Partagez|

l'échappée belle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
eau de toilette


MessageSujet: l'échappée belle. 22/1/2018, 21:59


l'échappée belle

kayliah - livie

kayliah, elle a l'habitude de dépenser son argent sale dans des accessoires hors de prix. c'est de cette manière qu'elle se fait plaisir la princesse du ghetto. mais aujourd'hui, elle a décidé de faire autrement, juste une fois, "pour voir" comme on dit. à l'heure du déjeuner, ses pas l'ont guidée jusqu'à un restaurant qui lui avait semblé plutôt chic. cette fois, la demoiselle dépensera ses sous dans de la bonne nourriture... ou pas. au moment de demander l'addition, elle se rétracte et choisit de partir sans payer ; question de fun et d'adrénaline. mais dans la précipitation, elle trébuche sur le trottoir d'en face, nez à nez avec livie qui s’apprêtait à rejoindre son restaurant après une très courte absence dont elle seule connaissait la raison. le hic, c'est que la brune a absolument tout vu et a rapidement compris le petit manège de la jeune femme...


J'envoie des bons baisers de Paris,
des jours fânés, des nuits d'insomnie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : Alexandra Daddario

CRÉDITS : Shyia

PSEUDO : Stéphanie


MessageSujet: Re: l'échappée belle. 24/1/2018, 17:03



Kayliah Di Meo-Clery & Livie Maureau
l'échappée belle.
Il manquait un ingrédient important dans ta nouvelle recette, tu aurais pu blâmer les commis qui n’ont pas fait leur boulot correctement, qui n’ont pas vérifiés mais c’était de ta faute, tu aurais dû repasser derrière eux, c’est ton boulot après tout. Alors tu es sortie rapidement en plein service afin d’acheter ce qui te manquait. Tu n’aimes pas laisser tes cuisines comme ça mais tu avais aussi besoin de sortir, besoin de réfléchir, besoin de sortir ta tête des méandres d’un doux passé désormais terminé. Si tu regardes encore cet anneau doré sur le doigt de ton ex tu vas finir par te faire mal petite Livie. Cette bague te nargue. Te rappelle que tu aurais pu être à la place de cette femme, alors il valait mieux pour toi que tu sortes avant de commencer à dire n’importe quoi. Sous le coup du stress il t’arrive de dire tout ce qui te passe par la tête et tu en deviendrais presque ridicule si ça ne te faisait pas passer pour une adolescente débile. Tu en profites d’ailleurs pour fumer une cigarette, tu n’aimes pas prendre de pause nicotine durant le travail mais désormais un filtre se glisse toujours entre tes doigts, comme un prolongement logique de ta main. Tu es trop stressée Livie. Tellement que tu es obligée de t’arrêter une seconde ou deux devant le spectacle qui se déroule devant ton regard bleu pas sûre que ce soit réel. Une jeune femme blonde semble partir du restaurant sans payer. Vraiment ? Ça existe encore ce genre de personne immorale ? Tu es du genre naïf quand tu t’y mets Liv’ et tu ne te rends pas toujours compte que des gens malhonnêtes existent bel et bien autour de toi et que cette femme en fait visiblement partie. Tu n’es pas le genre de femme à juger les autres. Tu peux comprendre que parfois la faim oblige certaines personnes à voler pour manger. Tu peux comprendre que parfois il n’y a pas d’autres choix que de faire quelque chose d’illégal afin de pouvoir survivre dans cette vie. Mais voir quelqu’un partir sans payer dans un restaurant de luxe ? Ce n’est absolument pas survivre c’est simplement un jeu et tu n’aimes pas vraiment les gens qui jouent avec la vie des autres. Parce que tu sais que les serveurs se feront taper sur les doigts lorsqu’ils se rendront compte de la fugue de la blonde. Peut-être est ce à cause de ton métier que tu le prends si mal, que ça te donne envie de hurler au vol, tu n’en sais rien, ce que tu sais c’est que tu ne laisseras certainement pas cette personne s’en sortir sans rien dire. « Vraiment ? Ça vous fait rire ce genre de chose ? » Tu glisses légèrement un œil sur la demoiselle, elle n’a pas l’air d’être pauvre, bien au contraire, sa tenue est bien plus classe que la tienne. Alors pourquoi fait-elle ça ? « Vous vous êtes dit que sortir sans payer ça serait drôle ? » Tu n’avais pas dit que tu ne jugeais pas les gens ? Eh bien pour une fois tu mentais. Tu n’aimes pas ce genre d’attitude et tu ne comptes pas la fermer pour une fois.
code by bat'phanie



Je voudrais te sortir de mes pensées, te sortir de mes rêves et de mes cauchemars. Je voudrais tout simplement te sortir de ma vie comme tu m'as sortie de la tienne. Je voudrais ne plus jamais te croiser, pour ne plus avoir à constater ton indifférence. Et je voudrais ne plus jamais t'aimer, pour être délivrée de cette douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Gigi Hadid

CRÉDITS : uc

PSEUDO : .QUEEN A


MessageSujet: Re: l'échappée belle. 21/2/2018, 19:15


Je faisais partie de ces adolescentes qui ne sont pas née avec une petite cuillère en or dans la bouche. Ce genre de personne qui traine sur les beaux trottoirs des quartiers luxueux de Paris. Je vivais dans les bas quartiers. Certains de mes amis ne touchaient même pas les allocations, ni même le RSA. Parce que ce putain de système ne leur donnait aucune chance de s’en sortir. Moi j’avais choisi la voix de l’illégalité. Pourquoi ? Tout simplement parce que je gagnais six cent, voir sept cents balles en une journée. Alléchant n’est-ce pas ? Ma mère voulait que je change de métier, que je me range. Mes aînés également. Enfin, sauf l’un des trois qui avait choisi la même voix que moi. Parce que c’était facile. Et puis le but dans ce putain de monde est de survivre, non ? Et si demain je me faisais prendre, je n’en avais rien à faire. J’étais plutôt jolie. Je passerais bien en prison. Ce genre d’endroit ne me faisait clairement pas peur. Bref, quoi qu’il en soit ce midi-là, j’avais quitté mon ghetto mais arpenter le cinquième arrondissement de la capitale. Beaux immeubles, restaurants haut de gamme, belles bagnoles. Je m’imaginais parfois habiter dans un de ses immeubles de bobos parisiens. Mais je savais que mes potes me tourneraient le dos. Je regardais autour de moi, lorsque je m’arrêtais devant un restaurant. Le luxe incarné. Je ne ferais pas défaut au paysage puisque j’étais accessoirisée d’un sac Chanel et d’une veste classe Calvin Klein, qui m’avait coûté une petite fortune. J’entrais de ce dernier, on m’indiqua une place. C’était ce genre de restaurant, où le serveur -plutôt beau gosse soit dit en passant- me tira la chaise pour que je puisse m’asseoir. J’attrapais le menu et commandais ce qu’il y avait de plus cher. Je ne comprenais aucun des plats servis ici, mais qu’importe. Ce serait le moment de découvrir de nouvelles choses.

L’heure du repas arriva. Ainsi que le montant de l’addition. Je pourrais payer. J’en avais largement les moyens. Mais je trouvais plus drôle de partir en courant. De ne pas payer. En effet, j’avais bien envie de m’offrir une nouvelle paire de chaussure et dépenser deux cent cinquante balles dans un restaurant, ça faisais mal. Je me levais, fis semblant de me diriger vers les toilettes et lorsqu’aucun des serveurs n’avaient le regarde poser sur moi, je sortis du restaurant rapidement. Je commençais à marcher vite en direction de la bouche de métro. Je ne faisais pas attention à ce que le serveur me hurlait depuis l’entrée du restaurant. Mais une fille m’interrompit dans mon entrain. Je la regardais de haut en bas. Et sur un ton tout droit sortit de mon quartier, je lui répondis :

« T’es qui ? » Je marquais une brève pause avant d’ajouter : « T’es de la police ? »*

Je n’avais jamais été une fille très violente. Du moins pas physiquement. Mais je voyais bien que cette fille ne venait pas de mon quartier et je pouvais rapidement la faire fuir. D’ailleurs, ça devait être bizarre de voir une fille bien habillée, bien apprêtée, bien maquillée, parler comme une racaille de première. J’attendis néanmoins sa réponse, la jugeant du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shalimar de guerlain

JE RESSEMBLE À : Alexandra Daddario

CRÉDITS : Shyia

PSEUDO : Stéphanie


MessageSujet: Re: l'échappée belle. 25/2/2018, 21:58



Kayliah Di Meo-Clery & Livie Maureau
l'échappée belle.
L’antipathie c’est un sentiment que tu ne ressens que pour très peu de personne. Tu vois le bon dans chaque personne que tu rencontres. Tu n’aimes pas juger les autres sur leur couleur de peau, leurs manières de parler ou simplement leur métier. Tu ne juges même pas un livre sur sa couverture, tu le tournes et le retournes pour ne pas prendre de décision hâtive. Tu as toujours de la peine pour ceux qui restent sur les étagères comme s'ils te disaient, je suis moche mais je mérite d’être lu. Tu ressens exactement la même chose pour les gens, tu n’aimes pas les mettre dans des cases et tu n’as que très peu d’ennemis. Tu ne t’énerves que très rarement sur des inconnus. On te marche sur le pied ? Ok. Tu soupires et tu passes à autre chose. On t’insulte ? Tu serres les dents et tu t’en vas. Tu ne cherches pas le conflit ni la bagarre. Mais parfois, un geste, un regard, une parole place la personne en face de toi dans une limite non-franchissable et tu sais qu’une fois catalogué tu n’arriveras pas à la faire sortir de là. C’est exactement ce que tu ressens face à la jeune blonde en face de toi, de l’antipathie. À bien la regarder ce n’est qu’une gosse. Elle doit avoir quoi ? Dix-huit, dix-neuf ans peut-être ? Une gosse qui se balade avec un sac Chanel que tu ne pourrais pas te payer avec ton simple salaire de cuisinière. Une gosse qui se balade avec une veste Calvin Klein mais qui ne paie pas son repas dans un restaurant. C’est assez pathétique pour te faire réagir et la manière qu’elle a de te parler te fais simplement grincer des dents. Elle s’attend à quoi ? Elle s’attend à ce que tu t’excuses et que tu partes la queue entre les jambes ? Ouai. Non ce n'est pas vraiment ton style. Tu n’aimes pas les conflits évidemment, tu es douce et gentille mais il ne faut pas te chercher non plus. Tu lèves un sourcil en l’entendant te parler, on en est donc au tutoiement ? Si elle veut après tout. Est-ce que tu es obligé d’être de la police pour l’arrêter dans la rue ? Si les gens pouvaient ouvrir un peu plus leur bouche et ne passaient pas leur chemin quand quelqu’un fait quelque chose de répréhensible bon nombre d’agressions n’existeraient pas. « Et si j’étais de la police tu comptes faire quoi au juste ? » Te filer un coup de sac peut être ? Tu roules légèrement des yeux. « Je suis juste une personne qui ne supporte pas les voleurs. » Et ça c’était vrai. T’as jamais roulé sur l’or, certes tes parents avaient un restaurant mais tu as toujours travaillé pour avoir ce que tu voulais, tu n’étais pas dans le besoin mais tu te défonces depuis l’âge de seize ans pour pouvoir te payer tes fringues, ton maquillage et tes clopes. Puis plus tard pour ta nourriture et ton loyer. T’as jamais compté sur le fric de papa et maman pour vivre. Tu ne connais pas l’histoire de cette gamine mais si elle se trimbale avec des fringues qui sont plus cher que ta propre moto alors elle payer son repas dans ce restaurant. « Quand on n’a pas de fric pour manger là on va ailleurs. » Ouai l’antipathie se ressent bien dans ta dernière remarque Liv. Peut-être que si elle avait volé un simple rouge à lèvres, tu aurais fermé les yeux, et encore, mais là ça te touche bien plus que tu veux bien l’avouer.
code by bat'phanie



Je voudrais te sortir de mes pensées, te sortir de mes rêves et de mes cauchemars. Je voudrais tout simplement te sortir de ma vie comme tu m'as sortie de la tienne. Je voudrais ne plus jamais te croiser, pour ne plus avoir à constater ton indifférence. Et je voudrais ne plus jamais t'aimer, pour être délivrée de cette douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Gigi Hadid

CRÉDITS : uc

PSEUDO : .QUEEN A


MessageSujet: Re: l'échappée belle. 26/2/2018, 11:47


On m’a toujours dit qu’il ne fallait pas juger les gens. Ce n’est pas parce qu’une personne portes des fringues toutes droits sortis d’une friperie que c’est forcément une personne pauvre. Ce n’est pas parce que quelqu’un porte un sac Chanel que cette personne est riche. Et j’en étais la preuve. Je gagnais ma croute en enchainais les deals. Je m’étais fait un nom et effectivement à l’heure d’aujourd’hui, j’avais pas mal d’argent planqué sous mon lit. Je savais que je pourrais habiter dans les beaux quartiers de Paris, parce que je pouvais gagner jusqu’à huit cents balles par jour. Mais ça voulait aussi dire quitter mon quartier. Je ne serais plus admise pour dealer à la Courneuve. Je serais considérée comme la fille qui tourne le dos à ses potes. Et je ne pouvais pas faire ça. Peut-être qu’un jour ça arrivera. Mais pour l’instant, ce n’était pas d’actualité. Quoi qu’il en soit, je me faisais interpellée par une demoiselle, qui m’avait soi-disant vu sortir du restaurant sans payer. J’arquais un sourcil. Elle me prenait de haut et me faisait des réflexions qui ne me plaisaient pas vraiment. Elle voulait quoi ? Que j’appelle mes potes pour lui faire comprendre que moi, on ne m’emmerde pas ? D’où se permettait-elle de me parler, de me faire une leçon de morale qui plus est ? Je soupirais légèrement puis lui répondis :

« Si t’étais de la police, il ne m’arriverait rien, j’ai mes contacts t’en fais pas pour ça. » Je marquais une brève pause avant de prendre un air de fille superficielle. Le genre d’attitude qui peut en énerver plus d’un en un rien de temps : « Tu me diras quelle preuve tu as pour affirmer que je suis une voleuse… Personnellement, je ne vois pas de quoi tu parles. »

Sourire en coin. Air moqueur placardée sur ma tête, je pouvais rapidement devenir une fille insupportable. Je savais jouer avec les nerfs des gens. Je prenais un malin plaisir à emmerder mon monde. Cela avait toujours été comme ça. Je continuais de la regarder lorsqu’elle me fit une réflexion très déplacée. Je n’allais pas lui faire le plaisir de m’énerver. J’allais plutôt entrer dans son jeu. Elle voulait jouer, on allait jouer. Pas de problème. Par contre, il ne fallait pas qu’elle s’attende à gagner puisque c’est moi qui fixait les règles de ce genre de jeu. Je lui souris et toujours avec cet air de fille superficielle, je lui rétorquai :

« Tu insinues que je n’ai pas de fric ? Excuse-moi mais vu comment t’es habillée, coiffée ou même maquillée, je doute que tu puisses t’acheter le genre de fringue que je porte. La pauvre entre nous deux, c’est toi, j’suis désolée ma belle. »

Je lui lançais un sourire narquois. Elle s’attaquait à ma personne, elle allait finir par aller pleurer dans les jupons de sa mère. Je lui en faisais la promesse. Je n’attendis même pas qu’elle me réponde, que je commençais à partir. Sa réponse ne m’intéressait pas. Et puis la plupart des gens lâchait l’affaire quand on partait comme ça, sans attendre une quelconque réponse. Peut-être faisait-elle partie de ces personnes-là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: l'échappée belle.

Revenir en haut Aller en bas

l'échappée belle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» KENNETH ζ l'échappée-belle [SAISON 1]
» Tu l'as échappée belle, hein? [PV: Mischa]
» BELLE TAPISSERIE
» Une très belle peinture
» Belle étalon cherche femme...xD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 5ème arrondissement, panthéon-
LES RPS LIBRES

then a hero comes along / zafira beaumont.
(voir le sujet)