Partagez|

I don’t wanna give up † Ninon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Jordy Baan

CRÉDITS : Me - Anaëlle (signature)

PSEUDO : Jewel - Marina


MessageSujet: I don’t wanna give up † Ninon 5/10/2017, 07:16

⊹I don’t wanna give up
Assis sur mon canapé, éclairé par la seul lumière de la télé, la tête entre mes mains, j'écoutais les tonalités de mon téléphone, un bip, deux bip, trois bip, quatre bip, répondeur. Depuis que j'avais appris cette nouvelle, j'avais essayé de l'appeler au moins cinq fois. J'étais vraiment trop con, ça faisait des semaines qu'elle m'ignorait et moi je pensais juste qu'elle était dans une de ses phases. Je m'en voulais, bêtement je m'en voulais de pas avoir pu savoir ce qui était en train de se passer dans sa vie, dans sa tête. Mais je pouvais rien n'y faire, je pouvais pas supporter l'idée qu'elle pouvait avoir un problème, qu'elle pouvait être au fond du gouffre et que moi j'étais là comme un con à rien faire. Camille avait balancé ça comme une banalité entre deux phrases, c'était presque passé inaperçu mais pas pour moi. Depuis j'étais rongé par la culpabilité, je savais pas comment elle pouvait aller, comment elle pouvait avoir pris cet nouvelle mais en fait peut être qu'elle s'en foutait, comme un gros titre qu'on lit juste sur un journal tout en continuant notre vie parce que toutes ces choses ça nous atteigne pas. Ça pouvait même avoir été une bonne nouvelle, j'en savais rien, tout ce que je pouvais espérer c'est qu'elle allait bien et qu'elle ne voulait pas se rapprocher de ses démons comme elle le faisait trop bien souvent. Si ça se trouve je me faisais seulement des idées, si ça se trouve c'était bien moi le problème, si ça se trouve elle voulait juste m'éviter comme elle le fait toujours et honnêtement je préférais que ce soit ça la réponse. Je ne supportais juste pas l'idée de rester assis à rien faire.

Je prenais une grande inspiration, mon téléphone retentissant encore en arrière plan, sixième appel. Presque agacé j'empoigné mon téléphone et mes clefs et sortait de chez moi direction le métro, elle pouvait pas m’éviter plus longtemps. Au pied de sa porte je n'hésitais pas une seule seconde avant de toquer, prenant soin de ne pas réellement rester face au judas pour qu'elle ne puisse pas me voir avant d'ouvrir, parce que j'étais certain qu'elle ferrait genre de pas être là si elle voyait que c'était moi. Peut être que mes nombreux appels avait annoncé mon arrivé, peut être qu'elle pouvait se douter quand même que c'était moi mais j'en avais rien à foutre, je pouvais rester la toute la nuit s'il le fallait et ça elle le savait bien. Trop fidèle à moi même, j'étais devenu beaucoup trop prévisible et elle savait pertinemment que je tenais bien trop à elle pour laisser quoi que ce soit lui arriver, tout comme je ne laisserais jamais rien arriver à cette bande de potes trop con pour rester sur le bon chemin plus de dix minutes mais je leur redevais bien ça.


Code by Wild Heart


This is Halloween
Voulez-vous voir un monde étrange où l'on aime les démons mais pas les anges ? Suivez-nous, venez visiter notre magnifique cité. Voici Halloween c'est la ville du crime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I don’t wanna give up † Ninon 5/10/2017, 11:40

mauvais timing.
Théophile
feat.
Ninon


 

 



 

 


« Ses yeux profonds sont faits de vide et de ténèbres,
Et son crâne, de fleurs artistement coiffé,
Oscille mollement sur ses frêles vertèbres.
Ô charme d'un néant follement attifé. »
(@(Charles Baudelaire , Les Fleurs du Mal (1857), XCVII - Danse macabre)

Petite poupée désarticulée, tu erres au travers des urgences. T'es pas censée être encore de garde, et pourtant, t'es encore là. Présente sans en avoir l'obligation. A croire que les urgences sont soudainement redevenues ton unique échappatoire. T'as besoin d'être ici, en plein cœur de l'action. Ça t'occupe l'esprit et ça refoule tes idées noires. Ces petites idées qui te consument intérieurement depuis quelques jours. Et au lieu de mettre les choses à plat, de laisser les pensées s'agglutiner en ton esprit, toi, tu préfères te noyer dans l'boulot. Et même si les effectifs sont réduits, là, t'as reçu l'ordre de partir. Trop d'heures enchaînées, trop de cernes accumulés, et un corps au bord du gouffre. Là, à errer dans les couloirs, tu n'es plus que l'ombre de toi même. Un vulgaire petit pantin désarticulé qui tente vainement de rentrer.

Des feux rouges brûlés, des vitesses accélérées et une conduite effrénée. Et puis, au fond de ton sac, des sonneries qui résonnent. Les mêmes que ces derniers jours, les mêmes auxquelles tu n'as jamais donné suite. À vrai dire, tu n'as même pas daigné jeter le moindre coup d'œil sur ton portable depuis quelques jours. Un vulgaire accessoire, une banalité in-consultée qui se meurt au fond du foutoir. Peut-être que ce soir tu y jetteras un œil. Juste au cas où. Au cas où Cam a besoin de toi. Parce que le reste, clairement, tu t'en fou.


Porte claquée et clés en main, tes pas s'enchaînent mécaniquement dans les escaliers de l'immeuble. T'as bel air, toi, qui traînes tes indénombrables heures de garde. Une brindille lessivée qui tente de monter. L'ascension est rude. Suffisamment, pour que tu te retrouves pieds-nus, au milieu des étages. Une âme en peine qui s'égare entre les marches. Encore quatre. Quatre, ou peut-être cinq, même tes sens te lâchent. Trois. Deux. Puis la dernière, la fin d'un périple. Chaussures et clés en main, ta vision te joue des tours. De mauvais-tours. Un de ceux, dont tu te serais parfaitement passée. Théophile est là. Là, juste devant ta porte, juste sous tes yeux. Il a beau être dos à toi, face à la porte, sa silhouette t'es suffisamment familière pour que tu puisses la reconnaître.

t'es prise au piège Ninon,
t'es prise entre quatre-murs.
coincée entre la fuite et la réalité.


Et même si tu rêves de prendre le large, à cet instant précis, l'affront est inévitable. D'une minute à l'autre ses prunelles vont t'épier. Épier ce qu'il reste de toi. De vulgaires miettes, quelques bouts de toi-même éparpillés en mille morceaux. Une vision guère méliorative, une de celle qu'il ne devrait jamais voir. Un pas en arrière et ton corps qui s’incline, t'es prête à fuir, prête à te barrer.

trop tard, Ninon.
t'es à bout de souffle.

©️ Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Jordy Baan

CRÉDITS : Me - Anaëlle (signature)

PSEUDO : Jewel - Marina


MessageSujet: Re: I don’t wanna give up † Ninon 5/10/2017, 16:14

⊹I don’t wanna give up
Plusieurs minutes s'écroule et je suis toujours là comme un con à attendre. Si ça se trouve elle est même pas là, si ça se trouve en fait elle bossait juste et avait vu aucun de mes appels. J'en avais rien à foutre, je me retournais et posais mon dos contre le mur, près à me glisser jusqu'au sol et attendre là pendant des heures s'il le fallait. Une présence attira mon attention du coin de l'œil avant même que j'ai le temps de me poser au sol, je me relevais droit comme un piquer et tourna mon regard. Elle était là face à moi, le visage parfait et elle me regardait, choqué peut être, il est sûr qu'elle ne s'attendait pas à ce que je sois là. Elle devait se demander ce qui pouvait bien me prendre de débarquer là comme ça en plein milieu de la nuit et moi je restais comme un con là devant elle. Je prenais un instant pour l'examiner, je regardais ses yeux, j'espérais pouvoir y lire toutes les réponses que j'attendais mais avec elle c'était pas aussi facile, elle savait bien trop comment mettre un masque. Elle avait l'air fatigué, beaucoup trop fatigué, ça me bouffait de la voir dans cet état, j'avais envie de la porter comme un bébé jusqu'à son lit et lui caresser les cheveux jusqu'à ce qu'elle s'endorme, loveur le theo. Putain Ninon Ouais bonjour aussi c'est pour les chiens. En vrai on avait pas besoin de ça, pas besoin de ces banalités de merde, de cette hypocrisie. Je soufflais un coup, comme si je retenais ma respiration depuis bien trop longtemps et je ne la quittais pas des yeux. Qu'est-ce tu fou ? Pourquoi tu réponds pas à ton portable ?  L'amabilité mes amis, l'amabilité, toujours était ma plus grande qualité. Je ne la perdais toujours pas de mon regard, on aurait dit qu'elle allait disparaître si je clignais des yeux. Honnêtement ça m'étonnerait pas qu'elle parte en courant dès que je tournerais l'oeil. Je franchissais cette stupide distance qui avait encore entre nous et m'arrêtais juste devant elle. De la voir comme ça, j'avais tellement envie de la prendre dans mes bras, de la réconforter et lui dire que tout irait bien parce que je serais là pour m'en assurer. Je ne savais toujours pas comment elle avait pris la nouvelle, je la voyais juste là devant moi, fatigué par la vie. Mais c'était pas aussi facile avec Ninon, toujours sur la défensive, j'avais pas envie de la brusquer, elle était comme une rose qui fallait prendre soin avec tendresse pour éviter de la froisser et qu'elle se fane et surtout il fallait faire attention à ses piques. Maintenant j'avais plus de plan, je pouvais pas lui balançais ça comme ça, je sais pas même pas comprend elle le prendrait si elle savait que je savais, parce que Ninon elle est comme ça, pudique, elle aime tout renfermer. T'as mangé quelque chose ? je l'examinais de haut en bas, papa poule, je ne pouvais pas m'empêcher de me préoccuper sur sa santé. Elle n'avait pas spécialement l'air d'avoir maigris, mais elle avait l'air d'être fatigué au point de pouvoir oublier ses propres besoin et je connaissais ça parce que


Code by Wild Heart


This is Halloween
Voulez-vous voir un monde étrange où l'on aime les démons mais pas les anges ? Suivez-nous, venez visiter notre magnifique cité. Voici Halloween c'est la ville du crime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I don’t wanna give up † Ninon 5/10/2017, 18:32

mauvais timing.
Théophile
feat.
Ninon


 

 



 

 


« Ses yeux profonds sont faits de vide et de ténèbres,
Et son crâne, de fleurs artistement coiffé,
Oscille mollement sur ses frêles vertèbres.
Ô charme d'un néant follement attifé. »
(@(Charles Baudelaire , Les Fleurs du Mal (1857), XCVII - Danse macabre)


Regards qui se croisent et s’apprivoisent. T’es prisonnière d’un karma maudit, prise-au-piège d’un mauvais timing. Il aurait suffi d’une petite heure, de quelques heures, pour que tes pas ne rencontrent pas les siens. Un infime battement de temps, et tout aurait pu être différent. Tu ne l’aurais pas vu, il ne t’aurait pas épié, et peut-être ne l’aurais-tu pas revu avant plusieurs semaines. Le karma, foutu karma qui se joue de toi. Au fond, c’est ta faute Ninon. Il aurait suffi de quelques texto, de mensonges largués à la volés et de réponses brèves pour que Théophile s’abstienne de suivre tes pas. Du moins, t’aurais encore gagné quelques jours. Quelques jours supplémentaires pour apaiser tes maux. Conclusion tardive, le temps s’en est mêlé.  Et là, face à lui, t’as la vague impression d’être semblable à la poussière. Théo, il est face à la dépouille de toi-même, vulgaire enveloppe corporelle vidée de l’intérieur. Et ça, ça te bouffe Ninon. Le regard qui t’épie, les prunelles qui t’examinent, ça te rends dingue. Dingue d’être vue de cette manière. Dingue, que Théo attarde si intensément son regard sur toi. Si t’avais su, t’aurais répondu aux appels. T’aurais répondu, juste pour lui épargner cette vision de toi. D’un morceau de toi, face à lui. Et ça, ça te bouffe, Ninon. Tellement, que tes reflexes reviennent s’immiscer en ton être. Quelques détails surfaits pour une apparence illusoire. Parce que ce regard, celui qu’il t’adresse à cet instant précis, ressemble un peu trop à la pitié. T’as pas besoin de ça, pas besoin de la moindre compassion. « Qu’est-ce que tu fais là, Blanchard ? » Proximité soudainement reniée. Ça claque dans l’air, si violemment qu’une autre partie de toi te hait. Mais c’est plus fort que toi, Ninon, plus fort que ta raison. La seule possibilité d’un brin de pitié te rend dingue. Tellement dingue que t’en perds tes habitudes. Blanchard. Patronyme si peu employé depuis des semaines, que là, dit ainsi, il suffit à lui-seul à marquer la distance. Et au lieu de t’abstenir dans la foulée, tu continues. T’enchaînes, comme si cet élan serait le dernier. « J’étais occupée. » , que tu largues. Un demi-mensonge qui franchit tes lèvres rosées tandis que ton regard soutient inlassablement le sien. Théo  peut essayer de lire en toi. En vain.

Un pas vers toi,
Un pas loin de lui.


Il s’approche, et toi tu recules. Il s’avance, et tu t’éloignes. Des pas délusoires qui accentuent la distance. Un éloignement bénéfique. Une distance respectable qui te permet de préserver ton masque. De là, rien ne t’atteins. Là, à plusieurs pas de toi, Blanchard n’est plus que l’ami de Cam. Blanchard, n’est plus qu’un mec parmi les autres. De là, tout est plus simple. Si simple, que les remarques acerbes filent entre tes lèvres. « T’as pas autre chose à faire, Blanchard, que de surveiller mon alimentation ?  » , comme s’il était réellement là pour ça. Comme si, il était venu juste pour ça. T’as de gros doutes là-dessus. Et comme-si ses prunelles répondaient machinalement à tes pensées, tu largues la vérité. Celle, qu’il tente vainement de te dissimuler. Parce que ça se voit, Théo sait. Alors, subitement tu vrilles. Tes pensées s’enflamment et tu perds pieds. « Gardes ta pitié et casses-toi, Blanchard. » ça vient du cœur. Ça vient de loin. Le cri enflammé d’une paumée.

le rejet de la pitié.


©️ Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Jordy Baan

CRÉDITS : Me - Anaëlle (signature)

PSEUDO : Jewel - Marina


MessageSujet: Re: I don’t wanna give up † Ninon 6/10/2017, 05:44

⊹I don’t wanna give up
Elle était là, juste face à moi et je pouvais voir que tout ce qu'elle souhaitait c'était de s'enfuir, de m'échapper. Et franchement, je savais pas ce que je faisais mal, j'étais juste moi mais peut être que ça suffisait pas, je voulais juste prendre soin d'elle, prendre soin de la sœur de mon pote. J'ai peut-être toujours pris ce rôle trop à cœur, peut-être que j'en devenais étouffant, Ninon elle aimait montrer qu'elle en avait pas besoin, que c'était une grande fille, au fond on en avait pourtant tous besoin et je savais qu'au fond elle en avait besoin plus que ce qu'elle oserait jamais l'accepter. J'aimerais tellement qu'elle sache baisser sa garde plus de quelques minutes, toujours sur la défensive, c'est qu'elle était pas facile à manier. Un mot, un geste de travers et je pouvais perdre toute la confiance que j'avais pris des mois à gagner. Est-ce que je l'avais au moins un peu sa confiance ? Franchement j'en savais rien, parfois je pourrais promettre que oui et parfois c'est comme si on était des inconnus, je savais jamais sur quel pied danser avec elle, j'avais beau essayer de la comprendre c'était trop compliqué. Cam lui il devait avoir aucun problème, elle avait pas besoin d'être une autre personne avec son frère et j'aimerais tellement que ce soit aussi facile. Bien évidemment elle aimait faire chier et moi je lui courrais après comme un con, jsuis sûr qu'elle adorait ça. On est tous occupé Ninon, tu sais très bien que ça veut rien dire Je préfère éviter sa question, qu'est-ce que je foutais là, elle le saura bien assez vite et ça lui fera pas plaisir. Elle avait déjà l'air agacé, de mon regard sur elle, putain qu'est ce qu'elle pouvait être chiante. Mais j'y pouvais rien, il fallait que je sache qu'elle allait bien et après elle pourra m'oublier si elle veut, elle faisait déjà trop parti de ma vie pour que je la laisse de côté, j'en étais tout bonnement incapable, incapable d'abandonner quelqu'un, incapable de les laisser souffrir en silence.

Je m'approchais, elle reculait et je m'arrêtais net. Si ça lui faisait si peur que ça que je sois proche d'elle il valait mieux la laisser en paix. Je pourrais déplacer des montagnes pour ceux que j'aimais, et rester dans l'ombre pour leur laisser pousser leurs ailes librement, du moment qu'eux ils avançaient c'est tout ce qu'il me fallait pour être heureux. Je m'en foutais d'être seul du moment que ceux autour de moi étaient comblés. J'étais peut-être trop dévoué, trop idiot mais c'est tout ce qu'il me fallait. Je veux juste m'assurer que tu vas bien J'balance ça et je sais déjà que ça va pas lui faire plaisir, elle voyait le mal partout, pour elle les gestes que je lui donnais s'apparenté à de la pitié mais je pouvais pas lui en vouloir, j'imagine qu'elle connaissait pas ça l'attention, moi je pouvais encaisser du moment qu'elle allait bien. Et son regard devient noir, et elle me cri dessus, elle a compris. Merde, j'étais aussi simple que ça à deviner ? Elle veut me faire peur, elle veut que je parte, mais je pouvais pas la laisser faire ça. Alors moi je gardais mon calme, parce qu'il fallait qu'elle comprenne que ça servait à rien de gueuler. On peut pas aller dans ton appart ? Parce que franchement faire une scène dans un couloir c'était pas vraiment mon truc. Je te demande juste dix minutes J'essais d'attraper son regard, voulant lui faire passer des centaines de messages. Et arrête de confondre inquiétude et pitié, je vais pas être docile avec toi pour pas te froisser ou peut être qu'un peu, mais c'était pas uniquement pour ce cas là, c'était pour le cas Ninon, il fallait toujours doser ses mots avec elle.


Code by Wild Heart


This is Halloween
Voulez-vous voir un monde étrange où l'on aime les démons mais pas les anges ? Suivez-nous, venez visiter notre magnifique cité. Voici Halloween c'est la ville du crime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I don’t wanna give up † Ninon

Revenir en haut Aller en bas

I don’t wanna give up † Ninon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Juliette récupère les jumeaux [PV JB et Ninon]
» I'LL GIVE YOU ANYYYYYYYYYTHING, I'LL GIVE YOU ANY RING.
» Réveillon de Noël [Pascal, Céline, Ninon, Jean-Baptiste]
» Vient discuter avec Ninon (Pv Elle)
» Récupère ses affaires (après la prison) [PV NINON]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 10ème arrondissement, entrepôt-