Partagez|

heavy love (ft.lake)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : mathilda bernmark.

CRÉDITS : moi-même (av)

PSEUDO : azura. (julianne)


MessageSujet: heavy love (ft.lake) 23/4/2017, 04:39

déjà une semaine que je squatte chez zoé. une semaine que je n'ai pas parlé à lake, que je n'ai pas entendu le son de sa voix. une semaine que je me demande pratiquement sans cesse s'il va bien, s'il lui arrive de penser à moi. une semaine que j'ai seulement envie de pousser la porte de notre appartement et de lui dire les choses comme elles sont. mais lake, je le connais bien, mieux qu'il le prétend et je sais qu'on va finir par se prendre la tête encore et encore si je débarque pendant qu'il est là et ce, même si on tente désespérément le contraire. alors je repoussais le moment où je devais retourner à l'appart chercher d'autres vêtements, parce que je commençais à en avoir marre de devoir emprunter les affaires de zoé. et c'est seulement aujourd'hui que je me suis enfin décidé à m'y rendre, sachant qu'à cet heure, il devait toujours être au boulot. c'est peut-être égoïste, lâche, mais c'était ma façon à moi de ne pas me faire du mal à nouveau. abandonner, partir alors qu'il me suppliait du regard de rester, a été assez difficile la première fois. je n'avais aucune envie de revivre cet instant. ressentir ce vide. ce mal. une nouvelle fois.
je suis là, devant le palier, sac à dos sur l'épaule, la main sur la poignée, prête à entrer, mais je n'ose pas. ça m'effraie et sur le coup, j'arrive pas à comprendre pourquoi. qu'est-ce que je fous là bordel ? j'hésite à entrer, peut-être par peur de ne plus vouloir repartir ? par peur de me prendre des souvenirs en pleine gueule ? j'en sais rien. et ça me fout la rage. putain ! j'aime pas avoir la trouille comme ça. une vraie gosse. je me mord la lèvre inférieur. j'hésite. je m'en vais. puis je change d'avis à la dernière seconde et je pénètre enfin dans l'appartement. c'est quoi ce bordel ? lake. je le vois. il est là. devant moi. mon cœur ratte un battement. j'ai l'impression de suffoquer, d'étouffer. il me regarde de ses grands iris, bleus océan. j'ai bien choisi mon moment. je souris doucement pour cacher mon malaise. « je savais pas que t'étais là. » je lève mon sac légèrement en l'air en détournant le regard. « je suis juste venu chercher quelques vêtements. je vais pas rester longtemps. » je déglutis et je me dirige lentement vers la chambre, en évitant son regard, comme si j'étais qu'un intrus dans mon propre appartement.   
    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : Arthur Gosse

CRÉDITS : .nephilim

PSEUDO : hellopainful, mais appelez-moi Alexe


MessageSujet: Re: heavy love (ft.lake) 24/4/2017, 09:44



HEAVY LOVE

elsa & lake

Il pleuvait.  Tout simplement.  Il pleuvait et c'était atroce.
Le menton contre la fenêtre de mon appartement, je fixais l'extérieur.  Trois mois que je n'étais plus avec elle.  Trois mois ou j'ai dû m'habituer à son absence alors qu'elle restait toujours aussi près de moi.  Nous n'étions plus ensemble, mais nous vivions toujours ensemble et c'était atroce.  Aussi atroce que cette pluie qui tombait lourdement au sol.  Trois mois séparés, mais seulement une semaine depuis son véritable départ.  C'était difficile, plus que je ne voulais le montrer.  C'est pourquoi j'ai passé une semaine complète à faire l'hermite et à ne pas vouloir sortir de chez moi.  Même pour les courses les plus bêtes, je restais chez moi et je refusais de voir qui que ce soit.
Aucune fête, aucunes drogues, aucune alcool.  Que moi et le silence de cet appartement qui me rappelait trop sa présence.

J'avais fini par m'endormir sur le sofa en fixant la télévision éteinte.  Je suis réveillé par la porte d'entrée qui s'ouvre.  Un intrus?  Je m'assois aussitôt sur le sofa et fixe la porte d'entrée.  Et je la vois.  Putain qu'elle est magnifique, mais je ne peux rien dire.  Non, c'est impossible de dire quoi que ce soit.  Elle ne m'appartient plus.  Elle appartient à la liberté de ce monde.
 « Je savais pas que t'étais là. »  J'aurais aimé pouvoir dire quelque chose, mais aucun son n'arrive à s'infiltrer hors de ma bouche grande ouverte.  Je ne fais que me lever et la regarder se diriger vers la chambre.  « Je suis juste venu chercher quelques vêtements.  Je vais pas rester longtemps. »  J'aurais envie de rire aux éclats, mais je suis trop épuisé.  Trop épuisé de ces disputes, de ces envies de l'approcher près de moi et de pouvoir sentir son parfum.  Elle me manque cruellement, mais je mords ma lèvre sous la tentation, fixe le plafond pour oublier l'attraction.  « T'as décidé de dormir ou maintenant?  T'es à un bon endroit? »  C'est tout ce que je trouve à dire.  Qu'est-ce que je peux dire de toute façon?  Si je dis quelque chose de trop, elle va recommencer à me hurler dessus et je vais lui hurler dessusà nouveau.  C'est toujours comme ça.

Je la regarde foutre des trucs dans son sac en prenant appui contre le cadre de porte.  J'aimerais pouvoir dire quelque chose de censé, quelque chose qui arrangerait tout, mais elle est beaucoup trop têtue pour accepter de m'écouter.  « Reste fumer un joint.  S'il-te-plaît.  Aucune dispute.  J'veux seulement retrouver ma pote.  Et puis j'suis certain que t'es sur les nerfs.
 Ça va te calmer. »
 Je sors de ma poche un joint que je gardais précieusement pour une occasion spéciale.  Bah une occasion spéciale.  Je voulais l'allumer pour ensuite aller jouer sur ma console.  Ça aurait rendu cette journée pluvieuse un peu moins triste.  Ça m'aurait changé les idées, mais elle est revenu.  Comme si de rien était, ne demandant rien à personne.  Elle est là, dans mon appartement et je ferais n'importe quoi pour qu'elle reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : mathilda bernmark.

CRÉDITS : moi-même (av)

PSEUDO : azura. (julianne)


MessageSujet: Re: heavy love (ft.lake) 28/4/2017, 20:38

je l'aime pas, je l'aime plus. mensonge. je mens constamment. aux autres, mais surtout à moi-même. j'essaie de les convaincre que je vais bien, que j'ai passé à autre chose. que j'ai tourné la page. comment ils peuvent arriver à me croire alors que j'y crois pas moi-même ? comment oublier deux ans de relation, deux ans d'amour, de doutes, de pleurs, de cris, mais surtout de joies ? impossible à oublier. pas en trois mois. mais je ne cesse de faire comme si j'avais le contrôle, comme si plus rien n'avait d'importance. je tente d'avancer, d'aller vers l'avant et laisser le passer derrière moi. mais chaque fois que j'entend son prénom, que j'entend le son de sa voix, que j'entrevois la moindre parcelle de son regard, ça me ramène toujours dans le passé. là où je n'ai plus envie d'être. alors je tente de l'éviter, mais c'est peine perdu, parce que partout où je vais, quoi que je fasse, tout me ramène constamment à lui.  
je me tient là, devant lui. devant ses beux grands yeux qui me questionnent du regard. je m'attendais à tout. à ce qu'il m'insulte, me mette dehors ou même qu'il m'engueule. mais il en est rien. il reste là, me suit du regard alors que je me dirige vers ce qui était autrefois notre chambre. je suis juste venu chercher quelques vêtements. que je lui dis. comme si c'était pas assez évident, malgré l'énorme sac que je tenais dans l'une de mes mains. t'as décidé de dormir ou maintenant ? t'es à un bon endroit ? qu'il finit par me demander. il voulait savoir. comme si ça lui importait au fond de savoir où j'étais. ou peut-être qu'au fond, il voulait s'assurer que je ne sois pas chez un autre mec. ça le rendrait fou de rage. pendant une fraction de seconde j'ai presque envie de lui mentir, de lui dire que je squatte chez un pote, seulement pour voir sa gueule se décomposer. pour le faire réagir. mauvaise habitude. je me racle la gorge après avoir déposé le reste de mes vêtements dans mon sac et je me retourne finalement vers lui. « chez zoé. » je lui lance ça, comme ça. comme une bombe. je pensais qu'elle le lui avait dit ? à moins que c'était à moi de le faire ? on en avait jamais réellement parlé. oups. de toute façon, c'est certain qu'il préférerait que je sois chez elle, que chez mes potes. parce que c'est sa meilleure amie. et qu'il lui fait confiance plus qu'à n'importe qui. même, plus qu'à moi. je balance mon sac sur mon épaule et je sortis de la chambre en repoussant légèrement lake pour qu'il me laisse passer. « lui en veut pas. je lui avais dit que j'allais t'avertir, mais j'ai oublié. en plus je suis débarqué chez elle comme ça, sans prévenir. faut pas lui en vouloir. elle m'a vraiment sorti d'la merde. » c'est vrai. sans elle, je sais pas où j'en serais aujourd'hui.
prête à partir, lake me propose de partager un joint. c'est qu'il me prend par les sentiments là. j'hésite quelques secondes en le scrutant du regard, avant de sourire doucement en hochant finalement la tête en signe d'approbation. « d'accord, juste un alors. parce que je dois retourner chez zoé ensuite porter mes trucs. j'ai un cours dans quelques heures. » je laisse tomber mon sac par terre, avant de me diriger vers le salon. je me laissa tomber sur le canapé en lâchant un soupir. mal à l'aise, je me redressa et je regarda lake s'approcher. « t'aurais pas une bière ou quelque chose ? parce que là, je vais avoir besoin de plus qu'un joint pour me détendre. » je détourne le regard et j'éclate de rire, histoire de détendre un peu l'atmosphère. une fois lake de retour au salon, j'attrape la bière et je bois un gorgée avant de regarder lake dans les yeux. silence. long et pesant. je décide donc de briser le silence, tout en jouant avec le bout de mes doigts, signe de nervosité. « alors.. ça va toi ? tu t'en sors ? je veux dire.. » voilà, c'est évident, je rougis. je déteste ce genre de situation, j'ai jamais été très douée avec les mots et les conversations sérieuse, encore moins lorsqu'il s'agissait d'amour. « putain. » je rigole nerveusement, en détourant le regard et en prenant une nouvelle gorgée de ma bière.
    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : Arthur Gosse

CRÉDITS : .nephilim

PSEUDO : hellopainful, mais appelez-moi Alexe


MessageSujet: Re: heavy love (ft.lake) 4/5/2017, 04:16



HEAVY LOVE

elsa & lake

Avec Elsa, tout devient très simple.  On a deux caractères de merde, mais j'ai comprit une chose très simple: plus je vais hurler, plus je vais la secouer, plus elle va vouloir se sauver.  Puis j'suis mauvais pour parler.
 À toutes les fois que j'essaie, je fini par dire n'importe quoi et foutre plus de merde qu'autre chose.

Elle entre dans l'appartement et même si j'aurais envie de lui gueuler dessus pour qu'elle prenne ses trucs et foute le camp le plus rapidement possible...
je reste planté là et je la regarde.  Je fini tout simplement par lui demander si elle a trouvé un endroit ou dormir.  Même si elle serait chez un mec, je crois que j'aurais réussi à garder mon calme.  Plus je m'énerve, plus elle s'éloigne et plus la situation me tue de l'intérieur.  Alors je me calme.  J'inspire, tranquillement.  « Chez Zoé. »  La bombe qui tombe.
 J'entends le sifflement et l'atterissage est plus que brusque.  Je me tiens contre le cadre de porte, faisant mine de rien.  Au moins, je sais ou elle est et avec qui.  Jamais Zoé ne me trahirait.  Oh non, c'est ma moitié, ma meilleure amie, mon tout.  Elle ne me ferait jamais ça.  Mais je ne dis rien.
 Je ne fais qu'hocher la tête en fixant le mur.  Qu'est-ce que je peux bien dire de toute façon?  « Lui en veut pas. j=Je lui avais dit que j'allais t'avertir, mais j'ai oublié. En plus je suis débarqué chez elle comme ça, sans prévenir. faut pas lui en vouloir. Elle m'a vraiment sorti d'la merde. »  Je rigole,
légèrement.  Un rire mauvais alors que mes bras se croisent contre mon torse.  « J'peux pas lui en vouloir de toute façon.
C'est Zoé et j'sais qu'au moins elle fera tout pour pas que tu sois justement dans la merde.  Choix judicieux. »


Elle a les mains pleines d'objets.  Des trucs qui ne sont même pas utiles au fond, j'suis certain.  Elle prend des trucs au hasard parce qu'elle est déconcentrée.  Elsa se déconcentre trop facilement.  C'est un truc de fou,
un truc totalement adorable.  Je lui propose un joint, on a tous les deux besoin de décompresser.  J'ai l'impression que la maison m'écrase et m'étouffe.  La tension est trop forte.  Je me contrôle pour pas éclater, mais putain que j'aurais envie de lui hurler toutes les questions qui passent en boucle dans ma tête.  « D'accord, juste un alors. Parce que je dois retourner chez zoé ensuite porter mes trucs. J'ai un cours dans quelques heures. »  Un énorme sourire fait apparition sur mon visage.  Cette acception de fumer avec moi, c'est un pas dans la bonne direction.  Sourire aux lèvres, je sors mon paquet de clopes de ma poche et l'ouvre pour en sortir un joint, mais Elsa a décidé qu'on allait dans le salon.  Je la suis tranquillement, joint à la bouche, mais pas allumé.

« T'aurais pas une bière ou quelque chose ? Parce que là, je vais avoir besoin de plus qu'un joint pour me détendre. »  Bien sûr, je m'exécute.
 J'ai toujours de la bière en stock et c'est une bonne idée.  J'en apporte deux,
la dernière qui reste de la sorte favorite d'Elsa et une atrocement mauvaise qui traîne dans le frigo depuis des lustres.  Il faut bien la finir.  J'ouvre les deux bouteilles avant de me diriger vers le salon.  Qu'est-ce que je pourrais bien dire?  La situation est... dérangeante.  Même chiante.  On fini par boire chacun de notre côté.  Prenant quelques gorgées en attendant.  Mais attendant quoi?  Je fini par allumer le joint.  Et puis merde.  Y'a rien de plus à faire.

« Alors.. ça va toi ? Tu t'en sors ? Je veux dire.. »  Le silence continue et devient de plus en plus pesant.  « Putain. »  Et puis elle lâche ce rire tout à fait adorable.  Un rire qui crit au malaise, un rire qui crit plus qu'elle ne le pourrait.  Et pourtant, ce rire me fait éclater de rire à mon tour.  Un vrai rire.  Un bon rire.  Un rire qui fait du bien et qui libère.  « On est tellement pitoyables Elsa.  Tu t'rends compte?
»
 Je lui tends le joint après avoir prit une dernière touche, un énorme sourire aux lèvres.  « Et dire qu'après notre dispute qui a probablement réveillé tout l'quartier... on est là, tranquilles,
fumant un joint avec une bonne bière froide avant ton cours.  Plutôt comique comment la vie nous surprend, tu trouves pas? »
 Elle continue de prendre des touches et je la fixe.  Je ne sais même pas combien de temps je passe à la regarder, mais je la regarde et j'y prends un malin plaisir de regarder tous les petits détails.  Cette mèche rebelle qui retombe doucement sur le bout de son nez.  Le blanc de ses yeux qui s'imbibe tranquillement d'un rouge caractéristique de la marijuana et de l'alcool.  Elle est tellement magnifique.  « Dis-moi Elsa... et ne pète pas un câble...
mais quand est-ce que tout a dégénéré? »
  Je reprends le joint et prends une longue touche, plantant mon regard dans le sien.  Qui baissera les yeux en premier?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : mathilda bernmark.

CRÉDITS : moi-même (av)

PSEUDO : azura. (julianne)


MessageSujet: Re: heavy love (ft.lake) 27/5/2017, 04:40

c'est assez étrange de se dire qu'il y a pas si longtemps, nous étions ensemble. un couple. lake, c'est mon premier vrai grand amour. avant de le rencontrer, je croyais avoir déjà été amoureuse. je pensais savoir ce qu'était l'amour. ce sentiment si redoutable, mais si merveilleux soit-il. j'étais persuadée que nous avions qu'un seul grand amour. que jamais je ne pourrais aimer aussi fort que la première fois. que lors de ma première relation. mais, j'avais tout faux. des années après mon premier copain, j'ai rencontré lake et tout de suite, je suis tombé sous son charme. sa beauté pourrait faire tomber n'importe qu'elle fille amoureuse. je pouvais passer des heures à seulement le regarder. lui et les traits de son visage. encore aujourd'hui, malgré notre rupture récente, il m'arrive encore parfois de me noyer dans son regard. il a fait chavirer mon coeur. j'ai longtemps penser que c'était lui; celui qu'on qualifie d'âme-sœur, mais il faut croire que nous étions pas fait pour être ensemble ou peut-être que c'était pas le bon moment. j'ai tant de regrets, mais si c'était à refaire, je ne changerais rien à notre histoire. parce qu'il a inévitablement été le plus grand amour de ma vie jusqu'à aujourd'hui. si seulement je pouvais le lui dire. j'ai jamais été très douée avec les mots, à l'aise avec mes sentiments, mais peut-être qu'un jour on se retrouvera et peut-être que cette fois là sera la bonne. malgré tout, je ne peux pas le laisser sortir de ma vie. parce que ça serait dommage qu'une si belle histoire sombre dans l'oubli. du temps. c'est tout ce qu'il me faut pour apaiser ma douleur et ma rancœur. pour faire le point sur mes sentiments. je l'aimais, je l'aime et je l'aimerais probablement toute ma vie. mais l'amour peut-il être assez fort pour réparer tout ce qui a été brisé ? seul le temps nous le dira.  
assise sur le canapé du salon, je sais pas si c'est le fait de revenir ici après tout ce temps, avec tous les souvenirs qu'enferment cet appartement qui me rend nerveuse ou le fait que lake me scrute du regard. peut-être les deux ? peu importe, je me trouve complètement ridicule. il m'apporte une bière, ma préférée. je souris, un sourire sincère, alors que lève cette dernière en l'air. à ta santé. j'avala plusieurs gorgées, en silence. silence pesant, j'avais l'impression qu'on jouait à qui craquerait le premier. perdante, que je suis. « Putain. » j'éclate de rire à la fois nerveusement et découragée. s'il ne me connaissait pas aussi bien, j'aurais sans doute passer pour une folle dingue. « on est tellement pitoyables elsa. tu t'rends compte? » j'acquiesce en signe d'approbation. depuis longtemps, nous étions enfin d'accord sur quelque chose. j'hausse les épaules en déposant mon dos contre le canapé. « tu peux pas mieux dire. » je rigole doucement en prenant du bout des doigts le joint qu'il me tend. je prend quelques touches, attendant la suite. « et dire qu'après notre dispute qui a probablement réveillé tout l'quartier... on est là, tranquilles, fumant un joint avec une bonne bière froide avant ton cours.  plutôt comique comment la vie nous surprend, tu trouves pas? » comique, c'est pas le mot que j'aurais utilisé. c'était loin d'être comique, cette situation, toutes ces tensions. je détourne le regard, n'ayant pas envie d'ajouter quoique ce soit qui pourrait compromettre la ''bonne'' ambiance qui régnait. « dis-moi Elsa... et ne pète pas un câble... mais quand est-ce que tout a dégénéré? » je manque m'étouffer avec la fumée du joint. je me racla donc la gorge et je lui tant ce dernier. je m'attendais pas à cette question. j'étais pas préparée pour répondre à ça. mal à l'aise et à la recherche d'une réponse à lui donner, je fronce les sourcils en passant une main derrière ma nuque. « hmm.. ça remonte à loin. » je rigole brièvement, comme pour détendre l’atmosphère, mais je vois bien qu'il est sérieux. « pardon... je m'attendais pas du tout à ça et pour être honnête, j'ai pas la réponse exact à ta question.. la communication ça jamais été notre fort hein et je crois que ça eu raison de notre couple peu à peu. ça et ta jalousie, peut-être ? .. j'aimerais pouvoir t'en dire plus, mais au fond, j'en sais rien, on s'est seulement détruit à travers notre relation malsaine. » je sais que c'est sans doute pas les explications les plus clair, ni même la réponse la plus satisfaisante, mais il m'avait pris au dépourvu. c'était comme si ma tête ne répondait plus de rien. « et toi.. j'aimerais bien t'entendre là dessus. d'après toi, qu'est-ce qui a eu raison de nous ? » je le défis du regard, impatiente d'entendre son point de vu. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : Arthur Gosse

CRÉDITS : .nephilim

PSEUDO : hellopainful, mais appelez-moi Alexe


MessageSujet: Re: heavy love (ft.lake) 6/6/2017, 17:53



HEAVY LOVE

elsa & lake

Pour l'une des rares fois, je suis à peu près le seul à parler.  Elsa qui a toujours une grande gueule pour dire n'importe quoi, surtout pour me faire péter un plomb, reste si silencieuse que ça en est presque gênant.  Le joint dans une main, une bière dans l'autre, on est là à savourer ce rare moment de silence.  Bien que pesant par moments, il faut croire que l'herbe et l'alcool font un bon mélange pour oublier l'environnement autour de soi.  Mais putain.  À toutes les fois que je pose mon regard sur elle, mon cœur palpite à la vitesse grand v.

Je lui rends le joint, plantant mon regard dans le sien, m'y attardant probablement trop longtemps, mais je n'y peux rien.  Elle est tellement magnifique.  Je suis obligée de lui demander quand est ce que tout a dérapé.  J'ai l'impression qu'hier, on était encore ici à jouer aux jeux vidéos.  Moi qui lui laissait des chances de croire qu'elle était douée, elle qui essayait de me déconcentrer en volant rapidement des baisers.  Mais ce n'était pas hier, oh non, ce souvenir remonte à plusieurs mois.

Bien sûr, Elsa et sa fidèle habitude de me sortir de mes pensées en me balançant une question qui me fout sur le cul revient à la charge.  Comment et quand est ce que tout a dérapé?  « J'avoue que c'est une très bonne question.. Je reprends le joint pour en prendre une touche et m'éclaircit la gorge à l'aide de ma bière.  Je plante à nouveau mon regard dans celui d'Elsa.  Je reste comme ça, pendant plusieurs secondes.  Je ne fais que réfléchir.  Rien de plus.  Je fini par sourire à pleines dents, prenant une autre gorgée.

« Soyons francs Elsa, d'accord?  Le problème ne venait pas de toi.. ou de moi.  C'était nous deux, ensemble. Je vois cette étincelle dans son regard, une blessure peut-être?  Mais je ne lui laisse pas le choix, je continue. Je dis pas qu'on était pas fait pour être ensemble, loin de là.  Mais on a deux caractères de merde, des défauts indomptables, deux têtes aussi dures que la roche.  Fallait s'y attendre que ça allait terminer en explosion, non?  Peut-être qu'au final, ça pourrait marcher toi et moi, mais pas maintenant. »

J'essaie d'éclaircir ma gorge.  J'essaie de ne pas avoir cette foutu larme qui coule sur ma joue, je la retiens de toutes mes forces.  À un tel point que j'ai l'impression que ça ne sert à rien de la retenir, elle va quand même couler.  Je soupire longuement, prenant une dernière touche de mon joint avant de lui repasser et je fini par boire ce qui reste de ma bière d'un coup.

« À vrai dire, je sais quand tout a foiré.  Quand j'ai réalisé avec quelle fille que j'étais.  T'es magnifique Elsa.  T'es aussi pure que tu es impure.  Tu souris même quand t'as envie d'en finir avec la vie.  Tu vis ta vie à une vitesse incroyable et moi, j'avais peur que tu vives tellement vite que tu finisses par te lasser de moi.  Après tout, j'ai rien d'intéressant à part ma belle gueule.  Mais toi.  Putain.  T'es un diamant.  Tu brilles de milles feux et tu le remarques même pas. » Je fixe le fond de ma bouteille en souriant.  Je sais que tout est de ma faute et j'suis pas le genre de mec qui va faire comme si ce n'était pas le cas.  Je relève les yeux vers elle, sachant que mes yeux se noient dans leurs larmes, sans pour autant en verser une seule.  « Mais ce qui a fait tout foirer.  C'est que je t'ai étouffée.  J'ai voulu t'aimer et te protéger, mais je t'ai noyée.  J'avais tellement peur qu'un autre puisse te goûter que j'ai fini par te repousser. » Et ça y est.  Les larmes coulent alors que je me lève le plus rapidement possible pour aller me chercher une autre bière, et pourquoi pas lui en donner une par la même occasion. Je prends toutefois le temps de me calmer. De calmer mon rythme cardiaque. De calmer mes pensées. De calmer mes sentiments. C'est fini Lake, game over. J'essuie les larmes qui coulent, inspire à fond. Y'a rien de mieux a faire de toute façon.

Je reviens dans la pièce, toute trace de larmes disparues et j'ouvre les deux bouteilles en souriant.  « Enfin bref.  Désolé, j'crois que l'herbe et l'alcool, ça me fait pas trop bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : mathilda bernmark.

CRÉDITS : moi-même (av)

PSEUDO : azura. (julianne)


MessageSujet: Re: heavy love (ft.lake) 20/7/2017, 02:15

j'écoute attentivement ce qu'il a à dire sur le sujet, parce que ça m'intéresse et que j'ai besoin de connaître sa version de l'histoire. de notre histoire. parce que même si c'est terminé, notre histoire compte toujours pour moi. car à mes yeux, il est mon tout premier vrai amour. celui qui fait mal, celui qui fait pleurer, mais surtout, celui qui fait tant de bien. nous avons pas su nous aimer comme il faut, mais nous nous sommes aimés à un tel point où plus rien ne semblait impossible tant que nous étions ensemble. mais désormais il n'y a plus de nous et ça me fend le coeur en mille morceaux, mais il faut croire que c'est mieux ainsi. enfin, j'imagine. et plus je l'écoute parler, plus je me refais le film de notre histoire d'amour en boucle dans ma tête. je revois chaque moment, réécoute chaque mot qu'il m'a dit. je repense à toutes ces larmes ravalées, à ces moment où ma gorge tremblait de peur, à nos échecs, à mes espoirs puis à ces millions de désillusions. et je sais qu'au fond, tout ça valait le coup, malgré tout. « mais ce qui a fait tout foirer. c'est que je t'ai étouffée. j'ai voulu t'aimer et te protéger, mais je t'ai noyée. j'avais tellement peur qu'un autre puisse te goûter que j'ai fini par te repousser. » je le regarde se lever rapidement. la gorge nouée, je reste silencieuse, cherchant les mots juste, mais rien ne sort. j'avale difficilement, après avoir passé nerveusement une main derrière ma nuque. même s'il tente de dissimuler ses réels sentiments, ses émotions, je sais que ça ne va pas. que plus rien ne va d’ailleurs. parce que je le connais et qu'il ne peut rien me cacher. je me lève doucement et tandis qu'il est toujours dos à moi je le rejoins à mis chemin alors qu'il était en route pour revenir au salon. « lake.. » il me tend une seconde bière et je souris en regardant celle-ci. pourquoi pas une dernière ? je souris et alors que j'allais prendre la bière mon portable sonna dans la poche arrière de mon jeans. un sms de mon partenaire de danse. « putain de merde, je dois y aller lake, je suis en retard ! » je reste sur place, même si je sais que je devais partir et après quelques secondes d'hésitation, j'atrappe mon sac et je me dirigea vers la porte d'entrée en fuyant le regard de lake, car je savais qu'un seul de ses regards pourrait me faire rester. « je t'envoie un sms, merci pour la bière. » et je claque la porte, la gorge nouée.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: heavy love (ft.lake)

Revenir en haut Aller en bas

heavy love (ft.lake)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 14ème arrondissement, observatoire-