Partagez|

the heart never lies.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : blanca.

CRÉDITS : (ava) outlines. (sign) uc.

PSEUDO : FREAKSHOW (laurine).


MessageSujet: the heart never lies. 4/1/2018, 16:59



flavie lefevre

featuring blanca suárez

NOM : lefevre, comme papa, comme maman, comme les soeurs. PRÉNOM : flavie, ce qui lui est propre et qu'elle ne partage avec personne, hormis toutes ces filles à travers le monde. ÂGE : vingt sept ans, la trentaine approche officiellement, mais pas dans sa tête. DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 27 août à paname, le soleil, la chaleur, les oiseaux qui chantent, dès sa mise au monde, elle n'aimait déjà que ça. ORIGINES : françaises, de par sa mère. brésiliennes, de par son père. c'est plein de variétés et de couleurs, ça lui ressemble. ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuelle, il n'y a vraiment qu'un mec pour la rendre amoureuse passionnée, accro obsessionnelle et folle de jalousie. STATUT CIVIL : non définie, en couple un jour, célibataire le lendemain. toujours à cause de lui. ÉTUDES/MÉTIER : infirmière à la pitié-salpêtrière, guérir parfois, soulager souvent, écouter toujours. PASSION(S) : son métier, plus que tout. GROUPE : un poison violent, parce qu'elle aime à son image, passionnément, sauvagement et déraisonnablement. RANG : eden de cacharel, parce qu'elle se laisse porter par ses envies et que personne ne pourra jamais la dompter. PV, SCÉNARIO, PRÉ-LIEN OU PERSONNAGE INVENTÉ : inventé, depuis le temps que j'devais la reprendre.

- ✻ -

CARACTÈRE : positive, dynamique, passionnée, altruiste, féministe, têtue, franche, moralisatrice, fêtarde, hystérique à ses heures perdues, instable, indomptable, spontanée, râleuse, fougueuse, limite garçon manqué parfois.


j'envoie des bons baisers de paris

QUEL EST L'ENDROIT QUE TU PRÉFÈRES A PARIS ? ces endroits où il fait bon s'amuser, là où tu peux rencontrer du monde. DÉCRIS LA CAPITALE EN TROIS ADJECTIFS : attractive, magnifique, maison. DÉCRIS L'AMOUR EN TROIS MOTS : passionnel, électrique, indécis.

AVEC DES SI, ON METTRAIT PARIS EN BOUTEILLE. ET TOI, QUEL EST LE DETAIL QUI AURAIT PU CHANGER TA VIE ? si elle n'avait pas eu cette grande et belle famille. - si son premier amour ne l'avait pas trompé et brisé au point qu'elle n'arrive plus à se poser véritablement. - si elle n'avait pas trouvé ce métier qui remplit sa vie mieux que n'importe quel autre domaine aurait pu le faire. - si elle n'avait pas cette relation si compliquée avec celui dont elle ne peut pas se passer autant qu'elle est incapable de le supporter.



elle a l'ivresse de la vodka,
la folie de la tequila.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : blanca.

CRÉDITS : (ava) outlines. (sign) uc.

PSEUDO : FREAKSHOW (laurine).


MessageSujet: Re: the heart never lies. 4/1/2018, 16:59



l'encre de tes yeux

la vie comme un poème dont tes sourires étaient les vers

mamaaaaaan, nora veut pas de moi dans sa chambre ! râler avait toujours été une passion pour flavie ça faisait partie d'elle. chérie, fais moins de bruit s'il te plaît. et puis, ta sœur a parfaitement le droit de ne pas souhaiter ta présence dans sa chambre. voilà comment maman lefevre réglait tous les problèmes, en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. c'était compréhensible, flavie l'avait dérangé en plein coup de fil, il y avait des priorités. mais qu'importe, la demoiselle avait plus d'un tour dans son sac. et elle entendait bien faire autrement. la chambre de nora était ouverte, pourtant elle n'en profita pas pour entrer. en fait, elle attendait une sorte de permission, un droit de passage. comme quoi, elle ne manquait tout de même pas d'éducation. sauf qu'elle avait décidée de faire une entorse à son règlement pas plus tard qu'aujourd'hui. sans réfléchir, elle courrait à l'intérieur de la chambre, soulevait le matelas et s'emparait du journal intime de sa sœur. elle avait toujours su qu'il se trouvait là depuis le jour où elle avait surpris la petite lefevre. flavie savait qu'elle avait gagné la partie. ce pourquoi elle s'empressa de quitter la pièce, munie de son nouveau trésor. elle fût aussitôt rejointe par nora qui tenta de récupérer son bien à tout prix. flaaaaavie, rends-moi mon journal ! ne l'ouvre pas s'il te plaît ! ça résonnait comme une supplication. alors, tu me laisses venir dans ta chambre avec toi ? elle avait comme l'impression que sa réponse allait changer. mais... bon oui si tu veux, mais ne lis pas ce que j'ai écrit. c'est que sa soeur ne tenait vraiment pas à ce qu'on découvre ses secrets. flavie s'en fichait pas mal désormais, elle affichait son sourire victorieux. c'était monnaie courante dans la famille. ces filles passaient leur temps à se chamailler, mais elles avaient leur propre manière de s'aimer. quatre filles dans une même maison, c'est toujours assez mouvementé.

mathis. son premier véritable amour. elle avait toujours eu tendance à le surveiller un peu trop. ce n'est pas de sa faute, elle ne supportait pas qu'on puisse l'approcher. elle ne partage pas, un point c'est tout.
le jeune homme avait patiemment attendu devant une boutique où flavie passait en coup de vent. quelle ne fut pas sa surprise quand en sortant, elle remarqua qu'une de ces filles repoussantes à souhait -étrangement, elle les trouvait toutes comme ça- avait mis le grappin dessus. impossible de s'éloigner plus de deux minutes sans craindre le pire. elle se posta devant eux derrière la vitrine du magasin, regardant avec insistance pour qu'il remarque que la furie s'impatientait. jetant un bref coup d'oeil alentour, il comprit le message et la rejoignit alors qu'elle sortait. c'était qui celle-là encore ? elle ne manqua pas de lancer un regard dédaigneux à la demoiselle au passage. je la connais vite fait. simple hochement de tête. ok tu la connais, et elle te voulait quoi au juste ? rien de particulier, on discutait c'est tout. ah oui, vous discutiez. je pensais que vous aviez autre chose en tête. le tout ponctué d'un sourire ironique et mielleux. je t'assure qu'on discutait, qu'est-ce que tu vas encore aller t'imaginer. trois fois rien. alors peut-être que toi tu discutais, mais elle, j'suis pas sûre que c'était son but premier. elle avait pris sur elle parce qu'elle aurait pu aller la confronter. mais aujourd'hui, elle préférait bouder pour le reste de la journée. ou du moins essayer. c'était souvent son activité favorite quand elle perdait le contrôle. […] tu boudes ? pas de réponse. ok tu boudes. tu sais pourquoi au moins ? flavie prenait un temps avant de répondre, parce qu'elle était censée ne plus parler quand même. sauf que c'était plus fort qu'elle, il fallait qu'elle s'exprime. rassure-toi, je sais pourquoi je boude. tu n'as pas un vague souvenir d'une blondasse en mini-jupe qui n'a pas perdu de temps pour te sauter dessus dès que j'ai eu le dos tourné ? ah oui pardon, vous discutiez. mais si elle voulait parler, je pouvais participer aussi. la conversation aurait été tout aussi passionnante. mathis soupira. t'es jalouse de quoi au juste ? la vérité, c'est qu'il en avait vraiment marre de ses crises à répétition. non parce que tu crois que je suis jalouse de cette poupée barbie ? ce n'est franchement pas le cas. voilà, de quoi tu te plains alors ? je ne fais que discuter avec elle, comme tu viens si intelligemment de le dire. la brune lui jeta un bref regard, avant de détourner la tête aussitôt. il ne fallait pas qu'elle croise son regard, ou elle allait encore craquer. pourtant, elle recommença une fois, puis deux, puis trois, et game over. l'ombre d'un sourire se forma sur ses lèvres rosées. furtivement, mais pas assez. mathis l'avait remarqué, et il savait qu'il venait de remporter sa victoire par chaos.

et il avait fini par la tromper. cependant, au lieu de se morfondre de désespoir comme l'aurait fait n'importe quelle fille amoureuse, flavie avait pris le taureau par les cornes. et elle avait décidé que plus jamais elle ne se laisserait avoir par un mec. désormais, elle allait profiter et ne plus s'engager. [...] une soirée en discothèque comme toutes les autres. quelques verres ingurgités pour se mettre dans l'ambiance. suivi d'un petit moment en compagnie de ses amis, avant de rejoindre la piste de danse, où elle s'était éclaté. flanquée d'une amie, elle retourna vers le comptoir pour un autre verre. quand on idée que les filles font toujours tout à deux, ce n'est pas qu'un mythe. flavie riait avec la jeune femme qui l'accompagnait, et alors qu'elle allait commander sa boisson attitrée, quelqu'un le fit pour elle. un cosmo' pour la demoiselle, c'est moi qui offre. elle se retourna dans la direction d'où provenait la voix et découvrait un jeune homme qui lui souriait de toutes ses dents. sa première réaction fut de le remercier. elle avait gagné ça, elle n'allait pas en plus se plaindre. ce qui l'intriguait seulement, c'était comment il avait pu deviner. et comme s'il avait lu dans ses pensées, il enchaina. je t'ai observé depuis le début de la soirée. autant dire que tu ne peux pas passer inaperçue. il la regarda de haut en bas en s'expliquant. la brunette hocha simplement la tête, histoire de couper court. les méthodes de drague à deux francs cinquante, très peu pour elle. pour montrer que le sujet était clos, elle se retournait vers son amie et reprenait même leur discussion. mais monsieur n'était pas décidé à lâcher l'affaire, il se rapprocha. sentant une présence désagréable trop près d'elle, flavie lui montra que la proximité entre leurs deux corps la dérangeait au plus haut point. peine perdue, ça ne lui faisait ni chaud, ni froid. tu viens danser ? euh non, je suis avec une amie là tu vois. allez, tu la verras plus tard. viens profiter de la soirée. sourire et regard de séducteur qui l'a fit éclater de rire tellement c'était pathétique. excuse-moi mais, qu'est-ce que tu t'étais imaginé ? que t'allais me payer un verre et que j'allais te suivre dans ta bagnole ? tu t'es trompé de personne bonhomme, je suis pas intéressée. et elle mit un point final à cette scène en traînant son amie sur la piste de danse. moins les mecs la contrôlaient, mieux elle se portait.

un nouveau patient venait d'intégrer l'hôpital, il lui avait été confié en grande partie. c'était flavie qui se chargerait de tout ce qui touchait à ses soins. l'infirmière n'avait pas rechigné, c'était son boulot et c'était pour ça qu'elle l'aimait. immédiatement, elle avait compris qu'il souffrait d'une pneumonie et que ce n'était pas très compliqué à soigner. quelques semaines tout au plus, et il serait sur pied. elle savait aussi que cette maladie était causée par un virus ou une bactérie qui s'attaquait aux poumons. impossible donc d'éviter l'inflammation, ce qui expliquait les problèmes respiratoires actuels du patient. il était son premier, elle entrait désormais dans la profession. […] un jeune homme venait d'être admis en urgence. après un petit passage au bloc pour elle-ne-savait quelle raison, puisqu'on ne l'en avait pas informé. tout ce qu'elle savait, c'était qu'il avait été transféré dans une chambre, et qu'il était désormais sous sa responsabilité. pénétrant à l'intérieur de la chambre, flavie y découvrit qu'il était vraiment amoché. cette fois-ci, il aurait besoin de prolonger son séjour à l'hôpital. ce n'est qu'en lisant sa fiche qu'elle remarqua que c'était ce même patient qui avait été son premier. il y avait seulement quelques mois. flavie, c'est ça ? c'est en relevant la tête qu'elle s'aperçut qu'il était réveillé et qu'il s'adressait à elle. touché. un sourire pour seule ponctuation. qu'est-ce qu'il vous est arrivé ? peine de cœur. ses lèvres se contractèrent en une grimace de surprise alors qu'elle comprenait qu'il n'avait pas été victime d'un accident. […] plusieurs jours avaient passé. pendant lesquels, flavie avait pris soin de lui. encore une fois, elle s'était attachée. encore une fois, elle n'aurait pas dû. mais c'était plus fort qu'elle, la jeune avait un coeur. merci pour tout... encore une fois. petit clin d'oeil à leur première rencontre. c'est mon métier. un pincement au palpitant se fit sentir quand elle réalisa qu'elle ne le verrait plus quotidiennement désormais. ouvre les yeux flavie, ton métier va trop loin. tu t'impliques trop tu finiras par y perdre des plumes. son patient avait quitté l'établissement. the end.


de paris à chez moi, il n'y a qu'un pas

PSEUDO/PRÉNOM : freakshow (laurine). ÂGE : 26. SEXE : féminin. VILLE : le mans (72). RAISON(S) DE L'INSCRIPTION : home. COMMENT AS-TU CONNU LVER ? : home again. FRÉQUENCE DE CONNEXION : everyday. UN DERNIER MOT ? boum.


Code:
[color=#D04040]● [/color][b]blanca suárez[/b] aka [i]flavie lefèvre[/i].



elle a l'ivresse de la vodka,
la folie de la tequila.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: the heart never lies. 4/1/2018, 17:18

Blanca.
J'te dis pas bienvenue comme c'est chez toi. oops
Revenir en haut Aller en bas
avatar
eden de cacharel

JE RESSEMBLE À : blanca.

CRÉDITS : (ava) outlines. (sign) uc.

PSEUDO : FREAKSHOW (laurine).


MessageSujet: Re: the heart never lies. 4/1/2018, 19:03

tu peux quand même ma poupée, tout est permis ici



elle a l'ivresse de la vodka,
la folie de la tequila.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: the heart never lies.

Revenir en haut Aller en bas

the heart never lies.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» Grimoire Heart
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: Préfecture de Paris :: Viens et entre dans la danse-
LES RPS LIBRES

then a hero comes along / zafira beaumont.
(voir le sujet)