Partagez|

Gardons le sourire, même durant les coups durs. | Ft. Thael.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : Scarlett Leithold. ♥

CRÉDITS : killer from a gang

PSEUDO : Spera.


MessageSujet: Gardons le sourire, même durant les coups durs. | Ft. Thael. 20/4/2017, 20:23

Gardons le sourire, même durant les coups durs.
Thael & Abeille
Ah ! S'il en est un dans les cieux qui ait jamais veillé sur toi, que devient-il en ce moment ? Il est assis devant un orgue ; ses ailes sont à demi ouvertes, ses mains étendues sur le clavier d'ivoire ; il commence un hymne éternel, l'hymne d'amour et d'immortel oubli.

La flemme, un mot si simple et pourtant... On aimerait tellement ne pas à avoir affaire, pourtant, c'est le cas pour moi en ce moment. Je suis dans une mauvaise passe et je laisse mes émotions prendre le dessus. Une semaine, une foutue semaine que je ne vais plus en cours ni même au boulot. Mon téléphone en mode silencieux et vérifiant de temps à autre si je ne reçois pas de message important, sinon, je ne donne peu de nouvelles à mon entourage. Ma meilleure amie a tout tenté pour me faire remonter la pente, mais, en vain. Je n'y arrive pas, je me rends misérable, tout seul, pour des raisons futiles selon ma meilleure amie. Je lâche un long soupire en la sentant me pousser une énième fois en me fusillant du regard. « - Tu vas rester combien de temps planqué dans ta chambre, Abeille ?! » Je la toise du coin de l'œil pour voir ou elle veut en venir avant de soupirer à mon tour, c'est donc parti pour une deuxième tourner de moral. « - Fiche moi la paix, je ne suis pas d'humeur. » En voyant son regard, je devine sa réponse à dix kilomètres à la longue ou que je me redresse d'une traitre pour lui faire face et de sourire doucement. « - C'est ta réponse de tous les jours, change un peu de disquette, Belle. Arrête de te laisser bouffé par tes émotions, je pensais que tu avais tiré un trait sur Lydia. » C'est le cas, c'était le cas. Je ne ressens plus de sentiments amoureux envers elle, seulement, la voir est toujours aussi difficile et surtout quand elle te colle au cul pour une discussion que tu souhaites éviter à tout prix. « - J'ai appelé mon patron, je reprends demain soir le service. Je vais bien et tu le sais aussi bien que moi. » Forte, j'ai toujours tendance à dire que tout va bien à mon entourage pour ne pas les inquiéter. Elle finit par quitter la pièce furieuse de m'entendre mentir sans cesse depuis les jours derniers, je finis par aller, me doucher et enfiler un jean et une chemise blanche. Je me sape de façon très simple pour la simple raison que je vais encore passé la soirée chez Thael. Thael, un jeune homme plus vieux que moi d'un ou deux ans, pas plus. C'est devenu rapidement comme un frère à qui je peux tout dire, mais, c'est pareil, je ne parle pas trop de mes soucis. Je n'aime pas le mélodrame et encore être la cible de l'histoire, rien de mieux que d'avoir le sourire aux lèvres et de vivre la vie à pleines dents, n'est-ce pas ? Je prends ma voiture pour m'y rendre, car ce n'est pas la porte voisine, la route fut assez fluide et j'y arrive en même pas vingt minutes étant donné que je me suis arrêté dans une pizzeria ou que j'ai pris le repas et les boissons pour la soirée. Je n'aime pas venir les mains libres, et cela, même si je sais que je n'aurai pas forcément de remarque. Voiture gardée dans une rue parallèle, je toque à la porte avant d'entrer sans attendre ta venue. C'est comme chez-moi après tout, c'est ma deuxième demeure. Tu es le frère que j'aurais tant aimé avoir, car, je me sens en sécurité avec toi et non rejeté. Je t'avais vaguement parlé de mes soucis et du fait que j'avais un demi-frère que je souhaite apprendre à le connaître, tu sais la plupart des choses importantes de ma vie. « - Tu es ou, gros ? » Fis-je en enlevant mes chaussures et embarquant ta paire de chaussons, au calme. Je pose le tout sur la table de la cuisine en me mettant à l'aise, ce qui veut dire que j'enlève ma veste que je pose sur la chaise et me sers un verre de jus en traînant dans la maison à la recherche de ta personne. Je finis par ouvrir la chambre de ta chambre et te vois dans ton lit ou que je souris légèrement. « - Tu m'as mis un vent phénoménal, que dois-je en déduire. Que tu ne m'as pas entendu ou tu as fait semblant de ne pas m'entendre ? » Sifflais-je en posant les mains sur les hanches en te toisant avant de venir me poser près de toi ou que je t'embrasse la joue pour te saluer. Tu savais que je n'avais pas étais en cours ni même était au boulot, seulement, tu n'avais pas remis le sujet sur tapis, mais.. Cela fait une semaine que j'ai arrêté les cours. « - Je reprends le boulot demain, je pense aussi retourner en cours au matin. » Peut-être que ce n'est qu'un mensonge comme les autres jours, la flemme m'emporte. Il faut que je me reprenne et rapidement, surtout que j'ai mes examens dans peu de temps.
Made by Neon Demon


the queen
her knight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : nicolas simoes

CRÉDITS : Morrigan

PSEUDO : leia


MessageSujet: Re: Gardons le sourire, même durant les coups durs. | Ft. Thael. 24/4/2017, 04:38



gardons le sourire, même durant les coups durs

thael & abeille


journée habituelle et peu transcendante. il s’était levé à 7h30 après avoir repoussé son réveil à plusieurs reprises. à 8h15, il était sorti de chez lui et s’est arrêté pour prendre un expresso au bar, à quelques pas du métro. il avait salué Marcel, le serveur un peu cynique qui avait toujours une histoire à raconter pour le faire rire. ce matin là, il lui avait raconté comment, la veille, un client un peu éméché avait tenté avec insistance et en vain d’obtenir le numéro de Julia, une habituée convoitée du bistrot. Des potins futiles de quartier certes mais chaque matin, thael aimait les entendre. ainsi, il avait le sentiment d’y appartenir, à ce quartier. Après quelques minutes de conversation, il souhaita une bonne journée à Marcel et disparut dans la bouche de métro la plus proche. à 9h pile, il avait allumé sa première clope de la journée, à quelques mètres de l’entrée de Sciences Po, juste avant son premier cours. il avait eu un cours de gestion de fortune, un autre de sociologie des marchés financiers ou encore de stratégie et de management d’entreprises en difficulté. des matières qui ne l’intéressaient guère en réalité mais qu’il suivait parce qu’il fallait bien qu’il fasse quelque chose de sa vie. Et puis c’était sa dernière année, les études seraient bientôt de l’histoire ancienne pour lui. 15h, heure de la délivrance. Dans le métro, sur le chemin du retour, il sentit son téléphone vibrer. 1 nouveau sms. Je viens squatter ce soir. il n’avait pas besoin de regarder le nom de l’interlocuteur pour savoir qui s’était. il n’y avait qu’Abeille pour s’inviter chez lui avec aussi peu de gêne. ça ne le dérangeait pas, Thael. Abeille était la petite sœur qu’il n’avait jamais eu, sa Queen Bee comme il avait l’habitude de dire. ils s’étaient rencontrés peu de temps après l’arrivée de Thael à Paris et, très vite, la jeune femme était devenue un repère pour lui. thael n’était pas du genre à s’attacher et s’accrocher rapidement aux gens mais la douceur et la sincérité d’abeille avait eu raison de lui. il lui répondit brièvement qu’il rentrait chez lui et  qu’elle pouvait passer quand elle voulait.

il détestait la solitude. écouteurs aux oreilles, il attendait abeille allongé sur son lit, tentant tant bien que mal de chasser l’ennui. pensif, il réalisa que ça faisait un bon moment qu’il n’avait pas vu abeille ou même ne s’était confié à elle. thael ne se confiait pas souvent. dévoiler ses sentiments n’était pas forcément son truc parce qu’avoir des amis en qui il avait 100% confiance était encore une chose nouvelle pour lui. puis, il aimait cette image qu’il renvoyait, celle de ce mec charismatique et sûr de lui, insensible sur les bords et je m’en foutiste. pour lui, s’ouvrir était souvent synonyme de vulnérabilité. Alors évidemment, il ne réservait ce privilège qu’à très peu de personnes. « - Tu m'as mis un vent phénoménal, que dois-je en déduire. Que tu ne m'as pas entendu ou tu as fait semblant de ne pas m'entendre ? » il eut à peine le temps de retirer ses écouteurs qu’abeille était déjà sur son lit à lui faire un bisou sur la joue. Il en profita pour l’attraper par le cou et l’attirer contre lui, comme il faisait souvent. « bee, voyons ! j’étais dans la lune, comme d’habitude » dit-il avant de lui faire un bisou sur le front. ça faisait un moment qu’il ne l’avait pas vu mais il la connaissait trop bien pour savoir qu’elle n’était pas au top de sa forme. s’il le savait, c’était en grande partie parce qu’ils fonctionnaient pareil. ils avaient tous deux beaucoup de difficulté à se confier. « - Je reprends le boulot demain, je pense aussi retourner en cours au matin. » l’informa t-elle d’une petite voix. il n’aimait pas la voir comme ça. ils n’avaient pas de lien de parenté tous les deux mais abeille l’avait vraiment touché. « t’as intérêt sinon je t’assure que je t’y emmène de force et tu sais très bien que je le ferais » répondit-il en lui pinçant la joue. un petit sourire se forma sur le visage de la jeune fille. ils restèrent enlacés quelques minutes avant que thael ne reprenne la parole : « tu sais que tu peux me parler quand tu veux, hein bee ? parce que si j'apprends que ça ne va pas, je serais très vexé et tu passeras très certainement un sale quart d'heure ». il n’avait pas envie de lui demander pourquoi elle avait une baisse de morale parce qu’il savait qu’elle lui parlerait naturellement. après tout, c’était comme ça qu’il fonctionnait lui aussi.






l'as de trèfle qui pique ton coeur



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : Scarlett Leithold. ♥

CRÉDITS : killer from a gang

PSEUDO : Spera.


MessageSujet: Re: Gardons le sourire, même durant les coups durs. | Ft. Thael. 24/4/2017, 19:28

Gardons le sourire, même durant les coups durs.
Thael & Abeille
Ah ! S'il en est un dans les cieux qui ait jamais veillé sur toi, que devient-il en ce moment ? Il est assis devant un orgue ; ses ailes sont à demi ouvertes, ses mains étendues sur le clavier d'ivoire ; il commence un hymne éternel, l'hymne d'amour et d'immortel oubli.

Thael et moi avons une relation assez unique, une relation très stable et d'une très belle sincérité entre nous. Une relation sans retenue ou qu'on sait très bien qu'on peut tout dire et tout faire sans avoir honte de pensé à mal. Entre lui et moi, il n'y aucune ambiguïté et cela depuis le début. Notre première rencontre date depuis un long moment, il était perdu dans la capital et comme je suis du coin, je me suis proposé à être son guide. Nous avons finis par nous voir régulièrement finissant par être inséparable et cela dans les bons et mauvais moments. Nous sommes très semblables dans la façon de se comporter, nous avons beaucoup de mal à se confier sans tabou. Seulement, avec lui c'est différent, c'est naturelle quand je lui parle de mes soucis même ceux que ma propre meilleure amie ne sait pas. Mes problèmes de famille en l'occurrence, tu es aussi au courant de ce que j'ai pu vivre, bien que pas tout en fond en comble. Le cauchemar que j'ai pu vivre, puis surtout le rejet que je ressens. Un sentiment d'abandon m'envahit depuis l'enfance, j'ai donc toujours cette peur de m'attacher aux autres de peur de finir seule par la suite. Mais, près de toi, je me sens en sécurité et je ne sais même pas la raison. Quel est le déclencheur qui nous à unis ainsi ? Le destin, surement. Un très beau destin, une très belle rencontre, mais, toujours cette peur au fond de moi que tu finisses par m'abandonner. Un sentiment que je ne garde que pour moi. (…) Je m'étais mise à mon aise en embrassant ta joue, je n'ai pas le temps de m'allonger comme j'en ai envie que je sens ta main se poser sur ma nuque. Un rituel habituel entre nous pour que tu embrasses mon front, un sourire se forme sur mon visage. Simple contact, mais, rassurant pour moi surtout en ce moment.  « bee, voyons ! j’étais dans la lune, comme d’habitude » Disais-tu ou que je lève les yeux vers ta personne avant de sourire un peu plus, c'était pas faux comme réflexion. Chaque fois que je viens squatter ta maison, tu es distrait ou absorbé par quelque chose. « - Ca va devenir une mauvaise habitude, Pumba. » C'était mon surnom que je te donnais, dès la première fois que je t'ai baptisé, cela est resté et je n'hésite pas à le dire dehors, en publique. Lâchant un long soupire, je pose une main sur ton torse en gardant le regard figé sur ta personne. « t’as intérêt sinon je t’assure que je t’y emmène de force et tu sais très bien que je le ferais » Je souris doucement en te sentant me tirer la joue doucement, c'est pour cela que j'aime être en ta compagnie, c'est que tu n'hésite pas à me dire quand je foire sans pour autant me juger. Tu as toujours été un homme de parole, donc, je sais très bien que tu es capable de tout. « - J'ai la flemme, j'ai perdu l'inspiration pour toi, pour le dessin, la danse et tout le reste. Même le boulot, je n'ai plus envie. Mais, faut bien que je me reprennes en main, n'est-ce pas ? » Ce n'était pas particulièrement une question, mais, une confirmation que je me faisais à moi-même. « tu sais que tu peux me parler quand tu veux, hein bee ? parce que si j'apprends que ça ne va pas, je serais très vexé et tu passeras très certainement un sale quart d'heure » Mon regard se baisse instinctivement, en sachant que tu avais deviné que je n'allais pas très bien ces temps-ci. Je sais que je peux parler ouvertement, mais, c'est compliqué. Je me complique les choses sans raisons et je sais que c'est très débile. Tu as tendance à me passer un savon quand je garde trop les choses en moi, mais, la chose que j'apprécie. C'est que tu ne me forces absolument à parler si je n'ai pas l'envie. Tu attends que je sois prête à le faire de moi-même, je soupire doucement en posant le visage sur ton visage en faisant des cercles sur ton torse du bout des doigts. « - Je n'ai pas le moral, Thael. Je l'ai perdu depuis quelque temps, je ne fais plus rien sérieusement.. Ca m'énerve vachement car c'est pas grand-chose au fond. Rien de grave si on peut ainsi. » Je laisse un silence s'installer, un silence serein. « - Je ne sais pas si je t'avais parlé de Lydia. Je pense que oui, c'est mon ex. Une ex que j'aurais préférée oublier. » Dis-je amèrement en continuant les mouvements sur ton torse avant de continuer tranquillement. «- Celle qui était seulement avec moi suite à un défi et qu'au bout d'un an et demi, je l'ai vu au pieu avec un mec dans notre appartement. Je l'ai revu au bar que je bosse, elle est venue me voir. Ca ma perturbé, pas dans le sens que j'ai encore des sentiments. Je ne ressens plus rien pour elle, vraiment. » Je me mords la lèvre, c'était la simple vérité, je n'avais plus aucun sentiment envers elle. « - Mais, la voir me fais toujours aussi mal sans savoir pourquoi. » Finissais-je par avouer en fermant les yeux un instant, je n'ai pas l'envie de pleurer, juste me reposer.  
Made by Neon Demon


the queen
her knight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : nicolas simoes

CRÉDITS : Morrigan

PSEUDO : leia


MessageSujet: Re: Gardons le sourire, même durant les coups durs. | Ft. Thael. 10/5/2017, 23:29



gardons le sourire, même durant les coups durs

thael & abeille


fraternelle et platonique. c’est ainsi que thael définissait sa relation avec Abeille. C’était une très jolie fille mais, aussi surprenant soit-il, thael n’avait jamais eu d’arrières pensées à son égard. elle était trop sincère, trop pure. c’était le genre de fille qu’il voulait préserver et non pas briser avec sa personnalité atypique. non, pour Abeille, il avait plutôt tout de suite ressenti l’envie de la protéger de ce monde hostile qui ne lui avait pas souvent facilité la vie. alors il s’était glissé dans la peau du grand frère, fier de pouvoir enfin assumer ce rôle. Et de, pour une fois, penser à quelqu’un d’autre que lui. « - J'ai la flemme, j'ai perdu l'inspiration pour toi, pour le dessin, la danse et tout le reste. Même le boulot, je n'ai plus envie. Mais, faut bien que je me reprennes en main, n'est-ce pas ? » il la regardait attentivement, fronçant les sourcils. En temps normal, il aurait fait quelque chose de spontané comme se lever et sauter sur le lit pour la secouer, ne serait-ce que physiquement. là, il voyait très bien que sa bee avait le moral à zéro et ça l’attristait. « - Je n'ai pas le moral, Thael. Je l'ai perdu depuis quelque temps, je ne fais plus rien sérieusement.. Ca m'énerve vachement car c'est pas grand-chose au fond. Rien de grave si on peut ainsi. » maintenant, il culpabilisait. il savait qu’il n’y était pour rien dans ce petit coup de mou mais il s’en voulait pour son égoïsme. En effet, s’il avait passé moins de temps à penser à lui et à draguer tout Paris, il aurait certainement remarqué que l’une des personnes qu’il appréciait le plus au monde se trouvait au fond du seau. « je suis désolé bee, j’ai l’impression de ne pas avoir été assez présent pour toi. » dit-il, en jouant tendrement avec ses cheveux. « mais je veux que tu me promettes de me le dire quand ça ne va pas. tu sais que tu peux me parler quand tu veux, à n’importe quel moment. » il scrutait son regard, la forçant ainsi à s’ouvrir à lui. « - Je ne sais pas si je t'avais parlé de Lydia. Je pense que oui, c'est mon ex. Une ex que j'aurais préférée oublier. » elle lui avait déjà parlé de cette ex qui s’était jouée d’elle. pourtant, les seules fois où elle l’avait fait, c’était avec beaucoup de détachement et de fierté. aujourd’hui, elle semblait vulnérable et dévastée par cette rencontre inattendue. elle ne ressentait plus rien pour elle mais la voir lui avait fait du mal, avait-elle confié en fermant les yeux. thael la regardait, ne sachant par où commencer. il était mal placé pour donner des conseils en amour. il avait plus l’habitude de fuir les filles qui l’aimaient plutôt que de les aimer en retour. il était difficile en amour. parce qu’il était en un grand romantique dans l’âme, même si cela ne semblait pas lui ressembler. il préférait enchaîner les conquêtes plutôt que de se lancer dans une relation de longue durée plate alors que lui recherchait la fougue, ce genre d’amour qui vous prend aux tripes et vous donne autant le tournis que les montagnes russes. alors, il la conseilla du mieux qu’il pouvait. « elle ne mérite pas que tu penses à elle, ni que tu sois mal pour elle. elle ne te méritait pas bee. je sais, c’est bateau de dire ça mais elle ne sait pas ce qu’elle a perdu. » il se leva alors, surprenant abeille qui était confortablement nichée contre lui. Il se mit à la tirer par le bras pour qu’elle se lève aussi, récoltant quelques plaintes de sa part. « allez viens bee, hors de question que tu passes la soirée à broyer du noir pour une nana qui n’en vaut pas la peine ! » une fois debout, il se mit à la guider vers la cuisine et la somma de s’asseoir sur un des tabourets du bar. « prends tes aises chérie, ce soir je cuisine pour toi. » déclara t-il, plutôt fier de lui. il était très bon cuisinier et il savait qu’il arriverait à lui redonner le sourire une fois qu’elle serait face à un bon plat maison.






l'as de trèfle qui pique ton coeur



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : Scarlett Leithold. ♥

CRÉDITS : killer from a gang

PSEUDO : Spera.


MessageSujet: Re: Gardons le sourire, même durant les coups durs. | Ft. Thael. 19/5/2017, 23:46

Gardons le sourire, même durant les coups durs.
Thael & Abeille
Ah ! S'il en est un dans les cieux qui ait jamais veillé sur toi, que devient-il en ce moment ? Il est assis devant un orgue ; ses ailes sont à demi ouvertes, ses mains étendues sur le clavier d'ivoire ; il commence un hymne éternel, l'hymne d'amour et d'immortel oubli.

« Je suis désolé bee, j’ai l’impression de ne pas avoir été assez présent pour toi. » Je plisse donc des yeux à tes paroles avant de plonger mon regard dans le tien pour voir ta réaction. Je lis de la peine sur ton visage et je n'aime pas trop cela, à vrai dire. Tu n'es pas en faute et pourtant, tu t'en excuses ? Pourquoi ? Je finis par te pincer doucement l'une de tes joues comme j'ai si l'habitude de faire avant de sourire finement. « - Arrête de t'excuser alors que tu n'es pas en faute, tu es toujours présent pour moi. Tu ne t'en rends peut-être pas compte, mais, c'est le cas. » Chose totalement vraie, tu as toujours été présent pour moi dans les mauvais comme les bons moments. Posant alors mon visage sur ton épaule, je fixe le mur en face de moi en posant une main sur ton torse pour garder un contact avec toi. Sans ambiguïté, je n'ai jamais ressenti un amour de ce sens de ce côté-là, et même si tu es un beau garçon. Je ressens une affection familière, comme un grand frère. « Mais je veux que tu me promettes de me le dire quand ça ne va pas. Tu sais que tu peux me parler quand tu veux, à n’importe quel moment. » Je hausse alors le visage suite à tes paroles, je ferais de mon mieux pour pouvoir parler ouvertement. Je n'aime pas trop embêter le monde avec mes soucis, chacun a ses propres soucis pour en rajouter une couche. « - Je te le promet, je te dirais tout. Vraiment. » Je marque donc une pause en levant le regard vers ta personne. « - Si, tu me promet d'en faire de même ? Tu sais que tu peux tout me dire également, hm ? » C'était dans les deux sens que ça fonctionne, je n'aime pas quand c'est à sens unique. Je veux aussi que tu t'ouvres à moi, chose que tu fais quand tu ne vas pas bien. Seulement, j'ai parfois l'impression que tu me caches pas mal de chose. J'arriverais à te sortir les verres du nez, tu ne t'en sortiras pas comme cela. Après t'avoir avoué ma mésaventure du week-end avec mon ex, je lâche un long soupire. On dirait qu'un poids sur mes épaules s'évapore doucement, surement le fait d'en discuter. « Elle ne mérite pas que tu penses à elle, ni que tu sois mal pour elle. Elle ne te méritait pas bee. Je sais, c’est bateau de dire ça, mais elle ne sait pas ce qu’elle a perdu. » Tu avais certainement raison, je ne devrais pas m'y faire, mais, c'est plus fort que moi. Tu savais que j'étais bisexuelle et jamais, tu ne m'avais jugé. Certains sont plus ouverts d'esprits que d'autre, heureusement d'ailleurs. Toi comme moi avons limite peur de l'amour, nous la fuyons comme la peste. Contrairement à toi, je suis émotive et me laisse facilement berné par les belles paroles. « - Tu n'as pas tort, puis comme le dicton dis ci bien... Un de perdu, dix de retrouver. » Fis-je d'un air détaché en soupirant contre ton épaule en fermant un instant les yeux. Seulement, je ne m'attendais pas à ce que tu te lèves d'un bond en m'entraînant ou que je me plains dans la foulée. Je suis une râleuse de nature, rien de méchant. « Aller viens bee, hors de question que tu passes la soirée à broyer du noir pour une nana qui n’en vaut pas la peine ! » Je finis donc par te suivre sans avoir vraiment mon mot à dire. Tu nous guides vers la cuisine ou que tu m'nivites à m'asseoir sur un tabouret, chose que j'exécute sans rechigner. « Prends tes aises chéries, ce soir, je cuisine pour toi. » Je penche le visage sur le côté avant de sourire finement, tu étais bienveillant envers moi. Toujours présent dans les durs moments, toujours à essayer et faire de ton mieux pour me remonter le moral. Je finis par poser les mains sur le bar en te toisant avec le sourire aux lèvres. « - Tu sais que j'adore ta cuisine, en plus... Tu veux de l'aide ? » Je ne me voyais pas resté assise à te scruter tout faire. Ce n'est pas dans mes habitudes, c'est donc pour cette raison que je me lève en allant chercher des légumes au frigo pour les éplucher. Faire la cuisine à deux est toujours plus amusant. « - Tu nous prépares quoi ? Que je saches ce que je dois éplucher ou non. » Il ne faudrait pas que j'épluche n'importe quoi ou on risque par manger une poêlée de légume.  
Made by Neon Demon


the queen
her knight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : nicolas simoes

CRÉDITS : Morrigan

PSEUDO : leia


MessageSujet: Re: Gardons le sourire, même durant les coups durs. | Ft. Thael. 3/6/2017, 00:30



gardons le sourire, même durant les coups durs

thael & abeille


abeille te regarde, le sourire aux lèvres. au moins, tu as presque gagné ton pari du soir. c’est vrai, l’air morose qu’elle arpentait en entrant dans ta chambre commence peu à peu à quitter les traits de son visage. bien. tu ne cuisines que très peu pour les autres. à vrai dire, tu ne te soucies que très peu des autres. comment t’en vouloir, toute ta vie, l’attention n’a été portée que sur toi. c’est ainsi que tu as éduqué, aussi bien par tes parents que par tes différents préceptes. toi d’un côté et les autres de l’autre, ça a toujours été ainsi, te laissant croire – bien à tord – que tu comptais peut-être un peu plus. tu repenses à ton arrivée à Paris, à ce moment où pour la première fois de ta vie, tu t’es senti sur le même pied d’égalité que tout le monde. un mal pour un bien, ça t’a enfin permis de voir un peu plus loin que le bout de ton nez. « - Tu nous prépares quoi ? Que je saches ce que je dois éplucher ou non. » tu la regardais, presque à deux doigts de lui demander de se rasseoir sagement. la seule personne avec qui tu avais l’habitude de cuisiner était ta mère quand tu étais plus jeune et que vous aviez tous deux besoin de compagnie. se servant déjà sur les étagères du frigo, abeille avait bel et bien décidé d’être ton commis. « on va partir sur quelque chose de simple et efficace. un risotto aux champignons, ça te va ? » l’enthousiasme se lit sur son visage. de toute façon, tu es sûr de toi, tu es le roi des risottos. « tu peux t’occuper des oignons, pour commencer. » tu prends ton rôle de chef à cœur, au final ce n’est pas si mal de cuisiner avec quelqu’un. au contraire, ça te fait du bien de ne pas être seul chez toi. ça fait 6 ans que tu vis seul. ça a toujours été le deal avec tes parents. ta majorité a été synonyme de liberté. alors qu’ils s’installaient à Miami, toi tu as décidé de faire escale à Paris. pour une durée indéterminée. pourtant, nombreux sont encore ces instants où tu te demandes si la vie sédentaire est réellement faite pour toi. tu t’attelles à couper les champignons, jetant un coup d’œil à ton amie qui prend sa tâche très aux sérieux. « Fais attention à ne pas te couper les doigts, bee. » tu aimes la taquiner, tu sais qu’elle tombe toujours dans le piège. voilà qu’elle te tire la langue en réponse. au final, bee c’est un peu ta famille ici.« alors, quoi de neuf mis à part ce petit coup de mou ? », tu lui demandes, en commençant tranquillement ta préparation. « j’ai l’impression que ça fait une éternité qu’on ne s’est pas vus. » c’est vrai, vous n’aviez pas toujours les mêmes amis et ce n’était pas souvent que vous sortiez faire la fête ensemble. avec abeille, tu préfères passer tes soirées tranquillement, chez elle ou chez toi, à discuter de tout et de rien pendant des heures, à te confier parfois plus que tu ne le voudrais, à regarder des films. c’est votre routine à vous et tu aimes votre relation comme ça. « avec ta soeur, est-ce que ça s'arrange ? » tu sais que tu t’engages sur un terrain sinueux pourtant tu fais toujours l’effort de le lui demander. tu ne sais pas ce que c'est d'avoir un frère ou une soeur. bee t'a déjà parlé de sa soeur avec qui elle partage une relation chaotique pourtant tu n'arrives pas à visualiser. tu as du mal à comprendre qui pourrait en vouloir à une fille comme abeille. elle est la gentillesse et la douceur incarnée. tu allumes tes fourneaux, espérant que ton amie pourra témoigner d'une amélioration.






l'as de trèfle qui pique ton coeur



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : Scarlett Leithold. ♥

CRÉDITS : killer from a gang

PSEUDO : Spera.


MessageSujet: Re: Gardons le sourire, même durant les coups durs. | Ft. Thael. 3/6/2017, 17:55

Gardons le sourire, même durant les coups durs.
Thael & Abeille
Ah ! S'il en est un dans les cieux qui ait jamais veillé sur toi, que devient-il en ce moment ? Il est assis devant un orgue ; ses ailes sont à demi ouvertes, ses mains étendues sur le clavier d'ivoire ; il commence un hymne éternel, l'hymne d'amour et d'immortel oubli.

Je n'étais pas du tout du genre à rester bloquer sur une douleur ou une peine éternellement, une fois parler avec une personne de confiance m'aide à reprendre le dessus et d'aller de l'avant. C'est le cas en ta compagnie, tu le sais très bien à force de te le dire encore et toujours. Je n'ai jamais aimée resté à ne rien faire alors que la personne en face de moi prépare quelque chose, autant me sentir utile et proposer mon aide. Dans la situation actuelle, je m'impose directement en te souriant doucement. « on va partir sur quelque chose de simple et efficace. un risotto aux champignons, ça te va ? » Je hoche le visage en souriant un peu plus, j'aime beaucoup ce repas. « - C'est parfait ! » Fis-je en te scrutant simplement en attendant tes directives. « tu peux t’occuper des oignons, pour commencer. » Je montre mon pouce pour confirmer tes dire avant de sourire et de prendre deux oignons et commence à les couper. « - Avoue que tu m'as laisser les oignons pour me faire pleurer. » Fis-je d'un ton taquin avant de rigoler un peu avant de sentir mes yeux me piquer un peu à force de les couper. Je suis tellement concentrer dans la tâche que je n'avais pas sentis ton regard vers moi « Fais attention à ne pas te couper les doigts, bee. » Je lève le visage en te tirant la langue, tu as toujours le mot pour me tendre une perche. C'était très agréable de passer un moment comme cela, c'est vrai qu'on a jamais eu l'habitude de sortir et de faire la fête ensemble. Mais, j'aime tout autant notre relation pour ce qu'elle est actuellement. Je sais que les hommes n'aiment pas forcément faire les magasins, je te prendrais avec moi pour t'embêter un peu. « alors, quoi de neuf mis à part ce petit coup de mou ? ... j’ai l’impression que ça fait une éternité qu’on ne s’est pas vus. » Je penche le visage sur le côté suite à tes paroles avant de sourire doucement. Je hoche les épaules en soupirant doucement tout en continuant ma tâche tranquillement. « - Bah écoute, pas grand chose.... J'ai rencontré mon demi frère, je ne te l'avais pas encore dis.. Ce jour à été au début gênant pour moi, il ne savait pas encore qui j'étais et j'ai finis chez lui en me disant qu'une fois chez lui... Je lui dirais. » Je marque une pause en te jetant un regard en coin. « - Il a finit par m'embrassé vu que dans son idée première, il m'avait amener pour une nuit au lit. » Dis-je dans un rire nerveux en te regardant cette fois-ci. « - Quand je lui ai dis que j'étais sa petite soeur, ca la refroidit directement. » Fis-je comme ci de rien n'était, sur le coup.. J'étais un peu perturbé car je n'avais pas eu le temps de reculer quand il avait posé ses lèvres sur les miennes. Soupirant longuement, je reprends ma tâche avant de passer au deuxième. « avec ta soeur, est-ce que ça s'arrange ? » Je m'arrête dans mon élan en te scrutant, ma soeur et moi n'avons pas d'infinités, elle me déteste à cause d'un nom de famille. Je n'ai pas choisis d'être née et encore moins être une fille d'un autre homme que son mari. « - Hm. » Je ne savais pas quoi répondre d'autre. « - Pas vraiment, elle me déteste toujours autant. Seulement, elle est venue à la maison pour venir cherche de l'aide vu qu’apparemment, j'comprendrais ce qu'elle vit. » Je finis par lâcher le couteau et te regarde. « - Elle est enceinte. En quoi puis-je comprendre ce qu'elle peut ressentir ? Car, nous n'avons pas le même père et que j'ai été pratiquement seule en grandissant ? » C'est frustrant, très même. « - Je ne sais pas en quoi je pourrais l'aider. Ma mère va surement mal le prendre vu que c'est sa fille préférée. La savoir enceinte va faire un scandale. Je ne peux rien y faire pour elle. » C'est ce que je me dis, mais, est-ce la vérité ? « - Je peux rien y faire, n'est-ce pas ? Elle me haït tellement que j'étais surprise de la voir devant ma porte. Même si je pourrais l'aider, qu'est-ce que je peux faire pour elle ? » Est-ce que je veux l'aider ? Pas vraiment après comment elle s'en prenait à moi ou me menacer. Mais, elle reste tout de même ma petite soeur.  
Made by Neon Demon


the queen
her knight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Gardons le sourire, même durant les coups durs. | Ft. Thael.

Revenir en haut Aller en bas

Gardons le sourire, même durant les coups durs. | Ft. Thael.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les trois coups d'etat, le "manje ranje de lespwa" pour le deuxie
» Pour en finir avec les coups d'État en Haiti...
» Soeur Sourire
» Un sourire démoniaque pour une lumière divine : Lakusas Dreyar
» PJ, les bons coups VS les mauvais coups

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 20ème arrondissement, ménilmontant-