Partagez|

(flavanne) bullet for the pain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : jack the lad #monkeum #amourdemavie.

CRÉDITS : oim (avatar, signature).

PSEUDO : anaëlle, vous savez ienb.


MessageSujet: (flavanne) bullet for the pain. 27/10/2017, 22:51


BULLET FOR THE PAIN
(flavanne) flavie lefevre ft. cézanne lambert
Ta soeur, tu y tiens comme à la prunelle de tes yeux. Ou peut-être même que tu y tiens encore plus. Parce que c'est vrai, tu préfèrerais être aveugle pour le restant de tes jours plutôt que d'avoir à vivre sans elle pour autant de temps. Ta plus grande erreur, c'est de ne pas lui dire souvent, par pudeur des sentiments. Mais aucun silence n'était capable de taire l'amour fraternel, alors tu t'reposes là-dessus Cez, t'es certain que ça suffit. Après tout, ça fait vingt-six ans que ça fonctionne. Le problème c'est que t'oublies trop souvent que le trop grand instinct de protection que tu possèdes n'a d'égal que son inquiétude après chacune de tes erreurs. Et y'a quelques jours, t'as bien foiré. Tu t'es pris une balle à l'épaule au cours d'une mission d'infiltration en zone urbaine. Ça t'paraissait pas plus catastrophique de devoir passer une énième fois sous les doigts experts de l'infirmière militaire. Elle est plutôt jolie et parfaitement professionnelle. Sauf que toi, quand t'as décidé d'être con Cez, tu ne fais jamais les choses à moitié. Finalement, c'est là-dedans que t'es l'plus doué. C'était pas compliqué, pauvre imbécile, de nettoyer la blessure tout les jours à l'aide d'un peu d'eau oxygénée ou d'antiseptique comme elle te l'avait demandé après t'avoir soigné. Mais ça te faisait bien trop chier, et t'as pensé à tort que ça ne changerait rien. Résultat des courses, tu morfles tant la plaie s'est infectée. T'es pas certain de tenir parole mais tu te jures que la prochaine fois, tu suivras tout ce qu'on te dit de faire à la lettre, et sans broncher qui plus est. En attendant, c'est Siam qui tique et qui te force à aller aux urgences. Tu te marres, toi. Tu ne vas pas te rendre aux urgences pour ce que tu t'entêtes à qualifier de "petit bobo" malgré la douleur lancinante qui persiste. Néanmoins, c'est bel et bien toi qui finis par capituler face à la brune qui avait déjà commandé au chauffeur familial de t'emmener à bon port. Tu t'sens con à l'arrière de la bagnole, comme si t'étais un gosse attendant de se faire déposer à l'école par papa. Pour autant, tu fermes ta gueule, et une fois arrivé devant l'hôpital, tu n'as pas d'autre choix que d'y pénétrer, au moins pour que ta soeur puisse cesser de s'inquiéter.
Ça pue la mort dans cette salle d'attente pourrie. Ou alors c'est le mélange détestable de tous ces produits médicaux qui rend l'air environnant totalement irrespirable. T'as pas envie d'être là Cez, ça aide pas. Et tu te sens vraiment très con à côté des cas réellement urgents qui achèvent de remplir la pièce (peut-être bien encore plus con que dans la voiture). Tu perds ton temps. C'est pas qu'il t'est précieux, mais quand même. Tu hésites plusieurs fois à te tirer de là, mais tu te ravises toujours pour ne pas avoir à subir le courroux de Siam. L'horloge en face de toi, elle t'agace ; t'as l'impression que ses tic-tac incessants sont en fait dans ta caboche. Tu passes doucement les mains sur ton visage dans l'espoir irraisonné que le temps pourrait passer plus vite, et miraculeusement, ça fonctionne. Enfin. « Monsieur Lambert ? » Tu mets quelques secondes à réagir avant de finalement te lever de ton siège pour signifier ta présence. Il était temps, tu commençais à avoir mal au cul. C'était peut-être pas une veine sur ce point-là, mais quand ton attention se porte enfin sur l'infirmière en question, t'as envie de remercier tous les Dieux auxquels tu ne crois même pas pour le cadeau. « Vous me suivez ? » Un hochement de tête pour toute réponse, tu te contentes de talonner la jeune femme non sans profiter du paysage qui t'était offert alors que tu restes un mètre en arrière. Tu regrettes presque d'arriver si vite dans l'autre pièce.  « C'est pas très beau à voir. », que tu lâches de but en blanc sans même expliquer quoi que ce soit. « J'ai une plaie qui s'est infectée », tu ajoutes tout de même sans attendre que l'infirmière ouvre la bouche. « C'est dégueulasse et ça fait un mal de chien. » Sans ajouter un mot, tu relèves finalement la manche de ton t-shirt afin de découvrir le carnage. C'est moche. Très moche. Et bordel, ça fait vraiment mal.
(c) fiche créée par anaëlle.



fuis-moi comme le cholera parce que j'suis un voyou, c'est comme ça qu'on dit. et au pire, ça t'donnera envie d'me cracher à la gueule -----
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(flavanne) bullet for the pain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» Crise du Pain !!!!
» No pain in your future. [Pv Sip]
» La Cascade de Pain : Illustration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 13ème arrondissement, gobelins-