Partagez|

eat and sweat. (theophile/charlotte)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
eau de toilette


MessageSujet: eat and sweat. (theophile/charlotte) 28/10/2017, 04:20


eat and sweat

theophile - charlotte

12h30. galeries lafayette. quoi de mieux que ce magasin pour se restaurer en cette belle journée ensoleillée. divine idylle. lieu de luxure et parfois de faux-semblants. en somme, parfaite représentation de ce petit monde. quelle que soit la raison de votre venue, vos chemins se sont croisés.
afin de rejoindre la cafétéria, ou même les magasins, vous décidez d'emprunter l'ascenseur. sûrement par chance, vous montez en même temps dans la cabine d'acier. peut-être esquisserez-vous un sourire ? qui sait. les portes se referment sur vous. poussés par l'adrénaline, vous vous élevez vers les cieux. un bruit aigu. un crac. la machine s'arrête. les lumières s'éteignent, et aucun bouton ne semble fonctionner. et si vous étiez bloqués ici ? la chance ne semble pas être de votre côté, puisque le conduit d'aération est bouché, ne faisant que renforcer le sentiment étouffant au sein de la cabine. au lieu de manger, vous allez sûrement suer.


J'envoie des bons baisers de Paris,
des jours fânés, des nuits d'insomnie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : bennet.

CRÉDITS : (av.) ruby tuesday (gifs) tumblr (sign.) astra (icon) anaëlle.

PSEUDO : b_bulle (mel).


MessageSujet: Re: eat and sweat. (theophile/charlotte) 29/10/2017, 17:33


icons by ishtar & eylika 2 & arabella


t'avais juste deux ou trois courses à faire. c'était pas grand chose. t'avais profité de ta pause de midi pour te rendre aux galeries lafayette. t'as pas des masses de temps mais juste ce qu'il faut pour faire l'aller-retour sans avoir besoin de courir. à chaque fois que tu dois parcourir la capitale toute seule, tu appréhendes. comme une enfant qui ne serait pas capable de se repérer par elle-même, comme une enfant qui aurait besoin qu'on la chaperonne à chacun de ses pas. expérience traumatisante qui te reste en mémoire après avoir déjà voulu t'en sortir toute seule. depuis, tu marches sur tes œufs à chaque fois que tu mets le nez dehors. comme si t'étais gênée de te montrer au monde, des fois qu'il pourrait t'en vouloir d'exister. tu accélères le pas en voyant les portes de l'ascenseur s'ouvrir, finissant même par courir sur les dernières foulées pour être sûre d'arriver à t'y engouffrer à temps. un sourire en coin esquissé à l'intention du garçon qui partage la boite métallique en ta compagnie. synonyme d'un bonjour poli. parce que t'as beau être prisonnière de ta bulle de silence, tu as tout de même appris la politesse. t'as retiré les écouteurs qui ne te servent pourtant à rien et mis en place tes appareils auditifs. ouverture au monde extérieur que tu es en mesure de provoquer. faire les magasins nécessite une attention particulière puisqu'il y a interaction avec d'autres êtres humains. l'ascenseur commence son ascension et tu cales ton dos contre la paroi du fond, les mains fourrées dans les poches de ta veste. t'es pas des plus à l'aise dans les espaces réduits mais le trajet est court alors tu t'autorises à le prendre quand tu sais que tu n'y passeras pas trois plombes. et, au moment même où cette pensée se fait une place dans ta boîte crânienne, y a un bruit étrange et puis, plus rien. la secousse légère a pour effet de te faire plaquer les mains contre la paroi. surprise, inattendu. il se passe une micro seconde pendant laquelle la cabine est plongée dans le noir absolu avant que les lumières de secours ne s'allument. petites loupiotes n'éclairant pas assez l'espace, juste assez pour que tu discernes la silhouette de ton camarade d'infortune. merde, merde, merde. que tu murmures avant de faire un pas pour atteindre le tableau de contrôle. tes doigts frôlent tous les boutons plusieurs fois d'affilé. y a rien qui s'passe et ton palpitant qui accélère alors que tu prends conscience que tu resteras plus longtemps que prévu dans cette cage de métal. non, non, non ... aller, aller, s'il te plait ... aller ... supplique soufflée plus pour toi-même qu'autre chose. t'aimes pas les espace clos. tu piétines, gamine contrariée. fais chier. derniers mots avant que ton dos ne heurte la cabine, une main glissant dans tes cheveux. t'es coincée charlie. t'es coincée et t'en oublies complètement la présence du garçon qui partage ta galère. t'essayes de respirer pourtant, tes mains posées sur tes genoux. il fait chaud tout d'un coup. tu penses que c'est dû à une crise de panique qui pointe le bout de son nez alors tu te redresses, des fois que ça changerait quoi que ce soit à cette situation que tu pourrais aisément qualifier de cauchemardesque.




vague à l'âme
charlie duphil ☽ but there's a hope that's waiting for you in the dark. you should know you're beautiful just the way you are. and you don't have to change a thing, the world could change its heart. no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

eat and sweat. (theophile/charlotte)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Juliette Charlotte de Bourgogne ; Demandez votre sujet
» Seul sur la plage,pas vraiment{Délire Charlotte
» Ninon rend visite à Charlotte (PV Charlotte)
» Charlotte Shakespeare (Aucun lien avec le dramaturge hein è.é)
» • {Charlotte Noémie de Fontenac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 9ème arrondissement, opéra-