Partagez|

Je suis mécaniquement vivant mais je suis rempli de vide ♦ Ellie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
black opium de ysl

JE RESSEMBLE À : Joe Collier

CRÉDITS : NYMPHEAS -

PSEUDO : Stéphanie


MessageSujet: Je suis mécaniquement vivant mais je suis rempli de vide ♦ Ellie 24/1/2018, 22:55



 Ellie Thomas & Matthieu Ledoux
Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vivante, délicate. En cas de choc, elle reste meurtrie, marquée, hantée.
Boum. Clignement d’œil. Boum. Battement de cœur. Boum. Tu es réveillé ça y est. Trois coups contre le mur c’est le signal qui veut dire que ton voisin du dessus est debout. Boum. Ça c’est sa femme qui vient de partir sûrement apeurée par la violence que son mari peut abattre contre un mur. Combien de temps avant qu’il s’attaque encore à son visage ? Combien de temps avant qu’il lui vole la flamme qui brille encore dans son regard ? Qu’il efface l’espoir et qu’il le remplace par de la terreur ? Tu attends patiemment, soudainement très alerte, chaque matin c’est le même rituel. Tu te lèves, tu attends, tu écoutes. Si tu dois intervenir une nouvelle fois entre eux tu n’es pas sûre d’écouter les supplications de sa femme. Les prières de la demoiselle en détresse te disant de ne pas lui faire de mal à lui, pourtant son visage saignait et ses beaux yeux étaient mouchetés de rouges et de noirs mais elle l’aimait disait elle. L’amour peut être aussi fort ? Aussi dingue ? Peut-être bien oui. Et tu le sais parfaitement bien Matthieu. Après tous jusqu’ou ta mère a été pour ton géniteur ? Bien trop loin. Tu soupires doucement et tu te lèves enfin de ton lit en entendant la télévision beugler dans la salle à manger. Tu regardes ton visage dans le miroir de la salle de bain, un magnifique bleu glisse de ta joue à ton œil gauche, ta lèvre est légèrement ouverte mais tu ressembles un peu plus à toi-même. Hier ton œil ne s’ouvrait pas et tu pensais avoir une dent en moins, visiblement ce n’est pas le cas. T’as une sale gueule Matthy mais ça aurait pu être pire, si cet enfoiré de droguer en manque ne t’avais pas pris par surprise tu ne serais même pas autant amoché. Lorsque tu rentres dans le salon ta sœur lève un sourcil en te voyant arriver. Une question. Comment tu vas Matthy ? Tu hausses les épaules. Une réponse. Ça va. Vous n’avez pas besoin de mots pour vous comprendre. Et vous savez tous les deux que si vous n’utilisez pas vos voix l’autre ne pourra pas savoir si vous avez menti. Parce que dès l’instant où elle l’ouvrira tu sauras qu’elle s’inquiète. Dès l’instant où tu diras que tu vas bien, elle saura que c’est faux. Parce que tu ne vas pas bien bordel, loin de là même. T’as la tête éclatée à l’intérieur et à l’extérieur. T’as le cœur explosé. Tu es épuisé Matthieu, ce n’est rien, respire ça va passer. « Y a plus de clopes. » Tu rumines en l’entendant dire ça. Comme si elle ne pouvait pas aller en acheter. Tu prends une douche et tu sors afin d’aller en acheter. Sans ta dose de nicotine t’es pas toi-même. Comme ta dose de café que tu n’as pas encore absorbé. Mélange que tu t’apprêtes à prendre lorsque tu la vois non loin de toi. Qu’est ce qu’elle fait dans ton quartier ? Enfin ce n’est pas réellement ton quartier, t’es dans le coin le moins pourri du 19eme là mais tu as bien du mal à comprendre ce qu’Ellie pourrait faire par ici. Le destin ? Encore ? Ça ne serait pas tellement étonnant. Vu la gueule que tu as, t’as bien envie de faire demi-tour, mais l’ignorer n’est certainement pas dans tes habitudes. Tu n’es pas lâche Matthieu alors tu t’approches tranquillement d’elle, glissant enfin un bout de ton poison entre tes lèvres. « Ellie. Qu’est ce que tu fais dans ce quartier ? » T’as juste envie de cracher le mot quartier mais tu le retiens de justesse. Tu le détestes. Il représente ta désolation. Il représente ta vie pourrie. Il représente ce que tu as perdu et ce que tu continues à perdre chaque jour que Dieu fait. « Comment tu vas ? » Rien qu’avec cette simple question tu lui demandes plusieurs choses à la fois. Est-ce que tu as réussi à digérer mes révélations. Est-ce que tu vas bien. Est-ce que ton frère est sorti du coma. Mais c’est plus simple pour toi de poser une seule question que de demander encore plus de détail. Quand elle t’a dit à bientôt la dernière fois tu ne pensais pas la revoir. Tu traînes rarement en ville toi, le seul endroit où tu aurais pu la revoir c’est à l’hôpital. À l’endroit où tu rencontres Maribelle. Un frisson d’effroi glisse le long de ta colonne vertébrale en imaginant une confrontation entre les deux femmes. La douce Ellie et la volcanique Maribelle. Cette rencontre ne doit jamais se produire tu le sais. Tu reviens sur terre en entendant ton portable sonner. Line est sortie. Évidemment. Tu soupires et tu relèves la tête vers Ellie. « Est-ce que… T’as le temps pour un café ? Je n’habite pas très loin de là. » Est-ce que tu as envie de la voir dans ton appartement pourri ? La réponse est clairement non. Mais tu te doutes que la discussion entre toi et ton premier amour n’est pas terminé et tu n’as aucune envie qu’elle se passe dans cette rue.  
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je suis mécaniquement vivant mais je suis rempli de vide ♦ Ellie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» «Suis toujours ton coeur, mais prends ton cerveau avec toi» || Hippo
» "Je suis tout en nage mais nager je ne sais paaaas !" ♪
» Flèche ▬ On est mort, on est mort. On est vivant, mais on est mort.
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -
» Tu sais, je ne suis pas la meilleure mais je fais de mon mieux ... [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE EN ROSE ::  :: 19ème arrondissement, buttes-chaumont-
LES RPS LIBRES

then a hero comes along / zafira beaumont.
(voir le sujet)