pour la protection animale et pour tout ce qui touche aux violences, à la discrimination… » D’après ses renseignements, Juliette était assez investie dans l’humanitaire aussi et était tout particulièrement sensibles à la cause des femmes victimes de violences. Alors, évidemment, le choix des thèmes n’était pas tout à fait du hasard. Par la suite, elle mentionna son amour pour la cuisine. Elle n’était pas une grande cuisinière mais aimait préparer de bons petits plats et s’essayer à de nouvelles recettes. « Vous cuisinez vraiment ? » « Oui, de temps en temps… J’aime bien découvrir de nouvelles recettes… Même si je dois avouer avoir une petite préférence pour la pâtisserie ! » «Vous servez, si vous cuisinez, vous pouvez sans doute prétendre à un autre patron que celui qui passe son temps à vous mettre la pression à la brasserie, non ? » Elle afficha un vague sourire complice. Ce n’était pas si simple… Et puis, cela n’aurait pas été aussi arrangeant pour elle ! Si elle avait choisi ce bar, c’était parce que Fabian y passait régulièrement. « Oh, vous savez, je cuisine comme ça… Juste pour le plaisir. Je suis loin d’en avoir une maîtrise professionnelle… Et puis, je ne suis pas si mal là où je suis ! »


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 27/1/2017, 22:54

❝ La première fois que j’ai posé les yeux sur toi ❞
Meghan & Fabian


Sa passion pour la photo, ça me fait sourire, rien que par le fait que ça puisse me faire penser à Juliette et à quel point elle aimait partager ce qui lui plaisait. Transmettre, aider, tout ça, c’était son truc à elle. Moi à l’époque, j’étais plutôt pour m’aider moi, pas l’inverse. Mais j’en ai appris beaucoup et je suis devenu un autre homme, absolument différent, et meilleur, un homme que j’aime être, et ça fait toute la différence. Je me cherchais un peu avant de la rencontrer. J’imagine qu’un homme n’est pas tout à fait un homme tant qu’il n’a pas trouvé une femme pour lui convenir. En tout cas, c’est ce qui se dit chez moi. « Oh… Je vois. Cela devait être très intéressant… D’ailleurs, cela fait partie des mes projets que de mieux me former à la photo ! » « Je pourrais peut-être… Vous montrer quelques trucs ? Le peu que je connais en tout cas. Mais vous en savez sans doute déjà autant que moi. » Si elle s’y intéresse, elle doit avoir un peu plus que mon niveau débutant j’imagine. Il est difficile de s’intéresser à un domaine sans tout dévorer, je suis un peu comme ça, le côté passionné, tout ou rien, et parfois dans l’excès. Je me passionne pour quelque-chose, il me faut aller jusqu’au bout.

« Il y a beaucoup de sujets et associations pour lesquels j’aimerais m’investir, mais je manque parfois de temps. Je suis assez engagée pour la protection animale et pour tout ce qui touche aux violences, à la discrimination… » Nous en venons sur le sujet de l’humanitaire, et Meghan en fait aussi, c’est étrange, agréablement étrange de trouver un peu de Juliette en cette femme, même si j’ignore si c’est très sain ou pas. Quoi qu’il en soit, je passe un bon moment, pour une fois une soirée hors du boulot où je ne cogite pas et ne souffre pas le martyr, ça fait du bien. «Juliette s’investit… S’investissait beaucoup dans la cause pour les femmes. Pas féministe à l’extrême mais elle a toujours défendu leurs causes. » Les violences, le mariage gay, ce genre de choses, le pouvoir de les reloger même sans ressources, pour la simple raison de quitter leur mari violent ou quoi que ce soit d’autre, leur permettre de retrouver leur liberté, tout simplement. Engagée, c’était le mot, mais pas militante. Mesurée, voilà le mot exacte. « Excusez-moi, j’en parle trop. » Il faut que je travaille là-dessus, et à en faire le centre de mes pensées, je n’arrive plus à avancer, elle n’aurait rien voulu de tout ça.

« Oui, de temps en temps… J’aime bien découvrir de nouvelles recettes… Même si je dois avouer avoir une petite préférence pour la pâtisserie ! » [/color] Parler cuisine, voilà la solution, alors je souris à sa révélation et enchaine sur le sujet du boulot, elle mérite sans doute mieux avec tout ça. « Oh, vous savez, je cuisine comme ça… Juste pour le plaisir. Je suis loin d’en avoir une maîtrise professionnelle… Et puis, je ne suis pas si mal là où je suis ! » « Je suis trop curieux, c’est ma faute. Donc vous vous plaisez où vous êtes, c’est déjà le début du bonheur ça, non ? » Ensuite il lui reste à construire sa vie avec quelqu’un, enfin paraît-il qu’on commence comme ça. Certains sont différents, aiment se construire seul, pourquoi pas après tout. « Il se fait tard et votre journée a été longue. Je vous raccompagne ? » Il fait nuit, c’est déjà tard et les rues parisiennes peuvent être dangereuses, c’est juste une question de galanterie et de sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan] 31/1/2017, 19:20

La première fois que j'ai posé les yeux sur toi

Fabian & Amber


« Quand j'ai croisé ton regard la toute première fois, Je te connaissais déjà, Je ne saurais dire pourquoi, Ni comment les rêves se réalisent parfois... »
Meghan n’était pas le genre de personne à s’être un jour découvert une passion et à avoir réussi à en faire son métier. D’ailleurs, elle enviait un peu les gens comme cela. Ca devait être sacrément plaisant et valorisant ! Mais elle n’avait jamais eu de réel déclic pour quelque chose… Certains domaines l’intéressaient plus que d’autres, mais jamais elle n’avait envisagé  d’en faire son métier. A vrai dire, tout était allé tellement vite… Elle s’était presque retrouvée, du jour au lendemain, à tremper dans les affaires louches d’Ezeckyel. Et avant cela, elle n’avait vécu que de petits boulots, pour pouvoir se payer un appart et de quoi se nourrir. Et l’un de ses loisirs, depuis qu’elle « voyageait » était d’immortaliser quelques paysages… Elle se plaisait à parcourir les rues des villes, son appareil photo en main, pour en faire quelques clichés. Rien de bien artistique. Des photos de vacances, comme on pourrait dire… « Je pourrais peut-être… Vous montrer quelques trucs ? Le peu que je connais en tout cas. Mais vous en savez sans doute déjà autant que moi. » Elle ne put retenir un léger sourire à ces mots. A croire qu’elle savait désormais parfaitement manipuler un homme et obtenir ce qu’elle voulait de lui… En tout cas, l’air de rien, elle avait réussi à l’emmener là où elle voulait. « Je suis certaine que vous trouverez des choses à m’apprendre ! Et puis, au pire, cela permet d’avoir la vision de quelqu’un d’autre, sa façon de faire… C’est toujours intéressant. » Il pourrait très certainement lui apprendre bien des choses. Car, certes, elle savait utiliser les principales fonctions de son appareil, mais elle n’avait pas du tout la théorie. Et elle était persuadée qu’avec un peu plus de connaissances techniques, elle pourrait faire de bien meilleures photos… Et puis, ce serait surtout l’occasion de passer un moment avec l’italien et de s’en rapprocher encore davantage. Tout l’intérêt était là !

L’américaine s’inventa ensuite un intérêt pour l’humanitaire. Comme la plupart des gens, elle trouvait tout cela très bien, admirable et honorable, évidemment… Mais elle n’avait jamais fait de l’humanitaire ou caritatif. Plus jeune, elle n’avait pas eu le temps. Et désormais, elle aurait trouvé cela un peu dérangeant, au vue de sa réelle activité. «Juliette s’investit… S’investissait beaucoup dans la cause pour les femmes. Pas féministe à l’extrême mais elle a toujours défendu leurs causes. » Meghan hochait lentement la tête, attentive à tout ce que pouvait lui dire Fabian. Il semblait encore très attaché à sa femme, pas vraiment prêt à tourner la page. C’était tout à son honneur, mais ça n’allait pas être simple pour Meghan… « Excusez-moi, j’en parle trop. » « Ne vous en faîtes pas, c’est normal, j’imagine… Elle avait l'air d'être quelqu'un de vraiment très bien. Cela fait combien de temps, si ce n’est pas trop indiscret ? » Malgré tout, elle était assez sensible à l’histoire de son compagnon de soirée. Elle se découvrait une réelle envie de s’intéresser à lui, de l’écouter et l’aider à surmonter le décès de son épouse. Il semblait bloquer là dessus et avoir du mal à avancer. Même si cela ne concernait absolument pas la jeune femme, une partie d’elle ne pouvait pas rester indifférente à cela.

Puis il fut question de cuisine et de l’intérêt de la serveuse pour la pâtisserie. « Je suis trop curieux, c’est ma faute. Donc vous vous plaisez où vous êtes, c’est déjà le début du bonheur ça, non ? » Elle acquiesça en souriant. Le bonheur… Le connaissait-elle vraiment ? Elle avait passé ces dernières années à vagabonder de ville en ville, à la recherche du parfait pigeon. Avec Ezeckyel, ils avaient amassé une jolie petite somme… et les voilà encore et toujours à mener la même vie. Elle était tenue de passer inaperçue, de se fondre dans la masse, de se trouver une nouvelle identité et de tourner autour de leur nouvelle victime. C’était toujours la même chose et elle commençait à déchanter. Ils avaient désormais suffisamment d’argent pour s’installer tranquillement quelque part et mener une petite vie tranquille, loin de tout cela… « Il se fait tard et votre journée a été longue. Je vous raccompagne ? » Sortant aussitôt de ses pensées, elle plongea à nouveau son regard dans celui de l’italien puis regarda l’heure. Elle n’avait pas vu la soirée passer et avait même bien apprécié ce moment… Cela faisait longtemps que cela ne lui était pas arrivé. « Oui, je veux bien, si ça ne vous dérange pas… » Elle se leva ensuite, enfila son manteau et suivi Fabian à travers le bar, rejoignant les rues parisiennes. Effectivement, il commençait à se faire tard et elle devait bien avouer qu’il était plus rassurant de ne pas rentrer seule. Et puis, cela lui permettait de prolonger la soirée quelques minutes de plus…

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan]

Revenir en haut Aller en bas

La première fois que j'ai posé les yeux sur toi [Meghan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...
» Cherche partenaire pour une première fois ! [En cours]
» Lorsque la panique nous consumme pour la première fois...
» Première nuit dans Dreamland...
» Une nouvelle fois au sommet.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE :: from lbd to la vie en rose :: rps-