Partagez|

Un dîner presque parfait . (Magalie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : Ryan Gosling

CRÉDITS : lux aeterna

PSEUDO : London


MessageSujet: Un dîner presque parfait . (Magalie) 23/10/2017, 23:01


Un dîner presque parfait
Magalie & Alexandre

« Familiarise-toi avec l'idée d'avoir des ennemis, mais n'en sois pas troublé. Il n'est personne, quelque bienfaisant, quelque sincère, quelque inoffensif qu'il soit, qui n'en compte plusieurs. Il est des malheureux chez qui l'envie est tellement naturalisée, qu'ils ne peuvent vivre sans lancer des sarcasmes et de fausses accusations contre celui qui jouit de quelque réputation.»
Le soleil venait de se coucher depuis peu, le brouhaha résonnait à travers les murs des bars près des Champs Elysée. Comme à son habitude, le jeune avocat sortait de son cabinet vers les dix-neuf heures, regardant sa montre tout en s’avançant vers sa voiture, il poussa un léger soupire se rendant compte qu’il n’était pas en avance. Habituellement, après le boulot, il prenait le temps de s’arrêter dans l’un de ces bars afin de décompresser de sa journée en prenant un verre ou deux avant de se rendre en général à son domicile accompagné. C’était une routine qui s’était mise en place depuis la rupture de ces fiançailles, il se sentait à nouveau vivre, il était libre à nouveau et il aimait en profiter. Aujourd’hui, sa soirée n’allait pas être exactement la même que les précédente, il avait tantôt reçu un appel de son père lui proposant, enfin non lui imposant un dîner dans un restaurant en compagnie d’un vieil ami et de sa fille qu’il souhaitait lui présenter. Alexandre n’était pas vraiment pour ce genre de dîner arranger, il n’aimait pas vraiment que son père s’impose dans sa vie sentimentale, d’ailleurs, c’était l’une des rares choses qu’il refusait de la part de son père, mais après l’annonce de son père, qui lui faisait savoir que la fille de son ami était plutôt aguichante, il ne put refuser la proposition qu’il venait de lui faire.

Le rendez-vous avait été fixé à vingt-heure au restaurant, alors qu’il avait fait un arrêt rapide dans son appartement afin de prendre une douche de se changer, il appela un taxi afin de se rendre directement au restaurant, ne voulant pas prendre la voiture, sachant qu’il allait sûrement boire pas mal de vin durant la soirée. Malgré le fait de s’être dépêché, il n’allait pas être à l’heure et entendait déjà la voix de son père résonner dans sa tête lui faisant la morale, lui faisant savoir que la ponctualité était très importante. Après quelques secondes à s’imaginer cela devant le miroir, Alex remua la tête se rendant compte qu’il était déjà vingt-heure. « Merde… » Attrapant son téléphone qui ne cessait de sonner, il descendit en vitesse afin de monter dans le taxi qui l’attendait en bas depuis quelques minutes déjà, en profitant pour répondre au téléphone. « J’arrive, j’ai eu un client de derrière minute, je suis dans le taxi » Il fut bref en expliquant la raison de son retard à son père et raccrocha sans attendre afin de discuter avec le chauffeur de taxi le qu’il avait l’habitude de voir, le temps d’arriver.

Il était huit heures trente lorsqu’il arriva devant le restaurant, ajustant sa veste qui était assorti à ses chaussures, il souffla un bon coup et entra dans le restaurant où il ne tarda pas à voir son père au loin. James, le père d’Alex, c’est le genre d’homme qui aime se faire voir, il aime parler haut et fort, il aime se faire remarquer, il n’était donc pas difficile pour Alex de le remarquer à travers la pièce. S’avançant vers la table ou était déjà donc son père, son ami et la fameuse jeune femme qu’il voyait de dos. Son père ne tarda pas à poser son regard sur lui. « Ah voilà enfin mon fils, il ne sait pas encore ce que c’est d’être ponctuel !» Alex fit un léger sourire à son pire avant de lui faire la bise sans un mot. Il se retourna vers les deux autres personnes afin de se présenter. « Alexandre, enchan…» Il ne put terminer sa phrase lorsqu’il aperçut la jeune femme présente à la table. Il s’agissait de Magalie, une rivale, une jeune femme qui ne l’appréciait pas vraiment, ils étaient un peu comme le chat et la souris tout les deux. Alexandre savourait du regard la tenue de la jeune femme avant de lui faire un grand sourire. « Enchanté monsieur, mademoiselle…» Dit-il tout en prenant place sans la lâcher du regard, mais surtout sans perdre son sourire amusé de la situation.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : Lily Aldridge

CRÉDITS : unicorn & bat'phanie pour la signature & class whore pour les gif

PSEUDO : Stéphanie


MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait . (Magalie) 24/10/2017, 00:30


Un dîner presque parfait
Alexandre Thorens & Magalie Voisin
« Ce soir est un soir important pour nous Magalie. Je voudrais que tu viennes dîner avec moi. On a des choses à se dire. » La brune n’avait aucune envie de voir Charles ce soir, surtout pas aujourd’hui mais le ton de sa voix était étrange et les discussions qu’elle avait eu les jours d’avant vrille encore son crâne. Peut-être qu’elle pouvait faire un effort. Peut-être qu’elle pouvait accepter afin qu’ils remettent les compteurs à zéro ou qu’ils arrêtent simplement les frais. L’avocate était épuisée de se battre contre Charles et elle avait besoin d’un peu de répit avant la prochaine vague. Alors si elle arrivait à un terrain d’entente avec lui ça serait déjà une bonne chose. Elle accepte lorsqu’il lui donne l’adresse du restaurant. Elle se souvient bien de cet endroit, elle y allait avec ses pseudos parents lorsqu’ils étaient encore ensemble et qu’ils semblaient heureux. L’espace d’un instant la petite fille qu’elle était y croyait si fort, si durement qu’elle aurait pu pleurer en sentant le vent de calme la recouvrir. Elle se sentait protégée auprès d’eux. Elle se sentait aimée aussi. Mais désormais l’adulte sait, elle sait que ce n’était rien que de la poudre aux yeux. Un nuage éphémère de douceur avant que la tempête ne se lève. Puis Chloé, sa mère s’était suicidée et Magalie n’a plus jamais remis les pieds dans cet endroit. La brune craignait que les fantômes du passé n’écorchent sa carapace et elle n’avait pas tort parce qu’à l’instant où elle pose le pied dans le restaurant elle s’en veut immédiatement. Un frisson désagréable roule le long de son échine, rien de bon n’allait sortir de cette soirée et de cette pseudo-discussion avec Charles. Elle le savait déjà, elle avait essayé un nombre incalculable de fois avant ce soir-là, mais aucune de ses tentatives d’enfants n’avaient fonctionnés. Seul l’argent était important pour lui. Sa femme passait après. Sa fille, enfin sa pseudo-fille ? Elle, elle passait au dernier plan, derrière son travail, ses maîtresses, ses mariages ratés et même sa voiture. Si Magalie était un meuble elle serait son tapis. La comparaison n’en était pas vraiment une lorsqu’on sait combien de fois il lui a marché dessus avant que ses piques ne lui fassent plus rien. Alors que le serveur l’emmène à sa table le côté morbide de cette histoire ressort immédiatement. C’est l’anniversaire de la mort de sa mère ce soir alors Charles Voisin a réservé la table sur laquelle ils mangeaient autrefois. Vous avez dit glauque ? Non. C’était brillant au contraire. Parce que lorsque son regard se pose sur le second invité installé avec Charles, Magalie ne dit rien. Estomaquée par la froideur avec laquelle Charles jouait avec ses sentiments l’avocate en a perdu sa langue. Perdue dans ses pensées elle n’écoute ni Charles, ni ce James qu’elle n’avait encore jamais rencontré, elle ne remarque même pas l’homme qui se déplace jusqu’à leur table jusqu’à ce que sa voix résonne dans ses tympans. Il ne manquait plus que lui, l’avocate avait vraiment besoin de voir Alexandre à cet endroit, ce soir-là. Lorsqu’elle entend James le présenter comme son fils, Magalie tourne la tête d’un seul coup vers Charles. Son regard se rempli d’éclair. Elle sait. Elle comprend ce qu’il essaie de faire. Ça ne lui avait pas suffi d’essayer de la « vendre » à Nathan, il devait essayer avec Thorens. Elle serre les dents lorsqu’il se remet à parler, comme si il ne la connaissait pas. « Arrête ta comédie Alexandre tu me feras plaisir. » Des paroles violentes. Crachés sans aucun filtre. Du grand Magalie finalement. « Je peux savoir ce que tu fais là ? » Elle le détestait cet homme. C’était violent et là voilà entouré d’un inconnu, de Charles et d’Alexandre. Quelle belle soirée en perspective. « Vous vous connaissez ? » Ce sourire carnassier ? Du grand Voisin. Soit Charles s’en doutait, soit il l’espérait, en tout cas il avait très bien calculé son coup. « Alexandre est le fils de mon ami James, je te l’ai dit tout à l’heure. Tu n’écoutes jamais Magalie. » Les doigts de la brune se resserrent sur la table, voilà que la glaciale Magalie allait exploser aux yeux de tous dans un restaurant bondé. « Je t’emmerde Charles. » Au moins c’était clair. Le rire de Charles fait grésiller sa rage, cette manière de se foutre de ce qu’elle dit n’est pas normale et elle le sait. Elle lève le regard vers Alexandre prête à imploser, se donner en spectacle devant lui était sûrement la pire idée qu’elle ait eue mais elle ne pouvait s’en empêcher, il lui en avait fait des coups tordus cet homme mais l’invité ici, lui présenté Alexandre ce soir ? C’était le bouquet. Une personne ne sortira pas indemne de cette salle et il y a des chances que ce soit Magalie.

⇜ code by bat'phanie ⇝



Une bombe humaine sur le point d'exploser. Une cocotte-minute constamment sous pression dans laquelle bouillonnent depuis trop longtemps du ressentiment, de l'insatisfaction, une envie d'être ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
j'adore de dior

JE RESSEMBLE À : Ryan Gosling

CRÉDITS : lux aeterna

PSEUDO : London


MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait . (Magalie) 25/10/2017, 18:11


Un dîner presque parfait
Magalie & Alexandre

« Familiarise-toi avec l'idée d'avoir des ennemis, mais n'en sois pas troublé. Il n'est personne, quelque bienfaisant, quelque sincère, quelque inoffensif qu'il soit, qui n'en compte plusieurs. Il est des malheureux chez qui l'envie est tellement naturalisée, qu'ils ne peuvent vivre sans lancer des sarcasmes et de fausses accusations contre celui qui jouit de quelque réputation.»
Les hostilités commençaient plutôt bien, du moins du regard d’Alexandre qui était arrivé après le reste de la tablée et avait été surpris de tomber sur la charmante Magalie qui n’était plus si charmante que ça lorsqu’elle ouvrait la bouche. Alexandre avait fait la connaissance de la brune lors d’une audience qui opposait leur client respectif. De nature compétiteur, Alex n’avait pas pu s’empêcher de chambrer la jeune femme lorsqu’il remporta le procès, rendant rouge de couleur Mag qui avait plutôt mal accepté la défaite. Il adore la mettre hors d’elle lorsqu’il la voit et ce soir ça n’allait pas être différant, surtout qu’elle ne l’avait pas accueilli avec le sourire, ce qui ne changeait pas de d’habitude à vrai dire, mais lorsqu’il avait posé les yeux sur elle quelques secondes plus tôt, il s’était dit au plus profond de lui que ce soir allait peut-être la bonne occasion d’obtenir ce qu’il désire tant depuis des mois, un rêve profond qui avait été interrompu par les paroles de la brune. Il adore la mettre hors d’elle lorsqu’il la voit et ce soir ça n’allait pas être différant, surtout qu’elle ne l’avait pas accueilli avec le sourire, ce qui ne changeait pas de d’habitude à vrai dire, mais lorsqu’il avait posé les yeux sur elle quelques secondes plus tôt, il s’était dit au plus profond de lui que ce soir allait peut-être la bonne occasion d’obtenir ce qu’il désire tant depuis des mois, un rêve profond qui avait été interrompu par les paroles de la brune.

Assis confortablement sur sa chaise, Alexandre ne pouvait pas perdre se sourire mutin lorsqu’il regardait Magalie s’énerver comme à son habitude alors qu’elle lui demandait d’arrêter sa comédie et ce qu’il faisait là. Alexandre jeta un œil à son père qui n’avait pas bien l’air de comprendre la situation, avant d’arrêter rapidement la serveuse qui passait à côté de leur table. « Mademoiselle, est-ce que je pourrai avoir un de votre meilleur whisky et peut-être un truc pas trop fort pour la dame, elle a vraiment besoin de se détendre, mais je ne suis pas sûr qu’elle tienne bien l’alcool ! » Alexandre marqua une petite pause avant de très vite reprendre. « Avec trois verres le whisky. » Boisson commandée, il pouvait à nouveau poser son regard sur Magalie qui n’avait pas reçu réponse à sa question. « Si j’avais su que j’allais passer la soirée à t’entendre, crois-moi, je n’aurai pas fait l’effort de venir, mais puisque je suis là, je vais profiter de la soirée » Attrapant le menu sur la table afin de plonger ses yeux de celui-ci quelques secondes, tandis que Magalie passait sa colère sur son père Charles, il releva d’un seul coup le regard qu’il déposa sur son père. « C’est l’avocate que j’avais battue, tu sais l’affaire des Dupont, elle n’a toujours pas digéré la défaite » dit-il, terminant à voix basse, avant de tourner son regard vers Charles. « Vous avez une fille vraiment très charmante, bien qu’un peu énervante par moment je ne le cache pas. » Il fit un sourire à Magalie avant d’observer les boissons arriver, il ne tarda pas à prendre un verre avant de lever son verre. « Santé, vraiment ravie de vous rencontrer Charles, Magalie, papa. » Alexandre avait ce don de pouvoir faire comme si de rien était quand il le voulait, il était fidèle à lui-même comme toujours.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
n°5 de chanel

JE RESSEMBLE À : Lily Aldridge

CRÉDITS : unicorn & bat'phanie pour la signature & class whore pour les gif

PSEUDO : Stéphanie


MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait . (Magalie) 29/10/2017, 00:19


Un dîner presque parfait
Alexandre Thorens & Magalie Voisin
Le regard acéré, des flammes dansaient au fond de ses yeux lorsqu’elle le déposa sur son adversaire. Que ce soit au tribunal ou en dehors Alexandre était son adversaire. Un excellent combattant elle ne pouvait pas lui retirer ça mais un combattant qu’elle ne laisserait pas gagner une seconde fois. Elle se l’est jurée. C’est pour ça que lorsqu’il la provoque avec l’alcool, elle relève simplement un sourcil et lui jette un regard dédaigneux avant de se pencher sur le cas de Charles. Abandonnant l’apparence qu’elle prenait avec les autres elle explose devant le regard des deux Thorens. Elle se fout totalement de ce qu’ils penseront d’elle ensuite. Elle se fout de ce que les autres clients du restaurant penseront d’elle ensuite. Elle a envie de mettre un coup de coude dans le nez de Charles et seul une partie de son cerveau semble encore la retenir. Lorsque la serveuse dépose un verre de vin sous son nez et trois verres de whisky devant les hommes, la mâchoire de la brune se serre violemment. Elle donne le verre à son père et lui prend le sien. Cet échange semble bien rodé entre eux. Comme si chaque fois qu’ils venaient dîner ensemble il y avait cet échange entre eux. Une femme qui boit de l’alcool fort et un homme qui préfère la douceur d’un bon vin ? C’est trop rare pour les serveurs des restaurants chics dans lesquels ils se sont battus. L’avocate fait tourner le liquide ambré au fond de son verre écoutant Alexandre lui balancer que si il avait su qu’elle était là il ne serait pas venu et elle aurait préféré qu’il ne vienne pas. Parce que ce soir elle n’avait pas que Charles. Elle n’avait pas qu’Alexandre. Elle avait les deux en face d’elle et elle ne savait pas lequel elle préférait affronter. Ou qu’elle aille, elle tomberait de toute manière de Charybde en Scylla. L’un pouvait la broyer sous ses dents acérées. L’autre la blesserait peut-être gravement, mais elle s’en sortira. La question était qui était Charybde qui était Scylla dans cette histoire. Quel monstre marin elle allait affronter ce soir ? Elle allait s’en prendre à Charles en premier, elle verrait pour l’avocat ensuite. Elle l’entend parler à son père, lui expliquer comment ils s’étaient rencontrés. Et la brune détourne le regard de sa cible pour le jeter sur Alexandre. Elle glisse son pied le long de la jambe de son adversaire avant de lui assener un coup dans le genou avec son talon aiguille. « Rectification je n’aime pas les cons et malheureusement pour vous Monsieur Thorens votre fils en est un. » Elle hausse les épaules, pas gênée de dire à un père que son fils est un con. C’est la franchise de Magalie finalement. Lorsqu’Alexandre se retourne vers Charles et qu’il lui parle de sa « fille » Ses nerfs lâchent d’un seul coup. « Ce n’est pas mon père. » Elle vient de cracher ça d’un seul coup, brusquement, non elle ne veut pas être associé à cet homme. Jamais. Elle va finir par se le faire tatouer sur son front si ça continue. Elle a l’impression d’être une petite fille capricieuse et elle déteste ça. Elle déteste avoir l’impression d’être une enfant dans un corps d’adulte. Elle déteste montrer ses émotions ainsi mais visiblement en face d’Alexandre elle n’arrivait jamais à être calme et glaciale comme à son habitude. Il réveillait quelque chose chez elle qui lui donnait envie de péter un plomb. Lorsqu’il lève son verre en soignant sa politesse envers la table elle a envie de lui jeter son merveilleux whisky au visage mais elle préfère plonger ses lèvres dedans. « Tu te doutes que le plaisir n'est pas partagé Alexandre. Et à cette soirée qui commence parfaitement bien. » Un voile de tristesse éclate au fond de son regard avant de disparaître aussi vite qu’il était arrivé. Pas question qu’un de ces requins ne se jettent sur cet instant. Pas question de montrer à Charles qu’il avait encore du pouvoir sur elle. Mais l’avocate était forcée de constater qu’il savait encore toucher ses points sensibles. « Alors Alexandre, quelle vie as-tu détruite aujourd’hui ? » De l’amertume dégouline des lèvres de Magalie, ce n’était pas le fait de perdre son affaire contre Alexandre qui la rongeait encore cette affaire était tellement importante pour elle, elle s’était attachée à ce cas et elle avait perdue comme une débutante. C’est à cause de ça qu’elle lui en veut. C’est ce qui la rend si amer. Si mauvaise. Si médisante. Mais au fond, tu ne crois pas Magalie qu’il ne faisait que son travail ? Tu ne crois pas que c’est à toi que tu dois en vouloir plutôt ? Tu es responsable de ce fiasco pas lui finalement. Et ça elle le sait Magalie.

⇜ code by bat'phanie ⇝



Une bombe humaine sur le point d'exploser. Une cocotte-minute constamment sous pression dans laquelle bouillonnent depuis trop longtemps du ressentiment, de l'insatisfaction, une envie d'être ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait . (Magalie)

Revenir en haut Aller en bas

Un dîner presque parfait . (Magalie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un dîner presque parfait
» Un dîner presque parfait
» "Un dîner presque parfait" [pv Kanoë]
» [FB] Un dîner presque parfait [Pv Suki]
» Un dîner presque parfait | William A. Slayers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 17ème arrondissement, batignolles-