Partagez|

victor, love is stronger than pride, -16

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
l'elixir de nina ricci

JE RESSEMBLE À : jeon jeongguk

CRÉDITS : iva. (avatar) jecn (gifs signature) anaelle (code signature)

PSEUDO : fantasy.


MessageSujet: victor, love is stronger than pride, -16 31/8/2017, 12:16


love is stronger than pride
(by anaëlle)

Dans l’appartement de Victor, le calme régnait la plupart du temps. Petit à petit, le propriétaire des lieux apprenait à vivre sans grogner sur tout ou rien. Jaesun, lui, ne quittait plus le canapé sur lequel il avait élu domicile. Impossible pour lui de laisser Victor, ne serait-ce que pour une seule nuit. Bien sûr, le jeune homme avait d’autres obligations mais il ne sortait que si c’était indispensable. Souvent, il ignorait les messages et appels de ses amis, l’invitant à boire un verre ou aller danser.

Danser. Chose qu’il ne faisait presque plus. Par manque de temps mais aussi par culpabilité. Il s’en voulait de pouvoir pratiquer sa passion alors que Victor restait cloué à son siège sans grande possibilité d’évolution. Ça le rongeait de l’intérieur. Dans ses souvenirs, Victor était talentueux. Il se souvenait de mouvements fluides, d’un sens du rythme parfait mais surtout d’un acharnement sans faille. Pour la danse, Victor aurait tout donné. Aujourd’hui, il ne se battait plus, subissant sa nouvelle condition. Jaesun aurait aimé lui dire que tout irait bien, qu’il remarcherait voire même danserait à nouveau, mais ça lui était impossible. Lui, l’homme le plus optimiste, perdait parfois espoir quant à une évolution positive. Il n’était pas naïf, ce genre de cas ne voyait que très peu d’améliorations. Tout ce que voulait Jaesun était que Victor se sente mieux moralement, qu’il parvienne à lui sourire.

Ce sourire, le plus jeune crevait d’envie de le voir. Sur d’anciennes photos, il avait pu le déceler mais tout ce qu’il voulait était qu’il soit dirigé vers lui, que Victor se sente assez léger pour enfin exprimer autre chose que de la tristesse. Jaesun voulait voir ses petites dents mais surtout ses yeux pétiller.

Toutes ces choses tournaient dans l’esprit de Jaesun chaque jour. Ce matin là, encore, en se réveillant, le jeune homme pensa, espéra puis soupira. Il ne voulait pas se résigner, ne pas perdre espoir mais parfois, il se sentait faible. Ses épaules ne paraissaient plus assez larges pour soutenir leurs poids à tous les deux. Mais, comme chaque matin, il se leva à l’aube en mettant de côté ses craintes, ses peines.

Le soleil matinal perçait faiblement les rideaux du salon où il avait élu domicile. Un coup d’œil vers l’heure, Jaesun s’étira. Six heures et demi. Victor dormirait sûrement encore pour deux ou trois heures. Le matin, Jaesun en profitait pour nettoyer silencieusement l’appartement. Incapable de dormir plus, son subconscient lui rappelait constamment le drame qui c’était déroulé dans ce même appartement quelques mois plus tôt. Jaesun faisait confiance à Victor, il savait parfaitement qu’il ne recommencerait pas. Mais tous les matins, le cœur du plus jeune s’emballait sous la peur. Tous les matins, il résistait à l’envie de courir  dans la chambre de son patient pour vérifier qu’il respirait toujours. Alors il se contrôlait, difficilement certes, mais il y parvenait. Petit à petit, il repoussait le moment d’aller voir Victor. Il ne parvenait pas encore à se retenir totalement. Peut-être y parviendrait-il un jour, pour l’instant, il voulait se rassurer.

Malgré son envie de courir vers la chambre de Victor, il prit le temps de manger et boire son café. Bien noir. Sans sucre. Comme lui. Auparavant, Jaesun ne prenait que des cafés outrageusement sucrés mais depuis sa rencontre avec son patient, il avait changé. Le café noir était devenu sa drogue. Ou était-ce plutôt son ainé ? Souriant bêtement à cette pensée, Jaesun avala la dernière gorgée avant de se lever. Direction la salle de bain. Il aurait pu y aller sans s’arrêter à la porte de la chambre de Victor. Oh oui, il aurait pu. ‘après tout, je passe devant, autant vérifier’ se dit-il, cherchant une excuse pour assouvir son besoin de vérification. Sans bruit, il abaissa la poignée et ouvrit la porte le séparant de Victor. D’habitude endormi, son patient était à présent assis contre la tête de lit, une moue indéchiffrable déformant son visage encore endormi. Clignant des yeux, Jaesun mit un temps à comprendre ce qui se passait sous ses yeux. Victor se caressait. Le cœur du plus jeune s’emballa, la scène le figeant sur place. Troublé, gêné mais aussi émoustillé, Jaesun observa les gestes de l’homme inconscient de sa présence. Il n’était qu’un voyeur pervers mais son corps ne paraissait plus vouloir lui obéir. Pire, il se vit lui même avancer tout doucement vers le lit de Victor. ‘Non mais arrête Jaesun’ lui criait une petite voix encore lucide dans le fin fond de son esprit. Cette voix, il la fit taire en s’agenouillant tout près de Victor. Il ne voyait rien, la main à présent figée cachée par le drap, cependant, les formes suggestives s’y dessinaient parfaitement. Jaesun sentit une chaleur agréable tordre son ventre et colorer ses joues. Seulement éclairé par la faible lueur de la lampe de chevet, le visage de Victor lui sembla d’une telle douceur qu’il lui fut difficile de résister à l’envie de le caresser tendrement.

Profitant de la stupeur de Victor, Jaesun vint poser sa main doucement sur son avant bras et glissa ses doigts sous la couverture jusqu’à s’enrouler autour de la main de Victor. Lentement, très lentement, Jaesun força son ainé à reprendre ses mouvements. C’était étrange mais terriblement excitant. Peut-être le regretterait-il après, lorsque son patient réagirait enfin et lui hurlerait dessus. Il risquait gros, mais tout ça lui passait au dessus de la tête. Tout ce qu’il voulait était faire du bien à celui qu’il désirait depuis un moment maintenant. Tendrement, il vint même poser sa joue tout contre le bras de Victor, le sentant se contracter à chacun de leurs mouvements. Bon sang, il faisait chaud. Tellement chaud dans cette chambre. Mais Jaesun était bien. Il espérait qu’il en était de même pour Victor.




⊹ Paris m’étouffe. Paris me bouffe. Paris se pâme. Paris se moque de moi quand je rame et je suffoque dans les tunnels du RER. Mais je m’en moque... car j’ai ta main qui me conduit au paradis, dans le plus beau de ce Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Min Yoongi

CRÉDITS : (c)neovenus.

PSEUDO : billpazuzu


MessageSujet: Re: victor, love is stronger than pride, -16 12/10/2017, 01:31


love is stronger than pride
(by anaëlle)

Beaucoup de choses avaient changé depuis le jour néfaste où tout avait basculé pour Victor. Lui, le premier, avait été transformé par les événements. D'une personnalité solaire il était devenu tonnerre. Tonitruant de toute la rage qui l'habitait face à l'injustice de son existence. Elle était devenue morne alors qu'il vibrait de passion auparavant. L'accident avait eu raison de toutes les bonnes choses dans sa vie.

Toutes... jusqu'à son arrivée, à lui. Jaesun. Depuis combien de mois maintenant le tolérait-il ? Il avait dépassé ce seuil, il n'en était plus à le tolérer à présent. Non, il acceptait sa présence au quotidien. Peut-être même qu'il l'appréciait. De toutes manières, il n'aurait pas pu le forcer à partir. Il lui était redevable pour l'avoir sauvé... Sur tous les plans. Ca ne l'énervait plus de le savoir dans le salon, tout près. De l'avoir dans les pattes – ou plutôt les roues – dès les premières heures du matin. C'était devenu une habitude rassurante. Il s'était fait à l'idée. Au moins lui apportait-il un peu de dynamisme. Dynamisme qu'il avait démantibulé dès lors qu'il avait perdu l'usage de ses jambes. La seule énergie qu'il engageait encore il y a de cela quelques semaines était dans la colère et les remontrances qu'il adressait à son auxiliaire de vie. Aujourd'hui, Jaesun parvenait à le solliciter un peu plus, à le faire sortir, bouger. Même si de temps en temps il avait besoin de se retrouver cloîtrer chez lui. Lorsque le monde extérieur lui devenait trop pénible à endurer. Comme une tortue effrayée, il rentrait dans l'ombre de sa carapace, loin du bruit et de la lumière du soleil. Et Jaesun parvenait à le supporter. Il avait compris, lui aussi qu'il ne pourrait forcer Victor à se bouger les miches que jusqu'à un certain point.

Une fois n'était pas coutume, Victor ruminait. Lampe de chevet éclairant sa chambre, il repensait à sa vie passée en fixant le plafond de la pièce. L'insomnie lui volait quelques précieuses heures de sommeil. Ce qui aurait certainement des répercutions sur son humeur de la journée. Le réveil affichait une heure presque indécente. Il n'était pas temps de se lever. Mais ses pensées ne lui laissaient pas de répit. Il se rappelait la danse, se souvenait des mouvements qu'il avait pu travailler sans relâche dans le but d'exceller. Il se souvenait l'électricité partout dans son corps et dans sa tête. Aujourd'hui, il osait seulement essayer de plier le gros orteil, la douleur était telle qu'il aurait pu en pleurer. Poignante d'abord puis lancinante. Il détestait ses jambes. Il détestait le chauffard qui les lui avait volé. Et qui avait broyé son rêve par la même occasion. Il soupira, fermant les yeux et posant une main sur son ventre. Et derrière ses paupières closes, il essaya de s'imaginer quelque chose de plus agréable, afin de s'apaiser et de réussir à dormir. Il repensa à la neige, les légers flocons qu'il avait regardé tomber jusqu'à lui, jusqu'au sol lors de leur première sortie. Il avait trouvé ça beau et poétique. Il pensa au café dont il appréciait tellement le goût et qui d'ici quelques heures l'arracherait au bras de Morphée de son odeur un peu amère. Il songea à Jaesun qui viendrait sûrement l'aider à se réveiller, dans sa tenue impudique, torse dévoilé à ses yeux embués de sommeil.

Et là... quelque chose vrilla dans son esprit. Il pensa justement à cette peau dénudée, hâlée. Aux muscles qui saillaient juste en dessous, bien dessinés et foutrement alléchant pour quiconque laisserait ses yeux s'y perdre. Et Victor avait laissé son regard s'attarder par là à plusieurs reprises. Et étrangement, quand il tentait de remonter ses prunelles vers le visage de Jaesun, c'était toujours sur sa bouche qu'il s'arrêtait, comme attiré irrésistiblement. Il lâcha un soupir aussi discret que possible. Il y avait quelque chose qui le gênait, quelque chose d'étrange, là, plus bas. Il entrouvrît la paupière et baissa les yeux sur la bosse formée sous le drap. Restant un instant éberlué, il se demanda s'il était en train de rêver. Il n'avait jamais parlé des conséquences de l'accident sur sa vie sexuelle, anatomiquement parlant notamment. Il n'en avait pas éprouvé le besoin sur le moment. Et tout à coup, la réponse lui sautait aux yeux. Son entrejambe était... tout à fait capable de réagir à son excitation. Il déglutît légèrement avant de lentement, diriger ses doigts osseux vers la bosse qu'il ne cessait de fixer. A peine l'eût-il frôlée qu'il eût envie d'aller plus loin. Il se redressa comme il pût au fond de son lit, contre la tête de ce dernier et enroula ses doigts autour de sa virilité.

Bon sang... il ne s'était même pas rendu compte à quel point ça avait pu lui manquer. Et pourtant, à cet instant, il se dît qu'il avait eu tort de seulement s'en passer. Mordillant sa lèvre afin d'étouffer les gémissements qui auraient pu s'échapper de sa gorge, il s'évertua à caresser de bas en haut, un peu maladroitement, un peu hâtivement, son sexe déjà fier. Mais il sursauta en entendant du bruit à côté de lui. Tout près, à genoux sur le sol, à côté de sa couche se tenait Jaesun. Il cessa toute activité, mais n'osa pas retirer la main pourtant suspecte qu'il gardait toujours sur son entrejambe. Il aurait voulu lui demander ce qu'il faisait là mais il n'en eût ni le courage ni le temps qu'autour de son intimité se resserra l'étreinte de ses propres doigts enlacés dans ceux de Jaesun. Il en retînt son souffle alors que ce dernier l'incita à continuer ce qu'il était en train de faire. Il ferma à nouveau les yeux sous les sensations, se laissant guider par la poigne plus assurée et semblait-il plus experte de Jaesun sur lui. Il lâchait des soupirs erratiques entre deux légers sursauts de plaisir et frissons. Contre son bras, pesait la joue de Jaesun. Mais il s'en formalisait à peine, trop perdu dans le plaisir grimpant rapidement au creux de son ventre. Trop vite. Il se sentait presque venir mais stoppa tout, retirant sa main comme il pût de celle de Jaesun, s'empêchant d'atteindre la jouissance devant lui. Non. Non c'aurait été encore plus gênant. Grattant sa gorge il se rallongea comme il pût, le dégageant de son bras et lui tournant le dos. Il ne pouvait définitivement pas le regarder dans les yeux à cet instant. « Qu'est-ce que tu fous là ? » râla-t-il d'une voix enrouée par... les événements. Il n'osa pas en dire plus. Pourtant il aurait voulu lui crier dessus, lui dire qu'il était taré, un sale pervers ! Qu'il n'avait pas le droit de le toucher ! Ni même de seulement le regarder ! Mais... dans le fond... ça n'avait pas été désagréable. Bien au contraire. Et c'était ça le plus terrible. Alors il s'adresserait les insultes à lui-même, pour avoir seulement pris son pied sous les doigts de fée de Jae. Il aurait voulu disparaître. Mais se cacher sous les draps aurait été puéril et ridicule...




perfect body, perfect soul
You're just like an angel. Your skin makes me cry. You float like a feather in a beautiful world. I wish I was special. You're so fucking special. But I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here ? I don't belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

victor, love is stronger than pride, -16

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Constitution; La Fusion de Victor Benoit prend le devant.
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» «La Reine Nègre» Victor-Lévy Beaulieu s'explique
» « CENTRAL PARK » New York i love you .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 14ème arrondissement, observatoire-