Partagez|

(blauthier) runaway.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : evan peters mon amr.

CRÉDITS : oim (avatar) + oim (signature).

PSEUDO : anaëlle da queen.


MessageSujet: (blauthier) runaway. 30/11/2017, 22:37


RUNAWAY
(blauthier) blanche sinclair ft. gauthier lannaud
Tu prends tes aises Gauthier, comme toujours à cette heure de la journée. Les couloirs son déserts, et y'a plus que toi qui traîne encore ici, à la vie scolaire. Tu as fait ton taff, tu as appelé tous les tuteurs légaux nécessaires pour prévenir des absences du jour et t'as fait le tri dans les dossiers en attente. Aussi, t'es plus ou moins libre pour le moment – peut-être pas au point de t'affaler dans ta chaise et de poser tranquillement tes pieds sur le bureau, mais sans surprise, tu le fais quand même. Il sera toujours tant de te redresser en douce quand le silence se fera remplacer par des pas suspect dont la résonance ne passait jamais inaperçu. Tu t'étires Gauthier, tu te mets à siffloter comme si t'étais chez toi, parce que force est de constater que tu n'as pas encore de conscience professionnelle à plein temps. Faut dire que tu sais pas bien ce que tu fais là toi, à surveiller des gamins quand personne ne le fait pour toi. Parce que Gauthier, faudrait bien te surveiller, parfois. Mais à l'heure actuelle, aucun oeil n'est porté sur toi. Tu n'attise aucune curiosité puisqu'il n'y a que toi ici. Absolument que toi. Du moins, c'est ce que tu penses jusqu'à ce que tu n'aperçoives une tignasse blonde fendre le néant du couloir. C'est tellement fugace que tu crois rêver, comme si l'ombre d'un ange s'était immiscé dans ton esprit simplement pour le distraire le temps de quelques secondes. Tu sais ton cerveau capable de s'inventer mille-et-une images lorsqu'il est soumis à l'ennui trop longtemps. Mais tu viens de te poser Gauthier, et la vérité, c'est que t'es plus très sûr d'avoir rêvé en fin de compte. Parce que la silhouette en question, tu l'as reconnue, en dépit de sa rapidité fulgurante. Aussi, tu ne prends pas une seule minute de plus pour réfléchir et te lèves immédiatement de ton trône de pacotille pour rejoindre le hall du lycée.
La lourde porte claque devant toi. Elle n'est déjà plus là, la gamine. Elle a filé comme un félin. Si tu n'avais pas été là, elle aurait sans doute réussi son coup sans aucun mal. Mais t'es là, et t'as eu l'oeil Gauthier ; tu l'as souvent sur elle. D'un pas pressé, tu te hâtes vers la sortie et ne tardes pas à rejoindre la jolie blonde dans la cour. Même de dos tu la reconnais aisément. Blanche l'angélique. Blanche le petit diable. Blanche le paradoxe que tu n'étais pas encore parvenu à déchiffrer. Ses talons claquent vivement sur le goudron tandis que tu marques un arrêt. La belle non plus n'ira pas plus loin. « Je ne pensais pas que tu étais du genre à fuir », que tu attaques suffisamment fort pour qu'elle puisse t'entendre, quelques mètres plus loin. Dans d'autres contextes, Blanche ne t'avait pas habituée à ça, bien au contraire. Alors toi, t'en profites. Tu joues là-dessus pour la rouler, tant que la partie est encore à ton avantage, parce que tu sais pertinemment que ça ne durera pas longtemps. « Je suis déçu », tu ajoutes avant de lui adresser une moue significative. Au fond, tu ne ressens aucune once de déception, tu t'efforces simplement d'appuyer là où elle pourrait être touchée. Tu sais que ton avis à son sujet compte plus qu'elle n'oserait te le dire, Gauthier. C'est pas bien. C'est mauvais. Mais c'est l'occasion, et peut-être même ta seule chance de la coincer. « A moins que ton professeur ne t'ait envoyé lui acheter un rôti au beau milieu de son cours pour une raison obscure, il me semble que tu n'as aucune raison de quitter l'établissement. » Une fossette taquine creuse ta joue alors que tu fais de ton mieux pour ne pas rire. Garde ton sérieux tant que tu le peux Gauthier, tu pourrais bien assez vite déchanter.
(c) fiche créée par anaëlle.



t'as dû t'gourer de planète, tu sais même plus où t'es. alors t'attends que ton coeur lâche, qu'ce soit bien trop brutal. et la peur s'abat quand même sur les ébats du mauvais ange qui se dérange pour crucifier tes libertés. au fond tu l'sais, t'es pas si loin d'l'enfer. et toi, ça t'fait rire. ça t'fait rire et pas pleurer. c'est qu'tu dois vraiment rien piger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
l'elixir de nina ricci

JE RESSEMBLE À : Scarlett

CRÉDITS : morrigan pour l'avatar

PSEUDO : spf, Juliette.


MessageSujet: Re: (blauthier) runaway. 5/2/2018, 22:21

Le réveil sonne à 6h30 te rappelant ainsi qu'il faut que t'ailles en cours. Tu n'as pas envie, tu préférerais rester dans ton lit et ne pas affronter le monde aujourd'hui. Tu traînes les pieds jusqu'à la salle de bain dans laquelle tu t'enfermes pour t'habiller, te maquiller, sans doute avec beaucoup trop de soin pour une simple journée au lycée. Mais tu as ta réputation à tenir, toi, Princesse Blanche. Tu te dois d'être parfaite. Une robe tout juste assez longue pour que le proviseur ne t'engueule pas s'il te croise dans le couloir, des collants noirs, comme ton humeur. Une bouche peinturlurée de rose et des cils allongés par une couche de mascara. Un dernier regard dans le miroir. Si Oscar était là, il te dirait à quel point tu ressembles à maman il y a vingt ans. Sauf qu’Oscar il n'est pas là. Oscar est parti, il t'a laissé toute seule. Tu sors de la salle de bain au moment où maman passe dans le couloir avec le dernier rejeton dans les bras. Elle te regarde de haut en bas, puis de bas en haut, les sourcils levés. Tu files dans la cuisine avant de l'entendre te dire que ta tenue ne convient pas à une journée au lycée. Ton beau-père lit le journal, assit à la table familiale. Tu l’ignores, comme chaque jour, et lui ne lève même pas le regard. Par contre tu sens celui de ton demi-frère dans ton dos, et ça te donne envie de vomir. Connard, tu te dis, comme s'il pouvait lire dans tes pensées. Ça te coupe l'appétit, alors t'enfiles tes bottines hors de prix, ton manteau et ton sac de cours puis tu quittes l’appartement familial. Direction le lycée, ou plutôt l'enfer. Tes talons claquent contre le bitume des trottoirs sales de la capitales, t'avances à vive allure, tu vas être en avances pour une fois. Tu passes devant un kiosque à journaux. Tu t'arrêtes net quand t'aperçois le visage de ton père sur la une d'un magasine people. Eric Sinclair : des vacances romantiques aux Fidji. Ton père a donc trouvé une nouvelle pouffe. Ton humeur devient massacrante. C'est avec toi qu'il devrait passer des vacances. Mais il n'a déjà apparemment pas suffisamment de temps dans sa vie ultra chargée pour répondre aux sms de sa fille unique. T'en pleurerais presque de rage, tiens. Tu reprends ta route en ruminant intérieurement. Quinze minutes plus tard, t'arrives devant ton établissement scolaire. Ce n'est certainement pas le meilleur de la ville, mais il est plutôt très correcte. Tu claques la bises aux quelques personnes dignes d'intérêt, des garçons principalement,parce que toi, t'as un peu de mal à te lier d'amitié avec les filles de ton âge. Il faut dire que t'as pas un caractère facile, et la seule qui arrive à te supporter sans trop de mal, c'est ta meilleure amie Philippine. Philippine qui n'est pas là, malgré le fait qu'elle n'est jamais en retard. Philippine qui ne viendra probablement pas aujourd'hui, sans t'avoir prévenu. Et clairement, ça te fait chier. Presque autant que le cours de maths qui débute bien trop tôt ton goût et que le prof qui menace de te confisquer ton téléphone portable si tu ne le ranges pas dans ton sac. Tu soupires bruyamment, avec insolence, avant de répondre au tac au tac « Ce n'est pas de ma faute si j'ai une vie sociale et pas vous. Pas besoin de vous en prendre à moi malgré votre frustration évidente. » Tu provoques, comme à ton habitude. Et il te renvoie de cours. Tu as gagné, Blanche, tu vas pouvoir fuir, quitter le lycée. Tu sors de la salle sous les regards amusés ou outrés de tes camarades de classe. Du coin de l’œil t'aperçois Raphaël qui secoue la tête de droite à gauche.

Fuir, tu n'as que ça en tête. Tu ne sais pas où tu vas aller. Mais tu ne veux pas rester ici. Selon le règlement, tu devrais te rendre en salle d'étude, mais au diable les foutues règles. Tu traverses les couloirs, t'essayes de te faire discrète, surtout quand tu passes devant le bureau de la vie scolaire. Tu te précipites vers la lourde porte d'entrée, qui claque après ton passage. T'es au milieu de la cours quand tu l'entends s'ouvrir de nouveau. Tu n'as même pas besoin de te retourner pour savoir de qui il s'agit. Et sa voix ne fait qu'affirmer ta théorie. Gauthier. « Je ne pensais pas que tu étais du genre à fuir » Tu t'arrêtes, aucun doute que s'il n'avait pas s'agit de lui tu aurais tracé ta route. Mais Gauthier, tu l'aimes bien. Gauthier il est le seul qui compte un peu ici. « À croire que tu me connais mal. Fuir c'est de famille. Ça coule dans le sang des Sinclair. » Pourtant, toi, t'as jamais vraiment été de ce genre là, à fuir tes responsabilités, à fuir ce qui te fait peur. Toi t'es du genre à tout affronter avec trop de confiance, trop de panache, au risque de foncer droit dans le mur. Mais aujourd'hui t'es à bout, t'es fatiguée, tu as trop de problèmes à la maison. « Je suis déçu » Tu as l'impression de te prendre un coup de poing dans l'estomac. Tu ne devrais pas ressentir ça, pas avec le surveillant du lycée. Mais c'est Gauthier. Et c'est bien l'une des personne que tu n'as pas envie de décevoir, allez savoir pourquoi. T'essayes de prendre un air neutre, comme si tu t'en foutais, comme si t'étais intouchable, avant de te retourner vers lui. « A moins que ton professeur ne t'ait envoyé lui acheter un rôti au beau milieu de son cours pour une raison obscure, il me semble que tu n'as aucune raison de quitter l'établissement. » Un léger sourire se dessine au coin de tes lèvres roses. Ça t'amuse un peu, c'est vrai, cette histoire de rôti. « Oh non, il ne m'envoie pas chercher un rôti. Il a plutôt besoin d'amis, j'me suis donc portée volontaire pour aller lui en chercher quelques uns. Ça risque d'être un peu compliqué, l'pauvre homme n'a pas beaucoup de centres d'intérêts quand on retire les équations et les logarithmes népériens. » Tu reviens sur tes pas, t'approchant du jeune surveillant d'une démarche féline. « Laisses-moi partir Gauthier, s'il te plaît. J'te promets que c'est la dernière fois. Mais je n'veux pas aller en cours aujourd'hui. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(blauthier) runaway.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 01.01/29.C.Chicago - No Way Back or The Runaway
» LARSSON — runaway
» DREW ☈ baby runaway fast than you can.
» You better runaway ∇▲ feat. SuperDongSunMan
» runaway (cèz)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 4ème arrondissement, hôtel de ville-
LES RPS LIBRES

then a hero comes along / zafira beaumont.
(voir le sujet)