Partagez|

Tous les mariages naissent pour la même raison : la peur. ♦ Tad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : Lily Aldridge

CRÉDITS : anaëlle & bat'phanie pour la signature & class whore pour les gif

PSEUDO : Stéphanie


MessageSujet: Tous les mariages naissent pour la même raison : la peur. ♦ Tad 2/6/2017, 01:02


LA COURONNE DU PÈRE NOËL


Tous les mariages naissent pour la même raison : la peur.
Tad & Magalie
La grisaille attaque le ciel de Paris ce matin-là. Un sourire s’incruste sur le visage de l’avocate. Vraiment il n’y a rien de mieux que de la pluie pour accompagner ce mariage déjà triste à mourir. Les sentiments ambivalents de la jeune femme se lisent clairement sur son visage. Elle n’avait aucune envie d’y aller. Vraiment aucune. Charles lui donnait envie de se taillader les veines avec une feuille de papier. Pour que ce soit long et douloureux. Peut-être aurait-elle dû y aller avec Maxine. Elle aurait pu porter son arme de service, ça aurait été drôle. Un soupir franchit ses lèvres. Elle n’était pas prête à supporter la journée qui l’attendait. Robe noire. Escarpin à talon vertigineux. Sa tenue ressemblait à ce que l’on portait lors de funérailles. C’est exactement l’effet qu’elle voulait donner. Autant dire que dès son arrivé dans la mairie les regards se sont posés directement sur la brune habillée tout en noir, qui affichait un regard glacial et son éternel visage fermé. Rien d’engageant en somme. Mais c’était exactement ce qu’elle souhaitait. Elle n’avait aucune envie d’engager la conversation avec une bande d’hypocrites seulement présents à cette union pour boire du champagne et manger gratuitement. Qui a dit que les riches n’étaient pas les plus avares ? Des murmures s’élèvent sous son passage. Ses mâchoires se crispent en entendant une femme dire à une autre qu’elle était la fille indigne de Charles. Magalie avait beaucoup de défauts mais elle n’était pas indigne. T’as promis de te tenir à carreau Mag, tu es là juste pour voir Tad. Pas pour faire un scandale mais… Elle se retourne vivement sur ses talons et regarde les deux hypocrites bien en face. « Charles n’est pas mon père, c’est clair ? » Quand Maître Voisin entre en action ça donne ça, évidemment ça surprend un peu l’assemblé. Oui. Charles aimait tellement se vanter que maintenant il racontait que l’avocate était sa fille unique. Plutôt crever que d’avoir un père comme lui. Et quand on parle du diable on en voit la queue justement. Cet homme lui donnait envie de lui vomir sur ses chaussures à trois cent euros. « Magalie tu es en retard. » Elle hausse les épaules. Autant dire que son retard il pouvait clairement le mettre dans une partie de son anatomie qui ne voyait jamais le soleil. Ses poings se serrent légèrement. Une telle envie de lui décrocher un coup-de-poing lui vient mais elle se retient. Ça ferait mauvais genre hein Charles ? « Je suis là non ? Alors ne commence pas Charles. Que la mascarade commence. » Elle esquive la main qu’il tend vers elle pour la retenir près de lui, s’il la touche, elle explose. Un fou rire la prend légèrement durant la cérémonie. C’était pathétique putain. Sa belle-mère était plus jeune qu’elle. Elle semblait être analphabète et ne pas savoir différencier sa droite et sa gauche. Une gourde de plus dans ta famille Magalie. Le bonheur. Une fois ce ramassis de connerie terminé elle attrape une coupe de champagne et se dirige vers la personne qu’elle souhaitait voir. « Tadeusz. Quel plaisir de te voir parmi nous. » Elle l’aimait l’appeler par son prénom entier. Parce que ça donnait ce petit côté pompeux, cérémonieux et hypocrite. Ces sentiments semblaient flotter dans l’air de cette salle. Une envie de fuir la prend, de repartir voir ses amis, sa famille, la vraie, celle qu’elle a choisie. Celle pour qui son cœur bat. Celle pour qui ces sourires sont là. Celle qui lui rappel tous les jours que la vie est belle, même quand elle est noire. « Rassure-moi Tad. Tu as été payé pour assister à ce simulacre de mariage ? Tu n'es pas là parce que tu en as envie n’est-ce pas ? » Rassure la Tad. Ne lui dis surtout pas que tu es là par plaisir. Elle a encore espoir l’avocate, l’espoir que tu ne sois pas comme eux. Comme ceux qu’elle a côtoyé toute sa vie. Ceux à qui elle a refermé la porte il y a bien longtemps. Elle a encore l’espoir de le faire sortir de ce cercle vicieux. Elle a encore l’espoir qu’il finisse par ouvrir les yeux même si pour le reste du monde c’est déjà peine perdue. Magalie elle ? Elle n’a pas dit son dernier mot ça non.

⇜ code by bat'phanie ⇝



Une bombe humaine sur le point d'exploser. Une cocotte-minute constamment sous pression dans laquelle bouillonnent depuis trop longtemps du ressentiment, de l'insatisfaction, une envie d'être ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : adrien sahores.

CRÉDITS : ma queen bilal (avatars, signature, kebab salade tomates oignons, bref, tout). ♡

PSEUDO : manon, flightless bird.


MessageSujet: Re: Tous les mariages naissent pour la même raison : la peur. ♦ Tad 22/10/2017, 20:59

tous les mariages naissent pour la même raison: la peur.
- magalie.

le bruit des talons vertigineux qui claquent contre le marbre glacé, des longues robes qui bruissent, des verres qui tintent et des rires hypocrites s’échappent dans l’air ambiant, emplissent la salle de leurs échos entêtants. voute céleste aussi morose que son palpitant, les opales sombres du jeune desrosiers ondulent sur les silhouettes qui l’entourent, sur l’opulence d’un monde dont il n’en perçoit plus les couleurs. amer spectacle aussi gris que le ciel qui s’étend au-dessus de leurs crânes, il se voit pourtant dans l’obligation d’assister à cette écœurante mascarade qui défile devant ses traits tirés. l’union sans âme de deux êtres insensés où les billets dominent, inondent et étouffent les pâles démonstrations d’amour insipides qui tentent parfois de triompher dans cet océan d’absurdités. fut une époque où il aurait paradé, serré des mains vigoureusement, de ce même sourire caméléon s’adaptant à n’importe quelle situation. charmé les vieilles bourgeoises, engagé les conversations narcotiques aux côtés des investisseurs de son patriarche, parlé business et finances avec vigueur, déplorant l’ignorance des parvenus. ce soir pourtant, et à l’instar de nombreuses autres nuits depuis des mois maintenant, il n’en était rien. les pieds fermement ancrés au sol, le dos aussi droit qu’un i, y a ce sentiment d’asphyxie qui lui fait tourner l’esprit, vertige accentué par le nœud papillon qui semble lui lacéré la gorge et sur lequel il ne peut s’empêcher de tirer pour le remettre en place constamment. y a les salutations à demi-mots qu’il ne peut éviter, les lèvres étirées en un sourire déformé, et cette lente et longue suffocation à laquelle il ne trouve aucun remède, aucun instant de répit. schéma qui se répète inlassablement depuis le silence d’astrid et auquel il ne trouve aucune issue de secours. une seule personne trouve pourtant grâce à ses yeux ce soir qu’il attend impatiemment, le regard buté sur l’imposante porte en face de lui, lippes scotchées au verre de ce champagne hors de prix qu’il ne prend même plus la peine de déguster, faisant couler le liquide mordoré dans sa gorge d’une seule traite. les bulles pétillent délicatement sur son palais habitué, excitent à peine ses papilles de golden boy accoutumé à s’en imprégner. il évolue un instant dans l’immense salle, crache ses pseudos-félicitations en une poignée de main molle à charles qu’il finit par croiser à force de justement, l’éviter depuis des heures. celui qu’il ne peut s’empêcher d’exécrer aussi fort que son amie pour toutes les horreurs qu’il a pu un jour jeter à l’encontre de magalie. impassibilité au fond des pupilles, semblant de sourire qui se fane dans la joute de regards silencieuse échangée par les deux hommes, politesses superficielles à l’orée des lèvres avant qu’ils ne se quittent sous un accord tacite. tad reprend sa quête, heureux d’avoir laissé ça derrière lui, comme une bonne action à réitérer le moins possible. et puis brusquement, alors qu’il ne l’attendait plus, la voix de la brune tinte à ses tympans presque hypnotisés par le brouhaha incessant, les mots aussi tranchants que des lames de couteaux. le prénom entier sifflé entre les dents, les pupilles brillants de cet éclat funèbre et orageux tandis qu’elle s’approche en esquintant volontairement ses talons contre le sol. et c’est le soulagement qui bouillonne au fond de son estomac. il le sait tad, que magalie aurait tout donné pour être n’importe où sauf ici. n’importe où elle ne pourrait assister au pseudo bonheur de cet homme qui avait fait son propre malheur. et dans le réconfort de leurs retrouvailles, dans les soupirs entremêlés face au spectacle qui se déroulaient sous leurs yeux, tous deux étaient, au fond, heureux de pouvoir se rattacher à l’autre. « tad, magalie. juste tad. combien de fois je dois te le dire. » qu’il s’amuse à lui répéter sans cesse tandis qu’elle se fait un plaisir d’en articuler toutes les syllabes. ses lèvres s’écrasent doucement sur sa joue pour la saluer avant d’attraper deux verres au vol sur un des plateaux tenus par les serveurs. et, dans un sourire railleur dégoulinant de sarcasmes, il lui tend le mélange sans lui laisser l’ombre d’un choix. « tu rigoles, j’avais tellement hâte d’être ici et d’assister à ça. et puis j’ai eu l’occasion de saluer charles. toujours aussi charmant dis-moi. » les mots qui claquent volontairement un peu fort au milieu de la foule, le regard vacillant sur les convives un instant avant de se rapprocher de la brune comme pour conférer à l’échange, une atmosphère plus intimiste. « à vomir je te jure. honnêtement, je ne pensais pas que tu viendrais. qu’est-ce qui t’as fait changé d’avis au point de t’infliger ça? » léger souffle contre son oreille, sourcil arqué comme pour appuyer ses propos. oui magalie, pourquoi s’imposer la misère d’un passé furieux, remuer les souvenirs douloureux?



alors on va danser,
faire semblant d’être heureux.
pour aller gentiment se coucher,
mais demain rien ira mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : Lily Aldridge

CRÉDITS : anaëlle & bat'phanie pour la signature & class whore pour les gif

PSEUDO : Stéphanie


MessageSujet: Re: Tous les mariages naissent pour la même raison : la peur. ♦ Tad 28/10/2017, 22:46


Tous les mariages naissent pour la même raison : la peur.
Tad & Magalie
Un. Deux. Trois. Magalie ne savait plus à combien de mariages elle avait assisté avec Charles. Ces femmes étaient toutes plus jeunes les unes que les autres. Plus débiles les unes que les autres. À croire qu’il cherchait les femmes qui avaient le QI le plus bas pour leur passer la bague au doigt. Blonde. Rousse. Brune. Aucun préjugé chez Charles, il aimait seulement les femmes qu’il pouvait écraser à grand coup de talon quand le besoin de se sentir homme devenait trop dur à supporter. À chacun de ces mariages le souvenir de Chloé sa mère lui revenait en tête. Elle était belle sa mère. Elle était intelligente sa mère. Mais malheureusement pour elle, elle était amoureuse de cet homme des cavernes sorti tout droit de l’ère paléolithique. Au début Magalie avait de la peine pour ces femmes qui devaient le supporter chaque jour jusqu’à ce qu’elle se rende compte qu’elles étaient simplement trop idiotes pour se rendre compte qu’il était toxique pour elles. Exactement comme sa mère. Charles n’était pas bête, loin de là, il prenait pour épouse des femmes qui n’avaient pas un grain de jugeote dans le crâne afin de les manipuler à sa guise jusqu’à ce qu’elles deviennent bonnes pour les rebuts. Alors il était temps pour elle de partir dans la poubelle jetable et un divorce de plus s’affichait au compteur de cet homme infecte. Un léger sourire s’accroche à ses lèvres en se rappelant que le premier divorce de Charles la jeune femme l’avait réglé après avoir entendu les supplications de son « père ». Il a perdu une belle somme d’argent, il a perdu une de ses résidences hors de la France, il en aurait perdu jusqu’à sa chemise si la douce demoiselle l’avait voulu. Mais elle était trop gentille cette femme elle ne voulait rien de Charles, elle voulait juste son amour mais cet homme était incapable du moindre sentiment. Tous ses actes sont commis pour une bonne raison et si ça ne lui rapporte rien ? Il ne voit pas l’intérêt de s’épancher sur le problème. L’avocate le déteste pour ça. Elle le hait pour ce qu’il est. Pour ce qu’il représente. Mais elle vient à chaque fois. Pour s’amuser. Pour lui mettre la pression. Elle le laisse toujours croire que cette fois-ci ça sera différent. Qu’elle ne se mêlera pas de son mariage, mais elle trouve toujours une faille à exploiter et le voir transpirer à grosse goutte est un plus qu’elle accepte avec le sourire. Aujourd’hui c’est différent pourtant, aujourd’hui elle avait simplement envie de rejoindre son ami et lorsqu’elle le voit non loin d’elle, elle ne peut s’empêcher d’utiliser son prénom entier. Elle sait qu’il va la corriger et ça ne loupe pas d’ailleurs. Elle hausse les épaules elle recommencera, toujours. Parce qu’elle est comme ça Magalie. « Je préfère Tadeusz. Puis avoue le, ça colle parfaitement à cette ambiance hypocrite. » Elle sourit doucement lorsqu’il l’embrasse sur la joue et prend la coupe de champagne entre ses doigts avant de lui demander ce qu’il faisait là. Elle espérait que l’effet d’Astrid n’avait pas totalement disparu, elle espérait qu’il ne soit pas venu pour le plaisir de serrer des mains poisseuses et parler de sujets superficiels. Elle lève les yeux au ciel lorsqu’il lui parle de Charles mais un léger soupir de soulagement quitte ses lèvres quand elle se rend compte qu’il n’était pas là pour le plaisir, que comme elle il détestait toujours cet homme et cette ambiance. « Tu crois au miracle toi ? Charles est un con il ne risque pas de changer. » Quelques mines offusquées font leur apparition et le sourire hypocrite de Magalie s’affiche clairement sur ses lèvres. Un chien enragé ne ferait pas plus peur que la brune à cet instant. Mais son visage se métamorphose légèrement lorsque Tad lui demande ce qu’elle faisait là. Elle tourne le regard et pointe son doigt vers lui. « Il semblerait que j’aie un peu de mal à t’apercevoir depuis quelque temps. J’ai tenté ma chance ici. » Et ça c’était totalement vrai. Si elle était sûre que Tad ne serait pas là ? Elle ne se serait certainement pas infligé un mariage de plus. Elle tourne ensuite la tête vers Charles qui la regarde en se demandant sûrement ce qu’elle compte faire maintenant et elle lui envoie un petit coucou de la main, juste pour lui faire peur. « Et j’aime lui mettre la pression-là, il va se demander ce que j’ai en tête et va flipper jusqu’à ce que je parte. » Bon. Peut-être qu’il avait raison d’avoir peur. Après tout durant le mariage précédent, la brune avait hurlé dans la mairie qu’elle s’opposait à ce mariage. Et durant le premier elle avait peut-être fait tomber la pièce montée sur des gens importants que Charles essayait de charmer avec de belles paroles. Elle glisse ses lèvres sur sa flûte de champagne et boit un peu de ce liquide qu’elle avait en horreur. « Bon laissons le mariner un peu. » Elle se retourne vers Tad et détaille un peu son visage, son regard afin d’y lire ce qu’il ne lui dira pas à voix haute. « Je suis là pour savoir comment tu vas. » Et elle veut entendre la vérité sortir de ses lèvres sinon elle creusera plus durement, plus violemment jusqu’à ce qu’il lui avoue quand même. Alors Tad autant lui dire la vérité tout de suite pour éviter un interrogatoire.

⇜ code by bat'phanie ⇝



Une bombe humaine sur le point d'exploser. Une cocotte-minute constamment sous pression dans laquelle bouillonnent depuis trop longtemps du ressentiment, de l'insatisfaction, une envie d'être ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tous les mariages naissent pour la même raison : la peur. ♦ Tad

Revenir en haut Aller en bas

Tous les mariages naissent pour la même raison : la peur. ♦ Tad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les rêves naissent pour être réalisés [Akalou ♥]
» Forum "Tous pour un"
» Des bonbons pour tous les goûts <3 [Pv]
» de la lecture pour tous !
» Une honte pour tous les haitiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 8ème arrondissement, elysée-