Partagez|

demain dès l'aube. ☆ (loumens)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: demain dès l'aube. ☆ (loumens) 5/4/2017, 14:29



demain dès l'aube

clemens ☆ loup

Cela faisait une éternité que je ne m'étais pas levé tôt pour un garçon. Sensation étrange. À vrai dire, j'avais un peu de mal à comprendre le pourquoi du comment. Sûrement un brin psychopathe, il fallait l'avouer. Lui. Clemens. Je ne connaissais que son prénom. Avant. Le soir où nous nous sommes retrouvés dans le même lit. Rencontre éphémère, plaisir éphémère. Pourtant, son prénom avait fait le tour de mon esprit. L'image, l'odeur, et le touché de son corps ne faisaient que se ressasser au fin fond de mon être. Je voulais le revoir. Pourquoi ? Je ne le savais pas. Simplement, l'apercevoir. La question est : comment retrouver un bel inconnu. Alors on se souvient. Le moindre détail peut être fatal. On pense. Un peu, beaucoup. Les idées se mélangent. Et puis, une révélation. Un magasin. Il en était fier. Nous n'avions pas beaucoup parlé, trop occupés à se donner du plaisir. Cela m'était revenu. Une recherche google, rien de plus simple. Les magasins de jeux-vidéos de la capitale. Rapidement, un certain Clemens Zaghar ressortait des gérants. Après tout, je n'avais rien à perdre. 8 heures. L'ouverture. Je ne savais pas trop ce que j'attendais de cette rencontre, qui en vérité n'en était pas une. Enfin. Il était 7 heures 30. Le brouillard venait de se dissiper dans les rues du 18ème arrondissement. Il n'y avait pas foule. Habillé d'un simple jean bleu marin et d'une chemise bleue clair, l'air ambiant venant faire frissonner ma peau, j'attendais patiemment. Assis sur ce banc, je scrutais la devanture du magasin. Tout était fermé. Normal me direz-vous. Perdu dans mes pensées, ne sachant où donner de la tête, un bruit de ferraille me réveilla. À quelques mètres de là, la silhouette de celui que j'espérais faisait son apparition, tirant de l'intérieur le rideau de fer. Sourire un coin, quoi que quelque peu gêné, je n'osais pas vraiment m'aventurer dans le magasin. Je dus attendre 8 heures 30 pour qu'un client daigne rentrer dans l'échoppe. D'un pas hésitant, et à quelques secondes d'intervalles, je passai le pas de la porte, allant vagabonder dans les rayons de la boutique. Je ne m'y connaissais pas des masses en jeux-vidéos, à vrai dire, j'y jouais étant adolescent, rien de plus. De temps à autre, je jetai des regards en direction de la caisse, ne voulant pas le déranger. Plus le temps défilait, plus je me sentais mal-à-l'aise, ne comprenant pas vraiment ma réaction. Secouant de gauche à droite ma tête, comme pour chasser les mauvaises ondes, je me risquais à lancer un dernier regard en direction du jeune homme à la peau hâlé. Mon expression se figea. Mes joues se rougirent. Mes iris venaient de sombrer dans les siens, comme pris en flagrant délit. Quelque peu paniqué, je bougeai dans tous les sens, prenant la direction de la sortie, complètement déboussolé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: demain dès l'aube. ☆ (loumens) 5/4/2017, 16:44


demain dès l'aube
Loup & Clemens

Comme tous les jours tu étais debout de bonne heure. Qu’est-ce qu’une bonne heure, me diriez-vous ? C’est à peu près sept heures, le temps de sauter du lit, de faire chauffer le café via ton mobile et le temps de prendre une douche au doux son d’une des playlists de spotify. Le temps aussi d’enfiler un jean sombre, dans les tons bleus, avec un t-shirt à l’effigie de Link, le héros des jeux Zelda. Le temps aussi de boire ton café en compagnie de ton colocataire, et collègue/partenaire du Game Over. Le temps d’arriver tranquillement dans la boutique et d’en ouvrir les rideaux de fer. Tu avais pas mal de livraisons ce matin, mais vous vous étiez mis d’accord, toi tu restais en surface, pendant que ton collègue s’occupait des différents cartons qu’amenait le livreur du matin. Tu ne t’attendais pas à avoir du monde aussi tôt, c’est pourquoi tu pris le temps d’allumer les télés puis les consoles. Tu pris aussi le temps de lancer chacun des jeux que vous proposiez en libre essai sur une console de chaque et de faire la caisse, histoire de voir si rien ne manque par rapport à la dernière fois qu’elle avait été faite. Tu servais ton premier client dans les huit heures trente et tu le remerciais de son achat avant de l’observer partir. Un autre client s’était faufilé derrière ce dernier et tu ne l’avais pas trop bien vu, mais quand vos regards s’étaient finalement croisés, tu n’en croyais pas tes yeux. Merde. De toutes tes conquêtes, tu n’en avais jamais revu une, encore moins dans ton magasin. T’aurait-il espionné ? Impossible, vous n’aviez fait que coucher ensemble la dernière fois. Et soudain tout te revint. Tu avais bu un peu et du coup tu avais dû lui dire quelques infos sur ta vie, pour pas qu’il prenne peur en s’imaginant que tu voulais juste tirer ton coup et le voir partir, mais de là à ce qu’il te retrouve ici, ça te faisait bizarre. Tu le vois alors partir en direction de la sortie, le regard déboussolé, comme un enfant qu’on aurait pris les mains dans le sac. Un moment tu songes à le laisser partir comme il est venu puis finalement ta conscience te rappelle que tu es sur ton lieu de travail et tu t’approches alors de lui. Ne sachant plus son nom, sauf que c’était en rapport avec un animal, tu dis, tout simplement. « Je peux peut-être t’aider ? » Tu lui aurais bien dit de ne pas venir si c’était pour ne rien faire, mais après tout ce n’est pas comme ça que marche le commerce, et heureusement d’ailleurs.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: demain dès l'aube. ☆ (loumens) 7/4/2017, 00:28



demain dès l'aube

clemens ☆ loup

Les secondes paraissaient des heures. Le temps semblait s'écouler d'une lenteur abominable. Cela faisait bien longtemps qu'une telle anxiété avait parcourue mon échine. Il suffisait d'un regard. Mon horloge interne se dérégla sans demi-mesure. L'esprit brumeux, je n'arrivais pas à déceler les émotions décrites par les traits de son visage. Était-il en colère, ou même étonné ? Ou bien, cela lui semblait-il disproportionné ? Je ne savais que faire. Sourire ? Esquiver son regard ? Partir en courant. C'était ce que j'avais fait. Prendre mes jambes à mon cou, et déguerpir. Sans vraiment faire attention, encore intimidé, je m'échappais en direction de la sortir, évitant tout de même de renverser quoi que ce soit. Alors que je m'apprêtais à passer le pas de la porte, une voix aussi familière qu'étrangère me stoppa net. Une sorte de frisson épris de chaleur. Des sons d'Orient. Me mordant la lèvre inférieure d'hésitation, je me retournai, et nos regards se croisèrent à nouveau. M'aider ? Pas vraiment. « J'étais venu essayer un jeu.. enfin.. tester un jeu plutôt. » grommelai-je d'une incertitude déconcertante. Un peu bête, je vins me gratter la nuque, cherchant une parade à ce qui pourrait suivre. Dans la précipitation, mes lèvres s'entrouvrirent, laissant échapper un son fébrile. « Je.. je venais juste te voir, enfin, si t'es d'accord ? » lâchai-je en compagnie d'un rire nerveux. Sur ce coup là, je n'avais pas vraiment géré. De quoi me faire remonter de longues années en arrière. Inspirer. Expirer. Secouer la tête. Ne pas oser. S'aventurer en terrain dangereux. « Je suis désolé, tu dois sûrement travailler et puis, on voulait juste coucher ensemble. » Quel con. En plein dans le mile. Si je continuais, j'allais lui donner toutes les raisons de me virer dans la seconde qui suivait. À vrai dire, je n'avais jamais vraiment été doué pour ce genre de choses. Le sexe pur et dur m'allait très bien, il n'y avait pas besoin de se dévoiler, ni même de réfléchir. Action, réaction. Rien de plus. Rien de moins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: demain dès l'aube. ☆ (loumens) 7/4/2017, 23:42


demain dès l'aube
Loup & Clemens

Pourquoi il fallait toujours que tu tombes sur des boulets ? Vous savez le genre de personne qui vous colle aux basques sans que vous ne puissiez rien n’y faire. Sans qu’un de vos mots ou de vos gestes soit pris pour acquis ou sans que leur monde ne cesse de tourner pour vous. Tu n’as jamais demandé ça. Toi, l’amour, vous êtes incompatible. T’es trop un connard pour avoir le droit à un happy ending alors tu sais que peu de gens peuvent t’apprécier, ou alors ils apprécient une image fausse de toi, une image qu’ils idéalisent, une image que tu reflètes derrière des sourires. Cela doit être sûrement le cas pour ce fameux client que tu aurais reconnu parmi milles. Oui tu couches avec beaucoup de gens. Oui tu en revois que très peu. Mais tu te souviens toujours d’un visage, surtout quand ce dernier a gémi ton prénom à plusieurs reprises lorsque tu ne faisais qu’un avec tout son être. Tu l’écoutes te sortir une stupide excuse, qui au moins a le mérite d’être cohérente puisque tu gères une boutique de jeux vidéo, et tu hoches simplement la tête, ne sachant que dire. Puis il se gratte la nuque, tu l’observes toujours et voilà qu’il demande ton accord pour te voir. Tu ris légèrement, amusé par la situation. Heureusement qu’il n’y a plus de clients dans la boutique, vous auriez passés pour deux ados en pleine puberté. « Bah tu m’as vu là, nan ? Du coup tu comptes juste repartir comme t’es venu, comme un voleur ? » demandes-tu alors que tu arques tes sourcils et que tu secoues la tête. Il a l’air de ne pas trop savoir quoi faire, quoi dire, encore moins quoi faire et étrangement tu trouves ça mignon. Pour la première fois, t’as l’impression de le découvrir. Car oui, d’habitude tu baises, tu salues et tu te tires, sans jamais revenir, sans jamais prendre la peine de connaître la personne, à quoi bon de toute façon ? Tu soupires légèrement quand il te dit que vous voulez juste coucher ensemble. Vrai. Mais pourquoi est-il là alors ? « Je travaille oui, mais comme tu le vois c’est assez calme, alors qu’attends-tu de moi, exactement ? » Sa présence ici te trouble. Tu ne sais pas pourquoi, mais tu ne peux pas le mettre à la porte. Tu ne peux pas juste lui demander de dégager et de faire comme si de rien n’était alors tu frottes ta nuque et lèves un doigt. « Attends deux minutes. » Tu t’éclipses derrière le comptoir, passant la porte derrière celui-ci pour gagner la réserve. Tu demandes alors à ton collègue de venir dans le magasin, expliquant que tu dois t’absenter quelques heures et tu reviens finalement vers le brundinet, ta veste sur le dos. « Allez viens, je te paie un café. » dis-tu comme simple explication alors que tu fais un signe de tête vers ton collègue et que tu quittes le Game Over pour t’aventurer vers le Starbucks de la ville. Tu enfouis tes mains dans les poches de ta veste et finalement tu brises le petit silence qui commence à s’installer. « Pourquoi t’es venu, réellement ? Et me dis pas juste pour me voir, je sais que je suis beau, mais quand même. » Tu ris et tu le regardes un instant, laissant par la suite tes yeux se concentrer sur ton chemin.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: demain dès l'aube. ☆ (loumens) 10/4/2017, 19:45



demain dès l'aube

clemens ☆ loup

J'étais sûrement le dernier des imbéciles. En l'espace de quelques minutes, je revenais presque dix ans en arrière. Un bond dans le passé. Une cicatrice qui ne voulait se refermer. Si seulement. Si seulement ce Clemens avait été un simple connard, il m'aurait jeté à la seconde où il m'aurait vu entrer dans son échoppe. Un aller simple vers la honte et l'humiliation. Cette pensée traversa mon esprit un instant, priant pour que ce stratagème se mette en place, qu'il blesse mon inconscient et me rappelle à l'ordre. Non, rien de tout ça n'arriva. Parce que ce Clemens, ce n'était pas un connard. D'apparence. Et au fond, j'étais plutôt satisfait de voir qu'il n'agissait pas de la sorte. Son rire brisa la vitre qui se formait peu à peu dans ma tête. Il prenait cela à la rigolade,
et il était sûrement plus judicieux pour moi de comprendre cela comme une porte de sortie. « Oui, je ferais mieux de.. » Le son s'étouffa dans ma gorge. Il soupira. D'agacement ? Peut-être. Je ne savais guère. Enfin. C'était sûrement la fin. Et puis, il était en train de travailler, de quel droit pouvais-je venir le déranger durant une journée de boulot. Aucun. Comme le fait que je n'avais aucun droit de le revoir s'il ne le voulait pas. Après tout, je n'étais qu'un voleur d'information à la recherche d'une proie. Ce que j'attends de lui ? Je n'en savais strictement rien, j'avais simplement suivi mon instinct, et il m'avait guidé jusqu'à lui. C'était tout. À peine eus-je le temps d'entrouvrir les lèvres que son doigt se leva dans les airs, me stoppant sans attendre. En quelques secondes, sa silhouette s'éclipsa entre les rayons de jeux-vidéos. Il revint après une attente raisonnable, veste sur les épaules, un sourire se dessinant presque sur mes lèvres. Un café. Plutôt inattendu comme réponse. Insoupçonnée. Je ne savais que répondre. J'acquiesçai, simplement. D'un pas léger et déterminé, je le suivais à la trace dans les rues de la capitale. Durant de longues secondes, mon fort intérieur voulait laisser échapper un merci, simple, et rempli de ressentis. Pourtant, je n'y arrivais pas, comme si une force extérieure m'empêchait de m'exprimer. Son regard se pose sur mon visage, puis, nos iris s'interceptent. Encore cette question. Pourquoi ? Et puis, il me fit rire, j'étais un public facile, mais il n'avait pas tord, il était beau. « Parce que t'es beau ? » répliquai-je en riant à mon tour, histoire de détendre l'atmosphère. J'étais quelque peu anxieux, presque intimidé par la présence du jeune homme. Tel un adolescent ressentant une attirance pour un camarade. J'étais pathétique. « Je ne sais pas trop, c'est débile tu me diras. Je ne te connais pas, c'est juste que. Je ne sais pas. J'avais besoin de te voir. Tu comprends ? Je n'ai pas d'explication rationnelle à te donner, je voulais juste te voir toi, échanger quelques regards, quelques mots. Apprendre à se connaître, même de loin.  » lâchai-je en haussant les épaules, une moue un peu maussade faisant son apparition sur les traits de mon visage. Je réfléchissais sûrement trop. Tant pis. Le Starbucks se dessinait à quelques mètres de nous. Nous entrâmes, et fîmes la queue pour commander. « Tu dois me prendre pour un cinglé, j'ai même été jusqu'à chercher où tu travaillais sur internet. » avouai-je, grimaçant légèrement en attendant la réaction du métissé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: demain dès l'aube. ☆ (loumens) 11/4/2017, 10:59


demain dès l'aube
Loup & Clemens

Tu ne sais pas pourquoi ça n’arrive qu’à toi. Peut-être que t’as l’air d’un connard en apparence, mais en réalité t’es un type bien qui veut juste pas qu’on l’embête et qui ne veut pas qu’on puisse lire en lui aussi facilement qu’on peut lire sur telle ou telle personne dans la rue ou dans un magasin. Tu te protèges en quelque sorte même si tu n’en as pas trop l’utilité ces derniers temps, ça te permet d’avoir un contrôle sur ta vie et puis c’est toujours bien de se protéger, de ne pas laisser n’importe quoi ou n’importe qui vous atteindre. Tu lui demandes donc d’attendre, tu dois lui parler, tu dois voir avec lui pourquoi il a déboulé dans ton magasin pour ensuite repartir. Tu veux savoir tout sur la raison de sa venue. Tu ne l’as pas traité comme de la merde, mais tu ne l’as pas non plus traité comme s’il comptait pour toi et que vous alliez vous revoir. Tu préviens donc Gatien de ton départ et tu l’invites à te rejoindre, vos quatre jambes marchant en direction de la sortie pour ensuite vous emmener au Starbucks du coin. « Je t’ai dit que ce n’était pas une raison valable. » souffles-tu dans un petit sourire en coin alors que tu marches à ses côtés, mains dans les poches, le regard à terre, manquerait plus que tu marches sur une cochonnerie ou que tu te ramasses, tu perdrais toute crédibilité. Tu l’écoutes et tu pinces tes lèvres face à ses aveux. Qu’as-tu fait pour qu’il éprouve le besoin de te connaître, le besoin de vouloir te revoir ? « Je ne comprends pas trop, non. OK on a couchés ensembles, on s’est embrassés, mais pourquoi tu voudrais qu’on devienne amis ? Je fais l’amour si bien que ça ? » demandes-tu pour rire alors que tu secoues la tête, comme pour reprendre ton sérieux. « Car pour moi c’était clair, une soirée, une partie de jambes en l’air et c’est tout. » souffles-tu alors que tu rentres dans le Starbucks, faisant la queue pour commander alors que tu souris tout de même à sa remarque. « Monsieur est un stalker en plus ? Heureusement que t’as une belle bouille… » Tu t’approches de lui, tes lèvres se collant à son oreille et tu continues ta phrase dans un murmure. « et que tu fais l’amour divinement bien… » Tu souris en coin et reprends à haute voix, du moins comme avant. « sinon je ne t’aurais pas invité à boire un café. » Le serveur vous demande ce que vous prenez ainsi que vos noms. Tu demandes un double latte et tu laisses le plus vieux choisir sa boisson pour ensuite payer et attendre qu’on vous les donne. Une fois en mains tu pars t’installer près d’une baie vitrée, donnant la boisson au jeune consultant en fusion-acquisition. « Mais puisque désormais tu es là, je pense qu’on pourrait se donner une chance de se connaître, qu’en dis-tu ? » Bah oui tu ne vas pas l’envoyer chier, pas maintenant qu’il a fait des recherches sur toi et qu’il semble désespéré à te connaître. Tu bois une gorgée de ton latte, tenant cette dernière entre tes doigts ce qui les réchauffe un peu de ce temps frisquet, du moins le matin.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: demain dès l'aube. ☆ (loumens) 11/4/2017, 22:32



demain dès l'aube

clemens ☆ loup

Ce n’était pas dans mes habitudes de m’apitoyer sur mon sort. Ni même de jouer la pseudo victime. En fait, je n’avais pas l’habitude d’être faible. Je n’étais plus un faible. Ce sentiment était dévastateur. Premièrement, parce que cela me rappelait de mauvais souvenirs, tant d’années à souffrir d’un certain complexe d’infériorité. Une confiance en soi totalement invisible. Secondement, parce que si je me sentais faible, c’était qu’il ne m’était pas indifférent. S’il me faisait ressentir cette émotion, ce n’était pas bon signe. J’aurais très bien pu fuir, ou à la limite, le remettre dans mon lit une seconde fois, avant de déguerpir. L’effacer de ma mémoire. Non. Je me jetai dans la gueule du loup. Votre conversation, ou tout du moins, les bribes de celle-ci, était singulière et inhabituelle. De longs silences, mais ce n’était pas pesant. C’était simplement, unique. Clemens regardait au sol, tout au long de votre petit chemin. Comme s’il ne voulait pas croiser ton regard. Et si j’avais peur ? C’était certain. Une partie de jambes en l’air. Voilà où était notre relation. Entre guillemets. Après tout, c’état un très bon coup. Son rire sifflait dans mes oreilles. Mes lèvres se fendirent pour laisser échapper un son, une parole, mais rien ne sortit. Tant pis. Je n’étais qu’un plan cul. Ce n’était pas grave. D’ailleurs, il ne semblait pas avoir mal pris ma remarque sur le fait d’avoir stalké son existence. Sans que je ne m’y attende, ses lèvres s’approchèrent de mon oreille, venant l’effleurer, libérant en moi un frisson aussi glacial que bouillant. En réalité, j’aurais pu passer de longues minutes à lui démontrer par a plus b que son corps était divin, et qu’il s’en servait à merveille. Je me tus. Complètement impuissant face à la situation. Le serveur nous interrompt, nous demandant ce que nous souhaitions consommer. Clemens choisit sa boisson, tandis que je répliquai. « Un chocolat viennois s’il vous plait. Et ce sera Loup, comme l’animal, oui. » J’étais obligé de préciser, la majorité des gens oubliaient sinon la dernière lettre de mon prénom. Il m’arrivait de m’énerver à cause de cela, mais ce jour là, c’était différent. Nous prîmes place au fond du café, près d’une grande baie donnant sur l’extérieur. Mon regard se perdait littéralement vers l’horizon, lorsque la voix du beau métissé vint me sortir de mes rêves. Une chance. Le mot avait été particulièrement bien choisi. Je secouai la tête de gauche à droite, comme pour chasser les mauvais esprits. « C’est comme tu veux, je ne veux pas te forcer. » dis-je en haussant les épaules. Je devais me ressaisir. Enfin, c’est ce que je pensais au fond de mon être. Un doux rire s’échappa d’entre mes lèvres, comme pour rompre le petit silence qui s’installait. « Déjà, je tenais à m’excuser, d’une, d’avoir repris contact alors qu’on ne devait que coucher ensemble, de deux, d’avoir été chercher des informations sur toi, et de trois, d’être venu te déranger sur ton lieu de travail. » avouai-je avant de passer ma main dans mes cheveux, remettant en place ce sacré méli-mélo. « Loup, 26 ans, originaire de Nice, travaillant dans la finance. » finis-je par dire en riant de ma bêtise. « Bientôt on va croire qu’on fait un entretien d’embauche ou même un speed-dating. » Plus détendu, je vins porter à ma bouche la boisson chaud, me délectant du divin nectar. « Mis à part le fait que tu fasses divinement bien l’amour, tu fais quoi dans la vie ? » questionnai-je. Évidemment, j’avais compris qu’il gérant un magasin de jeux-vidéos, mais en soi, Google ne donnait pas plus d’informations que cela. Une nouvelle chance. Une aubaine. Une délivrance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: demain dès l'aube. ☆ (loumens) 11/4/2017, 23:58


demain dès l'aube
Loup & Clemens

Sur le coup tu penses que ça y est, il va partir, il va fuir, car t’as dit la vérité. T’as lâchement dit qu’il n’était plan cul, un coup d’un soir et que normalement vous n’auriez pas dû vous revoir. Mais heureusement pour toi tu sembles le faire rire, le faire sourire et rien que ça, ça te fait déjà plaisir, car même avec ton colocataire t’as parfois l’impression de le faire chier, d’être un connard de première et t’en passes. Du coup quand tu lui dis qu’il est beau et qu’il fait l’amour aussi bien que tu ne le fais, tu souris en coin fasse à son malaise. Toi sadique ? Non, du tout  T’aimes juste mettre les gens mal à l’aise, c’est tout. Tu souris quand il précise que son prénom se prononce comme l’animal et finalement tu paies le tout et pars t’installer dans le fond, les baies vitrées étant ton péché mignon dans ce genre d’endroit, comme dans un restaurant ou un bar. Tu laisses un petit silence s’installer et tu finis par lui proposer d’apprendre à vous connaître. Après tout, autant démarrer quelque part. Puis il s’excuse, encore, sur le fait d’avoir repris contact, d’avoir cherché des informations sur toi et d’être venu au Game Over. « Arrête de t’excuser. Ça m’a fait bizarre, car personne n’était revenu après une soirée en ma compagnie, mais j’aime bien qu’on me désobéisse parfois. » dis-tu dans un petit rire. Puis, alors que tu bois ton double latte, il se présente et tu finis par en faire de même. « Clemens, 23 ans, originaires d’Afrique du Sud, en colocation. » Tu ris alors que très vite tu reprends ta boisson et que tu en bois une énième gorgée. Tu ris de nouveau quand il te dit que tout ça ressemble à un entretien ou encore un speed-dating. « Si c’en était un, on a sauté tout ça pour passer à la partie fun la dernière fois, alors. » Bah oui, vous avez déjà couchés ensembles avant de vous connaître, du coup le speed-dating coule à l’eau. Tu joues avec ta boisson quand il s’intéresse à ta vie, au fait que tu fasses l’amour de manière divine, mais surtout de ce que tu fais d’autre quand tu n’es pas dans un lit à dominer une personne. « Arrête de me flatter, je vais croire que t’as envie de moi. Genre tout de suite. » Tu joues de tes sourcils en souriant en coin. Puis très vite tu reprends. « Je suis gérant et vendeur au Game Over. Je travaille en partenariat avec mon colocataire slash ami d’enfance slash meilleur ami aka. Gatien, que tu as aperçu rapidement avant de venir ici. » Tu bois une nouvelle gorgée de ton café puis tu demandes. « Du coup t’es célibataire, si tu veux remettre le couvert ? Jamais eu personne dans ta vie ? Personne que tu voudrais avoir dans l’immédiat ? »
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: demain dès l'aube. ☆ (loumens) 13/4/2017, 00:07



demain dès l'aube

clemens ☆ loup

Il me faisait étrangement sentir bien. Tout simplement. Bien que cela soit paradoxale. Effectivement, il prenait un malin plaisir à me mettre mal à l’aise, à me pousser dans mes retranchements. Il aimait me voir faiblir. Ce n’était pas malsain. Non. Puisqu’à chaque fois, il s’attardait sur ma personne, à me faire relever la pente. En réalité, il faisait tomber mes barrières. Il avait réussi. Après une nuit. C’était incroyable, et surtout effrayant. Enfin. Quand je comprends le fait qu’il allait payer la commande, je ne pus m’empêcher de laisser échapper un soupir satisfait. « Mauvais choix, tu vas encore m’avoir sur le dos, il faut que je paye ma dette maintenant. » lâchai-je en souriant de façon amusée. En soi, s’il ne voulait pas me revoir, il allait tout simplement me jeter le moment venu. La conversation débuta par un rire. Lui désobéir ? Il ne fallait pas me le dire deux fois. « Je note, je te désobéirai alors. » répliquai-je en glissant un clin d’oeil digne des films à l’eau de rose. Oui, j’en ai vu plus d’un pour avoir la référence, certes. « Afrique du Sud. » murmurai-je pour moi même, ne sachant trop si Clemens allait m’entendre. Avec Charlie, mon défunt fiancé, on rêvait de faire le tour du monde et de découvrir ce pays, en vain. « Je rêverais d’y aller ! » lâchai-je à voix haute, comme pour me sortir de ses pensées négatives. Entre chaque paroles, je ne pouvais m’empêcher de boire, j’aimais le sucre, et les boissons de la sorte ne restaient jamais très longtemps pleines. Sa remarque sur le speed-dating me fit rire, et à en croire la situation, l’ambiance était devenue bien plus détendue dorénavant. « Après tout, on peut faire les choses dans le désordre, et recommencer. » Sans attendre, j’enchaînai sur la suite des tergiversations. « Ce serait tout sauf romantique de profiter de toi dans un simple café. » Le ton était à la rigolade, je ne pouvais dire si nous étions sérieux. Après tout, pourquoi réfléchir ? Je n’avais pas réfléchi en venant ici, et pourtant, le destin m’avait souris. La recette résidait peut-être dans la spontanéité. « Slash petit-ami ? » Je ne comprenais pas trop ce que je faisais. Il se pourrait que ses mots aient l’effet d’une bombe. Je ne devais pas réfléchir. Ou bien, je voulais simplement lui montrer que je pouvais moi aussi, jouer au même petit jeu que lui. Rien de vraiment méchant, juste une pointe de taquinerie. Et puis, c’était une jolie manière d’en apprendre un peu plus sur sa vie sentimentale. Je me mis à rire doucement, répondant à la suite de ses questions. « Je suis célibataire, et, j’ai déjà eu quelqu’un dans ma vie, ça a duré longtemps, enfin, pas assez. » glissai-je entre mes lèvres, l’air presque maussade avant de me ressaisir.  « Enfin, cela te ferait bien trop plaisir que je dise que je te veuille toi, dans l’immédiat. » affirmai-je avec un sourire malin. « Mais c’est peut-être vrai, qui sait. » Qui sait. Je ne pouvais l’expliquer en vérité. Voilà tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: demain dès l'aube. ☆ (loumens) 16/4/2017, 14:27


demain dès l'aube
Loup & Clemens

Autant lui dire tout de suite que tu n’as pas l’habitude de revoir tes conquêtes, bah oui, tu ne veux pas non plus lui donner de faux espoirs quoi. Il te dit alors qu’il te désobéira et ça te fait rire, un peu trop même, mais tu t’en fou un peu, car après tout il n’a pas l’air méchant et puis un peu d’amis dans ta vie ne te ferait pas de mal, au contraire, donc autant le laisser entrer plutôt que dehors, tu peux être sympa quand tu le veux, au fond. Tu te présentes alors, autant démarrer par là pour vous connaitre, non ? Et tu souris quand il te lâche rêver d’aller en Afrique du Sud. Toi t’es parti de là-bas, car tu ne t’y sentais plus à ta place, car tu n’avais plus rien qui vous retenez (toi et tes frangins), mais c’est vrai que c’était une bonne partie de vie, du moins les paysages étaient intéressants et incroyablement enrichissants. « C’est vraiment beau là-bas, j’espère que tu pourras y aller un de ces quatre. » lui dis-tu dans un hochement de tête alors que tu bois une petite gorgée de ta boisson, le regard perdu dans les prunelles du brun face à toi. Tu lui dis même que le speed dating n’était pas très concluant et que la dernière fois vous étiez passés directement à la fin, la partie sexe. Puis tu lui dis d’arrêter de te flatter, car tu pourrais penser que là, tout de suite, dans l’immédiat, il ait envie de toi et sa remarque te fait rire. Il est adorable dans le fond. « Car tu penses que je fais dans le romantisme et tout ce qui s’en suit, toi ? » demandes-tu dans un rire que tu caches dans ta boisson. Tu en bois une énième gorgée avant de secouer la tête quand tu parles de Gatien. « Non ce n’est pas mon petit-ami. Je ne fais pas dans le petit-ami. Je suis bien mieux seul, les relations ? Trop peu pour moi. » souffles-tu alors que tu bois la dernière gorgée de ta boisson et que tu te concentres sur les aveux du plus vieux. « Je suis désolé. Les séparations, c’est toujours difficile. » Enfin, d’après ce que tu avais pu voir vis-à-vis de ta soi-disant mère ou encore ta grande sœur. Tu reprends ton petit sourire taquin alors qu’il t’avoue que ça te ferait plaisir de l’entendre dire qu’il a envie de toi. « Bien sûr. J’aime me savoir désirer. Mais je pourrais très rapidement te rendre accroc alors ce n’est peut-être pas le meilleur plan… » souffles-tu alors que tu te redresses, venant t’installer aux côtés du consultant et que tu prends son visage entre tes doigts, venant avec lenteur embrasser ses lèvres puis comme un voleur tu repars en face de lui, le sourire aux lèvres. « Mais ce ne serait pas raisonnable. Tu veux un nouveau café ? » demandes-tu puisque le tien est vide et que tu comptes aller t’en prendre un nouveau.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: demain dès l'aube. ☆ (loumens) 16/4/2017, 18:19



demain dès l'aube

clemens ☆ loup

Vous parliez de tout, mais aussi de rien. Des sujets plus ou moins sensibles. C’était le risque. Qui sait. Peut-être que le fait de parler de son pays d’origine allait le braquer, le brusquer. Pourtant, nous tentions. Nous essayions, et nous avions au moins ce mérite. Tout ne tenait qu’à un fil. Un pas de trop, et il pouvait partir. Une faiblesse en plus, et je déguerpissais.  « Je n’en doute pas. » répondis-je faiblement. Nos regards ne se lâchaient pas, et pourtant, ce n’était pas gênant. Les gens disent que l’on peut sonder l’âme à travers les yeux. Pourtant, ce ne fut pas le cas pour Clemens. Une forteresse. Bien qu’il ait de beaux yeux, je ne pouvais absolument rien sonder. Une énigme personnifiée. Un être mystérieux, ce qui ne faisait qu’amplifier son charme. Enfin, le romantisme ne semblait pas faire partie de ses principales préoccupations. Peut-être jouait-il les insensibles ? Ou peut-être pas ? Impossible à dire. « Tu m’intrigues, tu sais ? » lâchai-je sans vraiment savoir s’il s’agissait d’une véritable question ou non. Je ne savais plus. Je déglutis légèrement. Au moins, j’étais fixé, monsieur était du genre à coucher à droite et à gauche sans jamais se poser. Espérons seulement qu’il n’ait pas ressenti la pointe de déception. Je ne me comprenais plus, je ne me contrôlais plus. Je ne répondis pas au sujet des ruptures, je ne voulais pas gâcher ce rendez-vous en parlant de Charlie, et ce n’était certainement pas un sujet intéressant. Pour lui, en tout cas. C’était un joueur, un vrai. Il ne faisait pas dans la demi-mesure, loin de là. Se laisser désirer ? Comme si je n’avais pas remarqué. Son sourire le trahissait, dès que je le complimentais quelque peu. Bizarrement, je trouvais cela presque mignon. Heureusement que Clemens ne pouvait pas lire dans mes pensées, sinon il allait me traiter comme un romantique déluré. Ce qui était sûrement vrai, au fond. « On ne me rend pas accro en quelques.. » Je n’eus pas le temps de finir ma phrase. Ses doigts vinrent se refermer sur mon visage. Ses lèvres s’attaquèrent aux miennes en un rien de temps. Mes paupières, closes. Je profitais de ce faible instant, jusqu’à ce qu’il reprenne sa place. Je ne dis rien. Je me levai de mon siège, et partis en direction de la caisse. Heureusement, il n’y avait personne. Je commandai un double latte pour Clemens, et je pris un muffin chocolat. Maintenant, nous étions quitte. Enfin, presque. Je revenais quelques secondes plus tard, déposant sa boisson face à lui, et la gourmandise au centre de la table. « Sers-toi, ça me fait plaisir ! » continuai-je en souriant légèrement. Je ne savais quoi penser. Toute cette histoire me faisait perdre la tête. Je sortis de ma poche un morceau de papier, sur lequel j’inscrivis les mots « rejoins-moi » ainsi que mon numéro de téléphone un peu plus bas. Je rentrais dans son jeu. Je ne pris pas place en face de lui. Je laissai le papier à côté de sa boisson, et partis en direction des toilettes des hommes. Plusieurs choix s’offraient à lui. J’espérais simplement qu’il me rejoigne dans les toilettes, et qu’il garde précieusement mon numéro pour une prochaine fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: demain dès l'aube. ☆ (loumens) 23/4/2017, 23:17

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: demain dès l'aube. ☆ (loumens) 6/5/2017, 22:47



demain dès l'aube

clemens ☆ loup

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: demain dès l'aube. ☆ (loumens) 11/5/2017, 17:59

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: demain dès l'aube. ☆ (loumens)

Revenir en haut Aller en bas

demain dès l'aube. ☆ (loumens)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Demain, dès l'aube...
» Demain dès l'aube [Ft Meruva]
» "Demain dès l'aube" (21/05; 06H17)
» Demain dès l'aube
» Demain dès l'aube...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE :: Rps-
LES RPS LIBRES

then a hero comes along / zafira beaumont.
(voir le sujet)