Partagez|

silver in our lungs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : adrien sahores.

CRÉDITS : ma queen bilal (avatars, signature, kebab salade tomates oignons, bref, tout). ♡

PSEUDO : manon, flightless bird.


MessageSujet: silver in our lungs. 28/4/2017, 22:06



TAD(EUSZ) DESROSIERS

featuring adrien sahores

NOM : desrosiers. l'empire, la toute puissance d'une famille des hautes sphères de paris, l'opulence d'un milieu aussi détesté qu'envié. la rondeur de syllabes respectées, rimant avec mondanité, frivolité, férocité. desrosiers, c'est le claquement des talons hors de prix contre le marbre glacé, les robes longues et les costards tirés. desrosiers, c'est surtout l'hypocrisie dissimulé derrière les sourires trompeurs, derrière les bulles des champagnes les plus onéreux éveillant les papilles. ravissant les pupilles. PRÉNOM : tadeusz, les origines de l'est, la pologne qui sonne au creux des lèvres. mais y a plus que sa mère qui l'appelle encore ainsi, par fierté du sang qui coule dans leurs veines. pour le reste du monde, c'est tad. simplement. suivi d'une ribambelle de prénoms pompeux d'ancêtres qu'il est pas foutu de citer et dont les visages moisissent sur d'anciennes photos en noir et blanc. ÂGE : vingt-cinq années dorées. DATE ET LIEU DE NAISSANCE : paris même, le 8 janvier 1991. ORIGINES : la pologne et la france qui s'entremêlent, mélange aussi acide qu'incisif qui court sous la peau. la pologne, c'est la figure maternelle, les souvenirs des deux langues qui se mélangent abruptement dans la bouche de cette génitrice aux joues rosées, au regard acéré.  ORIENTATION SEXUELLE : les chevelures douces et les yeux qui pétillent d'affront des femmes. STATUT CIVIL : seul, parfois accompagné de "filles de", pour sauver les apparences. ÉTUDES/MÉTIER : golden boy assumé, destiné à reprendre les reines de l'empire familial quand il sera temps pour son père de se retirer. flambeur professionnel, joueur de poker aux dernières lueurs du jour lorsqu'il n'assiste pas le patriarche dans ses affaires. guerre sanglante menée avec son frère et mondanités qui rythment le quotidien pourtant amer. PASSION(S) : la contradiction surgissant dans la passion des vieux livres, de cette littérature ancienne et des phrasés de balzac et stendhal, de la puissance de leurs mots, confrontée à ce goût prononcé pour les courbes ciselées des voitures toutes aussi anciennes. admiration matérielle transmise par son patriarche, quoique cliché pour un fils de la haute. tad aime la sensation grisante de la vitesse, les roues des monstres de fer de quelques centaines de milliers d’euros effleurant à peine le bitume grisâtre des rues de paris. et à la tombée de la nuit, c’est le cliquetis des jetons, le battement des cartes, la pointe d’adrénaline et le suspens des parties de poker qui surpassent tout le reste. GROUPE : un poison violent, c'est ça l'amour. RANG : j'adore de dior. PV, SCÉNARIO, PRÉ-LIEN OU PERSONNAGE INVENTÉ : inventé.

- ❇ -

CARACTÈRE : tad, il est de ceux difficile à cerner. de ceux qu’on prétend connaître sans jamais réussir à démeler le faux du vrai, de ceux qui troublent, nous glissent entre les doigts et dont les premières impressions laissent ce goût amer d’inachevé au creux de la langue. tad c’est les apparences de gendre idéal, agréable, charmant et charmeur qui manie les mots pour méprendre, manipuler les âmes innocentes et faire adhérer dans son sens. tad il souffle le chaud et le froid. c’est celui qu’on apprécie autant qu’on déteste, qu’on voudrait voir exceller, réussir autant que se détruire. tad c’est l’apparence du golden boy matérialiste aux ambitions trop imposantes, la prétention indécente de celui dont les billets verts brûlent entre les doigts. c’est le calme réfléchi, la diplomatie, le sang-froid à toute épreuve, les paroles incisives et la capacité de tirer profit de toute situation. c’est être observateur mais aussi borné, mauvais perdant, rancunier envers ceux qui ne sont plus dignes d’une quelconque loyauté. tad, il est de ceux qu’on croit trop imbu pour être suffisamment cultivé, trop matérialiste pour être humain et faire fonctionner le palpitant sous la cage thoracique. pourtant le jeune desrosiers a appris à finement contrôler son image, ne rien laisser transparaitre autre que cette façade lisse et sans accroc, trop brillante et trop clinquante pour être véritable. carapace sur laquelle glisse l’hypocrisie d’un monde à l’opulence scandaleuse dans lequel il a été moulé, façonné et dont il a longtemps abusé sans scrupule. monde qu’aujourd’hui il remet en question silencieusement, l’âme noircie par la désillusion encore prisonnière de l’avenir qu’on lui destine. la vérité, c’est que tad, il est simplement humain. l’humain qui fait des erreurs, l’humain qui regrette sous les coups d’une culpabilité assassine. l’humain sans demi-mesure, qui déteste aussi fort que l’on peut aimer.


j'envoie des bons baisers de paris

QUEL EST L'ENDROIT QUE TU PRÉFÈRES A PARIS ? le toit terrasse du penthouse qu'il occupe, du haut duquel il voit le tout paris qui s'éveille, les ombres nocturnes dansant encore sur les immeubles de la ville. DÉCRIS LA CAPITALE EN TROIS ADJECTIFS : éclatante, somptueuse, élégante. DÉCRIS L'AMOUR EN TROIS MOTS : douloureux, dangeureux, ennivrant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : adrien sahores.

CRÉDITS : ma queen bilal (avatars, signature, kebab salade tomates oignons, bref, tout). ♡

PSEUDO : manon, flightless bird.


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 28/4/2017, 22:08



tout nous attend, tout est écrit

écris l'histoire, tout ce que tu voudras entre les lignes

(vingt) « j’ai envie de partir, tad. » les syllabes s’étouffent brusquement dans la douceur de la nuit étoilée, brisant le silence fragile les enveloppant. les sourcils se froncent, les opales teintées d’incompréhension attrapent leurs consœurs, et tad soupire. parce qu’il ne sait faire que ça, soupirer. soupirer face à l’éternel rengaine, l’éternel désir de la brune de voguer au-delà des frontières françaises, loin, si loin des cicatrices de son passé dans l’espoir un jour de panser le trou béant contenu dans sa poitrine. persuadée que tad prendrait la lourde décision de la suivre, loin de l’étouffante cage dorée qui le maintient prisonnier depuis la naissance. pourtant, tad n’a jamais éprouvé la moindre aversion pour sa condition, profitant sans grand scrupule des avantages que son nom lui octroyait, que son compte en banque lui permettait. du moins avant qu’elle n’entre dans sa vie et n’y piétine toutes les valeurs et principes que ses parents s’étaient efforcés de lui inculquer. « je sais astrid. » maigre souffle qui se meurt avec la brise, maigres mots face à la tornade astrid et ses ambitions démesurées de goûter à la véritable liberté. elle est de celles qu’on ne peut amadouer, qu’on ne peut faire changer de cap à coups de jolies paroles, l’intelligence des mots bien trouvés. elle ne rentre dans aucune des cases imposées par la société astrid. elle est de ces femmes insaisissables qu’on se doit de laisser s’évaporer quand elle le désire. mais que tad est incapable de laisser filer. incapable de la laisser s’évanouir et mourir dans ses souvenirs.  alors elle se redresse astrid, les paupières battantes, les mèches brunes emmêlées, les pupilles brillantes de cette ferveur ardente qui l’anime dès lors que le sujet est de nouveau abordé. « et? t’as pas envie toi?! t’as pas envie de te détacher de tout ça? j’en peux plus tad, j’peux plus être ici, j’te jure. » la voix déraille, les muscles trembleraient presque sous les coups de l’emportement soudain. les corps immobiles à quelques centimètres l’un de l’autre s’affrontent autant qu’ils se désirent, se repoussent autant qu’ils s’attirent, les étincelles invisibles qui crépitent entre eux depuis leur première rencontre. « on en a déjà parlé un million de fois. je peux pas. pas maintenant. » les phalanges de tad glissent sur la peau de son visage fatigué, las d’arguer perpétuellement dans le même sens, de se battre indéfiniment sur les mêmes sujets brûlants. « alors quand hein? t’as vraiment envie de ça? de suivre les traces de ton père et d’étouffer ici? de crever avec tous ces hypocrites qui n’attendent que de te voir échouer? putain tad. ce monde c’est que des coups bas, tu le sais. tu le sais mieux que personne. » elle joue sur les sentiments, sur les cordes sensibles qui animent les débats intérieurs du brun. parce qu’elle fout le bordel dans son esprit, astrid. elle réussit là où lui-même a échoué. elle lui fait voir le monde sous un regard différent. le monde teinté de ses propres couleurs à elle. celui dans lequel il envisage un peu plus chaque jour de se perdre, de se laisser happer quitte à tout laisser tomber. « arrête astrid s'il te plait. arrête d’épiloguer sur ça, sur mon père. rien qu’une fois. rien que pour ce soir.  » le regard autoritaire posés sur les traits fins de son visage, tad coupe court à l’échange sans lui laisser la possibilité de rebondir. elle le sait astrid, qu’il ne répondra plus. qu’elle aura beau cherché des réponses, ses accusations ne trouveront comme interlocuteur que le silence imposant du refus, du déni. ce mur froid qu’elle démolit tant bien que mal petit à petit. brique par brique. et astrid capitule, enfin. « rien que ce soir. » mais demain est une nouvelle bataille, un énième combat pour te faire flancher, que semblent vouloir dire ses pupilles sombres. les doigts de la brune s’entremêlent aux siens comme pour renouer ce contact, combler ce vide insupportable qu’elle a creusé par ses désirs voraces d’indépendance, de pousser tad dans ses retranchements les plus profonds. les opales cherchent à se faire pardonner et tad est bien incapable d’y résister. il se détend, attrape doucement sa taille, les lippes frôlant la peau de sa nuque dans une ultime tentative de calmer astrid la tempête. « t’es insupportable astrid. » son souffle s’écrase contre l’épiderme de la brune, le sourire espiègle qui court sur les lèvres avides de proximité. pourtant tad le sait, qu’astrid elle a réussi à semer le doute dans ses ambitions qu’ils croyaient inébranlables. dans sa foi en sa famille, en son père. en l’empire desrosiers. « je sais tad. » il le sait tad, que le désordre porte le doux nom d’astrid.

øøø

(vingt-et-un) « astrid est enceinte. » bombe lâchée, souffle coupé par les mots percutants, éradiquant le moindre signe de vie sur le visage de la matriarche figé. les minutes filent, défilent avec cette lenteur assassine, de celles qui éveillent les inquiétudes, faisant miroiter l’espace d’un instant un avenir bousillé à celui qui n’était définitivement pas prêt à s’emparer de telles responsabilités. les enfants, tad n’y avait jamais réellement réfléchi. à vrai dire, il n’avait pas même envisagé la possibilité de s’occuper d’un gamin avant ce qui semblait être des années lumières. aujourd’hui pourtant, toute sa vie semblait remise en question par un simple écart, une simple erreur qui à ses yeux, lui coûterait le reste de sa vie. les pensées douloureuses s’entremêlent, les questions s’entrechoquent dans les méandres de son esprit sans qu’il ne puisse y trouver de véritables réponses rationnelles. les pupilles accrochent le vide, le palpitant battant et les muscles endoloris au creux du silence qui écrase sa cage thoracique. l’assurance et le sang-froid du golden boy avait subitement pris la fuite, bien vite, trop vite remplacée par les ombres d’un gosse perdu, l’âme vagabonde d’un héritier désarmé et impuissant face à la réalité amère qui s’impose si brutalement à lui. gosse perdu, en attente d’une quelconque solution que sa génitrice pourrait lui apporter, un conseil, n’importe quelle parole qui pourrait soulager ce poids qui emprisonne son estomac depuis des jours. des jours muré derrière les barreaux glacés du silence, des jours passés loin d’astrid la tempête. des jours de réflexion, de lâcheté sans nom, probablement. « enceinte? na litość boską tadeusz! je te l’avais dit que cette fille ne t’apporterait que des problèmes. nous t’avions prévenu, ton père et toi! » les soupirs se perdent dans les reproches alors qu’elle s’émoi enfin, les mains levées au ciel dans cette théâtralité exagérée si propre à cette figure maternelle. tad entame les cent pas, l’impatience mêlée à l’appréhension si mal dissimulée de voir son quotidien encore plus bousculé qu’il ne l’était déjà par le débarquement d’astrid dans sa vie. parce qu’avant astrid, tad n’avait jamais eu de questions à se poser, de tortures à imposer à son esprit. parce qu’avant astrid, tad n’avait jamais eu à revoir ses ambitions, cet avenir tout tracé servi sur un plateau d’argent auquel on le destinait et sur lequel il s’était reposé, choisissant de fermer les yeux sur les travers de ce monde dans lequel il évoluait. de fermer les yeux sur les bassesses, les mensonges sur lesquels était bâti l’empire desrosiers. c’était devenu une seconde nature, un choix naturel que de négliger ce que l’on voulait à tout prix enfouir et oublier dans la famille. mais depuis astrid, tout s’était mélangé et les désillusions s’étaient lentement substituées aux dorures et autres artifices et les champagnes hors de prix avaient fini par avoir ce goût amer désagréable dont il lui était dorénavant impossible de se défaire. parce qu’aujourd’hui, tad les voyait, les minuscules brèches de ses illusions. « qu’a-t-elle décidé de faire? » arraché de la torpeur dans laquelle il était plongé, tad s’immobilise, les traits tirés, les pupilles fatiguées posées sur le visage de sa mère. « je n’en sais rien, on en a pas encore vraiment parlé. » parce que tu n’as pas réussi à l’affronter. parce que tout ce dont tu avais été capable sur le moment, c’était fuir. « tu es trop jeune tadeusz et cette fille ne peut pas garder l’enfant. impossible. » impossible, qu’elle répète encore et encore comme l’echo trahissant ses pensées. impossible à assumer. impossible de voir un desrosiers avoir un enfant avec quelqu’un d’autre qu’une fille d’aussi bonne famille que lui. l’impossible qui sonne comme un ordre, un fait indiscutable auquel il devait se soustraire.  et y a ce dégoût, la bile qui brûle l’estomac, la colère qui tambourine aux tympans face aux sous-entendus de sa mère. mais tad est bien incapable de d’ajouter quoi que ce soit, de dire quoi que ce soit, comme prisonnier de forces invisibles qui l’empêcheraient de se mouvoir et d’ouvrir la bouche. forces invisibles qu'on appelle lâcheté. « tu ne fais plus rien. je m’en occupe. » et c’était tout. l’unique et dernière fois que le fils et sa mère échangèrent sur le sujet. l’unique et dernière chance pour lui de faire les bons choix. unique et dernière chance envolée.

øøø

- qu’est-ce que tu fous là desrosiers sérieux ?
- tu sais très bien, ce que je fais là. je voudrais la voir.
- elle est pas là. elle est plus là.
- comment ça ?
- qu’est-ce que tu comprends pas ? elle s’est barrée tad ! tu croyais quoi ? qu’elle attendrait sagement que tu reviennes vers elle après ce que ta famille lui a fait ? après ce que tu lui as fait ?
- nina écoute j’veux juste savoir.. 
- savoir si t’es débarrassé du gosse ? ta putain de mère l’a menacé si elle n’avortait pas et lui a filé du fric. et tu sais quoi ? elle l’a pris, ce blé, et elle est partie. donc ouais sois soulagé, c’est pas demain que tu seras père.
- calme-toi nina, je veux juste savoir si elle va bien.
- elle ira bien si elle se tient loin de vous, les desrosiers. maintenant, si tu tiens un minimum à elle, n’essaye pas de la contacter tad. de toute façon, pas certain qu’elle t’adresse de nouveau la parole un jour.




de paris à chez moi, il n'y a qu'un pas

PSEUDO/PRÉNOM : cosmos. ÂGE : vingt-trois. SEXE : femme. VILLE : bordeaux/paris. RAISON(S) DE L'INSCRIPTION :parce que vous êtes les amours, et qu'j'me passe déjà plus du forum, c'est malheureux. COMMENT AS-TU CONNU LVER ? : bazzart. FRÉQUENCE DE CONNEXION : toujours aussi geek oui oui. UN DERNIER MOT ? des tas de bisous sur vos joues.


Code:
[color=#D04040]● [/color][b]adrien sahores[/b] aka [i]tad desrosiers[/i].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 28/4/2017, 22:09

BB JTM
HÂTE DE FAIRE MON DC
RE
T BEAU
Revenir en haut Aller en bas
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : taylor marie hill.

CRÉDITS : moi (ava) + moi (sign).

PSEUDO : anaëlle (ou isamongus, cf. alana et cam - nan j'balance pas, salut). sinon les intimes m'appellent bilal - même si j'm'appelle pas bilal (svp cherchez pas).


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 28/4/2017, 22:11

ENCORE UN BG J'VOIS.
et ça m'a l'air d'être un personnage aussi cool de camille.
ahhh, toi et tes persos... j'craque.

rebienvenue chez toi du coup et bon courage pour rédiger cette fiche que j'ai hâte de lire.      


Tad Desrosiers a écrit:
RAISON(S) DE L'INSCRIPTION :parce que vous êtes les amours, et qu'j'me passe déjà plus du forum, c'est malheureux.


TOO MUCH LOVE.



we have calcium in our bones, iron in our veins, carbon in our souls, nitrogen in our brains, 93 percent stardust with souls made of flames. we are all just stars that have people names.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
l'elixir de nina ricci

JE RESSEMBLE À : cutie amato.

CRÉDITS : (ava) spleen ocean. (sign) uc.

PSEUDO : FREAKSHOW (laurine).


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 28/4/2017, 22:13


quand t'auras fini d'être parfait, tu me feras signe.



kill em with kindness,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : steinfeld.

CRÉDITS : valtersen & tumblr & exordium & bonnie.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 28/4/2017, 22:13

t'es beau
et puis le début de cette fiche, je succombe
j'en veux plus, toujours plus
(re)bienvenue à la maison chaton d'amour



YOU ONLY LIVE ONCE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 28/4/2017, 22:27

 T'es aussi beau que CamCam 
Et j'ai tellement hâte de lire la suite
En tout cas re bienvenue parmi nous  👫
Revenir en haut Aller en bas
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : diego barrueco.

CRÉDITS : kawaiinekoj (a), balaclava, solsken (i), tumblr, junkiie (g)

PSEUDO : anaïs.


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 29/4/2017, 09:34

t'es faible. tellement, tellement faible.
mais bon, t'es beau donc ça compense.



ce soir, j'veux juste hurler.
hurler mes mots pesants,
avec ma voix d'adolescent qui a jamais mué.
hurler ma peur de l'abandon,
ma r'cherche frénétique d'attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 29/4/2017, 11:13

○ Welcome here & Good luck
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 29/4/2017, 14:40

Tu es aussi beau que Camette.

Re bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 29/4/2017, 16:57

j'en ai marre de toi et tes persos parfaits
dlskfjhbvdsq
amour encore pour ce perso bien trop beau, j'suis tellement impatiente de finir de lire tout çaaaa
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'elixir de nina ricci

JE RESSEMBLE À : jeon jeongguk

CRÉDITS : iva. (avatar) jecn (gifs signature) anaelle (code signature)

PSEUDO : fantasy.


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 1/5/2017, 12:04

rebienvenue beauté



⊹ Paris m’étouffe. Paris me bouffe. Paris se pâme. Paris se moque de moi quand je rame et je suffoque dans les tunnels du RER. Mais je m’en moque... car j’ai ta main qui me conduit au paradis, dans le plus beau de ce Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 1/5/2017, 13:34

Bienvenue à toi, bon courage pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 2/5/2017, 11:24

Adrien c'est le plus beau
Re-bienvenue parmi nous avec un pseudonyme très original
Revenir en haut Aller en bas
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : lbs.

CRÉDITS : nightblood (a) ; peewee (s)

PSEUDO : hyalin/sam.


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 6/5/2017, 14:46

trop de beauté, keske.
bienvenue chez toi.


SOBER :: we're fading 'Til daylight, we're jaded We know that it's over In the morning, you'll be dancing with all the heartache And the treason, the fantasies of leaving But we know that, when it's over you'll be dancing with us ::
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : Josephine Pettersen

CRÉDITS : strangelove. (av) + exordium (sign) + bonnie (icon)

PSEUDO : oxane


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 8/5/2017, 01:17

j'étais sûre d'avoir posté ici, alors que non
toi. j'aime. ton. nom. je sais, je me répète, mais vraiment, je ne sais pas pourquoi, tad, j'aime.
re bienvenue au bercail ! cette fois, on se trouve un lien du feu de dieu!
j'ai hâte de lire la désillusion, vraiiiment surtout que c'est toi qui l'écrit, alors
courage pour la suite!


PRINCESSE DE PACOTILLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 8/5/2017, 02:48

(RE)Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : joanna.

CRÉDITS : (ava) hoodwink. (sign) pray, bebe rexha.

PSEUDO : freakshow (laurine).


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 8/5/2017, 11:42

bon chou, t'es en retard normalement


i pray to god.
he's like one too many drinks and my intuition starts to sink.
it's like ba-da-da-da-da-da.
your shadows, they follow and they're haunting me.
where'd you go, this hollow soul is lonely.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 8/5/2017, 20:00

adrien + les icons de l'histoire...
j'aime beaucoup ta plume.
rebienvenue si j'ai bien suivi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 8/5/2017, 22:23

Re-bienvenue parmi nous, courage pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 9/5/2017, 13:52

Re-bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : adrien sahores.

CRÉDITS : ma queen bilal (avatars, signature, kebab salade tomates oignons, bref, tout). ♡

PSEUDO : manon, flightless bird.


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 9/5/2017, 20:43

ohlala mais vous êtes les amours à dire des trucs comme ça, sérieux. vous êtes ouf. j'vous envoie tout plein de love (avec du retard oui oui on a rien vu), en espérant que j'vous décevrai pas avec bb tad. vous êtes tous trop parfaits, merci encore les petits chats, sincèrement.

(je dégouline d'amour pour vous hahaha, j'assume )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : mads.

CRÉDITS : (ava) lempika. (sign) anaëlle.

PSEUDO : FREAKSHOW (laurine).


MessageSujet: Re: silver in our lungs. 10/5/2017, 16:36

j'ai hésité à te valider.
MAIS BON. ton histoire est encore trop belle, et t'es encore trop canon pour que j'te vire
j'espère que astrid va revenir, j'veux de l'action moi et tout que j'ai à dire, c'est que les héritiers domineront paname un jour
jtm, bye.



Paris est à toi !

Tu es officiellement validé(e)

BIENVENUE - Bravo, bravo, tu es venu(e) à bout de ta fichounette et tu as été accepté(e) à Paris ! Maintenant tu es libre de faire tes premiers pas en toute tranquillité mais pas trop quand même.

- ❇️ -

LES PETITS TRUCS A SAVOIR - Si tu débarques en solitaire mais que tu es pressé(e) de jouer parmi nous parce que tu es un fou/une folle de rp, accro jusqu'à la moelle - oui oui, on comprend ça très bien - tu peux aller faire une demande de rp arrangé, le staff se chargera de te concocter une petite scène avec un autre membre. Mais n'hésite pas à aller te faire de nouveaux amis qui n'ont qu'une envie : t'avoir dans leur liste de liens et de rps ! T'as vu comme tout le monde est mignon ici ? Alors ne perds pas une seconde et vas sauter à pieds joints dans le flood et/ou la chatbox pour devenir le number one du délire. Et ne t'en fais pas si tu as un peu peur de faire le premier pas : les petits timides, on leur fait de gros câlins, et on les aide à s'intégrer grâce aux mini-floods. Du coup, tu peux dès maintenant te rendre dans ton mini-flood de groupe et ton mini-flood de rang pour rencontrer quelques membres.

- ❇️ -

EN CE MOMENT SUR "LA VIE EN ROSE" - Tu veux mélanger fun et cuisine ? Et bien ça tombe à pique ! Vas très vite t'inscrire à l'activité en cours en cliquant ici, tu ne vas pas le regretter !

- ❇️ -

LE PETIT MOT DE LA FIN - Si tu nous aimes aussi fort qu'on t'aime, tu peux voter pour nous et nous faire un peu de pub, on te fera des crêpes pour te remercier ! On est un club de folie nous, et on a hâte de partager des tas de choses avec toi (en plus des crêpes, bien sûr). En attendant, amuse-toi bien parmi nous !


chanel n°5, de l'or entre mes seins. la nuit tout est plus simple, j'emmerde tes voisins. mais quand vient la nuit, et que sonne l'heure de faire un tour. j'ai comme des envies, d'aller voir ailleurs mon amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: silver in our lungs.

Revenir en haut Aller en bas

silver in our lungs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Partenaire avec Silver Wood ?
» Présentation de ~Silver~
» Silver ○ Solitaire [RESERVEE]
» Silver Blaze, la flamme
» Silver Sea [étalon] [PRIS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: Préfecture de Paris :: Viens et entre dans la danse-