Partagez|

we fight and we argue, you'll still love me blind.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : steinfeld.

CRÉDITS : (av.) anaëlle (gifs) tumblr (sign.) astra (icon) bonnie.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: we fight and we argue, you'll still love me blind. 6/9/2017, 13:08

olyana sevestre
nom : sevestre. ça t'écorche la gueule quand tu dois le prononcer. vous êtes maudits, ton frère et toi. tout ça, c'est de sa faute. ton père. t'es pas née dans la bonne famille mais t'as quand même fait avec. t'façon, tu ne pouvais pas faire grand chose d'autre. et puis, y avait ton grand-frère alors rien que pour ça, t'as pas pu te résoudre à changer d'vie. prénom(s) : olyana. ta mère, elle a toujours débordé d'imagination. alors ton prénom, il n'est pas si étonnant que ça quand tu y réfléchis bien. c'est rare, comme celui de ton frangin. elle ne faisait pas les choses à moitié ta génitrice. depuis l'adolescence, cependant, tu préfères que l'on utilise ce surnom que tu traînes depuis à peu près toujours. lya. c'est frais, c'est doux, c'est court, c'est simple. c'est toi. âge : dix-neuf ans. tout ce temps passé à traîner ta carcasse sur cette terre. tu ne sais plus trop si ça importe vraiment de respirer encore mais t'es pas prête à sauter le pas. t'es pas encore assez désespérée pour ça même si l'idée te traverse souvent l'esprit. origines : française. aucune nuance, aucune originalité. un point blanc sur le fond blanc d'un tableau au cadre blanc. métier/études : volage, paumée, instable. ta vie professionnelle ressemble étrangement à ta vie sentimentale. t'as arrêté l'école à seize ans. t'aimes pas l'école, t'as jamais aimé ça. tu te réinventes tous les jours, tu ne gardes jamais un emploi, t'en es pas capable. tes envies d'évasion sont bien trop fortes pour toi. c'est mieux comme ça. une semaine, tu te produiras dans les bars, ta belle voix et ta guitare. l'autre, tu t'installeras dans une rue et tu dessineras les gens, leur donnant leur portrait pour un billet. la suivante, tu photographieras tout ce qui te passe sous la main, vendant tes clichés à la presse en tout genre, à des galeries ou alors à ceux qui veulent bien de tes prises de vue. et puis, on pourrait même te croiser avec ton instrument au détour d'une rue à faire la manche. rien ne t'arrête vraiment, si ce n'est ton désir de liberté. tu fais tout ce que tu veux, quand tu le veux et surtout, tu restes au contact des gens et du brin d'humanité qu'ils peuvent t'apporter. statut social : célibataire. tu dois bien l'admettre, tu es tout bonnement incapable de te poser. t'aimes pas quand c'est trop parfait. t'aimes pas quand tout se passe bien. t'aimes bien quand ça se passe et le reste, tu t'en cognes royalement. les amourettes, l'adrénaline de la nouveauté, le plaisir charnel de l'inconnu. ça, ça te fait vibrer. tu te dis que tu ne dois pas être très nette à penser de la sorte, à ressentir de la sorte ou même à vivre de la sorte. et pourtant, tu te conformes à une génération dépravée alors tu te contentes de hausser les épaules et de prendre les choses comme elles viennent. avatar : nebula.

des anecdotes intéressantes à savoir : t'es une passionnée de la vie, t'es une passionnée des gens, t'es une passionnée tout court. la musique. il t'a toujours fallut une issue de secours dans cette vie de chien que tu mènes depuis ton plus jeune âge. le karma ne t'a certainement pas épargné mais il t'a mis sur le chemin de ces douces mélodies que tu écoutais étant enfant, pour calmer tes larmes. t'as appris à jouer de la guitare en autodidacte et ta voix n'a jamais vraiment été travaillée. tu enivres les cœurs, tu adoucis les mœurs et ton timbre reste dans la tête comme une ritournelle incessante, entraînante, vivante. le dessin. il ne te faut pas grand chose pour t'extérioriser. du papier, un crayon, un stylo, un feutre, peu t'importe du moment que tu as du papier pour y poser des couleurs. le trait sûr et fin, tu t'es vite démarqué dans les cours d'arts plastiques que l'on te donnait au collège. t'avais la meilleure des moyennes, t'étais l'élève prodige. toi, tu te contentais juste de suivre les consignes en y ajoutant ta petite touche, t'as jamais vraiment rien calculé de tout ça. la photographie. c'est pas toujours parfait, t'es pas souvent satisfaite de ce que tu fais mais t'arrives à vendre tes clichés alors c'est que ça ne doit pas être si mal que ça. t'es encore en phase d'apprentissage. tu te renseignes dans les magasines spécialisés, sur les sites internet que tu visites, en regardant le travail des plus grands. tu te perfectionnes, à ta manière. un résumé de mon histoire : toi, t'as pas eu la vie facile. toi, t'es parisienne, quoi qu'il arrive. mais toi, t'es juste pas née dans la bonne famille. ton père, il était bien trop violent, trop penché sur sa foutue bouteille. ta mère, elle a prit des coups, beaucoup trop. ça l'a détruite. elle n'a pas été là pour toi, pour te protéger, alors tu lui en veux. encore, toujours. ton frère, lui, il était là. il a prit bien plus de coups que toi, à trop vouloir que tu t'en sortes. et pour ça, toi, tu t'en veux terriblement. jusqu'à ce que ton paternel finisse en taule. depuis, c'est comme si plus rien ni personne ne comptait pour toi. t'as juste peur que tout vole en éclat parce que tu crois que c'est de ta faute si t'as eu une enfance de merde et que ton frère en a également subi les conséquences. alors tu te laisses porter au grès du vent, comme si t'étais libre, comme si jamais rien ne pouvait t'atteindre. tout ça pour ne pas faire voir au monde que tu n'es rien d'autre qu'une gamine fragile qui a grandi bien trop vite.

nom du lien recherché : écrire ici un descriptif du lien que tu recherches.

nom du lien recherché : écrire ici un descriptif du lien que tu recherches.

nom du lien recherché : écrire ici un descriptif du lien que tu recherches.

(c) fiche de lien crée par eylika.



lionel sevestre

destins liés - le grand-frère : lui et toi. toi et lui. l'histoire de deux gamins écorchés par la vie. l'histoire d'un frère et d'une sœur qui ne peuvent plus compter que sur l'un et sur l'autre. un père violent qui a finit en taule et une mère détruite et absente. y a mieux comme univers familiale. alors pour toi, il ne te reste plus que lui. ton point d'encrage, ton seul repère. celui qui te maintient en vie, jour après jour. parce que t'as déjà pensé à mettre un terme à ta misérable existence. mais tu survis, pour lui. parce qu'il n'y a plus que vous deux et que tu t'en voudrais que tout s'arrête si tu le laisses derrière toi. tu lui dis pas souvent que tu l'aimes, tu lui dis pas souvent combien tu as besoin de lui. tu t'effaces, tu t'éclipses pour ne pas prendre trop de place. et tu ne te rends même pas compte de tout le mal que ça lui fait. toi, t'as juste peur qu'il t'en veuille si tu restes trop souvent dans ses pattes. et pourtant, il n'attend que ça. mais toi, t'en sais rien. alors tu continues à disparaître, en un claquement de doigts. parce que c'est ce que tu sais faire de mieux. pour te protéger toi, mais surtout pour le protéger lui. parce que t'es pas stable toi, ça non. mais lui non plus finalement. alors que, tout simplement, ensemble, vous êtes l'équilibre parfait de cette balance qu'est votre vie.
axel (scénario)

confusion de sentiments - l'imprévu : tu t'attendais pas à ce que ça se passe comme ça. c'était pas censé se passer comme ça à vrai dire. tu l'a rencontré dans un bar, y a un an de ça. tu jouais, il t'observait. vous avez discuté, t'as fini dans son lit. c'était pas censé se reproduire, t'étais pas censé garder le chemin vers son appartement en mémoire. et pourtant, tu l'as fait. t'es revenue. plus d'une fois. il est devenu cette relation en pointillée que tu refuses de transformer en ligne continue. parce que t'as peur de te laisser aller, peur de voir ce que ça pourrait donner. tu sais pourtant qu'il n'attend que ça. tu le vois bien dans le fond de ses yeux bleus. tu le vois bien à sa façon de te parler, de te toucher. si d'ordinaire, tu fuis après avoir couché, tu t'autorises à dormir chez lui, à même prendre un café en te levant le matin. tu succombes doucement à cet être que serait probablement en mesure de garder tes pieds sur terre. tu glisses doucement dans le piège qu'il te tend et tu ne t'en rends même pas compte. parce que t'es persuadée d'agir avec lui comme avec les autres. mais ce que tu n'as pas encore compris, toi, c'est que lui, il n'est pas comme les autres.
camille guérin

entité complémentaire - le crew - le frère de cœur : le destin a scellé un pacte entre vos deux êtres. lui, c'est le meilleur ami de ton frère, le cœur du crew dont tu connais chaque membre. toi, tu ne fais pas partie intégrante de leur petite bande de potes. toi, t'es juste la petite sœur de lionel. t'es peut-être proche de chacun d'entre eux, tu n'es pas dans leur bulle. et, qu'on ne se méprenne pas, tu ne veux pas en faire partie. tu passes ton temps à ne pas t'attacher et à faire en sorte que personne ne s'attache à toi non plus. il ne peut donc pas en être autrement avec camille. et pourtant, c'est pas comme ça que ça marche visiblement. lui et toi, c'est cette relation un peu étrange qui pousse l'un à protéger et l'autre à s'attacher. t'étais persuadée qu'il n'y avait que ton frère qui pouvait te maintenir envie. t'avais tord. y a camille aussi. parce que, camille, il a sa tête de con, mais camille, il veille sur toi. camille, il te surveille du coin de l’œil même s'il semble s'en foutre royalement. et toi, toi, tu t'es attachée. toi, t'as donné ta confiance et t'en as profité pour lui laisser un bout de ton cœur entre ses mains trop assurées.
effy delcour

à cœur ouvert - le crew - la confidente : elle et toi, c'est l'explosion. volcaniques, à deux, vous faites des étincelles et c'est rien de le dire. la princesse, elle est belle et intouchable. et toi, tu conspires à ses côtés quand il s'agit de faire tourner les garçons en bourrique. le crew n'a qu'à bien se tenir lorsque vos regards se croisent et que la connerie se lit au fond de vos prunelles rieuses. et puis, y a l'autre versant de la montagne, celui qui apaise et libère. tu lui dis tout, tu lui dis rien. elle doit être l'une des rares personnes à savoir ce qui se cache sous ta carapace, ce qui se passe dans ta caboche de sale gosse indomptable. elle et toi, c'est l'alliance parfaite de douceur et d'imprévisible. y a tout et rien à la fois mais surtout, y a vous deux en même temps.
theophile blanchard

à venir - le crew - à venir : écrire ici le descriptif du lien.
billie carpentier

souvenir des jours perdus - la futur belle-soeur : elle a été la petite amie de ton frère. toi, tu l'adorais. tu ne jures d'ailleurs que par elle. billie, elle rendait ton frère meilleur. t'avais confiance en elle, tu l'adorais. t'avais même dessiné une robe de mariée que tu l'imaginais porter quand ton frère se serait décidé à changer son avenir. mais il n'en n'aura pas eu le temps. fauchée par une voiture, billie a perdu ses souvenirs, emportant lionel dans les méandres du néant. elle ne se souvient pas de lui. mais elle se souvient de toi. phénomène incompréhensible puisque tu penses ne pas être grand chose aux yeux du monde, et encore moins aux siens. et pourtant, elle se souvient de toi. et toi, tout ce que tu peux faire, c'est t'accrocher aux souvenirs qu'elle possède pour essayer de raviver ceux qu'elle a oublié. t'as besoin que billie se souvienne de ton frère. parce que toute seule, tu sais bien que tu n'arriveras pas à lui maintenir la tête hors de l'eau bien longtemps. t'as besoin que billie se souvienne pour la simple et bonne raison qu'elle te manque. elle a beau se rappeler de ton prénom, elle ne se rappelle pas de tout. et elle te manque, terriblement.
alana dumont

supernana - la sœur de cœur : tu dessinais ce jour-là, posée au détour d'une rue piétonne. tu dessinais les passants, tu dessinais les pavés, tu dessinais pour t'en sortir un jour de plus. et elle a débarqué de nulle part, avec sa chevelure blonde, son sourire et son innocence.elle t'a tapé dans l’œil avec sa fraîcheur et sa naïveté. elle t'a posé des tonnes de questions, la gamine. ça t'a déstabilisé un instant et puis tu as pris la décision de la prendre sous ton aile. t'as développé une certaine forme d'affection pour la demoiselle et tu t'es promise de ne pas la lâcher jusqu'à ce qu'elle puisse voler de ses propres ailes.
léandre rochebois

délicate connexion - la douceur partagée : écrire ici le descriptif du lien.
magalie voisin

improbable alliance - l'ange gardien : l'avocate au cœur de glace et la gamine instable. on aura vraiment tout vu. magalie, elle veille sur toi, elle couvre tes arrières. comme maxine, à un autre niveau. à chaque fois que le crew a des ennuis, c'est la flic qui s'occupe d'eux. et si jamais ça devient trop tendu, elle fait appel à la brune incendiaire. tu l'as vu plus d'une fois à l'oeuvre et autant dire qu'elle ne plaisante jamais. c'est peut-être bien ça que t'attire autant chez elle. ce que tu ne sais pas, en revanche, c'est que la brune, elle t'a prise sous son aile. tu ne vois rien toi et pourtant, c'est bien ce qu'il en est. bientôt, ton géniteur sera libre, elle le sait l'avocate. et ce jour-là, t'auras probablement besoin d'elle. et elle, elle sera là. quoi qu'il arrive.
maxine barnes

claustrophobie - la méfiance : elle s'occupe du crew, et donc de ton frère. t'as déjà eu à la croiser, quand il a fallu que tu viennes le chercher quelques fois. et t'as du mal à la cerner toi. tu te méfies toi. parce qu'elle est bien trop adorable pour que ce soit vrai. elle fait les choses beaucoup trop bien pour que ce soit vraiment honnête. si tu savais pourtant que les gens comme elle sont bien réels. mais t'as du mal à y croire toi alors tu restes sur la défensive. tu analyses. tu te fonds dans le décors. et plus tu creuses, moins tu trouves vraiment ce que tu cherches. tout ce que tu peux affirmer, c'est que tu n'as pas confiance et que tu persisteras à trouver les raisons valables d'une telle méfiance.
julie perrin

fumée noire - la toxique : tu te fies à ta première impression concernant la blonde. et autant dire qu'elle n'est pas bonne du tout. t'as débarqué chez ton frère sans prévenir, une fois de plus. et le trouver complètement défoncé en compagnie de celle qui tu nommes affectueusement la siliconée, t'as clairement refroidie. elle est nocive pour ton frangin et tu n'as clairement pas l'intention de changer d'avis. tu ne l'aimes pas, tu n'as aucunement l'intention de faire un effort quel qu'il soit. cette femme ne t'inspire aucune confiance et tu comptes bien la faire dégager du décors. reste à savoir de quelle façon.






volute de fumée
lya sevestre ☽ i'm never gonna let you close to me even though you mean the most to me, cause every time i open up, it hurts. so i'm never gonna get too close to you even when i mean the most to you, in case you go and leave me in the dirt ... i'm way too good at goodbyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : steinfeld.

CRÉDITS : (av.) anaëlle (gifs) tumblr (sign.) astra (icon) bonnie.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 6/9/2017, 13:08

maxine barnes
nom : barnes. consonances anglaises, un nom qui te vient de ton paternel. nom qui te vient de l'autre côté de la manche et dont tu n'as connu que des moments passés pendant les vacances d'été de ton enfance. t'es fière de porter ce nom. fille de bonne famille au destin pourtant tragique, tu te raccroches à tes origines pour garder la tête haute. prénom(s) : maxine. ta mère qui voulait faire ressortir tes racines françaises. depuis sa disparition, tu refuses que l'on prononce ton prénom complet et tu te présentes comme étant max. c'est court, on dirait un prénom d'homme et ça te va bien finalement. en même temps, t'as un peu cessé d'être une femme quand ta génitrice a perdu la vie alors tu penses que c'est une bonne raison de modifier ton identité. âge : t'as vu vingt-huit longues années défiler devant tes yeux protecteurs. les traits de ton visage sont pourtant toujours aussi fins. on dit toujours que tu parais plus jeune et ça te fait sourire. parce que t'as beau le paraître, niveau mental, t'as pris au moins dix ans de plus. origines : ton père, il est anglais et d'ailleurs, il en est très fier. ça te fait sourire quand il raconte de vieilles histoires qu'il a vécu de l'autre côté de la manche. et ta mère, elle était française, d'une longue lignée aristocrate. elle en était le mouton noir, celle qui refuse de suivre les règles et qui rêvait d'ailleurs. métier/études : depuis toute gamine, tu sais ce que tu veux faire. c'est quand t'as perdu ta mère que t'as trouvé ta vocation. t'es flic et tu le vis très bien. mais t'es pas de ces connards sans aucun scrupules. nan, toi, t'aimes bien faire dans le social. t'aides ceux qui sont dans le besoin, même s'ils ne semblent pas le vouloir. t'es pas une nana relou, au contraire, tu serais plus du genre à arranger les choses, les gens, les situations. à la fois psychologue, assistante sociale et, parfois même, faisant pratiquement parti d'une famille, t'es la flic bonne copine. cela dit, quand il faut mettre les mains dans le cambouis, t'es pas la dernière à passer à l'action. tu sais faire la part de choses. alors les gens t'apprécient et tes supérieurs ne te font pas chier. excellent compromis d'après toi. statut social : t'es célibataire et puis tu es en couple. t'en sais trop rien, c'est compliqué. t'as pourtant essayé de te poser et de réfléchir à tout ça mais tu n'y arrives pas. ta liberté te va comme un gant mais ton corps requiert sa présence. t'es paumée, t'es à fleur de peau, t'es fragile. il le sait pourtant, il te connait par cœur. alors tu comprends pas pourquoi il joue avec toi de cette façon. ou alors est-ce simplement toi qui pense que c'est un jeu ? tu ne sais pas, tu ne sais plus. t'aimerais juste te planquer sous ta couette et faire comme si tout ça n'était pas ta vie mais celle d'une autre. mais tu ne peux pas. avatar : rivendell.

des anecdotes intéressantes à savoir : y a cette chose qui t'a toujours attirée et que, malgré tout, tu n'as jamais cessé de pratiquer. la danse. le corps en mouvement, exprimer tout ce que tu peux ressentir sans prononcer un mot. ta mère, elle t'avait inscrite aux cours de moderne jazz et c'est bien la seule chose que tu n'as jamais arrêté de pratiquer, même après sa mort. comme si elle vivait encore à travers toi dans ces moments là, comme si tu voyais son sourire et que tu l'écoutais te donner des conseils. et puis, il y a aussi les arts martiaux que tu es capable d'utiliser sur des interventions un peu musclées. c'est peut-être bien ton petit truc en plus, de pouvoir maîtriser un type qui fait deux fois ta taille et deux fois ton poids. un résumé de mon histoire : t'étais heureuse toi, t'avais tout toi, rien ne pouvait t'arriver. des parents aimants, une bonne situation familiale. y avait rien qui allait de travers. enfin, pas avant que t'ai huit ans et que tu vois ta mère se faire renverser par un chauffard. elle est décédée des suites de ses blessures. t'as mis du temps à t'en remettre. ton père aussi. t'as grandi trop vite malgré tout parce que ton géniteur a sombré et qu'il fallait bien que tu l'aides à remonter la pente. t'as toujours su ce que tu voulais faire quand tu serais grande. t'as voulu entrer dans la police et tu as réussi. avec aisance d'ailleurs. parce que t'es comme ça toi, tu parviens toujours à tes fins, sans jamais franchir aucune limite. parce que t'es perfectionniste et que tu es surtout d'une douceur que peu de gens peuvent comprendre. t'es pas mauvaise toi, ça non, tu ne sais pas faire. tu aides ton prochain, sans jamais rien attendre en retour. beaucoup disent que tu es trop gentille, trop naïve. toi, tu dis simplement que tu fais le bien autour de toi parce que la misère du monde prend déjà bien trop de place. t'es une fille bien toi, c'est indéniable. mais toi, t'as toujours besoin d'avoir un but pour te sentir vivante.

nom du lien recherché : écrire ici un descriptif du lien que tu recherches.

nom du lien recherché : écrire ici un descriptif du lien que tu recherches.

nom du lien recherché : écrire ici un descriptif du lien que tu recherches.

(c) fiche de lien crée par eylika.



magalie voisin

squad - la meilleure amie : elle et toi, ça remonte à bien longtemps. vous n'étiez encore que des gamines quand vous vous êtes rencontrées pour la première fois. elle était seule, presque isolée. et toi, tu lui as tendu la main, tu as fait en sorte qu'elle se sente entourée, comprise, aimée. t'as su combien elle a souffert, tu l'as soutenu quand tout s'écroulait autour d'elle, t'étais là, t'as rien lâché, jamais. elle a toujours été là pour toi, quoi qu'il arrive. quand t'étais au plus bas, quand t'étais au meilleur de ta forme. magalie, c'est ta meilleure amie, celle qui sait penser tes blessures et qui te remet à ta place quand c'est nécessaire. si toi, tu es le bon, elle est sans doute le savant mélange de la brute et du truand. un équilibre instable, une amitié comme on en fait rarement. elle et toi, c'est pour le meilleur et pour le pire, jusqu'à ce que la mort vous sépare.
le pompier

squad - le confident : lui et toi, toi et lui. y en a qui ragent parce que vous n'avez jamais été rien d'autre que des amis. y en a qui ne comprennent pas votre proximité sans que vous n'ayez jamais couché ensemble. et pourtant, vous n'avez vraiment jamais été rien d'autre que des amis. depuis le tout début. il est le petit rigolo de la bande de potes dans laquelle tu évolues. il est aussi le plus jeune et toi, tu veilles sur lui, comme tu veilles sur tout le monde. et puis, tu lui parles, beaucoup plus qu'aux autres mais moins qu'à magalie. quoi qu'il doit probablement en savoir autant qu'elle. t'as confiance en lui, bien plus qu'en la plupart des gens. c'est pour cette raison que tu lui confies tout et n'importe quoi. et plus important encore, tu lui confies ton cœur, ta raison, et ta propre vie, les yeux bandés, en équilibre sur un fil et sans aucun moyen de te sauver d'une chute fatale. parce que t'as confiance et que tu sais que jamais il ne te laissera tomber.
cézanne lambert

à jamais - le premier amour : cez et toi, c'est l'histoire de deux gamins paumés qui se sont trouvés, se sont aimés, se sont déchirés se sont séparés et se sont retrouvés. un cercle infernal, une hitoire sans fin qui a rythmée l'époque du lycée, durant une année entière. plus de bas que de hauts si on regarde bien les faits mais toi, t'étais mordue, tu l'avais dans la peau, il était fait pour toi. jusqu'à ce que tu prennes la décision de mettre un terme à cette mascarade ridicule. t'avais l'habitude de rompre, mais tu revenais toujours. pas cette fois-ci. et t'en as souffert. beaucoup plus que tu ne l'aurais imaginé au départ. t'as résisté à l'envie de reprendre contact mais il n'a pourtant jamais cessé d'exister dans ta mémoire. son souvenir sommeillait en toi, chaque jour, à chaque heure, chaque minute et chaque seconde. t'étais faite pour lui. il était fait pour toi. t'as avancé, t'as réalisé tes rêves. sans lui. et tu ne l'as jamais dit mais t'as regretté. tu regrettes toujours d'ailleurs. cependant, la vie semble t'offrir l'occasion de te racheter, de réparer ton erreur du passé en remettant le garçon en travers de ton chemin. zone de turbulences inévitable. tu sombres à nouveau dans les méandres de ton passé et le pire, c'est que tu sembles aimer ça alors que tu devrais t'enfuir. toi, tu comptes bien rester cette fois-ci.
aaron borel (scénario)

papillons dorés - le coéquipier : lui et toi, ça n'a pas vraiment été facile au départ. on t'a collé dans ses pattes lorsque tu as obtenu ton diplôme. ton premier et unique coéquipier jusqu'à présent. l'homme ne supportant pas travailler avec une femme, il a fallut que tu ailles jusqu'à lui coller ton arme de service sur la tempe pour qu'il daigne enfin te respecter. après ça, il faut dire que votre relation s'est apaisée puisque vous avez enfin su trouver un terrain d'entente et travailler ensemble plutôt que séparément. y a pas à dire, vous faites vraiment la paire. jusqu'à ce que vous ayez dérapé. vous avez combiné travail et plaisir et ce n'est pas vraiment ce qui aurait dû se passer. séduction, sentiments. trop d'informations à la fois. il fallait que cela cesse, t'étais en train d'étouffer dans ce jeu que tu as accepté de jouer sans rechigner. mais les choses ont changé et t'es plus capable d'assumer. toi qui t'évertues pourtant à garder la tête haute, cette fois-ci, t'aimerais bien entrer dans un trou de souris pour ne plus jamais en sortir. dans cette histoire, c'est lui le chat. alors cours petite souris avant qu'il ne t'attrape.
camille guérin

insolence attachante - le crew : t'es tombée sous le charme de cette bande de jeunes bien trop instables. t'es pas capable de dire ce qui te pousse à vouloir les aider. peut-être juste le simple fait que tu vois quelque chose en eux que personne ne semble avoir remarqué. t'es cette main tendue que tu espères les voir saisir. t'es cette âme charitable qui se plie en quatre pour leur sauver les miches à la moindre occasion. t'es leur ange gardien et tu ferais n'importe quoi pour ces gamins écorchés par la vie. et ça, camille, il l'a bien compris. il se joue de la situation, de toi, de tout, de rien. il essaye tant bien que mal de te draguer, ouvertement, afin de te faire plier. toi, t'as bien vu son petit manège et tu n'as aucunement l'intention de céder. mais toi, tu joues avec le feu, toujours, tout le temps. tu entres dans son jeu, sans aucune intention de t'en cacher. tu flirtes avec le diable en personne et tu seras folle de nier ne pas aimer la situation. tu portes son destin entre tes mains et toi seule a le pouvoir de décider de ce que tu vas en faire. et toi, tu seras toujours là pour veiller sur lui, quoi qu'il t'en coûte.
lionel sevestre

tête de con - le crew :  t'es tombée sous le charme de cette bande de jeunes bien trop instables. t'es pas capable de dire ce qui te pousse à vouloir les aider. peut-être juste le simple fait que tu vois quelque chose en eux que personne ne semble avoir remarqué. t'es cette main tendue que tu espères les voir saisir. t'es cette âme charitable qui se plie en quatre pour leur sauver les miches à la moindre occasion. t'es leur ange gardien et tu ferais n'importe quoi pour ces gamins écorchés par la vie. lionel, lui, il y croit pas à tout ton baratin. il ne pense pas un traître mot de ce que tu peux lui dire. il répète sans cesse qu'il n'a pas besoin d'aide alors que ce sont eux qui en ont le plus besoin en général. mais toi, tu ne baisses pas les bras, jamais. c'est pas dans tes habitudes. tu tiens bon, tu ne lâches pas prise et tu comptes bien lui montrer à quel point tu es honnête. tu ne renonces jamais à t'imposer dans son décors pour le sortir de situation délicates. et, par dessus tout, tu sais bien qu'il doit un temps soit peu croire en toi pour n'avoir de cesse de te demander quand il se fait coffrer pour une infraction commise. pourtant, il va bien falloir qu'il finisse par te faire confiance le gamin écorché. parce que quand son paternel va sortir de taule, tu seras probablement son seul rempart face à cet homme qui l'a tant fait souffrir par le passé.
olyana sevestre

brise d'automne - l'enfant sauvage :  t'es tombée sous le charme de cette bande de jeunes bien trop instables. t'es pas capable de dire ce qui te pousse à vouloir les aider. peut-être juste le simple fait que tu vois quelque chose en eux que personne ne semble avoir remarqué. t'es cette main tendue que tu espères les voir saisir. t'es cette âme charitable qui se plie en quatre pour leur sauver les miches à la moindre occasion. t'es leur ange gardien et tu ferais n'importe quoi pour ces gamins écorchés par la vie. olyana, c'est la petite sœur de lionel. tu ne la vois pas souvent, seulement les rares fois où elle vient chercher son frère. tu sens qu'elle se méfie de toi, tu sens qu'elle ne te croit pas, tu sens qu'elle pense que tu caches quelque chose. après tout, elle a le même sang que lionel qui coule dans ses veines alors ce n'est pas si étonnant finalement. pourtant, il va bien falloir qu'elle finisse par te faire confiance la gamine. parce que quand son paternel va sortir de taule, tu seras probablement son seul rempart face à cet homme qui l'a tant fait souffrir par le passé.
aline ledoux

décadence - la gamine à surveiller : t'es pas encore entrée dans sa vie. enfin, tu ne t'es pas encore présentée. tu la vois souvent traîner au commissariat mais tu n'as pas été assignée à son cas. tu t'occupes déjà du crew, tes supérieurs ont estimé qu'il n'était pas nécessaire que tu t'occupes du sort d'autres gamins similaires. et pourtant, il paraît que la curiosité est un vilain défaut. tu grappilles donc quelques informations, par-ci et par-là, tu surveilles de loin, tu ne t'imposes pas. tu attends simplement le bon moment pour sortir de l'ombre et faire ce que tu sais faire de mieux. t'es pas idiote non plus cela dit, tu dois bien te douter que ce ne sera pas une mission aisée, à l'instar des gamins écorchés. tu le sais, tu en as l'intuition. mais t'es comme ça toi, les causes perdues, les cas difficiles, t'aimes t'en occuper et tu trépignes déjà de pouvoir mettre ton petit grain de sel dans son histoire.
matthieu ledoux

décadence - le gamin à surveiller : tout comme pour sa sœur, t'es pas encore entrée dans sa vie. enfin, tu ne t'es pas encore présentée. tu le vois souvent traîner au commissariat mais tu n'as pas été assignée à son cas. tu t'occupes déjà du crew, tes supérieurs ont estimé qu'il n'était pas nécessaire que tu t'occupes du sort d'autres gamins similaires. et pourtant, il paraît que la curiosité est un vilain défaut. tu grappilles donc quelques informations, par-ci et par-là, tu surveilles de loin, tu ne t'imposes pas. tu attends simplement le bon moment pour sortir de l'ombre et faire ce que tu sais faire de mieux. t'es pas idiote non plus cela dit, tu dois bien te douter que ce ne sera pas une mission aisée, à l'instar des gamins écorchés. tu le sais, tu en as l'intuition. mais t'es comme ça toi, les causes perdues, les cas difficiles, t'aimes t'en occuper et tu trépignes déjà de pouvoir mettre ton petit grain de sel dans son histoire.
amalia freitas

douceur anesthésiante - l'ange du pompier : elle a fait de l'effet auprès de ton confident. elle a réussi à lui capturer son coeur sans faire tant d'efforts. elle est différente de toutes ces nénettes que tu as pu rencontrer. elle dégage quelque chose de pure, d'intense, d'incroyablement naturel et honnête. t'as lu son dossier, tu t'es renseignée sur elle, comme tu as pu le faire avec les autres. tu sais des choses qu'elle doit peut-être ignorer sur elle-même. tu concèdes qu'elle a des fréquentations douteuses mais tu penses qu'elle vaut plus que ces gens qui l'entourent. alors tu as décidé de lui laisser une chance, tu as décidé qu'elle avait le droit à l'erreur parce que tu sais combien elle a pu en baver par le passé.
julie perrin

fausse poupée - la cible : une chose est sûre, tu ne la portes pas dans ton cœur. toi qui a pourtant pour habitude de mettre la main à la pâte et de tenter de sauver les âmes égarée, pour elle, tu n'as clairement aucun espoir. julie est nocive, julie est irrécupérable. tu n'as aucune envie de tenter une mission suicide. elle manipule le monde avec son physique avantageux et ses belles paroles. mais elle ne vaut pas un rond. t'as bien compris son petit manège, t'es pas stupide et tu n'es clairement pas son genre. ce qui t'exècre le plus, c'est qu'elle prend un malin plaisir à démonter le travail que tu fournis avec le crew. et s'il y a bien une chose qui t'agace, c'est qu'on se mêle de tes affaires. rares sont tes ennemis et tu n'hésites pas une seule seconde à classer la blonde sulfureuse dans cette catégorie.
morgane grimault

alerte rouge - l'affaire sensible : ils avaient besoin de quelqu'un pour démanteler un groupe de voleurs. t'avais l'homme idéal sous la main. t'as fait en sorte que ton meilleur ami s'infiltre dans leur bande, qu'il commette quelques écarts à la lois pour qu'il puisse les faire tomber de l'intérieur. tu regrettes amèrement cette idée au fil du temps qui passe. parce que ça prend trop de temps et que tu ne sais pas de quoi ils sont capables. morgane, elle fait partie de cette bande et tu tiens à la voir sous les verrous le plus rapidement possible. elle, elle ne t'apprécie pas le moins du monde. elle te rend pour responsable de l'arrestation de l'un des siens, ce qui est la pure vérité. elle ne se doute pas que ton meilleur ami est ta source, elle ne se doute pas qu'il existe une autre balance parmi ses soit-disant amis. tout ce que tu sais, c'est qu'elle ne peut pas te voir en peinture. quant à toi, tu passes le plus clair de ton temps libre a essayer de trouver une solution pour l'arrêter, une bonne fois pour toute.






volute de fumée
lya sevestre ☽ i'm never gonna let you close to me even though you mean the most to me, cause every time i open up, it hurts. so i'm never gonna get too close to you even when i mean the most to you, in case you go and leave me in the dirt ... i'm way too good at goodbyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : steinfeld.

CRÉDITS : (av.) anaëlle (gifs) tumblr (sign.) astra (icon) bonnie.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 6/9/2017, 13:08

amalia freitas
nom : tu portes le nom de ton défunt paternel. freitas. tu y tiens comme tu tiens à ta vie. il te manque tant, ton père. c'est le seul en qui tu croyais. parce que, ta mère, elle est pas aussi droite qu'elle ne le montre. ta mère, elle est pas ce qu'elle prétend. ta mère, tu l'aimes pas et t'en es tellement désolée. prénom(s) : ton père, il a tenu à ce que tu portes un prénom de là-bas. amalia. c'est doux, ça sonne comme une caresse, une légère brise de printemps. ta mère, elle a pas vraiment eu son mot à dire. elle a tiré la gueule pendant quinze jours. jusqu'à ce que ton père lui cède le second prénom. judith. t'as envie de vomir quand elle le prononce. t'as des nausées quand elle te parle, de toute façon. âge : t'es âgée de vingt-trois ans et tu t'apprêtes à souffler une bougie de plus sur un gâteau que tu n'as plus vu depuis qu'il est parti. origines : ta mère, elle est française. l'une de ces femmes bien d'ici et qui a bien du mal à quitter son pays, sa patrie. ton père, lui, il était portugais. la chaleur dans sa voix, les traits marqués de son visage, le teint légèrement hâlé de la côté atlantique. métier/études : quand t'es arrivée à paris, t'as enchaîné les petits boulots, le temps pour toi de trouver tes marques dans la capitale. depuis un an maintenant, tu travailles comme vendeuse en lingerie dans une boutique réputée de paname. une grande marque, faite pour ces femmes qui ont les moyens. tu présentes bien, t'as eu le job facilement et tu ne t'en plains pas le moins du monde. tu es également modèle photo à tes heures perdues. t'es photogénique, t'as un style bien à toi et ça semble plaire à ces photographes en quête de nouveaux visages. statut social : tu es célibataire. t'as pas l'habitude des relations longues parce que tu te démerdes toujours pour tout foutre en l'air. t'as peur de t'engager, t'as peur de t'attacher. parce que t'as vu ton père souffrir pendant si longtemps. tu l'as vu aimer sa femme et tu as vu ta mère se taper les trois quart de ton bled sous les yeux impuissants de cet homme que tu aimais tant. t'as peur que ça se reproduise, t'as peur d'être aussi naïve que ton paternel. alors, quand ça devient trop sérieux, tu fuis. toujours.  avatar : xmcflurry.

des anecdotes intéressantes à savoir : depuis petite, tu te passionnes pour la mode. t'as longtemps rêvé secrètement de parcourir le monde entier, défiler sur les podiums pour des marques toutes aussi prestigieuses les unes que les autres. rêve que tu pourrais un jour toucher du bout des doigts. tu te passionnes également pour la musique. d'ailleurs, tu joues du violon. c'est la seule chose pour laquelle ta mère a servi à quelque chose quand tu y penses. c'est déjà pas mal. un résumé de mon histoire : t'es pas d'ici toi. t'es plus de là-bas. t'as débarqué à paname il y a quatre ans. t'as voulu d'éloigner de ton passé, t'as voulu tourner la page et commencer un nouveau bouquin. rabaissée par une mère qui n'en valait pas une, tu t'es occupée de ton paternel jusqu'à ce qu'il rejoigne les anges. ton frère s'est fait la malle, te laissant derrière lui. il t'en veut de ne jamais l'avoir suivi mais il ne sait pas que tu n'as jamais pu te défaire de l'emprise de votre génitrice. t'as pas eu d'enfance, t'as pas eu d'adolescence. alors dès que t'as pu prendre la fuite, tu n'as pas hésité un seul instant. t'as d'ailleurs décidé de retrouver ton frère et t'en auras mis du temps. parce que t'as besoin qu'il sache combien il te manque et combien tu lui en veux de ne pas avoir cherché à te récupérer. t'es fragile toi, tu connais rien du monde extérieur. t'es qu'un chaton apeuré dans la capitale et tu te construis, petit à petit.

nom du lien recherché : écrire ici un descriptif du lien que tu recherches.

nom du lien recherché : écrire ici un descriptif du lien que tu recherches.

nom du lien recherché : écrire ici un descriptif du lien que tu recherches.

(c) fiche de lien crée par eylika.



anthony freitas

lien du sang - le grand-frère : séparés par la vie, éloignés l'un de l'autre contre votre volonté. chacun de votre côté, vous vous êtes sentis abandonnés, trahis par l'autre. nourrir une rancœur depuis la plus tendre enfance, c'est difficile de s'en séparer en grandissant. tu n'as jamais su les raisons de son départ, quand t'étais encore à peine capable de parler. t'as grandis sans lui, t'as subis sans lui. toi, t'avais cette vision féerique d'un frère et d'une sœur. une vision bien vite entachée par l'absence et la haine que tu pouvais lire dans son regard, les rares fois où il te rendait visite, ou plutôt les rares fois où il rendait visite à ton père. le dialogue n'a jamais vraiment été possible entre vous. les insultes, les reproches, ça oui, vous saviez faire. tu lui en veux de ne pas avoir été là pour te protéger, pour te prendre dans ses bras quand t'avais du mal à dormir. tu lui en veux de ne pas avoir vu que tu n'étais que l'ombre de toi-même, un fantôme errant dans une maison qui puait l'hypocrisie et le désarroi. tu lui en veux de ne pas avoir voulu apprendre à te connaître. parce que les choses pourraient être bien différentes qu'elles ne le sont aujourd'hui. récemment, tu as d'ailleurs eu l'occasion de vider ton sac puisque tu es tombée sur lui, non loin de chez toi. tu as pu lui dire tout ce que tu ressens, des bribes de ce que tu as vécu pour qu'il voit à quel point son absence t'a heurté. il semble avoir compris et être prêt à revenir dans ta vie. cependant, toi qui n'a pas le pardon facile, tu auras bien du mal à lui concéder la moindre erreur.
livie maureau
étoile filante - la meilleure amie : écrire ici le descriptif du lien.
le pompier

douce harmonie - l'amour naissant : vous deux, c'est l'histoire d'une rencontre assez peu commune. un défi pour être tout à fait exacte. lorsqu'il est entré chez les pompier, son bizutage a été d'entrer dans un magasin de lingerie féminine et de convaincre l'une des vendeuses de porter un ensemble et de porter l'identique à son tour. le tout moyennant une preuve photo. la vendeuse en question, ce fut toi. t'as pas hésité bien longtemps avant d'accepter de relever le défi. joueuse de base, l'idée t'a paru assez drôle alors tu as obtempérer sans même avoir pensé à broncher. vous avez bien rigolé pendant ce court moment et il a demandé à te revoir, dans un autre contexte. innocente comme tu es, tu as accepté. et tu l'as revu. un fois. deux fois. dix fois. le courant passe bien entre vous, cela ne fait aucun doute. mais toi qui n'a encore jamais éprouver un tel sentiment pour qui que ce soit, tu es bien effrayée par ce que tu peux ressentir. tu tombes doucement amoureuse de sa maladresse, de ses vannes foireuses et de son sourire. mais toi, tu comprends pas trop ce qui s'passe alors tu laisses venir les choses à leur rythme. et pourtant, y a cette peur, toujours au fond de toi, que le schéma du couple de tes parents ne se répercute sur toi. tu as peur d'aimer et de ne pas l'être en retour. tu as peur de ce mot que l'on prononce amour. et c'est cette peur qui te fait agir aussi bêtement, comme si tu ne comprenais pas les signaux qu'il t'envoie, comme si tu ne comprenais pas qu'il n'attend que ça, que tu te jettes à ses lèvres. toi, tu joues la naïve, justement pour protéger ce qui reste des miettes de ton palpitant brisé.
magalie voisin

peur panique - le chien de garde : elle est froide comme le marbre, l'avocate. elle t'a abordé, à la boutique, juste pour te menacer. instinct maternel, protection des siens. le pompier a dû lui parler de toi pour qu'elle vienne te trouver et te sonder. elle te fait peur l'avocate parce que tu ne sais pas bien de quoi elle serait capable. et pourtant, toi, tu persistes à voir le bon en chaque être humain. alors tu t'accroches à l'espoir de gratter sous la surface, de lui laisser le bénéfice du doute. après tout, elle ne fait ça que pour protéger une personne à qui elle tient. mais toi, au fond, t'es peut-être pas si importante que ça. toi, au fond, t'es peut-être pas la personne à menacer dans l'histoire. tout ce que tu veux, toi, c'est vivre. vivre comme tu n'as encore jamais pu le faire jusqu'à ce que tes pieds foulent le pavé parisien. quatre ans que tu tentes de te construire une vie que tu n'avais pas pu entrevoir plus tôt. et la brune, elle vient écraser tes rêves à coup de talons aiguilles. t'as peur d'elle pare qu'elle est bien trop forte pour toi. mais au fond, peut-être bien qu'elle te fait peur parce que t'aurais tant voulu être comme elle.
maxine barnes

calme avant la tempête - la douceur incarnée : contrairement à magalie, maxine est ce vent de fraîcheur qui fait du bien. elle ne juge pas, elle ne cherche pas la petite bête. t'es bien au courant de son métier alors tu te doutes qu'elle en sait déjà un paquet sur toi. de toute façon, tu passes ton temps à dire que tu n'as rien à cacher alors s'il y a bien une personne en qui tu as confiance dans la bande d'amis de ton charmant pompier, c'est elle. elle semble être complètement ouverte à ton intégration dans leur quotidien. bon, toi, clairement, t'arrives toujours pas à te faire à l'idée que tu pourrait un jour être un petit bout de leur vie et tu n'es certainement pas prête à l'accepter encore. cela dit, tu sais que tu pourras trouver en maxine, une personne sur laquelle te reposer en cas de besoin.
morgane grimault

écran de fumée - la méfiance : tu ne la connais pas. enfin, pas tant que ça. juste de vue, au détour d'un carrefour, entre deux cafés avec ton frère. elle ne parle qu'à lui, comme s'ils passaient leur temps à comploter. les messes basses, y a que comme ça que tu sais que c'est elle. t'es même pas capable de mettre un nom sur son visage. même pas capable de reconnaître le son de sa voix si on te le demandait. y a un truc qui te déplaît chez elle mais tu ne sauras pas mettre le doigt sur ce que c'est exactement. elle t'intrigue autant qu'elle t'inquiète pour être honnête. et quand tu sauras la vérité, parce qu'elle finit toujours pas éclater au grand jour. qu'est-ce que tu penseras de tout ça ? qu'est-ce que tu penseras d'elle ? y a des baffes qui se perdent mais tu ne le sais pas encore.






volute de fumée
lya sevestre ☽ i'm never gonna let you close to me even though you mean the most to me, cause every time i open up, it hurts. so i'm never gonna get too close to you even when i mean the most to you, in case you go and leave me in the dirt ... i'm way too good at goodbyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : steinfeld.

CRÉDITS : (av.) anaëlle (gifs) tumblr (sign.) astra (icon) bonnie.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 6/9/2017, 13:08

maribelle verdier
nom : verdier. le nom de famille qui claque dans l'air, qui fait tourner les têtes. le nom de famille jalousé, le nom de famille respecté. toi, t'as aucun réel mérite à le porter et pourtant, t'en es fière. parce qu'au moins, y a pas grand monde qui vient te faire chier pour un rien. parce que toi, la rouquine, quand tu donnes ton nom de famille, on pâlit. pourtant, t'es probablement la plus agréable des deux filles de la famille. prénom(s) : maribelle. c'est ainsi que c'est écrit sur ta carte d'identité. un prénom bien trop long pour une demoiselle aussi simple que toi. alors on t'appelle marie, ça suffit. y a bien que tes parents pour prononcer ton prénom complet. en même temps, vu la grandeur de ta famille, faut bien que ça en jette. et puis, ça fait joli aussi. ça sonne comme le nom d'un fruit, comme le murmure du vent d'automne. âge : t'as vingt-cinq ans. le quart du siècle, barrière que t'aurais pas dû franchir mais t'y es arrivée. parce que t'es coriace toi, t'es tenace toi. origines : t'as rien de bien original toi. t'es française pure souche, un produit du terroir comme on n'en fait pas souvent.  métier/études : toi, t'es étudiante en psychologie. t'es dans ta dernières années de master et pourtant, tu ne la finiras pas. parce que tu ne peux pas, parce que t'as pas la force de suivre des cours à domicile. parce que t'es trop faible pour te motiver à continuer. tu reprendras quand tu t'en sentiras capable. mais pas pour le moment. c'est trop tôt. et puis, le weekend, t'endossais un autre rôle. t'étais dj. tu étais douée maribelle, très douée même. tu l'es toujours d'ailleurs. quand bien même tes études et ton job ne semblaient pas se conjuguer, toi, t'y arrivais. mais tu ne peux plus te produire aujourd'hui. ça la fout mal un dj en fauteuil roulant, planquée derrière les platines. t'attendrais même pas la table de mixage. alors tu continues, sur ton ordinateur, au fond de ton lit. tu continues parce que sinon t'abandonnerais tout et ça, tu ne peux pas te le permettre. statut social : t'es célibataire. encore, toujours. t'as jamais vraiment été en couple. peut-être une fois ou deux. tu ne sais pas ce que tu veux de toute façon. t'es pas du genre à te poser, t'es pas du genre à te barrer non plus. indécision d'une fille bien trop peu logique. tu préfères fuir, tu préfères rester. t'attends. mais t'attends quoi au juste ? tu sais pas, t'en sais rien. peut-être juste que ça te tombe dessus, comme ça, sans que tu ne puisses rien y faire. avatar : wild heart.

des anecdotes intéressantes à savoir : toi, t'as qu'une seule et unique passion. le skate. garçon manqué de la famille, un peu à l'écart de cette vie de strass et de paillettes. t'aimes la prise de risque, ce filet d'adrénaline qui s'insinue dans chacune de tes cellules. t'aimes le frisson d'une chute, les ecchymoses sur son corps si pâle. ça donne l'impression d'aventure, ça donne des ailes. et des fois aussi, ça bousille l'espoir d'une vie normale. un résumé de mon histoire : t'as pas grand chose à raconter sur ta vie. c'était calme, c'était bien rangé. petit diable de la famille pourtant pleine aux as et sans histoire. tu ne vivais que pour tes études, le skate et ta petite sœur. y avait pas beaucoup de mouvement jusqu'à l'accident. t'as pas été prudente, comme d'habitude. sauf que cette fois-ci, tu t'es faite faucher par une voiture. t'as perdu ta jambe droite. depuis, tu te bats avec toi-même pour garder la tête haute, t'as bien conscience d'être devenue le boulet de service alors que t'étais pourtant si vivante au début de l'année. t'es en attente d'une pose de prothèse qui pourrait te permettre d'enfin quitter ce fauteuil roulant qui te pourri la vie.

nom du lien recherché : écrire ici un descriptif du lien que tu recherches.

nom du lien recherché : écrire ici un descriptif du lien que tu recherches.

nom du lien recherché : écrire ici un descriptif du lien que tu recherches.

(c) fiche de lien crée par eylika.



lana verdier

indivisibles - la petite-sœur : le même sang coule dans vos veines. ta petite sœur, c'est tout ce qui compte réellement à tes yeux. bien plus importante que tu ne le laisses à croire, t'es pas grand chose sans elle. alors tu la surprotèges, quitte à t'attirer son courroux. t'as tendance à mettre ton nez dans ses affaires, tu te mêles de ce qui ne te regarde pas, comme un besoin vital de savoir que tout va bien pour elle et que jamais elle n'aura à souffrir, de quelque manière que ce soit. ça vaut son pesant d'or quand vous vous disputez mais au final, c'est juste parce que vous êtes incapables d'avouer que vous vous aimez. t'es pas à l'aise avec le fait qu'elle s'occupe de toi avec autant de rigueur depuis ton accident. tu penses que tu l'empêches de vivre. alors tu fais en sorte de garder le sourire et de faire croire que tout va bien pour qu'elle puisse prendre du temps pour elle, plutôt que de persister à garder un œil sur toi.
camille guérin

saveur insoupçonnée - la confiance : lui et toi, c'était pas censé fonctionner aussi bien. à l'époque, il était le jardinier de ta famille. à l'époque, c'était juste un gamin qui avait besoin de thunes. mais certainement pas d'être l'esclave de service. là où ta sœur a vu d'un mauvais œil l'idée même d'aller palabrer avec un employé, toi, t'as pas hésité une seule seconde. t'as su effacer les réticences du garçon à ton égard. t'es pas un monstre et toi, tu ne pues pas l'argent et la démesure à des kilomètres à la ronde. t'es juste toi. c'est peut-être bien ça qui a fait changer d'avis le guérin. et c'est peut-être bien pour ça aussi qu'il s'est fait virer, quoi que les raisons n'ont pas été des plus claires. vous avez gardé contact malgré tout. encore plus depuis que t'es bloquée dans ton fauteuil. camille, il a ce don d'être en mesure de te changer les idées. il ne prend pas de pincettes avec toi, ça n'a jamais été le cas et ce n'est pas ta condition physique qui a changé quoi que ce soit. il se fout clairement de ta gueule comme il se fout du monde entier et ça, ça te fait le plus grand bien. il ne cherche pas à ce que ce soit confortable pour toi, il ne cherche pas à savoir comment tu vas toutes les cinq minutes. ça te fait du bien de ne penser à plus rien quand tu es en sa compagnie. il est ta bouffée d'air pur quand t'as l'impression d'étouffer, quand tu veux lâcher prise.
nathanaël dumont

sauce aigre douce - l'amour vache : la simplicité, ce n'est clairement pas pour voir. rien n'est jamais tout noir ou tout blanc et avec vous deux, c'est la panoplie de l'arc-en-ciel assurée. jamais d'accord, même quand vous devriez l'être. deux emmerdeurs qui usent de leur habileté avec une aisance déconcertante. au fond, tu l'aimes bien, le footballeur. tu l'apprécies bien plus que tu ne l'admettras jamais. mais c'est plus fort que toi, faut que tu l'envoies chier en permanence. lueur de défi au fond de ton regard, deux gamins que vous êtes. il doit être l'une des seules personnes à ne pas se soucier de ton état physique actuel. et il faut dire que ça te fait du bien et que, quelque part, tu l'estimes un peu plus à chaque jour qui passe. c'est un type bien, t'en as pas le moindre doute. et vos joutes verbales sont indispensables au maintien de ta santé mentale.
alana dumont

poupée de chiffon - la protégée : petit ange tombé de son nuage. elle est cette être que l'on a envie de prendre dans ses bras et de ne jamais lâcher de peur de la briser si l'étreinte était rompue trop vite. alana, c'est celle qui a su te voler ton cœur en un seul sourire. elle t'attendrit la gamine, elle te rendrait presque gâteuse, la gamine. elle te ressemble peut-être un peu trop sur certains aspects de sa personnalité nouvelle, celle qui change avec l'âge. elle cherche un sens à sa vie, un but à son existence. elle est un peu paumée la gamine alors tu veilles sur elle, toi. tu fais comme tu peux mais t'es jamais bien loin en cas de soucis. toujours là pour protéger ses arrières, tu es également là quand il s'agit de lui remonter les bretelles parce que toi, t'as une grande gueule et que la gamine, il va sérieusement falloir qu'elle redevienne l'ange tombé de son nuage.
matthieu ledoux

tendre guimauve - les premiers pas : il a du culot le garçon. il pourrait presque te redonner fois en l'espère humaine le garçon. t'as de vagues souvenirs de son visage, après que la voiture t'ai fait voler sur plusieurs mètres. t'as appris qu'il était resté avec toi à partir du moment où ton corps à touché le sol, jusqu'à ce que tes parents se pointent à l'hôpital. sa main dans la tienne, comme un point d'encrage avec la terre. il a prétendu être ton fiancé pour t'accompagner dans l'ambulance. culotté l'homme tout de même. tu ne le connais ni d'eve, ni d'adam. et pourtant, il t'a souvent rendu visite, il continue à prendre de tes nouvelles, il ne te lâche pas. comme si tu pouvais avoir une quelconque importance pour sa vie. vous apprenez à vous connaître, petit à petit et il a pris l'habitude de te retrouver après chacun de tes rendez-vous médicaux pour savoir où tu en es. il t'intrigue à s'inquiéter pour toi alors que t'es rien pour lui. ça t'agace autant que ça te perturbe d'ailleurs. mais t'arrives pas à le renvoyer chier, comme si le simple fait qu'il ne t'ai pas laissé tomber, ça pouvait changer la donne. y a un truc chez lui et t'arrives pas à mettre le doigt dessus. pourquoi lui ? pourquoi toi ? tu sais pas, ça te gonfle d'être dans l'ignorance. tu cherches à comprendre, tu creuses, sans relâche. mais au fond, est-ce que ça vaut vraiment le coup de savoir ?






volute de fumée
lya sevestre ☽ i'm never gonna let you close to me even though you mean the most to me, cause every time i open up, it hurts. so i'm never gonna get too close to you even when i mean the most to you, in case you go and leave me in the dirt ... i'm way too good at goodbyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : steinfeld.

CRÉDITS : (av.) anaëlle (gifs) tumblr (sign.) astra (icon) bonnie.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 6/9/2017, 13:09

charlotte duphil
nom : duphil. comme un souffle d'air glacé qui parcourt ton corps à chaque fois qu'on le prononce, c'est tout ce qu'il te reste d'eux. t'en as peur comme tu le chéris, ça te rappelle le manque, leur absence et les souvenirs enfouis. t'as pas voulu en changer malgré la douleur, il te colle à la peau comme l'odeur de la clope sur une écharpe en laine. gauvin. on ne le prononce jamais bien qu'il soit marqué sur tes papiers d'identité. le nom de famille de ce couple qui t'a sauvé la vie. ce n'est pas une offense si tu ne le mets pas en avant. famille adoptive plus que compréhensive, ils font parti de ta vie et tu ne seras jamais en mesure de les remercier assez pour tout ce qu'ils ont pu faire pour toi. prénom : charlotte. la langue qui claque, les consonnes qui s'entremêlent, bien trop nombreuses. reflet de ton âme qui s'effrite et tente pourtant de ramasser les morceaux perdus au passage. depuis qu'ils ne sont plus là, on t'appelle charlie. plus léger, plus doux. le prénom qui glisse entre les lèvres et cette espèce d'optimise au détour des deux dernières voyelles. âge : le quart de siècle est déjà derrière toi. tu as dépassé vingt-six ans cette année. t'as tenu le coup jusque là. tu es souvent tombée mais tu t'es toujours relevée. t'es plus forte que tu ne le laisses paraître mais faut pas croire que tu t'en sors toute seule. t'as le soutien qu'il te faut pour continuer à avancer, c'est le plus important. origines : t'es un peu d'ici mais surtout de là-bas. t'es française avant tout mais tu sais qu'il n'y a pas que ça. ta mère, elle était thaïlandaise alors il doit y avoir de ça aussi dans le fond de tes yeux, juste là, au cœur de tes prunelles, comme une petite pépite d'un monde bien plus grand qui ne demande qu'à être exploré. mais toi, toi t'iras jamais là-bas parce que t'aimes pas l'inconnu, t'aimes pas l'ailleurs. t'aimes ce que t'as devant toi et tu te dis que ça vaut mieux comme ça. métier/études : pour toi, les études ont été un véritable calvaire. tu faisais de ton mieux, t'y passais un temps fou. mais faut croire que t'étais pas faite pour une carrière brillante. t'es mécanicienne. ta gueule d'ange et ton sourire envoûtant cachent bien celle que tu es. huile de moteur et cambouis sous les ongles, c'est ça ton quotidien, c'est ça qui te plait. résoudre des énigmes aussi. parce que, parfois, on rencontre un problème et il faut trouver une solution. t'es forte à ce petit jeu, toi. et puis, t'es douée, habile de tes mains. t'y mets ton cœur, tes tripes et ton âme. t'y mets tout ce que t'es, t'y mets tout ce que t'as. parce que c'est un peu de ce qui te maintient en vie. statut social : d'aussi loin que tu te souviennes, t'as toujours été célibataire. pas facile d'être la copine sourde. pas facile d'être celle qui ne comprend rien, celle qui n'entend rien, celle qui ne dit rien. une proie si difficile à atteindre que tu as pourtant été la cible de bon nombre de vautours. t'es tombée dans le panneau, une fois. plus jamais tu n'as retenté l'expérience. avatar : chloé bennet by sassenach.

des anecdotes intéressantes à savoir : en premier lieu, il y a la mécanique, les bagnoles, le football et les courses automobiles. on dirait pas, comme ça, en te regardant. t'es juste pas une fille comme les autres. tu rentres pas dans une case toi. alors tu t'es fabriqué ton propre moule, avec tes propres règles. c'est ton petit côté garçon manqué, celui qu'est là mais sans l'être vraiment. la face cachée de ce que tu offres a monde, celui qu'tu gardes pour toi beaucoup et dont tu montres tout de même quelques infimes étincelles. t'arrives pas bien à définir ce que tu peux ressentir. tu sais juste que ça t'attire, qu'y a cette étincelle au fond de tes yeux. tu sais juste que t'es bien. et puis, après, y a la danse. t'as pas suivi d'cours, tu t'es formée toi-même. tu regardais des films, tu imitais les mouvements du corps, tu copiais les chorégraphies sans vraiment te rendre compte que t'étais plutôt douée. t'entendais rien toi, mais les simples vibrations te permettaient de te mouvoir. jusqu'à ce que tes pieds foulent le parquet d'un véritable studio de danse. c'est là que t'as explosé, c'est là que t'as grandi, c'est là que tu t'es dévoilée. elle est jolie la danseuse, elle s'applique, elle touche, elle émeut. enfin, il est important de parler de l'écriture. depuis l'enfance, tu écris absolument tout. tu tiens un journal intime depuis que tu sais écrire, même si, on ne va pas se mentir, tes débuts étaient fébriles. tu notes tout ce qui te passe par la tête, tu t'adresses à tes parents disparus. comme s'ils pouvaient lire tes mots, comme s'ils étaient encore avec toi et que tu tenais une discussion avec ces fantômes qui ne te quittent jamais. un résumé de mon histoire : le bonheur, tu l'as touché du bout de tes petits doigts. la famille soudée, aimante, tu l'avais. jusqu'à tes neufs ans. tragique accident de voiture dans lequel tes parents ont succombé. toi, t'as perdu l'audition. gamine handicapée trimbalée de famille d'accueil en famille d'accueil parce que ta grand-mère, elle ne pouvait pas te garder. elle ne pouvait pas vous garder, tes frères et toi. t'es restée avec l'aîné pendant que le second s'évanouissait dans la nature. t'avais treize ans quand t'es tombée dans la bonne famille, celle qui a su te relever, celle qui a été là pour toi et qui ne te laissera pas tomber. un an après ton arrivée chez eux, ils ont posé une demande d'adoption officielle, pour ton frère et toi. proposant même de venir en aide à celui qui ne montrait son nez que de temps à autre. à dix-sept ans, tu as été abusée, physiquement et moralement, par une bande de jeune qui se disaient être tes amis. ils t'ont saoulé et ensuite, l'un deux est entré en toi. humiliation dont tes frangins se sont débarrassée. à vingt ans, tu es embauchée au garage de monsieur azemar, malgré ta condition compliquée de demoiselle sourde. tu es douée, c'est tout ce qui importe pour le patron. une relation de confiance s'installe entre vous. à vingt-deux ans, on t'installe un appareil auditif sur ton oreille droite afin de faciliter ta vie. tu as bien du mal à le supporter et redécouvrir les sons te fascine autant que ça t'agace. à vingt-quatre ans, on te propose la seconde. aujourd'hui, tu ne les utilises que rarement mais tu les portes toujours, au cas où.
nom du lien recherché : écrire ici un descriptif du lien que tu recherches.

nom du lien recherché : écrire ici un descriptif du lien que tu recherches.

nom du lien recherché : écrire ici un descriptif du lien que tu recherches.

(c) fiche de lien crée par eylika.



nom de la personne
nom du lien : écrire ici le descriptif du lien.
nom de la personne
nom du lien : écrire ici le descriptif du lien.
nom de la personne
nom du lien : écrire ici le descriptif du lien.







volute de fumée
lya sevestre ☽ i'm never gonna let you close to me even though you mean the most to me, cause every time i open up, it hurts. so i'm never gonna get too close to you even when i mean the most to you, in case you go and leave me in the dirt ... i'm way too good at goodbyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : steinfeld.

CRÉDITS : (av.) anaëlle (gifs) tumblr (sign.) astra (icon) bonnie.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 6/9/2017, 13:09

STEPH = t'inquiètes, j'suis sur le coup, j'y réfléchis activement

ANAIS = mais noooooooooon t'es pas vexée, je sais que tu m'aimes, arrête de faire semblant bb ledoux, on a trouvé avec max, c'est déjà bien sinon j'pensais qu'on aurait pu la caser avec lya aussi ça pourrait donner un truc assez sympathique pour bb dupin, j'l'aurais bien casée avec malia mais me demande pas pourquoi

NANA = il me semble que pour faire un stage au commico faut déjà être en école de police donc j'avoue que notre idée farfelue de base tombe carrément à l'eau pour le coup pour malia/nana j'avoue que cette espèce de symétrie pourrait être exploitable mais j'vois pas tellement comment elles auraient pu rentrer en contact toutes les deux en fait à moins qu'on parte sur les réseaux sociaux ou une rencontre à l'arrache dans un lieu quelconque qui aurait pu se reproduire, j't'avoue que je ne sais pas trop j'pense que pour mari/nana on tient quelque chose pis avec le franc parlé de mari, s'il faut la remettre à sa place la nana qui se la joue rebelle tu pourras toujours compter sur mari pour mogo/lya tu vois, mogo elle va l'arnaquer alors j'ai un petit problème de conscience vite fait m'enfin, j'peux pas refuser grand chose à mogo en même temps tu m'diras alors va pour le tirage un de ces quatre après jsp pas trop comment ça peut se passer vis-à-vis du lien avec lionel parce que lya, elle traîne toujours dans ses pattes du coup j'pense que ça risque d'être assez incohérent si mogo et lya ne se sont encore jamais parlé m'enfin elles peuvent être un espèce de fil rouge dans la vie de chacune quitte à attendre le "bon moment" pour l'exploiter, jsp pour mogo/max ça me va parfaitement cette histoire t'façon, mogo, elle pourra pas en vouloir éternellement à bb max bc y a trop d'amour en elle que ça fera fondre son coeur de glace oui, j'y crois, ne bousille pas mes rêves stp mogo/malia j'pense que ça se fera sur la durée donc oui, la base me convient parfaitement malia se méfierait de mogo et tentera probablement de convaincre son frère de s'en éloigner même si c'est pas gagné du tout enfin, pour mari/mogo j'pense que ce serait intéressant de partir d'avant l'accident et que mari se pointe un de ces quatre au skatepark pour y trouver une mogo dans la totale ignorance de ce qui lui est arrivé y a moyen de faire un truc sympa autour de ça et je pense que mari pourrait se raccrocher à mogo du coup par rapport au skate

nekfeu, le sang




volute de fumée
lya sevestre ☽ i'm never gonna let you close to me even though you mean the most to me, cause every time i open up, it hurts. so i'm never gonna get too close to you even when i mean the most to you, in case you go and leave me in the dirt ... i'm way too good at goodbyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 6/9/2017, 13:26

(j'inaugure cette nouvelle fiche. )
je ne sais pas, je ne sais plus où j'en suis.

déjà, on a aline/max, lio/lya (évidemment ), lio/max et nath/mari. (c'est tout, je croyais qu'on en avait tellement plus que ça. )
pour lya/aline, je vais y réfléchir sérieusement (après manger ), et je pense qu'il y a aussi moyen d'effectivement trouver un truc sympathique entre malia/éléa.
tout ça pour dire que je vais réfléchir à tout ça et revenir avec tout plein d'idée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : jack the lad #monkeum #amourdemavie.

CRÉDITS : oim (avatar, signature).

PSEUDO : anaëlle, vous savez ienb.


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 6/9/2017, 13:46


histoire que tu te souviennes de oim.



fuis-moi comme le cholera parce que j'suis un voyou, c'est comme ça qu'on dit. et au pire, ça t'donnera envie d'me cracher à la gueule -----
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 9/9/2017, 16:26

euh excuse-moi, mais j'crois qu'il manque quelqu'un ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : steinfeld.

CRÉDITS : (av.) anaëlle (gifs) tumblr (sign.) astra (icon) bonnie.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 11/9/2017, 14:04

ANAIS = en fait, on en aurait eu plus que ça si on avait réfléchis avant j'attends ton retour mon chat, j'attends

ANAËLLE = jamais j't'oublie moi et max encore moins

SAM = non, il ne manque personne




volute de fumée
lya sevestre ☽ i'm never gonna let you close to me even though you mean the most to me, cause every time i open up, it hurts. so i'm never gonna get too close to you even when i mean the most to you, in case you go and leave me in the dirt ... i'm way too good at goodbyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : jack the lad #monkeum #amourdemavie.

CRÉDITS : oim (avatar, signature).

PSEUDO : anaëlle, vous savez ienb.


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 11/9/2017, 14:37


oui, c'est tout ce que j'ai à répondre.



fuis-moi comme le cholera parce que j'suis un voyou, c'est comme ça qu'on dit. et au pire, ça t'donnera envie d'me cracher à la gueule -----
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : steinfeld.

CRÉDITS : (av.) anaëlle (gifs) tumblr (sign.) astra (icon) bonnie.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 12/9/2017, 13:14

MISE A JOUR FICHE OLYANA SEVESTRE.




volute de fumée
lya sevestre ☽ i'm never gonna let you close to me even though you mean the most to me, cause every time i open up, it hurts. so i'm never gonna get too close to you even when i mean the most to you, in case you go and leave me in the dirt ... i'm way too good at goodbyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : vikander.

CRÉDITS : (av.) rivendell (gifs) tumblr, anaëlle (sign.) astra (icon) lilousilver.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 12/9/2017, 16:05

MISE A JOUR FICHE MAXINE BARNES

et cez, j'aime cette réponse pleine de subtilité




le sourire aux lèvres.
max barnes ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 12/9/2017, 19:51

on va dire que je n'ai rien vu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Joe Collier

CRÉDITS : Cranberry

PSEUDO : Stéphanie


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 13/9/2017, 23:24

Bon Mel, on a un problème là, déjà il manquait ma tête dans cette nouvelle fiche  Je ne pouvais pas le supporter plus longtemps  
Et ensuite je ramène le petit Matthieu parce que je veux ABSOLUMENT un lien avec Mari  


 
La vie de famille requiert une force, une persévérance, un oubli de soi dont le bonheur de ses membres est le fruit 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : jenner.

CRÉDITS : (av.) forward (gifs) tumblr (sign.) astra (icon) little liars.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 15/9/2017, 23:16

MISE A JOUR FICHE DE LIENS AMALIA FREITAS

SAM = non, en effet, tu n'as rien vu

STEPH = on a trouvé notre lien mari/matthy




douceur incarnée.
malia freitas ☽we started two hearts in one home. it's hard when we argue, we're both stubborn. i know but, oh, sweet creature, sweet creature. wherever i go, you bring me home. sweet creature, sweet creature. when i run out of rope, you bring me home.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Joe Collier

CRÉDITS : Cranberry

PSEUDO : Stéphanie


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 15/9/2017, 23:24

OUIIIIIIIIIIII ENFIN     


 
La vie de famille requiert une force, une persévérance, un oubli de soi dont le bonheur de ses membres est le fruit 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : roden.

CRÉDITS : (av.) wild heart (gifs) tumblr (sign.) astra (icon) little liars.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 21/9/2017, 12:36

MISE A JOUR FICHE DE LIENS MARIBELLE VERDIER




âme vagabonde.
mari verdier ☽ when you shoot across the sky like a broken arrow, it's so hard to keep yourself on the straight and narrow. when you shoot across the sky like a broken arrow, it's all i've got, yeah when you hit the ground, it's hard to get to heaven when your falling hell bound.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 26/9/2017, 21:24

@Olyana Sevestre a écrit:
ANAIS = en fait, on en aurait eu plus que ça si on avait réfléchis avant j'attends ton retour mon chat, j'attends

bon, du coup, parlons peu, parlons bien et trouvons des idées déboîtant tout
moi, j'ai pas encore eu les idées du siècles (et pas trop le temps d'y réfléchir en fait ) pour lya & aline et malia & éléa mais, en revanche, je pense qu'entre maribelle & aline, ça va faire des étincelles.
parce qu'aline, elle va pas laisser faire le début de cette idylle sans bouger le petit doigt, il en est pas question.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'elixir de nina ricci

JE RESSEMBLE À : haley lu richardson

CRÉDITS : hershelves (av)

PSEUDO : spf


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 27/9/2017, 18:47

salut salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : roden.

CRÉDITS : (av.) wild heart (gifs) tumblr (sign.) astra (icon) little liars.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 28/9/2017, 00:29

ANAIS = il se passe rien entre mari et matthieu t'es au courant ? et puis y a rien de prévu en fait on aime juste beaucoup t'embêter m'enfin, faisons des étincelles ensemble parce qu'il y a effectivement de quoi faire entre nous pour les autres, j'ai pas réfléchis non plus j'avoue je termine ma mise à jour et je m'y mets à fond

ELLIE = bien l'bonsoir toi que puis-je pour toi jolie fleur ?




âme vagabonde.
mari verdier ☽ when you shoot across the sky like a broken arrow, it's so hard to keep yourself on the straight and narrow. when you shoot across the sky like a broken arrow, it's all i've got, yeah when you hit the ground, it's hard to get to heaven when your falling hell bound.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : bennet.

CRÉDITS : (av.) ruby tuesday (gifs) tumblr (sign.) astra (icon) anaëlle.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 10/10/2017, 12:32

AJOUT FICHE DE LIENS CHARLOTTE DUPHIL




vague à l'âme
charlie duphil ☽ but there's a hope that's waiting for you in the dark. you should know you're beautiful just the way you are. and you don't have to change a thing, the world could change its heart. no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eau de toilette

JE RESSEMBLE À : -

CRÉDITS : -

PSEUDO : -


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 12/10/2017, 16:12

@ellie thomas et toi êtes toutes deux passionnées de danse. vous pourriez sans doute trouver un lien fort intéressant en vous basant sur cet amour commun.


(1) article dans le panier : un parisien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
l'elixir de nina ricci

JE RESSEMBLE À : haley lu richardson

CRÉDITS : hershelves (av)

PSEUDO : spf


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 14/10/2017, 23:28

pardon du retard.
j'aimerais bien un lien avec olyana, quelque chose de beau et fort. parce que je les ship trop bien ensemble niveau amitié. on m'a aussi envoyé vers toi pour un lien avec ta jolie charlotte, elles sont toutes les deux amoureuses de la danse, on pourrait se trouver un truc bien genre partenaire de danse ou autre, il y a tellement de possibilités. et pour finir, je crois qu'il nous faut un lien maribelle/ellie, j'ai cru comprendre qu'il se passait un truc entre matthieu et elle ? oops  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : Alexandra Daddario

CRÉDITS : Shyia

PSEUDO : Stéphanie


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind. 18/10/2017, 18:11

  



Elle était un peu comme ma boussole, elle arrivait toujours à voir où j'en étais et là où je voulais aller, rien qu'en parlant avec moi. Même quand j'avais l'impression d'être cinglée, elle me regardait dans les yeux, et je savais que tout aller finir par s'arranger d'une manière ou d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: we fight and we argue, you'll still love me blind.

Revenir en haut Aller en bas

we fight and we argue, you'll still love me blind.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Jamaica struggles to fight crime
» Bite fight...
» Davy Back Fight !
» Dino Fight
» isveig Ϫ and the only solution was to stand and fight.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: Le futur à nos pieds :: Et on se prend la main-