Partagez|

take me back to the night we met (mathias)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : amelia zadro.

CRÉDITS : glass skin (avatar).

PSEUDO : tania.


MessageSujet: take me back to the night we met (mathias) 29/6/2017, 20:08


take me back to the night we met
ㄨㄨㄨ
Une robe qui s'envole. Des baskets nike air. Un look chic et décontracte. Elle fait dans la demi-mesure Rose, jamais trop, jamais dans la retenue. Elle observe les autres filles se pomponner, les regarde s'émoustiller. Et elle sourit. Ça l'amuse de les voir sautiller partout. Elles sont toutes dans la même promo. Journalistes et critiques à en devenir, l'avenir du bout des doigts. Se sont ses amies, enfin, elle croit. Elle espère en tout cas. Alors elle ne pouvait qu'accepter quand on lui a proposé une petite soirée. Elle était heureuse, fière de pouvoir s'extirper de sa carapace. C'est un pas en avant, un pied dans la rédemption.

La soirée bat son plein. Les lumières se tamisent et la musique brise ses tympans. La boisson ravive les pensées et la fumée redessine les cœurs. Rose se confond au milieu de la foule. Elle perd de vue ses copines dans la masse. Ces personnes qui dansent à l'unisson, qui dansent bassins serrés, qui chantent pour célébrer. Rose elle se demande même ce qu'ils célèbrent. L'amour ? Ce sont tous de vieux amants, tellement que l'hypocrisie déborde de leurs rires. L'amitié ? Ils ont tous passé une nuit avec tout le monde. Il n'y a pas d'amitié la-dedans, uniquement des hormones en fusion. La jeunesse ? Ils vont bientôt tous s'retrouver en enfer, avec leur gueules de bois et leurs esprits perchés. Divine comédie.
Enfin, elle aperçoit une tête connue dans la foule, il s'avance et la prend dans ses bras. Elle sourit. C'est un ami, d'un ami, d'un ami. Il refile un verre à Rose, elle ne sait pas trop ce qu'il y a dedans. Elle s'méfie, le lui fait avaler d'abord. Rien à signaler, alors, elle attrape le verre et trempe ses lèvres. Elle avale difficilement. Rose n'aime pas boire à en perdre la tête. Mais cette fois, juste cette fois, elle s'autorise à la folie. Alors elle attrape la main du garçon, l'entraîne sur la piste de danse. Et elle danse. Elle remue ses membres au rythme de la mélodie. Elle ondule et tourne sur elle-même.
Elle est bien Rose. Maintenant, elle oublie tout.

Le châtain la redescend de sa planète. La terre appelle Rose. Il agrippe sa main et l'extirpe de la chaleur humaine. Une surprise qu'il dit. Rose fait la moue, elle voulait danser jusqu'à plus de souffle. Il l'emmène loin dans le jardin, et elle le suit, toutou docile. Ils passent entre les amants d'un soir et se faufilent parmi les fêtards. Une ombre se dessine dans le noir, et elle distingue une silhouette. Elle fronce les sourcils et commence à comprendre. Elle lui assène un coup de coude, se retourne vers la maison pour continuer sa soirée. Il la retient, elle hésite trois secondes et demi, et attrape finalement sa main. « T'as intérêt à te dépêcher».

Il s'adresse à l'inconnu, sort quelques billets. Cachée derrière lui, elle attend impatiemment. Puis soudain la musique retentit jusqu'à ses oreilles. Sa musique. « Oh vite, j'aime trop cette musique ! », elle s'avance en attrapant fermement son bras. Et elle s'arrête net devant la silhouette qui n'en est plus une. Le cœur battant, les pupilles en orbite. Elle reconnaît cette lueur dans le regard, ce sourire en coin, cette allure désinvolte. Elle reconnaîtrait cet homme entre mille. Mat. Mat. « Mathias.», c'est un souffle, un murmure dans la nuit. Alors elle secoue la tête de droite à gauche pour effacer ces idées. Rose rêve. Oui Rose est entrain de rêver, perchée sur une autre galaxie. C'est la seule solution à l’énigme qui se dresse devant elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : cole mohr.

CRÉDITS : riskin pour l'avatar et anaëlle pour la signature.

PSEUDO : raph.


MessageSujet: Re: take me back to the night we met (mathias) 29/6/2017, 20:18

T'as l'impression d'étouffer. Chaque bouffée d'air est une putain d'torture. Tes poumons te supplient d'arrêter, ton cœur te prie d'continuer. Tu respires à contrecœur. La musique t'rends à moitié sourd. T'es entouré d'gamins défectueux, aux mœurs trop légères. Ça te rend fou, à moitié taré. Mais p'têtre que tu l'étais déjà avant cette soirée. Mais est-ce que tu vaux mieux qu'eux ? T'es celui qui leur refile cette came infâme. T'es celui qui la consomme quelques fois. T'es un putain de déchet. Regarde-toi bordel. Regarde c'que t'es devenu. C'qu'il a fait d'toi. "Papa". Il a jamais été l'ombre d'un père. Juste un connard abusif, un alcoolique désemparé. Tu t'es juré d'jamais tomber là-dedans alors pourquoi tu passes tes soirées à boire et à t'droguer? P'têtre pour oublier toutes ces promesses que t'as un jour faites. T'sais, toi aussi t'es une ordure.
Y'a qu'avec elle que tu t'sens un peu vivant. Comme si ta putain de vie avait enfin un sens. C'qu'une illusion. Tu l'sais bien. L'amour ça existe pas. T'as jamais été amoureux. C'pas prêt d'arriver. Regarde-toi, regarde comme tu t'voiles la face. T'aimes te mentir, c'plus simple que d'être heureux. Ouais, l'bonheur ça t'fait flipper. Tu l'fuis comme la peste. Tu détestes les gens que t'es censé aimer, t'aimes les gens que t'es censé détester. T'aimes souffrir, t'as jamais rien connu d'autre. La souffrance c'ton domaine. T'es un gars bien. T'as juste oublié tout ce dont t'étais capable par amour. Parlons-en d'l'amour : t'as plus d'cœur. Quand on t'as arraché Rose, ta mère, t'es partit en vrille. Tu ressens plus rien. Et quand tu ressens quelque chose, tu préfères le nier. T'pas une ordure. T'es juste brisé.
Tu refiles des trucs. T'même pas certains qu'ils soient majeurs. C'pas ton problème. T'espères presque retourner en taule. T'as presque envie d'y finir tes jours. C'serait mieux que là, dans une soirée d'étudiants bourrés, à faire semblant d'être un mec bien alors que t'es le pire décht qui soit. T'as jamais eu ta place dans c'monde, quand est-ce que tu vas t'en rendre compte ? Tu tires sur ton joint, tu fermes les yeux un instant. Y'a des visages que t'aimerais r'voir, des paroles que tu voudrais oublier. T'as jamais eu la larme facile mais putain, tu donnerais tout pour pouvoir chialer un bon coup. Tout lâcher, histoire de te sentir un peu plus léger. Mais tu peux pas. Alors tu te contentes d'oublier, le temps d'une soirée. T'es là, tapit dans l'ombre. Dans ce putain de jardin de gosses de riches. Tu pourras jamais t'offrir ça. Tu seras jamais un gars honnête. Tu t'es fait une raison.
Un mec s'approche et au début tu l'l'cacules pas. Il entraîne une fille avec lui, tu fais pas vraiment gaffe. Il sort les billets, tu sors la came. Tu peux pas t'empêcher de t'demander ce qu'il va en faire. T'as peur qu'il en profite pour en abuser. Alors que t'allais lui filer la drogue, la jeune fille s'exclame, s'approche d'eux. T'as pas le réflexe de t'reculer. Sa voix. Ton cœur s'arrête de battre. Tu t'retrouves nez à nez avec elle. Elle est un peu plus petite que toi, les cheveux noirs de jais. Elle ressemble tellement à votre mère. Et là tu comprends. "Rose." Lâches-tu, complètement abasourdie. Tu vois l'mec, ton sang ne fait qu'un tour. Tu le chopes par le col et le maintien fermement. "Qu'est-ce que tu fous avec ma sœur connard?" Si jamais il la touche, si jamais il la drogue, t'es prêt à retourner en prison pour meurtre. T'as toujours été capable de crever pour elle. Mais qu'est-ce qu'elle fout là putain. Et pourquoi maintenant?



BLESSED WITH A CURSE

Everything I touch turns to stone. So wrap your arms around me, and leave me on my own. Everything I touch turns to stone. So wrap your arms around me, and leave me on my own. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : amelia zadro.

CRÉDITS : glass skin (avatar).

PSEUDO : tania.


MessageSujet: Re: take me back to the night we met (mathias) 29/6/2017, 20:30


take me back to the night we met
ㄨㄨㄨ
Le temps s'est arrêté. Suspendu à ses lèvres, l'univers stoppe sa course et son cœur cesse ses battements. C'est impossible. Elle manque de s’étouffer. Elle n'y croit pas, elle n'y croit plus. Il ne peut pas se tenir là devant elle, comme deux étrangers. Comme deux inconnus qui ne se connaissent pas. Puis elle entend son prénom retentir entre ses lèvres et elle réalise. Le monde reprend son tour, et elle, elle lâche son gobelet à terre. Rose tremble, le passé la submerge et les souvenirs s'accumulent dans son esprit vagabond. Elle voit trouble Rose, ne parvient plus à distinguer la réalité du cauchemar. Elle reste tétanisée, les perles menaçant de couler. Et quand il s'en prend à son ami, elle reste spectatrice. Passive. Elle ne bouge pas le moindre cil, le regard scotché sur sa position initiale. Est-ce réellement son frère ? Mathias son sauveur, le héros de son enfance ? Son tendre frère qui ne ferait pas de mal à une mouche ? Celui là même qu'elle n'a pas revu depuis dix ans ? Elle peine à réaliser la situation, au fond elle ne veut d'ailleurs peut-être pas que cela soit vrai. Mais lorsqu'elle entend les voix s'agiter, les insultes fuser, elle redescend de sa lune. Elle s'interpose entre les deux corps qui s'échauffent. Ils la surplombent, la poupée en porcelaine. Elle est trop petite pour eux Rose, elle ne fait peur à personne. Et pourtant elle tire le bras de son aîné, et repousse son ami. «Arrête ! Stop, arrêtez tout les deux !», elle crie, hurle de désespoir. Rose n'aime pas les conflits, elle déteste la violence. Elle ne fait pas attention aux quelques curieux qui s'avancent, attirés par le bruits. Lorsque l'on fait appel aux mains, Rose court et ne s'arrête pas, elle s'enfuie le plus loin possible. Elle se cache, souvent dans un coin sombre comme lorsqu'elle était petite. Dans sa cachette fétiche, en tailleur, les mains jointes, elle priait, priait pour que tout s'arrête. Mais à cet instant l'adrénaline est plus forte que sa paralysie. Elle n'a pas peur Rose de Mathias. Et quand elle se plante devant lui, ancre ses prunelles dans les siennes, elle ne tient plus. Elle pose une de ses mains tremblantes sur sa joue diaphane. Elle a besoin d'un contact physique, savoir qu'elle ne délire pas, qu'elle n'est pas complètement dingue. Enfin, elle fond en larme. Alors elle lui saute dessus et l'entoure de ses bras frêles. Elle serre, fort, aussi fort qu'elle le peut, comme pour se prouver qu'il est bien réel, qu'il ne s'échappera pas. «C'est... c'est bien toi ? Mathias ? C'est toi ?! Dis moi que c'est pas un rêve, et... et que je n'suis pas devenue folle s'il-te-plaît.» elle l'implore, supplie ce qu'elle croit être une illusion car celle-ci disparaîtra bientôt, comme tout ce qu'elle a un jour osé aimer.





☾☾ my bones
on the rocks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : cole mohr.

CRÉDITS : riskin pour l'avatar et anaëlle pour la signature.

PSEUDO : raph.


MessageSujet: Re: take me back to the night we met (mathias) 29/6/2017, 20:35

C'est une de ces nuits-là. T'as l'cœur en vrac. T'sais pas où t'es. T'sais pas qui t'es. Tu l'as jamais su. T'as plus rien à perdre. T'sais, t'as jamais eu grand-chose à perdre. Cherche pas à t'voiler la face. T'es qu'un raté d'plus. Vous êtes des dizaines de millier. T'fais pas la différence. Tu t'en sortiras pas. T'es pas un d'ces miracles, t'es pas un d'ces mec qu'on sort de là. T'es pas fait pour cette vie-là. T'l'as jamais été. Trop fier, trop d'égo, trop peur, trop lâche. Tu joues le gros dur, tu cherches à frapper l'premier mais t'es terrifié à l'idée de t'détester un peu plus. Pourtant, c'est c'que tu fais. On dirait que tu cherches à t'auto-détruire. T'sais, à t'enfoncer un peu plus. T'cherches à souffrir. Tu fuis l'bonheur comme la peste. T'es un de ceux-là.
Insatisfait, toujours à l'ouest. Complètement paumé. La capitale c'pas ton royaume ni ton domaine, toi t'es qu'un pion parmi tant d'autres. Ca fait longtemps que t'as arrêté d'regarder avant de traverser. T'as autant envie d'crever que t'as envie de changer d'vie. C'marrant, ça se rejoint. T'sais ce qu'il te reste. Mais nan, t'peux pas. C'pas faute d'avoir essayé mais, t'as pas les couilles. Tu les as jamais eues. Y'a ces voix qui t'disent que tu vaux pas la peine, que personne se battra jamais pour toi, que les choses changeront pas. Tu les écoutes, tu crois à leurs conneries. C'plus simple de se voiler la face. T'es un gars bien doublé d'un putain d'connard. C'plus fort que toi. Tu t'protèges derrière des faux-semblants. Y'a qu'elle que tu trompes pas. Elle t'a percé à jour et ça t'fais chier.
Et puis y'a Rose. Ta petite-sœur. Ta faiblesse. Putain, tu l'as cherché pendant huit longues années. Et maintenant qu'elle est en face de toi, t'as qu'une seule envie : te barrer. Te tirer de là avant qu'elle se rende compte de l'épave que t'es devenue, avant qu'elle découvre dans quelle mascarade tu vis. Mais regarde-toi bordel. T'es l'portrait craché de celui que tu détestes l'plus. Tu comptes arrêter de t'voiler la face quand ? Sans doute jamais. C'plus facile de se mentir. Tu vis dans ton p'tit monde de mensonges et ça te va si bien. Elle va être déçue. Elle s'est sans doute imaginée un grand-frère parfait. Elle t'a toujours vu comme un modèle. Et v'là que tu refiles de la drogue à ses petites potes. Qui rêve d'un mec comme toi ? Personne. Toi t'es l'déchet dont on essaie de se débarrasser à la première poubelle venue. T'es devenu trop lourd à trimbaler.
T'as les mains autour d'son cou, prêt à l'étouffer. T'es dans une colère indescriptible, une rage folle. Mais bordel, qu'est-ce qu'elle va penser d'toi ? Tu supportes pas l'idée qu'il puisse lui refiler une de ces merdes. Ça te rend fou. Bordel, tu t'étais toujours imaginé un avenir parfait pour elle, loin de tous ces trucs à la con dans lesquels tu t'es engouffré. Elle mérite mieux. Elle mérite mieux que toi. Elle mérite mieux que n'importe qui. C'est ta Rose. Ta p'tite Rose. Cette gamine au sourire si parfait. Et quand elle vous sépare, ça t'brises le cœur. Ça te rappelle des trucs que t'aurais préféré oublier. Quand il essayait de lever la main sur elle et que tu l'en empêchais. Trop de souvenirs. Trop de trucs. T'arrives plus à gérer. Et quand elle fond en larmes, c'est l'truc de trop. Ça te fait vriller. Elle t'enlace. T'as l'cœur brisé.
Tu t'rends compte d'à quel point elle est devenue belle. Elle a l'air si fragile. T'as presque peur de la serrer contre toi. T'veux pas la briser. Tu veux pas être dans sa vie. T'veux pas tout gâcher. Tu peux pas lui faire ça, bordel. T'es qu'un putain d'égoïste si t'oses rester. Huit ans qu'elle s'en sort sans toi. "C'est... c'est bien toi ? Mathias ? C'est toi ?!" T'as envie d'lui dire que non. Que c'pas toi. Qu'il y a erreur sur la personne. "Dis-moi que c'est pas un rêve, et que je n'suis pas devenue folle s'il-te-plaît." Elle t'implore presque. Ça te fout en l'air un peu plus. Tu mérites pas ça. T'as jamais mérité quoi que ce soit. Encore moins d'l'amour. T'oses pas la serrer. T'y arrives pas. Alors tu restes planté comme un piquet, t'espères presque qu'elle va s'évaporer. Tu finis par la repousser. Tu déglutis. T'as les larmes au bord des yeux mais tu t'retiens. T'sais même plus ce que ça fait d'pleurer. "Désolé, doit y avoir erreur sur la personne." T'essaies d'être aussi froid qu'possible. T'essaies d'être crédible. Mais bordel, regarde-toi, tu trembles. Regarde là. Regarde à quel point tu la déçois. Regarde à quel point tu déçois tout l'monde. C'est c'que t'es condamné à faire toute ta putain de vie. "J'suis désolé mademoiselle, je vous connais pas." Ecoute-toi. Tu t'contredis. Y'a deux minutes t'étais prêt à tabasser un inconnu pour la sauvegarder. Et maintenant tu l'abandonnes à son sort. T'es un putain de lâche Mathias. Un putain. De. Lâche.



BLESSED WITH A CURSE

Everything I touch turns to stone. So wrap your arms around me, and leave me on my own. Everything I touch turns to stone. So wrap your arms around me, and leave me on my own. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : amelia zadro.

CRÉDITS : glass skin (avatar).

PSEUDO : tania.


MessageSujet: Re: take me back to the night we met (mathias) 29/6/2017, 20:51


take me back to the night we met
ㄨㄨㄨ
Aucune réaction. Elle sert du vent Rose, elle enlace ses propres illusions. Sauf qu'elle y croit à cette chimère, elle y croit de toutes ses forces. Peut-être qu'en serrant un peu plus longtemps elle pourrait lui transmettre toute sa tristesse, toute sa solitude et retrouver son frère. Depuis qu'elle est majeure, Rose, elle cherche sa moitié. Cette partie de sa vie oubliée, délaissée sur le bas côté. Sauf qu'on ne lui a pas demandé son avis à Rose, jamais. Elle, elle aurait préféré partir et s'envoler avec sa mère et son frère, et non pas devenir la pièce détachée d'une autre portée. Douce ironie. Elle les aime bien au fond ces braves gens, ce sont de belles personnes, une sorte de deuxième famille. Ils lui ont appris à vivre, à aimer. Ils lui ont montré qu'elle avait le droit d'être heureuse et d'toucher les étoiles pour construire sa propre vie. Trêve de plaisanterie, sa vraie famille elle est là, là devant ses yeux, entre ses bras. Mais elle ne reçoit pas de réponse, Rose enlace un fantôme du passé. Elle le sent même glisser entre ses doigts, s'évaporer peu à peu. Et quand celui-ci la repousse, la terre s’effondre. « Désolé, doit y avoir erreur sur la personne. », elle retombe de quatre étages, de son nuage, et de ses espoirs. Elle écarquille les yeux et quelque chose se brise dans son regard. Non. Non. Non. Elle n'a pas rêvé, elle en est persuadé. Elle n'a pas autant bu Rose, elle le sait. Elle est sobre, peut-être juste un peu pompette. Elle reste sans voix pourtant, elle tremble et serre les dents. Alors il renchérit comme pour l'enterrer un peu plus bas sous terre. « J'suis désolé mademoiselle, je vous connais pas ». Les émotions se confondent et le passé resurgit. Cette voix grave, rauque, puissante et réconfortante, elle l'a connaît par cœur. Elle en est sûre. Pourtant elle ne peut s'empêcher de douter, de reculer. Est-elle devenue folle ? Elle s'rappelle son père, lorsqu'elle l'a revu, il s'enfonçait un peu plus loin dans sa folie. Incapable de distinguer la réalité de l'abstrait. Et si elle devenait comme lui au final, et si sa place n'était autre que dans un asile ? Elle a sauté sur un inconnu, enlacé un étranger en pensant que c'était son frère. Elle qui voulait aller de l'avant, tirer une croix sur ses démons, tout ses efforts s’effondrent et l'entraînent avec. « Viens Rose, on bouge. », lui lance son ami dont elle avait oublié l'existence. Rose. Lui aussi l'a appelée Rose. « Mais... tu... tu connaissais mon prénom et tu lui as dit de pas s'approcher de ta sœur ! », elle lance les mots comme des bouteilles à la mer. Elle ravale ses larmes et déglutit, c'en est trop, son cœur est au bord l'implosion. Alors peut-être à cause du verre d'avant, ou du cocktail honte-déception, elle se retourne vers son ami. « On est venus ici pour quelque chose non ? J'arrive dans deux secondes, promis ». Elle prend entre ses mains les billets qu'il tenait encore et s'avance à nouveau vers son exécutoire. Autant tenter le tout pour le tout. Au pire elle fumera ce soir, au meilleur elle percera à jour cet imposteur. « Donne-moi ta merde. », elle tend sa main et tente de garder un semblant de contenance. Rose s'est envolée, elle a laissé place à une résignée.





☾☾ my bones
on the rocks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: take me back to the night we met (mathias)

Revenir en haut Aller en bas

take me back to the night we met (mathias)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» When the night was full of terror And your eyes were filled with tears When you had not touched me yet Oh take me back to the night we met - elinor & alaric
» Take me back to the night we met ⭐︎ Jaein
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Wednesday Night Raw # 60
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 5ème arrondissement, panthéon-