Partagez|

y a toujours un peu d’espoir entre la sauce piquante et les olives noires. - lionel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Isabelle Cornish

CRÉDITS : glass skin. (a) & tiny heart (s) & bonnie, rex corvus, ice and fire (ico)

PSEUDO : oxane


MessageSujet: y a toujours un peu d’espoir entre la sauce piquante et les olives noires. - lionel 22/7/2017, 18:07

icons (c) pando

encore une journée monotone, façon film à la bo monocorde. lever quatorze heure, quatorze messages sur le répondeurs. des cernes violacées, des cheveux emmêlés, le jus d’orange dans le bol de céréales accompagné d’un verre de lait, prendre quelques bouchées avant de le remarquer. puis sortir toute la journée, chercher du fric, éviter les flics. une routine bien huilée.
quand elle rentre il y al l’odeur de la cuisine de sa grand-mère, mélangée à l’encens, aux bougies parfumées qui brûlent partout dans l’appartement, mais elle n’a pas le temps. elle se métamorphose de dealeuse en de diseuse de bonne aventure, quoique c’est un peu la même chose, se maquille à en changer les formes de son visage, enfile les breloques, arrange ses cheveux, pour pouvoir vendre une illusion crédible. elle n’a pas le temps de ranger le bordel de la salle de bain, elle n’a jamais le temps de le faire de toute façon. à l’entrée sa grand-mère lui attache un foulard dans les cheveux, rien n’est jamais trop cliché, et lui tend son jeu de tarot. elle hésite, le frôle de la pulpe de ses doigts. les cartes sont magnifiques, toutes peintes à la main, c’est le cadeau d’un ami. enfin… elle le prend, le place dans son sac et sort de l’immeuble suivi du cliquetis de ses bijoux, à la façon d’un camion de glace. qui veut croire en un futur plus beau ce soir ? qui veut acheter de l’espoir ?
elle finit tôt ce soir. elle essaie de finir tôt depuis plusieurs jours pour trouver une solution à son problème, une solution que les cartes ne peuvent pas lui donner. et puis elle a faim. très faim. alors elle marche, elle et le vacarme de ses bijoux. elle rivalise avec le bruit de sonnette qui s’enclenche dès qu’on ouvre la porte. y a plus grand monde à cette heure dans la pizzeria, d’ailleurs y a un homme depuis la cuisine qui cri qu’ils sont fermés. « c’est moi. »  elle s’installe face au comptoir et commence à retirer un à un ses bijoux, à aligner ses bagues et ses bracelets. le patron-pizzaïolo apparaît quelques minutes après. un homme pas loin de la cinquantaine qui semble sortir tout droit d’un film italien des années 50, le chapeau en feutre noir en moins. « ah c’est toi. lionel fini sa dernière livraison. » elle sourit et hoche la tête et continue de retirer ses accessoires. « il reste de quoi faire une pizza ? » c’est un vieux bougon près de ses sous comme dirait sa grand-mère, mais pas au point de préférer jeter des aliments plutôt que de les lui donner, et puis son ventre grogne depuis qu’elle a senti l’odeur de la pâte à pizza chaude. il soupire puis marmonne dans sa barbe.  « j’ai pas encore éteint les fours, je vais voir ce que je peux faire. ». elle le remercie d’un grand-sourire et il retourne dans sa cuisine. au même moment une sonnette de la porte se fait entendre. elle reconnaît le rythme des pas, comme celui d’une chanson qu’elle aurait écouté en boucle. morgane se tourne vers son ami de toujours, le sourire au coin des lèvres. « toujours en liberté à ce que je vois. » c’est pas vraiment malin de sa part de dire ça, surtout vu la situation de ses propres potes mais c’est sorti tout seul, c’était pas pour être méchante, juste une taquinerie.


ps : comme c'est la première fois que j'écris avec mogo je me suis faite plaise mais j'écrirais moins après hein


( y avait mes petits doigts glacés et ça m’allait bien, l’hiver n’a jamais vu l’été et je ne crois pas qu’il s’en plaint - leïla h. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : diego barrueco.

CRÉDITS : kawaiinekoj (a), balaclava, solsken (i), tumblr, junkiie (g)

PSEUDO : anaïs.


MessageSujet: Re: y a toujours un peu d’espoir entre la sauce piquante et les olives noires. - lionel 21/8/2017, 20:15

énième livraison de la journée, la dernière terminant le calvaire de la journée. ton doigt appuie frénétiquement sur la sonnette pour la dixième fois en deux minutes. grognement sourd roulant dans ta poitrine et se bloquant dans ta trachée, tu roules des yeux d'une façon exaspérée. pas la première fois que ça t'arrive mais toujours cette identique surprise désagréable. tu abandonnes au bout de nombreuses minutes d'attente et d'harcèlement incessant. rangeant la pizza encore chaude dans le sac isotherme à l'arrière du scooter à l'effigie de la pizzeria, te servant à vagabonder dans les ruelles de paris jusqu'aux appartements où tu dois déposer tes livraisons. tu montes dessus et enfonces la clé dans le contact, l'allumant d'un coup brusque. ces livraisons durent depuis le début de la matinée, un semblant d'éternité à yeux. t'es fatigué, exténué, crevé et tu n'as envie que d'une chose en finir pour aujourd'hui, avant de recommencer demain.
tu conduis en direction de la pizzeria, prenant des chemins familiers que tu as empruntés tant de fois que tu les connais sur les bouts des doigts. pas pour autant que tu donnerais son chemin à un touriste ou une personne perdue, toute façon, tu n'as pas le temps surtout quand t'es en livraison. quelques minutes de conduites à te faire klaxonner par les voitures, recevant quelques insultes au passage, tu arrives à destination. tu gares ton véhicule de travail dans le garage fait à cet effet et embarque avec toi le sac sanglé à l'arrière. tu sors du garage, le fermant avec tes clés derrière toi, et tu entres dans la pizzeria par la porte d'entrée. le bruit de la sonnette retentissant dans la pièce silencieuse. "je suis..." les lèvres entrouvertes se referment à la vision de la silhouette d'une femme portant un foulard dans ses cheveux et faisant du bruit dès qu'elle bouge d'un millimètre à cause de ses nombreux bijoux ornant ses poignées. tu fronces les sourcils sous l'incompréhension du moment pourtant la silhouette lui semble familier, étrangement familier, comme du déjà-vu. un déjà-vu tant de fois, qu'un sourit fleurit sur tes lèvres avant même que l'étrangère se retourne pour te faire face. le retournement donnant raison à tes suppositions, tu bouges légèrement la tête pour camoufler un petit rire face à son style du moment. "toujours en liberté à ce que je vois." cette fois le rire s'échappe avant même que tes pensées n'atteignent tes neurones. tes yeux s'élèvent dans un roulement, et tes épaules s'haussent dans un mouvement rapide. tu avances vers le comptoir, en balançant la boîte où se trouve la  pizza non consommée dessus. "comme tu peux le voir." ta main s’abat sur le haut du crâne de la blonde et tire sur le foulard ne faisant qu'un avec sa chevelure. un sourcil s'hausse et l'autre se fronce, dans une expression de questionnement. "c'est quoi ce look, sérieux ?" tu ris, te moques ouvertement d'elle d'une façon purement amicale. ton patron sort des cuisines et son regard tombe sur la pizza que tu n'as pas pu livrer. pas ta faute, et avant que tu te fasses engueuler, tu hausses les épaules et lâche ton amie des yeux, reprenant un faciès mi-sérieux. "je sais pas qui m'a commandé cette pizza mais, le gars m'a jamais répondu. je suis resté planté une bonne dizaine de minutes à sonner. pas de réponse." un hochement de tête comme une réponse silencieuse de sa part et tu comprends. il te laisse avec morgane, retournant dans la cuisine. c'était court comme entrevu, et tu te dis qu'il a plus important à faire pour le moment que de te demander comment c'est passé tes livraisons. alors, tu reportes ton attention sur la jeune femme. "et toi ? encore en liberté ?" passant derrière le comptoir, tes doigts agrippent au bout de ta casquette de livreur, la retirant pour la balancer sur la surface froide. ta main passe dans ta chevelure. et t'attends une réponse de sa part, commençant à ouvrir la boîte en carton.



ce soir, j'veux juste hurler.
hurler mes mots pesants,
avec ma voix d'adolescent qui a jamais mué.
hurler ma peur de l'abandon,
ma r'cherche frénétique d'attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Isabelle Cornish

CRÉDITS : glass skin. (a) & tiny heart (s) & bonnie, rex corvus, ice and fire (ico)

PSEUDO : oxane


MessageSujet: Re: y a toujours un peu d’espoir entre la sauce piquante et les olives noires. - lionel 1/10/2017, 18:44

c’est du soulagement qui la traverse quand elle le voit. elle ne sait pas pourquoi, mais le voir là, lui et sa pizza, lui et son rire stupide, ça lui met du baume au cœur, ça soulève les coins de ses lèvres en un sourire. évidement qu’il est en liberté, il est toujours là quand on a besoin de lui. et il se trouve que ce soir, elle a besoin de lui. elle le laisse enlever son foulard de ses cheveux, même s’il vient de poser sur le comptoir un carton de pizza humide de gras. si ça, ce n’est pas une preuve d’amitié inébranlable. « c'est quoi ce look, sérieux ? » c’est sa vengeance pour sa question précédente, elle se contente de lui lancer un regard faussement aguicheur et mystérieux avant que sa voix ne se brise à son tour en éclats de rire. même si c’est un peu triste, de finir à cette heure, à cet endroit, dans cet accoutrement. loin de ses rêves d’aventures derrière la devanture de la pizzeria la plus cheap du quartier. « sois pas jaloux sevestre, je sais que toi aussi t’aimerais pouvoir jouer à madame irma. » y a pourtant pas vraiment de quoi attiser la jalousie. elle secoue ses cheveux, les laisse tomber sur ses épaules un peu moins disciplinés, un peu plus à son image. elle le laisse s’expliquer avec son patron, en espérant que ça se passe bien, la qualité de sa pizza dépend certaintement de l’humeur de celui qui la fait. elle continue sa transformation retour en elle-même. les derniers bijoux s’entassent sur le comptoir, un butin de pacotille. et puis ils sont de nouveaux seuls ensemble. elle suit la casquette qui glisse devant ses yeux, ils sont tout les deux de retour dans leur véritable identité maintenant. "et toi ? encore en liberté ?" c’est un sourire plus petit, plus triste qui s’incruste sur son visage, elle joue du bout des doigts avec ses bijoux devant elle. « ouais, merci cam. » cam qui est parti à toute vitesse de la maison. cam qui a zigzagué dans l’allée, entre passants bourrés et regards indiscrets. il y avait l’autre aussi, celui qui aurait du agir comme un vrai meilleur ami, celui qui n’aurait même pas du être là. celui qui aurait du les sauver tous les deux. elle soupire. « on t’a raconté l’histoire, non ? » son regard est fixé sur les babioles dorées qu’elle portait plus tôt dans la soirée. aussi dorées que les cadres des tableaux qu’ils avaient voulu voler. c’est encore flou dans sa tête. toute l’histoire se mélange toujours, comme un film qu’elle aurait vu à moitié endormie, comme si ce n’était pas elle à que c’était arrivé. elle espère qu’il connaît déjà les grandes lignes au moins, que cam lui a balancé les faits les plus importants, parce qu’elle n’est plus sûre de pouvoir faire le tri entre ce qu’il faut dire et ce qui n’a pas d’importance, plus sûre de pouvoir remettre les faits dans le bon ordre. elle n’est plus sur de qui elle peut croire ou non. enfin si. y a lionel, lui qui n’était pas là mais qui est là, ce soir. lui, elle peut lui faire confiance. elle cherche ses yeux, les fixe et ajoute d’un air un peu résigné. « on a pas tous la chance d’être encore en liberté. »

pas relu, je fais ça bientôt


( y avait mes petits doigts glacés et ça m’allait bien, l’hiver n’a jamais vu l’été et je ne crois pas qu’il s’en plaint - leïla h. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: y a toujours un peu d’espoir entre la sauce piquante et les olives noires. - lionel

Revenir en haut Aller en bas

y a toujours un peu d’espoir entre la sauce piquante et les olives noires. - lionel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Toi qui entre ici, abandonne tout espoir... [Libre]
» «Quand une personne entre dans votre cœur, elle y reste pour toujours.» [Demon Murray]
» « J'aime passionnément le mystère, parce que j'ai toujours l'espoir de le débrouiller. » ft Cassiopée [TERMINE]
» Quand l'espoir se fait rare, il y aura toujours une nouvelle qui la renforcera. {PVC le clan}
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 18ème arrondissement, butte-montmartre-