Partagez|

sorry. (ft. zoé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: sorry. (ft. zoé) 13/7/2017, 02:43

stupide. c'est ce que je suis. je m'en veux. je suis furieuse contre moi-même de ne pas avoir eu assez de courage pour lui dire ce qu'elle aurait aimé entendre. ce que j'aurais aimé lui dire, lui avouer. parce que je suis qu'une lâche, j'abandonne avant même d'avoir tentée quoique ce soit. j'ai dû la regarder partir sans rien dire, la regarder filer entre mes doigts sans même tenter de la retenir, parce que j'avais peur. trop peur, de ce que j'aurais pu lui dire. dire ces trois mots: je t'aime. ouais, parce que j'étais pas capable de me l'avouer, de lui avouer. même si c'était une putain d'évidence au fond de moi. j'ai toujours pas compris pourquoi j'avais eu si peur lorsqu'elle s'est ouverte à moi, alors qu'elle avait été si sincère, si vulnérable, comme je ne l'avais jamais vue auparavant. je lui avais fait du mal, à ma zoé et mon coeur ne cesse de se fissurer à chaque fois que je repense au regard qu'elle m'a lancée avant de quitter l'appartement, à tous ces mots qu'elle m'a crachée au visage. cette nuit là après son départ, je l'ai longuement cherché. marchant en grelottant a travers les rues en espérant la retrouver. je faisais franchement pitié à voir, mais je m'en foutais, je n'avais qu'une chose en tête: la retrouver. même si ça nous arrivait de nous disputer, j'ai senti que ce soir-là c'était différent, comme une fissure sur un coeur, quelque chose qui se brise très vite, sans bruit, et qu'on ne recolle pas. je ne pouvais pas croire ce qui venait de se passer et dans la noirceur de la nuit froide j'ai regardé mon monde s'effondrer tout autour de moi sans que je puisse rien n'y faire. elle était partit et j'avais peur qu'elle ne revienne jamais, que plus rien ne soit comme avant. parce que zoé, je la choisirais face à n'importe qui d'autre alors qu'inconsciemment je l'avais laissé partir, comme une idiote. 
et cette nuit, je suis assise là, devant sa porte d'entrée et je l'attend. j'attend qu'elle rentre, parce qu'elle n'a plus le droit d'ignorer mes appels, mes sms. déjà quelques jours que j'ai l'impression qu'elle s'amuse à me faire tourner en rond, en m'ignorant. j'en pouvais plus. j'avais besoin de mettre les choses au clair. besoin qu'elle m'écoute, qu'elle me pardonne. et puis quand mes espoirs qu'elle finisse enfin par rentrer à l'appartement commença à s'envoler, elle arriva enfin. je me releva rapidement, en replaçant une mèche de mes cheveux derrière mon oreille, le coeur battant la chamade. « zoé ! » je la fixe de mes grands yeux bleus, et lorsque mon regard croise le sien, j'espère égoïstement qu'elle ne regardera jamais une autre fille comme elle me regarde, moi.  

Revenir en haut Aller en bas
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : sophie.

CRÉDITS : (killer from the gang)

PSEUDO : spf.


MessageSujet: Re: sorry. (ft. zoé) 23/7/2017, 18:23

Elle est pas habituée Zoé. Elle est pas habituée à souffrir comme ça, à avoir cette putain de sensation qu'on a ouvert sa poitrine pour lui arracher le coeur et le poignarder avant de le remettre en place et faire comme si rien ne s'était passé. Parce qu'elle peut pas faire semblant, parce que même si elle est habituée aux conneries, là c'est trop. Elle boit trop, elle fûme trop, elle couche trop. Et d'habitude ça lui permet de changer les choses, de lui faire ressentir quelque chose, mais là non. Parce que quand Elsa lui a broyé le coeur avec ses beaux yeux, avec cette excuse, elle lui a tout pris à Zoé. Elle n'a plus goût à rien et ça fait peur, parce que maintenant elle a plus de raison de vivre, elle doit juste survivre à chaque jour entre deux larmes de Jack Daniels. Elle doit oublier Elsa et c'est pour ça qu'elle coupe tout. Pas de sms, pas de réponse à ses appels, parce qu'elle peut pas tomber plus profond que ce qu'elle est Zoé, parce que sinon elle va finir avec une balle dans le crâne au fin fond d'un caniveau et ça n'aura aucune importance pour personne. Alors ce soir elle sort comme tous les soirs depuis près d'une semaine, mais c'est pas pareil. Elle est usée Zoé, lassée de ce mode de vie, de cette même rengaine, alcool, pute et drogue, alors elle rentre tôt pour une fois, elle traîne dans les rues noires de Paris, une clope à la bouche et les pensées dans les étoiles et sans réellement s'en rendre compte elle est déjà face à la porte de son appart, la clope entrain de terminer de se consommer quelque part sur le béton froid du quartier, les céls déjà dans la main comme un automate. Mais c'est pas comme d'habitude parce qu'il y a cette voix qui vient remettre son âme en marche, qui vient illuminer tout ce qu'elle a en elle, drôle quand elle sait que c'est elle qui a tout fait s'éteindre. Son regard fait mal, pour la première fois elle déteste ce qu'elle a face à elle, ses grands yeux marrons font tout pour échapper à son regard qui peut lire son âme. « T'as rien à faire ici Elsa. » Elle est lassée de toute cette histoire, sa phrase n'est même pas violente, c'est juste triste. Elle ouvre la porte de son appart et y pénètre aussi rapidement que possible comme si cela allait changer quelque chose à la situation, comme si elle pourrait échapper à Elsa. « Qu'est-ce que tu veux ? Me rappeler que t'as pas envie de moi. J'ai capté tu sais. J'suis peut-être pas un génie comme toi, mais j'suis pas conne au point de m'accrocher à un truc que je ne peux pas avoir. » Elle a envie de lui claquer la porte à la gueule, mais elle l'aime trop pour ça et c'est rageant. Alors elle attrape la bouteille de scotch, la débouchonne et se verse un verre, puis deux, puis trois. Au bout d'un moment elle finirait bien par oublier sa présence.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: sorry. (ft. zoé) 24/8/2017, 06:51

J'aurais aimée lui dire que je l'aimais, aimée lui dire combien elle était importante à mes yeux et lui dire ce que je ressentais depuis quelques temps, lorsqu'elle était avec moi. Et je ne pourrai jamais dire combien c'était difficile pour moi d'admettre toutes ces choses, tous ces sentiments qui m'avait envahit lorsqu'elle m'a tout avouée. J'avais peur. Alors, j'ai commencé à douter. D'abord de moi-même et ensuite d'elle. Et ce pour la première fois. J'avais du mal à croire ce qu'elle me racontait, tant les filles qu'elle ramenait était si différentes de moi. Maintenant que le temps est passé, quand je repense à nos débuts, lorsque j'étais encore méfiante, je me souviens de toutes ces belles phrases qu'elle me disait. Ces gestes subtiles et toute cette tendresse qu'elle m'accordait et qui a réussi à me faire craquer après un certain temps. Comment j'ai pu être aussi aveugle pour ne rien remarquer avant ? Aussi stupide. Elle était là, devant moi et je n'ai pas su la voir à temps. Lorsqu'elle m'a laissée seule ce matin là, qu'elle a quittée son appartement sans se retourner, sans me regarder, je m'en suis voulu à un tel point que mon cœur ne pouvait plus supporter le poids des regrets. Et c'est encore pire aujourd'hui.

Assise devant sa porte, le cœur en miette, je sais à cet instant précis que j'ai touché le fond. Que j'ai besoin d'elle. Puis sans prévenir, elle débarque enfin.  Dès que je la vois, je me relève maladroitement, une boule au ventre. Zoé. Ma Zoé. Elle est là, devant moi. Je la regarde un peu plus longtemps que d'habitude, j'observe chaque trait de son visage et putain, qu'est-ce qu'elle est belle. Je regrette de ne jamais lui avoir dit,  mais dites-moi comment aurais-je pu savoir que cette fois elle partirait sans plus jamais revenir ? Jamais j'aurais pu penser qu'un jour on en arriveraient là, toutes les deux. « T'as rien à faire ici Elsa. » Comme une bombe qui m'explose en pleins coeur. Boum. J'ai qu'une envie : La prendre dans mes bras et lui demander pardon, mais je sais qu'elle me repoussera, l’orgueil l'emporte toujours. Alors j'encaisse ses paroles en hochant la tête et je la suis à l'intérieur. « T'avais qu'à répondre à mes appels et mes sms, Zoé. » Phrase débordante de reproches, même si c'était égoïste de ma part de lui en vouloir pour ça, je l'avais cherché. « Qu'est-ce que tu veux ? Me rappeler que t'as pas envie de moi. J'ai capté tu sais. J'suis peut-être pas un génie comme toi, mais j'suis pas conne au point de m'accrocher à un truc que je ne peux pas avoir. » Je secoue rapidement la tête en levant les bras en l'air. J'étais pas venue lui déclarer la guerre et pourtant si des paroles pouvait tuer, je serais déjà ko. Je l'observe quelques secondes s'enfiler quelques verres puis je m'approche d'elle et lui retire la bouteille de scotch des mains. « Putain Zoé, tu peux pas m'écouter une minute ? Regarde moi ! Je suis là, devant toi et je compte pas partir avant d'avoir discutées. » Je dépose la bouteille plus loin et je soupire doucement, avant de la regarder dans les yeux de nouveau. « Je suis pas là pour me disputer.. Je suis là pour te demander pardon. » Je marque une pause avant de continuer. « J'ai eu peur.. » Tellement peur. « Parce que c'est seulement lorsque tu m'as tout avouée que j'ai réalisé que jamais personne ne m'avait encore regardé comme tu le faisais.. Ou comme tu le fais maintenant. Et je.. » Je maudis intérieurement les larmes qui menace de couler et ma gorge qui commence à serrer de plus en plus, qui m'empêche de continuer ma phrase. Je détourne le regard en chassant une larme du revers de la main. Elle me manque déjà terriblement fort.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: sorry. (ft. zoé)

Revenir en haut Aller en bas

sorry. (ft. zoé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 14ème arrondissement, observatoire-