Partagez|

C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 29/5/2017, 13:48



LOUISE MONNET

featuring teresa palmer

NOM : Monnet. PRÉNOM : Louise. ÂGE : 32 ans. DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Le 10 février 1985 à Déols, au sud-ouest de Paris. ORIGINES : Française. ORIENTATION SEXUELLE : Homosexuelle. STATUT CIVIL : Célibataire volage. ÉTUDES/MÉTIER : Associée d'une agence pour acteurs. PASSION(S) : Le cinéma, la littérature, la clope, les filles. GROUPE : Salut les amoureux. RANG : Eden de Cacharel. PV, SCÉNARIO, PRÉ-LIEN OU PERSONNAGE INVENTÉ : Personnage inventé.

- ❇ -

CARACTÈRE : impulsive - franche - déterminée - arrogante - amusante - têtue - orgueilleuse - indépendante - sociable - cassante - passionnelle - créative - joueuse - fêtarde - exigeante - honnête - rancunière - travailleuse - colérique - lunatique - impatiente - loyale envers ses amis - intolérante.


j'envoie des bons baisers de paris

QUEL EST L'ENDROIT QUE TU PRÉFÈRES A PARIS ? Le théâtre du châtelet. DÉCRIS LA CAPITALE EN TROIS ADJECTIFS : ambitieuse, impulsive, élégante. DÉCRIS L'AMOUR EN TROIS MOTS : utopique, surestimé, dispensable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 29/5/2017, 13:52



tout nous attend, tout est écrit

écris l'histoire, tout ce que tu voudras entre les lignes

2017 - 32 ans - Paris.
« Non mais c'est quand même fabuleux d'être entourée par de pareils incompétents! » De sa voix stridente et éraillée par quelques trop nombreuses années de cigarette, Louise virevolta sur place pour faire face aux deux assistants qui se tenaient jusqu'à lors derrière elle. « Les gars ils m'ont quand même apporté du déca pour Adjani. DU DECA PUTAIN. » Pestiférer contre ses subordonnés était le quotidien de Louise. Cependant, contrairement à ce que beaucoup pensaient, son ton dramatique n'avait rien d'accessoire. Il était, sinon une condition nécessaire à la survie professionnelle, au moins un gage de compétence dans le milieu des agents. Ainsi Louise s'était éprise de ce ton si passionnel à qui elle vouait une adoration ni dissimulée ni contrariée. Cela lui valait bien des ennemis mais elle se souciait peu de ce que l'on inscrirait sur son épitaphe. Elle aimait d'ailleurs à croire qu'il n'y avait plus grande liberté que de se libérer du jugement de l'autre. Oui, Louise, c'est la liberté. La liberté de merder, se planter, râler et vivre en pécheresse. La liberté de se réduire en esclavage à ces sentiments qu'elle pensait faire d'elle quelqu'un de libre.

1993 - 8 ans - Déols, commune où a vécu Louise.
Les jambes de Louise s'activaient plus vite qu'elle ne s'en savait capable. La terre boueuse qui faisait office de terrain de jeu n'avait rien d'un obstacle à sa course effrénée, et, plus tard, elle en viendrait même à penser qu'elle avait été un facteur chance. Et pour cause: elle avait déjà envoyé deux ballons derrière les cages de l'équipe adverse -un record personnel- et le match n'était pas encore terminé. Ce ne fut donc pas le poids de l'amas qui s'était formé sous ses chaussures qui stoppa ses jambes frêles dans leur élan.
Non. Ce furent quelques paroles, d'une voix en apparence bien plus légère que les deux cent grammes qui lui collaient aux basques. On eu pu donc penser qu'elle serait passée outre, se serait débarrassée de ces mots avec la même ardeur qu'elle employait à semer les joueurs de l'équipe adverse.
« Louuuise c'est un garçon » chantonna le gosse depuis le côté du terrain.
La blondinette se stoppa net, se sentant davantage insultée plus par principe que par conviction. Certes, elle flottait dans son maillot de foot et n'aimait pas vraiment le gloss à paillettes que Marianne avait ramené en douce à l'école quelques jours plus tôt. Pourtant, même du haute de ses huit ans, elle trouvait qu'il y avait quelque chose de dérangeant à réserver des activités aux garçons alors que, vraisemblablement, elle y était plus douée qu'eux. Elle ne se priva pas de le leur faire savoir, d'ailleurs. « ça t'arrangerait bien, tu serais pas en train de te faire battre par une fille, mauviette! » quelques camarades ricanèrent en guise de moquerie vis-à-vis de Pierre et, fière de ce retournement de situation, Louise se jura qu'elle préférait être bourreau que victime. « Et tu peux parler, je sais que t'as essayé le gloss à paillettes de Marianne, tu voulais voir si t'étais toute jolie? » s'essaya-t-elle en imitant une petite danse exagérément efféminée, davantage pour amuser a galerie que pour ridiculiser Pierre. Elle tira deux conclusions de cette histoire: primo, tout le monde avait le droit d'aimer ce qui lui plaisait et, à cet égard, elle n'avait pas à choisir entre le foot et les barbies -elle aimerait les deux. Deuzio -et c'était le plus important: il était plus facile d'attaquer que de se défendre.

2000 - 15 ans - Déols.
La tête de Julia pivota légèrement jusqu'à ce que son front heurte tendrement celui de Louise. Les deux adolescentes s'appliquaient à regarder passer les nuages, allongées sur la pelouse d'un jardin municipal, comme s'il n'y avait rien de mieux à faire un samedi après-midi printanier. C'était Julia qui avait insisté pour qu'elles s'adonnent à l'activité en question, le tout en se tenant la main, comme les amoureuses qu'elles étaient étaient supposées le faire. Lou avait accepté sans trop rechigner, non pas tant parce qu'elle était fascinée par le bleu du ciel que parce qu'elle éprouvait une tendresse adolescente infinie pour sa petite amie. Infinie mais pas assez naïve pour sa jeunesse. « Plus que trois ans de lycée et quelques années de fac. Après on pourra travailler et s'installer ensemble dans l'appart que mes parents louent en ville. » La mâchoire de Louise se crispa. Si elle ne partageait pas l'engouement de sa petite amie pour la projection à long terme, elle tolérait cependant ce penchant. Julia le savait bien, et c'était précisément pour cette raison qu'elle se permettait de rêver pour deux, sans se froisser lorsque Louise ne donnait pour réponse qu'un fin sourire ou un acquiescement distrait. Alors définitivement, si ses dents grinçaient malgré elle, ce n'était pas parce que Julia parlait d'avenir -mais plutôt parce qu'elle parlait d'avenir à Déols. « Et Paris? » Julia arqua un sourcil en s'efforçant de soutenir le regard interrogatif et partiellement dédaigneux dont la gâtait Louise. « Ben Paris pour les études, ok, mais on va pas y rester toute notre vie... tu pourras très bien travailler ici » Louise se redressa à la force des coudes qu'elle venait de poser contre l'herbe et, depuis sa demi-hauteur, elle dévisagea Julia comme si elle lui était étrangère et n'avait rien saisi à sa personne. Certes, le dessein professionnel de la blondinette n'avait rien de précis et s'élevait à la hauteur que pouvait lui donner une enfant de 15 ans. Elle répétait qu'elle ne savait pas précisément mais qu'il s'agirait certainement de quelque chose de "dynamique", un "truc du genre littéraire ou artistique ou quoi", quelque chose qui la dépasserait et nourrirait sa passion et son ambition. Or de mémoire d'homme, aucun Déolois n'était parvenu à assouvir une ambition débordante en restant à Déols. Non, Louise comprit rapidement qu'elle avait inconsciemment hiérarchisé ses priorités, et peu importait son amour adolescent; Julia -comme toutes les autres- passerait après Paris.

2005 - 20 ans - Paris.
Les années passées semblaient avoir davantage encore forgé le caractère de Louise. C'était de notoriété publique, ce même dans cette capitale où elle faisait son nid depuis deux petites années: mieux valait ne pas enquiquiner l'étudiante en gestion et médiation culturelle qu'elle était. Paradoxalement, les quelques personnes avec qui elle nouait une relation plus amicale et profonde savaient voir en elle une jeune femme loyale et amusante, qui ne disait jamais non à une sortie et ne pleurait jamais sur son sort -râler sur son sort, en revanche, relevait d'une autre paire de manches. Tirant sur une cigarette en bout de vie, Louise se collait au mur extérieur de l'université dans le but d'échapper aux quelques gouttes de cette pluie parisienne, dont la course serait arrêtée par les moulures haussmanniennes des étages supérieurs. Abrité sous un parapluie que Louise avait refusé de partager, son camarade de classe et ami Benoît s’époustouflait devant leurs différences caractérielles prononcées. « Je pourrais pas faire ça -papillonner, aller de fille en fille sans que ça compte... Je suis un incorrigible romantique qui aime passionnément. » Louise pivota la tête de 90° afin de regarder son ami. « Moi aussi je suis passionnée. C'est pour ça que je les aime à la folie pendant une nuit et qu'au matin je rêve à la prochaine. » La jeune femme savait pertinemment qu'elle pouvait avoir l'air particulièrement froide et cruelle en parlant de la sorte et, pourtant, dans son esprit, il y avait quelque chose de plus profond que ça. Elle ne se lassait pas rapidement d'une dame par principe mais plus par volonté d'en aimer davantage. Elle ne voulait pas perdre de temps sur une âme qui n'en valait pas la peine -la vie était bien trop courte. Aussi prenait-elle son dû et n'attendait-elle pas de savoir si quoi que ce soit pouvait "fonctionner" ou "donner quelque chose". Si elle n'en avait pas intrinsèquement envie, elle ne se forçait pas un instant. Elle comptait donc beaucoup de conquêtes mais peu de temps en couple. À 20 ans, elle affichait un fier record de deux mois consécutifs de relation amoureuse -sans amour. Et cela lui allait très bien comme ça. « T'envisages pas de te poser alors? Jamais? » Le nez de Louise se tortilla nerveusement. La femme, la maison, le chien, la routine, le plan-plan, le désintéressement, la dé-passion, la dépression. « Pas pour l'instant, j'ai 20 ans bordel. Mais tu sais ce qu'on dit... » L'étudiante poussa sur la jambe qui lui servait d'appui contre le mur afin de se redresser et vint éteindre le reste des flammes de sa cigarette sur la bâtisse, presque métaphoriquement. « "Ne jamais dire jamais" ».


de paris à chez moi, il n'y a qu'un pas

PSEUDO/PRÉNOM : Pommepidou. ÂGE : 23 -outch. SEXE : Femme. VILLE : Un coin perdu du sud-est. RAISON(S) DE L'INSCRIPTION : Je cherchais un forum où camper ce perso et je la vois parfaitement évoluer à Paris + la rédaction des groupes, du contexte etc. COMMENT AS-TU CONNU LVER ? : Par bazzart. FRÉQUENCE DE CONNEXION : En ce moment 5/7. UN DERNIER MOT ? C'est un come-back RPGique, soyez indulgents.    



Code:
[color=#D04040]● [/color][b]Teresa Palmer[/b] aka [i]Louise Monnet[/i].
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 29/5/2017, 13:54

Bienvenue officiellement parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : vikander.

CRÉDITS : abisror & tumblr & bat'phanie & kiri.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 29/5/2017, 14:13

je suis en adoration devant ton choix de célébrité
j'ai vu ton petit message dans la section invités, malheureusement, aucune de mes poulettes ne pourrait correspondre au lien spécifique que tu cherchais cela dit, je suis certaine que l'on pourra se trouver un petit quelque chose avec l'une de mes trois petites poulettes que j'ai sous le coude
bienvenue parmi nous et bonne continuation pour la rédaction de ta fiche mon chat


flou artistique
funny how the heart can be deceiving more than just a couple times. why do we fall in love so easy, even when it's not right. where there is desire, there is gonna be a flame. where there is a flame, someone's bound to get burned. ▬ pink - try.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 29/5/2017, 16:08

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : Alysha Nett

CRÉDITS : xMcFlurry & bat'phanie signature & crackship Marie

PSEUDO : Stéphanie


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 29/5/2017, 16:54

Bienvenue parmi nous ma belle



Ils vont s'adorer, se séparer, se détester, se manquer... finiront-ils par comprendre qu'ils ne sont jamais aussi heureux que lorsqu'ils sont ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 29/5/2017, 18:18

Merci beaucoup de votre accueil les loulous
Hâte qu'on se trouve des petits liens
Revenir en haut Aller en bas
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : david prat.

CRÉDITS : morrigan (avatar), tumblr.

PSEUDO : manon.


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 29/5/2017, 19:23

teresa. bienvenue ici.



FLIRTING WITH DISASTER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : selena.

CRÉDITS : hershelves. (avatar)

PSEUDO : most girls / laurine.


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 29/5/2017, 19:56

teresa + ce que j'ai pu voir du personnage en zone invité il y a moyen de se trouver un petit quelque chose entre nos deux louloutes à mon avis
bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : jack the lad #monkeum #amourdemavie.

CRÉDITS : oim (ava + sign).

PSEUDO : anaëlle, vous savez.


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 29/5/2017, 20:11

haaaaaaan, teresaaaaaaa. très bon choix.
je te souhaite la bienvenue parmi nous, et bon courage pour la suite de ta fiche.




fuis-moi comme le cholera parce que j'suis un voyou, c'est comme ça qu'on dit. et au pire, ça t'donnera envie d'me cracher à la gueule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : unreal jenna dewan.

CRÉDITS : (ava) hershelves. (sign) tumblr.

PSEUDO : FREAKSHOW (laurine).


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 29/5/2017, 20:58

bienvenue à la maison ma toute belle



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 29/5/2017, 23:51

Contente que Teresa fasse l'unanimité Merciii les keupins, je sens que je vais me plaire ici

@Camila, ohyeah ce sera avec plaisir pour le lien
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 30/5/2017, 10:12

Bienvenue ici
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 30/5/2017, 21:37

Merciii m'sieur
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 31/5/2017, 22:50

Bienvenue & bon courage pour le reste de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'elixir de nina ricci

JE RESSEMBLE À : cutie amato.

CRÉDITS : (ava) spleen ocean. (sign) uc.

PSEUDO : FREAKSHOW (laurine).


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 6/6/2017, 10:01


Il est temps de terminer ta fiche

attention, ta fiche est en danger !

eh ben alors... où es-tu passé(e) ? ça fait maintenant une semaine que tu as commencé ta fiche, mais nous n'avons plus de nouvelles de toi... comment ça se fait ? ne nous dis pas que tu t'es noyé(e) dans la seine ! ici, le staff est rempli de maîtres nageurs accomplis et encore plus sexy qu'adriana karembeu ! autrement dit, tu n'as aucune excuse, on te sauvera coûte que coûte ! à partir d'aujourd'hui, tu ne disposes donc plus que de quatre jours pour nous demander un délai, sans quoi ton compte se verra supprimé. nous, on n'a pas envie de te laisser partir ! alors reviens-nous, tu nous manques déjà.



kill em with kindness,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 6/6/2017, 12:51

Merci Juju

Yes yes, my bad, j'ai eu un week-end un peu trop prolongé, je finis ma fiche aujourd'hui
Revenir en haut Aller en bas
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : joanna.

CRÉDITS : (ava) hepburns. (sign) pray, bebe rexha.

PSEUDO : freakshow (laurine).


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 8/6/2017, 10:13

pour une reprise, je trouve que t'assure
sur ce, ça m'a l'air d'être une chieuse encore celle-ci je pense qu'elle s'entendra pas mal avec @mérédith delmare
du coup, j'ai hâte de voir ce que l'avenir lui réserve



Paris est à toi !

Tu es officiellement validé(e)

BIENVENUE - Bravo, bravo, tu es venu(e) à bout de ta fichounette et tu as été accepté(e) à Paris !    Maintenant tu es libre de faire tes premiers pas en toute tranquillité mais pas trop quand même.      

- ❇ -

LES PETITS TRUCS A SAVOIR - Si tu débarques en solitaire mais que tu es pressé(e) de jouer parmi nous parce que tu es un fou/une folle de rp, accro jusqu'à la moelle - oui oui, on comprend ça très bien    - tu peux aller faire une demande de rp arrangé, le staff se chargera de te concocter une petite scène avec un autre membre. Mais n'hésite pas à aller te faire de nouveaux amis qui n'ont qu'une envie : t'avoir dans leur liste de liens et de rps !   T'as vu comme tout le monde est mignon ici ?   Alors ne perds pas une seconde et vas sauter à pieds joints dans le flood et/ou la chatbox pour devenir le number one du délire. Et ne t'en fais pas si tu as un peu peur de faire le premier pas : les petits timides, on leur fait de gros câlins, et on les aide à s'intégrer grâce aux mini-floods.   Du coup, tu peux dès maintenant te rendre dans ton mini-flood de groupe et ton mini-flood de rang pour rencontrer quelques membres.    

- ❇ -

EN CE MOMENT SUR "LA VIE EN ROSE" - Tu veux mélanger fun et cuisine ? Et bien ça tombe à pique !    Vas très vite t'inscrire à l'activité en cours en cliquant ici, tu ne vas pas le regretter !  

- ❇ -

LE PETIT MOT DE LA FIN - Si tu nous aimes aussi fort qu'on t'aime, tu peux voter pour nous et nous faire un peu de pub, on te fera des crêpes pour te remercier !    On est un club de folie nous, et on a hâte de partager des tas de choses avec toi (en plus des crêpes, bien sûr). En attendant, amuse-toi bien parmi nous !  


i pray to god.
he's like one too many drinks and my intuition starts to sink.
it's like ba-da-da-da-da-da.
your shadows, they follow and they're haunting me.
where'd you go, this hollow soul is lonely.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 8/6/2017, 12:05

Haon merciii vous avez dit chieuse?! oops On va faire un ptit club avec Mémé alors
Je file travailler à la suite
Revenir en haut Aller en bas
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : will higginson.

CRÉDITS : Morrigan (a) ; Beerus (s)

PSEUDO : elixir./sam.


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise) 4/7/2017, 13:29

un petit bienvenue en retard.


❝ you are a liability ❞ the truth is i am a toy. that people enjoy. 'til all of the tricks don't work anymore. and then they are bored of me. i know that it's exciting. running through the night, but. every perfect summer's. eating me alive until you're gone. better on my own.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise)

Revenir en haut Aller en bas

C'est avec les beaux sentiments qu'on fait de la mauvaise littérature. (Louise)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une leçon X avec grand-père (Victor) (Attention sujet Hot)
» Près du saule pleureur... [Pv Léa et Rawane]
» Un lac, un étalon, un vieil homme et une jument
» Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.
» Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: Préfecture de Paris :: Viens et entre dans la danse-