Partagez|

(billien) netflix and chill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : Matthew Daddario

CRÉDITS : .nephilim, tumblr

PSEUDO : Maytherfucker


MessageSujet: (billien) netflix and chill 27/8/2017, 15:48

netflix and chill
Today I don't feel like doing anything. I just gonna lay in my bed Δ bruno mars.

Une soirée ordinaire dans le 15e. Tu avais prévu de voir Billie ce soir. Ou plutôt, Billie s’était invitée chez toi encore une fois. Cela ne te dérangeait pas, étonnamment. On aurait dit que cela faisait une éternité que tu t’étais installé dans cet immeuble, dans l’appartement en face du sien. Tu ne savais pas vraiment pourquoi tu t’étais attaché à cette jeune fille, peut-être qu’elle te rappelait un peu Katell et Maëlla en même temps. Sans doute que ta famille te manquait et que tu compensais mais tu n’étais pas aveugle non plus ; tu étais un excellent juge de caractère et Billie avait su marquer des points.

Elle avait pris l’habitude de se pointer chez lui à n’importe quel moment, pour n’importe quelle raison. Tu ne t’en offusquais même plus, à vrai dire tu trouvais ça plutôt drôle. Mais tu ne lui avouerais pas. Elle savait que tu étais un hacker à tes heures perdues. Tu ne lui avais simplement jamais donné ton pseudo et tu ne lui avais jamais dit que tu t’en étais servie pour arnaquer des gens, tu ne voulais pas qu’elle sache. Pour elle, tu en avais fait un sport, un hobbie, ce qui n’était pas un mensonge d’ailleurs. Mais tu ne voulais pas qu’elle ait une mauvaise opinion de toi.

Ce soir était un soir comme un autre, vous vous faisiez une traditionnelle Soirée Netflix and Chill chez toi. C’était junk food et compagnie, hamburger, popcorn et boissons alcoolisés du moment que vous regardiez un truc qui vous branchait, du moment que vous étiez ensembles en fait. Tu avais tout disposé en conséquence : tu avais rapproché la table basse du canapé, tu avais allumé les lampes plutôt que la grosse lumière et tu avais créé votre traditionnel nid par terre à coup de plaid, de coussins et de poufs. Vous faisiez toujours ça, même si vous commenciez assis sur le canapé, pour d’obscures raisons ça finissait par terre pêle-mêle.

Tu n’avais plus qu’à attendre les pizzas, et Billie accessoirement.
©️ GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : taylor marie hill.

CRÉDITS : moi (avatar), moi (signature).

PSEUDO : anaëlle (ou isamongus, cf. alana et cam - nan j'balance pas, salut). sinon les intimes m'appellent bilal - même si j'm'appelle pas bilal (svp cherchez pas).


MessageSujet: Re: (billien) netflix and chill 22/9/2017, 00:55


NETFLIX AND CHILL
(billien) lucien sachs ft. billie carpentier
Ah, la malbouffe... Ce gros cliché bien connu comme étant LE remède à tous les maux du monde. Les ruptures, les licenciements, les coup de blues et le reste n'étaient plus grand chose après un ou deux kilos en plus de sucre dans le corps. C'est vrai, c'est ce que tous les comédies romantiques et autres films à l'eau de rose laissent à penser aussi subtilement qu'un éléphant qui tenterait de se glisser dans un trou de souris. Alors finalement, ça rentre vite dans le crâne, et s'ancre dans les esprits les plus naïfs comme étant une vérité générale. D'ailleurs, toi et ta candeur d'adolescente il y a quelques années de cela, vous avez voulu y croire. Depuis ce jour, il n'y a pas un seul chagrin que tu n'apaise avec un bon gros pot de glace ou un paquet familial de chips à l'ancienne. Ou des bonbons, c'est bien aussi les bonbons. En bref, t'es jamais en reste lorsqu'il s'agit de soigner tes coups de mou. Le hic, c'est que ça fait du bien au moral uniquement dans l'immédiat. Ça ne dure jamais vraiment à moins d'avoir quelqu'un auprès de soi qui sache adoucir les peines aussi efficacement. Et là, c'est souvent le miracle des actions complémentaires, comme le sérum et la bb crème, mais en mille fois mieux. Parce que eux, ils sont mieux que tout. Victoire, Lana, Olyana. Et plus récemment, Lucien. Honnêtement, tu ne sais pas ce que tu ferais sans lui à l'heure actuelle. Il est ton réconfort à portée de main, et ça, tu l'as rapidement compris. Peut-être trop rapidement d'ailleurs parce que de toute évidence, tu as fait ton petit nid dans sa vie sans réellement te soucier de la place que tu pouvais bien prendre. Ce n'est pas ton genre pourtant de t'imposer de cette manière, mais aussi incompréhensible que cela puisse être, tu as toujours eu la sensation d'être à ta place. Plus encore que dans ton propre chez toi. Parce qu'en face, y'a ses sourires, sa bonne humeur, son réconfort et puis tout le reste. Alors certaines fois, t'y vas par besoin, pour trouver ses épaules et ses oreilles attentives. Et puis d'autres fois, comme aujourd'hui, t'y vas par pure envie, juste pour ne pas être seule, juste pour être bien en la compagnie de ce jeune homme qui était comme le frère que tu n'avais jamais eu.
Les bras remplis de bonnes choses à grignoter (ou de mauvaises choses selon l'angle dans lequel on se place) tu peines à toquer mais y parviens finalement, déjà impatiente de pouvoir débuter cette soirée avec Lucien. D'ailleurs, tu lui laisses à peine le temps de t'accueillir que déjà te voilà en train d'annoncer fièrement ta présence, non sans préciser que tu n'es pas venue les mains vides. « Devine qui a pensé à tout ? » Si tu n'avais pas prévu tant de paquets, tu aurais pu faire une entrée encore plus spectaculaire en levant les bras en l'air, mais là, tu ne peux clairement pas. Alors, au lieu de ça, tu listes toutes les gourmandises que tu as ammenées pour votre soirée. « Des chips, des curlys, des onion rings, des bonbons, des chamallows... Et puis moi, bien sûr, ça reste essentiel. » Un large sourire étire tes lèvres. Tu avances d'un pas, te hisses sur la pointe des pieds pour déposer une baiser sur la joue de ton ami, puis pénètre finalement dans cet appartement que tu ne connais que trop bien. Si bien que trois secondes à peine te suffisent pour que tu ne sois rendue devant la table basse du salon. C'est à ce moment précis que tu te rends compte que Lucien avait lui aussi préparé tout ce dont vous auriez forcément besoin pour vous goinffrer comme des rois. « Je vois... Bon, ben j'espère que t'as faim alors. Et que t'as du temps aussi parce que je suis prête à rester toute la nuit pour vider tous ces paquets de malbouffe, je te préviens. »
(c) fiche créée par anaëlle.



we have calcium in our bones, iron in our veins, carbon in our souls, nitrogen in our brains, 93 percent stardust with souls made of flames. we are all just stars that have people names.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : Matthew Daddario

CRÉDITS : .nephilim, tumblr

PSEUDO : Maytherfucker


MessageSujet: Re: (billien) netflix and chill 1/10/2017, 16:15

Les coups sont à peine perceptibles mais tu les entends cependant. Tu te diriges vers la porte avant de l’ouvrir. Elle est là, Billie, ensevelie sous un tas de cochonneries dont elle a les bras pleins. Visiblement, elle avait lu le sms en diagonale pour changer. C’était tout elle : noter la moitié des infos et faire preuve d’un excès de zèle à toute épreuve. Tu lèves les yeux au ciel alors qu’elle dépose un baiser sur ta joue et s’engouffre à l’intérieur comme si c’était chez elle.

« Devine qui a pensé à tout ? Des chips, des curlys, des onion rings, des bonbons, des chamallows... Et puis moi, bien sûr, ça reste essentiel.»

Tu ne dis rien, alors que tu souris malgré toi. Tu attends qu’elle se rende compte de sa bourde. Elle avait l’air tellement guillerette, tellement fière d’elle, tu ne voulais pas lui gâcher son plaisir. Mais tu allais bien te marrer lorsqu’elle se rendrait compte que tu avais déjà tout ce qu’il fallait. C’était comme admirer un enfant qui déballe un cadeau pour se rendre enfin compte que c’est en réalité une boîte vide.

« Je vois... Bon, ben j'espère que t'as faim alors. Et que t'as du temps aussi parce que je suis prête à rester toute la nuit pour vider tous ces paquets de malbouffe, je te préviens. »

Tu éclates franchement de rire avant de lancer : « Non mais est-ce que tu écoutes ce qu’on te dit ? Tout à l’heure au téléphone et même par sms j’ai précisé que je m’occupais de la bouffe. Et y’a même des pizzas en chemin, patate. D’ailleurs… »

La sonnette vient de retentir et tu te diriges à nouveau vers la porte pour actionner l’interphone. Tu fais signe à Billie de tout foutre dans les placards parce que oui, elle savait parfaitement où tu rangeais tout. C’était pour dire. Elle aurait pu vivre entre ces murs que ça n’aurait rien changer. Tu récupères les pizzas et claquent la porte en prenant la direction du nez. L’odeur alléchante fait gargouiller ton estomac et tu grognes presque d’anticipation. Les pizzas, c’est ton point faible.

« Bon tu te grouilles, Nemo ? Sinon je garantis pas qu’il restera la moindre part. Mais comme chuis cool, je te laisse choisir ce qu’on regarde. »

Tu lui lances la télécommande d’un geste souple en t’installant par terre. Tu avais commandé les pizzas habituelles : ta préférée, l’indienne, et celle que Billie préférait. Mais comme à chaque fois, vous échangeriez vos pizzas à la moitié alors on pouvait dire que c’était vos préférés à tous les deux au final.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : taylor marie hill.

CRÉDITS : moi (avatar), moi (signature).

PSEUDO : anaëlle (ou isamongus, cf. alana et cam - nan j'balance pas, salut). sinon les intimes m'appellent bilal - même si j'm'appelle pas bilal (svp cherchez pas).


MessageSujet: Re: (billien) netflix and chill 2/10/2017, 23:00

NETFLIX AND CHILL
(billien) lucien sachs ft. billie carpentier
T'es dans la lune parfois, Billie. Souvent ces derniers temps. T'as beau faire des efforts pour éviter de te laisser prendre à ce genre d'étourderies, tu en fais pourtant encore les frais aujourd'hui, même si tu n'avais au départ que de bonnes intentions. « Non mais est-ce que tu écoutes ce qu’on te dit ? Tout à l’heure au téléphone et même par sms j’ai précisé que je m’occupais de la bouffe. Et y’a même des pizzas en chemin, patate. » « Quoi ?! » Un sentiment immédiat de culpabilité fait sauter ton coeur dans ta poitrine. « Bien sûr que si j'écoute ce que tu me dis, c'est juste que... » Ta voix tire vers les aigus alors que tu essaies tant bien que mal de te défendre et dans le même temps de te convaincre toi-même. Comment se fait-il que tu ne t'en souviennes pas, Billie ? Un lourd soupir s'échappe de tes lèvres avant que tu ne capitules enfin. « Ok, peut-être que j'ai pas tout écouté », que tu avoues non sans appuyer sur le "tout", dans le but de lui faire comprendre que t'as un peu écouté quand même. Et puis, ce n'est pas un mensonge. Tu es de nature attentive d'ordinaire, et Lucien faisait partie de ces personnes pour lesquelles tu aurais probablement toujours une oreille tendue. Mais il t'arrive parfois d'être étourdie, et lorsque ce n'est pas le cas, c'est ta mémoire qui te joue des tours. Les faiblesses d'une jeune femme qui se laisse submerger par la vie et puis par les restes d'une amnésie qui l'harassent aussi. « Pardon... » Une moue enfantine prend possession de tes lèvres, faisant ressortir les traits d'une innocence momentanément retrouvée. « Mais tu sais bien que ça part dans tous les sens là-dedans ! » que tu te défends comme une gamine prise en faute avant de désigner ta propre tête d'un vague geste du doigt. Et puis finalement, tu ne peux t'empêcher d'éclater de rire. Lucien, il s'en fiche pas mal, tu sais pertinemment que tu t'embêtes pour rien, à chercher à te défendre de quelque chose dont il ne t'avait jamais tenu rigueur. « Ça va, ne me regarde pas comme ça ! Tu sais très bien que tu parles trop ! » L'accuser pour te disculper. Pas terrible, franchement. Mais tu sais qu'il sent l'ironie, Lucien. Il sait que tu ne penses pas un seul de ces mots. Que sans lui, tu t'ennuierais. T'en as besoin de ses blablas, de vos discussions interminables jusqu'au petit matin. D'ailleurs, cette soirée se terminera sans doute ainsi, quand vous vous serez décidés à éteindre l'écran d'ordinateur. Mais pour le moment, elle commence la soirée en question, et t'as le sourire de celle qui sait qu'elle sera bonne – sûrement autant que les pizza qui attendent sagement derrière la porte dans les bras d'un livreur. Tandis que ton ami se charge d'aller les récupérer, toi tu entreprends de remplir un peu plus les placards de tout ce que tu avais ramené en trop (c'est-à-dire, beaucoup de choses). Il semblerait néanmoins que tu ne t'y prennes pas suffisamment vite, et ce malgré toute la bonne volonté du monde. « Bon tu te grouilles, Nemo ? Sinon je garantis pas qu’il restera la moindre part. Mais comme chuis cool, je te laisse choisir ce qu’on regarde. » « NEMO ? » que tu répètes avant de débouler telle une tornade devant le canapé. Tu la comprends aisément la référence à Dory, et tu joues tout aussi aisément la fille fâché (bien que le pourcentage de crédibilité se rapproche dangereusement de zéro). Tu te doutes qu'il va en rire Lucien et qu'il va sauter sur l'occasion pour se moquer de toi. Mais tu t'en fiches Billie, tu poursuis ton petit cinéma. « Lucien, tu es la personne la plus abjecte que la Terre n'ait jamais portée. » La vérité, c'est que tu ne lui en veux pas pour un sou. Pire, tu t'efforces de ne pas rire de sa vanne pourrie parce qu'au fond, y'a que lui pour se marrer sur un sujet aussi sensible sans que ça ne te fasse le moindre mal. Ça te passe tellement au-dessus de la tête que t'es déjà en train de réfléchir à la suite de sa phrase qui stipulait que ce soir, tu serais aux commandes. Et ça, ce n'est pas tombé dans l'oreille d'une sourde. « Une comédie romantique ! » que tu cries presque trop vite comme si tu avais peur qu'il ne change d'avis. « S'il te plaît, s'il te plaît, s'il te plaîîîît ! » Le regard presque implorant, tu te dépêches d'enrouler tes bras autour du cou de Lucien avec toute la tendresse possible de manière à achever de le convaincre – si tant était qu'il puisse être convaincu par un film d'amour gnan-gnan. Ne sait-on jamais, avec un peu d'affection et quelques sourires, ça pouvait finir par porter ses fruits. « Je manque d'amour, aies un peu pitié de moi ! » Niveau plaidoierie, tu pouvais sûrement faire mieux, mais dans la précipitation (doublé de l'excitation d'avoir peut-être la chance de regarder un film à l'eau de rose), tu n'es pas capable de faire mieux. « Si ça te plaît pas, t'es même pas obligé de faire semblant d'apprécier, j'te forcerai pas ! Et je ne dirais rien si tu te contentes de te grogner ou de marmonner dans ta moustache en te goinfrant, promis. » Alors là Billie, tu fais fort. Lucien va encore avoir suffisamment de matière pour se moquer de toi. Mais t'es marrante malgré toi Billie. T'es drôle dans ton excès, c'est pas grave. Après tout, il doit bien t'aimer comme ça.
(c) fiche créée par anaëlle.



we have calcium in our bones, iron in our veins, carbon in our souls, nitrogen in our brains, 93 percent stardust with souls made of flames. we are all just stars that have people names.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : Matthew Daddario

CRÉDITS : .nephilim, tumblr

PSEUDO : Maytherfucker


MessageSujet: Re: (billien) netflix and chill 22/10/2017, 17:37

« Lucien, tu es la personne la plus abjecte que la Terre n'ait jamais portée. »

Tu lèves les yeux au ciel. Billie ? Une tendance à l’exagération ? Non, ce n’était rien qu’un euphémisme n’est-ce pas ? Un petit ricanement moqueur t’échappe alors que tu secoues la tête, refusant d’accorder le moindre crédit à ce qu’elle racontait. Surtout que bon, elle a eu tôt faire de changer d’avis aussitôt que tu l’avais autorisée à choisir le film. Tu savais que tu venais de signer ton arrêt de mort, purement et simplement mais bon tu aurais la paix à un moment donné comme ça. Et elle t’en devrait une en retour. Oui, c’était un risque calculé. Tu avais toujours un coup d’avance avec cette petite tête.

« S'il te plaît, s'il te plaît, s'il te plaîîîît ! Je manque d'amour, aies un peu pitié de moi ! »

La voilà pendue à ton cou comme un petit singe, suppliant, son corps pressé contre le tien. Tu ris un peu plus franchement, elle te rappellerait presque… tu repousses cette idée loin dans ta tête. Tu ne peux pas penser à elle. C’était bien Billie ça de substituer son manque d’amour par un film à l’eau de rose et vraiment pas le tien du tout. Mais est-ce que tu pouvais vraiment lui refuser quoique ce soit quand elle levait ces deux yeux clairs vers toi ?

« OK, ok. Mais n’y prends pas gout. C’est une mesure exceptionnelle. Et je prends les parts de pizza les mieux garnis. Non négociable. Quelle petite meuf désespérée tu fais, c’est dingue ça. Tire un coup, ça te changera la vie tu verras et tu seras rechargée pour une nouvelle fournée. »

Tu la balances sur le canapé comme si elle ne pesait rien et que tu n’étais pas assis par terre puis tu reprends tranquillement ce que tu avais entrepris comme si tu n’avais pas été interrompu le monde du monde par la belle et ses yeux de biche. Tu t’appuies contre les jambes en attrapant une bière. Avec ton Iphone, tu éteins la majorité des lumières. Tu te félicites d’avoir introduit la domotique dans ton monde de feignant qui ne veut pas forcément bouger ton derrière. Comme maintenant. L’atmosphère était plus chaleureuse, plus calfeutrée, plus cocooning. On aurait presque cru un rencard au final.

« Je peux te présenter des potes, si tu veux. On peut arranger ton « souci » très vite. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : taylor marie hill.

CRÉDITS : moi (avatar), moi (signature).

PSEUDO : anaëlle (ou isamongus, cf. alana et cam - nan j'balance pas, salut). sinon les intimes m'appellent bilal - même si j'm'appelle pas bilal (svp cherchez pas).


MessageSujet: Re: (billien) netflix and chill 25/10/2017, 01:43

NETFLIX AND CHILL
(billien) lucien sachs ft. billie carpentier
Lucien, il rit de toi, comme toujours. Il rit de toi pour tes excès, parce que t'aimes bien en faire trop. C'est pas que t'es dramatique pourtant, mais parfois, tu ressens le besoin d'embêter le brun autant qu'il le fait, comme un juste retour des choses. C'est le jeu interminable de celui qui ferait craquer l'autre en premier. Le truc, c'est que vous avez tous les deux déjà craqué plus d'une fois, sans aucun doute. Mais tu l'aimes trop toi, Lucien. Et peut-être bien que la réciproque est tout aussi vraie, d'ailleurs. Sinon, pourquoi aurait-il pris la peine de te laisser le choix du film ? Avec toi, c'était comme prendre le plus gros risque de l'univers. Tu lis dans ses yeux une sorte d'inquiétude que tu attendais. Il n'est pas serein Lucien, il sait dans quoi il s'embarque. Pour autant, il ne revient pas en arrière et pour le coup, c'est toi qui n'es plus si sereine. Parce que dans ce jeu qui est le vôtre, ce sera bientôt à ton tour de subir une vengeance de son cru – à l'échelle actuelle, cette vengeance s'apparenterait sans aucun doute au visionnage d'un film qu'il choisirait spécifiquement pour que tu passes la pire heure et demie de ta vie. Au fond, ce serait légitime, et après avoir observé le problème sous tous les angles, tu te sens tout à fait prête à accepter. Tu ris pour toi-même, et tu remarques à peine que tes lèvres se déforment dans un sourire. Vous deux, c'est du grand n'importe quoi. Mais parfois, c'est tout ce dont tu as besoin. Alors tu le supplies comme une enfant, et lui, il capitule enfin « OK, ok. Mais n’y prends pas gout. C’est une mesure exceptionnelle. Et je prends les parts de pizza les mieux garnis. Non négociable. » Oups. La sentence te semble beaucoup plus dure que tu n'y avais songé. Tu pouvais supporter de regarder un navet pendant un peu plus d'une heure si c'était pour être en sa compagnie. Tu pouvais supporter de subir d'incessantes moqueries sur ton amnésie si c'était pour être avec lui. Mais ne pas pouvoir dérober les meilleures parts de pizza sous les yeux dépités de ton meilleur ennemi, ça, c'était beaucoup. C'était comme interdire à un gamin turbulent de tirer la queue du chien du voisin. « En plus d'être abjecte, tu es cruel. », que tu te plains avant de lui adresser une moue significative. « Pas mal ton palmarès », tu ajoutes, l'ironie irritante s'échappant de tes lèvres. S'il continuait ainsi, il allait finir par éloigner toutes les jolies filles de Paname. A moins qu'il ne se comporte ainsi qu'avec toi – ce qui te semblait même beaucoup plus probable. Tu hausses les épaules. Apparemment, c'est plutôt lui qui s'inquiète pour ta vie sentimentale aussi lisse et plate qu'une piste de bowling. « Quelle petite meuf désespérée tu fais, c’est dingue ça. Tire un coup, ça te changera la vie tu verras et tu seras rechargée pour une nouvelle fournée. » T'as pas le temps d'être offusquée Billie, tu voles directement sur la canapé. « Aime-moi moins fort s'il te plaît, ça fait mal. », que tu railles avant de te redresser et de retenir un rire dans le même temps. « Et je ne suis pas désespérée ! » Ta voix tire vers les aigus. Tu passes une main dans ta crinière un peu en friche. « C'est justement parce que je ne suis pas désespérée que je ne tire pas beaucoup de coups... comme tu dis », que tu bougonnes en appuyant sur l'expression qu'il venait juste d'utiliser. « Voire même... pas du tout... Bref ! C'est pas la question. J'ai besoin d'affection, pas d'un mec. Tu m'as vaccinée figure-toi. » Tu fais de ton mieux pour garder cet air sérieux qui te va si mal. Mais tes yeux pétillent, prêts à éclater comme mille et unes bulles de champagne. Tu te pinces les lèvres pour ne pas lui adresser un seul sourire, aussi imperceptible soit-il. Mais ça ne l'arrête pas, Lucien. L'habitude sans doute. « Je peux te présenter des potes, si tu veux. On peut arranger ton "souci" très vite. » Ta main valse dans les airs jusqu'à asséner une petite tape bien méritée derrière la tête de Lucien. Comme si un service trois pièce pouvait changer quelque chose. « Un seul comme toi, ça me suffit amplement, merci. » L'humour prend le dessus. T'es pas très à l'aise. T'es même plus certaine de savoir comment aimer un mec, t'es tellement à des années lumières de tout ça, Billie. Lana aussi elle te tanne. Victoire aussi elle te tanne. Tout le monde te tanne. Il faut dire que tu es sans doute la pire des fleurs bleues. Alors quand t'as plus d'amour, les gens s'inquiètent. Et toi, tu compenses avec les films à l'eau de rose que tu imposes à Lucien. Tu penses que ça te suffit. « Rêve pas, j'te présenterai pas mes copines si c'est ça que t'espères en me proposant tes potes. Tu les mérites pas. », tu finis par balancer dans un rire. Tu penses pas vraiment ce que tu dis, mais il fallait au moins ça pour te défendre face à un Lucien infatigable. Tu te penches pour attraper une part de pizza (parmi les parts moins garnies, bien sûr), et tu en savoures une première bouchée. Tu apprécies la lumière tamisée, aussi. Et puis la compagnie du brun, bien que tu te donnes du mal pour laisser croire le contraire. « Bon, tu comptes organiser un casting maintenant pour trouver de quoi me satisfaire ou est-ce qu'on peut débuter la soirée ? », tu questionnes avec ironie avant de te loger confortablement au fond du canapé comme pour apporter ta propre réponse. Tu veux juste passer du temps ici toi Billie. Ça te suffit.
(c) fiche créée par anaëlle.



we have calcium in our bones, iron in our veins, carbon in our souls, nitrogen in our brains, 93 percent stardust with souls made of flames. we are all just stars that have people names.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (billien) netflix and chill

Revenir en haut Aller en bas

(billien) netflix and chill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Netflix and chill [Artelynn]
» [One Shot - Initiation ] Chill
» "My social life consists of running at superhuman speed and Netflix." [4/4] ~
» entre aix et avignon ainsi qu' en ardéche et lozére [Ajouté]
» T'es juste une imitation de jeune chilly chill.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 15ème arrondissement, vaugirard-