Partagez|

cinéma au clair de lune (topic collectif).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
eau de toilette


MessageSujet: cinéma au clair de lune (topic collectif). 1/7/2017, 01:46



cinéma au clair de lune

dans l’obscurité de la lune, nos rêves éclairent le chemin

cet été la capitale se permet d'enchanter vos nuits. parce qu'il n'y a rien de plus beau que paris dans le noir, paris sous les étoiles. nous y verrons briller les yeux des passionnés du septième art, nous y entendrons les rires des jeunes profitant des soirées nocturnes et nos regards s'émerveilleront devant des couples venus célébrer un rendez-vous romantique.
c'est en ce début juillet que le festival prend ses quartiers dans les parcs et jardins de la plus belle ville du monde. le parc montsouris, le parc de choisy, les escaliers de la butte montmartre ou la place des vosges y accueilleront des projections de qualité sur écran géant. assis dans l'herbe ou bien confortablement sur une chaise, en famille, en amoureux ou entre amis, laissez-vous emporter par la magie des chefs d'oeuvre cinématographiques, à la lumière de la lune et des étoiles...

petit plus - il vous est possible de répondre au sujet collectif à la suite de ce message ou bien de créer vos propres sujets (en duo, trio ou plus) dans un des quatre lieux proposés.


J'envoie des bons baisers de Paris,
des jours fânés, des nuits d'insomnie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : Josephine Pettersen

CRÉDITS : strangelove. (av) + exordium (sign) + bonnie (icon)

PSEUDO : oxane


MessageSujet: Re: cinéma au clair de lune (topic collectif). 17/7/2017, 00:18

après avoir passé toute sa vie à piétiner les rues de paris, la majestueuse capitale, elle était encore et toujours là, à la sortie du métro, à mettre un pieds devant l’autre pour arriver à sa destination. seule entourée de la foule de la nuit qui embaumait l'air de parfum, de transpiration et de fumée de cigarette, elle avançait porté par le flux des gens, son portable à la main.
sur la conversation facebook qu’elle avait avec des amis (d’où les surnoms douteux qui remplaçaient leurs noms au-dessus de chacun de leurs messages) ils prévenaient les uns après les autres qu’ils allaient être en retard. elle soupira et rangea son portable. c’était leur idée d’aller se mater un film sous les étoiles invisibles du ciel d’été parisien, à côté d’enfants bruyants, de couples exhibitionnistes qui s'avalaient l'un l'autre la bouche avec concupiscence et de vieilles dames sourdes aux chiens nerveux. bon certes c’était bien elle qui avait, la première, écrit en majuscules suivies d’un tas de points d’exclamations superflus « OH TROP STYLÉ ON Y VA !!!!! ». et puis bon, tous ces gens avaient bien besoin d’un groupe d’adolescents qui commentent le film et qui rient aux éclats en bande sinon comment pourraient-ils affirmer au présent de vérité générale, parce qu’ils sont vieux et sages, que la jeunesse ne respecte plus rien et que tout se barre, ma petite dame, moi j’vous l’dis à leur voisine de palier ? il fallait bien aider ces gens là à trouver des sujets de conversation. enfin pour le moment elle essayait surtout de se trouver une place.
le truc c’est qu’elle voulait être au milieu si possible, pas trop près, pas trop loin non plus vu qu’il y en aurait au moins un qui allait oublier ses lunettes. et puis il fallait pouvoir s’asseoir à plus de deux et les espaces vides avaient une durée de vie éphémère ce soir. après avoir évité des goblets starbuck aux prénoms mals orthographiés, des odeurs de kebab et de macdo mélangées ainsi qu’un couteau perdu qui devait appartenir à la famille qui faisait un pique-nique, à quelques mètres de là, au chamapgne et jus de goyave bio, alana pris place ni trop loin, ni trop près, et plus ou moins proche du centre. c’était une mission accomplie avec brio, la vue était époustouflante, même pour une parisienne pure et dure. elle méritait presque une médaille, ou au moins le rang de guerrière des bains de foule comme épitaphe, après tout, elle avait même affronté un couteau.
elle envoya une photo de l’endroit à ses amis, afin qu’ils puissent la retrouver plus facilement mais comme elle n’était venue qu’avec son tee-shirt pamplemousse et son short délavé, elle n’avait aucun moyen de faire comprendre aux gens que les places étaient réservées, à moins de s’allonger en étoile de mer au milieu des pissentlit… ils avaient intérêt à se dépêcher pour voir… merde. ils allaient voir quel film déjà ?


PRINCESSE DE PACOTILLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : emily rudd.

CRÉDITS : hershelves. (a) & astra (s).

PSEUDO : anaïs.


MessageSujet: Re: cinéma au clair de lune (topic collectif). 22/7/2017, 19:34

espèce d'idiote, idiote, idiote... l'injure passant en boucle dans ta tête, tu es sérieusement en train de te demander quelle stupide mouche t'a piqué pour que tu es eue la brillante idée -complètement stupide- de faire acte de présence à cette soirée cinématique au clair de la lune mais surtout dans le froid de canard de la soirée. tu ignores d'où tu es venue cette soudaine envie impulsive mais, tu la regrettes amèrement de c'être incrustée dans tes pensées. tu es là, seule, marchant dans l'herbe fraîchement humide, écrasant au passage plusieurs pissenlits sur ton passage sans le moindre respect pour mère nature, vagabondant autour des gens déjà installés dans la pelouse à la recherche d'une bonne place. et clairement, tu dois avoir l'air stupide au vu des regards que certaines personnes te lancent ou peut-être que tu les agaces en faisant ton léger clapotis avec ta langue claquant à plusieurs reprises contre ton palais, tu en sais trop rien et pour tout dire, tu t'en fiches pas mal. ton regard est fixé devant toi, dans l'horizon, et ne s'occupe pas vraiment des choses qui tournent autour de toi, encore moins des gens ou des chuchotements que tu perçois. tu ignores tout le reste, te concentrant sur le bruit que tu effectues et ta marche désespérée. et tu aurais dû faire attention où tu mets les pieds parce que dans la maladresse du moment, tes jambes rencontrent un corps inconnu non identifiée, et avant que tu ne puisses comprendre ce qui se passe, la chose dans laquelle tu as buté tombe à la renverse et tu l'accompagnes dans sa chute, tombant à la renverse dessus. d'un simple réflexe, tes mains se détachent de l'avant de ton bras pour tomber durement contre l'herbe dans l'espoir de te rattraper avant que ton corps ne percute le sol. tu lâches un soupir et ton regard rencontre celui d'une autre personne, c'est à ce moment-là que tu te rends compte que tu es tombé sur une jeune fille que tu ne connais même pas. tes mains de chaque côté de son visage, et vos regards qui s'accrochent, tu remarques aussi l'intimité de la position que vous partagez, vous êtes actuellement en position califourchon, et ça, ça ne peut que te faire étirer un sourire amusé. ton regard se balade sur le visage de porcelaine de la personne sous toi, de ton avis, elle possède un certain côté cucul la praline titillant légèrement ta curiosité. faut croire que les bonnes filles, ça t'a toujours attiré, et chercher d'une mauvaise façon les personnes sages, c'est ta passion. "pourquoi tu me regardes comme ça ? j'ai une verrue sur la gueule ou quoi ?" que tu lui craches dessus en retirant tes mains sans bouger pour autant, tes yeux roulant en direction du ciel, toujours ce petit sourire étirant la commissure de tes lèvres. "allez, calme-toi, je ne vais pas tremper mon biscuit en toi." lâches-tu dans l'espoir qu'elle se détente, manquerait plus qu'elle croit que tu es une vieille perverse, tu vaux mieux que ça quand même, 'fin, tu espères. ton corps s'écarte du sien, roulant sur le côté avant de prendre appuie sur tes coudes pour élever légèrement ton buste. tu ne peux t'empêcher de lui lancer un regard malicieux à cette inconnue, une distraction pour ce soir. "aline ledoux, à qui ai-je l'honneur ?" c'est que tu es presque polie, digne d'une duchesse bien élevée. sauf que tu n'es ni bien élevée, ni une duchesse et des mots polis sortant de tes lèvres ça semble t'écorcher la gueule. mais au moins, finalement, venir voir ce film n'était peut-être pas une aussi mauvaise idée, tant que tu as de quoi te distraire.


❝ just a girl, lost in the universe ❞ the worst is yet to come.  screaming, crying, perfect storms. i can make all the tables turn. rose garden filled with thorns. keep you second guessing like, "oh my god who is she ?". i get drunk on jealousy, but you'll come back each time you leave 'case darling, i'm a nightmare dressed like a daydream.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : lbs.

CRÉDITS : nightblood (a) ; peewee (s)

PSEUDO : hyalin/sam.


MessageSujet: Re: cinéma au clair de lune (topic collectif). 23/7/2017, 20:38

Ô Paris Plage, bonté divine en cas de canicule, ou simple attrape-bobo en manque de nouveauté. Il ne faisait même pas chaud ce jour-là, enfin, c'était l'été pour les parisiens, et l'automne pour les sudistes, à en croire le thermomètre biologique implanté derrière l'oreille de Loup. Petite sortie entre « amis », ou plutôt simples connaissances prêtes à se tartiner de la crème solaire dès que l'occasion se présente. Évidemment, le dos des autres est bien large, de quoi en faire l'affaire du châtain. Enfin, là n'était pas la question. Quel était l'intérêt de passer son après-midi sur une supposée plage artificielle ayant coûté plus au contribuable qu'il n'en fallait, alors qu'il avait simplement à prendre le premier train de direction de la Côte d'Azur, environs natal qu'il chérissait de temps à autres. Aucun ? Si, les cocktails, hors de prix, mais toujours aussi jouissif de déguster un verre à 15€ quand ton voisin de bronzette ne veut se sustenter que d'une bière en canette bas de gamme. Sûrement un mépris qui grandissait chaque jour et qu'il avait bien du mal à contrôler. Le soleil n'étant pas au rendez-vous, il fallait bien s'occuper. Il n'en était pas moins qu'après une après-midi sur les bords de Seine à siroter de l'alcool à tue-tête, le cerveau de Loup semblait s'essouffler, laissant apparaître quelques signes de dysfonctionnement. Les connexions n'étaient plus vraiment établies, c'était certain, puisqu'il réussit même à se perdre dans les rues de Paris. Sa chère et tendre ville. Quelque peu déboussolé, après avoir tourné à gauche, puis à droite, ou bien deux fois à gauche, il ne pouvait vraiment pas se rendre compte de quoi que ce soit, son chemin croisa celui d'un parc. Plutôt bondé. Et puis bon, il n'était plus à ça près. Autant suivre le peuple et s'aventurer vers de nouveaux horizons. Armé de ses tongs, il esquiva quelques mauvaises herbes, puisqu'on ne mélange pas les pissenlits et les jolies hortensias, se retrouvant au milieu d'un spectacle guère appétissant. De la famille, en veux-tu en voilà, ça puait les petits rendez-vous gnangnan, les gosses à plein nez, et le roulage de pelle en pagaille. Ce n'était pas ce qui allait l'arrêter, surtout avec un si beau short rose saumon, il allait attirer toute la population homosexuelle des alentours. Il soupira. Il avait certes compris qu'un film allait être projeté d'une minute à l'autre, mais il ne savait toujours pas où il allait s'asseoir. Son regard fut attiré par deux femelles en train de copuler.. ou tout simplement en train de s'amuser, il ne savait guère vraiment ce qui se passait à quelques pas de lui. Il s'approcha, comme un loup, le jeu de mot, c'est pour lui, avant de s'accroupir face aux deux guenons. « Bien le bonsoir, on se connaît ? » lança-t-il en tendant sa main, geste plutôt étrange pour l'occasion. Sans attendre plus longtemps que deux petites secondes, ne laissant à personne l'occasion de répliquer, il retira sa main, reprenant de plus belle. « Peut-être bien que oui, peut-être bien que non, mais à l'heure actuelle, je ne reconnais pas vos doux visages. Vous m'excuserez, je vais profiter de l'herbe fraîche à vos côtés, je vous laisse les pissenlits. » conclua-t-il en s'affalant, le mot était juste, près de la blonde, ne cessant d'observer les deux énergumènes. « Continuez, continuez, ne soyez pas timides. »


SOBER :: we're fading 'Til daylight, we're jaded We know that it's over In the morning, you'll be dancing with all the heartache And the treason, the fantasies of leaving But we know that, when it's over you'll be dancing with us ::
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: cinéma au clair de lune (topic collectif).

Revenir en haut Aller en bas

cinéma au clair de lune (topic collectif).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Edition Clair de Lune
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]
» Pratiquant la magie au clair de lune...
» [UploadHero] La Septième compagnie au clair de lune [DVDRiP]
» Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: paname sous les étoiles-