Partagez|

ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : gemma arterton le sang.

CRÉDITS : lolitaes (avatar)

PSEUDO : V.


MessageSujet: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 23/6/2017, 14:48



featuring gemma arterton.

NOM : Leroux. Ça, c'est toi. Ton nom de jeune fille, un patronyme tout à fait banal mais qui sent bon le kouign-amann et les crêpes au caramel lorsqu'il tombe dans l'oreille d'un connaisseur. Il te rappelle douloureusement ta Bretagne natale, que tu as pourtant quittée sans remords pour Paris. Jourdan, c'est ton ex-mari. Un nom de famille que tu n'as pas eu le coeur d'abandonner au moment de signer les papiers. Un acte tellement futile, une formalité qui ne t'aurait rien coûté, mais non. Tu as préféré le garder,  ce dernier morceau de l'homme aimé. PRÉNOM : Gaëlle, c'est celtique, et encore une fois en accord avec tes origines. Une féminité discrète qui te convient plutôt bien, finalement. ÂGE : trente-quatre ans. Oui, déjà. Le temps passe vite, tellement vite, et pourtant, tu ne sais toujours pas ce que tu veux. La crise de la trentaine est bien là, tu tentes de te convaincre que non, t'es pas si vieille, t'es juste plus une gamine. Et c'est la réalité. Mais les douces années de tes vingt ans sont parties, et tu dois faire avec. DATE ET LIEU DE NAISSANCE : le 14 septembre 1982, à Quimper. ORIGINES : Tu es française. Tu n'as pas d'origines notables, si ce n'est ta patrie, la Bretagne. L'océan, les mouettes, le vent salé, tout ça te manque terriblement. Et ce n'est pas Paris-Plage qui y changera quoi que ce soit. ORIENTATION SEXUELLE : une passion immodérée pour les hommes. Ils te font souffrir, tourner en bourrique, t'agacent avec leur appétit sans fin pour le sexe et leur gigantesque ego. Mais dieu que tu les aimes pour ce qu'ils peuvent te faire ressentir. Les femmes aussi, tu les as bien connues étant un peu plus jeune. C'était agréable, mais un peu brouillon, d'après ton expérience. Pour autant, tu ne les rejettes pas non plus, loin de là. Sans non plus être outée publiquement; tu n'en as pas vraiment eu le courage jusqu'à présent, comme pour beaucoup d'autres choses. STATUT CIVIL : divorcée. tu as aimé un homme; un homme t'a aimée alors vous vous êtes mariés. Rien de bien pompeux, juste histoire de signer quelques papiers et de se donner l'illusion que votre histoire serait éternelle. Pourtant, les chamailleries et les rancoeurs ont fini par prendre le dessus, et quelques autres papiers signés plus tard, vous n'étiez plus ensemble. La pension alimentaire est tout à fait satisfaisante, grasse, même, et sonne comme un "reviens-moi" à chaque virement. Cependant, si vous ne vivez plus ensemble, il y a quelque chose d'autre qui vous lie toujours: une petite Eugénie, tout juste quatre ans, une petite fille longuement désirée et qui a représenté, à un moment de votre relation, le fruit suprême de votre amour. Elle vit en garde alternée, et est chérie par ses parents, même si tu regrettes souvent de ne pas avoir assez de temps à lui consacrer. ÉTUDES/MÉTIER : tu es journaliste politique au figaro. Un métier qui provoque l'hilarité de ta mère, et le mépris de beaucoup d'autres gens; mais un métier qui te hisse dans les plus hautes sphères parisiennes, et, ne nous le cachons pas, qui paie bien. D'autant plus qu'avec le nouveau gouvernement, ça fourmille à la rédaction, qui a de quoi signer ses articles les plus assassins. PASSION(S) : tu as perdu ta capacité à te passionner pour des petites choses, c'est certain. Il te reste bien entendu l'écriture; indispensable étant donné ton métier. Tu avais d'ailleurs écrit un livre, il y a quelques années, qui avait fait un flop monumental. Une humiliation que tu préfèrerais ne pas ébruiter. Sinon, ta raison de vivre, ton nectar d'ambroisie, c'est la politique. Tu ne te vois pas vivre sans grandes analyses économiques ou petites remarques mesquines sur l'élocution de tel ministre. On ne dirait pas comme ça, mais tu en connais un rayon sur le sujet (et tu n'avoueras jamais avoir soutenu NKM en 2014 pour les élections municipales). À part ça, tes goûts sont plutôt élitistes, que ce soit en littérature ou en musique, ce qui agace prodigieusement ta famille. Mais, ce que tu aimes par-dessus tout, c'est cuisiner pour ta fille. Elle a des goûts de princesse, Eugénie, comme tous les enfants de son âge; mais quand tu la vois dévorer avec entrain ce que tu lui as préparé avec amour, oui, là, on peut dire que c'est ça le bonheur. GROUPE : ne me quitte pas. RANG : j'adore de dior. PV, SCÉNARIO, PRÉ-LIEN OU PERSONNAGE INVENTÉ : personnage inventé.

- ❇ -

CARACTÈRE : tu es hautaine, Gaëlle, oh que tu l'es. Trait de caractère proportionnel à ton carnet de contacts, que tu as acquis plus ou moins logiquement en grimpant l'échelon social. Sans être totalement méprisante, tu sais ce que tu vaux, et tu le montres. Et par la même occasion, tu horripiles ton petit monde. Tu n'as pas toujours été ainsi; fut un temps où ta modestie était louée par tes professeurs de lycée. Tu as été la Gentille Fille, celle qu'on ne pouvait qu'apprécier. Une jeune femme délicieuse, qui enchantait son entourage rien qu'avec sa présence et illuminait des journées par sa bonne humeur et son excentricité. Maintenant, tu te contentes d'être ce que tout le monde pense de toi: une caricature, celle de la femme active ambitieuse mais froide, bien au-dessus des préoccupations quotidiennes du petit peuple, obnubilée par la reconnaissance et la réussite. C'est plus une nécessité qu'un réel choix; au fond, tu as peur de souffrir, si tu mets de la sensibilité dans ton travail. C'est pour cela que dans ta vie professionnelle, tu fais preuve d'un sérieux et d'une intransigeance sans équivoque. Parce que c'est toi la meilleure, et la reine ne cède pas son trône. La Gaëlle du quotidien, elle, est moins... comme ça. Plus chaleureuse, moins tyrannique. Elle quitte son bureau sans prévenir pour aller chercher Eugénie, qui s'est écorché le genou à l'école. Elle paie la tournée pour ses stagiaires. Elle serre les dents et ne dit rien quand la petite vieille à la caisse paie en pièces rouges. Tu as changé, Gaëlle, c'est sûr; mais pour autant, t'es pas devenue une mauvaise personne. Plus de cynisme, plus d'amertume, moins d'insouciance. Le problème, avec toi, c'est pas que t'en as rien à foutre: c'est que t'en as trop quelque chose à foutre, justement.  


j'envoie des bons baisers de paris

QUEL EST L'ENDROIT QUE TU PRÉFÈRES A PARIS ? Les terrasses branchées, où Thomas et toi, vous aviez l'habitude de vous poser en fin d'après-midi pour siroter un virgin mojito. Vous ne vous disiez pas grand-chose,
mais pour autant, vous vous compreniez parfaitement; vous regardiez les gens passer dans la rue, vous vous imaginiez des tas de trucs sur leur vie. Et puis, vous vous disiez que quand même, c'est beau Paris, c'est beau l'amour. DÉCRIS LA CAPITALE EN TROIS ADJECTIFS : incomparable, indispensable, indéchiffrable. DÉCRIS L'AMOUR EN TROIS MOTS : une tempête, un sentiment cruel mais tellement désiré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : gemma arterton le sang.

CRÉDITS : lolitaes (avatar)

PSEUDO : V.


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 23/6/2017, 14:48



tout nous attend, tout est écrit

écris l'histoire, tout ce que tu voudras entre les lignes

Chapitre I: Palets au beurre et déconvenues.
14 septembre 1982, 22h54. Un cri perçant, un homme qui tombe dans les pommes, et une femme en larmes. Voilà, c'est toi qui vient de naître. Pas très original, on commence tous comme ça. À peine née, la p'tite Gaëlle fait déjà chier tout le monde avec ses geignements à n'en plus finir. Et c'est pas fini. Première de la fratrie, deux petits emmerdeurs arriveront les années qui suivent. La grande soeur hyper sérieuse et autoritaire, c'est toi. Faut bien que tu te venges de tout ce que t'as pas pu faire à leur âge. Tes parents tiennent un restaurant à Quimper. Une crêperie, "Le petit matelot". C'est juste en face de l'Odet; l'été, les touristes affluent, papa et maman ont à peine le temps de garder un oeil sur vous. Comme vous avez pas école, alors vous faites des conneries: tes deux débiles de frères trouvent une idée foireuse pour s'occuper, font des pyramides de verres, des cabanes dans la cuisine avec les nappes en papier. À chaque fois, t'hésites à rapporter à papa et maman, mais au final, tu finis toujours par te mêler à leurs jeux (et c'est toujours à ce moment que ça part en sucettes). Un vrai modèle de sagesse, cette aînée. Gaëlle, tu peux me passer le beurre? On va faire un toboggan dans les escaliers! C'était la belle époque, celle de l'insouciance. Tout n'était pas toujours rose, pourtant, le temps que tu peux passer à te morfondre de cette enfance passée... Trop sentimentale, ma pauvre fille.

Chapitre II: Minuit à Paris.
Puis tout ça t'est passé. Le sable, la pluie, les bols à prénom, ça a irrémédiablement fini par te gaver. Tu te voyais pas finir mes jours ici. T'aspirais à une autre vie, et cette vie, elle était pas en province. Une adolescence plutôt ennuyeuse, voilà ce que tu as connu. Ce n'est pas à cet âge que tu as causé le plus de problèmes à tes parents; tout te semblait tellement insipide et fade qu'aucune mauvaise idée ne te venait à l'esprit. Incapable de voir tout le bonheur qu'il y avait autour de toi, incapable de le saisir. Une petite conne prétentieuse, voilà la vraie Gaëlle qui commence à émerger. Alors, bac ES avec mention en poche, tu te décides enfin à voguer toutes voiles dehors vers Paname, bien déterminée à vivre une vie plus excitante que celle qui t'as été proposée par défaut. Tout est beau, tout est merveilleux, à Paris, des Grands Boulevards à ta minuscule chambre de bonne. Tu n'es même pas forcément plus heureuse, mais tu t'en fous. Tu as l'illusion d'entrevoir un avenir brillant pour toi: sous-entendu, plus brillant que celui de tes pauvres parents. Sciences Po, école de journalisme, tu es la bienvenue partout et tu rafles tout. Plus de "la fille Leroux", "la Gaga"; tu es Gaëlle, la fille la plus fraîche du 7ème, l'étudiante branchouille. Une putain de hipster, ouaip, on peut dire ça. Les bouquins de Plath, les cardigans oversize, les latté crème à la noisette; c’était les années 2000, alors forcément, tu te sentais trop originale face à tous ces moutons fans de Britney. Ajoutez à cela un bon vieux sentiment de supériorité intellectuelle, ça fait… une bobo parisienne. On commence à approcher quelque chose de familier. Sauf qu’à cette époque, t’étais encore de gauche. Et  beaucoup plus sympathique que maintenant, aussi. T’avais cet optimisme, cet entrain, tu te voyais changer le monde rien qu’avec tes yaourts bio Monoprix. T’étais pas pleine aux as, loin de là, mais t’étais au-dessus de ça. C'était la dolce vita, le temps béni des soirées étudiantes orgiaques et des gueules de bois le matin.

Chapitre III: Lui.
Puis tu l’as rencontré. Lui. Lui, c’est Thomas Jourdan. T’étais sortie de l’ESJ et t’avais décroché un boulot en tant que chroniqueuse musique chez les Inrocks. C’était un vernissage dans une petite galerie parisienne. De l’art contemporain, pur et dur, des tableaux sordides d’artistes torturés. Tu comprenais pas tout, mais t’étais venue, histoire de te faire quelques contacts dans le milieu. T’étais toute seule, perdue au milieu des amateurs du genre en train de débattre passionnément de telle ou telle toile, un verre de Chardonnay à la main. C'est assez gênant d'être l'exclue de service, alors au plus fort de ton courage, tu te postes devant un des tableaux et tu l'observes en silence. Ça donne l'impression que t'es pas complètement paumée ici, alors que tu l'es, et pas qu'un peu. Elle a perdu son assurance habituelle, Gaëlle, au milieu de tous ces gens deux fois plus âgés qu'elle. Tu sirotes ton champagne, tu fronces les sourcils comme si t'en avais quelque chose à faire de cette croûte (admets-le, c'était quand même moche). Et puis il vient vers toi. "Il vous plaît?" Barbe de trois jours, des yeux bienveillants, des cheveux grisonnants. Et puis ces lèvres. Tu regardes toujours les lèvres en premier chez les hommes. Il est plus vieux que toi, la quarantaine, peut-être. Pas de cravate, même pas de chemise, mais il se tient là, comme un roi, au milieu d'invités bien mieux sapés que lui. Tu ne te souviens plus de ce que tu as pensé en le voyant pour la première fois. Tu ne l'as pas trouvé spécialement beau, mais clairement, t'as ressenti un truc. En particulier, la peur de passer pour une conne devant lui. "J-je... J'aime beaucoup. C'est..." Il t'impressionnait trop, si bien que t'étais incapable de sortir une analyse bateau pour pas paraître larguée. "... très bien peint." Il sourit. Bordel, il sourit. "Dans ce cas, n'oubliez pas de laisser un petit mot sur le livre d'or en partant." Tu bafouilles deux-trois politesses, et tu le regardes repartir vers un groupe de personnes. Tu ne sais même pas s'il t'a remarquée, ce soir-là, ou si tu n'étais qu'une acheteuse potentielle parmi d'autres. Les semaines qui ont suivi, cela n'avait plus d'importance. Vous vous êtes revus, une fois, au détour d'une rue; mais était-ce vraiment le hasard? Les esprits se sont rapprochés, puis les corps. C'était toi qui l'avait embrassé pour la première fois, après un repas particulièrement alcoolisé. C'est marrant, comment les bons moments passent sans qu'on arrive à les retenir. Vous deux, c'était meilleur à chaque nouveau soir. Tout cela n'avait de sens ni pour vous, ni pour tes parents, d'ailleurs, mais vous étiez si parfaits ensemble. T'étais sa muse, et lui ton Pygmalion, ton artiste incompris. Dès le début, elle était pas si saine que ça, cette relation, mais sur le moment, ça n'a pas semblé important, bien que, postérieurement, tu t'apercevras que c'est sûrement cet aspect qui a péché en premier.

Chapitre IV: Elle.
Parfaits, vous l'étiez tellement que le mariage s'est imposé comme une évidence. Quoi de plus rassurant que d'inscrire vos noms en bas d'un contrat, devant une flopée d'amis béats? La vie maritale a ses défauts, mais elle instaure une routine bienvenue devant les caprices des passions. Pas pour vous. Vous n'avez jamais été du genre plan-plan. Toujours fourrés dans vos déboires professionnelles ou vos soirées personnelles, vous ne vous retrouviez qu'avec plus d'ardeur. Pour vous, l'amour, c'était un conflit permanent. Conflit d'idées, de jugements, peu importe; vous ne vous ressembliez pas du tout, et c'est ça qui vous plaisait. La seule chose avec laquelle vous aviez jamais été d'accord, semble-t-il, c'est cette envie de créer quelque chose. Quelque chose qui vous lierait, qui surpasserait tous vos désaccords et vos différences. Ou plutôt quelqu’un. L’idée est née comme ça, un mercredi soir sur le balcon. C’est lui qui l’a suggérée. Tu doutes, encore et encore, ça te fait perdre le sommeil et te retourner dans votre lit le soir. Tu te sens pas prête pour la maternité, déjà que tu passes tout ton temps à t’occuper de toi seule. Puis finalement, l’idée est trop belle pour laisser tomber; les perspectives, infinies. Et puis, toi t’es jeune, mais lui, plus pour longtemps. C’est le moment ou jamais, alors, vous le faites, cet enfant. C’est long, ça n'en finit pas, les test de grossesse négatifs qui s'enchaînent et les suppositions sur la possible stérilité de l'un ou l'autre. Ça part même un peu trop loin, mais tu te dis que c'est normal. Elle finit par arriver, la petite Eugénie, juste avant que tous ces imbroglios flingue définitivement votre couple. Une petite fille en pleine santé, 3 kilos 6, 50 centimètres. C'est votre premier enfant à tous les deux, vous galérez un peu au début, ensevelis sous les couches, les biberons et les doudous baveux, mais vous prenez tous les deux votre métier de parent très à coeur. Féministe convaincue, tu instaures l'exact partage des tâches. Il ne rechigne pas, au contraire. Ce sont les dernières années heureuses, et elles passent bien trop vite.

Chapitre V: Psychopathologie de la vie quotidienne.
Tu ne sais pas vraiment quand, ni comment le fragile équilibre a été rompu. Si ça a commencé à déconner avant la naissance d'Eugénie, ou quand tu as été embauchée au Figaro. Vous n'avez jamais été le petit couple bourgeois parfait sous toutes les coutures, mais vous n'aviez jamais été en crise à ce point. Chaque petit tracas du quotidien devenait sujet à dispute, chaque désaccord donnait lieu à de grandes envolées lyriques qui n'avaient ni utilité ni raison d'être. Ensemble, vous étiez comme des enfants, indifférents aux lendemains; maintenant, vous n'étiez que des gamins, prêts à s'écharper pour tout et n'importe quoi. Il t'accusait de renier tes valeurs et dénonçait ta prétendue superficialité; son égocentrisme et son laxisme t'agaçaient au plus haut point. Vous vous acharniez à continuer ce combat stérile comme si l'un de vous deux allait finalement admettre ses erreurs. Bien entendu, ce n'est jamais arrivé. Voilà comment ça s'est fini: pas de passion fatale, pas même d'infidélité; juste de l'incompréhension. Vous êtes arrivés à la conclusion que c'était mieux pour vous trois, et en particulier pour offrir un environnement plus serein à Eugénie. C'était bien la seule chose sur laquelle vous étiez d'accord. Elle a eu du mal à comprendre, la pauvre petite. Mais elle l'a bien pris, fort heureusement. Vous n'auriez pas supporté briser sa vie à cause de vos idioties.

Chapitre VI: Pas si simple.
T'as fait une croix sur ta vie amoureuse. Parce que le travail t'offrait assez de reconnaissance et te prenait assez de temps pour te détourner de cette tentation; aussi parce que tu refusais de connaître cette déchéance une seconde fois. Et puis, au fond, surtout parce que tu savais que ces sentiments, tu ne les retrouverais avec personne d'autre. Tu ne pouvais te résoudre avoir tant pleuré juste pour faire comme si rien ne s'était passé et mettre quelqu'un d'autre dans ta vie. C'était au-dessus de tes forces. Tu essaies de l'oublier, vraiment. T'as viré tout ce qui pouvait avoir un rapport de près ou de loin avec lui; ses biscuits préférés, ses tableaux pourris, et le matelas. Sauf que ça ne suffit pas. Sauf qu'il continue à te hanter, ce connard. Et c'est bien pour ça que tu le détestes. Maintenant que tu ne l'as plus à tes côtés, il te manque beaucoup trop. Trop pour que ça soit simplement l'effet de la solitude. Ça te fait mal de penser qu'il pourrait ne plus rien ressentir du tout pour toi, alors tu ne prends aucun risque. Ça fait six mois, pourtant, t'aurais dû passer à autre chose. Lui, il a bien l'air d'avoir réussi. Ça te contrarie, ça te désespère, ça t'insupporte. Tu le choisis pas, d'être aussi agressive et dédaigneuse avec lui; tu ne peux pas te le permettre, de rester amie avec lui, comme plein d'autres couples qui ont réussi à le faire. T'y as laissé trop de toi, dans cette relation. Incapable de tourner la page, tu restes en stand-by entre le passé et le présent, caressant secrètement l'espoir que tout redevienne un jour comme avant. Pourtant, ce bonheur-là est bien derrière toi, et tu le sais très bien.



de paris à chez moi, il n'y a qu'un pas

PSEUDO/PRÉNOM : dans l'milieu on m'appelle V. ÂGE : presque 18 svp SEXE : chui une fille VILLE : quelque part dans la merveilleuse région Bourgogne, on s'enjaille. RAISON(S) DE L'INSCRIPTION : ça faisait longtemps que je cherchais un forum sympa, pis chui tombée sur le votre et c'était un gros coup de coeur, autant niveau persos que contexte. et puis paris est magique  COMMENT AS-TU CONNU LVER ? : honnêtement je m'en souviens plus par partenariat ou par pub bazzart, je sais plus du tout FRÉQUENCE DE CONNEXION : pour le moment, 7/7 UN DERNIER MOT ? vous êtes beaux, vous êtes classes, j'vous aime déjà


Code:
[color=#D04040]● [/color][b]gemma arterton[/b] aka [i]gaëlle leroux-jourdan[/i].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : steinfeld.

CRÉDITS : captain & tumblr & bat'phanie & bonnie.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 23/6/2017, 14:56

excellent choix d'avatar que tu nous as fait là
ta petite gaëlle, elle promet quelques histoires crève coeur avec son ex-mari
maintenant, je veux la suite et savoir c'qui s'est passé dans la vie de ta petite bretonne
bienvenue parmi nous et bonne continuation pour la rédaction de ta fiche


décadence
white lips, pale face, breathing in snowflakes, burnt lungs, sour taste. and in a pipe she flies to the motherland or sells love to another man. it's too cold outside for angels to fly. ▬ the a team - ed sheeran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : Alysha Nett

CRÉDITS : xMcFlurry & bat'phanie signature & crackship Marie

PSEUDO : Stéphanie


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 23/6/2017, 15:05

La magnifique Gemma   
J'ai hâte de lire l'histoire de la belle Gaëlle  
Bienvenue parmi nous en tout cas



Ils vont s'adorer, se séparer, se détester, se manquer... finiront-ils par comprendre qu'ils ne sont jamais aussi heureux que lorsqu'ils sont ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : gemma arterton le sang.

CRÉDITS : lolitaes (avatar)

PSEUDO : V.


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 23/6/2017, 15:11

merci merci merci à vous deux vous êtes trop belles aussi, ça devrait être interdit oui, effectivement, j'aime bien faire dans le tragique et torturer mes personnages pas d'inquiétudes, je remplis tout ça très vite (si cette chaleur ne m'a pas desséchée avant )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : selena.

CRÉDITS : hershelves. (avatar)

PSEUDO : most girls / laurine.


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 23/6/2017, 15:37

ce choix d'avatar et ce personnage qui promet
bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : gemma arterton le sang.

CRÉDITS : lolitaes (avatar)

PSEUDO : V.


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 23/6/2017, 16:32

merci pour ton accueil! de même, selena est à tomber, j'ai toujours voulu la jouer cette fille



I AM NOT MADAME BOVARY.

"elle était l'amoureuse de tous les romans, l'héroïne de tous les drames, le vague elle de tous les volumes de vers." ▬ flaubert © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 23/6/2017, 17:08

Bienvenue :).
Revenir en haut Aller en bas
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : jack the lad #monkeum #amourdemavie.

CRÉDITS : oim (ava + sign).

PSEUDO : anaëlle, vous savez.


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 23/6/2017, 17:15

un graaaand bienvenue parmi nous ! j'espère que tu te plairas ici.

@Gaëlle Leroux-Jourdan a écrit:
pas d'inquiétudes, je remplis tout ça très vite (si cette chaleur ne m'a pas desséchée avant )

ptdrrr alors là je comprends tellement. mais bats-toi pour nous quand même, on veut en savoir plus sur la jolie gaëlle.
en tout cas, c'est un bien beau début de fiche, trèèès intéressant.




fuis-moi comme le cholera parce que j'suis un voyou, c'est comme ça qu'on dit. et au pire, ça t'donnera envie d'me cracher à la gueule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : gemma arterton le sang.

CRÉDITS : lolitaes (avatar)

PSEUDO : V.


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 23/6/2017, 17:46

merci actuellement je décède donc ça sera pas pour tout de suite mais promis ça arrive bientôt et puis avec tant de gentils compliments forcément ça m'donne envie de finir tout ça quoi      (j'adore le prénom cézanne c'est trop mignon  )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Billy Huxley

CRÉDITS : Ava; MØRPHINE.. Sign; okinnel

PSEUDO : Knox


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 23/6/2017, 20:12

Bienvenue parmi nous belle Gaëlle.


IN THE NAME OF LOVE  
If I told you this was only gonna hurt. If I warned you that the fire's gonna burn. Would you walk in?. Would you let me do it first? Do it all in the name of love - BEBEREXHA © okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : joanna.

CRÉDITS : (ava) hepburns. (sign) pray, bebe rexha.

PSEUDO : freakshow (laurine).


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 23/6/2017, 20:56

et encore un personnage qui promet de belles choses notamment de nous tenir éveillé des nuits entières
bienvenue chez toi la belle


i pray to god.
he's like one too many drinks and my intuition starts to sink.
it's like ba-da-da-da-da-da.
your shadows, they follow and they're haunting me.
where'd you go, this hollow soul is lonely.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
l'elixir de nina ricci

JE RESSEMBLE À : dylan spraybébé

CRÉDITS : .nephilim (ava) bat'phanie (signa)

PSEUDO : million eyes, deborah


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 23/6/2017, 21:05

qu'elle est belle
bienvenue chez toi et bonne chance pour le reste de ta fiche



YOU'RE DRIPPING LIKE A SATURATED SUNRISE, YOU'RE SPILLING LIKE AN OVERFLOWING SINK
you're ripped at every edge but you're a masterpiece and now i’m tearing through the pages and the ink everything is blue his pills, his hands, his jeans and now i’m covered in the colors pull apart at the seams and it's blue everything is grey his hair, his smoke, his dreams and now he's so devoid of color he don’t know what it means and he's blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : gemma arterton le sang.

CRÉDITS : lolitaes (avatar)

PSEUDO : V.


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 23/6/2017, 23:15

merci les loulous trop d'amour sur ce forum franchement je savais pas qu'il existait une telle fanbase de gemma
iris, gaëlle te retient éveillée quand tu veux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : l. hale.

CRÉDITS : lempika.

PSEUDO : marie.


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 24/6/2017, 09:49

GEMMA. elle est tellement magnifique cette femme. j'l'adore tellement. alors vraiment excellent choix. en plus j'adore ce que je lis. je reviendrais sans doute vers toi pour un lien et bienvenue par chez nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : gemma arterton le sang.

CRÉDITS : lolitaes (avatar)

PSEUDO : V.


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 24/6/2017, 15:08

merci merci tant d'amour ça serait avec plaisir, d'autant plus que ta petite alba a l'air choupimimie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 25/6/2017, 08:42

Bienvenuuuue
Gemma. Puis ce métier, ce début de fichette, wow. Ta demoiselle est très intrigante.
Bon courage pour la suite de ta rédaction !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : gemma arterton le sang.

CRÉDITS : lolitaes (avatar)

PSEUDO : V.


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 26/6/2017, 11:07

merci beaucoup, c'est adorable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : david prat.

CRÉDITS : morrigan (avatar), tumblr.

PSEUDO : manon.


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 26/6/2017, 20:45

arterton on la voit presque plus et c'est bien dommage. bienvenue ici.



FLIRTING WITH DISASTER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : gemma arterton le sang.

CRÉDITS : lolitaes (avatar)

PSEUDO : V.


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 27/6/2017, 14:40

ouais j'suis d'accord, je voulais lui faire honneur (enfin j'essaie ) merci sinon



I AM NOT MADAME BOVARY.

"elle était l'amoureuse de tous les romans, l'héroïne de tous les drames, le vague elle de tous les volumes de vers." ▬ flaubert © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : taylor marie hill.

CRÉDITS : moi (ava) + moi (sign).

PSEUDO : anaëlle (ou isamongus, cf. alana et cam - nan j'balance pas, salut). sinon les intimes m'appellent bilal - même si j'm'appelle pas bilal (svp cherchez pas).


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 27/6/2017, 15:44

dis donc, c'est devenu un sacré bout de femme la jolie gaëlle. j'imagine qu'on doit aisément la détester mais moi je suis sûre que je vais l'adorer quand même. je ferai juste attention de ne pas la croiser au bureau. en tout cas, ce personnage est vraiment hyper intéressant et j'ai hâte de le voir évoluer parmi nous.

edit : et "zone de paris" dans ton profil j'suis morte mdrrr "DOUBLE VAAAASQUE"



Paris est à toi !

Tu es officiellement validé(e)

BIENVENUE - Bravo, bravo, tu es venu(e) à bout de ta fichounette et tu as été accepté(e) à Paris !    Maintenant tu es libre de faire tes premiers pas en toute tranquillité mais pas trop quand même.      

- ❇ -

LES PETITS TRUCS A SAVOIR - Si tu débarques en solitaire mais que tu es pressé(e) de jouer parmi nous parce que tu es un fou/une folle de rp, accro jusqu'à la moelle - oui oui, on comprend ça très bien    - tu peux aller faire une demande de rp arrangé, le staff se chargera de te concocter une petite scène avec un autre membre. Mais n'hésite pas à aller te faire de nouveaux amis qui n'ont qu'une envie : t'avoir dans leur liste de liens et de rps !   T'as vu comme tout le monde est mignon ici ?   Alors ne perds pas une seconde et vas sauter à pieds joints dans le flood et/ou la chatbox pour devenir le number one du délire. Et ne t'en fais pas si tu as un peu peur de faire le premier pas : les petits timides, on leur fait de gros câlins, et on les aide à s'intégrer grâce aux mini-floods.   Du coup, tu peux dès maintenant te rendre dans ton mini-flood de groupe et ton mini-flood de rang pour rencontrer quelques membres.    

- ❇ -

EN CE MOMENT SUR "LA VIE EN ROSE" - Tu veux mélanger fun et cuisine ? Et bien ça tombe à pique !    Vas très vite t'inscrire à l'activité en cours en cliquant ici, tu ne vas pas le regretter !  

- ❇ -

LE PETIT MOT DE LA FIN - Si tu nous aimes aussi fort qu'on t'aime, tu peux voter pour nous et nous faire un peu de pub, on te fera des crêpes pour te remercier !    On est un club de folie nous, et on a hâte de partager des tas de choses avec toi (en plus des crêpes, bien sûr). En attendant, amuse-toi bien parmi nous !  



we have calcium in our bones, iron in our veins, carbon in our souls, nitrogen in our brains, 93 percent stardust with souls made of flames. we are all just stars that have people names.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : gemma arterton le sang.

CRÉDITS : lolitaes (avatar)

PSEUDO : V.


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 27/6/2017, 17:50

oh merci tout plein c'est adorable bah ouais j'espère bien que vous allez la détester mais bon pas trop quand même, elle est en manque d'amour la petite gaëlle faut être gentil avec elle 'fin merci à toi, hâte de foutre la merde et de briser des couples oops
(je vois que les vrais sont sur lver )



I AM NOT MADAME BOVARY.

"elle était l'amoureuse de tous les romans, l'héroïne de tous les drames, le vague elle de tous les volumes de vers." ▬ flaubert © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : will higginson.

CRÉDITS : Morrigan (a) ; Beerus (s)

PSEUDO : elixir./sam.


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle) 4/7/2017, 14:41

j'suis en retard, tu m'excuseras.
bienvenidos.


❝ you are a liability ❞ the truth is i am a toy. that people enjoy. 'til all of the tricks don't work anymore. and then they are bored of me. i know that it's exciting. running through the night, but. every perfect summer's. eating me alive until you're gone. better on my own.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle)

Revenir en haut Aller en bas

ma jeunesse fout l'camp. (gaëlle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Michaëlle Jean et le rêve de la jeunesse haitienne
» René Préval à camp Corail
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais
» Le Ministère haïtien à la jeunesse et aux sports condamne l'affront des autorité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: Préfecture de Paris :: Viens et entre dans la danse-