Partagez|

(maxine) I need a miracle to get away from you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: (maxine) I need a miracle to get away from you 9/5/2017, 05:04


I NEED A MIRACLE TO GET AWAY FROM YOU
I know it's chemicals that make me cling to you and I need a miracle to get away from you
and I'm not spiritual but please stay 'cause I think you're a saint and I think you're an angel
Assis devant son téléviseur, Aaron avait perdu la notion du temps, captivé par le film qui passait. Il avait vu Captain America des dizaines de fois déjà, mais il trouvait ça toujours aussi bon. Il était bien enfoncé dans son canapé, une bière à la main, un plat de pâte sur les cuisses – il était de ceux qui mangeaient tard dans la soirée – lorsque son portable vibra sur la petite table basse devant lui, lui signalant l’arrivée d’un message texte. Il s’empara de l’appareil et ce n’est que lorsqu’il vit l’heure affichée sur l’écran qu’il réalisa qu’il était en retard. Encore. Comme toujours. Ce n’était plus vraiment une surprise pour les gens qui le connaissaient. Il n’était pas des plus ponctuels et c’était sans doute le défaut qui mettait le plus de gens en colère. On disait qu’il leur faisait perdre leur temps. Les gens finissaient par s’y habituer la plupart du temps et en règle générale, on lui donnait quinze minutes de jeu entre l’heure à laquelle un rendez-vous était cédulé et l’heure à laquelle on lui disait d’y être présent. Elle l’attendait sans doute accoudé au bar. Ou peut-être était-elle toujours à l’extérieur? Il espérait pour sa sécurité qu’elle soit à l’intérieur. En vitesse, Aaron ferma son téléviseur et s’empara de sa veste en cuir fétiche, son porte-monnaie et ses clés, fourrant le tout dans ses poches de jeans, avant de quitter son appartement. Le bar n’était pas très loin, mais il arriva tout de même avec près de quinze minutes en retard sur l’heure prévue. Incorrigible. À peine quelques secondes après être entré dans le bar, la porte ne s’était pas encore refermée, il vit Maxine, assise là en… charmante compagnie. En fait, il ne voyait pas très bien l’expression sur son visage, mais à voir la passion avec laquelle l’homme en face d’elle parlait, à voir la posture de Maxine qui n’était visiblement pas réceptive au monologue de l’homme, Aaron ne put s’empêcher de lâcher un léger rire. Un petit rictus étira les traits de son visage et il profita du fait que la brunette ne l’ait pas vu pour se glisser sur un siège pas trop loin de la porte, mais juste assez pour se mêler au reste de la clientèle. Il l’observait de loin, toujours aussi amusé. Plus les minutes passaient,  plus l’homme semblait insister, désireux de se faire aimer, chose qui n’allait visiblement pas arriver, quand bien même passerait-il des heures assis là à discuter. Jugeant qu’il avait assez fait duré le spectacle, il se leva de sa table et se dirigea d’un pas confient vers Maxine, de qui il entoura les épaules de son bras. Je pars quelques minutes seulement et quelqu’un en profite pour te draguer? Il porta son regard ensuite sur l’homme tentant d’être au moins un minimum intimidant. Le rôle du petit ami jaloux, de celui qui était prêt à cogner quiconque posait les yeux sur celle qui était sienne, il pouvait le jouer à la perfection. Après tout, ce n'était pas si difficile de puiser dans ce registre d'émotions parce que ce rôle n'était pas si loin de la réalité. Il savait pourtant qu'il devait rester loin d'elle. Ils n'étaient rien, du moins, il essayait de se mentir et d'y croire parce que ce serait plus facile de se détacher d'elle ainsi, mais rien n'y faisait. Quoi qu'il arrive, il finissait toujours par revenir vers elle, ce soir n'en était qu'une autre preuve.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : vikander.

CRÉDITS : (av.) moonlight (gifs) tumblr, anaëlle (sign.) astra (icon) lilousilver.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: (maxine) I need a miracle to get away from you 12/5/2017, 15:43


icons by aslaug & money honey & aslaug


un quart d'heure que tu l'attends. tu sais bien que la ponctualité, ce n'est pas son fort. t'avais prévu le coup parce que tu le connais bien plus que tu ne voudras jamais l'accepter. il a foutu le bordel dans ta tête, ton coéquipier. vous deviez vous retrouver, dans ce bar du troisième. tu ne sais même pas pourquoi vous aviez convenu de cette entrevue. vous vous voyez assez souvent comme ça. et pourtant, attirée irrésistiblement vers cet homme qui partage ta vie dans ton boulot, t'es pas capable de refuser de le voir en soirée, d'aller boire un verre avec lui. t'es d'une faiblesse déconcertante. le pire, c'est que tu t'es préparée en conséquence. un maquillage un peu plus forcé que d'habitude, sans être trop exagéré, une petite robe noire et des chaussures à talons hauts. tu t'es faite jolie bien que tu aies dit vouloir prendre du recul, t'éloigner de lui pour mieux comprendre ce qui t'arrives. tu crois ressentir quelque chose pour lui et vos parties de jambes en l'air ne t'aident pas à y voir plus clair dans tout ce bordel innommable. alors, quand t'as vu qu'il n'arrivait toujours pas, tu lui as envoyé un message. ce crétin a dû oublié ou n'a tout simplement fait attention à l'heure. il est énervant avec ça, toi qui a pour habitude d'être à l'heure, tout le temps, voire même toujours en avance. tu ne supportes pas d'être en retard, comme si tes démons du passé te rappelaient à quel point l'heure pouvait être importante. et puis, il y a ce type qui te tient la grappe depuis une dizaine de minutes. t'aimerais bien t'en débarrasser mais ton désintérêt pour sa personne ne semble pas l'atteindre le moins du monde. pourtant, tu soupires bruyamment, tu l'envoies chier en douceur, parce que t'es pas du genre à être violente dans tes paroles. sauf avec le sevestre. mais ça, c'est une chose totalement différente. le gamin, il n'y a que comme ça qu'il comprend. enfin, c'est ce que tu penses. c'est ce qu'il semble vouloir te faire comprendre tout du moins. mais t'en sais trop rien. il est bien trop amoché pour que tu sois certaine de bien t'y prendre avec lui. tu ne m'as toujours pas dit ce qu'une si jolie créature venait faire dans ce pub ... seule. le sourire carnassier de ton interlocuteur te dégoûte au plus haut point. tellement que tu as dû remettre ta veste afin de lui cacher ton décolleté. qui vous dit que je suis seule ? et qui vous permet de me tutoyer aussi, pendant qu'on y est ? que tu finis par cracher. tu commences à t'énerver, tu deviens désagréable, petit à petit. t'avales, d'une traite, ton verre de whisky, servit depuis peu. tu ne le regardes même pas, t'as pas besoin, ça l'encouragerait trop. tu finis par te dire que s'il continue, tu lui colleras ta plaque sous le nez en lui plaquant sa face contre le comptoir. cela dit, ça ferait désordre. alors tu te contentes de commander un nouveau verre, priant secrètement pour qu'aaron se ramène le plus rapidement possible. aller ma belle, soit pas si fermée avec moi. tu m'intéresses et j'ai bien l'intention de continuer cette conversation le plus tard possible. sa main qui se pose sur ton genou dénudé, tu te crispes automatiquement. y a ta mâchoire qui se serre, ta main qui agrippe le verre que le barman vient de déposer devant toi. dans deux secondes tu lui fracasses le crane avec l'objet que tu tiens fermement. tu n'en n'auras pas le temps. un bras qui passe autour de ton épaule, tes yeux qui observe la main qui te protège. tu ne te fais pas de soucis, tu es sauvée. tu écoutes ton partenaire et la main du trouble fête quitte ta peau. tu restes pourtant crispée parce que l'autre semble rester si près de toi. tu f'rais mieux de te tirer sur tu veux pas que ta gueule ressemble à un tableau de picasso. tu le tutoies volontairement, plongeant un regard si noir sur lui. ce doit certainement être la première fois que tu le regardes depuis qu'il a prit place à ton côté. t'as le visage fermé, si dure qu'il ne te ressemble pas. une facette de ta personnalité que tu réserves généralement à ces gens que tu arrêtes et qui ne méritent pas ta pitié, ni même tes sourires si doux. le type finit par prendre congé, manquant de se casser la figure de son tabouret. tu assassines ton rencard d'un regard. plus long la prochaine fois, tu peux ?! même pas installé que tu l'engueules déjà. la soirée s'annonce merveilleuse, à n'en pas douter.




le sourire aux lèvres.
max barnes ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: (maxine) I need a miracle to get away from you 14/5/2017, 05:19


I NEED A MIRACLE TO GET AWAY FROM YOU
I know it's chemicals that make me cling to you and I need a miracle to get away from you
and I'm not spiritual but please stay 'cause I think you're a saint and I think you're an angel
assis dans la pénombre, aaron regarda la scène, légèrement amusé – non en fait, il était très amusé de voir ce pauvre homme tenter encore et encore de séduire une maxine qui visiblement n’en avait rien à foutre de lui, se demandant encore combine de temps elle réussirait à tenir avant de lui balancer son poing à la figure ou encore avant que l’autre idiot ne se barre, épuisé et surtout las de voir ses avances rejetées à chaque fois. il n’était pas certain de ce qui arriverait en premier. alors, il observa en silence, ne disant mot que lorsqu’on vint lui demander s’il désirait quelque chose à boire. une bonne bière froide pour accompagner ce spectacle, voilà qui serait parfait. sa bière venait tout juste d’atterrir sur sa table lorsqu’il vit l’homme poser sa main sur la cuisse de maxine. ce geste n’aurait sans doute pas du l’irriter à ce point, mais aaron ne put s’empêcher de se lever d’un bond, sa bière à la main, avant de se diriger vers l’homme qui venait de commettre un geste de trop. il ne l’avait pas vu venir celle-là et croyait qu’il s’éloignerait d’elle avant de faire une connerie du genre. à croire qu’il était totalement dans l’erreur. aux paroles de maxine faisant écho aux siennes, il hocha la tête. il faut dire, l’envie de lui en coller une en pleine figure était plus que présente et s’il ne disparaissait pas dans la seconde qui suivit, sans aucun doute qu’aaron n’aurait pas hésité, pas même une fraction de seconde, avant de poser sa bière sur le bar et de lui décrocher une droite. il faut dire, il travaillait encore très fort sur la gestion de ses sautes d’humeurs, ses excès de colère et la gestion de ses émotion, mais il lui arrivait parfois encore de ne pas arriver à se contrôler. heureusement pour lui, l’homme sembla comprendre le message au final et retira sa main de sur la cuisse de maxine avant de s’éloigner d’elle, probablement décidé à jeter son dévolu sur une autre proie sans doute plus facile. un cas désespéré celui-là. un petit sourire malicieux se dessine sur le visage d’aaron qui essaie tant bien que mal de ne pas rire lorsqu’il se tourna vers maxine, la situation était tout de même amusante de son point de vue. plus long la prochaine fois, tu peux ?! il continua de lui sourire, et il laissa finalement échapper un léger rire avant de boire une gorgée de sa bière. je te félicite d’avoir gardé ton sang froid aussi longtemps. je l’aurait frappé bien avant. commenta-t-i, jetant un dernier coup d’œil à l’homme qui était déjà en pleine conversation avec une autre. je voulais voir qui allait craquer en premier. je dois dire, j’aurait bien aimé te voir lui mettre une raclée. ajouta-t-il avec un hochement de tête. il la savait parfaitement capable de lui étampé le visage sur le bar, lui répéter sans doute pour la millième fois qu’elle n’était pas intéressée et qu’il lui fallait la lâcher s’il tenait à sa vie, avant de finalement le laisser partir. après tout, on parlait là de la femme qui lui avait déjà posé un fusil sur la tempe et qui aurait été prête à décorer les murs de la salle de sa cervelle alors il ne doutait plus de ce dont elle était capable. elle pouvait tout faire. et puis, ça aurait été une scène épique et un spectacle magnifique que de la voir l’humilier ainsi, mais il avait fallu que l’homme soit terriblement idiot. en fait, avec son attitude, c’était un peu comme s’il demandait à ce qu’on lui en colle une, rendant très difficile pour aaron de se contrôler. en même temps, aaron pouvait comprendre l’autre homme de ne pas baisser les bras, de s’accrocher à elle parce qu’il faisait de même. malgré qu’elle lui ait dit qu’il valait mieux rester éloignés l’un de l’autre, voilà qu’il continuait à lui proposer de se voir à l’extérieur du boulot. parce qu’il était terriblement difficile de s’éloigner d’elle, de ne pas être attirée par elle – et ce dans tous les sens du terme. il le savait mieux que quiconque. Posant finalement sa bière sur le bar, il prit la place occupée précédemment par l’homme et s’assied en face de la brunette et l’observa finalement pour la première fois, laissant son regard glisser le long de son corps, s’attarder sur ses courbes, analysant la façon dont sa robe mettait son corps en valeur. Elle était belle. Non, elle était magnifique et bordel qu’il était chanceux, ce soir, elle n’était qu’à lui. je t’offre un autre verre? demanda-t-il finalement, levant les yeux pour poser son regard dans le sien. il l’avait bien vu boire le sien cul sec alors que l’autre était encore là à discuter à côté d’elle.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : vikander.

CRÉDITS : (av.) moonlight (gifs) tumblr, anaëlle (sign.) astra (icon) lilousilver.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: (maxine) I need a miracle to get away from you 16/5/2017, 19:03


icons by aslaug & money honey & aslaug


toi, t'as bien envie que le temps s'écoule le plus vite possible. toi, t'as bien envie d'avoir le pouvoir d'avancer le temps, ne serait-ce que pour l'instant présent. parce que, toi, tu perds les pédales, t'as des envies de meurtre que tu n'as que rarement. toi, t'as l'impression de perdre pied et de ne plus savoir quoi faire. tu sais bien que les hommes sont d'un compliqué, tu sais bien qu'il faut leur expliquer longtemps avant qu'ils ne comprenne quelque chose dans le bon sens. alors toi, t'as beau justifier tes pensées le plus calmement et explicitement possible, l'homme qui te tient compagnie, il ne comprend rien. ça t’agace, tu perds patience. tu deviens exécrable, tu deviens mauvaise et tu en oublies même tes bonnes manières, oubliant de remercier le barman pour le verre qu'il vient de poser devant toi. y a tout un tas d'idées plus tordues les unes que les autres qui te passent par la tête. t'as tellement envie de lui éclater la tête contre le comptoir. t'as tellement envie de lui passer les menottes et de le foutre derrière les barreaux, juste l'histoire de quelques heures pour que ça le calme. t'as tellement envie de lui coller ta main dans la face. t'as tellement envie de plein de choses et tu t'apprêtes même à lui briser ton verre, tout juste rempli, sur le crâne. rien que d'y penser, un sourire en coin se dessine sur tes lèvres. tu n'auras pas le temps de mettre ton plan à exécution. tu n'auras pas le temps d'assouvir ton envie de lui coller la raclée de sa vie. un bras qui passe autour de tes épaules, cette voix qui t'enivre. sauvée. tu insistes sur le fait qu'il serait grand temps que le type te lâche la grappe avant de finir défiguré, histoire d'appuyer les paroles de ton coéquipier. tu observes l'autre quitter le tabouret, manquant de se casser la figure. ça t'arrache un sourire d'ailleurs. tu avouerais sans honte être contente de l'effet que l'arrivée du borel a provoquée. cela dit, tu ne comptes pas le laisser s'en sortir aussi facilement, celui-là. même pas installé à tes côtés que tu l'engueules déjà pour son retard considérable. parce qu'il faut quand même dire que c'est de sa faute si tu t'es récolté un connard en attendant que monsieur daigne montrer sa tronche. t'avales une gorgée du liquide ambré pendant qu'il te répond, le plus sereinement du monde, qu'il aurait aimé te voir perdre ton sang froid. tu manques de t'étouffer. parce que ça fait trois plombes que t'es là en plus ?! t'es vraiment qu'un con borel. que tu lui balances sans retenue. j'vois pas c'qu'il y a de drôle à m'laisser galérer en plus. t'as la rage qu'il ne se soit pas montré plus tôt, surtout quand, maintenant, tu sais qu'il était là, à t'observer, depuis un moment déjà. l'autre type, il t'a déjà sacrément énervé et lui, il ne fait rien pour apaiser ton esprit bouillonnant de rage. c'est p'tre bien sur ta gueule que j'vais l'éclater c'verre, finalement. que tu continues, vexée, avant de le vider, une fois de plus. noyer ta colère dans l'alcool. c'est bien max, c'est comme ça que tu vas t'en sortir, y a pas de doute possible. t'es pathétique ma pauvre fille, tu ferais bien de relever la tête et d'oublier tout ça. mais t'es si entière que t'en es pas capable. non, toi, tu vis le moment présent et celui-ci est loin d'être des plus plaisants. tu sens son regard parcourir ton corps, te détailler minutieusement. toi, tes yeux sont plongés dans le fond de ton verre vide. tu comptes bien lui faire comprendre que t'es pas n'importe qui, qu'il n'a pas à agir comme ça avec toi. toi, t'es pas les autres. toi, t'es maxine barnes et il devrait le savoir depuis le temps. à moins qu'il veuille réellement retenter l'expérience de ton flingue sur sa tempe. il t'observe et toi, tu dis rien. t'as pas envie de parler, t'as envie de le laisser mariner. t'as pas envie que ce soit aussi facile que ça. c'est pas comme ça que ça marche avec toi et ça, il ne doit pas l'oublier, sous aucun prétexte. il te propose un autre verre. toi, tu vas finir bourrée. m'enfin, tu ne refuses jamais une offre de la sorte. tes yeux plongés dans les siens, tu hésites quand même. t'as bu deux verres cul sec. et puis merde, on ne vit qu'une fois. tu acquiesces silencieusement en lâchant ton verre vide. tu décroises tes jambes pour les recroiser dans la foulée, changeant de jambe d'appuie. tu t'es tournée vers lui. enfin. t'avais oublié hein. que tu finis par lâcher, plus calmement. ça ne fait pas si longtemps que ça qu'il est arrivé, t'en est persuadée. il a fait exprès, juste pour t'énerver un peu plus. et toi, t'es tombée dans le panneau. encore. toujours.




le sourire aux lèvres.
max barnes ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: (maxine) I need a miracle to get away from you 26/5/2017, 02:46


I NEED A MIRACLE TO GET AWAY FROM YOU
I know it's chemicals that make me cling to you and I need a miracle to get away from you
and I'm not spiritual but please stay 'cause I think you're a saint and I think you're an angel
Parce que ça fait trois plombes que t'es là en plus ?! t'es vraiment qu'un con borel. T’as envie de rire d’éclater de rire. C’est pas drôle, mais en même temps, un peu quand même. Mais tu sais que si tu ris, elle sera encore plus en colère et tu sais déjà ce que ça donne de l’énerver. Même si elle n’était pas en service et ne pouvait pas te pointer son flingue sur la tempe encore une fois, tu sais très bien, même sans qu’elle ne l’ait mentionner, qu’elle pourrait bien t’éclater son verre sur la gueule. Tu admets pourtant qu’elle a raison de s’énerver, t’aurais probablement eu la même réaction si tu avais été à sa place. Tu lui aurais fait la gueule aussi, mais pour le coup, c’est toi qui te retrouves du bon côté, du côté de celui qui peut se marrer et profiter un peu de la situation, en rire. Alors tu la regardes, clairement amusé. Tu te délectes de la voir rager parce que ça lui confère aussi un certain charme, enfin encore plus que le charme naturel qu’elle possède déjà, impossible de le nier. Et puis, tout ça, c’est un peu comme un jeu pour toi. Elle te fait la gueule, tu la charmes et ça se termine sous la couette. C’est une formule magique, une formule gagnante. C’est familier et pourtant, à chaque fois, ça semble combler un vide que tu ne soupçonnait pas exister. Comme si tu avais besoin de ce défi qui t’était lancé, que tu te lançais à toi-même en fait parce que peut-être, tu l’avais cherchée. Alors, ça ne te surprend même pas lorsqu’elle te dit qu’elle pourrait l’éclater sur ton visage le verre. Tu ne doutes même pas qu’elle pourrait le faire. Tu te souviens encore très de ce jour ou elle a posé le flingue sur la tempes et tu n’en gardes pas nécessairement de bons souvenirs. Et quand bien même tu dis que tu n’aimerais pas revivre ce jour, tu te risques quand même à dire T’oserais pas. avec une pointe de défi dans la voix. Tu sais très bien de quoi elle est capable et tu ne doutes pas une seule seconde qu’elle pourrait, à tout moment, prendre ce verre qu’elle tient dans sa main et le fracasser contre ton visage, mais ça ne te fait pas peur. Alors tu la regardes avec cet air de défi et t’attends de voir sa réaction. Mais elle le lâche et fini par accepter ce verre que tu lui as proposé, ce qui te soulage quand même un peu parce qu’au fond, tu redoutais peut-être qu’elle passe à l’action. Bon, c’est pas dit qu’elle ne cèdera pas à la tentation avec ce nouveau verre lorsqu’il sera vide, mais pour le moment, c’est un mince soulagement. Et le silence s’installe entre vous. Il n’est pas nécessairement inconfortable… quoi qu’un peu quand même. Parce que tu te dis que t’aurais pu intervenir avant que ce mec pose sa main sur sa cuisse. T’aurais pu faire quelque chose. T’aurais pu te pointer au moment ou t’es arrivé plutôt que t’amuser un peu aux dépends de ta coéquipière. Plutôt que laisser cet homme poser ses salles pates sur elle. T’es d’ailleurs surpris de ne pas lui avoir casser le poignet parce que l’idée de lui apprendre une leçon a traversé ton esprit pendant un court moment. Mais bon, ta psy t’as dit qu’il fallait que tu te contrôles, que tu ne cèdes pas à toutes tes impulsions alors t’as fait un effort. Et puis, ça aurait quand même été mal vu de faire ça maintenant. Tu ne pouvais pas te cacher derrière ton badge, ton statu, ton boulot. Tu laisses ces pensées cogiter dans ta tête et tu regardes ta bière, en prend une, deux gorgées quand elle parle et te tire de tes pensées. N’importe quoi. J’avais pas oublié. Et juste avec cette phrase, tu sais, tu t’es trahi. Alors tu laisses quelques secondes passer avant de finalement te confesser. C’est possible que, peut-être, j’ai oublié. Tu lèves finalement les yeux pour la regarder en disant cette phrase. Tu peux presqu’entendre tes amis te demander comment t’as fait pour oublier un rendez-vous avec une femme comme elle, te traiter d’idiot, de con parce qu’on laisse pas une femme comme elle seule au bar. Parce que tu sais maintenant ce qui lui arrive si elle reste seule trop longtemps. Y’a les mecs louches qui sortent de leur trou et qui viennent tenter leur chance. Peut-être que ça t’apprendra à être à l’heure. Parce que t’as clairement pas envie qu’un autre ivrogne pose ses mains sur elle. Parce que le prochain, s’il y en a un, tu n’arriveras peut-être pas à te contrôler. Peut-être que s’il y a une prochaine fois, il finira à l’hôpital avec un poignet fracturé. Peut-être.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : vikander.

CRÉDITS : (av.) moonlight (gifs) tumblr, anaëlle (sign.) astra (icon) lilousilver.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: (maxine) I need a miracle to get away from you 26/5/2017, 23:31


icons by aslaug & money honey & aslaug


t'es en colère, tu rages, tu bous de l'intérieur. tu ne trouves pas ça très hilarant d'avoir passé trop de temps avec ce type qui ne faisait que de te déshabiller du regard. t'es pas à l'aise quand on pose les yeux sur toi trop longtemps. tu l'es encore moins quand on se permet de te toucher sans que tu en aies donné l'autorisation. dans un élan de froideur, tu lui glisses que tu lui éclaterais bien ton verre sur la tronche. oh t'en serais capable maxine. il le sait. imprévisible, impulsive. t'attends pas de réponse à ça, t'attends pas d'approbation, t'attends rien. et pourtant, lui, il te provoque, te dit que t'oserais pas. joues pas borel. tu perdras. que tu craches. ça oui aaron, il va perdre. tu hésites, tu ne sais pas si tu dois céder à ton excès de colère ou bien te détendre. tu ne sais pas si c'est vraiment une bonne idée de foutre le bordel dans ce bar. ça aurait été chez emeryck, tu ne te serais pas gênée. tu les connais tous là-bas. ils ne se seraient pas formalisés d'un verre qui vient s'écraser avec violence sur une tête d'abruti. parce que, pour toi, l'attitude de ton coéquipier est digne d'un abruti à l'heure qu'il est. le crew, ils auraient ris de te voir t'énerver. toi, la douceur de paname. un peu d'activité inhabituelle dans le bar de cet ex-taulard que tu apprécies tant. mais t'aurais pas passé ta soirée là-bas avec aaron, ça non. on ne peut pas vraiment dire que ce soit le grand amour entre le crew et lui. parce que, lui aussi, il n'arrive pas à voir ce que tu vois. il n'arrive pas à comprendre pourquoi t'es attachés à eux. alors tu finis par lâcher ton verre et accepter qu'il t'en offre un. et puis le silence s'installe parce que t'as pas envie de parler, t'as pas envie de faire comme d'habitude. parce que t'avais dit que t'avais besoin de temps, que t'avais besoin de tout arrêter. alors pourquoi t'es habillée comme ça maxine ? pourquoi tu t'es maquillée maxine ? tu sais pas, t'en sais rien. tu joues avec le feu alors que tu veux tout arrêter. tu sais pas bien où t'en es. indécision de la gamine paumée que tu es encore parfois. et toi, tu finis par te radoucir pour lui demander s'il avait oublié. tu sais qu'il a oublié, t'attends même pas de réponse. tu l'as connais déjà. t'arques un sourcil quand il te répond par la négative. s'il savait qu'il aggrave son cas, il changerait probablement d'avis. et puis il se ravise pour te balancer la vérité. t'es qu'un crétin, tu l'sais ça ? que tu balances, sourire en coin au bord des lèvres. la prochaine fois, sois gentil, m'fais pas m'déplacer pour rien. y a le barman qui te ramène ton verre, tu lui adresses un immense sourire. parce que lui, il fait son boulot comme il faut. lui, il a le droit à un sourire. borel, il t'a planté là et ça, tu pardonnes pas facilement.




le sourire aux lèvres.
max barnes ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (maxine) I need a miracle to get away from you

Revenir en haut Aller en bas

(maxine) I need a miracle to get away from you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Maxine Waters kont eleksyon yo.
» Nouveau Cabinet + 20000 emplois en Haiti ! Quel miracle ?
» Miracle ou tentative de zombification?
» Waiting for the miracle to come - Prio Morpheus.
» Colle miracle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE :: Rps-
LES RPS LIBRES

then a hero comes along / zafira beaumont.
(voir le sujet)